Comment j’ai pu susciter la rébellion au sein du peuple !

Ouvert aux commentaires.

Je vous disais l’autre jour : « Et il ne faut pas se contenter de l’indignation, il faut être du côté de la rébellion. » Or je ne me doutais pas à quel point il était facile de susciter la rébellion au sein du peuple. Voici ce qui s’est passé.

Me rendant hier de chez moi à Sainte-Foy-la Grande, et entendant m’épargner les affres de la rocade bordelaise, j’avais piqué tout droit à travers la campagne en direction de Bergerac, m’offrant le régal d’un peu plus de cent kilomètres à cheminer dans la campagne verdoyante.

Drapé dans le manteau de mon plus beau civisme, je me mis en tête de respecter sur ces départementales, voire pire encore, la récente rétrogradation du plafond de vitesse de 90 à 80 km à l’heure.

L’effet ne tarda pas à se manifester : en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, un serpentin de voitures s’accumula derrière moi, dont le chef de file s’avisa d’aimablement me pousser à l’arrière, à la grande satisfaction de ceux qui le suivaient. Alors donc que je m’interrogeais depuis des mois voire des années sur comment susciter une saine rébellion au sein du peuple, l’occasion m’en était accidentellement donnée !

Au bout d’un moment cependant, me disant qu’il serait sans doute tragiquement paradoxal que je devienne la première victime de l’authentique révolution sur laquelle tant de rébellion allait bientôt déboucher, je poussai le champignon pour m’aligner sur l’ancienne norme, à laquelle j’avais pu déterminer – au péril peut-être de ma vie – que le peuple était en réalite viscéralement attaché.

10Shares

179 réflexions sur « Comment j’ai pu susciter la rébellion au sein du peuple ! »

  1. On préfère quand vous prenez le train M Jorion…

    Cette histoire de 80 km/h…là aussi on peut parler de gogos. On fait croire au gens qu’on fait quelque chose pour eux, en entravant leur liberté… La punition, en guise de politique, pour faire exister ce gouvernement conservateur, comme d’autres avant lui.

    Quand les gens en auront marre d’être punis, pour racheter les tares du capitalisme, on pourra peut être essayer de réfléchir à un autre système, une constitution économique par exemple, comme vous le proposez.

    Si on peut aller sur la lune, et en revenir vivant, c’est bien que les risques n’existent, qu’en proportion des précautions qu’on prend. Ensuite, 80, ou 90 km/h, c’est de la foutaise. Quand le risque économique tue 500 personnes par an, on devrait se moquer de savoir s’il y a +500 ou -500 morts par an sur la route. Mais le premier ministre aime bien faire « pleurer dans les chaumières ».

    1.  » on devrait se moquer de savoir s’il y a +500 ou -500 morts par an sur la route »
      Alors, c’est que vous n’avez jamais été ‘pris’ dans un carton ou que vous n’avez jamais ‘perdu’ un ou des proches dans un stupide carton…

      1. Ah voila. C’est bien ce que je disais dans mon billet sur fndutravail.net : ce sujet est capable de vous transformer en diable ou en bon samaritain.

        La question n’est pas de savoir si quelqu’un de ma famille, etc, elle est de savoir ce qu’est un risque. Je dis tous les jours à ma fille de bien estimer ses risques, en lui disant cette chose simple, lorsqu’il me semble qu’elle fait quelque chose de risqué :  » tu es sûre de ton coup ? », si elle me dit oui, je la laisse. Mais je pourrais aussi l’attacher sur son lit, pour qu’elle n’en prenne aucun, ce qui a l’air d’être votre point de vue.

        Je sens que je vais encore me prendre une charge…

      2. Si c’est bien ce que vous avez compris de la remarque , il n’y a pas besoin de vous charger , vous vous en …chargé très bien tout seul .

    2. « Ensuite, 80, ou 90 km/h, c’est de la foutaise »

      L’énergie nécessaire pour accélérer une voiture (la quantité d’essence nécessaire, les dégâts en cas de choc) est proportionnelle au carré de la vitesse. Passer de 90 à 80 correspond en réalité à une diminution de 17%.

      1. Je voudrais bien avoir quelques statistiques. Il me semble en regardant le journal, qu’il y a de plus en plus d’accidents mortels par collisions frontales. Et alors en effet, lorsque deux voitures entrent en collision de la sorte, cela fait une grande différence si elles sont à 80 ou à 90, puisque cela équivaut à un choc à 160 ou à 180 km/h. Même avec la ceinture, un tel choc laisse peu de chances…

        J’avoue que je conduis en ce moment avec le doigt sur le klaxon, et je m’en suis déjà servi une fois, une femme qui regardait par terre, ou son téléphone sur le siège…et dont la voiture commençait à zigzaguer. Je lui ai mis un énorme coup de klaxon, ça l’a réveillée tout de suite…Mais si le problème c’est les smartphones, ou toutes les sortes d’écrans connectés dont on équipe les voitures, (et ça semble l’être, sinon pourquoi restreindre cette mesure aux seules routes dépourvues de ter-plain central ?) alors autant mettre le problème franchement sur la table, au lieu de faire diversion avec cette mesure. Il y a peut-être moyen de plus envoyer de débit internet sur des cibles mobiles comme les smartphones…

        Car si on accepte que les gens diminuent volontairement leurs capacités de pilotage en consentant à ce qu’ils utilisent un ordinateur en même temps qu’ils conduisent, alors moi je me remets à boire de l’alcool au volant, parce que c’est la même chose. C’est ce que j’essayais d’expliquer dans mon article, que personne n’a lu.

        J’aurai pourtant bien aimé avoir votre avis.

      2. sachant qu’il n’est plus possible de passer la 6ème, on reste donc en 5 ou 4 ème, sur des régimes plus élevés et au final plus énergivores augmentant l’effet de serre.

      3. Vous oubliez la masse. 1/2 MV² si je ne me trompe, et comme il n’y a pas deux véhicules qui pèsent pareil vous dites n’importe quoi à vouloir faire le savant cosinus. il ya la même différence que quand vous touchez a 10 km/h soit pas grand chose si vous le faite dans une petite auto et énormément si vous le faites avec un poids lourd a pleine charge.

      4. Est-ce donc une économie de 17% de carburant ? Donc celà aura une influence sur la balance commerciale de la France ?

      5. @Philv – La résistance aérodynamique est proportionnelle au carré de la vitesse mais il y a beaucoup d’autres choses qui influent sur la consommation. Ceci dit j’avais installé un dispositif qui indiquait la consommation en temps réel et comme je faisait souvent le même trajet de nuit j’ai pu constater que la vitesse influe énormément et qu’il est possible de gagner plusieurs litres aux cent km.

  2. Si vous êtes conducteur d’un quatre roues à moteur et que vous respectez les nouvelles consignes de vitesses sur les routes nationales et départementales, vous avez probablement déjà remarqué que vous n’utilisez pas les rapports 5 ou 6 de votre boite de vitesse. De ce fait, votre voiture consomme et pollue d’avantage !
    Encore une niaiserie jupitérienne.

    1. C’est un détail, mais la dernière fois que j’ai conduit une tire (essence), y a un mois environ, la 5ème à 60/70, pas de blème…Alors ça doit dépendre des types de chars ?
      Sinon pour cette histoire de 90/80, c’est comme le passage à 100/90 y a 30 ans (40 ?), ça râle au début et après ça roule… Quand même une certaine logique là-dedans, vu que c’est sur le réseau secondaire qu’il y a le plus de morts et d’estropiés à vie…
      Mais bon, la liberté dans (enfin sur) le champignon, triste humanité, l’bon Dieu doit avoir des regrets ! :-))

      1. D’autant que ce réseau secondaire est souvent en piteux état, vu l’asséchement des finances publiques dédiées à leur entretien 😉
        J’ai tendance à penser que le gouvernement, face aux risques croissants de ce réseau, c’est dit « tient, on va faire baisser la vitesse puisqu’on ne veut plus mettre les moyens de le sécuriser par des travaux ».

        Cela-dit, d’accord avec Juannessy, si on pouvait réduire l’usage de la voiture, ce serait mieux.

        Une conséquence indirecte de cette nouvelle limitation de vitesse, le temps de transport professionnel. Moi qui me déplace souvent, si mon lieu de mission est à plus d’1 heure de mon bureau, je passe obligatoirement en « grand déplacement avec hébergement sur place ». Ce qui veut dire plus de nuits à l’hôtel loin de mon doux foyer et des frais supplémentaires pour mon employeur.

      2. @arkao
        Ah oui ! Ça me rappelle des souvenirs, du genre rentrer à 22h ou minuit pour éviter une nuit d’hôtel supplémentaire, heures non déclarées bien sûr…Fallait être un peu ouf…
        Mais 80 ou 90, la différence semble faible pour un trajet d’une heure !?

      3. @Arkao :

        Petit calcul .

        Imaginons que vous alliez travailler à 300 kms , uniquement par des routes concernés par la nouvelle « restriction » ( ce qui est rarement le cas en réalité , Mappy est plus astucieux ) , et qu’actuellement votre vitesse moyenne pour ce faire soit de 75 km/h ( ce qui est déjà un exploit )/

        Votre temps de parcours est donc de 4 heures .

        Le même parcours est aujourd’hui entièrement soumis à restriction ( ce qui est tout aussi peu probable ), et votre vitesse moyenne tombe à 65 km/h ;

        Votre temps de parcours est alors de 4 heures 37 minutes .

        C’est vraiment ça qui va décider de votre lit pour la nuit sauf si ça vous donne une bonne excuse pour découcher et retrouver votre maîtresse ?

      4. Cher Juannessy,
        Je me faisais l’écho des râleries entre collègues de travail. Je n’ai pas encore fait personnellement de calculs.
        Néanmoins, il faut savoir que l’homme-machine qui édite les ordres de mission se base sur les temps de parcours annoncés par un service en ligne privé que je ne nommerai pas et que tout le monde connait. Aussi, 59 minutes c’est retour à la maison, 1h01 c’est l’hôtel. C’est complètement con, mais c’est le monde dans lequel on nous oblige à travailler.
        Vous me prêtez des intentions bien malhonnêtes quant au découché 😉
        Je reconnais bien là votre esprit grivois.

      5. Impeccable !

        Les logiciels vont donc annoncer et justifier plus de supérieurs à 1 h 00 qu’avant , à 5 ou 6 minutes près . Autant de justification de découchers ( alors qu’on rentre à la maison ) remboursés !

        PS : si je devais semer la zizanie dans votre ménage , j’en serais éternellement désolé .

      6. @Juannessy
        C’est plus compliqué que ça. La nuitée est remboursée sur facture, donc pas question de rentrer à la maison et de toucher l’indemnité. Par ailleurs, mission dit véhicule de service dont le plein de carburant est effectué au moyen d’une carte à puce qui enregistre le kilométrage (sans parler du lieu, de la date, de l’heure). Tout est sous contrôle, et quelque part c’est tant mieux vu les abus du passé.
        Mais ça fait bizarre quand même de se faire interroger de façon inquisitoire et suspicieuse par un comptable quand par nécessité de service et conscience professionnelle on rentre tard et qu’on a fait le plein à une heure qui ne correspond pas aux horaires légaux de travail.
        Dans la rubrique Big Brother, un collègue s’est fait réprimander parce qu’il est venu travailler au bureau un samedi !
        Faut pas s’étonner que beaucoup attendent la retraite avec impatience et se contentent de « fonctionner ».

      7. @arkao
        « un collègue s’est fait réprimander parce qu’il est venu travailler au bureau un samedi ! »
        Donc manque de personnel…!?
        Beaucoup se croient ‘indispensables’, ah vivement le travail obligatoire le dimanche ! 🙂

    2. « vous n’utilisez pas les rapports 5 ou 6 de votre boite de vitesse »

      Ces rapports de boite de vitesse ne servent qu’à éviter que le moteur tourne trop vite et que son rendement ne s’effondre quand la voiture va vite: ils n’ont aucun effet miraculeux sur la consommation d’essence.

  3. Bonjour,
    Vous avez testé là toute l’ambiguïté humaine.
    Dans tout les pays du monde, vous avez des limitations de vitesses (ou presque car il me semble qu’en Allemagne par exemple, certaines portions d’Autobahn sont sans limite de vitesse…) alors pourquoi les voitures ne sont elles pas bridés d’origine en fonction des pays et de leur législation en matière de sécurité routière.????? Et c’est là qu’il y a toute l’ambiguïté humaine. On vous vend des voitures avec un certain potentiel mais vous n’avez pas le droit de l’utiliser pleinement! Mais pourquoi , nous les vendre alors?? Et bien parce qu’on sait tous qu’on va faire semblant de respecter les limitations mais en réalité on fait comme on a envie tout en veillant à ne pas se faire prendre….
    Ce genre de comportement, vous pouvez le retrouver partout.
    On pleure de voir des enfants travailler mais on achète les smarts phones produit dans des usines où ces derniers sont exploités…
    La planète se réchauffe mais on est fier de partir en avion à l’autre bout du monde pour montrer à nos semblables combien on a réussi dans la vie et qu’on est « super cool » et tant pis pour la planète…
    On n’aime pas la pauvreté mais combien d’entre nous détourne le regard quand un SDF nous demande une petite pièce à un feu….
    On n’aime pas les passes droits mais combien d’entre nous vont faire marcher leur réseaux pour que le petit dernier puisse bénéficier d’un petit boulot d’été voir puisse décrocher un CDI….
    On veut des services publiques mais combien d’entre nous font tout pour payer le moins possible d’impôt….
    Etc, etc, etc,etc,etc….Il y a des milliers d’exemple….L’ambiguïté humaine ou plutôt notre égocentrisme tout simplement…..Et c’est là que c’est intéressant à analyser. Nous sommes une espèce animale constitué d’individu distinct avec des préoccupations individuelles ,dont les 2 principales sont la conservation et la reproduction , et à la fois nous avons besoins des autres pour atteindre nos buts individuels…….C’est le serpent qui se mord la queue mais c’est pour moi ce qui explique ces comportements.
    bonne journée!

  4. Bonjour,
    Il y a déjà quelques années, je lisais une statistique qui faisait apparaître que les français étaient de gros râleurs.
    Oui je partage cette affirmation parce que râler ne sert à rien, il devient nécessaire d’apporter autre chose qui permette de rendre plus clair ce qu’attende ces râleurs.

    1. Ben non , sinon c’est donner raison aux râleurs alors que « râler ne sert à rien » .

      Il faut que les râleurs apprennent à faire autre chose que râler en se dédouanant de tout sur autrui pour satisfaire leur esprit de jouissance personnelle .

      C’est à ce moment là , en exprimant clairement leur « attente » , qu’ils peuvent se faire citoyen en faisant attente commune et collective , via les outils de la démocratie qui mesurent la priorité et hiérarchie des attentes

      Je hais les râleurs jouisseurs .

      J’adore les râleurs qui ne séparent pas leurs droits de leurs devoirs , et qui supportent en conscience les « contreparties » du mieux collectif , et contribuent à déterminer , comme je le revendique ailleurs , le meilleur point d’équilibre entre offert et refusé , entre permis et interdit .

      Mais s’il suffit de vous donner un bon de fourniture gratuite de 50 litres de sans plomb par an pour obtenir votre suffrage , on n’est pas trop d’accord .

  5. Bof. Mon expererience est differente. En fait sur ces routes, il y a peu dz place pour rouler à 90…Entre l’état de la route, sa largeur ses méandres et les villages traversés, est plus près du 70 que du 90…. Beaucoup de bruit pour rien….

      1. Qu’est ce qui s’y passe ?

        ( même si j’ai une idée de la réponse , qui m’a fait écrire  » mal calibrée » plus bas )

  6. C’est à ce jour la seule décision digne et sensée de ce gouvernement , même si elle est mineure et pas forcément bien calibrée .

    Mort à la bagnole .

    Vive la liberté . La vraie .

    A mettre en rapport avec le billet de François Leclerc sur les « deux modèles planétaires » , et ce que ça signifie en terme d’interrogation de la liberté . Mais la « liberté » de conduire a de forte chance d’alimenter plus surement les conversations de plage et de comptoirs que la Liberté de vivre mieux.

    Mais l’anecdote est caractéristique de ce que la jouissance mobilise mieux que la raison .

    1. « Mort à la bagnole  » ?

      Comme je doute que les statistiques des morts et des blessés soient suivies avec attention par les électeurs, je cherche une autre motivation à cette décision.

      Celle qui me paraît la plus convaincante: pour être compétitif il faut baisser les impôts donc baisser les dépenses de la sécu et des SAMU, les dépenses pour l’entretient des routes, le déséquilibre des échanges commerciaux donc les importations de pétrole ?

      1. J’ai peut être oublié le point le plus important: si les français se décider acheter moins de voitures on pourrait diminuer d’autant leurs salaires et retraites donc accroître la compétitivité ;o)

      2. Je ne suis pas dans le secret des dieux pour connaître la raison politique politicienne qui aurait pu conduire à cette décision , mais je sais pour y avoir activement participé dès 1973 dans le cadre d’une rapport syndical national sur la sécurité routière et plus ou moins selon les années jusqu’en 1998 , que la vitesse a été et reste , parmi l’ensemble des paramètres concourant à cette sécurité , avec l’amélioration constante des véhicules qui deviennent plus fiables et performants que leurs conducteurs , le principal levier si l’on veut s’épargner des morts ( et des blessées , car en moyenne un mort est accompagné de 5 à 6 blessés légers ou graves) .

        Les motivations « autres », telles que celles que vous citez , ne sont d’ailleurs pas indignes d’attention , mais je doute un peu qu’elles aient été premières dans une décision de ce type ,que tous ceux qui travaillent sur le sujet depuis 50 ans savent toujours mal reçue . Ceci étant , on peut considérer que 500 morts en moins par an et 2000 à 3000 blessés épargnés , ça ne vaut pas le coup de s’emmerder , et qu’il vaut mieux fantasmer sur la société future .

        Si j’ai dit  » mal calibrée » , c’est que respecter une vitesse de 80 km/h ou même 90 km/h sur une route droite dans la Beauce ou sur la RN 106 entre Alès et Mende , ce n’est pas la même chose .

        Ce qui fait la nature d’une circulation c’est :

        – l’intensité et la nature du trafic ( dont PL , ce qui n’est pas triste dans le sud ouest en direction de l’Espagne ) rapportée aux caractéristiques de la voie ,

        – la vocation de la liaison : desserte , liaison entre pôles .. et son environnement paysager ,

        – les caractéristiques et sensibilité des milieux traversés ,

        – l’état physique ( dévers ,alignements , courbes , uni , glissance , marquage ) de la voie et des conditions climatiques ou temporelles ( jour/nuit) du moment ,

        – l’état du véhicule ,

        – l’état du chauffeur,

        – la vitesse standard autorisée au vu et su de tout ça , avec en tête la minoration maximale des dégâts humains et matériels .

        C’est ce que nous ont appris les enquêtes REAGIR conduites dès le début des années 80 par des équipes regroupant la gendarmerie , parfois la police , les pompiers , des praticiens gestionnaires de la route dont votre serviteur , le SAMU ,des représentants d’associations d’usagers ou de victimes , des architectes paysagistes et des pilotes de course professionnels .C’est ce qui a accompagné le passage de plus de 13 000 morts à moins de 5000 morts par an .

        Après , pour autant que l’on veuille agir , il faut traduire les enseignements en actes institutionnels .
        C’était plus « simple » au début dans la mesure ou la « doctrine » avait percolé par le haut , dans les services gestionnaires( s’agissant des actions de terrains liées à la route par son état , sa signalisation et sa mise en scène ) directement impliqués avec une légitimité tant sur voie nationale que départementale , qui permettait une appréciation et négociation de terrain avec les élus , à la fois homogène et plus  » réaliste » pour la traduction concrète et matérielle des modifications à apporter .

        On en n’ est plus là ( il n’y a plus de routes nationales et les 10 000 kms qu’il reste sont très majoritairement réglementés à plus de 90km/h ) , et il est significatif que , la décision nationale ( et elle doit être telle ) , n’ayant plus d’autre service local les PCD , les maires et le bâton du préfet , ait édicté une norme juste et saine dans sa motivation sur un ensemble de voies certes théoriquement ciblées , mais dont l’appréciation locale chatouille la susceptibilité de certains PCD .

        Au passage , les PCD qui s’amusent à jouer la suppression des 70 Km/h « en compensation » , me semblent dignes des tribunaux , et je n’aimerais pas être à leur place devant un juge , s’il devait arriver un accident mortel potentiellement imputable à cette fantaisie .

      3. @Juannessy

        Il y a beaucoup de mesures destinées à adapter la vitesse réelle pour une diminution du nombre et de la gravité des accidents qui n’ont jamais été prises, par exemple:
        – interdire mise sur le marché de voitures dont la vitesse maxi excède celle qui est autorisée sur autoroute (ce qui aurait l’avantage de ne plus faire de la vitesse maxi un critère de choix lors de l’achat.)

        – afficher en permanence à l’arrière de chaque véhicule la vitesse à laquelle il roule (quand on suit une voiture on a tendance à rouler à la même vitesse ou à le doubler à tout prix s’il s’agit d’un camion.) Beaucoup d’automobilistes seraient probablement ravis que cette mesure soit en vigueur pour les camions ;o)

        – faire en sorte que conducteur soit prévenu par un dispositif d’alerte visuel ou sonore quand sa vitesse est excessive (ça existe déjà sur certain GPS et téléphones) avec plein de critères possibles pour calibrer intelligemment cette vitesse.)

        – on peut même imaginer que les panneaux de limitation envoient un signal à la voiture qui l’empêche automatiquement de dépasser la vitesse en question!

        Toutes ces choses seraient beaucoup moins coûteuses que les voitures à conduite automatique auxquelles les constructeurs (au moins ceux qui sont présents aux US) semblent s’être convertis.
        ___

        Remarques :
        – si je suis toujours en vie, c’est grâce à une large embardée sur le bas-coté qui m’a permis d’éviter une voiture qui doublait un camion dans un virage situé à la fin d’une ligne droite (laquelle voiture a quand même heurté mon rétroviseur!)

        – je ne conduis plus parce que je ressens comme insupportable (inutilement agressif) le comportement d’un trop grand nombre d’automobilistes.

      4. A part la mesure qui existe déjà comme argument de vente ( et qui est astucieuse , l’alarme dépassement ) , je vous laisse vendre les autres mesures aux automobiles clubs , aux motards plus ou moins en colère , aux patrons , commerciaux et syndicats de l’industrie automobile , et surtout à tous ceux qui ont de la peine à respecter une règlementation ( les 99% …des français ) .

      5. Le service statistique du Ministère de l’intérieur doit publier des statistiques sur le sujet. Est ce que vous savez ?
        Moi ce qui me gêne est le prix des carburants trop élevés.

      6. @juan qui dit « Au passage , les PCD qui s’amusent à jouer la suppression des 70 Km/h « en compensation » , me semblent dignes des tribunaux , et je n’aimerais pas être à leur place devant un juge , s’il devait arriver un accident mortel potentiellement imputable à cette fantaisie . »

        Vous pensez que des juges engageraient la responsabilité des maires ? Toute la responsabilité des accidents doit donc rejaillir sur la collectivité, qui a forcément mal fait les choses… c’est une vision procédurière qui déresponsabilise complètement l’individu, alors qu’au contraire, il devrait s’agir de le responsabiliser.

        Avec ce point de vue, l’automobiliste peut se dire, « je roule à 50 puisque c’est autorisé », même si c’est trop rapide, et s’il écrase un môme, il porte plainte contre la Mairie qui n’aurait pas mis la bonne limite…ah non.

        Rien ne nous exonère de bien estimer nos risques…

      7. (o: Il est exact que l’obligation d’écrire sur chaque portière de voiture « LA VITESSE TUE » ou « LES GAZ D’ÉCHAPPEMENT NUISENT GRAVEMENT A LA SANTÉ » ne semble pas encore être pour tout de suite. :o)

      8. @Vincet Rey :

        Vous rigolez ?!

        Et vous confondez juge administratif et juge pénal .

        Je vous jure bien que si une famille porte plainte parce qu’un membre de sa famille est mort ou blessé dans un secteur où la vitesse à 70 aurait été supprimée sans autre cause que la susceptibilité du PCD et de ses compères , et que la vitesse est en cause un tant soit peu dans l’accident , un juge pénal va aller chercher méchamment la responsabilité du PCD en personne , voire celle du préfet qui n’aurait pas fait ce qu’il doit pour empêcher cette lubie . Et qu’il ne lâchera rien .

        Je ne peux que conseiller aux fonctionnaires des Hautes Alpes de sacrément garantir leurs arrières dans cette affaire , s’ils ne veulent pas servir de fusibles dans une possible méchante affaire ultérieure .

      9. @Juannessy

        Mais la vitesse est toujours en cause, dans un accident automobile. C’est une sorte de pléonasme cette histoire. Quand on se déplace dans un véhicule à moteur, on a nécessairement de la vitesse…

        La mère d’un enfant écrasé témoignera donc toujours que la voiture allait trop vite, alors que la vitesse n’est généralement la cause de l’accident.

        La vitesse est aussi impliquée dans l’accident qui a tué Helaine Herzberg , écrasée par un véhicule robotisé UBER en Arizona . Mais la cause de l’accident, ce sont ces algorithmes qui ne l’ont pas détectée comme une personne humaine, pas la vitesse. A 80 ou 90, avec les mêmes algorithmes, elle serait morte de la même manière.

      10. @Vincent Rey :

        Vous en savez des choses …

        A propos , c’est votre fille qui est morte dans l’accident . Elle avait , « en toute conscience de quelqu’un qui aime prendre ses risques en grimpant sur une échelle toute seule chez vous « ,décidé de joer à la roulette russe en traversant cette route de nuit avec son vélo à la main .

      11. Ca y est. M Nessy m’a mis une étiquette de diable. Bientôt il va faire une poupée à mon nom, et il va la transpercer avec des aiguilles, et la piétiner en faisant la danse de la mort. C’est parce que j’ai prononcé le mot vin ? C’est ça qui vous a mis en vrille serrée ?

      12. En règle générale, j’adore les gens qui lorsqu’ils sont à cours d’arguments, sont capables de dire un truc dans le genre « vous en savez des choses… ». ils sont si psycho-rigides…si enfoncés dans leur dogmes…et si persuadés qu’ils sont du bon côté de l’échiquier. Je les inviterais bien à un dîner, si je réussissais à réunir deux ou trois champions…

    2. Oui c’est ça, mal calibrée.
      Rouler en sécurité, ça peut être 100, 90, 70 selon la nature et l’état du réseau.
      Par ailleurs en agglomération, il me parait plus responsable de regarder autour de soi et de veiller aux traversées inopportunes d’enfants plutôt que d’avoir l’œil rivé sur le compteur avec l’angoisse de ne pas dépasser les fatidiques 50 km/h.

      1. Oui bien sûr, mais les gens étant majoritairement ‘distraits’ au volant (le téléfon portable n’a rien arrangé), 50 km/h ça fait quand même du 14m/s, 30 km/h du 8 m/s…
        Disons qu’à 50, ça roule à 60/70, à 30 ça roulera à 40/50… 🙂

      1. @arkao Je connais quelqu’un qui a une voiture électrique et qui la recharge avec des panneaux solaires et une installation qu’il a conçue et réalisée lui même. Je suis pas sur que son installation soit suffisante en hiver et de toutes façons faut être riche pour acheter la voiture, les panneaux et le reste. Du point de vue finances c’est absolument pas rentable par rapport à une voiture ordinaire mais techniquement c’est possible.

      2. @GL
        Certes, mais les cellules photovoltaïques, cela génère pollution et destruction de l’environnement à la production (extraction des « terres rares »). Quant aux batteries, mêmes problèmes. Illustration sympathique de la débrouille individuelle mais qui ne prend pas en compte la globalité des enjeux.

      3. J’avais bien noté les risques , mais dans le laïus , j’apprécie l’effort de clarification même limité , sur les conditions où les sources d’énergies sont meilleures ou pire que d’autres , en tenant comptes de paramètres moins généraux , que les a priori habituels occultent .

  7. Non Juan, je ne suis pas d’accord : on ne peut pas dire « Mort à la bagnole »…

    Si des millions de gens aiment leur voiture, qui va les en priver ? Vous contribuez à propager l’idée que la seule alternative au capitalisme financier et publicitaire, c’est que tout le monde roule à en vélo ou en train, ou devient végétarien…. Il faut laisser un peu de liberté aux gens non ? Vous envisagez d’interdire aux gens de prendre leur auto ? Ce n’est ni réalisable, ni souhaitable il me semble…

    Par contre, de convoquer la technologie, pour qu’elle fasse des moyens de transport quelque chose qui colle mieux aux impératifs sociaux et environnementaux dans notre pays, ça oui.

    1. Si vous avez des process autres que les quelques idées en cours ( modif énergie et automatisation ) , c’est le moment de déposer des brevets .

      1. Mais je suis d’accord , que , de la même façon que la survie de l’espèce nécessitera une élaboration démocratique de la mesure des « libertés  » ( ça aurait pu être la seule raison d’une révision constitutionnelle qui ferait un sort à la propriété sacralisée dans la DDHC en prologue – ce qui veut dire en fait que c’est carrément une Constituante qui est nécessaire , et que c’est à ce jour la seule et unique bonne raison de réunir une Constituante – ), la liberté , s’agissant de celle de circulation des personnes et des biens , devra pour être maintenue autrement qu’à pied ou à bicyclette , faire appel à d’autres modes principaux que les véhicules actuels , dans leur partage , dans leur espace autorisé , dans leur technologie , dans leur vitesse et impact environnementaux , dans leur « temps » autorisé , tout en veillant à ce que leur accès soit possible à tous .

        Ça laisse du boulot et d’autres occasion de s’attirer des inimitiés afin de gérer ce qu’on peut encore gérer dans notre actuelle dinguerie .

    1. Remarque vicelarde qui justifie et explique pourquoi on a fait de grands pas vers moins de morts et de blessés , quand les radars flasheurs ont vu le jour en même temps que la délocalisation/centralisation des PV immédiats ( plus de copains pour « faire sauter » la prime ).

      On est passé du pas vu, pas pris, ou même du vu ,pris et magouille , au vu , pris et sanctionné fric et permis rapido .

      L’effet a été immédiat sur les stats de sécurité .

      Je n’ignore pas par ailleurs les thèses vache à lait ( au moins , le lait épargne l’argent des contribuables ) , mais en terme d’efficacité , ça a été radicale .

  8. Bien joué, Paul. Et astucieux, si je puis me permettre.,
    Vous avez montré l’indécrottable conservatisme de l’automobiliste. Les grandes choses n’étant que la somme des petites (?), le futur s’annonce mal.

    Ici, du point de vue automobilistique, tout va bien. Juste un peu plus de bouchons, routes saturées un peu plus rapidement, à proportion de 9/8. Avis donc aux touristes en mal de paysages alpins : réfléchissez-y à 2 fois et ne venez pas contribuer aux pbs routiers du coin. De toute façon, y’a pas moyen de stationner. Les campings ont disparus. Les hôtels sont horriblement chers et le snobisme triomphe. Le vélo, j’dis pas… mais attention , la moindre parcelle d’herbe est privée, même les bas cotés herbeux ( jaune de sècheresse) sont privatisés.

      1. En Périgord , ils sont ferrés en matière de guerre de religions .

        Presque autant de sang versé que sur la route .

  9. Qu’il faille se soucier des accidentés et de la mortalité routière causée par une vitesse excessive… sur certaines routes, c’est pas nouveau, même si la quête du zéro risque, donc 0 mort… est aussi mystique que celle du Graal… Au mieux il est a espérer que moins d’accidentés graves et de morts surviennent avec cette mesure…. restreinte…

    Mais est-ce que la science, des associations… et même des gendarmes, etc, n’ont pas déterminé que la vitesse seule dans tous les cas d’accidents mortels ou pas, ne pouvaient en rien expliquer qu’une moindre célérité aurait pu les éviter… ?

    Est-ce qu’un accident à 80 plutôt qu’à 90 klm/h en cas de choc frontal par exemple (fréquent sur le réseau secondaire, et dans des cas de dépassement) est moins mortelle et/ou blesse moins gravement les victimes (de types de véhicules aux protections et processus de sécurité – airbag, EPS, ABS, etc – variés suivant les modèles, l’âge du véhicule, l’entretien de celui ci, etc)… ?

    N’y a t-il pas eu combinaison d’autres facteurs en cause des accidents (mauvais état des routes, alcool drogue, médicaments, et/ou endormissement, inattention, voire l’implication d’autres véhicules ayant commis aussi des fautes… des mauvaises réactions fasse à un mauvais comportement, etc), sur lesquels la réduction purement de la vitesse, n’aurait que peu influé sur les conséquences… ?

    Même si cette mesure paraît louable (de « bon sens collectif » en prenant en otage avec la « dictature des émotions » sondées, les bas instincts grégaires contre les adeptes de la vitesse et « liberté »individuelle… ?) lorsqu’elle vise à diminuer les « risques » (seulement) d’accidents mortels et de blessures graves (handicap, etc) survenant sur le réseau secondaire, il n’en demeure pas moins que l’argument d’économiser de l’énergie, et de moins polluer est litigieux, tant les véhicules puissants et ceux anciens (des plus modestes expulsés des centre urbain – ou la baisse des limitations de vitesse n’est pas d’actualité, même lors des piques de pollution… ? – pour cause de flamber les loyer, de l’immobilier, du manque de logements sociaux, etc) roulant à bas régime (en sous régime, etc) ont tendance à plus consommer et polluer, à 80… qu’à 90 KLM/H, vitesse à laquelle les constructeurs (en truquant ou pas les testes) ont modelé leur produit et leur image de marque (synonyme de « puissance », « liberté », etc)…

    Cet argumentaire d’économiser et moins polluer d’ailleurs ne rentre t-il pas en contradiction avec l’absence de limitation ou baisse de vitesse sur le réseau autoroutier (alors que les hausses de carburant et péages, frais d’entretien et dépenses contraintes, pénalisent les plus modestes empruntant majoritairement plus souvent le réseau secondaire), emprunté aussi par des véhicules puissants et autres assez anciens (souvent propriétés des plus modestes), ou que ce soit à 110 ou 130 les économies et émissions de pollutions, sont beaucoup plus importantes qu’à 80 ou 90 klm/h, et ou les accidents mortels et blessant gravement… sont moindre en fréquence certes, mais ont un risque plus élevé d’être fatals… ?

    Pourquoi ne parle t-on pas des émissions de pollution et de la consommation des véhicules dont les marques ont truqué des testes durant des décennies alors qu’ils sont encore en circulation, des bateau de croisières, des bâtiments des « armateurs sans pavillons », des avions de ligne low-cost, etc… ?

    1. Ben oui, il y a aussi 10 ou 12000 morts par accident domestique, chaque année…imaginons que l’Etat décide de prendre ce problème à bras le corps.

      On ne peut pas toujours être derrière tout le monde. Une société ou l’Etat serait sans arrêt en train de vous surveiller pour que vous ne vous blessiez pas, ça porte un nom, c’est une société totalitaire. La Liberté, qui est aussi la Liberté de tomber d’une échelle.

      1. @Vincent Rey
        C’est déjà le cas dans le monde du travail.
        Je n’ai légalement pas le droit de changer une ampoule de plafonnier sur mon lieu de travail, n’ayant pas l’agrément électricité ni celui escabeau de plus de 3 marches. De toute façon, pour parer à toute velléité d’initiatives individuelles, il n’y a plus d’ampoules en stock. Mais c’est pour mon bien, évidemment 😉

      2. Si je vous suis bien dans votre remarque mon cher Juannessy, le problème n’est donc pas le nombre de morts sur les routes mais le fait d’y tuer un compatriote. La remarque d’Arkao vient compléter votre position mais dans le monde du travail cette fois; où ce n’est pas tant le problème de l’accident mortel que de la responsabilité pénal du patron.

        Mais le suicide par négligence ou bêtise dans sa chaumière est donc superbement ignoré puisque c’est un problème individuel. C’est ça ?

      3. @Clo Clo /

        C’est vous que je croyais mort !

        Pour votre excellente remarque , c’est à Vincent Rey qu’elle s’adresse .

        Moi je me contentais de dire la même chose à demi mot . En soulignant la différence qu’il peut y avoir entre risquer sa peau et risquer la peau des autres en risquant la sienne ( subtilité déjà évoquée dans d’autres billets , mais dont la subtilité pourtant assez rustique ne semble pas faire tilt dans toutes les cervelles) .

        Avec en sus une critique de la confusion entre domaine public ( où la puissance du même nom a vocation et mission de dire la règle ) et domaine privé où l’on n’a pas forcément établit la Constitution pour empêcher la bêtise de s’épanouir .

      4. @Clo Clo :

        Ceci étant , si vous avez des suspicions que votre voisin va se suicider , je vous conseille d’intervenir sans délai , aussi bien parce que votre bon cœur sur la main vous y pousse , que parce que la Loi peut vous rattraper pour non assistance à personne en danger .

      5. « La Liberté, qui est aussi la Liberté de tomber d’une échelle », en partant du principe que tout le monde a une échelle…………, c’est pas la repartie du prolo doué (qui ne renie pas ses origines et qui est pas assez con pour oublié qu’à la base y à jamais vraiment eût assez d’échelle), mais c’est le celle du bourgeois pépère qui veut ce donner bonne conscience (tu la sens la logique d’héritier, j’hérite du sang de mon lointain ancêtre qui est mort pour ma liberté bien pratique à l’instant…).
        Cela manque de guimauve ce blog … et après les matérialistes ont toujours su la fin de l’homme possible, à quoi bon chouiner!

    2. @juanessy, qui dit « Il est rare que vous ayez pris le risque de tuer un compatriote en tombant d’une échelle chez vous . »

      D’accord, ce n’est pas tout à fait comparable. Mais il serait inacceptable d’être surveillé en permanence sur sa vitesse, si c’est l’utilisation d’un smartphone, potentiellement très dangereux au volant, qui doit être surveillé . Car je reste persuadé que par cette mesure, le gouvernement souhaite en fait diminuer le nombre de mort imputable au smartphone. Ce qui me fait penser ça, c’est la restriction de la mesure aux routes dénuées de terplain central. Rouler à 80 ou à 90,ce n’est pas ça qui fait rouler à gauche, si ?

      Se déplacer sur une route, c’est tout de même une liberté, et on a le droit de trouver désagréable l’idée d’être suspecté en permanence, parce qu’on a bu un peu de vin, ou parce qu’ on roule 10 km/h plus vite que la limite, en estimant bien ses risques, ce que personne ne peut faire pour le moment à notre place. Jean-Pierre Beltoise pour moi, avait une position juste. Il disait en substance qu’il était contre l’idée de pénaliser les gens qui n’ont pas d’accidents. Je trouve ça assez juste.

      Vincent Rey,
      findutravail.net

      1. Et personne pour citer Bassens et ses engeances de malheurs…
        Aux heures passés,
        les savoirs oubliés,
        reste le poids des âmes
        et les sueurs froides,
        Alors l’espoir de donner plus
        Au futur trépas encore phoetus,
        Tu me croiras plus dans quelques temps
        les homme-mathématiques ne sont que du vent!

      2. Pour être franc , ce que vous racontez sur ce billet ne donne pas franchement envie d’aller perdre son temps à lire votre blog en dépit de votre insistance .

        Y a des signes , comme ça .

        Fin de mon travail .

      3. @juannessy

        ah bon ? Il faut accepter la surveillance généralisée et le totalitarisme alors…? Lorsque le moindre « stop » ou même votre propre voiture vous mouchardera à la police H24, vous pensez que ce sera une bonne chose ?

        C’est pas mon avis, pour le reste, vous faites ce que vous voulez.

  10. La limitation de la vitesse a un effet direct sur la consommation.
    Je me souviens avoir été en panne avec une Dauphine, la 3e ne passait plus,
    j’étais à l’étranger, pas moyen de trouver un garage Renault.
    J’ai ainsi fait plusieurs centaines de kilomètres en seconde.
    Résultat mon autonomie a presque doublé.
    Je n’ai pas suivie quelles étaient les motivations invoquées pour justifier cette limitation de vitesse
    mais elle aura un effet certain sur la consommation nationale de pétrole .

      1. @RV :

        Même si ça me parait éventuellement jouer à la marge , est ce qu’il y a beaucoup de voiture qui changent de rapport pour passer de 80 à 90 ou de 90 à 80 ?

        Ça peut être chiant pour régler le pied sur l’accélérateur , mais c’est de plus en plus géré par les régulateurs de vitesse .

        Au pire , les constructeurs savent très bien intégrer les nouvelles conditions de circulation moyenne , dans leurs modèles , par la combinaison moteur/rapport de vitesse ., comme ils l’ont fait depuis 60 ans .

        Au cas d’aujourd’hui , je ne pense d’ailleurs pas que ce soit nécessaire .

    1. Pourquoi vous limiter à seulement à la seconde? Deux rapports de boîte , c’est déja trop. Peur du risque, sensations trop fortes ? Cœur fragile? Petit bras? L’inconnu ?
      Un seul rapport de boite, c’est super nerveux la Dauphine, de 0 à 8km/h en moins de 10 secondes: ça décoiffe, à fond la caisse! et 3km/h à vitesse stabilisée, le paysage se laisse admirer…
      Y’a risque de surchauffe du moteur, c’est vrai, mal conçue cette tire. Qu’à cela ne tienne, suffit de s’arrêter et attendre. Tout compte fait, le plus économique serait d’aller pas loin en première (ou en seconde si vous y tenez) et s’arrêter: rapport de boite 0, plus besoin de toute cette mécanique. Le gain sur la consommation nationale de pétrole? Pas si vite, faut revenir… A moins de la porter ou de la faire tirer par des bœufs. Sont gentilles et lentes ces braves bête. Pas des chevaux piaffants d’impatience dans leur écurie tout en aluminium et acier.

      1. jpl et daniel

        D’une part je n’ai rien choisi mais subi dans cette limitation au deux premiers rapports de la boite de vitesse et d’autre part le propos est de montrer exemple concret vécu à l’appui que les mesures de limitation de vitesse auront aussi un impact sur nos émissions de CO2 puisque une même quantité de carburant l’autonomie est plus grande et ce quel que soit le véhicule, je n’est pas la fantaisie de préconiser de rouler en dauphine . . .

      1. Il n’en reste pas beaucoup des Dauphines et surtout pas celle du voisin de mes parents qui s’est mangé un platane et a perdu dans l’accident sa femme et son nouveau né.

  11. Pourquoi ne parle t-on pas de la concomitance en rien fortuite de la sortie de cette mesure de limitation de vitesse visant à nous « responsabiliser » (comme les pauvres « responsables » de leurs « inégalités de destin »…?), avec la « déresponsabilisation politique », « l’externalisation » technocratique de la récolte des amendes, par la privatisation de la « chasse aux excès de vitesse », confiée à des entreprises privées qui vont sillonner le réseau secondaire en voiture banalisée, jusqu’à faire disparaître la « peur du gendarme » en la supplantant à la « peur de la délation » des autres conducteurs, banalisés… ?

  12. Pour aller bosser à la capitale régionale de Nouvelle Aquitaine et bien il faudrait qu’il y aient des navettes depuis la gare centrale (St Jean) qui amènent les voyageurs quotidiens vers les ancrages économiques (zones industrielles).
    Ste Foy la Grande a peu de population mais doit maintenir sa population.

      1. Les navettes gare st jean – aéroport de Merignac existent, pourquoi dans le prolongement de l’arrêt des TER a St Jean il n’y aurait pas des navettes sans arrêt pour se rendre à la cité administrative, au lac, dans toutes les zones industrielles autour de Bordeaux etc.
        Le tramway est d’une lenteur phénoménale.

    1. « Ste Foy la Grande a peu de population mais doit maintenir sa population. »

      Énoncer un problème, c’est bien. Continuer par une proposition de solution du dit pb, c’est mieux. Ce peut être une connerie, peu importe. L’important est de ne pas procrastiner ou sinsitroser, car vous avez des devoirs vis-à-vis de vos lecteurs. L’empilement de catastrophes, tout le monde sait faire, suffit de compiler le journal sur une semaine. Et on a Juillot Pierre, qui suffit bien.
      Donc, quelle est votre ébauche de solutions? Et ne dites pas « faire des gosses ». Les portes ouvertes enfoncées, c’est pas ici. Faites preuve d’originalité constructive, si possible.

      Ma proposition:
      Si on prend exemple sur une gigantesque panne d’électricité à New-York, dans les années 1970, qui avait vu un surcroît de naissances 9 mois plus tard, je propose de leur couper la TV et Internet tous les soirs ( 18h à 4h, le lendemain) jusqu’à obtention du résultat désiré. Pas une punition, non, mais pour leur bien et qu’ils puissent montrer leur attachement à ce qui est sûrement un agréable cadre de vie. La rareté des transports pourrait être un plus appréciable. Évidence, si y’a que des vieux, c’est raté.

      1. Oui mais Bernadette souhaitait des « transports  » en commun. Ça devient une partouze et les paternités incertaines vont encore plus compliquées la vie et les relations humaines à Sainte Foy la Grande .

        Mais nous n’avons encore pas eu d’échos directs du brillant récipiendaire , sur l’état réel des lieux .

        Je note juste qu’il n’a pas pris position pour l’instauration d’une navette entre Saint Foy et Vannes .

  13. Pour limiter, de manière drastique les drames, dus à l’automobile, pourquoi ne pas s’inspirer du « Locomotive Act » du parlement britannique en 1865 ?
    Mes potes les hérissons vous-en seraient également reconnaissant…
    Les Belges ont, non seulement de l’humour, mais peuvent être également des précurseurs :
    Ferdinand Verbiest n’est-il pas le premier inventeur d’un véhicule à moteur ?

  14. Coucou,

    Si déja les gens roulaient à 80 dans mon village !

    Je deconne, mais j’exagère à peine.

    Je n’ai rien contre la vitesse, mais sur circuit ou route fermée. Construisons des circuits pour les mordus, et roulons pépére sur les routes ouvertes!

    En attendant la 5G et les voitures automatiques obligatoires pour tous, il va falloir faire avec les fangios et autres , sur nos petites routes avec des voitures de 150 ch minimum ….

    Bonne journée

    STéphane

    1. Sur la route du tour , la route , quelque soit sa domanialité , est privatisée deux heures avant la course , et pendant la course . Le code de la route ne s’y applique pas , sauf incident et prise en main par la gendarmerie .

      Enfin c’était comme ça .

      1. Ça me rappelle une route en Pologne, où le trajet a duré cinq heures au lieu d’une sous une pluie battante parce que la route principale était condamnée pour permettre au convoi de Monsieur (enfin « Monsieur » ?) Barroso d’aller plus vite et… d’arriver plus vite quelques années plus tard, chez Goldman Sachs…

      2. @Paul Jorion :

        Dans le cas de transit de personnes dites sensibles ( ou pour le transport de déchets nucléaires …) ,on ne peut pas parler de privatisation , mais d’absolu contrôle ,sans autre règle que celle qu’elles jugeront bonne, des forces de l’ordre .

      3. @Hervey bis :

        Ceci étant , cette disposition est aussi celle qui est utilisée pour le Dauphiné Libéré , Paris Nice et quelques autres joyeusetés .

        Comme celle , plus démocratique et populaire ( plus de 15 000 participants ), qui a lieu aujourd’hui même entre Annecy et Le Grand Bornand , avec « l’étape du Tour  » offerte en répétition préalable aux amateurs pour se tester sur l’étape réelle qui aura lieu le 17 juillet . On vient de me rapporter qu’un de ces amateurs « populaires » venait de se faire voler son vélo d’une valeur de près de 10 000 € …

        Tiens , je crois que l’étape du Jour se termine à moins de 180 kms de Vannes .

      4. Et moi ça me rappelle une fois, où je me suis retrouvé en face du peloton du tour du Loir et cher, qui m’arrivait dessus à 80 à l’heure en pleine agglomération ! Il y avait des failles dans la sécurité…mais lorsqu’il est question de compétition sportive, on est tout de suite beaucoup plus tolérant, on ne parle plus de zéro tolérance…

      5. Et d’ailleurs, puisque l’on parle du tour de France, j’ajoute que si la vitesse était un risque absolu, on ne devrait pas laisser les coureurs descendre les montagnes à 110 km/h à vélo ! Ce n’est bien sûr pas mon avis, car comme la plupart des gens, ils calculent correctement leurs risques, en vérifiant bien leurs câbles de frein par exemple, et en ne se présentant pas tous en même temps dans une courbe, mais c’est pour souligner l’absurdité de la chose.

      6. @juannessy
        Désolé, je n’étais pas disponible le 07…
        Le «Locomotive Acts” voté en 1865 en Angleterre, limitait à 6,4km/h la vitesse des véhicules et devaient en outre être précédés d’une personne tenant un fanion rouge…
        Toutefois , en 1896, une nouvelle loi “locomotives on the Highways Act 1896” a été voté et est revenu sur les mesures précédentes en portant la vitesse à 23km/h; l’avenir de l’industrie automobile anglaise était en jeu…
        L’évocation de cela n’était qu’un petit trait d’humour…
        Quant aux hérissons, je suis bien triste, la photo de celui qui m’a servi de vignette Gravatar, et que j’avais pu sauver de l’écrasement lorsqu’il s’était aventuré au milieu de la chaussée, je l’ai retrouvé récemment écrasé à 25 m du même endroit.

      7. @Tout me hérisse :

        Merci de ces éclaircissements .

        Les condoléances d’un abonné à « La Salamandre  » ,pour la perte de votre totem .

  15. Si les bleus gagnent leur quart de finale , effectivement , ils oublieront le plan pauvreté , et parleront du 80 Km/h sur le ton de la « râlerie » gauloise et rigolarde .

    S’ils perdent , le 80 km/h va devenir un scandale national .

    Mamma mia …

    1. C’est fait .

      Comme aurait titré Charlie , « tout est pardonné » . Rendez vous après l’été .

      Juste le 1/ 1000 de bas du front psychopathes qui arrachent quelques panneaux .

      1. Si on bat les belges en demi finale , on leur impose l’octante km/h partout chez eux .

        ( C’est Paul Jorion qui me l’a soufflé ) .

      2. Je laisse à Paul Jorion le soin d’annoncer aux belges que l’octante Km/h est généralisé .

        Mais en suivant mon conseil : mieux calibrer le terrain d’application .

  16. Après tous les doctes écrits de ces messieurs je me permets d’envoyer un petit clin d’oeil à Paul par l’intermédiaire d’Emile Gaboriau :

    « La Bourse est perfide et tel qui roule aujourd’hui en voiture n’aura pas de souliers demain. »

      1. Très bon aussi !
        Sinon avec la généralisation des caméras embarquées, il suffit maintenant de se rendre sur YouTube et de taper road rage pour observer Homo-automobilus dans son environnement.

  17. J’ai toujours été frappé par deux éléments :
    – la capacité à conduire un véhicule et à obéir au « code de la route » et à son interprétation non-dite est accessible à tous. Que vous ayez fait l’école primaire ou une thèse de doctorat ne vous rend pas plus compétent dans ce savoir-faire ;
    – il y a des « modes de conduite » qui sont nationaux et qui induisent un comportement plus général de ce « peuple ». Parfois, le code de la route va s’adapter à ces conduites nationales, et il serait inadéquat au delà de la frontière.
    Ainsi, les français ‘collent’ et le belge que je suis en est tout perturbé, il se sent vraiment prêt à être poussé dans le fossé (ce qu’a ressenti Paul Jorion). En fait, les françaises&ais sont bien plus vivaces, réactives&ifs et peuvent donc prendre des risques qui sont pour elles&eux mineurs.
    D’ailleurs les français ont tendance à laisser passer celui qui est le premier même s’il devait laisser passer l’autre ; de plus, celui qui est passé fait un signe de reconnaissance et l’autre qui l’a laissé passé DOIT répondre, c’est la moindre des politesses. Soit la pratique du rond de jambe continuée par d’autres moyens…
    Ainsi les belges prennent « la bande du milieu » et ne se rangent pas à droite, c’est trop compliqué car on doit déboiter souvent. Donc je reste au milieu et « le roi n’est pas mon cousin ».
    Ainsi les anglais laissent s’insérer celui qui accède à votre route, au point de ralentir toute la circulation ; les allemands ralentissent à tous les échangeurs pour que l’insertion se passe tranquillement. Etc.
    Il y a donc des comportements non écrits et nationaux (ce serait à étudier davantage) et partagés entre femmes & hommes !
    Dès lors on ne peut discuter de la mesure introduite dans l’hexagone ce 1er juillet sans prendre en compte le contexte culturel national, le contexte routier (allez dépasser le 50 en Ardèche, et c’est le précipice !) et le contrôle policier (sur une mesure de vitesse par tronçon, il vaut mieux respecter la limitation).

    1. Le code de la route (et sa traduction dans les habitudes de conduite) me semble être quelque chose d’assez exceptionnel. Pour prendre un exemple le patron qu’il convient de croiser dans un couloir en serrant le mur et éventuellement en baissant les yeux respectera la priorité à droite ou s’arrêtera au passage piéton si vous le croisez dans la rue. Il ne doit pas y avoir beaucoup d’autres situations où l’égalité devant la loi soit aussi bien respectée et le respect habituel de la hiérarchie sociale aussi peu prégnant.

      Ceci dit l’écart entre les habitudes de conduite et les règles du code pose un problème extrêmement délicat aux concepteurs des voitures à conduite automatique : le respect absolu du code n’est pas forcément toujours possible ni très propice à la fluidité de la circulation. Le code a été en bonne partie conçu pour déterminer les pourcentages de responsabilité en cas d’accident. Les règles à respecter sur un « carrefour à sens giratoire » – à ne pas confondre avec un « rond-point » – me semblent très floues.

      1. Ah, l’intelligence artificielle prise en défaut dans les giratoires : de quels affects faudra-t-il la doter ? « Et vas-y que j-te pousse… » « espèce de connard, pourquoi tu ralentis quand j’accélère ? » etc. en code 1-0 svp…

      2. Il n’y a rien de plus clair que les règles de priorité dans les giratoires ou les ronds points .

        Celle des ronds points est matérialisée par des stops et/ou des balises de priorité .Ya pas à réfléchir à autre chose qu’à l’appréciation de la vitesse de l’éventuel véhicule conflictuel pour estimer le risque de choc .Il y a de moins en moins de ronds points .

        Celle des giratoires impose des balises de priorité en entrée , et effectivement le bon fonctionnement du système repose sur l’intelligence des conducteurs . Le résultat , sauf si vous tombez sur des chauffeurs débutants , ou une blonde belge ( aie! je vais ramasser ), est à ce jour ce qu’on a trouvé de mieux pour optimiser le débit et la sécurité sur les points d’échange « à niveau » ( pourvu que le rayon du cercle soit à la fois pas trop grand et pas trop petit ) . C’est ce recours à l’intelligence humaine qui a d’ailleurs permis de supprimer pas mal d’algorithmes ( ceux associés à la gestion des phase dans les points d’échanges gérés par des feux tricolores ) , et de faire plaisir à pas mal de conducteurs pro , qui ont vite compris qu’on leur faisait confiance pour « perdre » le moins de temps possible sur des secteurs dangereux .

      3. Allez, un peu de poésie… 😉
        https://youtu.be/NCxTsK6NeF0?t=91
        Jacques Tati lors de la remise d’un César d’honneur par Jean Yanne en 1977:
        « je m’excuse, mais moi qui pensais avoir enfin une voiture, je remercie César de me l’avoir mis d’en cet état là… »

    2. « Dis moi comment tu conduis ( et comment tut te conduis) et je te dirai qui tu es  » , est effectivement juste.

      Je crois que Walt Disney , déjà cité , a bien montré qu’il y avait globalement un homo conductor assez universel , un vrai homo conus .

      Une application d’étude anthropologique par nationalité montrerait surement en partie que vos remarques sont peut être fondées , mais si ma proximité de la Suisse et de l’Italie me permet une étude de terrain qui conforte un peu vos impressions , je trouve qu’il est de plus en plus difficile de détecter ce qui relève de l’inné ou de l’acquis national dans la façon de conduire , et que les suisses et italiens qui roulent par chez nous conduisent assez rapidement ( moins de deux heures d’assimilation )comme des français .

      Ce qui confirme que le moule national cède assez rapidement devant le comportement grégaire , surtout quand il pousse au pire . On aimerait que ce soit la même chose pour pousser au mieux , l’Europepar exemple .

  18. J’ai découvert voici plusieurs années quelle jouissance profonde il peut y avoir à respecter scrupuleusement les limitations de vitesse. Et à imaginer les raisons qu’ont presque tous les autres à se mettre en colère, à s’indigner, à ne pas décolérer et à secréter des acides divers dans leur estomac… et tant d’autres raisons de plaindre leur dépendance à la vitesse conformément aux exigences du capitalisme.
    Un conseil pour ces impatients ? Qu’ils se lèvent de bonne heure et partent plus tôt pour apaiser leurs coeurs !

    1. Sans compter tous ces crétins qui arriveront trop tard au chevet de leur proches mourrants, qui perdront leur boulot par ce qu’ils sont en retard, qui mourront sur le parvis de l’hopital, ou encore qui n’arriveront pas à temps pour éteindre le début d’incendie de votre maison… Vous avez raison, penser aux autres c’est une bonne chose Monsieur le Juge-Pénitent 🙂

      http://dazibaodialectique.over-blog.com/article-comprendre-la-chute-d-albert-camus-49361390.html

    1. Dieu ou le Diable auraient chacun de bonnes raisons de limiter la vitesse à 80 km/h. Il n’est donc que justice qu’un 3.ième larron en empoche le bénéfice moral ou électoral. Ce qui nous amène inévitablement à la question de la rébellion improbable, le nez sur le volant.

      1. Dieu et le diable , maîtres du temps ,n’ont même pas besoin du concept de vitesse , ni même de mort .

        Ils demandent qu’on leur foute la paix .

    2. Ah ? Mais vous ne voyez pas que c’est une diversion à bon compte ? ça a al’air généreux, ça ne coûte rien, ça vous pose en « père la rigueur, défenseur des enfants », mais ça sert surtout à ce qu’on ne regarde pas le reste non ? par exemple les émeutes à Nantes…

  19. Il a dit comment déjà Philippe ?… « nous ne cherchons pas à emmerder le monde ».
    Seriez vous définitivement prêt à entrer en politique Mr Jorion? 😉 🙂

      1. C’était juste pour équilibrer le podium , après la médaille de Chaponik .

        PS : le taulier n’a pas dit non .

  20. Il fallait prendre l’autoroute (payante) – (ironie). Au fait, qui a entendu parlé de l’OPA en cours sur les autoroutes du Nord et de l’Est (l’appétit des capitalistes est sans fin… ). …

    1. Rentier un jour, rentier toujours.
      L’inégalité galopante de la répartition de la richesse crée (« imprimée », qantitative easing oblige) leur donne des ails pour tout acheter.

    2. Je ne connais pas spécifiquement l’état et la réalité de ces cas , mais ce que je peux vous dire , c’est que ce n’est surement pas une OPA .

      Quand l’Etat privatise ou semi-privatise les bijoux de famille , c’est toujours le président ( par l’orientation ) , le premier ministre et Bercy qui sont à la manœuvre , jamais les ministres gestionnaires du domaine ( sauf pour « meilleure exécution » ) , pour conduire la mise aux enchères .

      Mais c’est vrai que sur les biens publics historiques , les enchérisseurs privés ne manquent pas , surtout quand ils sont surs , comme dans le cas qui nous intéresse , que les usagers addicts sont aussi nombreux et avides de poursuivre , que les citoyens portés sur les listes électorales .

  21. Confidence pour confidence, j’ai mal dormi cette nuit.
    Hier, j’ai enterré ma voiture.
    Si ! Je l’ai amené à la casse.
    Elle m’accompagnait un peu partout sur les routes depuis le siècle dernier : 1994.
    C’est fou comme on s’attache au peu que l’on a. Les poètes l’ont reconnu, fort peinés aussi les encyclopédistes.
    Pfft ! C’est un peu comme pour son chat, son chien, sa compagne… mais qu’est-ce que je raconte ?… Voyez, je vous prend à témoin… j’en suis tout perturbé…
    Du coup j’ai repris une autre voiture !
    C’est terrible !

  22. Pour être plus précis: la société en question a fait l’objet d’une privatisation, ça fait déjà quelques années ( d’ailleurs, cela avait commencé par un changement de statut, puis par une ouverture de capital ( où à cette occasion, le président directeur général de l’époque avait fait une présentation à l’ensemble des cadres, en précisant que surtout, il n’était pas question de privatisation), puis quelques temps après, la privatisation a eu lieu (le pdg avait eu le temps de changer entretemps….). Celle-ci avait pu se faire, mais « laborieusement », car il faut savoir, que les investisseurs ne se bousculait pas autant (les deux meilleurs morceaux étaient déjà pris par deux autres groupes, Vinci et Eiffage). Dons des investisseur dont un groupe Espagnol majoritaire, ont « achete » le réseau autoroutier (la concession court jusqu’en 2031). La Caisse des Dépôts et Consignation avait d’ailleurs participé au « tour de table » pour boucher les trous. Quelques années plus tard, le groupe Espagnol a achete les autres parts, et aujourd’hui, c’est un nouveau consortium international qui rachète tout…voilà pour le pitch, et pour en savoir plus, je suis qu’il y a d’excellente revues spécialisées et ce n’est pas Pif Poche…(!).

    1. Tout n’est pas net dans votre reconstitution historique , mais ça ne sent pas forcément bon tel qu’exposé .Quand des chacals se battent ou discutent , le « client » n’est pas le mieux servi .

      Précision générale : même pour des concessions , la domanialité des terrains n’est pas « privatisée » , et sauf cas que je ne connais pas , ce « domaine » revient à la puissance publique au nom de qui les DUP ont été conduites , au terme de la concession . Ce qui est « concédé » , c’est l’exploitation avec les charges et bénéfices qui vont avec , pour la durée prévue au contrat ( souvent trop longue ).

      1. Notez au passage, le montage financier de Lisea : Vinci est à la fois investisseur et entreprise de construction (traduire : c’est elle qui fixe les prix…). Sans présumer des comptes de l’opération, je ne vous dit pas le conflit d’intérêt: être à la fois « maître d’ouvrage » et entreprise qui réalise les travaux, ça facilite beaucoup le business . Bon, il y en a pour 50 ans de concession, donc d’ici là l’eau aura coulé sous les ponts….

  23. Tous ces commentaires sont des formulations interpersonnelles de chacun des auteurs. Ils sont responsables d’écrire n’importe quoi sur des problèmes rencontrés par des personnes rencontrant de grosses difficultés pour se rendre à la ville.
    Ca fait plusieurs jours que j’essaie de comprendre votre raison d’être.

    La sociologie de l’internet n’est pas adaptée au cerveau humain et brouille les humains entre eux.

    Un livre que j’ai apprécié : la société de verre de Philippe Corcuff.

    Bien à vous et à un de ces jours à Ste Foy la Grande ou ailleurs.

    Bel été

  24. @juannessy
    « Tout n’est pas net dans votre « reconstitution « historique »…..hum…resumer dans un petit commentaire un tel sujet n’est pas l’objectif. En revanche (car je suis un peu vexé, il faut le dire), si « pas net  » signifie « pas clair » ou « pas juste », précisez, je me ferais un plaisir de développer…(!).

    1. J’essayais de bien comprendre et dater la situation de départ du réseau qui vous intéresse , son articulation avec les autres réseaux, les statuts juridiques successifs , les clauses de contrat ,l’évolution des trafics , des effectifs ,des organisations , des comptes financiers ….

      Votre probité ou clarté d’expression n’est pas en cause , mais dans les dossiers  » sensibles  » il faut d’abord éplucher consciencieusement le dossier .Ou on est mort et ridicule .

      Ce qui prend du temps et de la consultation d’archives , impossible ici .

  25. Merci. . Notez que certaines données peuvent se retrouver sur internet, par exemple, la privatisation à eu lieu en 2005 – présidence: monsieur Minc (il était de l’autre côté, auprès de Sarkozy, parmis les pros-privatisations avant celle-ci, tiens-tiens…..). Noter qu’à l’époque, le principal argument d’arbitrage porté plus ou moins publiquement à la connaissance, était de faire rentrer des sous à Bercy (environ 5 milliard d’€ – à vérifier), et rendre les comptes plus présentables (notamment en reportant la dette restant pour le remboursement de l’infrastructure autoroutière, de dette publique à dette privée). Il y avait un autre camp dont faisait parti à l’époque un certain De Robien, qui prônait l’idée d’utiliser les recettes de péage pour abonder un fonds d’investissement pour d’autres infrastructures de transport. On parlait de ferroutage à l’époque…mais c’était il y a longtemps (comme on le sait, c’est un succès et c’est plus efficient…pour les actionnaires – et plus cher pour les usagers, pardon, les clients)… et aujourd’hui Macron veut accélérer le programme des privatisations….et nous, les gogos…(!).

  26. @juannessy
    Un mot retient mon attention : celui de « probité  » . Je crois que vous en conviendrait, c’est une qualité requise essentielle pour qui veut se mettre au service de l’intérêt général (là, l’autoroute). Et (encore un petit temoignage), je peux vous dire que la privatisation a changé radicalement la « culture d’entreprise » ou dorénavant l’objectif à tous les étages (et surtout les plus élevés) fut….le profit. Enfin, question simple : peut-on considérer qu’une personne qui passe d’un statut de conseiller influent de décideurs politiques (sensés défendre l’intérêt general), et se voit attribuer un poste élevé par l’application de son conseil….n’est-ce pas contraire au principe de probité (si j’ose, je parlerais tout simplement de corruption) ?

  27. Et comme le sujet m’inspire, on voit bien comment à travers le cas de la privatisation des autoroutes, une part de notion de l’intérêt général est petit à petit corrompue au profit d’intérêts particuliers, essentiellement financiers, donc sur le dos des citoyens. Dernièrement une déclaration du ministre de l’économie disait en substance qu’il fallait laisser gérer par les actionnaires plus compétents (c’était un argument avancé pour les privatisations). A dire cela, ou l’homme est lui-même incompétent, ou il est corrompu….mystère….

    1. Vous auriez du soutenir Bayrou quand il a semé le branle . Les français avaient la tête ailleurs .

      S’agissant de l’évolution sous contrainte privatisation des services publics , je crois avoir un certain vécu , et l’expérience douloureuse que les dossiers et alertes portés par les syndicats ( dont le mien ) auprès des élus locaux ou nationaux , ou par voie médiatique ( forcément limitée par la nécessité de payer ) , n’ont intéressé personne depuis trente ans , même pas ceux qui se réveillent aujourd’hui en « râlant  » …trop tard .

      Remonter la pente est devenu hors d’atteinte financière avec un budget exsangue même , « bizarrement » , après tous ces apports au budget de l’Etat apportés par la vente aux enchères du bien public , ou les « économies  » sensées être apportées par les PPP .

      La dette , la dette , la dette ,on vous dit .

      Et l’inconséquence du consommateur , citoyen d’opérette .

      1. C’en est au point où l’on prétend que le citoyen s’exprime surtout et d’abord par son pouvoir de consommateur !

        Ce jour , dans le JDD , un article dans un encart entre page 23 et 24 ,  » dossier réalisé avec BFM business , Klesia et « Cercle de l’Entreprise et de l’Intérêt général », Extrait :

         » Le citoyen et le Consommateur ne font déjà plus qu’un  » , se réjouit Nawfal Trabeslsi , PDG de MacDonald’s France .

        Illustration consternante , en suite du Billet de François Leclerc sur « les deux modèles planétaires « ,

        https://décodages.com/2018/07/03/les-deux-modeles-planetaires/#comment-108224

        … de notre « encore – modèle »

      2. ??? direct de l’anglais à l’espagnol pas facile, mon anglais a ses limites hélas, j’ai beaucoup de mal a manipuler deux langues étrangères simultanément, d’autant plus que l’anglais je le traduit intérieurement en français mais plus l’espagnol (la pensée se forme directement en espagnol, les premiers symptomes ayant été d’être incapable de dire si j’ai rêvé en français ou en espagnol) mais avec du temps tout est possible. Reste que je n’ai aucune idée de ce a quoi il est fait allusion ici?

      3. @Dup :

        Merci de la réponse et de la sincérité de votre expérience .

        1- Bernadette , qui ,depuis , nous a quittés fâchée , nous faisait savoir qu’elle était descendante de réfugié ( ?) espagnol .

        2 – elle demandait à Paul Jorion la version française d’un texte qu’il avait mis en ligne ,et qu’elle ne pouvait comprendre .

        3 – Porté par ma bonté naturelle , et me souvenant que êtes intime avec l’Espagne , j’ai proposé votre aide pour faire une traduction directe en espagnol.

        4 – vous ne pouviez donc pas répondre à la commande .

        5- tout a foiré .

        6- je sais maintenant que vous rêvez en espagnol , ce qui ne m’arrive que lorsque je phantasme sur Victoria April .

      4. Je lis seulement aujourd’hui votre commentaire….Et il n’est jamais trop tard. Vous avez raison d’évoquer les PPP, la grande mode néolibérale qui infuse à l’intérieur des responsables de la chose publique, en réalité poussés à la roue par les grands groupes, qui voient là un business et une rente très lucratifs. L’argument de la dette et plus largement économique ne tient pas si l’on s’adonne à une analyse un peu serieuse. L’Angleterre, championne de ce genre de procédure, s’est arrêté récemment, parce que l’accumulation des loyers finissant à grever les budgets…., les pouvoirs publics croulant sur les loyers (pardon, les redevances) accumulées au fil des PPP qui ont ete contractés, sur le dos du citoyen. Le plafonnement de la dette est pris comme alibi pour ce genre de montage, car comme dit plus haut, la collectivité publique ne s’endette pas en échange d’un loyer sur le long terme. Une aubaine pour un politique pas trop scrupuleux qui veut montrer à ses administrés qu’il gère bien, en réalité en reportant la facture sur les générations futures….

    2. Quelle compétences sont donc nécessaires, pour relever les compteurs ? Le business des autoroutes n’a pas l’air d’être quelque chose de difficile : les gens entrent, ils prennent un ticket, et quand ils sortent, ils paient. C’est aussi facile que de relever des compteurs d’eau, c’est sans doute pour ça que Vinci s’est jugé compétent !

      Il y a plus difficile comme business, quand il faut trouver des clients par exemple.

  28. La nuit je mens
    Je prends des trains à travers la plaine
    La nuit je mens
    Je m’en lave les mains
    J’ai dans les bottes des montagnes de questions
    Où subsiste encore ton écho.
    ________________________________

    Chauffard !

      1. 28 nuances dans le gri-gri, mon cousin.

        Bachi-bouzouk
        Mille millions de mille sabords
        Bougres de faux jetons à la sauce tartare
        Coloquinte à la graisse de hérisson
        Espèce de mérinos mal peignés
        Cyrano à quatre pattes
        Zouave interplanétaire
        Ectoplasme à roulettes
        Bougre d’extrait de cornichon
        Jus de poubelle
        Espèce de porc-épic mal embouché
        Patagon de zoulous
        Loup-garou à la graisse de renoncule
        Amiral de bateau-lavoir
        Bayadère de carnaval
        Bougres d’extrait de crétins des Alpes
        Espèce de chouette mal empaillée
        Macchabée d’eau de vaisselle
        Astronaute d’eau douce
        Bulldozer à réaction
        Simili-martien à la graisse de cabestan
        Concentré de moules à gaufres
        Espèce de mitrailleur à bavette
        Tchouck-tchouck-nougat
        Garde-côtes à la mie de pain
        Papou des Carpates
        Sombre oryctérope
        Traîne-potence

      2. Badobè , pi to chomi , lo chi to jappe !

        Foutro galapiat qui en sait aux ognes!

        Ha , bayer aux aglands , pour mieux échargner, tire pas peine , y en a des mazots qui vont à borgnon , et qui vont ramassé une trempe et finir tout émazelés .

  29. Halte à la violence étatique !

    Supprimons le code de la route avec ses restrictions et sanctions iniques , et le permis de conduire trop compliqué et qui coûte cher en creusant les injustices .

    Vive la liberté sans entraves sur une route terrain de jeux et d’expression du goût du risque et de l’audace !

    Mort aux vaches !

  30. En France, je me fais chaque année klaxonner, oui , j’avoue en effet que je prends mon temps, en vacances…C’est là que je rejoins le regretté DEVOS en le paraphrasant dans son sketch: « Où courent-ils donc tous? Mis à leur perte, voyons! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.