États-Unis : « Trop de choses dans l’actualité qu’on puisse raconter comme une seule histoire… »

Ouvert aux commentaires.

« Trop de choses dans l’actualité qu’on puisse raconter comme une seule histoire… », c’est le début d’un article en une du New York Times.

En effet, l’actualité se bouscule aux États-Unis : entre l’effritement jour après jour du marché boursier, l’appareil militaire qui prend, comme un seul homme, ses distances quant à la décision de Trump de retirer les troupes américaines de Syrie – le ministre de la Défense Jim Mattis démissionnaire en premier (« une sorte de Démocrate », selon Trump), et le shutdown samedi : la mise en veilleuse faute de budget d’une partie de l’État au niveau fédéral, en commençant par le salaire de certains fonctionnaires. N’en jetez plus !

Il leur reste deux options (l’impeachment prend beaucoup trop de temps) : le coup d’État militaire ou bien arrêter Trump pour haute trahison dans la nuit qui vient, en abandonnant l’idée sympathique de suivre pour en arriver là la procédure complète comme le fait en ce moment la commission Mueller.

J’ai rédigé une chronique à paraître dans le prochain numéro du magazine Trends-Tendances sur le Brexit comme première manifestation du collapse, l’effondrement généralisé, et il se sera passé moins d’une semaine avant que je ne puisse faire exactement pareil pour les États-Unis. Où va le monde ? Je vous le demande !

Partager :

30 réflexions sur « États-Unis : « Trop de choses dans l’actualité qu’on puisse raconter comme une seule histoire… » »

  1. En effet, le cheval monde prend le mors aux dents.
    Joyeux Noël !
    Un démissionnaire de plus dans l’entourage du « Président » qui lui, va devoir troquer sa résidence La Maison Blanche contre une maison d’arrêt.
    Quelle(s) histoire(s) !

  2. Bonjour le blog,

    « Il leur reste deux options (l’impeachment prend beaucoup trop de temps) : le coup d’État militaire ou bien arrêter Trump pour haute trahison dans la nuit qui vient, en abandonnant l’idée sympathique de suivre pour en arriver là la procédure complète comme le fait en ce moment la commission Mueller. »

    Même si il est avéré que Trump ait commis une faute de « haute trahison », le monde politique Américain ne le « dézinguera » pas. Ils attendront patiemment 2020 en s’assurant qu’il ne puisse pas se représenter. On aura un speech sur la santé du président qui l’empêche de briguer un nouveau mandat et blabla ….et le coup est joué…..On oubliera l’affaire…
    Alors pourquoi je dis çà, élargissons le tableau. Les États Unis sont en guerre avec la Chine. Ils ne peuvent pas se permettre de subir les inévitables secousses économiques liées à une destitution de Trump et puis plus grave le camouflet terrible que cette affaire représenterait aux yeux du monde entier. Vous rendez vous compte de l’impact: la première puissance du monde manipulé par un pays dont le PIB équivaut à celui de la Corée du Sud (oui, on l’oublie mais la Russie , c’est çà….le PIB de la Corée du Sud….ouah, cela fait peur…..). Cela serait dévastateur dans l’esprit des gens. On aurait la première preuve de la faiblesse de la démocratie du maître du monde. Les politiques Américains ne le supporteraient pas. Et en face, vous auriez le modèle Chinois en pleine ascension prêt à prendre le relais de l’empire en déclin….. Chaque fois qu’un haut dirigeant Américain rencontrerait un haut dignitaire Chinois, il aurait droit à sa petite piqûre de rappel….Insoutenable, je vous dis. Quand vous êtes habitué à donner la leçon au monde entier, vous pouvez pas le digérer….

    Tout çà me fait dire que je parie pour « l’étouffement de l’affaire » mais si en revanche ils vont jusqu’au bout alors là je dirais chapeau messieurs les Américains! Vous avez des principes, votre démocratie n’est peut être pas encore tout à fait morte……mais bon j’ai des doutes…..;-)

    1. Pas sur que ça attendra 2020, un krach économique est très proche si Trump tombait pour haute trahison il entrainerait aussi l’economie dans les abimes et donc serait accusé pour ça, ce qui laisserait un retour evident pour les democrates qui n’auront pas à se soucier de qui sera leur representant à la presidence, les republicains patriotes, qui suivaient à fond Trump en pensant qu’il serait leur sauveur et de constater ses mensonges et ceux d’un certain Q anonyme soutenant Trump dont on trouve regulierement sur le net des publications d’un « plan » que Trump aurait pour detruire les democrates, ces patriotes seraient aneantis de voir leur heros les avoir trahis. Le plus tôt serait donc le mieux.

  3. Dans le Spiegel aujourd’hui, ce titre qui résume bien les choses « Trump macht das Chaos perfekt » – Trump perfectionne le chaos.

    Ce qui est impressionnant avec ce président, c’est à quel point même à l’intérieur de la logique qu’il a mis en avant pour être élu, et qu’il prétend aujourd’hui poursuivre, il est défaillant :

    1. La logique comme quoi une opération militaire qui n’est plus utile doit être arrêtée est à la base parfaitement saine. Mais Trump en conclut qu’il convient de mettre fin à l’engagement de 2 000 soldats américains en Syrie, où leur utilité est assez claire, alors qu’il maintient plus de 10 000 soldats américains en Afghanistan, là où ils ne servent plus à rien, sans perspective de sortie par le haut, et depuis longtemps encore.

    ===> Trump aurait pu tout à fait « économiser » des vies, du potentiel militaire et des milliards de dollars, et cinq fois plus encore, sans aucun inconvénient notable… s’il avait réfléchi deux minutes au meilleur endroit pour le faire !

    2. La logique consistant à ne pas faire la guerre pour autrui a aussi sa validité. Mais voici la séquence telle qu’elle apparaît du point de vue kurde :
    a) Prendre en charge – avec plusieurs alliés Syriens arabes notamment chrétiens – la grande majorité des combats au sol contre l’organisation « Etat Islamique » en Syrie, remporter les principales victoires en souffrant de l’essentiel des pertes humaines
    b) Quelques jours à peine après la fin d’un effort majeur contre le dernier réduit territorial de l’E.I., se faire lâcher comme une vieille chaussette par les Etats-Unis et livrer aux tendres embrassades de la Turquie… le lendemain de l’annonce d’un contrat de 3,5 milliards de dollars de vente de missiles Patriot à Ankara
    Autrement dit, c’est un allié qui vient de rendre un service important aux Américains comme aux Européens, et un allié qu’il ne coûtait pas grand-chose aux Etats-Unis de continuer à soutenir, qui se fait lâcher en rase campagne. Donald Trump ne respecte même pas un quelconque « délai de convenance avant trahison », il n’essaie pas de mettre la moindre feuille de vigne sur la vente à l’encan des intérêts d’alliés qui mériteraient plutôt de la reconnaissance. Il se soucie comme d’une guigne de la réputation de son pays.

    ===> Si l’objectif était de ne pas faire la guerre pour autrui, il aurait été beaucoup moins honteux de laisser les Européens se défendre tout seuls, car eux en sont parfaitement capables. Cela aurait aussi généré beaucoup plus d’économies, en termes de bases militaires à fermer ou de troupes d’intervention dont le nombre aurait pu être diminué.

    3. Tout le monde ne souscrit pas à l’objectif de Trump de faire cesser l’immigration illégale – qui est reste toutefois soutenu par une majorité, que ce soit aux Etats-Unis ou en France. Mais si c’est l’objectif, il ne sert pas à grand-chose de construire un mur qu’il ne sera de toute façon pas bien difficile de passer – demandez aux trafiquants de drogue mexicains, artistes du creusement de tunnels !

    ===> Il serait bien plus efficace de lutter sérieusement contre le travail non déclaré aux Etats-Unis, empêchant les employeurs de payer des immigrés illégaux au lance-pierres donc faisant diminuer leur incitation à en faire venir davantage – puisqu’ils n’y trouveraient pas d’avantage financier

    4. Et même si l’on imagine que construire un mur est absolument nécessaire et justifie la pression maximale sur un Parlement récalcitrant donc la menace du « shutdown », il n’est pas nécessairement très efficace de d’abord paraître se ranger, puis de confirmer qu’on refusera de signer si le financement du mur n’est pas inclus seulement au dernier moment, lorsque les parlementaires n’ont plus le temps matériel même de « se coucher » pour éviter le « shutdown », quand bien même ils le voudraient.

    ===> Même pour appliquer une politique stupide, il serait possible d’au moins s’y prendre de manière à laisser une chance à l’adversaire politique de se ranger à vos vues !

    La suite est assez nébuleuse, surtout après le départ de James Mattis dont il se murmure qu’il a plusieurs fois retenu Trump d’appliquer des impulsions irréfléchies – par exemple un ordre qu’il avait donné de faire assassiner Assad après une attaque chimique syrienne. La politique militaire américaine pourrait devenir plus instable l’année qui vient. Et source d’instabilité mondiale cela va sans dire.

    Cela dit, je ne vois pas de « deus ex machina » se profiler pour éviter les conséquences. On n’arrête pas pour haute trahison un président à moins d’avoir des preuves irréfutables de la chose, qui n’y sont pas forcément à supposer encore qu’il y ait eu trahison, et encore d’avoir assuré ses arrières en termes de conséquences dans le pays. Or Trump reste à 40% d’approbation de sa politique, et rendre furieux 40% de la population n’est pas la meilleure manière de cultiver la stabilité – c’est une litote.

    Je crois que Trump ne perdra pas le soutien de ces 40% d’Américains avant :
    – Soit d’avoir provoqué une véritable catastrophe, quelque chose que les Américains sentiraient concrètement et durement dans leur vie,
    – Soit que les Démocrates aient réussi à créer une alternative qui répondrait visiblement et positivement à la colère et au mépris pour leurs gouvernants habituels que partagent les Américains pro-Trump

    Il est à craindre que ce soit le premier de ces scénarios qui se réalise.

  4. Je parie un chili con carné avec une bière que Trump termine son mandat ! J’adore parier à 10 contre 1. Mais en fait je suis assuré de gagner. Mitterand devait mourir rapidement de son cancer qu’ils disaient…

      1. Je double la mise alors !

        Accessoirement, si tu es convaincu de ta proposition, que Trump nous aura tous tués avant de finir son mandat, alors faisons immédiatement le pari suivant :

        Je fais banco et je mets tous mes biens et mes avoirs à ta disposition, ainsi que ma personne (comme soubrette ou jardinage ou whatever), sinon, toi en échange, tu écris dans deux ans sur le blog le plus « optimiste » du monde occidentale que :

        « Le meilleur c’est CLOCLO, car lui seul est devin ! »

        Top là !

    1. Trop fastoche CloClo : il est malheureusement assuré que personne ne prendra le risque d’expédier comme il se doit Trump avant expiration de son mandat, pour diverses raisons ayant attrait exclusivement à la politique,

      1. Faut pas trop asticoter ces mastodontes je trouve ça hyper dangereux et assez irresponsable , c’est clair qu’ils nous entraineraient tous dans leur chute !

      2. Il est bien possible que son entêtement à aller au shutdown pour avoir le budget afin de bâtir sa muraille lui serve en fait de prétexte pour démissionner. Il constaterait son incapacité à pouvoir diriger selon ses goûts et motivant donc son acte comme une impossibilité d’agir plutôt que d’avouer une capitulation en rase compagne devant Mueller. En tout cas, l’appel à sa démission devient virale !

        C’est la première fois de ma vie que je serai heureux de perdre un pari ! 😀

        Mais bon, entre l’espérance et la réalité y a souvent un fossé…

        1. « Je fais banco et je mets tous mes biens et mes avoirs à ta disposition, ainsi que ma personne (comme soubrette ou jardinage ou whatever) »

          Je me contenterai du chili con carne et de la bière !

      3. Il faut rendre à César ce qui est à Jésus, et cette analyse, la tienne, sur la commission Mueller/ démission de Trump est particulièrement bien pensée et étayée selon les maigres éléments à notre disposition. Disons le, si cela se produit, c’est historique, l’avoir senti, montre que ton nez de fin limier est toujours d’actualité. Même si on attends encore la crise de la dette commerciale à la suite de celle des subprimes… Chapeau l’artiste !

        Mais je ne voyais pas le Donald quitter son poste sur cette raison là, haute trahison, et de son propre chef, malgré la pression de Mueller. C’était signer son arrêt de mort auprès de son électorat, voir carrément physiquement, car y a un bon paquet de dingues armés parmi ses soutiens ultra. En revanche avec cette histoire complètement stupide de mur qu’il ne peut pas financer, et sa crise fixette dessus, il a sa porte de sortie en plaqué Or.

        You’re fired Donald !

        En tout cas, voilà une série d’événements passionnants qui nous promet une année 2019 animée ! Je me suis laissé convaincre par l’argument.

        Tu acceptes les tickets restaurant ?

    2. Je suis un peu CloClo. Ce suspense sans fin sur l’empêchement imminent de Trump alors qu’il ne reste plus que 2 ans…

      Avant Trump il aurait été intéressant de prévoir son élection et d’en faire un bouquin. Mais c’est un peu tard.

      Aujourd’hui il serait passionnant de nous proposer vos réflexions sur l’après Trump: retour à l’alternance Républicain vs. Démocrates et Démocrates vs. Républicains ? Guerre civile ? Désunion des États-Unis d’Amérique ? Conséquences pour nous ? Et un bouquin sur ce thème, bien sûr.

      Et si ça se passe comme prévu, vous aurez définitivement votre place dans les dictionnaires du futur (s’il en reste).

      1. Dans la rubrique histoire de l’avenir , il y en a au moins un ( sans doute beaucoup plus d’ailleurs ) qui avait 4 coups d’avance dès 2006 .

        Hélas , parce qu’on est en train de vivre les trois premiers coups ou presque , plus rapidement que prévu , et que je n’ai donc que l’occasion de voir et subir l’amorce du troisième coup qui peut être le coup final ,avant que n’advienne le quatrième ,sensé être plus optimiste sinon salvateur .

      2. Encore deux ans, alors ? J’avais espéré que les Américains se réveillent aux élections de novembre dernier et défassent par eux même ce qu’ils avaient fait. Alors encore deux ans pour un empêchement de Trump par les urnes ? Franchement pour ce qui me concerne, je préfèrerais, ça aurait moins l’air d’un coup d’état.

        Mais je maintiens : aujourd’hui ce qui m’intéresserait vraiment, ce serait un peu de prospective sur l’après Trump, avec quelques scénarios classés par ordre de probabilité. Personnellement, je n’en ai aucune idée, je ne connais pas les US de l’intérieur, et je ne m’en porte pas plus mal.

      3. Pour ce qui est de prévisions, je suis encore aujourd’hui bluffé par un bouquin écrit en 1993 que j’avais trouvé dans une poubelle vers 1997. Et je suis toujours étonné d’une conversation en 1999 avec un comptable français qui passait une partie de ses loisirs à s’intéresser aux grands équilibres financiers mondiaux (on passe le temps comme on peut, je plante bien des cormiers :). De mémoire il s’intéressait à la croissance des dettes.

        Tous deux avaient prédit une grosse, mais alors une très très grosse crise financière/économique vers 2008. Je supposais bien qu’il y aurait une crise un jour, mais de là à prédire une année de déclenchement, je dois dire que je n’y croyais pas. J’ai filé le bouquin au comptable, puis je l’ai perdu de vue, je crois qu’il est mort.

        Le bouquin c’était par Harry Dent Jr « The Great Boom Ahead » et dans la poubelle j’avais trouvé la traduction en français « Le Grand boom de 1994 ».

        Apparemment, un peu plus tôt, dans les années 80, le même Harry déconseillait fermement d’investir au Japon dont il prétendait que l’économie allait salement se casser la g… Pour rappel, à cette époque tous les commentaires avisés des experts et autres journalistes étaient sur le mode : « Planquons vous, les Japonais arrivent, ils vont tous nous bouffer… ».

        Ce gar, Harry, a ses fiches wikipedia anglaise et française, certainement à cause de la traduction de son bouquin, mais pas allemande ou autre. Il n’est bien évidemment pas reconnu par la caste des « économistes » académiques dont il n’est pas issu. Alors que Harry, tout comme Paul, devrait avoir droit au prix Nobel……..

        Tout ça pour dire: je pense que s’il n’y avait pas eu les subprimes dans l’immobilier américain, il y aurait eu spéculation et accumulation de dettes douteuses dans un autre domaine avec les mêmes CDO(^N) suivi de exactement la même crise au même moment… Même si, il faut bien le reconnaître, il est criminel de jouer avec l’actif le plus important de son propre pays, n’est ce pas les amerlos ? (ce qu’on sait peu en Europe, c’est que hors les subprimes, tout bien immobilier US pouvait servir de machine à cash, je me demande si ça a changé).

        1. Harry Dent Jr est en effet un grand prédic[a]teur professionnel ! Il est malheureusement passé à côté de tout ce qui comptait vraiment. Il a loupé en particulier la crise des subprimes. Ah zut ! pas de chance !

  5. Il manque surtout l’audition des lanceurs d’alerte dans l’affaire « Fondation Clinton », hallucinante (la mauvaise foi des auditeurs est presque surréaliste).
    Quelques extraits :
    https://www.youtube.com/watch?v=wrJYd87m9Kk
    On y parle de :
    – détournements de dizaines (centaines?) de millions de dollar
    – protection manifeste des Clinton par la Justice et l’appareil d’Etat

    Sur le feu :
    – Haute-trahison (au bénéfice… de la Russie ! Cf. Affaire « Uranium One »).
    – Commandite d’assassinats multiples, ciblant les témoins gênants (dernière victime en sate : Seth Rich).

    Les medias ont jeté, aux USA et ailleurs, un voile pudique sur l’affaire, manifestement pour l’étouffer (après tout, il suffit de tenir le temps que Trump soit destitué pour pouvoir tout étouffer).
    J’imagine ce que les mêmes auditions à propos de Trump auraient trouvé un vague relai dans la presse US et FR.

  6. Actons que cela se passe ainsi, et que Donald quitte la Présidence, il serait maître de lui même en fait, ce qui n’est pas malgré tout aussi évident, le gars est un peu étrange, et pourrait rebondir follement, qu’est-ce qui se passe ? Qui prend la suite ? Le vice président ? Hmmmm, qui est vraiment ce type ?

  7. Peut-on donner une date pour la démission alors ?

    Si le fait déclenchant est bien la commission Mueller, mais que le prétexte avoué est une incapacité à mettre en oeuvre ses désirs budgétaires, alors on a :

    Sachant que :

    « le patron des sénateurs démocrates Chuck Schumer rend l’occupant de la Maison Blanche responsable de la situation. « Si vous voulez ouvrir le gouvernement, abandonnez le mur, purement et simplement », a-t-il dit, fustigeant une barrière « chère, inefficace, dont la majorité des Américains ne veulent pas ». »

    Et que,

    Le 116e Congrès des Etats-Unis, siègera dès le 3 janvier.

    Que,

    Le plus long shutdown a duré 21 jours (sous Clinton) et que là il a démarré vendredi.

    Une démission devrait intervenir d’ici à la troisième semaine de janvier. Je dirais entre le 14 et le 31 janvier.

Les commentaires sont fermés.