L’argent-dette n’est pas une monnaie mais une marchandise

L’argent, mode d’emploi (Fayard) aura dix ans au mois d’octobre. Je l’ai eu en main ces jours-ci en raison d’une discussion pointue avec un lecteur, sceptique au départ. Je rappelle que ce livre a été l’oeuvre commune des lecteurs du blog ici-présent.

Le recul des dix ans écoulés me conduit à dire ceci (et je sais que je cours le risque d’un prix Nobel d’économie en le disant, mais je prends mes responsabilités 😀 ) : L’argent, mode d’emploi est à ma connaissance le seul ouvrage décrivant correctement la monnaie et ses mécanismes.

Certains me rétorquent : « Mais M. Jorion, il y a des rapports émanant de banques centrales disant le contraire de ce que vous affirmez ! » À quoi je leur réponds : « Vous voyez ! On ne peut pas continuer comme ça : il faut que ça change ! » Et j’ajoute : « J’ai passé 18 ans dans les banques, et pas n’importe où : dans la soute, dans la salle des machines, à la chaudière. Je n’étais pas particulièrement content de me trouver là et donc déterminé à ne pas perdre le temps que j’y passais : je voulais comprendre avant d’en sortir comment fonctionne le monstre ! »

« Une reconnaissance de dette ne peut pas être une monnaie puisque son prix – c’est-à-dire son équivalent en monnaie – est constamment redéfini par le rapport de force entre acheteurs et vendeurs, comme pour toute autre marchandise. »

P.S. Ce serait une oeuvre de salubrité publique que ce livre soit maintenant publié dans d’autres langues que le français, si vous avez des contacts, soyez gentils de me les signaler.

Partager :