Paul Jorion absent de la liste Place Publique

Vous êtes ce matin 2.845 à avoir signé la pétition intitulée Pour que Paul Jorion soit député au Parlement européen, où il est dit « nous souhaitons que Place Publique et le Parti Socialiste appellent Paul Jorion à être candidat sur leur liste aux élections européennes de mai 2019 ».

Pour ce qui est de Place Publique en tout cas, votre appel n’a pas été entendu : mon nom ne figure pas sur la liste de 26 noms que le mouvement soumet à votre vote hier et aujourd’hui.

Vous me demandez pourquoi ? Je n’ai pas d’éléments d’information particuliers, j’ignore même l’identité des personnes ayant établi la liste. Tout ce que je peux faire, c’est vous offrir ma propre analyse. Je serai très bref.

Place Publique s’est créé avec l’objectif de constituer un grand rassemblement à gauche là où existait autrefois un grand Parti socialiste. Place Publique n’a obtenu qu’un seul ralliement, celui précisément du Parti socialiste résiduaire. Un accord s’est mis en place entre PP et PS d’une liste commune où Raphaël Glucksmann serait mis en tête et où les places seraient partagées moitié-moitié entre les deux partenaires de l’accord à partir de la quatrième, les représentants des mouvements ralliés trouvant leur place dans la moitié PP, décision logique puisque la valeur ajoutée de PP serait précisément dans le ralliement d’autres partis au grand rassemblement.

Or le grand rassemblement n’a pas eu lieu. Les intentions de vote aux élections européennes pour le Parti socialiste oscillaient au moment de la création de Place Publique entre 6% et 7%, elles sont aujourd’hui pour le PS et PP ensemble, de 6,5%.

À partir de cette constatation, et si les intentions de vote se maintiennent à ce niveau, la seule personne à proprement parler éligible sur la partie de liste PP, à part Raphaël Glucksmann, est Aurore Lalucq, transfuge de Génération.s, mise en tête de la liste du côté féminin sur la foi, j’imagine, d’un coup de théâtre encore espéré. Les autres noms mentionnés ne sont là qu’à titre symbolique.

Reste la question : pourquoi mon nom n’est-il pas là, même à titre symbolique ? La raison est la même que pour une autre question : pourquoi les dirigeants de Place Publique n’ont-ils même jamais mentionné mon nom comme celui d’une personne s’étant ralliée à leur mouvement ?

La réponse se trouve, me semble-t-il, dans cette capture d’écran :

Paul Jorion : 3.153

Raphaël Glucksmann : 832

Jérôme Karsenti : 508 …

Ma présence déséquilibre le mouvement, où la popularité n’est pas déterminée par la vox populi, mais statutairement et par les accords de partis.

Partager :