Les gens qui veulent notre bien ! Des noms !

Ouvert aux commentaires.

Tout à l’heure, sans chercher à faire de mal à personne, je suis allé acheter une boîte de cigarillos. Je vous montre tout de suite à quoi elle ressemble.

Si je la retourne, je n’échappe pas au cauchemar : c’est exactement pareil ! Heureusement, il me restait dans un tiroir une vieille boîte vide. J’ai transvasé et je vais pouvoir fumer de temps à autre un petit cigare sans devoir penser que je suis tombé dans l’univers de Massacre à la tronçonneuse.

Si en titre je vous réclame des noms, c’est que j’aimerais bien savoir qui sont les gens qui se préoccupent de notre bien-être avec un tel souci. Non pas que je veuille les déranger : ils doivent être très occupés à découper des images d’enfants obèses à mettre sur les boîtes de hamburgers McDonald, à imprimer des stickers géants décorés d’accidentés de la route morts ou en tout cas sérieusement mutilés à coller sur le capot de toutes les voitures, mais j’aimerais bien leur donner quelques idées supplémentaires, comme des panonceaux à mettre dans certaines villes de chez nous, avec une belle photo d’un enfant raccordé à plein de tuyaux surmontée de « Vivre dans notre ville expose vos enfants à une mort prématurée ! » Je cherche quelques municipalités volontaires pour servir d’exemple dans une croisade aussi salutaire que celle-là.

Partager :

71 réflexions sur « Les gens qui veulent notre bien ! Des noms ! »

      1. LES GENS QUI VEULENT NOTRE BIEN ! DES NOMS !

        Aussi, comme le souligne Thomas Porcher, dans son dernier bouquin : « Traité d’économie hérétique », il y a ce jeune entrepreneur, diplômé d’une grande école, qui, « plutôt que de combattre les causes de la pollution, préfère créer une application qui identifie les rues les moins polluées pour pouvoir faire son jogging. »

        Alertes pollution

        Avant de démarrer, découvrez l’indice de la qualité de l’air sur chaque parcours. Décidez de votre parcours EN PLEINE CONSCIENCE.
        ………………..
        Attention ,
        quelques exemples ci-dessous, pour éventuellement, en savoir plus cette nouvelle stratégie de communication :
        https://www.runnincity.fr/uploads/2/3/5/1/23515036/20170307_-_dossier_presse_runnincity_fr_-_dig.pdf
        http://blog.runnincity.world/2018/06/29/courir-paris-pollution/?lang=fr
        https://www.runnincity.fr/courir-a-paris.html

      2. Il peut très bien y avoir un biais statistique du fait que le nombre de fumeurs diminue, car on écarte systématiquement la pollution des causes à partir du moment ou une personne est fumeuse. Ce n’est donc pas forcément seulement la qualité de l’air qui diminue mais paradoxalement la qualité de vie qui augmente arf !

  1. Ce soir j’ai vu au JT de la RTBF une personne qui est porte parole à la fois de la ligue contre le cancer et de l’association pour une société sans tabac….une association d’integristes anti tabac qui veulent nous infantiliser en décidant ce qui est bon pour vous…

    1. Si ça peut m’empêcher de fumer 2 paquets par jours ET me prémunir définitivement contre le cancer je demande a être infantilisé tout de suite 🙂

      1. Les stats que j’ai c’est : 90% des fumeurs qui ont un cancer c’est a cause du tabac mais seulement 10% des fumeurs ont un cancer. Pour les gros fumeurs comme moi on doit monter au moins au triple je suppose (j’ai pas les chiffres). Si on ajoute la maladie cardivasculaire et la BPCO on doit être dans les 70 a 80% de chance d’y rester à cause du tabac. Je fais aussi 15000 bornes par an environ et là ou je vis plus de freins une seule fois et c’est ravin de 200m assuré… Sans compter le risque sismique lolol

  2. J’ai beaucoup ris
    Elles font vraiment peur ces images, même une bouche malade en vrai et moche !
    C’est un coup de l’I.A,
    quel humain normalement constitué voudrais avoir ça. Même en prévention c’est punitif.

    1. Ce ne sont pas ces images qui m’ont décidé d’arrêter de fumer. Plutôt les mots d’un ami et son attitude bienveillante.
      Quelque temps après je me suis surtout focalisée sur ces cils protecteurs de la paroi des bronches qui disparaissent quand on fume et qui repoussent en quelques mois si on arrête me disait-il. Je ne le savais pas et j’ai parfaitement visualisé ce qui pouvait se passer dans mon corps. Je n’ai cessé de penser à ces cils qui reprenaient vie pendant quelques mois. Voilà maintenant j’ai la forme. Merci infiniment à lui

  3. Il faudra bientôt mettre carrément des panneaux sens interdit devant les femmes qui accouche ?
    Ou bien une voix électronique qui nous rappelle le taux de particules fines qu’on inspire à chaque respiration.
    C’est infantilisant au possible.

  4. Qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui dire à mon arracheur de dents ?
    Un jour, une femme lança une carte postale depuis le train qui l’envoya à la mort.
    Elle s’appelait Etty Ellysum.

      1. Critique constructive ? Trop long. Je n’ai ni envie ni le temps pour ça. Je préfère perdre mon temps avec d’autres sujets.

      2. Bon maintenant que le débat ici s’est calmé, quelques précisions pour répondre à Paul et ne pas me faire taxer de troll (je commente ici par-ci par-là depuis 2008 je crois.).

        Mon père fumait. Il fumait beaucoup. 2 paquets de gauloises par jour. Le matin quand je me levais pour aller à l’école, il y avait un nuage bleuté qui planait à travers l’appartement. J’ai un jour calculé qu’il a crâmé un pavillon de banlieue parisienne sous forme de cigarettes. Une horreur. Quand nous, mon frère et moi, lui en faisions le reproche, sa réponse était : « Heureusement qu’il y a la cigarette, sans elle je serais mort depuis longtemps ! ». Quelle mauvaise foi !

        Il y avait les sorties du dimanche à la campagne en voiture. Il insistait, il ne comprenait pas que si nous finissions par dégueuler, c’était dû à l’odeur insupportable de ladite auto.

        Puis, comme un con, j’ai été me marier avec une fumeuse. Et à votre avis, c’était pour qui, les déplacement au drugstore des Champs Elysées le dimanche matin à 8h parce qu’il y avait panne de clopes ? Aujourd’hui le plus jolie fille du monde en sortirait une au 1er rendez-vous, je la laisserais rentrer seule pour qu’elle en profite bien, de ses cigarettes. Sans compter la voix éraillée qu’elles se récupèrent au bout de quelques années de consommation. Et les médocs pour essayer de calmer la petite toux qui revient sans cesse. C’est moi que ça gêne le plus, vous me suivez ?

        Donc la mère de mon fils a bien fini par arrêter lorsqu’elle est tombée enceinte. A 3 mois. Du coup mon fils apprécie une petite clope de temps en temps, pour le moment celles d’après-repas. Vous savez bien, ses synapses ont fait les bonne connections, du point de l’industrie du tabac bien entendu, dès le stade intra-utérin. Puis un jour elle est rentrée d’un rdv avec des copines et m’a avoué en avoir repris une, mais qu’elle ne recommencerait jamais, au grand jamais, juré ! Elle en est à 1 paquet par jour depuis cette promesse il y a 20 ans. Je ne sais si vous pourrez me croire, mais c’est une des raisons principale de mon divorce. En tout cas je pense qu’elle n’a pas compris.

        Aujourd’hui j’appréhende le jour où mon sapeur-pompier de fils, 31 ans, aura les emm… normales de la vie et augmentera la dose… Il y a un petit problème héréditaire de tension sanguine dans ma famille. Un jour je l’ai accompagné chez le cardiologue qui lui a demandé s’il fumait. A sa réponse positive, le cardiologue en question lui a conseillé d’arrêter, mais précisant qu’il aurait beaucoup de difficulté. Selon lui la nicotine est une des drogues les plus dure qui soit, si elle avait été découverte de nos jours, elle serait classée dans la même catégorie que héroïne, cocaïne…

        Je ne supporte tout simplement pas la moindre odeur de fumée de cigarette. Même en attendant le bus s’il y quelqu’un qui en allume une à 5 mètres. Même dans le train non fumeur quand un fumeur s’assoit à côté de moi. Même quand mon voisin du dessous en fume une sur son balcon. Même quand je vois un fumeur dans un vieux film, ou que je vois un paquet en photo comme ci-dessus (bonjour Pavlov !). Et bien entendu quand je rencontre mon ex- toujours aussi imprégnée. Je crois que vous, tous les fumeurs, ne pouvez pas imaginer à quel point vous indisposez les non-fumeurs comme moi.

        Maintenant ce discours pourrait paraître excessif. Certes.

        Si j’ai bien compris, Paul fume parfois par plaisir un petit cigarillo qui rend simplement idiot par la nicotine du tabac, mais ne contient pas les goudrons du papier cramé des cigarettes responsable des cancers. C’est bon pour moi. Moi-même, je prends parfois un rocher au chocolat(*) accompagné d’un peu d’eau de vie de fruits, une madeleine de Proust dont ma grand-mère est responsable. Alors même que je sais que l’alcool n’est jamais bon pour la santé et ne sert qu’à enrichir volontairement des riches. Mais après tout, il faut bien parfois s’accorder de petits plaisirs, autrement il n’y aurait qu’à en finir tout de suite, n’est ce pas ? Mais svp EN FAISANT ATTENTION AUX AUTRES !

        Cher lecteurs, j’espère que cette critique que j’espère assez constructive aura attiré votre attention, et je vous en remercie.

        (*) Il y a quelques semaines j’ai vu qu’il y a de l’huile de palme dans le chocolat que j’aime bien. Cela révulse ma copine à cause des orangs-outans que la culture des palmiers extermine. Un peu comme l’odeur du tabac me fait fuir. J’ai eu la bêtise de le lui dire. Comme je ne suis pas addict, je vais donc arrêter ce chocolat. Vous comprenez ?

      3. @Arnould(30/4 à 13h03) écrit: (grasses personnelles)
        …  » Si j’ai bien compris , Paul fume parfois par plaisir un petit cigarillo qui rend simplement idiot par la nicotine du tabac, mais ne contient pas les goudrons du papier cramé des cigarettes responsable des cancers. C’est bon pour moi  » …
        Pardonnez, mais à mon avis la problématique sous-jacente est toute autre…!
        Au préalable, sur votre morceau de texte rappelé… : « si vous avez bien compris » [[ et donc que votre phrase résume correctement le fond du sujet évoqué (ce que je ne crois pas..) ]] alors,  » c’est bon pour moi aussi »..!.. °(^!^)°..
        Par contre , personnellement je pense que Paul Jorion devrait vraiment s’interroger sur le pourquoi le choc visuel des photos réelles recouvrant enfin la totalité de l’emballage (+20 ans de combat contre une puissance maléfiquement gigantesque mais tellement contributive au budget de tous les états..!..) l’a tellement dérangé, au point qu’ il ait pris du temps précieux pour rédiger un tel « brûlot » , choisissant même (délibérément?).. , impensable pour un homme de cette qualité, de l’agrémenter/l’argumenter? à partir de suggestions de situations similaires absolument non comparables à mes yeux pour les motifs que j’ai exposés plus haut.
        Evidemment je ne remets nullement en doute la (plus que)grosse incertitude sur le pouvoir réel de dissuasion de l’initiative…mais, quand même, je ne boude pas mon plaisir devant la victoire de David contre Goliath.. ..°(^!^)°..

        Bien sûr je suis un être faillible…et je ne demande (en vain ! ) qu’a être contredit.

      4. Morts chaque année du Tabac (6 à 7 M) et de l’Alcool (3 M) dans le monde :

        Environs 10 millions.

        Tous les 6 ans, on aligne le bilan de la seconde guerre mondiale. Bon en même temps, c’est une focale choisie. Car il meurt à la louche grosso merdo 60 millions d’individus chaque année.

      1. @Paul Jorion
        A cette heure toujours aucune réaction (de votre part) …
        Mais voilà- t’il pas que je lis ce que vous venez d’écrire ce 30 avril : (grasses personnelles)
        P.S.  » Des mails et des commentaires récents me font comprendre que vous vous y perdez parfois à déterminer si dans ce que j’écris ici, je suis sérieux, ironique, provocateur ou cynique. Un indice : l’un n’exclut pas l’autre .  »
        Ce qui m’inquiète…
        Bien sûr si je me permettais d’imaginer qu’il s’agit, entre autres pour mon pensum, d’une réaction indirecte…comment dire..?

  5. Paul, j’avoue ne pas comprendre le sens de votre billet. Il existe de multiples causes de mortalité prématurée et les autorités sanitaires font ce qu’elles peuvent pour lutter contre les lobbies et intérêts privés. Il faut du temps, de la persévérance pour que des lois comme la loi Evin soient mises en application.
    J’ai perdu mon père en 2002 emporté à l’âge de 66 ans d’un cancer du poumon décèlé 11 années plus tôt. Je vous le fais court : ablation du lobe inférieur gauche, puis quelques années plus tard atteinte du poumon droit en partie opéré. Puis ablation d’une métastase cérébrale. Puis cancer des os et ses souffrances abominables.
    Tout ceci accompagné de séances de radiothérapie et de chimiothérapie aux effets secondaires importants.
    Il laissa une veuve mère au foyer qui avait consacré toute sa vie à sa famille et ses 3 enfants. Pension de réversion environ 1000 euros mensuels.
    Il a découvert la cigarette dans le paquetage du soldat lorsqu’il fut mobilisé durant la guerre d’Algérie.
    Généreusement offertes par l’armée française et le fabriquant tout au long des 27 mois passés de l’autre côté de la méditerranée.
    Il était non fumeur avant son appel sous les drapeaux.
    Aujourd’hui, les cigarettes ne sont plus incorporées dans les rations des soldats. Même Luky luke ne fume plus, tout comme la cigarette est bannie des plateaux TV. Ceci afin de ne pas promouvoir le tabac et d’éviter ces terribles maladies.
    Lorsque l’on a votre âge, la dépendance est très ancrée et souvent la volonté de stopper le tabac manque. Mais ces photos peuvent inciter les jeunes générations à ne pas commencer. C’est à elles qu’elles s’adressent principalement et je me permets de vous dire que je trouve votre propos complètement inapproprié .
    Inapproprié et irrespectueux vis à vis de tous ceux qui luttent avec leurs faibles moyens contre ces empires financiers.
    Vous réclamez des noms ?
    Je vous en donne un : M.EVIN grâce à qui notamment la distribution mensuelle de tabac aux conscrits cessa.
    Maintenant, si vous souhaitez vous suicider à petit feu … c’est votre affaire … avec des conséquences qui iront cependant au dela de votre personne.

    1. J’avais un couple d’amis dont la petite fille a été tuée par un chauffard. J’avais une amie appelée Marion morte à 20 ans dans un accident de la route. Si je suis votre raisonnement vous êtes donc d’accord avec la proposition de coller de grands stickers montrant des cadavres de personnes tuées par des chauffards sur le capot des bagnoles ?

      Mon ironie vise un monde où les gouvernants ont capitulé devant la solution des problèmes de société (cf. un Président qui va créer le plein-emploi, probablement en filant de l’argent des contribuables une fois de plus aux grosses entreprises « créatrices d’emploi »… pour des robots ou des algorithmes) et nous confient à nous citoyens ordinaires le soin de les régler à leur place par la « détermination » et la « force de caractère ». Ça nous fera les pieds. Oups ! « Ça nous responsabilisera ! » (J’ai toujours du mal avec ce nouveau vocabulaire !)

      1. Il me semble, si vous le permettez, que votre dernier paragraphe de billet « compare » des choses (situations) non comparables :
        (je l’ai découpé en deux parties pour ne laisser subsister aucune ambigüité sur mon propos)
        1) … » Si en titre je vous réclame des noms, c’est que j’aimerais bien savoir qui sont les gens qui se préoccupent de notre bien-être avec un tel souci. Non pas que je veuille les déranger : ils doivent être très occupés à découper des images d’enfants obèses à mettre sur les boîtes de hamburgers McDonald, à imprimer des stickers géants décorés d’accidentés de la route morts ou en tout cas sérieusement mutilés à coller sur le capot de toutes les voitures « …
        2)… » mais j’aimerais bien leur donner quelques idées supplémentaires, comme des panonceaux à mettre dans certaines villes de chez nous, avec une belle photo d’un enfant raccordé à plein de tuyaux surmontée de « Vivre dans notre ville expose vos enfants à une mort prématurée ! » Je cherche quelques municipalités volontaires pour servir d’exemple dans une croisade aussi salutaire que celle-là . »
        La première partie (1) a trait à des situations/décisions de vie qui ne sont à priori pas contraintes dans les faits..!.. :
         » des images d’enfants obèses à mettre sur les boîtes de hamburgers McDonald  »
        Les responsables de cette situation ne sont généralement pas les sujets(enfants) concernés ..mais prioritairement les parents. (On peut évidemment discuter à l’infini des causes socio-économiques de ces (non)-choix).
         » stickers géants décorés d’accidentés de la route morts ou en tout cas sérieusement mutilés à coller sur le capot de toutes les voitures  » .
        Plus que très souvent le choix d’achat ou de renoncement à la voiture individuelle est contraint…voir le sujet amplement discuté dans les « séquelles » du mouvement des G.J.

        En parfaite opposition, selon moi… à votre phrase d’ouverture d’article : (grasses personnelles)
         » Tout à l’heure, sans chercher à faire de mal à personne, je suis allé acheter une boîte de cigarillos « …
        Est?semble? ..de votre strict choix personnel!!…sauf contrainte par assuétude recherchée ignominieusement par les fabricants [[laissés, sauf exceptions du type de la punition uniquement hélas financière judiciaire (américaine?) récente médiatisée, seuls aux commandes des décisions de production…ainsi donc enfin justement obligés à l’insu de leur plein gré d’apposer ces visibles, mais encore pas assez…images réelles qui vous ont personnellement dérangées , Dieu ou vous-même sachant ou non  » pourquoi ? »…]] .

        Quant à la seconde partie (2) (  » Mais j’aimerais…..croisade aussi salutaire que celle-là  » ) je suis candidat à aller planter le premier panneau communal allant dans ce sens… °(^!^)°

        Ceci écrit, je suis non-fumeur (actif) depuis toujours…alors c’est sans doute bien facile…mais vous désiriez des réactions…

      2. @Paul Jorion
        Concernant mon commentaire précédent (27/4 à 15h29)…..sans réaction connue à cette heure…..
        Puis-je vous proposer gentiment un choix numéroté pour votre facilité :…°(^!^)°….
        1// Pas lu.
        2// Pas d’accord en tout ou partie, mais pas de temps à perdre à contre-argumenter.
        3//  » Qui ne dit mot consent  » .
        4// Autre?

      3. C’est une bonne idée les cadavres sanguinolants ou crâmés lors des accidents de la route peints sur les capots des bagnoles. Peut-être en commençant par les chauffards, éventuellement pour tous. M’en fous, j’ai mis ma bagnole à la casse en 2008.

      4. @Paul Jorion
        Veuillez excuser le mauvais placement( en réponse inappropriée à Lucas 27/4 à 11h27 ) de mon commentaire ce jour 23h28. L’heure tardive?
        Je me permets de le réintroduire ici .. et prie la modération de supprimer le doublon antérieur :

         »  » @Paul Jorion
        A cette heure toujours aucune réaction (de votre part) …
        Mais voilà- t’il pas que je lis ce que vous venez d’écrire ce 30 avril : (grasses personnelles)
        P.S. » Des mails et des commentaires récents me font comprendre que vous vous y perdez parfois à déterminer si dans ce que j’écris ici, je suis sérieux, ironique, provocateur ou cynique. Un indice : l’un n’exclut pas l’autre
        . »
        Ce qui m’inquiète…
        Bien sûr si je me permettais d’imaginer qu’il s’agit, entre autres pour mon pensum, d’une réaction indirecte…comment dire..?

      5. @Paul Jorion.
        A ce jour et cette heure , je me dois de saluer votre persévérance… devant laquelle je m’incline…°(^!^)°..
        Paul Jorion – Otroméros : 1 – 0 . Fin de match. 🙂 .

  6. Il va falloir aussi coller des images d’enfants morts sur les politiciens qui les ont bombardé avec nos impots. Ca va dans le bon sens!

  7. J’ai fait un avc en 2013 vraisemblablement du à mon tabagisme. La prévention « hardcore » à ce sujet ne me dérange pas le moins du monde, probablement parce que j’ai arrêté de fumer et que comme beaucoup d’anciens fumeurs, je ne peux plus avoir aucune empathie avec ceux et celles qui continuent. Il n’y a pas d’iconographie de l’avc a proprement parlé, et pourtant c’est une pathologie terrifiante qui vous fait prendre conscience du processus de votre mort à venir seconde après seconde. Aux gens qui s’exposent à ce risque, même ponctuellement, ne n’ai rien d’autre à dire que « tant pis pour vous ».

    1. L’avantage avec l’AVC comme avec la crise cardiaque, c’est la possibilité de quitter la scène rapidement ou à tout le moins d’en perdre la conscience quel que soit l’état du véhicule après. Le cancer, en revanche…

      De toute façon, nous n’avons aucune prise là-dessus et ici, comme ailleurs, la fortune passe comme elle veut. Inutile de s’agiter ou de trop cogiter, la maladie frappe sans discriminer ni avertir et notre tour viendra, sans faillir, tôt ou tard.

      Chaque jour comme si c’était le dernier.

    2. @Dissonance
      J’ai un collègue qui a fait un AVC à cinquante ans. Il ne fume pas, ne boit pas d’alcool, fait du sport, mange équilibré et bio. Je connais une vieille dame en Ehpad qui va fumer en terrasse ses cinq cigarettes par jour. Mon frère ainé est décédé d’un cancer du poumon alors qu’il avait arrêté de fumer depuis vingt ans (mais l’usine s’est chargée de lui remplir les poumons de biens d’autres substances)
      Pour dire qu’individuellement, nous sommes loin d’être égaux face aux risques de maladies mortelles, à tout âge.
      Fumeur, j’accepte le « tant pis pour moi ».

    3. « tant pis pour vous » ? Doit on comprendre qu’une quelconque justice divine viendra systématiquement nous châtier car nous l’aurons bien cherché ? J’espère au moins que du coup vous vous sentez protégé sinon j’ai quelques doutes sur l’utilité de votre démarche…

  8. Petit texte de Philippe Geluck

    Les Français sont en train de se poser la question de savoir s’ils ne devraient pas imprimer sur les paquets de cigarettes (dont le prix vient d’ailleurs d’augmenter considérablement) la photo d’un fumeur atteint du cancer du même nom ainsi que la mention « Le tabac tue ». L’effet sera-t-il suffisamment dissuasif que pour décourager les futurs consommateurs ou faire baisser la fréquence d’inhalation des adeptes de Jean Nicot (1530-1600). L’idée n’est pas bête et pourrait faire des petits.

    On ferait imprimer sur les sachets de bonbons des photographies de dents gâtées et sur les étiquettes des bouteilles de bière ou de whisky des clichés d’accidentés de la route perdant leurs derniers litres de sang dans le bas fossé.

    Sur chaque emballage plastique, chaque canette, chaque bouteille d’eau minérale, une vue de décharge publique où s’entassent pour les siècles des siècles les rebuts de notre société d’hyper consommation.

    Sur nos T-shirts, casquettes et chaussures de sport, on verrait le portrait des enfants esclaves qui, dans des caves obscures quelque part en Asie, pour quelques centimes d’euro, cousent de leurs petits doigts les vêtements que nous porterons seulement quelques fois avant de les bazarder parce que le coloris ne sera plus de saison.

    Il faudrait aussi apposer sur chaque litre d’essence l’image d’une mouette mazoutée et sur chaque baril de pétrole, celle des terres inondées par les océans qui vont bientôt déborder suite au réchauffement de la planète ou celle de populations martyrisées par des guerres dont le seul but est de préserver l’approvisionnement d’or noir des pays les plus riches et les plus égoïstes du monde.

    Excusez-moi, je m’énerve.

    Au fond, la meilleure solution serait peut-être, tout simplement, de faire imprimer sur les billets de banque cette mention : « Peut nuire gravement à l’humanité ».

    Philippe Geluck.

    1. Il faudrait, il faudrait … il faudrait.
      Ce que vous décrivez avec énervement tant la liste pourrait être longue est une prise de conscience des conséquences de nos actes quotidiens sur l’environnement ou nos contemporains. Il y a tant à faire.
      Ce que vous écrivez aujourd’hui eut été impossible à écrire il y a 10/20 ans. Vous auriez été ridiculisé et n’auriez pas même osé.
      Or aujourd’hui, la prise de conscience -bien que trop lente à mon goût- de toutes ces problématiques est réelle dans la société. Elle y fait son chemin à son rythme, les connaissances scientifiques réactualisées régulièrement concourant à cette prise de conscience de notre fragilité et bêtise collectives.
      Les actions concrètes permettant d’inverser les tendances seront longues à mûrir et combattues tant les enjeux financiers sont importants et les habitudes difficiles à changer. Tout comme pour la loi Evin, il faudra qu’un honnête homme ou une honnête femme émerge afin de réorienter les politiques néfastes conduisant aux dérives dénoncées.
      Ce blog, celui de François Leclerc et tant d’autres permettront à terme d’élargir la diffusion de ces idées nouvelles dans la population.
      Maintenant- et je termine par une boutade amicale à l’attention de Paul – si vous voulez boire un verre de vodka préalablement versé dans une bouteille d’eau minérale, cela ne modifiera pas les conséquences de cette ingestion de liquide alcoolisé.

      A propos d’un honnête homme qui nous veut du bien et dont la loi est encore combattue aujourd’hui :
      https://www.anpaa.asso.fr/sinformer/que-dit-la-loi

  9. Pourquoi il n’est toujours pas question de remplacer ces horreurs par la beauté rayonnante et profonde des images créées par Arabelle Jorion ? Parce que ça foutrait le feu à leur misère bien sûr.

  10. On devrait aussi indiquer sur les ventres des femmes enceintes une photo d’un cadavre avec un cercueil et dessous en gras « LA VIE TUE » ou une photo de Trump/Poutine/Macron, avec « BAISER PEUT DONNER CA ». Ca aiderait la contraception non ?

    Sinon, ancien fumeur, je dois admettre que les lois anti tabac, interdiction de fumer dans les lieux publics, restaurants, etc etc ça m’a bien aidé à arrêter, et je suis heureux de ne plus en être dépendant. En revanche, je dois dire que je ne crache pas sur certaines substances encore tolérées comme l’alcool, ou une autre encore interdite ici, de manière récréative très occasionnellement.

    Mais de manière générale, je pense que Paul a raison, c’est toujours le gugusse qui est mis à l’index et laissé seul avec sa fameuse « volonté », alors que l’environnement nous conditionne énormément. Et qu’une société pacifiée, bienveillante et optimiste permettrait de reléguer beaucoup de comportements au niveau de l’anecdote et pas de l’ordre de la santé publique.

    Mais on mourra toujours…

  11. le cac40 est addictif. Les doctrinaire du moyen-âge avaient restreint les occasions de dividende et d’intérêt par des damnations morales diverses et variées. Quelles sont nos chances dans le registre collectif?

  12. Faire société demande toujours à introduire une certaine discipline. Des codes de conduite, des règles de sexualité (de parenté), etc. Cela suppose un.e chef.fe dominant.e, un corps de « maintien de l’ordre », une prison. Donc il y a toujours « des gens qui veulent notre bien ». Il y a des dérives de ce pouvoir : sous Macron, le « tapis de bombes » (les réformes en pagaille) et notamment le 80 km/h et la taxe sur le carburant. Mais il y a d’autres dérives folles dans l’histoire.
    Ensuite il y a des gens qui « enchantent » la discipline sociale, ce sont les religieux (les sorciers, etc.). Ils la relient à un monde magique. Eux aussi ont un chef suprême, un maintien de l’ordre, une prison et un paradis post-posés.
    Enfin, il y a des gens qui veulent notre mal. Des guerriers, des conquérants, des croisés, des colonialistes. Mais aussi des gens qui veulent faire du fric avec du tabac, du sucre, de la viande. Et des gens qui produisent des choses utiles mais sans souci de l’atteinte à notre santé. Contre eux, il y a des lois de la guerre, des lois de l’alimentation, de la pollution. Toujours à posteriori.
    Le tabac est spécialement pernicieux car il tue à long terme et spécialement les personnes de l’entourage des fumeurs (contrairement à l’alcool et d’autres drogues, qui ont d’autres conséquences non- sanitaires sur la famille). La voiture aussi est pernicieuse dans le même sens. Ceux qui fument et ceux qui conduisent sont des …, autant que ceux qui polluent. Mais il a fallu le découvrir, puis le dénoncer et en faire une problématique sociale. Les militants qui se mobilisent pour cela, ce sont aussi des gens « qui nous veulent du bien ». Comme des faucheurs d’OGM ou des lançeurs d’alerte. Mais l’expression est malheureuse car c’est les traiter en « autres » face à nous. Ce sont les fumeurs qui nous veulent du mal ! On les a déjà mis… dehors ! Je souhaite donc à Paul Jorion une bonne ballade au jardin pour chaque cigare…

  13. Et pourquoi pas des photos de SDF sur les façades d’immeubles : ce qu’il va vous arriver si vous ne travaillez pas plus!
    Ces messages visuels ou sonores comme le tram qui vous prévient chaque jour qu’il faut faire attention à la marche ont pour effet une perte d’attention volontaire. Le lapin qui se pince les doigts dans les portes de métro est plus sympa mais ça fait des années que ça dure. Y a aussi le « attention aux pick Pocket » toutes les 5 mn, le refrain phare, été comme hiver. Mais pour éradiquer le vol, vite une vidéo avec arrestation musclée de la police…
    Quant à la clope, je m’abstiendrai…. à part qu’il existe de très jolies boites « Notre Dame » ou « tour Eiffel » dans tous les boui-boui à touristes. Mais à quand les messages préventifs pour touristes ?

    De quoi je me mêle !

  14. Fumer est une affaire de goût personnel impliquant la connaissance avertie des conséquences éventuelles liées à l’abus, – comme dans toute consommation quelle qu’elle soit…
    Je ne suis pas convaincu non plus que cet ‘ornement’ trash des paquets, ait un quelconque impact sur la consommation globale de tabac, in fine, ce serait plutôt le prix pratiqué et l’éducation qui seraient opérant.
    S’il est légitime, au nom du soucis de santé publique, de limiter la consommation de cigarettes, qui rapporte par ailleurs beaucoup aux multinationales du secteur, il ne me semble pas qu’il faille limiter la consommation de Habanos ; Dieu lui-même ne donne-t-il pas l’exemple :
    https://www.youtube.com/watch?v=4xgs5whfXco  🙂

    1. Pour arrêter de fumer, il faut construire à partir d’une conviction même faible (j’ai envie d’arrêter, je m’inscris à un programme de 7 jours avec réunion le soir), et « imposer » aux participants un comportement (ne pas s’assoir après manger, manger beaucoup d’oranges, etc.). Mais aussi se documenter soi-même sur le pourquoi (pour renforcer soi-même sa conviction, sans faire de résistance). Des images de dégats étaient aussi diffusées durant la conférence, et c’est peut-être moins accepté.
      Ici, sans demander votre avis, ces images sont imposées par « le gouvernement ». Cela crée certainement d’abord de la résistance (d’où cet appel de Paul Jorion à la délation !). C’est très inefficace. Cela ne peut que induire à la longue un désir d’arrêter… Mais, si le processus de changement de comportement n’est pas à disposition à ce moment, c’est une occasion manquée.

    2. Concernant les Havanes, j’ai oublié de préciser que cela pourrait aider Cuba à survivre; l’exportation du tabac rapporte ~500M$ à l’économie du pays, et il en aura besoin, car D. Trump veut voir appliquer de manière effective les dispositions de la loi Helms-Burton dirigée contre ce Pays et ceux qui oserons enfreindre cette loi à dispositions extra-territoriales :
      https://www.humanite.fr/amerique-cuba-sous-les-griffes-de-la-loi-helms-burton-668936
      Paul Jorion se souvient-il du tabac de la vallée de la Semois, que l’on trouvait dans les années ’40-’50, présenté en paquets triangulaires ?
      C’était un tabac assez âcre, peut-être est-il à l’origine de l’expression « fumes c’est du belge » ?

    3. @ tout me hérisse 27-04 15h03
      A cette proposition d’écouter Gainsbourg sur le sujet, j’ajoute celle d’écouter ou lire la chanson « du gris que l’on prend dans ses doigts et qu’on roule ».
      https://www.youtube.com/watch?v=hU2jpUPz_cg
      Ces messages artistiques , historiquement datés, montrent le rôle des divers tabacs en tant que « marqueur social » ( pour ma part j’ai roulé du gris comme signe de mon identification ( adolescent) à l’artisanat familial et rural dans les années 1955-60. Et j’ai continué de « rouler » , pour participer à la fabrication et ma dose de mon « pharmakon » quotidien. Paul Jorion pose un autre aspect, plus actuel : Tout le sens concret, à la fois positif et négatif du produit proposé à la consommation, est transféré aujourd’hui, sans ubiquité possible, dans l’emballage, sur la membrane extérieure du paquet conçue selon un dessin étudié selon un « design image- mot » visant à imposer une réaction de dégoût ou d’indignation bien codifiée. La réponse de Paul Jorion est la bonne : changer de boîte le produit , afin de lui conserver sa naturelle multivocité. Un tel dessin ( terroriste ?) vise à ôter au consommateur toute liberté de dessein , de prise ou de méprise de ses responsabilités ?

      1. Tout à fait : on nous retire – comme allant de soi – toute capacité d’agir rationnellement et de porter un jugement éthique, pour nous imposer un réflexe pavlovien dont un ver de terre avec ses 300 neurones est aussi bien capable.

      2. @Pierre C (29/4 à 14h58) écrit en conclusion:
         » La réponse de Paul Jorion est la bonne : changer de boîte le produit , afin de lui conserver sa naturelle multivocité. Un tel dessin ( terroriste ?) vise à ôter au consommateur toute liberté de dessein , de prise ou de méprise de ses responsabilités ?  » .
        Puis-je vous proposer aussi d’interdire toute injonction de boucler sa ceinture de sécurité en conduisant seul à bord voiture?
        En effet son port obligatoire m’exaspère (vraiment) depuis l’origine …et brime ma liberté de vouloir ou non me protéger efficacement en cas de choc frontal (et pas que..) .

        A moins que je n’ai pas saisi votre second degré..?

      3. @Pierre C
        addendum….Pardon d’avoir oublié de vous remercier pour l’introduction dans mon vocabulaire du mot :
        multivocité.
        ( Je n’en connaissais qu’un autre y ressemblant vaguement :  » multinocivité  » ).

  15. Si ces incitations à ne plus fumer, à réduire sa consommation d’alcool, à ne pas manger trop gras-trop sucré-trop salé, avaient réellement comme but de nous faire vivre plus longtemps et en bonne santé (noble intention ? ça se discute, pourquoi faire ?), pourquoi alors laisse-t-on polluer l’air de nos villes, les terres de nos campagnes, les océans, l’eau que l’on boit et les cinqfruitsetlégumesparjours ?
    Je ne peux m’empêcher de percevoir dans ces injonctions une « contre-réforme » conservatrice, consciente ou non, en réaction à l’hédonisme des années 60-70. De la même veine que ces directeurs d’établissements scolaires qui demandent à ce que les jeunes filles se rhabillent « décemment ».

    1. J’ai longtemps pensé un peu ainsi, en me disant, et c’était ma foi vrai, que ma liberté était aussi dans le choix d’avoir la conduite que je souhaitais, dusse-t-elle m’être néfaste. Mais, j’en reviens un tout petit peu.

      D’abord, la vie, sauf erreur de ma part, on n’a qu’une, et elle passe très vite, surtout vers la fin. Tout ce qui objectivement peut permettre de continuer en bon état sur la route vers tombe, est plutôt bénéfique pour soi et la société.

      Deuxio, si il vrai que l’air général est assez pourri, l’eau aussi, la terre, la bouffe, mais pas que non plus, pourquoi en rajouter encore soi-même dans la machine pour l’encrasser ?

      Tercio, en y pensant bien, quelles valeurs prennent mes paroles pour édifier un monde « meilleur », si je déglingue mon corps avec des substances manifestement et notoirement dangereuses. Et d’une nocivité qui, pour le tabac assurément , honnêtement apporte bien peu d’agrément en compensation. Y a pas comme une contradiction dans la chose même ?

      Quatro audi, quand on pense à la ceinture de sécurité, elle est obligatoire, d’abord pour vous épargner dans une certaine mesure en cas d’accident, et aussi parce que le coût collectif de ce gain est plutôt non négligeable en terme de soins et de convalescence ainsi épargnés. Même malgré vous.

      Enfin, naturellement, nous ne sommes pas disposé à fumer, la preuve on tousse assez rapidement, au début, mais on persiste allez savoir pourquoi… Le cerveau peut-être !

      Moi je pense qu’on peut faire ce que l’on souhaite, mais faut aussi permettre à ceux qui veulent en sortir, ben d’en sortir, et je pense qu’une société doit d’abord penser aux faibles, ceux qui sont tombés dedans et qui surnage pour se barrer, et si possible de dissuader ceux qui veulent y tomber. D’où le message ferme et répété sur tous les plans et non l’interdiction des produits. Je suis personnellement pour la légalisation de toutes les drogues. Et de la même manière qu’on « sait gérer » l’Alcool (des dizaines de milliers de morts par an quand même…) on saura gérer aussi les autres substances. Avec la technologie d’aujourd’hui on pourrait quand même mettre au point des drogues cools minimisant les effets secondaires au plus juste, comme les médocs ! bref.

  16. Un constat: la déchristianisation massive des sociétés occidentales ayant pour conséquence une prise de conscience massive, avouée ou non, qu’après la mort il n’y a rien.
    Dès lors, deux options s’offrent à nous:
    -durer le plus longtemps possible (être terrifié à l’idée de notre finitude)
    -griller la vie à pleins tubes (accepter l’inéluctable sans se soucier d’économiser ou de perdre une année de vie)

      1. Nota : J’ai traduit el querer par l’amour pour faire mon Malraux mais écris comme ça c’est aussi la volonté (littéralement le vouloir), le désir… 😉

  17. Ces images de désolation ne sont pas pour vous.
    Elles sont faites pour rassurer les décideurs. Ils ont ainsi l’impression d’agir et se donnent bonne conscience. Et, sans aucun doute, ils se ménagent leur avenir tant il est évident que ce modernisme de bazar est inefficace et doit tout à la pub politicarde. C’est là où on touche du doigt que ce libéralisme de pacotille est de défendre la liberté du renard dans le poulailler.

    Perso, ma vue est tellement basse que les images sont trop floues pour avoir un impact séreux.
    Mais le tarin fonctionne encore bien. Et là y’aurait de l’action passe qu’un mécarillo « dégusté » par un inconscient a une odeur horrible.
    C’est pas la seule odeur repoussante. Au hasard, une bagnole diesel, ou une essence dont les segments racleurs (du moteur) sont usés diffuse des odeurs insupportables et traumatisantes. Beaucoup plus que des photos retravaillées.

    Avec le tarin, impossible de ne pas percevoir. Une seule solution: maudire et fuir.

    Une photo ou une image est une réalité mise en archive pour diffusion ultérieure à grande échelle, même si cette réalité est amputée par la technique. Faudrait inventer le même truc pour les odeurs annonciatrices de catastrophes. C’est déja fait avec certains parfums mais le truc devrait être encore travaillé.
    Comme je l’avais écrit y’a quelques temps, notre imagination olfactive est plutôt limitée. Il nous faut donc un travail sérieux avec du réel….

  18. Les vendeurs de clopes ont péché en trompant le chaland sur la nocivité de leurs produits. La rédemption leur a été accordée par l’image, celle-là même qui leur permet encore d’étendre leurs clientèles parmi les adolescents et les peuples des pays émergents.
    Je crois, que le revenu généré par les taxes sur ces produits est pour une grande part sur cette rédemption hideuse.
    Que ce soit par les images publicitaires ou celle de mort, on ne quitte pas la manipulation et le mensonge.

    1. L’aliénation à coup de milliards opéré par les vendeurs de clopes sur l’esprit des citoyens est du pain béni pour les états toujours en mal de ressources financières. Cette aliénation se fait au détriment de la responsabilité que chacun doit avoir de la santé de son corps qui est confiée à l’industrie de la santé qui comble ce vide et celui du sacré en ce qui concerne la mort. L’humanité totalement « marchandisée », enfin presque !

  19. 1- Je suis bien content que Paul range Juan Branco parmi les humains de bonne volonté dont la vocation première est le bien-être (spirituel, ici) de ce même genre humain. On rappellera que l’expérience ne s’enseigne pas ou très difficilement, tout comme une vocation. J’ignorais que des trolls perturbaient le témoignage de Juan Branco, car c’est bien un témoignage-enquête de nature journalistique. Et je continuerais à les ignorer. C’est facile : suffit de s’en tenir à ce qu’il écrit. Le reste n’est que péripétie sans signification.
    Bref, Paul lui donne quitus et j’en suis très, très, soulagé. Vraiment, beaucoup. Merci.

    2- Cette année est le 104.ième anniversaire du génocide arménien. De 1 à 1,5 millions de morts de 1915 à 1918. Or, il n’a pas été le seul génocide dans la région. A partir de 1921 environ le même nombre de personne, femmes et enfants surtout, appartenant à plusieurs communautés chrétiennes (dont grecs) et Azéris ont été victimes d’assassinats de masse et de déportations. La ville syrienne de Qamichli a été crée par le service du Génie de l’Armée française en Syrie justement pour accueillir des réfugiés Assyriens fuyants les génocides. Au début une ville de tentes établie sur des terres achetées à une tribu arabe, aujourd’hui Qamishli est la capitale politique des Kurdes de Syrie . Son aéroport international et 10% de la ville est tenu par les Syriens de Damas. ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Qamichli ).

    Cet anniversaire serait passé inaperçu si Erdogan n’avait déclaré récemment « Tout compte fait, vu la menace présentée par les Arméniens, leur ‘relocalisation’ par le gouvernement turc d’alors avait été une chose raisonnable ». ( Ce n’est pas du mot à mot, mais la substance. ‘Relocalisation’ est le mot anglais, sans doute traduit du turc, employé par le communiqué.)
    Ses menaces contre les Kurdes ( Kurdes turcs et Kurdes syriens, tous des terroristes) régulièrement réitérées n’en prennent que plus de poids.
    Erdogan est officiellement notre grand allié dans l’Otan et grand acheteur de nos armes . Bruxelles continue de le subventionner alors que l’adhésion de la Turquie à l’Europe est de moins en moins probable. D’autre part, il a vendu à l’Europe les réfugiés syriens sur son sol (encore 2 millions (?) ) pour 6 milliards d’Euro annuels.

    1. Pas sur que Branco soit si nuisible au système, au fond ce qu’il raconte en détail on les sait tous depuis longtemps et personne ne se mobilise contre. S’il est encore vivant c’est qu’il participe de la banalisation d’un état de fait qui devrait être inacceptable et mobiliser les gens. En somme Satanas s’empare toujours en premier de ce qui est sensé lutter contre Satanas (cf la manif écolo géante qui génère des tonnes de carbone pour que les manifestant se rendent sur les lieux dans un livre de Kundera, l’Immortalité il me semble).

      1. Pour info : 800 commentaires- Médiapart sur l’article de Confavreux :https://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/250419/crepuscule-juan-branco-decouvre-la-lune
        Peu (très peu ) de réellement approbateurs sur ce qui ressemble assez à une descente en flammes…
        Aperçu (très) peu de « trolls »… par moi (re)connus!
        Par contre votre  » ce qu’il raconte en détails on les sait tous depuis longtemps…estimation 30-40% (seulement).
        Surtout votre « il participe de la banalisation d’un état de fait  » n’y est vraiment pas présent significativement. Bien au contraire.
        Interprétation de lecture toute personnelle bien entendu…et ce n’est que Mdpt of course , quoique..!

      2. Tant mieux si j’ai tort, auquel cas les conseils de Jorion sont d’autant plus précieux quand à la nécessité de plonger en eaux profondes rapidement… Notez cependant que les commentaires sont modérés et que la vision peut s’en trouver déformée.

  20. Cette mécanique d’injonctions contradictoires multiples ( achete une voiture de 300 chevaux, mais roule à 80, bois du vin, mais 1 seul verre, joue au loto, et voilà le numero vert si tu deviens addict et le steack, et le sucre… ) a efficacement installé un flic dans la tête de beaucoup. Ceux là même qui se croient obligés de relayer ces campagnes foireuses, c’est un peu flippant.

    En tous cas, de Bure à la ZaD en passant par les gilets jaunes, le gouvernement fait une magnifique campagne sur le thème : « Manifester peut gravement nuire à votre santé. »

  21. Trop c’est trop, les lobbys du fait-pas-ci fait-pas-ça, vivent dans un monde infantilisant et débilitant : une humanité de playmobils aux pieds d’argile et hors-sol qui n’assume…plus rien et a peur de tout.
    A ne pas confondre avec des avertissements sensés. Quid de la pédagogie et du bon sens qu’ils n’ont pas ? Un stage en Arctique par moins 40, ou au fin fond des forêts tropicales, pour ôter les toiles d’araignées du plafond de leur profond coma nombriliste ethnocentrique, pourrait leur être utile. C’est bien connu, les arbres et les rochers traversent la route sans regarder si il y a des voitures, sans parler des sangliers et des cervidés qui ont l’outrance de se croire sur leur territoire, même sur la route…

    Vive les tagadas à la fraise, les malabars, les nharibos crocodiles colorés moulti-pass, le chocolat et les chupa-chups, le schweppes agrumes et le coca-cola rondelle-citron-on-the-rock !
    https://www.youtube.com/watch?v=OaakLZ56aWQ

  22. Bonsoir,
    Heu… Excusez moi si je dérange… J’ai loupé le début?
    C’est quoi le sujet ici, ça a l’air marrant!
    Ah oui, je sais, C’est l’histoire de gens qui disent qu’ils voudraient bien devenir des vrais citoyens
    responsables, et tout et tout, mais qui peuvent pas, mais que c’est pas de leur faute parce qu’il ont pas
    encore gagné au loto alors qu’ils jouent depuis trente sept ans et demis, leur date de naissance et que
    c’est pas juste. Et que même tout ça c’est la faute à tous les ceusses qui disent qu’on est tous que des
    consommateurs, voilà. Et puis y a la publicité qui nous pousse à acheter des conneries, tout ça…
    Et c’est pour ça qu’on est pas responsables, d’abord! C’est parce qu’on est obligés d’acheter les mêmes
    trucs que le voisin d’en face qu’à des sous parce qu’il a une belle situation et que sinon nos gosses
    nous disent qu’on est des parents plus nuls que tous les autres parce qu’il ont des vêtements vachement
    plus tops, en plus les mecs d’en face. Mouais! Et ça non plus c’est pas juste, c’est à cause qu’on manque de
    pouvoir d’achat et que même en travaillant dur avec une cravate derrière un ordi , ben on arrive même
    pas à se payer des vacances. Alors voilà faut bien se faire plaisir merde alors, on se prend une cuite et puis
    on fume et en même temps on nous culpabilise de penser rien qu’à nous faire plaisir. Et ça non plus c’est
    pas juste parce que les riches eux, ben y mettent leurs cigarettes dans des jolis étuis en or, et même en
    argent, si, si, et que même que comme ça, ben y voient plus les photos des cancers dégueulasses sur le
    paquet de clopes. Même que si ça continue avec les bouteilles de vodka, ben j’arrêterai la vodka et je
    passerai au white-spirit , ouais Môssieur, comme pour la clope que j’ai remplacé par la beu et que même
    c’est prouvé scientifiquement que c’est bien plus bio en plus et même que c’est bien plus bon pour la santé
    parce qu’y a pas autant d’addictifs additifs, heu… d’affictid affectif, enfin merde c’est bien plus cool quoi!

    Alors, alors, alors c’était ça les copains? J’ai bon hein? C’est ça, j’ai gagné?
    Bon tant pis je vais mettre la viande dans le torchon, a plus!
    Enfin, à la semaine prochaine…
    Eric.

Les commentaires sont fermés.