Les fournisseurs d’électricité, Linky et moi, par Arkao

Ouvert aux commentaires.

Vendredi, 6h30 du matin, mon réveil sonne. À tâtons j’appuie sur l’interrupteur de la lampe de chevet. Pas de lumière. Je lutte pour ne pas replonger dans le sommeil, puis je me lève quand même et traverse la maison dans le noir. Disjoncteur ok mais plus de courant. Je me dis que c’est peut-être une panne de secteur. Je pars au boulot sans mon café du matin. Dehors la rue est sombre, pas d’activité électrique non plus chez les voisins, mais rien d’étonnant à cette heure-ci.

Dix-sept heures, retour au foyer et toujours pas de courant, mais la lumière brille chez les voisins. Il commence à faire froid (une chaudière gaz a besoin d’électricité pour fonctionner, bien sûr). Le frigo perd ses eaux de décongélation du freezer. J’examine le compteur Linky. J’appuie sur différents boutons, essaye de le relancer et un message s’affiche : « pas de contrat ». Je me souviens avoir lu quelque part qu’avec ces nouveaux compteurs « intelligents » un fournisseur pouvait couper le courant à distance en cas de défaut de paiement. Aurais-je oublié une facture ? La nuit commence à tomber.

À la lampe de poche, je retrouve effectivement dans ma pile de courrier une lettre de rappel. Etant distrait en ce moment, je ne me souviens plus si j’ai donné suite. Le mieux est de vérifier mes comptes sur Internet. Mais plus de courant, plus de connexion. Je file demander asile chez mon fils qui heureusement habite à une dizaine de kilomètres.

Un peu de chaleur, de la lumière, une connexion, mais peu de réseau pour le téléphone portable (rien n’est parfait), une petite bière décontractante (à consommer avec modération) et c’est parti pour l’enquête.

J’ai d’abord un peu de mal à me connecter sur le site de mon fournisseur. Ne lui ayant pas rendu visite depuis quelque temps, il demande à vérifier mon identité en m’envoyant un code de sécurité par sms. De longues minutes d’attente passent avant que mon téléphone veuille bien capter le dit message (garder son calme). Mon compte chez mon fournisseur d’électricité m’indique alors, premièrement que je suis à jour de mes factures, deuxièmement que mon contrat est résilié. Surprise et incompréhension. Le site mentionne plusieurs numéros de téléphones selon les situations. J’essaye celui correspondant à « j’ai payé ma facture mais je n’ai pas d’électricité ».

La suite vous l’imaginez. Si vous voulez ceci, tapez 1 ; si vous voulez cela, tapez 2, etc. (garder son calme). Rien ne semble correspondre à mon besoin. Je raccroche, je réessaye et trouve enfin le bon code à taper pour être mis en ligne avec un être humain. Après quelques minutes d’attente, une dame (très aimable) prend mon appel, prend note de ma situation et s’enquiert de mon identité en me demandant mon numéro de client, mon adresse, mon mail et mon numéro de téléphone. Une fois la situation clarifiée, sa première question est la suivante :
« Avez-vous acheté de l’électroménager récemment ?
– Euh non, enfin ça dépend ce que veut dire récemment, là c’était il y a plus de huit mois.
– Ah oui, c’est un peu loin. Et vous avez signé un contrat d’entretien, d’assurance ?
– Non, mais je ne vois pas le rapport…
– Il y a des vendeurs d’électroménager qui pratiquent de la vente forcée de contrats d’électricité ».
Je tombe des nues ! Petite vérification sur Internet : DÉMARCHAGES ABUSIFS, COMMENT DARTY REFILE SES CLIENTS À ENGIE.

Bon de toute façon ce n’est pas mon cas, c’était il y a trop longtemps. Elle me met en communication avec une autre personne (très aimable) qui va simplement s’occuper de renouveler mon contrat. Rassurant, il me dit que ça ne va prendre que quelques minutes, qu’il reprend mes données de (fidèle) client et sans frais. Comme il semble bien disposé et n’être pas stressé par le temps, j’en profite pour bavarder un peu et lui demander comment une telle situation peut se produire. Il me répond que si ce n’est pas une arnaque à l’électroménager, on peut envisager une autre hypothèse. Si vous avez un voisin qui a changé de fournisseur ou déménagé, il peut y avoir une erreur de saisie des adresses, des numéros de compteurs. En gros quelqu’un a pu se tromper et c’est votre contrat qui a été résilié. Je ne suis qu’à moitié convaincu, mais il ne semble pas avoir d’autres explications.

Quoi qu’il en soit, le gentil conseiller m’informe que le courant sera rétabli à distance à partir de minuit et qu’à cette heure, il faudra que j’appuie 5 secondes sur le bouton + du compteur Linky. Ce que je n’ai fait que le lendemain matin, n’ayant plus la force de quitter le canapé du chaud salon de mon fiston… Fin de l’aventure. Je n’y ai perdu (en sus de mon temps et de ma tranquillité) qu’un demi pot de rillette resté dans le frigo que je n’ai pas osé finir pour cause de rupture de la chaine du froid 😉

Plusieurs questions se posent :

– Comment « quelqu’un » peut-il résilier mon contrat à mon insu, alors qu’à moi on a demandé des informations confidentielles ne serait-ce que pour discuter avec un conseiller ?
– Que peut signifier « compteur électrique intelligent » si une erreur de saisie de donnée, une bourde banale, est à l’origine de cette résiliation de contrat ?
– Comment aurait réagi ma vieille maman qui, il n’y a pas si longtemps, vivait seule au fond de la campagne sans Internet ni téléphone portable ? Serait-elle morte de froid et de découragement ? Aurait-elle appelé à l’aide voisins et enfants ? Et tous ces gens qui ne sont pas habitués à ce nouveau monde, qui n’ont plus la force, plus le courage, qui n’y comprennent plus rien ?

Épilogue : La semaine suivante j’ai reçu deux factures, l’une pour ma résiliation, l’autre pour mon nouvel abonnement (80 euros en tout) et un troisième courrier les annulant.

Partager :

29 réflexions sur « Les fournisseurs d’électricité, Linky et moi, par Arkao »

  1. Quelqu’un a mal travaillé, sans que personne ne vérifie (un emploi de vérificateur ? Et la concurrence-libre-et-non-faussée ! vous n’y pensez pas !). C’est ça la décadence, qui mène à l’effondrement.

    Là, dégâts limités, mais j’ai peur que ça vire à la décadence pour les mêmes raisons du côté des réacteurs nucléaires, alors que cette technologie a horreur de la mesquinerie et de la concurrence-libre-et-non-faussée (comme l’on montré les accidents de Three-Mile-Island et de Fukushima).

    1. Ouais, Brazil de Terry GILLIAM, je proposerais plutôt. Quant à Linky c’est bien avant qu’il fallait y réfléchir pour empêcher l’installation de ce mouchard. Plein d’assos et de tutos sur youtube pour cela. Car ceci n’est que le début de l’opération plus vaste.

      1. … » ce mouchard « … ( = le compteur LINKY)

        Bien loin de n’être qu’un « mouchard  » , ce « compteur/enclencheur/déclencheur à distance et sans la moindre possibilité de réaction de l’abonné asservi  » a pour but à moyen terme de « répartir à la volonté du fournisseur les  » inévitables black-out  » d’électricité (pics de froid ou de chaleur , meilleure « affaire » financière pour le fournisseur sollicité à la vente par le pays voisin…, autres…) accompagnant la future « révolution ( traduire « rétrogradation ») énergétique » liée à la « transition climatique »…!
        EFFRAYANT.

  2. Il y a quelque chose qui est sans doute arrivé tout seul une fois la période de croissance de l’électricité de l’entre-deux guerre passée, et une fois décidée la nationalisation et la création d’EDF (1946, dans la foulée du CNR bien sûr), avec encore de la croissance (+ de kW installés chez tout le monde) : que les travailleurs du secteur avaient à coeur de maintenir un approvisionnement stable, minimal en panne, et de ne couper qu’à bon escient.

    (Je devrais avoir un souvenir ému des mes années 1976-1978, jeune adolescent juste arrivé à Paris l’année de la « carte orange », je pouvais passer mes week-ends avec un « train-spotter » (un fana de trains) de ma classe, à « rentabiliser » au maximum la carte orange, en allant en grande banlieue par exemple (2 ou 3 trains de grandes ligne par jour desservaient Versailles-Chantiers, Mantes, Etampes), avec toutes les correspondances calculées juste, les trains arrivaient à l’heure ! On a du faire un record à 5000 km le meilleur mois. Bref, les cheminots avaient aussi à coeur que tout marche à l’heure).

    Une fois qu’on doit faire avec des tableaux excels, donc ajouter cet embêtant médiateur entre vous et la réalité, ce « à coeur » devient « mon employeur est trop c… et me fait ch… », et même une assemblée de gens très majoritairement de bonne volonté subit les fissures dans la « philia » , et ne peut plus obtenir que « cela aille bien ». Ce n’est pas « juste » la faute à l’ordi » mais la combinaison de la prise en charge par le néolibéralisme d’un « penser avec l’automatisation » qui fait fi des savoirs locaux, et le fait encore plus généralement que la grosse majorité des systèmes techniques se munissent de couches de complexité supplémentaire « naturellement ». Si ce n’avait pas été les ordi, ça aurait été autre chose (lié à l’information quand même).

    Et vous connaissez les deux systèmes que je mentionne fréquemment comme faisant exception (don digne d’étude) : l’aéronautique civile (ah, si vous avez eu un vol annulé, c’est sans doute galère, mais c’est à peu près traité (m’enfin ne faites pas transiter votre bagage à Heathrow) ) et l’industrie des semi-conducteurs qui reste assez « partageuse », et peu « scandaleuse » comparée aux GAFAM, aux BigPharma, aux DieselGate et autres sympathiques banques fanatiques de prêts subprime.

    Les conditions de persistance de ces îlots assez vertueux (disons les moins pires, comme dirait Keynes, les moins dissensuels) me semblent être le type de « proximité de savoir » nécessité par les contraintes matérielles : l’enchainement systématiques de procédures, et le fait que le profit ne se dégage qu’à petit coups en haut de la chaine…, donc on ne peut pas tenter d’ouragans marketing (comme Darty qui fricotte avec Engie etc.) . Même si il y a des limites (ADP et sa privatisation) qui marquent le début de la fin.

    1. « Des systèmes techniques se munissent de couches de complexité supplémentaire »
      Effectivement, et qui paralysent beaucoup de professions avec pour conséquences d’épuiser et de désespérer les hommes et les femmes de bonne volonté qui aiment encore leur métier ou on encore à cœur le sens du service. Ce qui se prépare à partir du 5 décembre (pour ce que j’en ressens à l’écoute de mon entourage) dépasse largement le cadre des retraites.

  3. Il y a de l’eau dans le gaz et de l’électricité dans l’air!

    Profitez, on nous annonce la révolution « Pinky », le compteur d’eau muni d’un IA et « Plouky » celui pour le gaz qui va vous faire regretter le chauffage au bois.

  4. Oui, d’accord avec Ermisse, et je vais même un cran plus loin. C’est l’effondrement. L’effondrement est déjà là. A quand la même chose pour la Poste, les trains, le métro, les barrages hydroélectriques et, oui, les centrales nucléaires ? À déjà maintenant. C’est déjà là. Pour les centrales nucléaires, on essaye encore de le cacher, c’est tout, mais les « incidents » sont légion.

  5. La réforme des retraites qui masque en fait l’entrée des fonds de pension en France ? L’accès à l’électricité qui s’arrête si on paye pas ? Personne n’est responsable car personne ne sait comment ça fonctionne ?

    Bienvenue dans le merveilleux monde de l’ultra capitalisme.

    1. Et tout ça saupoudrées d’une destruction sans précédent des possibilités de la vie sur terre profitant à quelques nantis déshumanisés.

      On garde son calme on garde son calme mais capitaine méfiez-vous l’eau qui dort!

  6. Le scandale du « LINKY » s’insère bien dans le scandale plus vaste de la concurrence libre et bien faussée, préconisée par l’Union Européenne à la cervelle phagocytée par un tas de lobbies de tous ordres.
    Une citation tirée du site https://www.touteleurope.eu/actualite/la-concurrence-dans-l-union-europeenne.html
    […] une concurrence libre, loyale et non faussée est un moyen d’amélioration économique. La pression effectuée par les potentiels concurrents sur les entreprises présentes sur le marché et la concurrence que se livrent entre elles doit encourager l’innovation, qui améliore leur efficacité et leur compétitivité. Elle conduit également à faire baisser les prix pour les consommateurs et augmenter la diversité des produits présents sur le marché. […]
    Comment prétendre cela depuis le 1 juillet 2007, date de l’ouverture à la concurrence dans le domaine de l’électricité : la réalité est que l’on n’a vu aucun ‘concurrent’ investir le moindre centime dans la construction d’une centrale de production d’électricité.
    En revanche, l’on a pu voir l’apparition de plusieurs concurrents que j’aurais tendance à appeler ‘parasites’ et qui se permettent de commercialiser de l’électricité achetée en gros à l’opérateur historique au travers de l’ARENH, organisme qui croule sous les demandes de dépassements des quotas !
    Pour faire court, c’est le client resté fidèle à EdF qui est chargé au travers des augmentations de tarif d’assurer les bénéfices des pseudo-concurrents…
    L’implantation forcée de Lynky n’est pas là pour faciliter la vie des clients mais bien de faciliter la vie au fournisseur lui permettant de couper ou de délester à distance, de se passer du personnel qui autrefois était chargé des relevés ainsi que le personnel chargé de l’exploitation des relevés manuels, puisque le processus peut être totalement automatisé depuis le relevé en passant par la banque de données et finalement la facturation et le prélèvement sur les comptes…, sans les mains  🙂
    Une chose m’étonne toutefois dans le cas exposé par ARKAO, c’est qu’il a subi une coupure de fourniture, alors que l’on se trouve en pleine période hivernale où les coupures d’énergie et expulsions locatives sont prohibées ?

  7. Bénissez votre fils, qui n’habite pas loin et vous accueille. Bénissez votre voisin, qui laisse une lumière allumée pour vous souligner votre anomalie. A toutes les coupures, les compteurs Linky s’arrêtent et vous devez pousser sur un bouton durant 10 sec. et pas deux fois ! (il faut attendre plusieurs minutes avant de réessayer). Si vous avez un pavillon de banlieue (pardon, de lotissement) et que votre portail est à 50 mètres, le compteur caché derrière un rosier et qu’il a tombé 80cm de neige et que votre programme TV préféré est interrompu, bonjour la joie, en pyjama et charentaises.
    J’ai refusé Linky, j’ai eu des menaces, des rappels. Mais j’ai gardé mon calme, moi aussi.

    1. Sauf erreur, quand on refuse la pose du compteur Linky, on se coltine une facture de 90 balles par an de relevé de compteur par un agent. Et si tu n’es pas là le jour du RDV (plage horaire de 2 ou 4 heures) , pan à nouveau 90 balles.

      La liberté a un prix. Prêt à payer ? (Prélèvement automatique assuré). Ils vous auront à l’usure dans tous les sens du terme.

      1. Faux. Pour ma part, cela fait 2 ans que j’ai une barre de fer en travers des deux compteurs (le gaz est aussi concerné) qui se trouvent sur la rue. Il ne se passe rien depuis la lettre de menace envoyée par enedis à laquelle j’ai répondu que j’avais parfaitement le droit de le refuser. Nous sommes des milliers à avoir agis de la sorte en toute légalité . j’en veux pour preuve que enedis n’a pour l’instant jamais  » attaqué » un particulier qui refuse leur « capteur ». Evidemment j’ai stoppé le prélèvement automatique. Il ne faut pas écouter toutes les balivernes que vous racontent les poseurs pour vous faire céder.

      2. J’ai refusé et pour l’instant pas de paiement pour la relève de la conso, de toutes les façons c’est moi qui envoyait la relève à mon distributeur Direct Énergie (devenu entre temps Total!)
        Certes pour refuser il faut y mettre les formes à base de textes juridiques et si possible avoir le compteur chez soi pour se préserver des intrusions en force d’Énedis. Comme je l’ai dit plus haut tout est très bien expliqué sur certaines chaînes Youtube.
        Voir le fabuleux travail que fait cette femme > https://youtu.be/2pX7jAqrAX4
        Ce ne sont pas les normes wifi avec ces compteurs mais des ondes radio à la fois pour le pilotage extérieur des ces engins à l’insu de votre plein gré mais également pour y collecter un tas de données sur votre vie privé… et les revendre bien entendu, c’est la-dessus que le patron d’Énédis avait voulu vendre son compteur avant de se rétracter quand il a mesuré sa boulette (encore une fois plein de documents sur cette affaire sur Youtube).
        Donc s’il n’en reste qu’un je serai celui-la!

      3. Quoi faux ?

        https://www.liberation.fr/checknews/2018/11/05/combien-va-couter-la-releve-des-compteurs-pour-les-anti-linky_1689092

        https://www.notretemps.com/droit/actualites-droit/refus-compteur-linky-releve-payant,i193659

        C’est le montant qui n’est pas connu, mais la facture du relevé « à pieds » tu vas la recevoir et si tu ne la payes pas, tu verras bien. Pot de fer contre pot de terre, une vieille histoire. Pour 100 balles par an, tu payeras et puis c’est tout, c’est le prix du choix. Ou à force d’accepter le compteur…

    2. @Chabian
      J’ai freiné longtemps l’installation et effectivement la pression est forte, avec lettres de menaces, rappels incessants, harcèlement téléphonique. J’ai donc fini par servilement céder. Que celui qui n’a jamais péché me jette la première pierre 😉

      1. Tout le monde finira par ‘céder’, juste une question de temps, Enedis à tout le temps à priori…
        La question qu’on peut se poser c’est, y avait-il des ‘erreurs’ de coupures avant Linky ?
        Ce compteur numérique, plus précis, coupe le jus là ou l’ancien tolérait une marge, ce qui peut par exemple pour un compteur 6kV vous obliger à passer à 9kV, et la facturation qui va avec…

      2. Pareil… Surtout quand j’ai appris qu’il devaient en théorie et si j’ai bien compris se montrer plus agressifs en 2022, avec plus de frais.

  8. Les opposants à Linky n’avaient strictement rien compris ce ne sont pas les ondes wifi émises par le boitier qui étaient préjudiciables mais la remise du pouvoir de supprimer l’alimentation énergétique d’un quidam à distance et de façon instantané, à une société de droit privé. Ceci pour des motifs les plus farfelus, chez nous c’est carrément l’alimentation d’un immeuble qui a été suspendu ( un locataire avait confondu son compteur et celui de l’immeuble ! certes mais Enedis aussi, cela laisse songeur, imaginez une personne cardiaque seule dans le noir dans un immeuble déserté pour le weekend !).
    A ce jour personne ne s’est penché sur ce droit absolument dictatorial remis, au mépris de toutes les lois qui encadre la fourniture d’énergie , entre les mains du privé. La aussi cela en dit très long sur l’incompétence de nos élus de tout bord ainsi que l’abandon de leurs pouvoirs ( Police, administratif, social, financiers …) entre les mains de société capitalistes mues par le seul intérêt du profit à court terme.
    Big brother nous sommes en plein dedans et d’une façon hyper violente.

  9. Salut à tous! Je n’ai jamais cru toutes les fadaises propagées sur le compteur Linky et le peu que j’ai entendu m’a paru complètement déconnant. Un pauvre  »conspi » m’avait par exemple assuré que Linky nous espionnait en traversant carrément les murs avec des ondes maléfiques! Désormais je me demande de plus en plus sérieusement si je n’ai pas fait l’erreur d’ouvrir ma porte au technicien pour l’installation du compteur… Â présent il est trop tard pour revenir en arrière et je ne crois pas que cela soit possible.
    Parfois je pense à Yves Thibault de Silguy, un des artisans du traité de Maastricht… Il etait fier et heureux d’avoir contribuer au système des  »cliquets » pour qu’aucun état qui avait signé ledit traité de Maastricht ne puisse s’en défaire… Au final j’aurai voté non au traité et j’ai accepté le Linky. Une fois encore une fois les conspis auront pourri les débats.

    1. Vous avez parfaitement raison : comme il se trouve aussitôt des gens pour envoyer des SMS tout en majuscules affirmant que « Linky envoie des ondes maléfiques à partir d’une base secrète sur Pluton », on se dit que Linky est sûrement innocent.

      Comment empêcher les branquignols de contaminer tous les débats ?

      1.  »Le conspirationnisme est une maladie mentale » a très justement écrit Marc-Édouard Nabe, le plus sulfureux des écrivains français contemporains qui s’est récemment converti au protestantisme dans son exil suisse. Cependant, après avoir fait l’apologie de Ben Laden et de Carlos, Nabe a bien entendu tressé des lauriers à l’État Islamique… Comme quoi, du pur délire à la juste analyse il n’y a qu’un pas… Un tout petit pas parfois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.