Meghan et Harry s’efforcent de résoudre la crise !

Ouvert aux commentaires.

Je vous rassure : nous sommes dans ma rubrique « Questions de vie quotidienne ». Il s’agit d’un test. Que voici :

À l’instant, en une de pratiquement toute la presse internationale que je consulte en ligne, se trouve un titre du genre de celui dont j’ai intitulé le billet : « Meghan et Harry s’efforcent de résoudre la crise ! »

J’ai voulu chercher à savoir de quoi il s’agissait, vu apparemment l’importance de l’événement. Hélas, chacun des articles fait au moins 5 ou 6 pages, ce qui dépasse ma capacité d’absorption dans le climat général d’un monde à la dérive.

Ma question : l’une ou l’un d’entre vous considère-t-elle ou -t-il que les lectrices ou lecteurs du Blog de PJ devraient être informés de la « crise » en question ?

Partager :

48 réflexions sur « Meghan et Harry s’efforcent de résoudre la crise ! »

    1. Pas demme panique ! Même si les sujets de Sa Majesté la Reine Elisabeth II nous quitent (mais ont-ils jamais réellement partagé l’ambition d’une Union toujours plus étroite avec les autres pays de l’Union ?), il nous reste de quoi nous distraire:

      – Sa Majesté le Roi Philippe et sa famille (Royaume de Belgique)
      – Sa Majesté la Reine Margrethe II et sa famille (Royaume de Danemark)
      – Sa Majesté le Roi Felipe VI et sa famille (Royaume d’Espagne)
      – Son Altesse royale le grand-duc Henri de Luxembourg et sa famille (Grand-Duché de Luxembourg)
      – Sa Majesté le Roi Willem-Alexander et sa famille (Royaume des Pays-Bas)
      – Sa Majesté le Roi Carl XVI Gustaf et sa famille (Royaume de Suède)

  1. Est-ce un sujet si trivial ?
    La question de fond est : un roi, ici un héritier d’un trône, est-il libre, est-il, tel un homme ordinaire, libre de ses mouvements ? Ou est-il, encore, dans notre époque par ailleurs si moderne, un personnage sacré, une victime expiatoire potentielle, en tant que telle appartenant corps et âme à « son » peuple ?
    Si la « crise » fait la une des journaux, c’est bien que poser la question revient à y répondre…

    1. Oui, il est libre. La preuve en est donnée par l’exemple d’Edouard VIII, le roi d’Angleterre qui abdiqua en 1936. Ici, le cas est incomparablement plus simple, le prince Harry n’est pas le roi en titre, ce n’est que le cinquième ou sixième sur la liste des prétendants au trône.

      Sans compter bien sûr que la Grande-Bretagne n’est plus comme en 1936 l’une des principales puissances mondiales, régnant sur un quart de l’humanité soit davantage en proportion que la Chine aujourd’hui, mais simplement la septième ou huitième puissance mondiale.

      Pourquoi les actions du couple Sussex prennent-elles tant de place dans les gazettes ? C’est que le sujet permet de faire de la copie facile, sans exiger d’effort de réflexion ni de recherche trop grand de la part du journaliste. Paresse intellectuelle.

      1. Mais pourquoi cela fait-il de la copie, justement ? Pourquoi cela interesse-t-il tant de monde justement ? Parce qu’il y a du sacré là-dessous.

      2. Du sacré ? Mais c’est… Bon sang ! Bien sûr ! S’il y a du sacré, il y a du … bouc-émissaire !

        Qui est le bouc-émissaire dans cette sinistre affaire, dites-le moi !

      3. @ Paul Jorion

        Je remets mon commentaire d’hier :
        « La question de fond est : un roi, ici un héritier d’un trône, est-il libre, est-il, tel un homme ordinaire, libre de ses mouvements ? Ou est-il, encore, dans notre époque par ailleurs si moderne, un personnage sacré, une victime expiatoire potentielle, en tant que telle appartenant corps et âme à « son » peuple ?
        Si la « crise » fait la une des journaux, c’est bien que poser la question revient à y répondre… »
        L’institution monarchique est l’héritière des rois sacrés des tribus primitives, rois sacrés qui étaient des victimes expiatoire en attente de sacrifice.
        L’hypothèse est extrêmement féconde mais elle est « religieuse » donc sans intérêt aux yeux de ceux qui font de leur a-religion une religion, que dis-je une religion, un dogme sacré.

    2. Derrière le sujet assurément « people » ou starmania, il y a la question de la relation d’une communauté à son autorité, à sa hiérarchie sociale.
      Il y a toujours une forme de sacralisation du chef. Soit qu’il soit dieu lui-même, ou protégé des dieux, parce que capable de vaincre les ennemis, soit qu’il soit associé au pouvoir religieux (le sorcier, le pape…). Et de lui découle la légitimité des puissants, aristocrates, méritocrates et autres chargés de décoration reçue du chef.
      Il y a des cultures variées. Même dans les Républiques, il y a des présidents plus symboliques (Italie, Allemagne), au-dessus du politique, manifestant une unité (projetée) de la nation par delà les conflits ; et d’autres de « régime présidentiel », sans caractère sacré mais le recherchant (De Gaulle, Dieu ou Tonton pour Mitterand, Jupiter pour Macron le petit …). Je pense que les français ont une culture particulière, une fascination du chef qu’on adore et qu’on déteste, qu’on guillottine et qu’on espère en même temps. De même, le dictateur recherche une légitimité dans une mise en scène forte, en même temps qu’il a des sbires autour de lui.
      Les rois et reines sont clairement des autorités symboliques. Et le chef est ainsi plus ou moins sacré, d’une légitimité remontant à « la nuit des temps », source obscure et non discutable. Sa légitimité percole dans le lien filial ou familial. Donc tous les membres proches doivent se consacrer à ce rôle sacré et « peopolisé » (en Suède, les cartes postales courantes étaient souvent ornées des figures de la famille royale, encore en 1995). Ils sont rétribués par la nation, et ne travaillent pas sauf à remplir des fonctions officielles. Cela n’est pas drôle tous les jours d’être une potiche, et certains rêvent d’une autre insertion sociale, dans la haute bourgeoisie évidemment.
      Pour eux, c’est une question de la vie quotidienne !

      1. Oui, c’est ça, « il y a toujours une forme de sacralisation du chef. »

        Et celui qui est ainsi sacralisé, fut-ce par raccroc, est prisonnier de cet état, état très particulier et bien peu enviable.

      2. Qui est le bouc émissaire dans cette histoire  » Meghan & Harry s’efforcent de résoudre la crise ?  »

        Réponse = celles et ceux à qui on inflige cette inanité pseudo-médiatique.

        C’est marrant cette histoire de « bouc émissaire » pris et repris ces temps ci par toutes sortes de personnes.
        Exemple : France Inter / Invité Thomas Piketty pour son nouveau livre  » Capital & idéologie « .

        Madame Léa Salamé :

         » Monsieur Piketty… avec vous les riches vont prendre cher  » (…)  » pardon de revenir à ça, d’abord est-ce que vous êtes sûrs qu’en éradiquant le 1% des plus riches, d’une certaine manière, vous êtes sûrs que tout ira mieux véritablement, est-ce que vous ne tombez pas dans la logique du Bouc émissaire ?  »

        Il n’y a cas voir les actualités françaises ou internationales pour s’apercevoir de la fiction d’une telle hypothèse. Le bouc émissaire existe bel et bien mais aux dernières nouvelles ce sont plutôt la planète et les milliards d’êtres vivants pauvres qui s’y échinent dessus !

      3. Je vous épargnerai le compte rendu d’une conversation que j’ai eue hier par mail et dont le contenu se résume aisément : je prends moi, PJ, pour bouc-émissaire, le malheureux (oui, vous avez deviné) Donald Trump ! Et Philippe Labro serait d’accord avec mon correspondant, et pas seulement lui (tenez-vous bien !) Edward Snowden lui-même s’insurgerait contre le fait de prendre Trump pour bouc-émissaire ! Si ça se trouve tout cela vient de Noam Chomsky, je ne veux pas l’accuser sans preuves, mais il n’est pas à un délire près, n’est-ce pas lui qui allait clamant que le négationniste Faurisson n’était rien d’autre qu’un (eh oui !) … bouc-émissaire !

      4. Chaque fois qu’on accuse publiquement, en espérant entraîner d’autres accusateurs, on prend le risque d’enclencher un phénomène dit du bouc-émissaire, ou au moins d’y participer.

  2. C’est effectivement très important, après le Brexit, voici le Princexit… 🙂
    Il semblerait qu’il existe un conflit entre le prince Harry et son frère le prince William, donc, le jeune couple princier a décidé de prendre le large et mettre de la distance avec la famille royale britannique et vivre une vie normale avec un nom ne faisant pas référence à un statut princier ; bien qu’ils ne semble pas, par ailleurs, renoncer à ses titres et revenus issus de la famille royale :Harry Mountbatten-Windsor et épouse Meghan Markle.
    Cela est mal vécu par la reine Elisabeth II soucieuse de l’image donnée par la dynastie auprès de l’opinion publique britannique (et mondiale?)
    Quant à leurs moyens d’existence, ils ne devraient pas avoir trop de soucis… https://sussexroyal.com/funding/

    1. Appartenir à la famille royale britannique est un peu à considérer comme être employé par une entreprise que l’on voudrais quitter de manière inopinée pour exercer une activité en nom propre, le hic, c’est que l’embauche a eu lieu sans l’accord formel du prince considéré, en raison de la naissance, d’où les problèmes actuels que doit affronter le PDG, la reine en l’occurrence.

  3. Je suis désolé mais faire de l’humour quand il y a plus d’un milliard d’animaux qui ont brûlé vif… caustique mais
    Je ne sais pas si c’est une arme très pertinente.
    À part pour soulager la mauvaise conscience de notre race.

    Je vais rire aux nez des descendants de déportés en disant qu’ils avaient qu’à changer de religion.

      1. Toujours aussi imbécile moi, désolé.

        Mais je suis estomaqué par l’indifférence de mes congénères dans ce drame pire que tout.

        Et puis je sais qu’il y a des espèces de personnes qui s’en moquent et qui en rigolent il faudrait pas trop que je vois ça…

        1 milliard , dans des flammes, Origine humaine.

      2. Je sais que c’était faux. Mais alors c’est vous qui avez le mauvais goût de vouloir faire de l’humour ! C’est bon d’être surpris.

  4. Bonjour,

    Je comprends pas bien le problème,

    Si c’est par amour, c’est pas un problème, ça lui changera pas son nom de famille et ces racines,

    Cordialement,
    personne

  5. Oui, pour pouvoir rire jusqu’au fou rire, en écoutant un comique ayant trouvé les mots justes pour nous gifler avec l’insignifiance des frasques de ces people.

      1. aka (puisqu’on demandais la version française ) Ségolène Force l’Air, mais « Désir d’avenir » (souvenir souvenir) a trouvé que la version RAF était un bon coup de comm’.
        Où est mon point DSK au fait?

      2. Avec les ordinateurs de bord, ile faut faire très attention. Ces ordinateurs sont d’une irrégularité exemplaire.

      3. Non mais vous m’obligez
        par frustration quand elle jouait dans la série The Suits » je disais qu’elle ressemblait à une femme de ménage portugaise, et j’en suis pas fier, mais voilà c’est fait.

  6. Derrière l’ironie et la plaisanterie, j’ose une petite remarque sérieuse : sur mon MSN (mur d’actualités proposé automatiquement par Microsoft quand j’ouvre mon ordinateur PC), ça fait quelques temps déjà que j’ai remarqué que je suis bombardé de nouvelles « people » au sujet de la famille royale d’Angleterre. Et le prince Harry et sa dulcinée occupe un place de choix. ça m’a posé question, et je me suis dit qu’il devait y avoir derrière une sacrée organisation pour alimenter un tel flux, à la façon « propaganda ». La « crise » dont il s’agit là, c’est une désolidarisation partielle du prince Charles à ce « business model » politico-commercial….Alors, symbole de quoi ? Personnellement, ça m’agace comme un soft-power garant d’un système auquel je n’adhère pas, même si je n’ai rien contre les eux personnes en particulier, mais qui en fait profitent largement de ce système qui les utilise et surtout qui les sert….Comme disait je ne sais plus quel interlocuteur de PJ lors d’une intervention à l’université de Lille (je crois), de mémoire : « Ces pauvres riches : vous n’imaginez pas les soucis qu’ils peuvent avoir ! ».

  7. Vous voulez donc attirer le chaland, augmenter le nombre d’abonnés et faire du chiffre !
    Revoyez votre conseiller en marketing je crois que c’est pas l’bon plan.

    1. J’espère que vous n’êtes pas sérieuse ! Vous imaginez vraiment que les gens qui ont envie de parler royauté viendront le faire sur le Blog de PJ plutôt qu’ailleurs ? La concurrence est sérieuse 😉 Votre confiance dans la nature humaine est vraiment considérable !

      Non, si je pose ce genre de questions que j’appelle « de vie quotidienne », c’est que j’en ignore la réponse et que celle-ci m’intéresse.

      – « Pourquoi des panneaux « Toutes directions » que chacun doit faire très attention de ne pas croire ? » La réponse m’a été donnée ici : pour écarter systématiquement les automobilistes du centre des villes.

      – « Pourquoi la « bière artisanale locale » a-t-elle partout exactement le même goût ? » Parce que, comme il est devenu clair ici, l’appellation est trompeuse et renvoie en réalité dans la plupart des cas à un produit générique.

      – « Pourquoi une baignoire dont le robinet fuit ne se remplit-elle pas ? » Parce qu’une goutte d’eau c’est très petit (1/20 ml) et que donc, même avec un robinet fuyant comme un dingue : 1 goutte à la seconde, il faudrait 18 jours pour remplir une baignoire.

      Tout ça ne vous intéresse pas ? Eh bien moi si ! Désolé, des goûts et des couleurs…

      Je voudrais faire venir du monde à tout prix ? Rassurez-vous, je n’ignore pas les sujets qui y parviendraient sans difficulté. Alors qu’excédé un jour par un sujet d’actualité particulièrement polémique je préparais ici un billet, le modérateur m’a mis en garde : « Si tu le mets en ligne, tu ne pourras plus jamais parler ici d’autre chose ». Je me suis du coup abstenu.

      Votre commentaire m’a encouragé ce soir à lire pour la première fois tout un article sur cette histoire de Meghan et Harry. Je ne suis pas pour autant allé n’importe où : j’ai lu un article en une du Guardian. Eh bien, l’ayant lu, mon interrogation reste entière : comment une question dont l’impact sur l’état du monde est proche de nul fait-elle pour apparaître en une d’un quotidien respectable ? Si vous connaissez la réponse, n’hésitez pas : dites-la moi et je fermerai aussitôt les commentaires, considérant la question close.

      1. Non. Effectivement. Je n’étais pas sérieuse.

        Votre question en ce qui me concerne reste en suspend, pour le moment du moins :
        pourquoi une question dont l’impact sur l’état du monde est proche de nulle fait-elle pour apparaître en une d’un quotidien respectable ?

      2. « Pourquoi une question dont l’impact sur l’état du monde est proche de nulle fait-elle pour apparaître en une d’un quotidien respectable ?  »

        Réponse :

        – Parce que certains ont eu intérêt à remplacer  » Le Peuple  » par  » Les People  » et toutes les questions qui nécessairement étaient drainées par le premier.

      3. Pourquoi ce couple princier suscite-t-il tant d’intérêt ?
        Ce n’est pas seulement une banale question de vie quotidienne, c’est une question fondamentale (pour ne pas dire sacrilège…) qui pourrait se formuler ainsi : pourquoi le sacré, quand il a été chassé par la porte, revient-il par la fenêtre ?
        Le fait est là pourtant, depuis que l’homme est homme, depuis que la culture est apparue, elle est inséparable de ces mouvements de foules alternativement attirées et repoussées par une personne sacrée ou par un groupe de personnes sacré.
        C’est à un tel mouvement que nous assistons et participons, la famille royale britannique ayant ce caractère sacré.
        Mais chut !… la réponse est aussi sacrilège que la question à nos esprits modernes qui se veulent si rationnels, si maîtres de leurs réactions, si détachés de tout sacré…

  8. L’insignifiance des people n’est rien par rapport à la banalité des rapports sociaux des riches qui les élèvent/entretiennent pour mieux se cacher.

    1. Ah ! voilà ! Une des manifestations – plus facile à comprendre que toutes les autres – de l’effondrement généralisé.

      Je vous disais bien qu’on finit toujours par trouver la réponse à mes questions « de vie quotidienne » !

  9. Oui, pour atténuer l’injustice entre riche et pauvre, les journaux doivent périodiquement mettrent en une les déboires des people riches, une frange très mince de cette population normalement élevée pour distraire le peuple en temps ordinaire , mais qui en période instable ont un pouvoir hypnotique plus puissant.

  10. Et si toute cette affaire montrait que les attaques racistes, envers la trop noire épouse du prince, pouvaient aussi être un problème de riche ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.