Vie quotidienne – La 5G : mythes et réalité

Ouvert aux commentaires.

Je tombe là-dessus (comme si on avait besoin de ça en plus !), dans un article du Monde :

Pour certains complotistes, le coronavirus est même une invention – un « écran de fumée » inventé par les gouvernements pour masquer le fait que c’est la 5G qui tue. La technologie est parfois aussi assimilée à un outil de contrôle mental ; dans d’autres cas, on explique que les applaudissements de 20 heures en l’honneur des soignants font partie du complot, et ont été « inventés par le gouvernement » pour masquer le bruit des tests d’antennes à la même heure.

Je n’y connais absolument rien mais mon sang ne fait cependant qu’un tour : « Une tâche de salubrité mentale publique de plus à entreprendre par les lecteurs du Blog de PJ : « La 5G : mythes et réalité ». À vos plumes !

Partager :

108 réflexions sur « Vie quotidienne – La 5G : mythes et réalité »

  1. (Il n’y a pas de fil ouvert sur le pétrole, donc je commente la situation ici :-))

    Un petit tour d’horizon du marché du pétrole en période de crise Covid-19.

    Dans les mois qui viennent, il faut noter que :

    – La production mondiale de pétrole ne devrait baisser que de 10 millions de barils par jour environ du fait de l’accord de l’OPEP+, soit – 10% d’une production mondiale d’environ 100 millions de barils par jour

    – La consommation mondiale, actuellement aux environs de – 30% par rapport à il y a un an, ne devrait guère remonter – si elle ne descend pas encore davantage. Cela représente – 30 millions de barils par jour

    – Les capacités de stockage ne devraient guère augmenter, car il paraît naturel de supposer que créer de nouveaux réservoirs nécessite des travaux lourds, à l’échelle de plusieurs années non de quelques mois

    La somme de tous ces facteurs devrait être de l’ordre d’un solde d’environ 20 millions de barils par jour en trop dans les mois qui viennent. Il y aura donc très probablement une réduction supplémentaire de la production, au-delà des – 10 millions de barils. Réduction qui ne pourra guère se décider que par les prix.

    Or à la table des producteurs mondiaux, on compte trois joueurs principaux (1)

    1. Arabie saoudite et le bloc de pays arabes du Golfe dont elle est le chef de file (Emirats, Koweit, Qatar, Oman), avec 20 millions de barils par jour en 2018 – mais ils ont déjà réduit en contribuant aux « – 10 millions » de l’OPEP+

    2. Etats-Unis et Canada à leur suite, avec 18 millions de barils par jour

    3. Russie plus Kazakhstan, avec 13 millions de barils par jour – mais eux aussi sont déjà en train de réduire par suite des décisions de l’OPEP+

    Il y a d’autres producteurs bien sûr, mais pas forcément alignés sur aucun de ces blocs, de l’Irak – sous double influence directrice iranienne et américaine – à l’Iran – toujours sous sanctions et ça ne va pas changer de sitôt – Mexique, Brésil, Chine, Venezuela, Nigeria… Comme ils ne sont pas coordonnés – même si certains sont dans l’OPEP+ – ils n’ont guère d’influence majeure sur le marché. Les trois joueurs principaux représentent ensemble plus de la moitié de la production mondiale d’avant la crise. Ils s’affrontent naturellement pour préserver et étendre leurs parts de marché respectives.

    Si on résume leurs atouts et faiblesses :

    1. Le Bloc Golfe a les coûts de production les plus bas, ce qui l’aide à supporter plus longtemps des prix de vente plus bas, tout comme ses grandes réserves monétaires. Mais il a aussi de lourds budgets de fonctionnement, nécessitant des prix élevés du pétrole sauf à mettre en place une austérité rigoureuse ou à « manger » rapidement les réserves – qui sont pour l’essentiel en dollars. Il est dépendant militairement du Bloc Amérique du Nord
    ===> L’atout maître de ce bloc ce sont les coûts de production. Sa faiblesse majeure est sa dépendance géopolitique envers l’Amérique

    2. Le Bloc Amérique du Nord a les coûts de production les plus élevés le rendant très vulnérable à des prix bas d’autant que ses producteurs accumulaient déjà des dettes avec un pétrole à 60 $ le baril, de plus le gouvernement n’a pas le contrôle des producteurs qui sont une multitude d’entreprises moyennes et ne peut donc pas facilement négocier avec les autres blocs. Mais il a aussi l’arme maîtresse de la monnaie de réserve mondiale le dollar, aidant ses banques à soutenir peut-être pendant très longtemps son secteur pétrolier même en face de pertes énormes… du moins si la décision politique dans ce sens est prise et s’impose au système bancaire. Et il est le protecteur attitré du Bloc Golfe avec l’influence qui va avec
    ===> La faiblesse majeure de ce bloc ce sont les coûts de production, et encore sans doute la qualité de sa direction actuelle. Ses atouts maîtres sont impressionnants : la monnaie de réserve mondiale et le protectorat militaire sur les plus gros producteurs du Golfe, rien de moins !

    3. Le Bloc Russie a des coûts de production moyens, de grandes réserves monétaires et des budgets de fonctionnement déjà réduits depuis plusieurs années. Il est militairement indépendant mais ne protège aucun pays pétrolier significatif. Sa stabilité sociale est probablement supérieure à celle de l’Arabie secrètement déchirée entre sunnites dominants et chiites dominés, pour ne rien dire de celle de l’Amérique où les oppositions entre les deux principaux partis sont radicalisées. Cependant, elle ne doit pas être surestimée : le régime de Poutine s’use, à preuve les réactions à la réforme des retraites (il est vrai bâtie sur le modèle « Emmanuel Macron puissance 10 »)
    ===> Ce bloc est plus équilibré, ni faiblesse vraiment majeure, ni véritable atout maître

    Dans cette situation, la continuation de la guerre des prix semble probable. Le prix du pétrole finira par remonter bien sûr, mais il y faudra probablement d’abord une phase de « destruction de la production » c’est-à-dire de lutte brutale entre les trois blocs majeurs jusqu’à ce qu’au moins un « mette les pouces » et se rende aux conditions des autres, ou à ce qu’il soit sorti du marché par faillite de ses producteurs incapables de suivre à un prix aussi bas.

    On remarquera qu’il est impossible de parler du pétrole sans parler en même temps et de la monnaie et des alliances (2) Ce n’est certes pas nouveau, mais cela pourrait devenir encore plus vrai en période de crise profonde comme celle qui commence.

    Quant à savoir lequel des blocs en souffrira le plus, lequel pourrait finir par plier, et encore qu’en sera t il de tous les producteurs « hors bloc » qui risquent eux aussi de faire les frais de la guerre des prix… les paris sont ouverts.

    (1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_production_de_p%C3%A9trole
    (2) De mémoire , citation d’un homme de pouvoir dans un roman de SF – Dune, je crois : « Il faut tenir la monnaie et les alliances, et laisser la populace s’amuser avec le reste »
    Personnage de fiction certes… mais le mot est juste.

    1. Dans ce cadre, il faut interroger le projet de guerre de Trump sur le Venezuela : ils ont accusé Maduro de dealer la cocaïne aux USA , ce qui est ridicule, et envoyé une armada menaçant le pays. Avec un nouveau plan de « démocratisation parachutée » mais sans Guiado. En fait, avec la surproduction et la chute des prix, les réserves du Venezuela, les plus importantes du monde, sont moins nécessaires en urgence !Mais il y a le long terme. Et surtout il y a la campagne électorale : être chef de guerre durant la campagne dévalorise le candidat opposé. Pour autant qu’on accepte la mort de quelques G.I. revêtus de la bannière étoilée…

  2. J’ai bien lu les 4 pages du Monde du 21 avril « La 5G joue son avenir en pleine crise de la pandémie »
    En résumé et pour faire simple, nous sommes sur un véritable champ de bataille mondial avec à ce jour un leader la Chine, un rival les USA, un outsider l’UE et une multitude de suiveurs.
    Il semblerait qu’il y a d’innombrable avantage à la 5G et que celle-ci est incontournable compte tenu de ses possibilités et des stratégies d’innovation en portefeuille.
    Cette 5G a débarqué et nous envahit à la manière des nanotechnologies contrairement aux OGM me semble t’il : on déploie et on verra après.

    Pourtant la critique existe et des risques sanitaires sont ainsi pointés.
    J’ai un contact local qui est l’ancien Directeur de Robin des Toits : Pierre-Marie Théveniaud.
    Il s’occupe à ce jour plus de la dimension européenne de la 5G selon mes dernières informations.
    Pour rappel, je vous l’avais présenté et vous l’aviez rencontré lors du forum Latitude qui s’était tenu à Mulhouse.
    Le site Robin des Toits :
    https://www.robindestoits.org/

    Une excellente critique faite dans l’émission « de cause à effets » de France Culture du 17/11/2019.
    Des ondes électromagnétiques, pour le meilleur ou pour le pire ?
    https://www.franceculture.fr/emissions/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement/des-ondes-electromagnetiques-pour-le-meilleur-ou-pour-le-pire

    « De la 5G aux compteurs Linky, état des lieux des études scientifiques et médicales relatives aux ondes électromagnétiques, des rapports officiels au moratoire réclamé par des associations. Doit-on avoir peur de ces ondes ou la psychose prend -elle le pas sur la rationalité scientifique ? L’électro-hypersensibilité qui semble affecter non seulement des humains, mais aussi des espèces animales, doit-elle ouvrir le débat ? »

    2 des citations en annexe
    « Arnaud Durand : On a en France un principe de précaution et aujourd’hui, c’est ça que l’on présente au magistrat face à une industrie que l’on appelle le créateur du doute. »
    « Annie Sasco : Ce qu’il nous faut ce sont de vraies études indépendantes. »

    Le supplément hebdo du Monde du 30/11/2019 avait produit une page comparative des + et – de la 5G.
    « Faut-il se passer de la 5G ? »
    « L’État a fixé le prix plancher de la vente des fréquences 5G aux opérateurs à 2,17 milliards d’euros. Un « coût » dur pour ces derniers. Mais cette nouvelle technologie est-elle vraiment indispensable ? Six arguments à télécharger gratuitement. »
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/11/30/faut-il-se-passer-de-la-5g_6021119_4500055.html

    Une dernière info transmise début avril par un de mes contacts
    Objet : La 5G se déploie alors que ses effets sur la santé ne sont pas évalués
    Et pendant le confinement… Les antennes poussent….
    https://reporterre.net/La-5G-se-deploie-alors-que-ses-effets-sur-la-sante-ne-sont-pas-evalues

    On trouvera un nombre impressionnant d’articles sur la toile traitant le sujet, une véritable jungle.
    Bon courage pour y progresser.

  3. Réenvoi car doute su réception.
    J’ai bien lu les 4 pages du Monde du 21 avril « La 5G joue son avenir en pleine crise de la pandémie »
    En résumé et pour faire simple, nous sommes sur un véritable champ de bataille mondial avec à ce jour un leader la Chine, un rival les USA, un outsider l’UE et une multitude de suiveurs.
    Il semblerait qu’il y a d’innombrable avantage à la 5G et que celle-ci est incontournable compte tenu de ses possibilités et des stratégies d’innovation en portefeuille.
    Cette 5G a débarqué et nous envahit à la manière des nanotechnologies contrairement aux OGM me semble t’il : on déploie et on verra après.

    Pourtant la critique existe et des risques sanitaires sont ainsi pointés.
    J’ai un contact local qui est l’ancien Directeur de Robin des Toits : Pierre-Marie Théveniaud.
    Il s’occupe à ce jour plus de la dimension européenne de la 5G selon mes dernières informations.
    Pour rappel, je vous l’avais présenté et vous l’aviez rencontré lors du forum Latitude qui s’était tenu à Mulhouse.
    Le site Robin des Toits :
    https://www.robindestoits.org/

    Une excellente critique faite dans l’émission « de cause à effets » de France Culture du 17/11/2019.
    Des ondes électromagnétiques, pour le meilleur ou pour le pire ?
    https://www.franceculture.fr/emissions/de-cause-a-effets-le-magazine-de-lenvironnement/des-ondes-electromagnetiques-pour-le-meilleur-ou-pour-le-pire

    « De la 5G aux compteurs Linky, état des lieux des études scientifiques et médicales relatives aux ondes électromagnétiques, des rapports officiels au moratoire réclamé par des associations. Doit-on avoir peur de ces ondes ou la psychose prend -elle le pas sur la rationalité scientifique ? L’électro-hypersensibilité qui semble affecter non seulement des humains, mais aussi des espèces animales, doit-elle ouvrir le débat ? »

    2 des citations en annexe
    « Arnaud Durand : On a en France un principe de précaution et aujourd’hui, c’est ça que l’on présente au magistrat face à une industrie que l’on appelle le créateur du doute. »
    « Annie Sasco : Ce qu’il nous faut ce sont de vraies études indépendantes. »

    Le supplément hebdo du Monde du 30/11/2019 avait produit une page comparative des + et – de la 5G.
    « Faut-il se passer de la 5G ? »
    « L’État a fixé le prix plancher de la vente des fréquences 5G aux opérateurs à 2,17 milliards d’euros. Un « coût » dur pour ces derniers. Mais cette nouvelle technologie est-elle vraiment indispensable ? Six arguments à télécharger gratuitement. »
    https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2019/11/30/faut-il-se-passer-de-la-5g_6021119_4500055.html

    Une dernière info transmise début avril par un de mes contacts
    Objet : La 5G se déploie alors que ses effets sur la santé ne sont pas évalués
    Et pendant le confinement… Les antennes poussent….
    https://reporterre.net/La-5G-se-deploie-alors-que-ses-effets-sur-la-sante-ne-sont-pas-evalues

    On trouvera un nombre impressionnant d’articles sur la toile traitant le sujet, une véritable jungle.
    Bon courage pour y progresser.

Les commentaires sont fermés.