30 réflexions sur « C’est le 1er mai ! »

  1. Moi je chante plutôt avec « Anarchie » et on va pinailler comme en mai 1937 à Barcelone.

      1. @Enrique
        Je connais moi aussi la réponse, mais j’ai dit qu’on ne se battrait pas aujourd’hui (quelle que soit mon opinion sur les stals 😉 )

    1. Dans quelques années, décennies, on regardera en arrière et les historiens et les sociologues verront que ce genre musicale était le révélateur de l’état bouillonnant de la société vivante, de la force vive qui ne demande qu’à jaillir, comme le Rock l’a été d’une certaine manière dans les années 50/60.

      Merci du partage camarade.

  2. Comment manifester dehors en rassemblant les travailleurs,en période de confinement intérieur, pour la fête du travail qui nous vaut de ne pas travailler ce jour-là, alors que l’on ne travaillle déjà plus les autres jours puisque transformé en fonctionnaire de l’Etat (qui eux c’est bien connu sont habituellement payés à ne rien faire avec nos impôts) l’on est au chômage technique financés par la Dette .
    Normalement le PIB comprends les rémunérations des fonctionnaires pour en évaluer la production, il suffirait d’y inclure l’indemnisation des personnes confinées (reflétant une cotisation exceptionelle au système de santé valorisant le rachat des vies épargnées) pour que le PIB ne baisse pas, il y aurait investissement, conservation de capital fixe : vies humaines préservées.

    1. @Ruiz 11h10 :
      … Puisqu’on est bien depuis un mois et demi « au chômage technique financés par la Dette .
      Normalement le PIB comprends les rémunérations des fonctionnaires pour en évaluer la production..Il suffirait d’y inclure l’indemnisation des personnes confinées (reflétant une cotisation exceptionnelle au système de santé valorisant le rachat des vies épargnées) pour que le PIB ne baisse pas ; il y aurait investissement, conservation de capital fixe : vies humaines préservées »
      .

      J’attendais des réactions. Rien à cette heure . Sans doute trop d’effluves du parfum de muguets qui endorment les sens….^!^…
      Interloqué et désireux de ne pas perdre la notion .. j’ai donc introduit à réflexion votre suggestion sur le blog-fils(spirituel) F. Leclerc..!!?
      Guilty or not guilty..??…^!^…

      1. Les butoirs du temps de travail ne peut pas être la volonté des chefs syndicaux mais celle de tous les salariés. Ces chefs syndicaux ressemblent à syndicaux patronaux.
        Il faut revoir la copie avec l’ensemble des salariés. Cela me paraîtrait être un plus de démocratie

      1. du nom de la fête de ce jour pardi (« nuance », pas celle de Jeanne d’Arc – respectée par la police, pas comme sur la place de la République): « la fête des travailleurs »… la fête des riens etc. (dont je suis) cette fois promus aux avants-postes. Les premiers de corvées, les habitués des lignes de front, le corps en plus-value offerts aux oeuvres de bienfaisance.
        Lidl soutient ”20h on applaudit” sur BFM TV et s’associe à la solidarité nationale en applaudissant aussi tous les salariés de la chaine alimentaire. (BFM est-elle aussi de la chaine alimentaire ?) l’ensemble des recettes générées par ce partenariat seront reversées à la Fondation des hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France» dont la présidente est Brigitte Macron.

      2. C’est pas trop ce que j’attendais .

        Plutôt quelque chose comme fête de la gratuité ( ou du RUS restons prudent ) , mieux adapté aux efforts de notre hôte qui nous promettait une disparition du travail moins brutale que celle qui se profile . Encore les sociétés « avancées » » ont elles un peu de gras pour jouer le partage national , ce qui n’est pas le cas des pays de l’hémisphère sud , où l’ONU et l’OMS ont bien raison de porter prioritairement leurs attentions , ou au moins en alerter le monde .


  3. L’Entrée du Christ à Bruxelles (2,58 × 4,30 m, 1888, Los Angeles, musée Getty) est un tableau de James Ensor, considéré comme son œuvre la plus importante.
    Cette toile monumentale représente l’événement que serait l’arrivée du Christ dans la Bruxelles contemporaine. Dans une atmosphère de kermesse mêlée de défilé du 1er mai, accueilli par les slogans « Vive la sociale ! » et « Vive Jésus, roi de Bruxelles ! », le Christ auréolé s’avance au fond du tableau. (Wikipedia)

    1. Si vous souhaitez prendre connaissance du retour du Christ parmi nous, vous pouvez constater par vous-même sa résurrection par le biais de cet auteur qui en témoigne dans cette œuvre :
      https://jesuslaresurrction.blogspot.com/2019/05/table-des-matieres_27.html

      C’est là que les vrais disciples du Christ reconnaitront cet auteur en tant qu’ambassadeur authentique du Christ.
      C’est à tout cela que les vrais disciples du Bouddha le reconnaîtront en tant que bouddha Maitreya.
      C’est tout cela que les vrais disciples du prophète arabe le reconnaîtront en tant que Mahdi attendu.

      Alléluia !

      1. Si, si, sérieux !

        Si vous connaissez des croyants, qu’ils soient chrétiens, bouddhistes et musulmans qui croient à l’accomplissement des prophéties, recommandez-leur d’en prendre connaissance.

        Une telle révélation mérite d’être étudiée et méditée ! C’est l’avenir ! Le seul !

    1. Il n’ y a pas de  » fête du Travail « . Il y a une « Journée internationale des Travailleuses et des Travailleurs » !

      Ne confondons pas initialement le  » Massacre de Haymarket Square  » à Chicago en 1886 avec la neutralisation politique de la commémoration internationale, voulue par le régime fasciste de Philippe Pétain en 1941.

      «  Aux États-Unis, au cours de leur congrès de 1884, les syndicats américains se donnent deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de lancer leur action le 1er mai, date du « moving day » parce que beaucoup d’entreprises américaines entament ce jour-là leur année comptable, et que les contrats ont leur terme ce jour-là, l’ouvrier devant déménager (d’où le terme de « moving day ») pour retrouver du travail. La grève générale du 1er mai 1886, impulsée par les anarchistes, est largement suivie. Ils sont environ 340 000 dans tout le pays. » / (Wikipedia).

       » Massacre de Haymarket Square  » / Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Haymarket_Square

  4. Hier c’était le Premier mai, jour célébrant le combat et l’union des travailleurs (quel beau nom anglais que celui de « trade union» pour dire syndicat) et je ne voulais donc pas apporter de dissensus parmi vous.
    Mais en lisant les informations, j’ai vu qu’un sentiment que j’ai éprouvé hier semble largement partagé. Pourquoi ?

    Le 1er mai 2019 je suis allé manifester à Paris avec la CGT et les Gilets Jaunes. Nous étions nombreux. Nous avons été « nassés » pendant près de cinq heures et beaucoup ont reçu des gaz lacrymogènes, parfois à tir tendu. J’étais passé devant les grilles de l’hôpital où il fut dit que les horribles manifestants avaient envahi un service d’urgence. On sait qu’il en était.
    Les policiers qui nous empêchaient de sortir par les rues adjacentes obéissaient au préfet Lallement : le préfet obéit à Castaner ; Castaner obéit à Philippe ; Philippe obéit à Macron. Nous avons été indignement maltraités. Cette simple relation de transitivité implique que nous avons été maltraités sur l’ordre et la responsabilité du Prince. Je n’ai pas oublié et je n’oublie pas.

    Le 1 mai 2018, le copain du souverain est allé « se chamailler » avec des manifestants : l’ont-ils oublié ?

    Alors quand j’ai entendu Macron parler doucereusement des « chamailleries » du 1er mai, j’ai eu un sentiment d’écœurement et je me rappelais de toutes ses déclarations antérieures que je ne vais pas citer, on les connaît.
    Frédéric Lordon a évoqué des traits psychologiques du personnage avec sa fougue habituelle. J’en viens à me demander s’ils ne sont pas à prendre en considération…

    J’admets que nous devons créer les conditions d’une union nationale tant les circonstances sont graves. Mais avec qui à la tête de l’État ? Si monsieur Macron veut être ce leader unificateur alors il doit surveiller son langage (abandonner sans hypocrisie celui d’un banquier d’affaires méprisant), mais surtout donner des preuves immédiates, par des actes concrets, qu’il va vraiment changer sa politique. (Diverses propositions sont déjà sur la table avec effet immédiat.)
    Sinon, bon gré, mal gré, ce sera sans lui.

Les commentaires sont fermés.