31 réflexions sur « Palimpseste – Paul Jorion : « On ne peut pas reconstruire à l’identique ! » »

  1. « Je ne suis pas de ce qui est de la bière gouvernement pour la gestion de ses crise »
    Il y a pas quelqu’un qui , Il était une fois, a ecrit un billet pour une réclamation De têtes ? 😀

    1. C’est sûrement à cause d’ambiguïté comme celle-ci qu’on prend pour des fous certains qui se font cramer devant l’ ANPE.

  2. Votre valeur ajoutée pour le pays (et l’union européenne) est incontestable.
    Que fait donc le président Macron, à ne pas vous avoir encore proposé, un poste de conseiller spécial au sein de son cabinet?

    1. La boite a outil de Jorion est une des plus complète, le probleme c est que pour trifouiller dans le moteur il faut stopper le vehicule or il est semblable a un requin qu il cesse d avancer et il se noie… le temps d ouvrir le capot ce sera des millions de morts… Il n y a pas que des pourris dans les partisant du TINA, Attali me fait souvent penser a ça, meme si parfois je le soupconne de se laisser alller au cynisme…

      1. J ai bcp de mal a lui laisser le benefice du doute a Miss Maggy… Il faut quand assumer les consequences de ses actes…

        PS A/A du modo
        La retouche me conviens , l intention ne se voulait pas mauvaise mais il est vrai que ça pouvait pour le moins tomber a plat et/ou etre mal pris. Pourquoi risquer d’etre blessant alors que ce n est pas necessaire. Merci

  3. Je ne sais pas si c’est les questions ou les réponses mais l‘interview est excellent.
    A voir comment l’opinion publique qui s’attache parfois plus à la forme qu’au fond réagira.

    Le choix de ce qui sera sauvé … toute la problématique, et qui dessinera en grande partie le monde de demain.
    Défendre une idée nouvelle de la valeur ajoutée , c’est juste génial .Possiblement un excellent moyen de classer et hiérarchiser toutes les idées qui fusent dans l’espoir d’un monde d’après .

    Peut être quelques explications nécessaires ( ou exemples) pour expliquer ce qui découle concrètement de la notion de PIB , de croissance tels que conçus actuellement , et ce qui changerait si ces notions évoluaient en intégrant les bonnes idées des associations citées.

  4. Le calcul actuel de certains voyants économiques sert très certainement des intérêts puissants autres que ceux du peuple français dans son ensemble ,
    puisqu’on nous explique que la croissance dépend de façon cruciale des ventes de grandes entreprises françaises ( ex : armement ).
    C’est quand qu’une IA s’occupe du calcul de l’inflation?
    https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/l-immobilier-fausse-t-il-les-chiffres-de-l-inflation-et-du-pouvoir-d-achat-843400.html

  5. Voilà ce que je trouve bien plus inquiétant que les comités qui fleurissent de partout et font des listes à la Prévert :

    « Macron installe une commission d’experts pour repenser l’économie mondiale post-épidémie « 

      1. Non, je suis inquiète ! Quoiqu’il en sorte, cela servira à Macron d’alibi pour nous pondre un mauvais tour de plus, lui donner l’occasion de faire un discours imbuvable, de plus, de donneur de leçon et de nous faire avaler une couleuvre de plus.
        Le cap de l’indigestion de couleuvres est plus que franchi, je vomis la macronie.

  6. L’armée du « Signe positif » a rassemblé ses troupes (cf ci-dessous).

    Que mille chevaliers de l’armée du « signe variable » prennent leur cote de maille et arbalètes !

    (Sun Tzu a été sollicité sur Whatsapp et répondra (masqué) sur zoom).

    ___________________________________________________________________
    (brève d’agence)

    26 économistes chargés par Emmanuel Macron de dessiner le « monde d’après »

    Le président de la République Emmanuel Macron a choisi de s’appuyer sur 26 économistes français et internationaux pour dessiner « le monde d’après ». Il installe ce vendredi une commission de 26 économistes français et internationaux co-dirigée par Jean Tirole, prix Nobel d’économie et fondateur de la Toulouse School of Economics (TSE) et Olivier Blanchard, ancien chef économiste du Fond Monétaire International (FMI). Ils plancheront sur trois grands défis économiques de l’après-crise coronavirus : le climat, les inégalités et la démographie.

    La commission comprendra parmi ses membres des personnalités éminentes, comme les prix Nobel Peter Diamond et Paul Krugman, l’ancien vice-président de la Banque mondiale et spécialiste de l’économie du climat Nicholas Stern et l’ex-conseillère économique de Bill Clinton et spécialiste des inégalités Laura Tyson. Y figurent également donc Jean Pisani-Ferry et Philippe Aghion, qui avaient participé à l’élaboration du programme d’Emmanuel Macron en 2017, ainsi que l’ancien secrétaire au Trésor américain Lawrence Summers, et l’économiste en chef de l’OCDE Laurence Boone.

    Sur le climat, les travaux seront dirigés par Mar Reguant et Christian Gollier. Concernant les inégalités, la direction reviendra à la jeune économiste française de Harvard, Stefanie Stantcheva et à Dani Rodrik, très critique de la mondialisation. Concernant la démographie, les responsabilités ont été confiées à Axel Börsch-Supan, Claudia Diehl et Carol Propper.

    Comme le relèvent Les Echos, « certains grands noms de l’économie française brillent par leur absence.» Et de citer Esther Duflo, lauréate l’an dernier du prix Nobel d’économie et qui a récemment réclamé le retour de l’ISF. Thomas Piketty ou Gabriel Zucman, très critiques de l’exécutif actuel ne sont pas non plus associés à cette initiative.

    Cette commission devra rendre un rapport en décembre 2020.

    1. Nous sommes rassurés de savoir qu’il y a dans cette commission un prix nobel de la « science » économique et un ancien du FMI!

    2. C’est sans doute avec Larry Summers que Macron compte reconstituer le cadre à l’identique.

      Pour ceux qui connaissent pas, il dirigeait l’équipe chargée d’opérer la privatisation des entreprises soviétiques. Il fut un promoteur acharné de la dérégulation de la finance.
      Il déclara aussi : il vaut mieux que les enfants asiatiques travaillent dans les usines textiles plutôt qu’ils se prostituent. (Voir Wikipedia)

      Comme d’autres l’ont dit sur le blog récemment, après cela on ne peut plus avoir de doute, il n’y a rien à espérer, rien à attendre d’Emmanuel Macron, tout ce qu’il dira qui semblera aller dans le bon sens ne pourra pas être prise pour argent comptant. C’est à lui au contraire de nous donner des gages. Cela tombe bien il peut passer aux travaux pratiques avec le Ségur de la santé. Accordera-t-il seulement des augmentations de salaire pour calmer la plèbe ou bien amorcera-t-il un tournant historique en donnant aux personnels soignants la place qui leur revient, la première au sein des établissements de santé ? Expulsant derechef les administratifs financiers néo-libéraux du système de santé français ? Si c’était le cas cela acterait une première défaite cuisante du néolibéralisme qui pourrait avoir valeur d’exemple pour les autres secteurs de l’économie.
      Avec Larry Summers, Tirole et compagnie en conseillers, non peut non seulement en douter, on doit se convaincre que Macron est toujours en guerre contre notre société.

      1. Larry Summers est un sale type dans tous les domaines.
        Sur Wiki, je cite :
        « Ses propos où il se demandait si les femmes n’étaient pas moins douées intrinsèquement que les hommes en mathématiques l’obligea finalement à démissionner de la présidence de l’université Harvard.»
        (Brigitte appréciera-t-elle ?)

      2. Vous préjugez mal de la vision du mpnde de ces gens la. Ils partent du principe que TINA et c est pour cela qu il chercheront a revenir a l identique, meme avec la meilleure bonne foi (j ai pas dit que c est le cas non plus faut pas pousser) en partant du pri.ncipe TINA vous allez forcement conclure qu il faut revenir a l identique. Or pour montrer qu il y a une alternative il faudrait la construire ailleurs car ici les structure meme sont dans le TINA, programmées pour tuer dans m oeuf tout semblant d alternative. Ce sont ces meme structures qui affectent Macron et cie. Il faudrait parvenir a les subordoner a une structure qui soit au dela du TINA et qui les englobe, c est pas gagné… Si on effleure actuellement l’avènement de la noosphere on est encore très loin de la christo-genese de De Chardin…

      3. Gollier un peu de la même eau (et que Nicholas Stern aussi).

        Une once d’originalité de leur part serait une hallucination.

        Prévoir deux ou trois externalités et deux ou trois « stickiness » à rajouter aux doxa ambiantes pour faire illusion.
        (externalité = 2% de biodiversité pour que les pangolins et les chauve-souris ne nous les brisent pas menues, « stickiness » = difficulté de faire des réformes = « quelques saupoudrages pour lubrifier l’administration des remèdes aux gilets jaunes ».

        Encore 99,99 euros et je leur fais (en solde !) le rapport final, l’état y gagnerait au moins quelques sous.

  7. Gros hic dans votre explication sur l IA : le singe n est pas apte non plus à poser la question… Si on fait une confiance aveugle a l IA alors qu on ne lui à pas posé les bonnes questions on va droit a l echec. Et ce si tant est qu on soit capable de comprendre la reponse, un autre probleme de taille. Bref ça sent l apprenti sorcier a 1km…

    1. Nota si on contourne le probleme avec une autre IA qui fait les question gageons qu on ne sera carrement plus partie de la reponse..

      1. Quand j ete jeune j avais un voisin vraissemblablement fan de Desprosges qui avait reussi a enseigner le debut du pont de la rivière Kwai a son perroquet, c etait infernal quand je travaillais dans la vigne a côté. Ne connaissant pas le sketch a l epoque les gens me regardaient etrangement quand je m en plaignais. Je suis passé pour un mytho plus d une fois mais je ne l ai su que longtemps après… Pour une fois que j avais l impression d avoir eu une idée originale vous auriez pu me laisser en profiter un jour ou deux 🙁

  8. Je me suis demandé si le choix de l’émission  » Palimpseste » pour intituler un billet  » on ne peut pas reconstruire à l’identique » , était volontaire ou fortuit …..

    Sur le paradigme logique des fins plutôt que logique des moyens , je me suis soudain souvenu de la période des POM dans mon ministère . POM signifie  » plan objectifs – moyens « . On pouvait penser que c’était plutôt vertueux dans la mesure où on annonçait les objectifs en priorité . Et j’y ai cru .

    Six mois .

    Car en fait ça a été le cheval de Troie pour aligner les objectifs sur les moyens , multiplier les instruments de suivi analytique de  » l’activité » complètement chronophages ( les hôpitaux ont été touchés plus tard et n’ont vraiment couiner que l’année dernière ) . La méthode était imparable :

    – les moyens diminuent ( personnel et finances , 35 h )
    – l’exigence de performance croît ( service 7/ 7 , 365/365 , information permanente à l’usager, délai d’intervention , travaux de nuit …)
    – donc , ou le burn out( première crise cardiaque ), ou vous n’y arrivez plus …
    – et donc , on vous supprime , ou on privatise , ou on vous « départementalise » , et Bercy est content .
    – fin du véritable « objectif » : anémier la fonction publique .

    D’où l’importance , dans la logique des fins , de bien être au clair sur les fins , sur les gestionnaires de la caisse du trésor national , et l’usage des outils de mesure de l’efficacité des missions garanties .

  9. « Sur le paradigme logique des fins plutôt que logique des moyens , je me suis soudain souvenu de la période des POM dans mon ministère . POM signifie » plan objectifs – moyens « . On pouvait penser que c’était plutôt vertueux dans la mesure où on annonçait les objectifs en priorité . Et j’y ai cru .

    Six mois .

    Car en fait ça a été le cheval de Troie pour aligner les objectifs sur les moyens , multiplier les instruments de suivi analytique de » l’activité » complètement chronophages ( les hôpitaux ont été touchés plus tard et n’ont vraiment couiner que l’année dernière ) . La méthode était imparable »

    Ben vi, vous n’êtes pas le seul , les « audits » et les réorgs moultiples et variées effectuées en dépit du bon sens et du pragmatisme le plus basique, ça sent bon « l’air frais », comme ….le sapin.

    Déjà des « audits » ? Oh dites, mais c’est un vrai foutage de gueule …n’est ce pas , mdrrr ???

    1. Rebonjour ! Pas vu de commentaires sur l’interview de Chantal Montellier , c’est pas bien …

      Sur les Audits : il ne s’agissait pas d’audit . Le POM , que chacun devait décliner pour son service , c’était ( c’est sans doute encore sous un autre nom ) notre feuille de route annuelle , base de l’appréciation- notation un an après .

  10. Oui Juan j’avais bien compris qu’il ne s’agissait pas d’audit, je faisais un parallèle avec les audits et la logique des fins plutôt que des moyens. Cette logique est pertinente tant qu’elle n’est pas déconnectée du terrain ie hors sol, voulais-je dire. Quand elle l’est, c’est forcément un échec, tant pour les « planificateurs » que pour les « chargés de mission », qui sont bien obligés, comme on l’a vu recemment en hosto, entre autres, de faire avec, ou pas. Un révélateur. De fait.

    Pas « bien » ? Ah bon. Ce que je trouve de bien, c’est de m’exprimer quand j’en ressens l’envie.

  11. Plait-il ?

    Que nenni Juan. Que nenni.
    Si, si, je vous assure, pô du tout le même « espace-temps », mdrr, mais, la bizz quand même…

  12. Bonne nuit itou, j’en ai besoin, la reprise post-covid, à fortiori en « présentiel » est un sacré bordel…!)
    On n’a pas fini de se marrer, youpi ! 😉

Les commentaires sont fermés.