Trump, ton Amérique fout l’camp !

La journée d’hier a connu le plus grand nombre de nouveaux cas de Covid-19 aux États-Unis : 71.229.

En Californie, les Latinos, avec 36% des effectifs, constitueront pour la première fois le plus important contingent de nouveaux étudiants à la rentrée universitaire. Les Asiatiques viennent en second avec 35%. Les Blancs d’origine européenne ne représentent plus que 21%, moins d’un quart. Les Afro-américains seront 5%.

A UCLA (Los Angeles),
Asiatiques : 42%, Latinos : 23% ; Blancs : 23% ; Afro-américains : 6%

A Berkeley (grande banlieue de San Francisco),
Asiatiques : 42%, Latinos : 29% ; Blancs : 21% ; Afro-américains : 5%

[il manque quelques % je sais).

Partager :

6 réflexions sur « Trump, ton Amérique fout l’camp ! »

  1. 3 questions :

    – Asiatiques = étudiants de nationalité des États-Unis d’ascendance d’un pays asiatique ?

    – Latinos = étudiants de nationalité des États-Unis d’ascendance d’un pays américain aux sud des États-Unis ?

    – Je ne suis pas certain de comprendre les jeux de mots dans le titre. Qu’est ce qui se degrade ? Est ce la situation sanitaire aux USA (objectivement) ou la répartition demographique dans les lieux de formation de l’elite académique (qui irait à contrario à la vision « blanche » du TOPUS) ?

    J’ai cru un moment que c’était la répartition des malades du (de la) covid-19.

    Merci

    1. Asiatiques = étudiants de nationalité des États-Unis d’ascendance d’un pays asiatique ?

      Oui : cela remplace « Jaunes », cela ne renvoie pas à un continent : les Iraniens que j’ai connus étaient classés « Blancs ».

      – Latinos = étudiants de nationalité des États-Unis d’ascendance d’un pays américain aux sud des États-Unis ?

      C’est plus compliqué : quiconque a l’air d’un Amérindien et parle espagnol est Latino ; mais un professeur d’université d’ascendance espagnole né au Mexique ou à Tegucigalpa est « Blanc ».

      Il ne faut pas oublier que le fondement de cette classification est politique : disqualifier d’une manière ou d’une autre quiconque n’est pas « Blanc » (de préférence Anglo-Saxon) et surtout détecter la moindre trace d’ascendance africaine. [J’ai un jour reçu une distinction d’une fondation américaine consacrée à « la résolution des conflits » pour avoir souligné qu’une étude comparative (prétendument « scientifique ») entre « Blancs » et « Noirs » appliquait à son échantillon le même critère dissymétrique que l’Américain moyen : « Est Blanc quiconque n’a pas le moindre sang noir », « Est noir : tout le reste »].

      – Je ne suis pas certain de comprendre les jeux de mots dans le titre

      Ce n’est pas un jeu de mots : c’est une allusion historique :

      Avant la Révolution française, lorsque le café est encore une denrée exotique, sa préparation est une périlleuse aventure. Il faut le torréfier soi-même dans une poêle, moudre les grains, et les faire infuser dans une eau portée dix fois de suite à ébullition. À chaque opération, le liquide menace de déborder, et il convient de le surveiller à chaque instant.

      Louis XV était un amateur particulièrement avisé, qui ne confiait à personne d’autre la délicate opération. Cela se savait à la cour. Or, un beau matin de 1773, le 20 mars selon la tradition, le roi vieillissant fut distrait par sa toute jeune maîtresse, la comtesse du Barry. Tandis qu’il la lutinait dans les petits appartements de Versailles, le précieux mélange menaçait lui aussi de prendre ses aises. « Eh ! La France, prends donc garde, ton café f… le camp, s’écria la belle Favorite !….. » Les propos furent surpris et dès le lendemain, toute la cour se gaussait de la faiblesse du roi et de la vulgarité de sa maîtresse.

  2. « Les Afro-américains seront 5% »
    Alors qu ils bénéficient de la discrimination positive !

    1. Merci le Kremlin : c’est une question de composition de la population :

      California : 5.8% Black or African American

      La représentation au niveau universitaire des Afro-américains reflète donc fidèlement la réalité démographique.

Les commentaires sont fermés.