Trump se propose de repousser l’élection présidentielle jusqu’à ce qu’il soit sûr de la tenir

On comprend mieux du coup pourquoi il envoie des milices dans des villes pour y jeter de l’huile sur le feu. Et pourquoi les autorités de Portland dans l’Oregon découvrent qu’un émeutier, briseur de vitrines, qualifié d’ « anarchiste » par le président, est en réalité un suprémaciste blanc.

Ah ! les vieilles recettes qui ont toujours du bon !

P.S. Notez qu’il vaut mieux qu’il abatte toutes ses cartes maintenant plutôt qu’à la veille de l’élection.

Partager :

15 réflexions sur « Trump se propose de repousser l’élection présidentielle jusqu’à ce qu’il soit sûr de la tenir »

  1. Euh Paul ?!

    Vous pensez sincèrement qu’un démocrate n’en ferait pas autant au regard de la situation ?!

    Franchement…

    Ça, c’est comme pour les municipales en France, et on voit ce que cela a donné de maintenir le premier tour…

    Le virus SARS-CoV-2 se fout royalement des guerres partisanes de l’espèce humaine qu’il convoite ; pire, il s’appuie sur elles pour s’en délecter plus rapidement jusqu’à plus soif…

    Donc oui, les américains ont tout intérêt à patienter au regard de la situation et des prévisions…

    1. C’est pas faux, mais dans le même temps il milite pour que tout rouvre et que les gamins retournent à l’école… La santé de ses concitoyens n’est donc pas son but en proposant de repousser les élections !

  2. Oui ! En entendant cette information, tout à l’heure, je me suis dit : pour l’instant tout se passe comme prévu…(par le blog de Paul Jorion 🙂 ) ! (Et, faut-il le rajouter : hélas !)

  3. Voici le gazouillis présidentiel en question https://twitter.com/realDonaldTrump/status/1288818160389558273
    « Avec le vote par correspondance universel (et non le vote par procuration, qui est une bonne chose), 2020 sera l’élection la plus FAUSSÉE ET FRAUDULEUSE de l’histoire. Ce sera un grand embarras pour les États-Unis. Retarder l’élection jusqu’à ce que les gens puissent voter correctement, en toute sécurité et sans risque ? »

    Sans être spécialiste, il me semble bien avoir lu que le président américain ne peut pas reporter l’élection. Seul le Congrès a le droit de décider de la date de l’élection, et comme il est contrôlée par les adversaires démocrates de Trump…

    J’y lis un mélange de deux motivations :
    – Motiver ses partisans à aller voter, et à se déplacer pour cela. Puisque les adversaires trichent autant ! Et sachant que le taux de participation aux élections américaines souvent plus élevé dans la partie de droite de la population est une aide pour le parti républicain
    – Préparer d’avance une explication de la défaite, sait-on jamais… L’impensable, c’est qu’il perde l’élection de sa propre faute, parce qu’une majorité des Américains l’ont rejeté. Puisque c’est impensable, il faut donc qu’une éventuelle défaite soit due à la triche

    1. Il sait surtout qu’avec les conditions économiques actuelles, il risque d’être bien perdant. Et comme il veut le garder…

      Maintenant, je ne sais pas comment sont les règles de fonctionnement du Congrès (« un homme une voix », ou « 50% des voix pour les représentants, 50% pour le Sénat » – ou autre répartition ? Paul nous éclairera-t-il à ce sujet ?), mais ça m’étonnerait que le Congrès accepte de donner une prolongation au président… qui a si mal géré la crise du Covid19 (je le soupçonne d’ailleurs d’avoir volontairement mis le pays dans cet état pour demander le report des élections).

      Donc je maintiens mon idée d’un « coup d’état non violent », soit par l’armée, soit si les membres du Congrès s’entendent – par sûr – par une gouvernance commune le temps que les élections puissent se faire sanitairement parlant (du genre ticket « présidente des représentants / président du Sénat »).

  4. La Corée du Nord pourrait elle avoir l’obligeance de larguer qqs bombes au covid19 masquées dans des chemtrails vers la fin octobre ? Petit service entre amis du genre homo autoritarus (se).

    Nom d’une poutine…!

    1. Pas besoin, Trump a très bien réussi à « non gérer » la Covid19, pour qu’elle s’étende bien dans tout le pays. En novembre, l’épidémie sera toujours bien présente, pas besoin de la Corée du Nord !

  5. Trump perd jusqu’à certains de ses soutiens les plus convaincus avec ce gazouillis.

    Voici une opinion par Steven G. Calabresi, professeur de droit et fondateur de l’association conservatrice Federalist Society (1)

    « J’ai voté républicain lors de toutes les élections présidentielles depuis 1980, y compris pour Donald Trump en 2016. J’ai écrit des éditoriaux et un article de revue de droit pour protester contre ce que je crois être l’enquête anticonstitutionnelle de Robert Mueller. J’ai également rédigé un article d’opinion s’opposant à la destitution du président Trump.

    Mais je suis franchement consterné par le récent tweet du président qui cherche à reporter l’élection de novembre. Jusqu’à récemment, j’avais pris comme hyperbole politique l’affirmation des démocrates selon laquelle le président Trump est un fasciste. Mais ce dernier tweet est fasciste et constitue en soi un motif de destitution immédiate du président par la Chambre des représentants et de révocation par le Sénat. »

    De la défense de Trump à « Trump doit être destitué sur le champ »… un vrai 180°. Calabresi est-il une exception individuelle, ou représente-t-il une tendance ?

    (1) https://www.nytimes.com/2020/07/30/opinion/trump-delay-election-coronavirus.html

    1. Tous les Républicains ne sont pas idiots, heureusement ! Il y en aura un certain nombre, parmi les élus des deux chambres, à refuser la proposition de Trump. Combien ? Arriveront-ils à trouver un point d’entente avec les Démocrates au Congrès (il faut les 2/3 des voix pour décider nous a dit Paul) pour trouver une solution convenable ? Car le problème de l’organisation des élections se posera (là dessus je suis d’accord avec Trump, mais uniquement là-dessus), car l’état sanitaire du pays ne sera pas, à mon avis et à cette date, compatible avec le mode de fonctionnement habituel (où, de mémoire, on assiste à de longues files d’attente devant les bureaux de vote). Et tout comme le confinement en Chine a fait « jurisprudence », l’élection présidentielle américaine fera également « jurisprudence » pour des pays qui pourraient être dans la même situation avec un pic épidémique.

  6. Une atmosphère qui rappelle celle du « Talon de fer ». Plus d’ouvriers comme en 1908, mais une oligarchie qui ne va pas se laisser déposséder gentiment, au gré d’un approfondissement de la démocratie ; un système de puissances, dont on pressent le poids par delà les jeux électoraux, et qui peut brusquement mobiliser les forces du complexe militaro-industriel ou même des forces privées. En plus, ce serait l’occasion de sortir du chômage la troupe des inconditionnels de ce système.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.