17 réflexions sur « Merci Gisèle Halimi ! (Ne vous résignez jamais !), par Chantal Montellier »

  1. NON DESTINÉ à être publié…

    Dans la première ligne…sauf erreur de ma part…  » si je dois choisir , je choisirai mon combat « … Non..???
    Crdmt.

    1. On s’en fout . Elle l’avait choisi .

      Et il est toujours là , mais pas sans victoires .

      Et pas seul de sa nature .

    2. Oui, j’aurais écrit pareil, mais j’ai reproduit fidèlement (et bêtement) la phrase d’origine attribuée à Gisèle.

      1. @Ch.M.
        ((Rien que pour le fun..))
        Si c’est une phrase prononcée par G.H. …alors , le retranscripteur-presse n’a été relu par personne..!
        Ce qui n’étonne guère , admettons… De même que les « copier-coller » qui auront suivi.
        Ceci écrit , j’avoue (humblement) que je n’avais pas remarqué les guillemets .. indices d’une citation…brute de décoffrage…
        Et donc cette proposition de correction…formulée au secours de Chantal Montellier … n’a plus de sens..!
         » à malin…  » ! ou  » tel est pris…  » ou … ??… °(^!^)° …

  2. Ne vous résignez jamais ! ?
    Horreur de ces injonctions bien plus culpabilisantes que galvanisatrices, quand on est en faiblesse, que de maintenir sa propre survie est un challenge quotidien, que d’élever des enfants, gagner son subside est déjà une fin en soi – alors l’héroîsme décrété de certains/certaines ne doit pas dégouliner en injonction à agir pour la grande majorité écrasée par leur innocence et conscience à simplement devoir vivre.

    1. « Injonction »? incitation à ne pas se résigner, plutôt. Pour ma part j’ai souvent été en situation d’écrasement, mais ne me suis jamais résignée à y rester. La victoire de GH au procès de Bobigny, son combat et celui des femmes qui se sont battues à ses côtés, m’y a incontestablement aidée. Quand au côté « comix » de l’image, c’est un petit doigt d’honneur aux super héros (super zéros) au masculin pluriel du monde sexiste de la bande dessinée. Rien qu’un peu d’humour de femme bédéaste… Pardon.

      1. M’enfin Chan, « Ne vous résignez pas ! », c’est une injonction ! C’est un de ces ordres venus d’en haut contre lesquels nous devons légitimement tous nous rebeller !

        Mon mot d’ordre à moi, c’est bien plutôt « N’obéissez pas ! » et quand on m’enjoint de ne pas me résigner, avec bravade, comme un défi jeté à la face du monde, je me résigne, et mille fois de suite !

      2. Une amie très chère m’envoie un mail, indignée par ce que j’ai écrit là. J’aurais dû l’écrire comme ceci :

        😉 😉 😉 Mon mot d’ordre à moi, c’est bien plutôt « N’obéissez pas ! » 😉 😉 😉
        😉 😉 😉 et quand on m’enjoint de ne pas me résigner, avec bravade, 😉 😉 😉
        😉 😉 😉 comme un défi jeté à la face du monde, 😉 😉 😉
        😉 😉 😉 je me résigne, et mille fois de suite ! 😉 😉 😉

        🙁 🙁 🙁 Dieu sait combien de femmes, d’enfants et d’hommes 🙁 🙁 🙁
        🙁 🙁 🙁 auraient vu leur vie épargnée si l’on avait inventé 🙁 🙁 🙁
        🙁 🙁 🙁 l’émotikon plus tôt dans l’histoire ! 🙁 🙁 🙁

      3. Bah quoi, il faut avoir sacrément les moyens pour avoir des amies très chères. Moi je me contente de vagues connaissances, c’est plus abordable et facile à gérer.

  3. En est-on encore à faire reconnaître que la femme est un être humain à part entière ?si c’est le cas, alors je dis que l’humanité a un grave problème. Mais bon sang, l’homme l’est-il plus qu’elle?

  4. Bah! tout ça est un peu subjectif, non? Personnellement je prends plutôt ces mots comme un encouragement. Comme il vient de la part d’une femme qui s’est battue pour les femmes face à la « justice » des hommes, et qui a écrit ce livre incontournable à l’époque: « La cause des femmes », je prends bien. Dans ce livre, Il est bien sur question du droit des femmes à disposer de leur corps, mais aussi de lutte des classes et du passage au socialisme… Bon, ok, on connait la suite pour ce qui est de ce passage-là via la mitterrandie… mais dans ce livre GH parle aussi de sa propre histoire: encore mineure elle se fait violer par son ex petit copain, elle décide d’avorter et son ex la dénonce à la police! C’est bien évidemment la jeune fille qui doit rendre des compte à la justice tunisienne… /… No comment. G H est une élève brillante mais son père ne s’intéresse qu’aux résultats scolaires de ses fils. Une fille ça ne compte pas…! Ca, plus ça, ça commence à faire un peu beaucoup, beaucoup trop, et c’est ainsi que l’on devient avocate. Et c’est de là qu’elle parle, pour moi, Gisèle Halimi quand elle nous dit: « Ne vous résignez jamais ». Enfin, c’est mon point de vue, il est très subjectif et n’engage que moi. Baci. Chan

  5. Être féministe Dans le monde proposé c’est courageux de ouf et si je peux être de la parti j’en suis mais c’est un peu comme vouloir pédicurer un pied champignoné.

Les commentaires sont fermés.