Test Covid-19 : le parcours du combattant, par Jean-Baptiste Auxiètre

Suite à un mal de gorge, et comme conseillé par le médecin, j’ai fait un test COVID CRP. Le souci en l’occurrence c’est que, pour commencer, mon médecin traitant était en vacances, donc j’ai déjà mis 2 jours pour obtenir une ordonnance (inutile depuis). En attendant, entre le jour où j’ai présenté les premiers symptômes et les 5 jours d’attente du résultat, cela a fait dans mon cas une durée de 10 jours ! Dans mon cas le test à date est négatif heureusement pour moi mais aussi pour mes proches et certainement très malheureusement pour ceux qui seraient dans la même attente mais positifs car s’ils sont laissés livrés à eux-mêmes pendant une telle durée on n’ose imaginer la propagation du virus en attendant les résultats.

Il n’y a aujourd’hui que quelques pour cent de la population qui sont testés et déjà les laboratoires sont débordés, et rendent des résultats dans des délais qui ne sont pas raisonnables si on veut éviter la propagation du virus. Il serait vraiment utile de mettre réellement les moyens : nous nous rapprochons rapidement d’un nouveau confinement si les tests ne sont pas disponibles en 24 ou 48h et cela pour une part importante de la population, et non pas 1 ou 2 pour cent.

Partager :

18 réflexions sur « Test Covid-19 : le parcours du combattant, par Jean-Baptiste Auxiètre »

  1. Ce n’est pas mettre les moyens la solution, mais bel et bien se donner les moyens…

    Et pour cela, il faut tout « simplement » reconfiner tout le pays… Au lieu de cela, ce sont quelques 800 km de bouchons rien que pour aujourd’hui… Ce délire va encore durer combien de temps ?

    Déjà en février, ils nous ont fait le coup, et nous en étions tous témoins sur ce Blog, et là encore, ils recommencent ! Ils attendent ! Quoi ? QALY’s aim ? Ça moi, j’en suis de plus en plus convaincu au regard d’un tel attentisme répété…

    Nous avons là un énorme problème de gouvernance qui ne touche pas que la France d’ailleurs, mais sans conteste tous les pays occidentaux…

    Tic Tac Tic Tac…

  2. Mmmm.. Sachant que le coeur du test PCR ne prend que 2 h (1 cycle d’amplification aux 3 températures toutes les 2 mn, 30 ou 40 fois), ajouter 30 mn pour la lecture / mise en forme des résultats. Il faut certes « lyser » le contenu du swab (casser les bactéries et virus pour accéder aux brins d’ADN ou d’ARN) et si c’est de l’ARN, sans doute passer par une étape de réverse-transcription ARN=>ADN avec un jaja vendu à cet effet, c’est un peu malheureux.
    Les vétos eux-mêmes disaient qu’ils pouvaient aller vite.
    Par ailleurs, les machines vendues aux laboratoires, pour être rentable, sont prévues pour traiter d’un coup un batch de 4 ou 8 échantillons disons. (Ls 4 ou 8 collectés dans la journée ou la demi-journée, idem au labo d’infectiologie des hosto, avec peut être des facteurs multiplicatifs, nombre de machine parallélisme, mais je dirais que le rythme 1 ou 2 fois par jour est connu comme référence dans le « workflow » de l’analyse.
    C’est peut-être ce qui limite : on a formé des gens pour faire les choses par lots, et on ne sait pas bien faire « au fil de l’eau » en masse quand c’est nécessaire.
    Autre « problème » de notre doulce France : la mainmise de l’APHP (et structures équivalentes des autres métropoles) sur la COVID, qui a exclu de laisser les cliniques traiter les malades, un peu par fierté médicale si j’ai bien compris (c’est nous qui z-allons tout contrôler, donc trouver les meilleurs soins, les meilleurs traitements, tests…,et pour ça faudra bien qu’on ait « du malade » sous la main « cheu nous », nom d’une pipe).
    En Corée du sud… « sono mille tre » comme dit Don Juan des employé.e.s au test covid.

    1. Merci pou les vétos… J’en suis ! J
      ‘ai eu l’occasion de signaler ( quelque part… Mais où? ) qu’en Equateur, en 1990 – il y si longtemps – les écloseries de crevettes testaient les crevettes adultes pêchées en mer et destinées à devenir des reproducteurs contre 2 ou 3 types de virus connus à l’époque -pour éliminer les porteuses saines.
      C’était donc une routine réalisée au quotidien avec des moyens de fortune, plus précisément sans moyen fortuné !
      Je comprends qu’une « administration responsable » ne peut pas laisser des techniciens décider de la santé d’une population humaine sans l’apparat indispensable pour être pris au sérieux: il faut y mettre quelque forme. Mais je dis seulement que si elle l’avait vraiment voulu, les services vétérinaires nationaux auraient pu résoudre ce « faux problème » depuis longtemps. Quand on veut, on peut se donner les moyens.
      Que ce virus soit une surprise épidémiologique pour tout le monde – même pour le prof. Raoult – n’empêche pas de le combattre avec les connaissances accumulées.
      Permettez-moi de souligner que malgré des statistiques encourageantes du CDC sur la faible mortalité – sans préjuger des lésions post traumatiques encore mal définies – c’est précisément pendant les tout premier jour que les antioxydants ( chloroquine, bleu de méthylène,…., aspirine etc.) sont efficaces, afin de neutraliser autant que possible la multiplication virale. Ceci explique donc simplement cela.
      Mais ce n’est pas sûr que ce soit « légal » ? Ah bon ? Mais ça le deviendra un jour !

  3. Alors là, les bras m’en tombent! Je suis médecin au Portugal: ici quand les gens ont des symptômes et doivent faire un test ils sont enregistrés dans un programme informatique et nous les suivons: on leur envoie par SMS les coordonnées du labo,l’ordonnance. Ils doivent rester en isolement chez eux jusqu’au résultat et un(e) médecin ou infirmier(e) lui téléphone chaque jour pour le suivre. En ce moment dans ma région (costa vicentina) en 48h tout est réglé, enfin si c’est le week-end ça peut faire 3 ou 4 jours. Si le teste est négatif il retourne a sa vie normale( sauf s’il s’agit d’un cas contact, dans ce cas isolement de 14 jours et la vigilance téléphonique continue comme pour les cas positifs)
    Anne Tancrède

  4. En Belgique on ne teste que les symptomatiques. C’est dire tout ce qui passe sous les radars… Pour le tracing, pas mieux. A Bruxelles, la moitié des personnes contactées par les call centers ne répondent pas. Quand au port du masque… Entre ceux qui s’en moquent et ceux qui le portent mal…
    Bref, les trois pilliers censés nous aider à raverser la pandémie sont loin d’être au point.

  5. Renforcez son Système Immunitaire, c’est cela la prévention qui nous évitera de succomber aux pathogènes !
    Vitamine c (5 à 10gr/j), D (soleil), K, Chlorure de Magnésium (2-3 gr par jour), Zinc, Sélénium… plus alimentation avec des produits pas transformés, exercices quotidiens, nature, chanter…

  6. Testé de ma propre initiative il y a 1 mois en belgique au plus bas de l’épidemie. Avec symptômes leger le vendredi soir, j’ai vécu en tous points la même expérience. Les lieux de test sont mal referencés les horaires etroits, le temps d’attente long sur place, aucun suivi du resultat j’ai du solliciter mon medecin traitant ( à qui on attribue le role de rappeler ses patients ce qui est une hérésie totale). 10 jours au total et 7 entre l’introduction de ma demande par le MT dans le système et le moment ou je finis par quémander un résultat qui ne vient pas. On est nulle part.

    Dans 4 semaine rentrée des classes, refroidissement des températures, fermeture des fenêtres, allumage du chauffage.

    https://www.lesoir.be/316656/article/2020-08-01/etats-unis-plus-de-260-enfants-touches-par-le-coronavirus-en-colonie-de-vacances

    On fait comment cet hiver au milieu des autres viroses?

    « L’important c’est pas la chute, c’est l’atterrissage… » (La Haine – le film)

    1. Une réponse un peu technique ici
      https://mobidiag.com/products/coronavirus/
      (je ne la donne pas tout à fait par hasard …)

      Notez la petite phrase « To provide optimal performance, both of these molecular assays have been designed using dual targets of SARS-CoV-2 (orf1ab & N genes) to include at least one conserved region and one specific region to mitigate against the effects of genetic drift and avoid cross-reaction with other endemic coronavirus. »
      (Pour offrir des performances optimales, ces deux tests moléculaires ont été conçus en utilisant des cibles doubles du CoV-2 du SRAS (gènes orf1ab & N) pour inclure au moins une région conservée et une région spécifique pour atténuer les effets de la dérive génétique et éviter les réactions croisées avec d’autres coronavirus endémiques ».)

    1. Oui, PCR est en train de passer dans le vocabulaire courant comme « laser ».
      Bon, voilà un contre-exemple :
      ADN/DNA*, chaque langue sa version, (*comme on dit en Alsace).
      Mais ça se passait du temps que les français étaient moins polyglottes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.