13 réflexions sur « Université catholique de Lille, ETHICS, Cycle de visiconférences : L’Après-Covid 19 »

  1. L’argumentaire est tellement limpide et pertinent qu’on aurait envie de passer directement aux ateliers à faire naître après la vidéoconférence du 28 octobre , puisque , après et avant tout , c’est ça la fin .

    Mais le conférencier l’aurait saumâtre .

    1. Assister à une conférence permet de constater qu’on est pas le seul à s’intéresser à ce que dit le conférencier: on peut vérifier que ceux qui consultent leur téléphone ne sont pas trop nombreux ou que tout le monde ou presque reste jusqu’à la fin et applaudit.) Le nombre d’auditeurs permet en même temps au conférencier de constater quíl ne prêche pas dans le désert.

      Je suppose que c’est pour ces mêmes raisons que les cours en amphi ont survécu à l’invention de l’imprimerie puis de la radio, de la télévision et d’Internet.

      Dans une « visio-conférence » la partie la plus intéressante devrait être une séance de questions-réponses dans le style des séances « posez vos questions » qui ont lieu de temps en temps sur le site du Monde entre journaliste et lecteurs.

    1. Pour une lecture facile ( = trad autom globalement compréhensible):

      Plusieurs d’entre nous dans notre institut, professeurs de maladies infectieuses ou de microbiologie, avons depuis longtemps référé au NEJMas une revue de référence.
      Cependant, il apparaît que pour l’enseignement des maladies infectieuses, dans le cadre du covid-19 , le NEJM ne correspond plus aux normes minimales que nous enseignons aux étudiants à partir de la 3e année de médecine.
      Nous considérons qu’un patient infecté ne peut être catégorisé définitivement comme tel qu’avec le support d’un test diagnostique confirmant l’infection.
      Pour les essais thérapeutiques sur la covid-19, plusieurs publications du NEJM ont rapporté des analyses où les patients n’ont pas été testés mais inclus dans les analyses .
      Nous apprenons à nos étudiants à ne pas faire cela.
      Dans certains cas, cela atteint des niveaux extraordinaires.
      Par exemple, à propos de l’hydroxychloroquine comme prophylaxie post-exposition , lorsque 821 participants asymptomatiques ont été recrutés via les réseaux sociaux pour recevoir de l’hydroxychloroquine ou un placebo, l’analyse était basée sur l’auto-déclaration d’une maladie «considérée comme compatible avec le COVID» (13%) , avec moins de 3% soutenus par les tests PCR.1
      Dans JAMA, d’autres études ont été publiées dans lesquelles la posologie et la durée des traitements prescrits ne sont pas indiquées. 2
      De plus, demandez à chaque élève de différencier les effets secondaires qui ont des conséquences directes et nécessitent des soins particuliers, tels que insuffisance rénale et celles qui n’ont pas de conséquences ou pour lesquelles la responsabilité est difficile à définir, comme l’insomnie ou la constipation.
      Nous avons été surpris que dans l’étude très favorable publiée sur Remdesivir, les effets secondaires de l’insomnie, de la constipation et de l’insuffisance rénale aient été mis en commun. 3
      Le résultat a été que les effets secondaires ont été considérés comme insignifiants alors que les lésions rénales aiguës testées seules montrent la toxicité rénale du Remdesivir.
      Enfin, le rapport sur l’utilisation de la dexaméthazone dans l’essai RECOVERYtrial ne peut que laisser perplexe .4
      En effet, dans les manuels de référence de base ou dans des sources fiables, il est aisé de voir que les glucocorticoïdes sont recommandés dans le traitement de détresse respiratoire ou d’infection respiratoire sévère ensemble et / ou après antiviraux ou thérapies antibactériennes. Dans ces conditions, il pourrait être considéré contraire à l’éthique de ne pas administrer de corticostéroïdes dans les soins de routine dans de telles circonstances et qu’un tel essai n’aurait jamais dû exister.

      Dans l’ensemble, il apparaît que les publications faisant la promotion du Remdesivir ou suggérant l’hydroxychloroquine avec ou sans échec de l’azithromycine 5 semblent particulièrement favorisées, au point de publier des études qui ressemblaient plus à un film de Marx Brothers qu’à Science, comme cela a été dramatiquement vu pour le soi-disant LancetGate. dans les circonstances dangereuses de l’évolution de la République et après les tentatives de Catilina de la déstabiliser, lui dit « Quousque tandem abutere, patientia nostra? ».
      Nous nous posons la même question au NEJM, « Combien de temps allez-vous abuser de notre patience? » les préjugés montrés dans les études sur le COVID-19 ont dépassé, comme dans le Lancet d’ailleurs, tout ce qui a été vu jusqu’à présent.
      Veuillez nous rendre un journal que nous pouvons utiliser pour l’éducation médicale qui ne contredit pas tous les principes que nous avons utilisés pour tant de années.

      1
    2. Aussi commerciales soient elles, les raisons pour dont vraies et même les médecins ne savent pas tout point final

  2. Un petit « aparté » sur les « spéculations dénudées »… décomplexées… tentant de décrypter le « monde à voir » d’un « roi te touche, dieu te guérit » (les « mondes d’après » dans la définition humble des équations à plusieurs inconnues à poser) vu par une « Uchronie » de ce qui pourrait rester comme « oppositions politiciennes », quand « on » en sera plus qu’à espérer, que tout (le pire surtout) aura été vu, qui ne veut pas dire… fait…?

    « Attention ceci est une parodie, inspirée de faits réels.

    Comme c’est la mode aux« fictions » et autres « Uchronies », il vous est laissé le « libre choix » de juger… entre le réel et le fantasme (la « peur d’avoir peur »)…

    Des élu.e.s de droite, du modem (larem)… des Landes (jadis territoire de la « gauche » du « darwinisme social »)… se réjouissent qu’il ai été décidé de publier les « chiffres de l’insécurité », tous les mois, au niveau national…

    Mais se gargarisent d’avance, d’autant plus, les chaînes d’info en continue, et instituts privées (des « autorités indépendantes » en matière d’étude et publication de statistiques…?) ne sondant que les doutes, incertitudes, « bas instincts » du « raz le bol fiscal », « poujadisme » de « temps de cerveaux disponibles »… disponibles donc qu’à vouer un « culte féroce » au scientisme des sondages « d’opinions » aussi « anonymes », qu’obscure est leur croyance d’incarner une « représentativité » « pure et parfaite » convaincue que le premier tour des prochaines présidentielles, n’aura pas lieu d’être, puisque l’extrême droite et droite extrême fusionnée, s’affrontera assurément, au parti du « roi te touche dieu te guérit »…

    De l’autre coté obscure, de la force des « politiques du chiffre », il est peut être « bon » de savoir mensuellement, et faire savoir nationalement, à quel point la délinquance des sangliers en Gascogne, explose…

    Nombre de plaintes de « non ressortissants », occupant leurs résidences secondaires (durant le confinement, les périodes estivales, notamment) ont été recensé, incriminant l’appétit vorace de ce mammifère (c’est toujours la faute au sanglier ou chant du coq de toute façon)… et ses mauvaise manières à côtoyer de trop prêt, et depuis trop longtemps, l’Homme, en creusant des tranchées profondes dans ses jardinières… tout en faisant un raffut inquiétant les enfants citadins, effrayés…
    La et le fumé.e dégagée par le passage de telles hordes « ensauvagées », ainsi que leurs coutumières festivités nocturnes (une « légende urbaine » raconte que les ramasseurs et cuillères de champignons, baies sauvages,,. pignes de pin, et autres VTTiste, promeneurs, chercheurs écologues… se joindraient en catimini aux « rêve-partys ») … « immunisées » par l’usage massifié des pesticides, etc, abondamment amendés dans les champs de maïs gigantesques (pare-feu « naturel » de la monoculture de forêts de pin maritime), … incommode à ce point les plaignants, que les services du maintien de « l’ordre public », voient d’un « bon œil », du « bon sens » quoi, que la publication des « chiffres mensuels » de ce genre de délinquance,… « fasse changer de camp, la peur »…

    « Le tri sélectif » de la croissance démographique, d’un tel phénomène « anarchique », tellement dérégulé, déréglementé (tiens, comme le climat ?), en tout cas… que l’appellation d’origine reconnue… de « zone de non droit » est à l’étude… pourtant opéré traditionnellement par la « culture » des « chasseresses », ferventes militantes luttant contre les « ayatollahs de l’écologie », ce « tri… » là, n’a rien donné, surtout lorsque se disputent les « chasses à courre » et « battues »… forestiers et agriculteurs… adeptes du non clôturage des parcelles, champs, etc, (tradition landaise) et nouveaux « fermiers »…

    La « loi du plus fort » règne désormais dans ces forêts dévastées par pareil criminalité ; forêts du littorale, protectrice de l’érosion du cordon dunaire, dont leurs espèces végétales… endémiques et rares, sont elles aussi menacées (par les engins motorisés, tout terrain, entre autres, préférés des « néo-fermiers » du coin…) de la montée des eaux… ; comme du plus grand massif forestier européen… Les plaignants estiment qu’il est temps de remettre « la loi et l’ordre » dans cette « authentique intégration de l’Homme dans la nature » si bien « ordonnancées » d’ailleurs, que la sylviculture en ligne est synonyme du « progrès de la mécanisation/automatisation » du travail de bûcheronnage, débardage, etc (on ne parle plus d’emploi dans et du gemmage)…

    Et ils comptent sur la sympathie d’un Garde des Sceaux, « chasseur devant l’éternel » (déjà que la baisse du « coût du permis de chasse », n’attire pas assez les « playmates », faut-il envisager de « libéraliser » plus encore le « marché » des marchands d’armes…?)… et sa « clémence » envers les « tentations » d’auto-légitimes défenses » et « présomptions d’innocences »… en cas de « litige » avec cet « ensauvagement » là… A défaut d’avoir les foudres de « Jupiter », si incendiaires en cette fin d’été « chaleureux » ; disons qu’il semble être préféré prendre le pari, à découvert mais risqué, de mettre le feu à « l’ordre social » et « sociétal » (discriminations impunies dans les 80% d’embauches faites exclusivement qu’en CDD très courtes durées, temps partiel subi, discriminations dans l’accès aux logements, les brutalités policières commises lors des contrôles aux faciès, « manifestations interdites », et discriminations institutionnalisées, « systémiques » par rapport aux, « inégalités de destins », ces cas NON RECOURS concernant 30% des « bénéficiaires » du RSA, qui en réalité, ne touchent aucun « pognon de dingue mis dans les minimas, sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent », alors que certain.e.s voudraient leur imposer le « travail gratuit », « bénévolat subi » contre le droit d’accès à la solidarité du RSA, d’une indemnité chômage…) avec les « chiffres de l’insécurité »… que les plus pauvres et fragiles abstentionnistes, ayant aucune « représentativité », se battent entre eux quoi… alors que ceux du chômage partiel, de la précarité, des inégalités… ces « insécuritaires économiques… » en somme… sont prévisibles au pire avec la « libéralisation » du chantage à l’emploi, du chantage à la baisse de 20% des salaires, aux sacrifices des RTT, congés payés, jours fériés, majorations d’heures sup, du chantage à l’alignement de l’âge de départ à la retraite, avec l’espoir de la vivre en bonne santé pour les plus fragiles, en net recul, pour les plus précaires, vulnérables, au taux de mortalité de la covid-19, pour les personnes cumulant, non pas des mandats, mais des facteurs multiples de comorbidité…. du chantage aux licenciements en cas « d’exercice du droit de retrait » par rapport au non respect des propriétaires privés d’entreprises… des règles sanitaires… »

  3. Suite et fin du commentaire de : Juillot Pierre 7 septembre 2020 à 17 h 41 min.

    Morale de l’histoire… ? Il sera toujours d’autant plus facile aux politiciens, même se prétendant « apolitiques », « disruptifs »…, « dégagistes »…. de la « monarchie républicaine française »… de jouer sur la fibre de la « peur d’avoir peur » d’une dissociation, « irréconciliable », entre le ministère de la justice pas assez indépendante, en rien impartiale en matière de justice sociale et « sociétale » (ces puissant.e.s dirigeants du public et privé, s’inquiétant de « comment lutter contre la menace de justice sociale… ? » avec la suspicion avérée, légitime donc, de pantouflage au verrou de Bercy, de conflits d’intérêts, de »secrets d’affaires », favoritisme, carriérisme, clientélisme, corruption…), et celui « régalien », ministère de l’intérieur (dont 50 % de son personnel vote pour l’extrême droite d’abord, dont les secrets d’affaires englobent les secrets défenses et autre ventes « d’armements patriotiques » dans la guerre commerciale, monétaire, de « civilisation », aggravant le dérèglement climatique, la perte de biodiversité, les « crise de réfugié.e.s, financières… les pollutions des « externalités négatives » d’exportation d’un modèle de croissance consumant, plus de trois planètes par an, avec des pesticides, insecticides, etc)… tant que « l’inculture », la « fainéantise », « l’illettrisme », l’alcoolisme », des « riens », des « abstentionnistes » drogués… soit disant en rien « représentatifs »… n’aura pas compris comment faire la différence entre la « relativité générale » de l’intérêt général quasiment jamais incarné, même plus par le pays de la défunte « déclaration universelle, des droit de l’Homme et du citoyen », vendant son modèle productiviste nuisible en terme d’activité humaine (n’enrichissant que les plus grosses mondiales, se vautrant dans « le culte du luxe et le luxure à la française »possédant plus que ce que la moitié de l’espèce peine à mettre de coté, pas de la rue, de « l’ubérisation » défiscalisée et désocialisée… mais pour hypothéquer ce qui manquera « demain, après demain », aux futures générations, si elles survivent aux pandémies…)… avec le précepte de « vouloir la paix, c’est se préparer à la guerre »…. et la « relativité restreinte » réduisant le court-termisme électoraliste, économique, financier (en terme de « pouvoir d’achat », »ras le bol fiscal »…) à une échelle toujours plus petite, aussi minuscule que le sont nos connaissances sur les « intrications quantiques »…et aussi rédhibitoire, populiste, incertaine, douteuse… que l’est l’actualité, le traitement de l’info… vue par les chaînes d’info en continue, leurs « dictature des émotions » « collaborant » avec les « puissant.e.s » (comme décrit.e.s si dessus)… comme celles du service public audiovisuel… ?

  4. Dans la série prise de conscience :
    « Ainsi, 13% des morts sont liés à la pollution dans les pays de l’UE, selon un rapport publié mardi de l’Agence européenne de l’environnement (AEE), pour qui la crise sanitaire actuelle est un signal devant accélérer une prise de conscience de la relation entre environnement et santé.« 
    https://fr.euronews.com/2020/09/08/environnement-plus-d-un-deces-sur-huit-lie-a-la-pollution-dans-l-union-europeenne

Les commentaires sont fermés.