17 réflexions sur « Masques FFP2 : la vérité ! »

  1. Je viens de regarder : toutes les vidéos sur le site du Washington Post sont inaccessibles en ce moment. Je vais attendre un peu et si ça ne s’arrange pas je retirerai le billet.

  2. “Currently not available” dans ma région (Portugal).
    …tant que j’aurai pas trouvé un VPN qui accepte de marcher avec mon vieux Mac !

    1. As-tu essayé ProtonVPN ?
      Il y a une offre gratuite, un client MacOS (mais là, je ne sais pas s’il tourne sur les vieux OS),
      et l’IP du serveur proposé aux USA est accepté par le W.P.

  3. double click sur le cadre => accès à la page du média => réponse a questionnaire ok pour accéder et you!
    (c’est la réglementation européenne.. a priori!)

    Quel était le message ?
    — la production de masques est industrielle, automatisable, et.. ca serait.. faisable d’en faire beaucoup plus???

    1
    1. Ah, moi c’est clic droit, ce cadre, ouvrir ce cadre dans un nouvel onglet, browse now, agree, continue to site, et ça roule…

  4. CQFD = Ce qu’il fallait démontrer
    Une taxe sur les robots devient une évidence à la lecture de cette vidéo et la relocalisation d’unité de production de masque ne fera donc pas tant d’emploi que cela.
    Il faut trouver autre chose en plus, même si toute relocalisation demeure une chose bonne à prendre dans le paysage de désertification industrielle planifiée que nous font subir les politiques .
    Politiques dont le volontarisme ne s’exprime uniquement que dans la culpabilisation et l’insécurisation supposée incitative du chômeur prié de se livrer à une chasse au dahu dont il est le niais. Car l’activité et l’emploi qui s’y rapporte est devenu au fil des ans, un animal imaginaire (le Covid a bon dos).

    3
    1. « Il faut trouver autre chose en plus »
      Pourquoi pas diminuer le temps de travail avec un salaire de base+ un système d’éducation développant les potentiels de chacun?

      2
      1. Bonjour Samoun
        Oui, en effet, la diminution du temps de travail est bien le paramètre essentiel et à mon sens c’est Pierre Larrouturou qui en parle le mieux ; et ce n’est pas un hasard si cela donne la jaunisse au syndicat patronal le plus décadent.
        Quant à développer les potentiels de chacun comme vous dites, pour une fois Macron était parti sur le bon chemin avec l’idée du CPF et sa loi de 2018 sur la formation professionnelle. Même si comme d’habitude, elle est mal écrite, nébuleuse et lie des choses dans un inventaire à la Prévert pas toujours heureux_ à noter toutefois l’effort d’inclusion des personnes handicapées qui donne une approche universaliste heureuse de la formation, là où en général on fait l’inverse,soit du catégorisme et du clientélisme qui débouche sur de l’argutie et des effets de seuils délétères)
        Une autre bonne chose qu’il a faite, c’est sanctuariser l’argent des cotisations à la formation professionnelle en empêchant que le paritarisme le détourne pour son lucre.
        Mais il n’est pas allé au bout de sa logique face aux pleurnicheuses du Medef (malgré que cela profite aux centres de formation privés) et il a renoncé à permettre que les chômeurs puissent abonder leur CPF dans leur temps d’inscription à l’ANPE. Résultat on continue de former ceux qui ont déjà un travail et pas les chômeurs qui doivent mendier la formation qu’ils ne peuvent pas vraiment choisir auprès des opérateurs de la lutte contre le chômage qui organisent un jeu de chaises musicales. L’effet pervers c’est que l’on continue de faire la charité de la formation aux entreprises qui peuvent ainsi continuer de ne pas se soucier de la fossilisation des savoir-faire (donc de leur avenir) en en renvoyant la responsabilité aux seuls individus. Car les fameux entretiens individuels censés élaborer les plans de carrières et les besoins en formation des salariés deviennent un calvaire pour salarié sur le grill, vite placardisé ou mis sur la sellette s’il en ressort des choses jugées inopportunes par l’employeur. En fait ces entretiens sont vite détournés et instrumentalisés par les RH en entretiens déplaisants très loin de l’esprit de la loi.
        Une bonne mesure pour contrer les effets économiques du covid et avancer dans la société des compétences et de l’épanouissement au travail, serait de permettre aux chômeurs d’abonder autant son CPF que s’il était salarié.

        1
  5. Une entreprise de Ploërmel (56) appartenant à Intermarché, mettait en fonctionnement 5 lignes de production de masques (3 lignes de masques « classiques » et 2 lignes de masques FFP2). Le début de production était annoncé le 1 août 2020. Si le lancement s’est bien passé, elles doivent produire actuellement.

Les commentaires sont fermés.