Sans même parler de l’empreinte carbone…

Mes aimables voisins m’envoient ceci :

J’ai répondu :

… sauf que j’en ai un peu marre de l’avion : l’atterrissage avorté à Helsinki, l’impossibilité d’atterrir à Tucson dans la tempête, les 12 impacts de la foudre sur le vol Houston-New York, le directeur de l’aéroport d’Accra qui supprime mon vol pour Freetown et qui, quand je vais le voir dans son bureau me dit : « Ces enfoirés de Sierra Leone Airlines ? C’est pas demain la veille que je leur reparlerai ! » … J’ai déjà beaucoup donné…

Partager :

52 réflexions sur « Sans même parler de l’empreinte carbone… »

  1. Alors là, ça fait pas un pli, les soutes de l’oiseau sont bourrées de sucre en poudre.
    Le directeur des douanes est toujours en vacances ?

  2. On nous avait bien dit qu’Air France risquait comme ses confrères , de battre de l’aile , mais à ce point , je l’aurais pas cru ….

    1
  3. « l’atterrissage avorté à Helsinki, l’impossibilité d’atterrir à Tucson dans la tempête »

    J’ignore si c’est la tour qui a fermé les pistes, mais si dans ces deux cas ce sont les équipages qui ont décidé de se dérouter sur un aéroport de délestage, un grand bravo à eux. Les forces de la nature c’est plus fort que toi, même si tu pilotes un gros navion !

    L’exemple du crash de l’avion de la présidence polonaise à Smolensk en 2010 est en tout point exemplaire de la manière dont les choses risquent de se terminer quand on veut atterrir à tout prix.

    Petit récapitulatif :

    – 2008 : le président polonais Lech Kaczynski ordonne au pilote de se dérouter vers un aéroport non prévu sur le plan de vol. Refus du commandant de bord qui ne dispose ni des cartes ni des moyens de planifier en toute sécurité ce déroutement. Résultat : le pilote est traduit devant une cours martial (équipage militaire) et rayé des cadres. Le co-pilote passe dans le siège du commandement de bord.

    – 2010 : on prend les mêmes et on recommence. La météo est absolument impossible sur l’aéroport de Smolensk où doit atterrir le Tupolev présidentiel. Le contrôle au sol, l’équipement de l’aéroport et de l’avion, la qualification de l’équipage, tout interdit l’atterrissage dans des conditions acceptables de sécurité. L’avion vient d’avorter trois approches lorsque le Chef d’État-Major de l’armée de l’air polonaise fait irruption dans le cockpit en criant au pilote –en résumé- « tu fais atterrir le bousin ou t’es au chômage » (voix identifiée sur le Voice Cockpit Recorder et taux d’alcoolémie élevée relevé lors de l’autopsie).

    Résultat, quelques dizaines de secondes plus tard tout le monde était mort, éparpillé façon puzzle dans la forêt environnant la piste.

    1. À Helsinki, je ne sais pas exactement ce qui s’est passé, sauf qu’au moment où vous vous attendez à entendre le thud, thud, des roues qui touchent le tarmac, l’avion est reparti vers le ciel à la verticale. Je ne sais pas combien de gens ont poussé un cri, mais en tout cas une proportion « significative ».

      À Tucson, on faisait dans le noir depuis une bonne demi-heure tour après tour de la cuvette où se trouve la ville, entourés d’éclairs qui zébraient le ciel, secoués comme des pruniers, quand le pilote a dit quelque chose du genre : « Il semble que nous devions envisager une autre solution qu’atterrir à Tucson. Je suis en train de réfléchir ». Cette évocation d’un moment de réflexion n’a pas plu au gars qui était assis sur le siège juste devant moi qui a littéralement chié dans son froc. Ça n’a pas embelli l’atmosphère. On a fini par atterrir à Dallas ou quelque chose comme ça.

      1. Pour le vol sur Tucson, les raisons du déroutement semblent assez claires. Pour celui d’Helsinki on en est donc réduits aux hypothèses pour savoir ce qui a provoqué cette brutale remise des gaz. Une irruption sur la piste ? Une approche foireuse avec un final en dehors des clous ? Un léger raté du cockpit qui aurait oublié de sortir le train, prévenu au dernier moment par la tour de contrôle ? Le fait que l’avion soit reparti sur un ordre à cabrer très prononcé au risque d’un décrochage (basse vitesse et faible altitude, ouille, ouille, ouille) indique peut-être un risque d’abordage avec un autre appareil ?

        En tout cas, merci Petit Jésus…

      2. Bah, ouais, on gère tout en dynamique, quand on vole, me dit mon héron en croisant la bernache du coin-coin.

        Alors évidemment, c’est prend plus aux tripes les habitués du mode « pause » que nous sommes devenus quand nous ne savons pas.

        En voiture ou train, on gère l’incertitude par l’arrêt, ce que j’appellerais « en statique ».

        Résultat aux USA : 5000 quadriplégies par an dûes au coup du lapin (whiplash), il y a 6000 décès dûes à des blessures de la moelle épinière, mais je ne sais pas si ça recouvre les coups du lapin « automobiles ».

        Bon par ailleurs le coup du lapin est aussi l’espèce de loterie pour gagner des sous à l’assurance, donc ça augmente copieusement le PIB des assureurs et des avocats.
        Avec l’énergie, le développement du droit est sans doute ce à quoi on reconnait une société complexe. Et les structures juridiques et gouvernementales en Finlande sont particulièrement impressionnantes (d’efficacité et de pertinence).

      3. @arkao En comparaison le confinement est une sorte de remise de gaz, qui peuvent s’enchaîner avec des tours d’hippodrome pour réfléchir (notre équipage est professionel).
        A quand le déroutement ?
        A Pékin le ciel est dégagé.
        Les réserves obligatoires (cf masques) sont de 45 minutes + déroutement.

  4. Il est à craindre malheureusement que dès que la pandémie sera terminée les compagnies aériennes feront des hip hip hourra et se contorsionneront de plaisir. C’est en tous cas ainsi que j’ai vue cette vidéo.
    C’est déjà le cas en Chine où le traffic intérieur est reparti comme avant !
    La Chine un modèle, vraiment ?!

    1. Il y a un point sur lequel les compagnies auront peu de prise, c’est l’inertie de l’auto censure sanitaire des gens par rapport au fait de s’enfermer avec 200 personnes bien tassées.

      A cela s’ajoute , comme pour la viande, l’auto limitation drivée par la conscience de l’empreinte écologique.

      Je prévois un redecollage très mou.

  5. C’est vrai quoi, c’est agaçant de ne pas vouloir rester confiné chez soi, dans son quartier, dans sa ville, sa région, son pays, et de jouir quand on en a les moyens de la liberté de circuler. Un jeune écolo ingénieur m’a soutenu qu’il était plus écologique de faire un Paris Bastia en zingue, qu’en TGV et en Ferry (à cause du ferry). A pied je ne sais pas, mais je trouve ça élitiste. Voulez vous rogner les ailes de la liberté de circuler des chinois privilégiés ?

    2
  6. À Bali, les chants d’oiseaux étaient invraisemblablement similaires à ceux précédemment écoutés à Lyon.

  7. Est-ce de la magie ?
    Faut-il croire (que) ce que l’on voit ?
    Le rire est une façon de désarmer une angoisse, une incohérence, une situation délicate qui ne semble que l’attente de ce qui n’est maintenant perçu ici que comme un rève éloigné.

  8. c’est bien joli d’en avoir soupé de l’avion mais ceux qui l’ont pris pendant des années devraient rendre des comptes de leur empreinte carbone et passer à la caisse , ça doit être possible de calculer et tracer tout ça avec les nouvelles technologies

    17
      1. Dans un certain bouquin , il est avancé que la solution passe par l’économie mixte et la planification . Voir aussi le couplet  » financer la transition écologique » .

      2. @Barnard
        Déjà que l’on n’arrive pas à prélever une très modeste ‘taxe carbone’ sur les camions sur routes à l’aide de portiques de détection, alors l’avion… 🙂

      3. Rosebud1871
        29 novembre 2020 à 0 h 15 min

        17 supporters à une intolérable menace d’extorsion imaginaire d’une dette qui l’est tout autant condamnant à régler une future ardoise pour des faits juridiquement légaux en vigueur à savoir l’exercice consenti d’un pouvoir d’achat de billet d’avion ! Et certains s’inquiètent d’un glissement progressif de mode de pensées qualifiés de fascisants ! La preuve en est.

        Je laisse volontiers aux ingénieurs le soin de calculer et de se crêper le chignon si la communauté scientifique manque d’unanimité, je laisse volontiers aux politiques de contraindre dans un bain de revenus plafonnés ou hautement fiscalisés avec échelle modeste les choix offerts au pouvoir d’achat, je laisse volontiers aux politiques le soin d’orienter les stratégies de déplacement des masses, mais hors de question qu’un quarteron de fondamentalistes de tous poils viennent m’imposer des diktats d’illuminés.

        Ausweis, bitte ? Niet ! No passaran !

        2
    1. Itou des protéines animales en excès ?
      Mes keftas et souvlaki ? Mes saucisses de morteau ? Mes scamorze affumicate ?
      Gaspation !

      3
    2. Bah oui pourquoi pas le Goulag aussi ?

      A ce jeu, pas un seul de juste, devant la mort d’un nourrisson au Sahel. D’ailleurs Loth ne s’était pas retourné, valait mieux pas.

      1
    3. Perso j’ai pris l’avion une fois pour aller à marseille , et un baptème de l’air dans un coucou , j’ai calculé sur un site mon empreinte comme quoi je dois 26700 € , je sais pas je vais faire un prêt on verra bien , cloclo , relisez le procès de Kafka …

      1
      1. Hmmm, 4 fois aux maldives, 3 fois tahiti, 5 fois Nouméa, 6 fois Martinique, 4 fois Guadeloupe, 5 fois Saint Martin, 6 fois Brésil, 17 fois USA, 5 fois Chine, 2 fois Japon, 1 fois tous les pays d’Asie, 10 fois Maroc, 3 fois Algérie, 5 fois Tunisie, 1 fois tous les pays d’Amérique du Sud, 3 fois Cuba, 2 fois Australie, 1 fois Nouvelle Zélande, 2 fois Islande, 4 fois la Russie, tous les pays d’Europe plusieurs fois. Et Paris Nice plusieurs fois par mois pendant des années…

        Je vais prendre cher ?

    4. Aux 14 supporteurs de Barnard

      https://www.generationsanstabac.org/actualites/impact-ecologique-la-cigarette-pollue-plus-que-la-viande-rouge/

      Voulez vous initier une pétition internationale pour que les B52 napalment mondialement les champs de tabac. Quelques graines survivront aux Svalbard mais on ne parlera plus des fumeurs, après ils napalmeront les vignes et on ne parlera plus des alcooliques, après ils bombarderont les aéroports et on ne parlera plus de ceux qui avaient envie de s’envoyer en l’air. Dans l’attente que la pétition fasse un tabac, comme me l’a appris une maltraitée du CP, si on met un c à taba c’est pour……..comme dans le 17ème.

      2
    5. 17 supporters à une intolérable menace d’extorsion imaginaire d’une dette qui l’est tout autant condamnant à régler une future ardoise pour des faits juridiquement légaux en vigueur à savoir l’exercice consenti d’un pouvoir d’achat de billet d’avion ! Et certains s’inquiètent d’un glissement progressif de mode de pensées qualifiés de fascisants ! La preuve en est.

      Je laisse volontiers aux ingénieurs le soin de calculer et de se crêper le chignon si la communauté scientifique manque d’unanimité, je laisse volontiers aux politiques de contraindre dans un bain de revenus plafonnés ou hautement fiscalisés avec échelle modeste les choix offerts au pouvoir d’achat, je laisse volontiers aux politiques le soin d’orienter les stratégies de déplacement des masses, mais hors de question qu’un quarteron de fondamentalistes de tous poils viennent m’imposer des diktats d’illuminés.

      Ausweis, bitte ? Niet ! No passaran !

      2
    6. Bah ! Barnard a raison de nous prendre au ras du tarmac !
      Eh oui se prendre des externalités négatives dans la tronche tout d’un coup ça nous parle.

      Il suffit de retourner la proposition vers le futur pour mettre tout le monde d’accord : qui prendra l’avion désormais paiera au prix fort sa pollution carbone, et à proportion de ses revenus, œuf corse.
      Vive le Pr Barnard !

      PS. Il n’est pas interdit non plus aux repentants, qui ont beaucoup péché de se racheter conduite en procédant au calcul du Pr Barnard, la planète ne leur en voudra pas.

      )

      1. PYD
        « aux repentants, qui ont beaucoup péché de se racheter »
        C’est pas de l’humour même ironique ! https://www.cnrtl.fr/definition/renon%C3%A7ant
        « Depuis le concile Vatican II, l’idéal de partage des biens et attention aux personnes, articulé par le vœu religieux de pauvreté, s’ouvre de plus en plus à la dimension de la défense des droits de l’homme et promotion de la justice dans le monde ».
        Sont gentils les chrétiens de gauche, nous sommes tous frères, la réciprocité positive, mais touchez pas au grisbi. Lordon pas naif n’imagine pas que les grands prêtres de la religion féroce vont rendre les clefs gentiment. Allez parlez nous de la constitution chinoise de cette dictature orientale !

        1
      2. Une grande partie des voyageurs en avion ne le font pas à leur frais, mais à ceux d’une organisation, donc il en sera encore ainsi, y compris pour une hypothétique dette.
        Pour les touristes (dont la plupart -mais pas tous- à leur frais) la conséquence sera l’arrêt du transfert économique dévelopant les régions et leur secteur hotellerie restauration (Merci Covid) Bali, Martinique, Corse, Sud-ouest, et aussi quelques métropoles Paris New york bénéficiant aussi d’expo et congrès.

        Il faudra de nouveau développer des Zoos , les parcs Aquatiques et des tournées de ménageries dans les cirques pour éviter que pour les nouvelles générations la connaissance des animaux exotiques reste purement virtuelle.

        Les négociations commerciales se feront à distance à travers des outils numériques instantanés et espionnables sur des plateformes monopolistes, et préférentiellement sans intervention humaine directe par des algorithmes comme la Bourse l’a déjà réalisé depuis longtemps et n’est plus vulnérable au blocage par la Covid à la corbeille -contairement aux parlements et assemblées générales.

        1
      3. Rosebud1871
        Et pourquoi pas des têtes sur des piques !?
        Les méchants c’est toujours les autres.
        Eh bien oui j’aime bien la réciprocité positive.

      4. PS. Concernant mes opinions sur la politique chinoise, je suppose que vos dossiers me concernant sont à jour. Je vous y renvoie donc. 😉

        1
      5. Rosebud1871
        J’aime bien Lordon aussi, mais il ne s’adresse pas aux chrétiens zombis.
        D’où la portée encore limitée de ses mots d’ordre.

      6. Ruiz 29 novembre 2020 à 4 h 54 min
        Commencez par interdire le tourisme spatial de ceux qui jouent à Gagarine style axiom-space-places-50-millions-dollars, (ou alors juste l’aller…) au profit de https://www.totem-films.com/films/gagarine/ .
        Le tourisme autre que la déportation brève dans des compound festif est effectivement un transfert de richesse mais aussi un accès précieux à l’étrange étranger avec ses effets désubjectivants/subjectivants.
        L’adaequatio rei et intellectus zoologique c’est le souvenir d’un gamin m’ayant dessiné une chose énigmatique et précisant à ma question qu’il s’agissait d’un poulet. C’était une barquette de supermarché !
        La prolifération nucléaire n’a pas été endiguée, la prolifération numérique : pas de vaccin ?

      7. Pierre-Yves Dambrine 29 novembre 2020 à 10 h 00 min
        Vous êtes quelques uns ici à user de cette rhétorique d’évitement. Il faudra donc encore patienter pour discerner en quoi une « constitution pour l’économie » tient du pléonasme.

      8. Rosebud1871
        Il me semble que vous confondez réciprocité positive et acceptation du statu quo.
        IL ne s’agit pas d’attendre gentiment que les puissants rendent les clés comme vous dites. Ce n’est pas ça le principe de réprocité positive. Même et surtout dans les Évangiles, voir l’épisode fameux des marchands du Temple.
        Pour la clarté du débat je vous précise également que ce n’est pas à « l ‘économie positive » que je pensais mais bien au principe même de réciprocité positive.
        Ceci dit je n’ai rien contre l’économie positive d’Attali, quand il propose de transformer le statut juridique de l’entreprise, j’applaudis. Reste la question centrale du comment on fait ? Et là du coup j’ai un peu plus de mal avec le sieur Attali. Un jour auteur d’un rapport préconisant des réformes libérales, un autre jour préconisant la gratuité. On s’y perd ! Bref, la détermination n’y est pas.

      9. Pierre-Yves Dambrine 29 novembre 2020 à 12 h 32 min
        « Les clefs », c’est un texte de Lordon.
        Le statut quo c’est toujours fictif, une pause plus ou moins localisée, gelée comme en guerre froide (sauf décolonisation) la dissolution de l’URSS, l’ultralibéralisme, les accords secrets Mao-Kissinger ont tué l’équilibre provisoire.
        Merci j’ai lu Temple.
        Attali ? quelque chose entre la fonction secrétaire du Prince telle que Machiavel l’a décrite, et le « livre du courtisan » de Baldassare Castiglione. Voyez le « traité politique sur le prince » de Giovan Battista Nicolucci, et « le secrétaire » de Francesco Sansovino.

    7. j’en sais rien cloclo tout l’or du monde n’y suffirait sans doute pas , c’est sur que c’est pousser la logique un peu loin mais voyez les reactions dès qu’il s’agit de son petit confort perso , mais si personne ne renonce un tant soit peu à son mode de vie on fait comment ?

      1
      1. Voilà, exactement, entièrement d’accord il faut que la plus grande partie, que dis je que la quasi totalité renonce à un peu à son mode de vie, même carrément presque à tout encore mieux. De l’autre on garde les jets privés et quelques grands avions de lignes intercontinentales pour le business. Non ? Ne vous inquiétez pas c’est en route Barnard.

        Même tout l’or du monde ? Ok, J’ai bien compris que pour moi c’est donc trop tard pour changer, hors de prix !

        2
      2. Commencez par les 1% locaux, puis descendez selon les besoins de la cause.
        Pour les 1% mondiaux, cherchez à savoir si vous n’en êtes pas, y a des surprises dans ces affaires là…

      3. Tu peux te « tester » ici aussi.

        https://wid.world/fr/accueil/

        Tout un chacun devrait le faire, c’est comme voir la photo de la terre dans l’espace, tout cela ne paraît rien mais a en fait un effet certain sur la conscience (pour qui en est doté sur ce plan là).

Les commentaires sont fermés.