Où est passée la grippe ?

Il y a quelqu’un qui me dit : “Il n’y a plus de morts de la grippe ! Ça prouve qu’ils comptent les morts de la grippe comme morts du Covid !”

Non, ça prouve que le respect de la distance et les masques empêchent aussi d’attraper le grippe. Une autre chose que l’Orient sait depuis longtemps.

Partager :

30 réflexions sur « Où est passée la grippe ? »

  1. La grippe ( ou influenza ) est une maladie causée par certains virus à ARN dont le covid 19 fait partie

    3
  2. Nous portons des masques super inefficaces (les ordinaires ; les FFP2 c’est bien mieux) et super disgracieux. Même les masques de maçon, comme des coquilles, sont supérieurs. Avec des défauts pour les lunettes, pour les oreilles, etc.. car nous ne sommes pas des visages “aux normes”.
    Et ce qui est frappant, c’est qu’il n’y a aucun progrès en ce sens. Nulle créativité, nulle imagination ? Si on doit introduire le masque dans la vie sociale (on le fait bien durant le carnaval) pour moins disséminer nos miasmes, il est temps d’y réfléchir…

    1
    1. @Chabian,
      désolé de vous contredire, mais globalement, les scientifiques (et notamment au Japon) ont montré l’efficacité, même relative, des masques… Et depuis très longtemps, les Japonais portent des masques sanitaires, cela fait même partie de leur quotidien, qu’il s’agisse de se protéger des pollens (énormément d’allergies aux pollens au Japon), ou de protéger les autres quand on est enrhumé ou grippé… Sont-ils vraiment efficaces ? S’ils sont apparemment inefficaces par rapport à la pollution et les particules fines, les études montrent que contre les virus, et correctement utilisés, ils diminuent de 80% le risque d’attraper la grippe.

      4
      1. “Globalement, les scientifiques” : Ouille, moi y en vouloir dans le détail ! Oui, je sais, j’ai vu des articles avec des nuages de dispersion des aérosols (comme un fumeur) plus ou moins réduits selon le type de masque. Mais je vous renvoie à mon expérience scientifique faite en râpant un plancher à la machine à bande. Avec le FFP2, le masque était régulièrement brun à l’extérieur et tout à fait propre à l’intérieur : le masque filtre les poussières de peinture et de bois en laissant passer l’air ; par contre, avec le masque ordinaire (“chirurgical”), l’extérieur était presque propre (le masque ne laisse pas passer l’air et n’attire donc pas la poussière) mais présentait à l’intérieur deux énormes traînées de poussière de bois, comme des moustaches : l’inspiration d’air profite des fuites latérales pour aspirer les poussières en masse dans le pli du masque et jusqu’au nez. Cela m’a confirmé ce que les scientifiques disent globalement : votre masque ordinaire protège les autres en fixant vos gouttelettes, mais ne vous protège pas. Seule une aération active nous protège des aérosols. Soulignons aussi que l’élastique aux oreilles est bien moins efficace que l’élastique double derrière le crane du FFP2.
        Je suis bien d’accord que le masque est déjà un progrès, mais j’appelais à l’innovation pour faire des masques sans fuite et à bonne filtration, et assez fun pour la convivialité. On aurait du pouvoir trouver cela plus rapidement qu’un vaccin…

    2. …et d’ailleurs, le fait que tous les Japonais (ou du moins la très grande majorité, disons à vu d’oeil, dès qu’on franchit le pas de sa porte, 99 % des gens) sont toujours masqués dehors, et ce sans interruption depuis un an (sauf quand ils mangent au restaurant), n’est sans doute pas étranger au fait qu’au jour d’aujourd’hui, avec pourtant le double de population que la France, le Japon compte grosso modo 10 fois moins de morts du Covid (9000) et 10 fois de cas déclarés (469.000)…

      1
    3. ..oups, désolé pour cette réponse en pièces détachés (la der des ders)… mais oublié d’ajouter que le Japon (pourtant très mal “classé” comparativement à d’autres pays asiatiques, comme Taiwan, le Vietnam, la Corée du sud, la Thaïlande, la Chine, etc.) n’a pourtant connu aucun confinement (contrairement à ces autres pays d’Asie) – car la mesure est anticonstitutionnelle, de fait impossible… mais simplement deux états d’urgence (de durée limitée, et seulement pour les départements des plus grandes villes), consistant simplement à en appeler à la responsabilité individuelle-et-collective et à fermer les magasins, restaurants et bars compris, à 19:00 au printemps de l’an dernier, et à 20:00, puis 21:00, lors du dernier état d’urgence, qui n’aura duré que 3 semaines, et levé il y a quelques jours… Aucune autre mesure coercitive.
      Il est vrai qu’on imagine mal un carnaval improvisé, et démasqué, dans les rues d’une grande ville japonaise… les images, comme celles des bords de Seine à Paris ou du Spring Break en Floride ont d’ailleurs fait le tour des médias japonais, suscitant stupeur et incompréhension…

      2
      1. “suscitant stupeur et incompréhension”

        … à tort, puisqu’aucun cluster nulle part dans le monde n’a été identifié en extérieur, ce qui n’est pas très étonnant pour un virus respiratoire.

        C’est bien en intérieur que les gens s’infectent… notamment par les enfants — souvent asymptomatiques — qui ont choppé le virus à l’école et le partagent avec leur famille.

        1. @Vincent
          certes…
          en même temps, même si tous les scientifiques ne sont pas d’accord, le risque ne semble pas être nul, a fortiori dans de telles situations de promiscuité festive et démasquée (endroits bondés, où les gens se parlent fort et de près, se touchent, voire s’embrassent…)

          1. @Vincent Teixeira
            Les masques (surtout FFP2) sont efficaces, mais pas suffisants pour expliquer la différence avec le Japon.
            La démonstration va être démontrée d’ici peu en France en 2021 où nous disposons et utilisons des masques par rappport à 2020 (sans).

  3. Il y a quelqu’un qui me dit: “les hôpitaux touchent des primes en fonction du nombre de morts du Covid”. Il semblerait que ce soit une fausse information.

    1. Je cite le début :

      La surveillance de la grippe depuis la semaine 40 montre qu’à ce jour il n’y a pas de circulation active des virus grippaux en France : seuls 11 ont été détectés (10 en milieu hospitalier et 1 par le réseau Sentinelles), dont au moins 2 chez des personnes de retour d’un voyage à l’étranger.

      Selon le dernier Bulletin épidémiologique, datant du 13 janvier 2020, il n’y a eu aucun cas grave de grippe requérant une admission en réanimation ni d’épisodes d’infections respiratoires aiguës liés à la grippe dans les collectivités de personnes âgées depuis le début de la surveillance.

      1. Ce qui interroge sur la campagne promotionelle intensive de vaccination réussie à l’automne au point de dépasser les quantités de vaccins disponibles pourtant accrues.
        Au prétexte qu’il serait difficile de séparer le diagnostic des malades de la grippe de ceux de la Covid.
        Alors qu’au contraire la généralisation du port du masque et des mesures barrières aurait du permettre de prévoir cette extinction de circulation et à l’assurance Maladie de faire des économies !

        2
        1. Bien evidemment , la covid et la grippe sont juste 2 mots pour désigner la même chose !

          2
  4. Paul,

    Tout à fait d’accord avec votre analyse.

    A delà de la grippe, cela s’illustre d’autant mieux avec une maladie moins “mortelle” dans la même catégorie: le rhume. Cela fait un an que je ne suis plus allé au bureau, au resto etc… et pas eu un rhume. Avant j’en avais au moins quatre par saison …
    Moi qui je pensais qu’un rhume se déclenchait suite au contraste chaud/froid ou dans un courant d’air. Que nenni, c’est le contact du virus et donc les mesures de distanciation et le port du maque (même pas FFP2) qui importent. Certains pédiatres cependant craignent qu’à la fin des restrictions les enfants sous-exposés à ces virus ne développent quelques complications par manque d’immunité.

    Pour abonder dans votre sens, par mon expérience professionnelle dans une entreprise nippone, je confirme que mes anciens collègues expatriés japonnais se couvraient du masque au moindre signe du rhume, en signe de respect et de bienveillance pour les personnes les entourant. L’usage du mouchoir en public était tabou, parce que considéré comme indécent (expulsion et manipulation de matières infectées) . Pour l’anecdote, renifler était bien toléré entre japonnais alors que ces reniflements étaient, pour nous occidentaux, ressentis comme irritants et insupportables à entendre, surtout s’il duraient trop longtemps.

  5. qui plus est , quand on vous fait un PCR , on teste aussi la présence de virus influenza +++ donc pas d’ambiguïté
    pour ce qui est du diagnostic clinique (diagnostic différentiel covid vs grippe) , il est facilement confirmé par une radiographie pulmonaire ++++

    donc l’hypothèse de Paul Jorion est la plus probable : ” les mesures de distanciations ” +++ qui semblent donc très efficace pour la grippe et peu pour la covid.

  6. Moins d’épidémies de gastro et grippe ,mais pas moins d’épidémies pour autant .

    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/grippe-gastro-enterite-les-maladies-hivernales-en-net-recul-cette-annee_4220901.html

    https://www.santelog.com/actualites/covid-19-lepidemie-danxiete-et-de-depression-menace-aussi

    Plus de masques , plus de gel , mais moins de gestes amicaux tels qu’embrassades , serrage de pôgnes ,
    Plus d’isolement mais moins d’interactions sociales.
    Vu les chiffres de la santé mentale des français , de quoi se poser la question des effets secondaires , voir des « solutions » qui deviennent mauvaises parce qu’appliquées trop longtemps.

    1. Ce serait intéressant de savoir combien de gens sont sous anti-dépresseurs, anxiolytiques et neuroleptiques. Ce serait intéressant aussi de se demander pourquoi la proportion était déjà calamiteuse AVANT que ne débute la pandémie.

      Nous sommes les plus gros consommateurs de psychotropes du monde. Et cette situation ne cesse d’empirer. Plus d’un quart des Français consomme des anxiolytiques, des antidépresseurs, des somnifères et autres médicaments pour le mental.

      2
      1. 😊

        Pourquoi s’inquiéter ? La résolution des tensions viendra de l’adhésion complète à l’ordre sanitaire.

        Certes, à l’échelle nationale, l’espoir d’une bonne gouvernance est désormais perdu, peut-être même au niveau de la Commission européenne. Les peuples sont en effet déboussolés et ne pourront concevoir qu’ils se sont tant trompés de s’être mis en position d’être autant trompés.
        Nous n’aurons pas la force de remettre en cause nos propres acceptations. Aussi, dans l’impossibilité de changer radicalement la représentation politique usuelle, le soulagement viendra par l’adhésion à de plus hautes instances, lesquelles précisément sont faites pour voir loin et planifier notre futur commun par la raison et le savoir : l’OMS, le FMI, l’OTAN, etc.
        Seul un gouvernement mondial cosmopolite nous mettra à égalité de couleurs, et de genres, ce qui nivellera la prétention de toutes les croyances particularistes en faisant de chacune d’elle un droit universel humain devant être respecté. Mieux, par nécessité, l’aggiornamento du capitalisme permettra à chacun de disposer d’une forme ou d’une autre de revenu d’existence. Ainsi, sans contraintes de précarité, de construire, en toute liberté et pour le laps de temps imparti à chacun, sa propre citoyenneté “awoke” et de toute la mémoire effacée passé. .

        1. Haaaa, Jean-Luce, vous savez l’ironie passe très mal à l’écrit!

          J’ai failli chausser vos bottes et donc protester vigoureusement.
          Heureusement que vous avez semé des indices ça et là. Le petit gribouillis en tête ne compte pour rien, son décodage étant hors de ma portée.

          Et pourvu que cette ironie n’est pas pour source désespoir ou désenchantement…

          La démonstration ‘grippe’ de Paul me semble sans faille.
          Pour ma part, j’ai augmenté les chances pour mon voisinage, proche ou lointain, en me faisant aussi vacciner de la grippe au mois de Décembre. Trop tardif selon mon médecin traitant, mais le moyen de faire autrement?
          Vacciné oui, mais avec avec quelques difficultés. 3 pharmacies sollicitées. 2 pharmaciennes m’ont répondu: “Monsieur, pour cette année, sa s’fait pu.” J’ai demandé si ce vaccin était soumis à la mode, comme pour les chapeaux des dames… Regards blancs mais on s’est quitté en bons termes. Finalement, un pharmacien, très professionnel donc efficace, m’a vacciné à l’arrière de sa boutique. Un capharnaüm étroit, j’ai vidé 2 rayonnages de médoc en renfilant mon coupe-vent. A part ce détail pris avec le sourire, en 5 minutes , c’était réglé.

          Très content d’avoir accompli ma petite part de citoyen responsable.

          1. @ Jean-Luce
            Certaines fautes piquent les yeux. Sachant votre souci d’un français correct, je vous prix de m’en excuser.
            Lire :”…. cette ironie n’ait pas pour source…”
            “…. vacciner contre la grippe…” La pseudo-loi des similitudes Hahnemannienne ne marche pas pour ce virus, je crois.

            Je vous abandonne les autres, que je n’ai pas vues.

      2. depuis les débuts de mon exercice (1973, en temps qu’interne) , j’ai subit la pression de patients pressés d’apaiser leurs angoisses , qui souvent ne me paraissaient pas justifier d’une prise en charge chimiothérapique ( angoisse le plus souvent existentielle ) , et , souvent, plutôt d’une pec psychothérapique …..
        les indications , pour des problèmes psycho-pathologiques avérés , de traitements médicamenteux étaient “heureusement” rares.
        et , je considérais que c’était mon “boulot” de faire ce “tri”( désolé pour ce mot un peu trivial , je vous l’accorde)
        même pression ( pour d’autres raisons) de la part des laboratoires pharmaceutiques , que j’ai fini par interdire de séjour dans mon cabinet quand je me suis “installé” car ils me faisaient perdre mon temps.
        je me suis fais une très mauvaise réputation auprès des confrères de mon bled , qui trouvaient que je ne répondais pas assez “à la demande”.
        ce rapport “à la demande” me parait résumer ( voire condenser) cette question.
        le problème est donc ancien et d’ordre “social” , le regard d’un anthropologue serait d’une grande aide.
        la situation depuis 1 an ne fait que “précipiter” l’immaturité générale ……….
        ainsi que l’appel au secours d’un “Pharmakon” hypothétique pour résoudre nos problèmes.
        je vois également se répéter ce problème à propos des débats actuels , complaisamment mis en scène par les médias qui semblent jubiler , entre médecins sur “faut-il ou non que l’Etat reconfine”….
        en effet , le problème n’est absolument pas binaire (psychotrope ou pas psychotrope, confiner ou pas confiner……. , je puis vous en trouver d’autres…)
        au contraire , il s’agit de subordonner un mode (et des modalités ) de prise en charge à un objectif , donc être capable de définir cet objectif.

        1. @a113 Un des réglages de notre société qui conduit à cet état de fait est que les “soins” psychologiques délivrés par des consultations de psychologues (nombreux) ne sont pas remboursées par le système social, contrairement aux prescriptions médicales et pharmacologiques !
          Il y a moins de confesseur et de commisssaire politique …
          Quelques imams peut-être ?

          1. Le cout des soins est un facteur important , je suis d’accord.
            Par expérience , je ne pense pas (du tout !) que la surconsommation de psychotropes en soit l’explication.
            il existe en France un tissu dense le Centre Medico-Psychologique , avec Psychiatres, Psychologues, Infirmiers Spécialisés ( j’y ai consacré le début et la dernière partie de ma carrière) , où les soins sont gratuit .
            Il s’agit plutôt d’un problème sociétal complexe .

            1. @a113
              Bien sûr ! il y a des soins gratuits, et un psychiatre peut remplacer un psychologue.
              Mais ces offres sont rationnées (volontairement et depuis longtemps) et il est difficile de les augmenter rapidement.
              Rembourser des psychologues existants ou sortant en masse des universités devrait être plus facilement possible.

              Mais il faut le vouloir, le décider, même temporairement.

      3. @ Jorion
        Vous faites bien de signaler ce qui serait intéressant.
        Va pour le Combien et le Pourquoi .

        1.Mais d’abord le « qui » :
        A tenter un début de réponse , on fait des découvertes étonnantes.
        Article non daté apparement :
        « En France, les troubles psychiatriques touchent plus d’1 adulte sur 4 soit 27% de la population française. Les troubles les plus fréquemment rencontrés dans la population sont la dépression, les troubles bipolaires, la schizophrénie, les troubles anxieux et les addictions.« 
        https://institutducerveau-icm.org/fr/maladies-psychiatriques/

        2.Puis le «  quoi «  : la consommation de psychotropes, schéma très parlant .
        https://www.ccdh.fr/Statistiques-de-vente-de-psychotropes_a168.html

        Sans oublier le marché parallèle, données à actualiser très certainement :
        https://www.ofdt.fr/produits-et-addictions/vue-d-ensemble/
        Sachant que le nombres de personnes touchées par le phénomène est complexe à calculer ( pas de formulaire de déclaration en mairie genre «  je me shoooote à … »).

        https://fr.statista.com/statistiques/539353/usagers-drogue-france-licite-illicte/

        Dans cet article , La quantité de drogues saisies semble stable sauf la cocaïne.
        https://www.vie-publique.fr/en-bref/276538-drogues-quelles-evolutions-depuis-les-20-dernieres-annees

        3.En attendant de conclure sur le
        « Pourquoi sommes nous le plus gros consommateur du monde ? »
        Soit c’est parce que nos conditions de vie sont les plus insupportables de la planète , soit parce que nous sommes plus fragiles que les autres populations , soit parce nous avons les moyens de nous soigner , soit parce que nous préférons les drogues légales avec suivi , soit parce que le marketing pharmaceutique est hyper performant en France , soit c’est parce que les autres pays ne se soignent pas , soit rien de cela ou un peu de tout cela .

        Conclusions perso à ce stade de réflexion :
        Vu de mon jardin , les conditions de travail en France ont une grosse responsabilité .
        La société est devenue malade de la gestion comme dirait Gaulejac .

        Du point de vue des poètes , il est bien possible que ce monde manque d’amour .
        «  vivre comme si demain n’existait pas « .

        https://www.youtube.com/watch?v=NFUZ5d_ukxc

        1. « Ce serait intéressant de savoir combien de gens sont sous anti-dépresseurs, anxiolytiques et neuroleptiques. Ce serait intéressant aussi de se demander pourquoi la proportion était déjà calamiteuse AVANT que ne débute la pandémie. »

          Je poste , je poste pas?
          Sale habitude de cancre que de sans cesse regarder par la fenêtre .Mais c’est parfois en sortant du cadre que l’on comprend mieux le cadre lui même .

          A propos du combien et du pourquoi qui effectivement sont intéressant à rechercher :

          Comparatif :
          En creusant le thème de la dépression :

          1. « Il y aurait aujourd’hui 3 millions de patients dépressifs en France dans le pays champion de consommation des antidépresseurs. »
          https://www.doctissimo.fr/html/psychologie/mag_2002/mag0503/ps_5482_depression_siecle.htm

          2. « En Chine, le nombre de personnes souffrant de dépression nerveuse est seulement dépassé par celui des victimes de maladies cardiovasculaires. Le site du Quotidien du peuple (Renmin Wang en chinois) souligne, sur la base de données de 2019, que “la prévalence de la dépression à vie dans le pays s’élève à 6,8 % de la population, soit environ 95 millions de personnes”.

          https://www.courrierinternational.com/article/le-chiffre-du-jour-en-chine-un-nombre-record-de-depressions-nerveuses

          3. « Les connaissances les plus récentes en neurosciences laissent penser que la dépression est une pathologie de la motivation, c’est-à-dire touchant les réseaux du cerveau impliqués dans la prise de décision et dans l’évaluation du bénéfice par rapport à l’effort à fournir.« .

          « L’origine des troubles de la motivation relèverait soit d’une diminution de la sensibilité aux récompenses ou aux pertes, soit d’une augmentation de la sensibilité à l’effort. Ces deux mécanismes cohabitent sans doute chez un même patient à des degrés plus ou moins importants. Un patient dépressif peut par exemple se montrer incapable de rejoindre des amis pour une sortie, soit parce que la récompense, le plaisir d’être avec ses proches, est aboli, soit parce que le coût des actions nécessaires avant de sortir, comme se préparer, s’habiller et aller jusqu’au restaurant, est majoré. »

          https://institutducerveau-icm.org/fr/depression/signes-symptomes-diagnostic/

          4. « Quelle est la maladie qui constitue le plus lourd fardeau pour la société chinoise ? Beaucoup de gens pensent aux affections cardio-vasculaires, au cancer ou au diabète, mais il n’en est rien. La bonne réponse est pour le moins étonnante : ce sont les maladies mentales et psychologiques. »
          « Actuellement, la Chine compte environ 100 millions [sur 1,3 milliard] de personnes souffrant à différents degrés de troubles psychiques, parmi lesquels 16 millions sont atteints de maladies mentales graves. »

          »Le fort taux de suicide – 22 par an pour 100 000 habitants contre 15 en moyenne dans le monde – montre bien cette souffrance caractéristique d’une société en mutation. Le suicide serait d’ailleurs
          la première cause de mortalité chez les chez les 15-34 ans, qui représentent par ailleurs plus d’un tiers des patients des consultations psy. »
          https://www.courrierinternational.com/article/2006/07/27/la-chine-decouvre-sa-psyche

          5. Les marchés parallèles comme indicateur de santé mentale ( compte tenu d’une très certaine culture du secret et de l’impossibilité technique de vérification )

          LES AMBIGUÏTÉS DE LA LUTTE ANTIDROGUE CHINOISE
          ANALYSTE STRATÉGIQUE, DIPLÔMÉ DE MASTER EN RELATIONS INTERNATIONALES. IRIS

          https://www.iris-france.org/wp-content/uploads/2019/01/Asia-Focus-101.pdf

          6. Enfin bref , une épidémie peut en cacher une autre

          https://fr.euronews.com/2021/03/31/epidemie-de-diabete-que-peut-nous-apporter-la-technologie

          Conclusion :
          Que conclure de cette trop nombreuse quantité d’informations hors cadre, qui pourraient permettre de mieux cerner le cadre ?
          Vu de mon jardin , il est possible que la maladie ne relève pas du simple hasard.
          Peut être que si la maladie est l’expression d’un mal être que le conscient veut taire , le moyen pour l’éradiquer sans en soigner la véritable cause ( une souffrance de l’âme ) conduit à se trouver confronter à une autre maladie que celle de départ …
          Peut être ….
          Peut être que ce genre d’hypothèse ne sera jamais jugée comme sérieuse … , de surcroît postée un premier Avril.

  7. En Inde, beaucoup moins de morts du Covid qu’en Europe ou aux USA.

    «Une bonne partie de cette différence peut s’expliquer par la seule démographie, explique Gautam I. Menon, professeur au département de physique et de biologie à l’université Ashoka. L’âge médian de l’Inde est bas, environ 29 ans, alors que celui des États-Unis est d’environ 38 ans et celui du Royaume-Uni d’environ 40 ans.» En France, il est de 41 ans.
    http://www.slate.fr/story/206579/inde-infections-deces-covid-19-mortalite-virus-chiffres-vaccin-confinement-immunite

    Le.a Covid est-il.elle en train de rajeunir la population humaine ? C’est peut-être aussi ça la différence entre l’Orient jeune et l’Occident vieux !

Les commentaires sont fermés.