33 réflexions sur « Bachelot : Après le Covid, le Grovide ?, par Chantal Montellier »

      1. Bon-Jour à tou-te-s

        « Dédicace Grovide »
        …inspirée par Chantal M

        Après le covid le Grovide
        Dit la mini-stress en pantoufles
        Ne voyant pas que les cupides
        Ont conservé bretelles et moufles !

        Après le covid le Grovide
        D’hébétudiante en politique
        Qui n’aura pas les yeux humides
        A force de rester cynique !

        Après le covid le Grovide
        Mini-stress ne sait pas quoi faire
        Car la culture la rend placide
        Soumise aux mesures délétères !

        Il y a 3 mondes dans la France
        Celui dit de l’indifférence
        Dans celui de la toute-puissance
        Voisin du monde de la conscience !

        Il ne tient qu’à nous de choisir
        Dans lequel nous voulons grandir
        Et nos enfants mieux accueillir
        Au présent et dans l’avenir !

        Signature : luami
        « Médiateur de l’innovation
        Qui allie raison et passion
        Pour mieux vivre le temps restant
        Et en partager les instants ! »

        Bon voyage dans la Vie !
        http://luami.viabloga.com

        1
        1. Bravo! La poésie contre le Grovide. C’est à peu près tout ce qu’il nous reste. Sinon,” ya que du néant sous les néons… ” N’est ce pas Léo?

          1
  1. Des ministres “nouilles”; de fausses ingénuités ; des “faire semblant de découvrir”; des “on ne m’y reprendra plus” ; des insincérités toujours plus criantes ;des libéraux qui prétendument n’en sont plus ; des vieilles gardes sarkozystes ou socialistes en éternel recyclage ; des mondialistes miraculeusement reconvertis au local et il faut y croire ; une dette dont on nous dit que cela ne sert à rien de vouloir l’annuler puisqu’elle est déjà contingentée à la BCE, mais au nom de laquelle il va falloir faire de l’austérité pour la rembourser ; toujours plus d’accords de libre-échange à l’insu du plein gré de la classe politique ; Tchernobyl et Fukushima soi-disant zéros morts ; le sauvetage des banques n’a pas provoqué le surendettement des états en 2008 et la réparation interminable des dommages collatéraux n’y est pour rien ; le Japon ne va pas empoisonner le pacifique …. Macron est keynésien …etc.etc.
    On n’a pas d’idées parce que l’on a qu’une seule obsession, les profits abusifs et illégitimes des oligarques qui doivent être préservés. C’est assez amusant, c’est un peu comme un jour sans fin, au lendemain d’une catastrophe, le jour d’après doit être comme l’avant-veille pour recommencer la catastrophe, en pire!
    Et pour couronner le tout , le “grand plan” du retour en arrière bien régressif.
    https://www.youtube.com/watch?v=9kG9HRYq_SA
    vidéo de Thomas Porcher, économiste de gauche …
    Question culture, il ne va bientôt nous rester que les artistes “gouvernementaux”comme sous Ceaușescu… les autres se seront pendus effectivement. À moins qu’on organise un jeu de chaise musicale avec les restaurateurs et les chômeurs… 3 pour une chaise et que le meilleur gagne un billet de loterie! Gros lot : une formation unique à la recherche d’emploi avec un accompagnement personnalisé (mais de quoi vous plaignez-vous?).

    5
    1. Sacré Thomas… Jamais entendu (de sa part) charge aussi claire et complète… Un vrai mais triste régal.

  2. Bravo, très bien résumé Chantal : Bachelot ou l’art du vide, ministre de l’inculture, en somme .
    Et en plus un hommage à ” Pierrot le fou” !
    Que demande le peuple ?
    Qu’ils dégagent.

    1. Merci l’Arsene. Mon chat préféré s’appelait Arsène, comme Lupin. Il avait l’air d’être en smoking avec son pelage noir et blanc bien taillé…. Je ne me suis jamais consolée de sa disparition, à 21 ans. C’est vieux pour un chat paraît il, mais comme il était plus humain que nous tous…

  3. Bon, soit on se suicide tous ensemble, tous ensemble! Soit… Quoiqu’il en soit, nous sommes en état de légitime défense, non? Bernard?

    1. Complexe .
      La défense n’est pas toujours l’attaque .
      Maintenant , de là à croire que les mouvements sociaux qui viennent vont se produire dans le calme …
      J’irai pas jusque là . Reste la solidarité , et la prière , pour ce qui me concerne.

      1. La prière? Les miennes n’ont jamais été entendues. J’ai arrêté en 1967, le jour de mes 20 ans. Comme dirait Paul Nizan:”je ne laisserai jamais dire à personne que c’est le plus bel âge de la vie.”…

        1. Prière malgré tout à un Dieu , espoir malgré tout en la vie , chacun son truc.
          Je crains qu’il faille aller au bout de sa vie pour en comprendre le sens .
          Le sens des prières entendues et , de celles qui ne le sont pas, des espoirs déçus tout comme ceux qui se révèlent même dépassés par la réalité .

          A tout âge , on peut souffrir énormément ou , avoir de grands bonheurs.
          Hier , un petit bouchon de deux trois ans m’a fait un câlin inexpliqué , inexplicable .
          Les petits machins ne savent pas leur force .

          1. Ma psy, Génie Lemoine-Luccioni, me disait: “vous saviez au début de votre vie ce qu’on ne comprend qu’à la fin. Cela n’a pas que des inconvénients ” je cherche toujours ou sont les avantages, à part de faire peur au troupeau des moutons NORMAUX ceux qui ont besoin d’être sous le couteau pour comprendre le sens de leur vie. J’ai préféré devenir sniper et vivre dans la “forêt”…

    1. Il a raison cet homme. Mais qui l’a entendu Octobre? Il poussait ce cri sous Édouard Philippe, et depuis? Rien. Enfin si, la loi sécurité globale. Et oui, on va mourir, normal puisque “nous sommes en guerre”. Et comme disait Orwell par la bouche de Big Brother ” La guerre c’est la paix”…

      1
  4. Roselyne vous inspire moins que le dîner de Cron, on dirait… Remarquez, moi aussi. Bises à tous.

    1. Déçue?
      Je voulais attendre votre prochaine œuvre pour vous dire ce que je pense -c’est beaucoup dire- ce que mes tripes ou mon instinct me disent. Guidés par le souvenir.
      Pour avancer le schmilblick, j’en cause maintenant.

      Donc, je n’aime pas la représentation du suicide. J’ai une grande compassion pour le suicidé.
      Une vie sacrifiée me rempli de tristesse. Sacrifiée pour rien. Il paraîtrait que c’est un cri d’alerte, une protestation et un refus. Mais un cri émis, qui n’aura pas d’oreilles et de cœur en retour, à quoi sert-il? Pour sa valeur exemplaire? Le monde y est indifférent parce que impuissant face à cette extrémité.
      Une vie sacrifiée et communication impossible. La vie des autres continue et il faut qu’il en soit ainsi. Reste une potentialité avortée, c’est triste.

      Bon, c’est pas tout ça, je dois vous montrer que je peux aussi être cynique:
      “S’il avait choisi un boulot stable, il n’aurait pas été rendu à cette extrémité. N’avait qu’à traverser la rue.”
      Ce n’est pas de moi. Vous connaissez les auteurs? Un indice pour vous aider: marche arrière toute.
      Conclusion : la richesse des uns, c’est la mort des autres.

      1. Daniel, mon suicidé est une abstraction, du couper- coller avec une gravure vieille d’un siècle ou deux prise en otage. Rien de cynique dans tout ça pour ce qui me concerne. Juste l’envie de mettre en évidence un effet de contraste entre le tailleur trop rose, la bouche trop rose, les fauteuils et les dorures, et ce corps pendu dans l’ombre. Trop de rose et de dorures d’un côté, jusqu’à l’écoeurement, trop d’obscurité dans l’autre. L’obscénité et sa vulgaire cruauté comme résultat. Infantilisme et cynisme mène ce pauvre monde.

        1
        1. J’ai un collègue qui s’est suicidé et je pense souvent à lui. Je ressens plus de l’impuissance, pas de l’indifférence.

          1. les deux sont à proscrire, je crois. L’impuissance finit toujours par engendrer l’indifférence, tôt ou tard. Agir, un peu, chaque jour. Faire reculer la broyeuse sans se laisser broyer. Oui, je sais, pas facile…

            2

Les commentaires sont fermés.