“Derek Chauvin is guilty of murdering George Floyd, jury finds”

Il y a des choses dont je ne vous parle pas, non pas par désintérêt, mais parce que j’aurais du mal en parler. Vous avez dû suivre cela, tout comme moi. Il aurait suffi d’une voix dissidente dans le jury de douze personnes pour qu’il y ait “mistrial” : annulation. J’avais très peur. Le jury a déterminé que Derek Chauvin était coupable du meurtre de George Floyd.

Partager :

17 réflexions sur « “Derek Chauvin is guilty of murdering George Floyd, jury finds” »

  1. “All three counts”
    Et Biden qui en rajoute une couche.
    Alors qu’en France, la police se vautre dans le déni avec une réaction primaire au verdict du procès des policiers attaqués de Viry-Chatillon en 2016.
    Les antagonismes s’amplifient :
    – une intersectionnalité qui peut friser le caricatural du côté des victimes en réaction à l’absence d’amélioration des démarches ayant pris les critères (racisme, social, …) séparément (et avec clientélisme souvent).
    – un raidissement du corps policier qui lui aussi ne sait plus comment se dépêtrer sur le terrain, ayant oublier qu’on peut éduquer (la police de proximité, etc.) et qu’une école peuplée avec motivation, c’est une prison qu’on n’ouvre pas. Et faisant appel du pied à l’état pour lui dire “puisque je suis ton rempart, sache que je suis aussi un mercenaire à rétribuer”.

    7
    1. Peut être que si la justice fonctionnait mieux ( pénalisation, prévention, missions, moyens humains, matériels, ressources numériques, formation) et qu’elle était traitée avec le sérieux qu’elle mérite par le pouvoir, on en arriverait pas la.

      2
    2. “Alors qu’en France, la police se vautre dans le déni” : il me semble que les conditions étaient réunies pour un déni au moins équivalent aux USA. Histoire marquée de violence depuis ses débuts (extermination des indiens) , guerre civile , KKK et lynchages, lobby des armes, etc. Le sheriff est un personnage ambivalent dans nos mythes culturels.
      C’est dire que cette condamnation “unanime” est un renversement. Lequel est obtenu par la lutte politique d’une grande partie de la population. Il faut le souligner, les luttes sont souvent escamotées pour attribuer les faits aux individus.
      Mais après la fin du déni ? Comme vous le dites, il faut aller vers une politique d’éducation permanente plutôt que de répression, une politique sociale d’égalité et de sécurité sociale, plutôt que de “à chacun sa chance de passer de la brouette à la conduite des affaires”.
      Et effectivement, le maintien de l’ordre et la répression judiciaire sont des nécessités, mais à la marge d’une cohésion sociale active, Et la police est une fonction, un métier, pour autant qu’ellel échappe à une dérive voulue par le pouvoir, par les dominants, par des officiers de police eux-mêmes, enfin par des pans entiers de la société. Il y a du boulot, ce n’est qu’un début, et c’est pas gagné…

      1. Argument que je voulais ajouter : le policier D. Chauvin a agi dans l’exercice de son métier, et en appliquant les techniques apprises — mais sans doute avec une dérive de violence quasi-coutumière qui doit devenir hors-la-loi. Là aussi est le renversement de vision sur les actes.

        1
        1. Oui, il y a eu incidemment mention de ce que les contraintes physiques étaient de fait appliquées dans les écoles (à voir à quelles niveau) où les élèves noirs sont très majoritaires, c’était dans le Guardian. A prendre avec des pincettes sociologiques, mais la violence ne “nait” pas à l’âge de travailler dans une société, elle est “engrainée” bien avant.

          1
  2. Ils étaient douze : cela aurait pu faire le titre d’un livre d’Agatha Christie !

    Sauf que dans le “scénario” présent, aucun n’a voulu faire LA justice selon des convictions bien personnelles en prononçant un avis dissident non seulement de celui partagé par les autres membres du jury mais aussi par une large opinion mondiale.

    Est-ce le poids de l’Histoire ou le poids de cette histoire qui a fait pencher la balance de la justice ?… Seul l’avenir nous le dira.

  3. J’ignore le fonctionnement du système judiciaire aux USA, le verdict est prononcé par la cour de justice du Minnesota, est-ce que ça pourrait faire une sorte de jurisprudence au niveau fédéral ?

  4. L’Institution (en parlant de la caste des flics) dit que c’est le procès d’un homme pas d’elle même. La Société s’en lave les mains, elle est Black Lives Matter, enfin il paraît…

    Mais dans toute cette histoire un truc m’échappe totalement, le gars n’est pas tout seul, il y a des collègues en uniforme, il est filmé, il y a des témoins qui interviennent , la victime s’exprime et supplie, et l’enchaînement cependant est fatale pour la victime. Alors que objectivement pour tous les intervenants en fait, même si certains sentent qu’il se passe quelque chose, la scène est étrangement “normale”. Que des forces de l’ordre, sur armées, par essence violente (paraît qu’elle est légale !) maintiennent des citoyens au sol hors de tous propos, c’est inscrit dans nos habitudes mentales.

    C’est un détail mais regardons quelques photos de ce Monsieur en illustration dans la presse :

    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/04/20/mort-de-george-floyd-dans-l-attente-du-verdict-au-proces-du-policier-derek-chauvin_6077355_3210.html

    https://www.20minutes.fr/monde/3025475-20210420-mort-george-floyd-direct-verdict-proces-chauvin-va-etre-annonce-heure

    Le gars, c’est mon impression, dans ses yeux on semble lire qu’il se demande bien ce qu’il fout là assis à la place de l’accusé.

    “Non mais c’est quoi ce binz ! J’ai fait mon boulot, je l’ai pas tué volontairement ce mec, je suis con mais quand même pas au point de me faire filmer devant des témoins dans la rue en plein jour !”

    Et ça, c’est révélateur du très haut degré de violence que les forces de l’ordre ont ingérés et intégrer à tous les niveaux, pour que tous le monde trouve cela normal, qu’il n’y ait jamais de sanction réelle, ou en tout cas pour les citoyens qu’ils ne se mettent pas eux même en danger en intervenant physiquement eux même quand manifestement ça déraille totalement.

    Nous sommes tous collectivement responsable de la mort de George Floyd et des autres partout dans le monde , je pense en acceptant l’organisation et la formation actuelle de nos forces de protections légales et en acceptant ce qui se passe quotidiennement sur les territoires.

    3
    1. Oui, une superiorité d’attitude disons ;
      sans doute sait-il (au sens “dans son corps”) qu’il va devenir l’icône-martyr d’une certaine droite,
      droite qu’on peut qualifier d’obtuse.

      Mais qui cherche la meilleure façon de défendre son statut qu’elle juge menacé.

      Ça change l’angle d’aigu à obtus sur pas mal de cerveau et ça rabaisse un certain nombre de fronts.

      1
  5. Si j’écoutais seulement le cynisme ambiant de ce que je refuse de rabaisser de mon « Humanité », j’aurais tendance à dire, de la comparaison tout à fait déraisonnable des deux « systèmes » judiciaires (français et américains) que la comparaison est déraisonnable lorsque qu’elle ne tente pas trop les médias mainstream « made in franchouillardise »…

    Et si je m’y aventurais, prendrais-je un risque de dire que le premier « système » surfant sur des affaires montées en épingles pour partie, jouant sur la corde sensible de « l’antisémitisme », et la « haine de la police » … cherche à raccourcir le délais des supposées 10 années d’écart entre deux « cultures économico-politiques », à des fins d’anticiper un potentiel bénéfice de la victoire du fhaine en occident européen, elle même peur de la victoire de l’extrême, à mème, de pouvoir préparer le terrain d’un retour du Trumpisme aux USA aux « midterms »… et/où du maintien d’un ordre social et « sociétal » macronien aux manettes d’un occident décadant… dans le théâtre des figues « hégémoniques » monétaires commerciales, de « civilisations », des concerts des nations… ?

    Mais lorsque je n’entends que les diversions politiciennes nationalistes des candidatures à la présidentielle, et d’autre d’un ministre « Garde des Sceaux » jouant à être plus sot dans sa garde et son rôle de”garde”, qu’il ne peut qu’espérer en être récompensé d’une façon ou d’une autre, je ne peux qu’hésiter entre me consoler ou me désoler d’avoir déduit cela de leurs silences complices, « d’abstentionnistes » (prédiction autoréalisatrice aux prochains scrutins électoraux en France… ?) concernant le jugement de l’affaire George Floyd et les réactions politiques “outre-atlantique” et au delà :

    « Quand la partie de plus en plus majoritaire de la police (rêvant à un régime du genre « Judge Dredd », ou « The Punisher » ?) votant pour l’extrême droite en se prétendant “apolitisée”, quand les politiques de plus en plus « droitisé.e.s et droitières » du duel électoraliste à un tour que Macron et Le Pen se disputent, jouent tous deux aux « complices du pire » des dirigeant.e.s du public/privé, se demandant comment lutter contre la menace de justice et « sociétale » comment ils cherchent à ne pas avoir l’air d’être inquiet… d’autre chose… ?

    Le « leitmotiv » commun de la campagne que ces « élites méritantes » cherchent à engager sur le terrain « démocratique », se situe dans les termes de « il faut que la peur change de camp » (sur fond d’affaire de « violences urbaines », etc)… Mais croyez vous vraiment que l’attitude d’un Balkany, qui en liberté conditionnelle va danser à la fête de la musique, d’un Cahuzac, qui écopant sa peine de ministre chargé des contrôles fiscaux, pris la main dans le sac, en ayant menti « les yeux dans les yeux », avec seulement un bracelet électronique pour « continuer d’exercer » (en étant tous deux défendus par une partie majoritaire des chaînes privées – cnews, etc – d’info en continu, et des adeptes du mercato public/privé médiatique), d’un pantoufleur du verrou de Bercy élu à la présidence de la République (par accident ? À cause de l’abstentionnisme?), d’une partie de l’extrême droite qui cumulant les affaires judiciaires à faire pâlir la droite extrême de l’ex-usurpateur identitaire, droite extrême et extrême droite, se présentent tous deux en « victimes du système », d’un « complot »… « conspiration »… jusqu’à l’attitude et le comportement de certains membres du personnel du “monopole de la légitime violence de l’Etat” qui votant majoritairement pour l’extrême droite, échappent à des affaires de brutalités commises lors de contrôles aux faciès “manifestations interdites” (“discriminations systémiques”)… croyez vous vraiment que le comportement de tous, soiffards de pouvoirs, et leurs attitudes sur-médiatisées dans le pays ou la liberté du droit de mentir se déguisant en “liberté d’expression”, est sacralisée, attestent que la peur de la menace de justice et « sociétale » puisse les atteindre, si les pouvoirs (voir en mettant fin à la séparation des pouvoirs, à leurs indépendances) qu’ils convoitent leurs sont mandatés, renforcés, et croyez vous qu’ils peuvent être inquiétés, avoir peur, au point de changer de camp… ? »

  6. Dois-je me désoler d’avoir ce genre de pensée sans être sous effet psychotrope, ni pulsions hystériques pouvant m’échapper… ou me consoler que même avec un verre dans le nez (ou autre antidépresseur, etc), dépassant la dose légale autorisée d’alcool… dans le sang (pour conduire…) je sois juger responsable de propos présumés coupables d’irresponsabilités…?

    1. Ne prenant ni les uns psychotropes, ni les autres “drogues légales”, mon sarcasme voulait juste souligner l’asphyxie ambiante des débats publics et médiatico-politiques nationaux (en France quoi) consistant à étouffer tous commentaires, analyses, ou toutes autres pensées “subversives”, tentant de transposer des propos réactionnaires et conservateurs d’européens/français, derrière la question de la responsabilité pénale, civile, de la folie… continuant d’accuser la victime enfin reconnue innocente, George Floyd, d’avoir été sous effet de psychotropes, et violents… pour justifier l’intervention disproportionnée et létale au final des 9 minutes… du policier condamné, laissant “béate” une partie de l’opinion publique ayant été médusé, sans plus (“complice du pire” ?)… devant pareille scène…

  7. Et surtout , à mon sens , dans l’impossible négation par autrui de la conscience de l’acte pour son perpétrant … NEUF minutes dans la même position , c’est long!!!

    1. C’est certainement l’élément le plus évident qui aurait fait que personne n’aurait compris ou admis la négation de responsabilité .

      Reste à peser ce qui est de la responsabilité propre au policier et ce qui revient à la défaillance de l’institution . Ni l’une , ni l’autre ne sont nulles .

  8. Il y a en ce moment si je ne me trompe un mouvement de réduction des budgets de la police aux USA.

Les commentaires sont fermés.