C’est moi ou c’est le monde ?

Je vis depuis plusieurs jours avec la sensation de flotter en apesanteur, le sentiment qu’aucune nouvelle à la une des journaux demain matin – aussi invraisemblable elle me serait apparue il y a seulement quelques mois – ne serait capable de me surprendre.

C’est peut-être dû à l’ARN bricolé du vaccin Pfizer qui réarrange en douce chacun de mes chromosomes. Ou c’est un autre processus bizarre à l’intérieur de moi. Ou bien c’est le monde – je le soupçonne sérieusement – qui a décidé de réouvrir l’éventail de tous les univers possibles. Le Programmeur de la Matrice a peut-être décidé de faire le grand nettoyage de printemps (à son échelle, c’est bien sûr seulement une fois tous les deux mille ans) et se propose de nous offrir quelque chose d’entièrement neuf, pour se racheter un peu de trop nombreux cafouillages récents, ou pour tester davantage notre indomptable résolution.

Partager :

71 réflexions sur « C’est moi ou c’est le monde ? »

    1. Écoutez qui parle ! Néo, qui dans les 3 films de La Matrice a prétendu avoir sauvé l’univers tout entier.

      Si c’est pas ça la grosse tête 😀 !

      5
      1. Mais est-ce que Néo, n’affirme pas rien d’autre que ce que “l’oracle”, et autres “prophéties” ne convainquant que celles et ceux n’ayant plus que ça, à croire, pour vivre avec ce “virus informatique”… l’ont convaincu de ce qu’il pouvait rester de “libre arbitre” dans son rôle, qui écrit d’avance, s’était rejoué sous différente version, plusieurs milliers de fois durant, sans aboutir, à cette “variante”, variation improbable du scénario en fait…? “L’oracle” (féminin, en opposition au “programmeur/gestionnaire” des “imprévus”, masculin lui…) aussi prédictive puisse être son intelligence artificielle, son apprentissage, etc… n’étant pas plus le “programmeur”, que Néo a un quelconque pouvoir sur la destiné (le “déterminisme”) de des conséquences de ses “actes volontaires” dans tel ou tel scénario, qui des deux protagonistes (Néo ou “l’oracle”) sont les plus raisonnablement et humainement reconnaissables comme fou d’y croire alors…?

        1. Je vous laisse trouver vos propres réponses Pierre ! La vraie question est “Paul doit il encore chercher, vainement, le bonheur à l’extérieur de lui même, via la reconnaissance de la société ou doit-il le trouver en lui même via le détachement, l’illusion du soi, etc.Du fait du principe d’impermanence, je conseil a Paul de suivre le second lapin. Ce lapin le conduira peut être à sortir de son conditionnement mental qui l’amène à penser qu’il n’y a d’existence que pour et par la société. Mais peut être suis-je en réalité l’agent Smith… ☺️

          La matrice est un système(mental), Paul, et ce système est ton ennemi.

          2
            1. Paul, ce n’est pas à toi qu’il faudrait le dire, mais méfie toi des apparence, surtout parées des charmes du féminin. Moi, ma psy me disait que j’étais “hors sexe” alors….

              1. Je te rappelle que c’est cette femme qui, lors d’un séminaire de Lacaniens à Boston, a bondi sur ses pieds après que j’ai dit quelque chose, s’écriant avec indignation “C’est impossible !” Alors, sur la sûreté de son jugement…

            2. Possible, au fond vous êtes un punk.Un punk qui a essayé de se légitimer auprès de la société mais un punk quand même. C’est pour cela que même lorsque vous avez tenté de vous normaliser et légitimer symboliquement, vous n’avez réussi qu’à moitié à le faire au fond.

  1. Je ne saurai dire si c’est la même impression mais personnellement j’ai la sensation -et je me vois de l’extérieur de mon corps- de tomber au ralenti dans un abîme et au dernier moment une Main Salvatrice m’alpague et me sauve . Ainsi va le Monde.

    1
  2. C’était il y a 7ans environ. Ma fille de 6 mois était en réa. Il y eu plusieurs semaines où nous étions deux Ryan Stone…
    Heureusement il y avait un vaisseau Shenzou et nous avons pu réintégrer “le monde tranquille”, plus ou moins saufs.
    https://vimeo.com/86582681

    Je n’oublierai jamais cette complete extériorité au reste du monde, entre autre.

    1
    1. J’ai veillé mon père sur son lit de mort pendant plus d’un mois, complète extériorité au reste du monde c’est exactement ça et avec la sensation de n’avoir jamais autant été “à ma place” en prime. La sempiternelle question “mais qu’est ce que je fout là” s’était tue, non qu’elle ait trouvé une quelconque réponse, elle ne se posait tout simplement plus.

      1
    1. Bon-Jour à tou-te-s,

      Voilà ce que nous pouvons trouver sur le site http://www.edimark.fr à la rubrique “liens d’intérêt” :
      ” Dominique Costagliola déclare avoir des liens d’intérêts avec : Gilead (Board VIH France, de janvier 2011 à décembre 2015), Innavirvax et Merck Switzerland (consultance en 2015 et 2016), Janssen (exposé en 2016 et 2018), MSD (en 2015 et 2017), et ViiVhealthcare (en 2015). ”

      1- Le journal Le Monde l’indique-t-il en préambule de l’entretien rapporté en commentaires ?
      2- Les journalistes lui demandent-ils si elle est intervenue pour faire modifier une conclusion d’un rapport d’Andrew Hill sur un traitement précoce qui fait ses preuves dans un certain nombre de Pays ou Etats de certains Pays ?
      3- Les journalistes lui demandent-ils ce qu’elle considère être la science vs la cupidité de big pharma ?
      4- Sinon …patatrac ! C’est la corruption systémique qui est à l’oeuvre …dommages collatéraux en cours !

      Même si ce n’est pas poétique
      Ceci n’en est pas moins éthique !

      Bon voyage dans la Vie !
      http://luami.viabloga.com

      8
      1. Voulez-vous suggérer qu’un lecteur attentif devrait zapper la suite de l’entrevue que Paul nous communique si libéralement?

        Merci. Terrible.
        Le doute, toujours le doute pour le lecteur. Le pognon, toujours plus de pognon pour les
        happy fews and not so magnifcent ones.

        1
    2. Paul, j’allais vous adresser le lien mais je me doutais que cette interview ne vous échapperait pas. Merci d’en faire bénéficier vos visiteurs, pas tous abonnés au Monde. Comme moi.
      Sous des dehors restant policés, un réquisitoire impitoyable contre la navigation à (courte) vue sensée faire office de stratégie de l’exécutif macronien. En particulier à propos des seuils de déclenchement des déconfinements. Et dire que cet homme parle de “grande concertation” cet été pour “tourner la page”.
      En prolongation, un autre papier du Monde ce soir. Pour les abonnés…
      https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/05/05/moins-de-morts-plus-de-libertes-et-d-activite-economique-l-equation-gagnante-des-pays-qui-ont-opte-pour-le-zero-covid_6079191_3244.html

  3. Le déconfinement annoncé par le président de la République a-t-il lieu au bon moment ?

    Cela me paraît prématuré. La probabilité que ça passe, c’est-à-dire d’éviter une nouvelle saturation totale de l’hôpital, est faible. Actuellement, le nombre de cas baisse, mais on a à peine passé le pic. On relâche sans avoir diminué vraiment la pression à l’hôpital. A la mi-décembre 2020, lors du précédent déconfinement, le nombre d’hospitalisations et de personnes en réanimation avait plus baissé quand on a rouvert. Là, on relâche beaucoup plus tôt.

    4
    1. DC : ” à la mi-décembre 2020, lors du précédent déconfinement , le nombre d’hospitalisations et de personnes en réanimation avait plus baissé quand on a rouvert. Là, on relâche beaucoup plus tôt . ”

      C’est le pari de la saisonnalité… décembre vs mai . Pourquoi pas? En plus , s’il est gagnant… Banco.

    2. Il y a manifestement un pari de saisonalité et peut-être aussi la croyance partagée par certains que l’évolution de l’épidémie est une dynamique extérieure exogène comme une vague par laquelle il ne faut pas se faire submerger, mais sur laquelle il n’est pas possible d’agir.
      Autant a posteriori il est possible d’argumenter que le déconfinement l’année dernière aurait pu être sur certains points plus rapide, autant il semble que le niveau de circulation du virus est cette année à date identique plus élévée que l’année dernière.

      Le choix est de ne plus apparaître comme celui qui contraint, qui confine, mais de transférer toute la responsabilité sur les Français.

      Ils disposent de masques, de tests, peuvent progressivement se faire vacciner.

      Et nouveauté le gouvernement fait sa part : surveille un peu plus efficacement les frontières et les isolés.

      Tout dépends de leur comportement (méthode suédoise).

      Le seuil de 400 n’est pas un seuil de déconfinement, celui-ci a été décidé de façon totalement indépendante en fonction de la volonté de relance économique et de l’approche des vacances (pour des raisons psychologiques).

      Le seuil de 400 est un seuil de reconfinement !

      Placé assez haut pour espérer ne pas le voir se déclencher ou être alors à la limite des USI (à court terme).

      Emmanuel a encore 20 000 morts de retard sur Boris pour voir venir.

      1
      1. @Ruiz (21h54) qui écrit:
        … ” Le seuil de 400 n’est pas un seuil de déconfinement, celui-ci a été décidé de façon totalement indépendante en fonction de la volonté de relance économique et de l’approche des vacances (pour des raisons psychologiques).
        Le seuil de 400 est un seuil de reconfinement !
        Placé assez haut pour espérer ne pas le voir se déclencher ou être alors à la limite des USI (à court terme).
        ” …

        Ttfait d’accord avec ça.
        Et comme je ne crois pas à la réussite( = éradication définitive qui permet le retour des “libertés” de circulation des citoyens ) de la technique dite “Zéro-Covid” (en dehors de l’époque de prise de conscience de la dangerosité de l’ “ennemi” au tout début de sa circulation à “bas-bruit” où que ce soit dans le monde moderne ) en tous cas dans l’ “espace Schengen” (sauf à ne plus jamais admettre que la libre circulation des biens et services.. , le rêve de certains..) je reconnais volontiers admettre d’espérer que notre brave Emmanuel réussira son pari…
        Je l’ai déjà écrit..à mon estime la (sur)vie biologique n’est pas la vie et ne me semble pas digne d’être subie.

        1
  4. Craignez-vous une quatrième vague ?

    Oui, d’autant plus que l’annonce de ce calendrier risque de favoriser dès à présent une moindre observance des mesures, dont le télétravail.

    Vous ne trouverez pas un seul pays au monde qui retienne comme seuil de déconfinement une incidence de 400 cas pour 100 000 habitants. Tous les autres pays retiennent des seuils beaucoup plus bas, 40 au Japon, 100 dans de nombreux pays. En France aussi, nous avions même un seuil à 50 qu’on a oublié sans aucune explication à ce sujet.

    7
    1. D’autant plus que la valeur d’incidence pour 100 000 en France en date du 05/05/2021 était de : 652.65. Le 1er avril 2021
      celui-ci était de 703.99. Pour mémoire le 27/09/2021 nous subissions un taux d’incidence de 235.
      Le gouvernement décide d’ouvrir les “vannes” alors que le 30/10/2021 le taux d’incidence était de 706(confinement) à comparer avec un déconfinement à 703.99 . Cherchez l’erreur.
      Dans mon département nous sommes à une valeur de 438 hospitalisations (2ème valeur la plus élevée depuis le 14 mars 2020 ). Cherchez l’erreur .
      D’aucuns vous rétorquerons que la vaccination a changé les paramètres. Je constate , toujours dans mon département que le taux de décès reste inchangé. Cherchez l’erreur.

      Je ne sais pas vous , même si je suis vacciné , je vais continuer à m’autoriser un confinement et des mesures de protection .

      ps; ces données sont issues du site https://www.ecdc.europa.eu/en/cases-2019-ncov-eueea

  5. Que pensez-vous de la stratégie adoptée par Emmanuel Macron qui consiste à « vivre avec le virus » ?

    Je ne vois pas sur quel plan elle peut être gagnante. Aucune donnée ne la soutient.

    Beaucoup de décès, beaucoup d’hospitalisations, beaucoup de Covid longs, qui pèseront sur les coûts de santé futurs, une démoralisation générale du personnel hospitalier, une restriction d’accès aux autres soins… La situation pour les soignants est extrêmement difficile. Vous êtes prêts à vous battre à fond deux mois, trois mois, mais au bout d’un an cela ne tient plus. Il y a des limites à la résistance humaine.

    15
  6. Quelle lecture faites-vous de la stratégie française ?

    Je ne sais pas, car je ne trouve pas les décisions lisibles. Je ne comprends pas ce qui est le réel moteur des décisions, ce qui les justifie. Quelle est la logique ? Quel est l’objectif ? Dans la mesure où on prend des mesures sans expliquer quel est l’objectif, comment s’attend-on à ce que les gens les adoptent ? Dans les programmes d’éducation à la santé, on essaie de se mettre d’accord sur un objectif à atteindre, et après on discute des moyens pour y arriver.

    11
  7. Reprochez-vous au gouvernement de naviguer à vue ?

    Ce n’est pas, en tout cas, une stratégie basée sur la science qui a été choisie. Lors du discours du 28 octobre, on l’a cru. Il y avait des objectifs, et une explication : on allait ramener le virus à un niveau suffisamment bas pour faire du « tester, tracer, isoler » efficace. Mais ça s’est perdu entre octobre et janvier.

    7
    1. J’ai bien peur que le problème vienne de ce que les français partisans d’une stratégie basée sur la science soient largement minoritaires et qu’on le verifie lors des élections à venir…

      Les seuls arguments qui portent vraiment sont ceux qui font appel à ce que font les autres pays. Par exemple si le port du masque a été accepté (n’importe quel masque porté n’importe comment puisque c’est d’abord un geste symbolique) c’est seulement à cause des photos nous montrant que tout le monde en portait en Chine, au Japon et autres pays d’orient.

  8. En janvier, Emmanuel Macron aurait pris la décision de ne pas reconfiner, parce que le conseil scientifique ne pouvait pas lui assurer que ce confinement serait le dernier. Comprenez-vous ce choix ?

    Je ne vois pas comment quiconque pourrait affirmer que le confinement dont nous sortons sera le dernier. On a le sentiment qu’on fait un pari, et tant pis si on ne le gagne pas.

    7
  9. Cette année de couvre-feux et de demi-confinements permet-elle d’aborder l’été dans de bonnes conditions ?

    On a pris des mesures médianes qui ont eu un certain effet, mais qui n’ont pas réussi à diminuer la circulation du virus autant qu’après le premier confinement.

    J’imagine que, dans le pari, on table sur le climat pour faire la différence, mais, l’an passé, ce qui nous a acheté un bel été, c’est qu’on avait une circulation faible du virus à la sortie très progressive du confinement, entre le 11 mai et le 22 juin. Je ne suis pas sûre qu’on aura un été aussi calme en l’abordant avec un niveau de circulation aussi élevé.

    8
    1. La trajectoire suivie, vaccination au max possible des plus fragiles suivant les livraisons du contingent européen, augmentée de l’immunité naturelle importante assurée par un maintien au max de la contamination dans les limites des possibilités des USI (immunité max politiquement accessible), place la France dans les meilleures conditions (compte tenu du fait que la vaccination seule sera insuffisante pour assurer à cette date une telle résistance !).
      Reste à savoir si le niveau de circulation va effectivement baisser …

      1
  10. Vous n’avez pas l’impression de crier dans le désert ?

    Si, bien sûr. Mais les autorités ont décidé de ne pas suivre les données de la science. Les racines sont profondes. Quand Emmanuel Macron est allé rendre visite à Didier Raoult, l’année dernière, c’était clair. La prétention que l’hydroxychloroquine était un traitement miracle n’était basée sur rien. Lui rendre visite alors qu’il avait énoncé ce mensonge, et, je pense, avec la conscience que c’était faux, c’était montrer qu’on se moquait des données de la science.

    Cela fait un an qu’on n’a pas de débat démocratique sur les mesures à prendre. L’enjeu est un nombre considérable de gens hospitalisés, un nombre considérable de gens qui vont avoir des séquelles et un nombre considérable de familles endeuillées, sans parler des conséquences sociales et économiques du « vivre avec le virus », dont plusieurs économistes écrivent que ce n’est pas une bonne idée.

    13
      1. @ DUP

        Merci à vous DUP pour cette vidéo édifiante qui dresse le sinistre bilan politique du gouvernement Macron lors de la crise du Covid19.

        (Cela nous change de la propagande épileptique de XTIAN).

      2. @Dup Merci, excellente vidéo à voir, fort bien faite qui nous remémore, les déclarations officielles.
        Réquisitoire implacable, mais tardif, pourquoi maintenant et par cet intervenant dont certaines interventions précédentes ne semblent pas renforcer l’autorité.

        Il aurait été amusant si la chaîne avait pu également retrouver le court passage où le Directeur de la Santé concédait l’intérêt des masques, juste avant la mise au point des éléments de langage.

    1. L’entrevue avec D.R. qui reste un scientifique d’expérience, aurait peut-être pu attirer son attention sur les mutations et variants et faciliter en fin d’année le rapide rattrapage en matière d’équipement de séquençage.
      C’est un acte politique courageux qui montre une recherche d’écoute, éventuellement de point de vue différents.
      Aucune publicité ou mise en avant du protocole en question n’a été fait (vs Trump Bolsonaro ..).
      C’est peut être une mise en perspective et un recul vis à vis de tout discours unanime (et TINA) d’un conseil scientifique et le début d’une prise d’indépendance.

      3
    2. Des modélisations de l’Institut Pasteur indique que la stratégie suivie par Macron pourrait passer. A condition qu’on injecte au moins 500 000 doses de vaccin par jour (à 350 000 doses/jour ça ne passerait pas).

      https://modelisation-covid19.pasteur.fr/realtime-analysis/loosening-control-measures/

      Bien sûr leurs calculs sont probablement très sensibles aux paramètres (taux de contagiosité des variants, taux d’efficacité des vaccins, etc.), Vaccine tracker indique qu’on a injecté 300 000 doses hier https://covidtracker.fr/vaccintracker/. Reste à espérer que ça passe, de toutes façons la stratégie “zero-Covid”, on ne l’aura jamais.

    3. “”Cela fait un an qu’on n’a pas de débat démocratique sur les mesures à prendre””
      Je ne suis pas spécialiste en médecine. Je fais donc confiance aux experts, mais eux-même se contredisent parfois (c’est normal, on ne connaissait pas ce virus). Par contre, je sais que le “débat démocratique” où tout un chacun exprimera son ignorance, ses appétits, ses craintes ne peut que faire reculer la solution.

      1. Le débat démocratique n’a jamais été destiné à trouver la bonne solution, il est destiné à choisir quelle solution sera mise en place (et à être suivi de conséquences sinon il ne reste rien de la démocratie cf E. Todd). La démocratie c’est : on choisit ensemble à la majorité et on assume ensemble à l’unanimité les conséquences du choix, y compris si ce n’est pas celui qui personnellement aurait été le notre. Quand les gens sont des cons la démocratie c’est loin d’être la méthode la plus efficace. Qui plus est et quoiqu’on en dise on peut être parfaitement éduqué et raide con. Qui n’a pas cela à l’esprit n’est pas vraiment démocrate. Être démocrate a un cout, celui de supporter l’injustice de devoir assumer les choix d’une majorité qui a tort quand on est de la minorité qui a raison.

      2. @Hadrien
        Le “débat démocratique” ce n’est pas le choix démocratique.
        le “débat démocratique” a semble-t-il eu lieu dans les média et réseaux sociaux, avec des biais considérables sans doute, mais toute différence de vue n’a pas été totalement écartée.
        Ce “débat démocratique” tenu ici aussi est la seule façon de faire émerger une ou des solutions même si elles ne sont pas de consensus.

        Il est possible de regretter l’absence de “débat démocratique” au sein des instances démocratiques, c’est à dire des assemblées.

        Penser que l’on fait confiance aux experts parce que l’on n’est pas spécialiste, c’est aussi laisser penser que si l’on était spécialiste on ne leur ferait pas forcément confiance !
        Ce qui devrait inciter à une certaine circonspection d’autant plus que de tels problèmes ne sont certainement pas affaire de spécialiste (pas seulement).

        Les vrais scientifiques se contredisent rarement, mais souvent ils ne savent pas, c’est à ça qu’on les reconnait.

        @Dup
        Le débat démocratique peut avoir pour but de trouver la/les bonnes solutions.
        Pas forcément celle qui sera appliquée.

        Nous avons de la chance de ne pas appliquer une méthode inefficace.
        L’éducation en effet ne peut violer le principe d’équirépartition.

        Notre grand chef serait donc un grand démocrate, car partageant notre vision minoritaire et juste des choses, il appliquerait le choix de la masse à son corps défendant.
        Honte à nous !

        1. Pour ce faire il faudrait que notre grand chef connaisse le choix de la masse, or il ne la consulte pas… ni elle ni ses représentants. Honte à lui !

          1. @Dup Les sondages, les RG, les revues de presse, les visiteurs du soir, les échanges sur l’oreiller, … Élizabeth Teissier, twitter, les blogs ?
            C’est bon pour le moral.
            C’est plus fréquent qu’un vote des représentants ou un référendum.

  11. Faut-il dire comme Jean Cocteau : « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur »

    Sans doute, le monde est encore et toujours surprenant, et source d’une créativité qui dépasse entièrement l’humain – ne serait-ce que parce qu’elle l’englobe tout entier. Et encore parce qu’aucune compréhension que nous pouvons avoir du monde ne saurait être complète, ni peut-être, qui sait, faire mieux que rester à la surface des choses.

    Reste qu’à certaines époques, cette vérité générale de la créativité du monde peut être négligée, le cours des choses paraît même trop régulier – pour ne pas dire qu’on s’y ennuie ferme.

    Réjouissons-nous, car nous vivons une époque tout sauf ennuyeuse.

    Simone Weil le notait dans la Pesanteur et la Grâce : « Tu ne pourrais pas être née à une meilleure époque que celle-ci où
    on a tout perdu »

    2
  12. Quand vous avez écrit “le dernier qui s’en va éteint la lumière” aviez vous pensé qu’ils allaient s’entretuer pour avoir ce privilège? Comme tout infini la connerie humaine n’échappe pas à la règle, on finit toujours par la sous-estimer…

    3
  13. Et le pompon, c’est qu’avec 400 ou 500 morts par jour, il ne sera pas tenu rigueur à Little Mac, d’avoir été persistant dans l’aveuglement.

    Le bloc de ceux qui le détestent depuis toujours parait aussi solide que celui de ceux qui l’adulent.

    Si il n’était pas question de vies humaines et de personnel médical en péril, on en viendrait presque à espérer qu’il perde son pari, que ça lui pète à la g… et pour de bon.

    2
    1. Malheureusement, il n’y a pas besoin de l’espérer… Il va hélas le perdre. Le hélas est pour les victimes, et non pour le sort du “stratège”.

      2
  14. En effet, quelle est cet étrange état « d’apesanteur » empêchant de constater qu’en France, à l’heure actuelle ou des festivités solennelles, « institutionnelles », se commémorent la « grandeur » d’un « empereur » du « roman politique nationaliste », ou du moins de celle « grandeur » au sens de « grandiloquence » avec laquelle « l’Homme » du présent est honoré à regretter que certain.e.s osent ternir la « gloire » dans le passé… de celui qui dédaigna hisser la « nation », les morts du virus de la guerre, de la conquête… pour la mettre à égalité de la hauteur son « sacre européen »… « en même temps », l’indifférence de la « société civile », sanctuarise l’indécence de l’explosion de plus de 425 % des fortunes (record annuel mondial de distribution de dividendes aux assistés sans contreparties), des plus riches milliardaires du pays du « culte et de la culture, du luxe et de la luxure » (« société de service » avez vous dit…?) du gel hydroalcoolique marchandisé, et tous autres stocks gérés en flux tendu de masques, réactifs de test, respirateurs, matériels hospitaliers (oxygène de réa, gants, blouses, etc), « vaccins… », médicaments, traitements… denrées alimentaires, etc. qui permettent d’influer sur les hausses ou baisses de prix (dépenses contraintes et perte de « pouvoir d’achat », dépendance… pour les plus pauvres, précaire arbitrant difficilement en se soigner, se loger, etc), mais jamais d’échapper à la « main invisible des marchés », de faire retrouver des « jours heureux » aux services publics hospitaliers en les rendant indépendant de la finance, de l’économie boursière ultralibérale … ?

    Moins pesante est la pression…. qui devenant négative comme pour les “externalités” polluantes, su traitement des déchets, nucléaires, toxiques, infectés, dans les pays pauvres…?)laissant en état « d’apesanteur » la «raison »… devrait normalement, moralement, et de manière éthique, « ouvrir l’éventail de tous les univers possibles » et l’esprit critique cher au pays de la « déclaration universelle des droits de l’Homme »… sur la manière dont durant les deux dernières crises (Crises des subprimes, des dettes publiques, politiques, etc.… et gestion néolibérale de la crise sanitaire qui fait souffrir des vagues durant – stratégie du « stop-and-go » – de manque de moyen et personnel, vocation, conviction, les services publics hospitaliers, la motivation de servir l’intérêt général – pandémie en lien avec le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité, les guerres commerciales, monétaires, de « civilisations », etc), l’indécence de ces richesses a pue s’accumuler… et plus l’état de flottement dans lequel le « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » à la seule « DICTATURE des émotions » capable de rassurer les doutes incertitudes de son « ras le bol fiscal », « poujadisme », est invité à « léviter », à préférer « s’appesantir » sur le triste sort du divorce d’une des stars des « GAFAM » qui cherche à « rassurer » sur le montant des plus de 50 milliards d’investissements fait depuis plus d’une décennie, pour aider les populations des pays les plus pauvres, la « santé publique »… ?

    Mais est-ce que ce qui s’appelle « fondation » en terme juridique… international… la ou règne « l’apesanteur » de l’absence d’harmonisation fiscale, sociale, morale, environnementale… qu’elle soit de X ou d’Y, inventé sous l’égide des règles comptables du capitalisme pur jus néolibéral… doit exonérer l’esprit critique de chercher à redescendre sur terre, de retrouver la raison quoi… en rappelant que, qui dit investissement, dit attente de retour juteux sur investissement (privatisation/digitalisation/« ubérisation » des services publics…)… retour qui ne manqueront pas d’échapper aux contributions fiscales finançant les services publics – comme ceux de santé publique, de l’éducation, etc, etc – recettes fiscales en souffrance actuellement (plus de 100 milliards de fraudes fiscales, « d’immorales optimisation » déstabilisent les budgets annuels, et comptes publics) même en France ou se battent tous les records de redistribution des dividendes (flat tax, « immorale optimisation, baisses des impôts sur société, de production, suppression partielle de l’ISF, baisses voir suppression des cotisations sociales patronales, sur les bas salaires, devant la norme du précariat)… »en même temps » qu’est défendu la « politique du ruissellement » par un « Jupiter »… cherchant à tenir tête au chef suprême de la première puissance mondiale en terme monétaire… (et d’armement nucléaire…?) reconnaissant sa « caducité », du moins son inefficience… ?

    1. @ J.Pierre

      Il faudrait faire la généalogie des commémorations macronistes avec comme éclaireur premier, le dit E.M ( En Marche ! / Emmanuel Macron ), l’on verrait à chaque fois comment l’Elysée avance ses petits pions idéologiques.

      Car ici, le but de la commémoration macroniste du despote Napoléon 1er, c’est moins l’hommage rendu à un homme plus que douteux qu’une opération politique pour amadouer un maximum de cadres du parti ” L.R ” . Une opération de communication tactique pour absorber tout ce qui peut l’être et tout avaler, ne laissant que les arêtes au R.N.

      En pleine pandémie de Covid 19 avec des chiffres alarmants, quel meilleur moyen de cacher sous le tapis les faits qui fâchent qu’une énième cérémonie commémorative dont tout le monde se fout, sauf ceux nostalgiques de la dictature impériale et dont certains cherchent furieusement les suffrages pour 2022 ?

      Commémorer Napoléon 1er un mercredi tandis que toute la France est au turbin, masqué, stressé ou exsangue depuis plus d’une année ? Il n’ont que ça à faire à l’Élysée ?

      A moins que E.M ne cherche à faire un grossier clin d’œil symbolique aux apprentis putschistes qui s’ennuient dans les casernes ?

      1
  15. C’est tout de même une bien étrange conception de la “philosophie” du “Que le meilleur gagne” que de commémorer avec autant de “bruit et de fureur”, dans les débats publics des médias mainstream, aujourd’hui, tant de défaites du tel règne, ayant causé tant de défunt.e.s, pour laisser en héritage un tel déclin civilisationnel, alors que meurent, sont gravement infecté.es, vont trainer des covid-long, et autres séquelles traumatismes, tant de “perdant.e.s” (version Trumpiste des personnes décédées de la covid-19, préférant s’inquiéter plutôt de la déprime, et autres suicides potentiels des celles et ceux qui ne peuvent pas faire d’argent) dans des services publics hospitaliers de l’intérêt général, notre bien commun, toujours au bord de la saturation, et risquant de l’être encore plus avec cette idéologie préconisant de vivre avec les affaires à faire sur la gestion néolibérale d’une des crises sanitaires, que le monde d’après nous réserve…?

    1. @Juillot Pierre
      800 000 à 1 500 000 morts français nous dit-on de Napoléon en 15 ans.
      C’est somme toute pas beaucoup plus par an que sous la (avant-?) dernière année de Macron.
      Bon Macron n’a pas voulu les morts.
      Napoléon non plus.

  16. « Je vis depuis plusieurs jours avec la sensation de flotter en apesanteur »

    Si c’est vous , calogéro a peut être la réponse

    https://www.youtube.com/watch?v=jasIqn8IifQ

    Si c’est le monde , peut être que la vidéo soit disant la plus relaxante du monde ( plus de 67 millions de vues )…, une façon de se mettre en condition afin résoudre des problèmes hyper complexes.

    https://www.caminteresse.fr/psychologie/quelle-est-la-musique-la-plus-relaxante-au-monde-1174378/

    https://www.youtube.com/watch?v=UfcAVejslrU&list=RDUfcAVejslrU

    1
  17. J’ai les mêmes sensations que Paul , au même moment, et juste après avoir été vaccinée avec Pfizer ou un truc comme ça. Ce machin dlssoudrait -il tous les égos qui lui tombent sous la seringue? Ou me suis-je je identifiée à Paul au point que je ressens les mêmes symptômes au même moment? Allo docteur Jung?

    1
  18. @ Paul,

    Je trouve que la critique de Dominique Costagliola contient beaucoup d’angles morts.

    Peut-être que le Gouvernement n’a pas (plus) d’autre choix que desserer l’étau pour des populations largement fragilisées psychologiquement :
    https://www.rue89lyon.fr/2021/04/09/video-en-psychiatrie-les-lourdes-consequences-des-confinements-a-lyon/
    https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/gironde/bordeaux/bordeaux-flambee-des-hospitalisations-de-jeunes-adolescents-en-psychiatrie-a-charles-perrens-2046559.html
    https://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/urgences-psy-forte-augmentation-chez-les-16-25-ans-14-04-2021-12735461.php
    https://www.medecin-occitanie.org/psychiatrie-les-etablissements-sollicites-pour-mesurer-limpact-du-covid-19-sur-la-sante-mentale/
    https://www.lavoixdunord.fr/985035/article/2021-04-18/lille-seconde-vague-psychiatrique-un-lieu-ou-sortir-la-tete-de-l-eau
    https://www.bfmtv.com/sante/covid-19-des-francais-qui-sombrent-dans-la-depression-temoignent_VN-202104060033.html
    https://www.humanite.fr/ils-decouvrent-le-monde-du-travail-sous-covid-40-des-jeunes-salaries-en-depression-705751

    Et ne pas oublier les fragilisés économiquement… parfois d’ailleurs les mêmes que les premiers !
    Et ne pas oublier ceux qui ont perdu (beaucoup) de chances médicales en voyant leur opérations/interventions être repoussées depuis un an…

    Personnellement, je vis depuis plusieurs semaines avec la sensation de flotter en apesanteur car la covid – qui est certe plus qu’une grosse grippe mais pas non plus la peste – autorise à sacrifier de l’humain (enfin certains humains) au nom de la sauvegarde de vies biologiques (enfin certaines vie biologiques).

    Moi, ça m’inquiète bien plus que la covid :
    https://www.humanite.fr/un-de-pandemie-et-un-effondrement-des-droits-humains-selon-amnesty-international-702558

    1
    1. Vous connaissez mon opinion : crise révélatrice essentiellement d’un effondrement en cours. J’ai donné quelques chiffres de la consommation en France de tranquillisants, antidépresseurs, etc. AVANT le début de la Covid, révélant un pays complètement délabré sur le plan psychique *, un pays où l’on soigne les problèmes économiques et sociaux en disant que ce sont les gens qui sont malades (souvenez-vous de France Telecom). “J’ai été mis au chômage, Docteur, qu’est-ce que vous pouvez me donner ?” On disait de l’Union soviétique qu’on y traitait les problèmes politiques par la psychiatrie. On fait la même chose chez nous.

      * Si vous avez les chiffres pour la Belgique, la Suisse, etc. je suis également preneur.

      La façon dont le travail est organisé (le télé-travail arrange un petit peu les choses de ce point de vue), la manière dont l’enseignement est organisé – avec ou sans Covid – rend les gens fous. Le confinement nous donne juste un peu plus de loisirs pour nous en rendre compte.

      10
      1. @ Paul,

        C’est bien parce que je connais votre opinion que je m’étonne de votre étonnement face à ce sentiment de flotter en apesanteur compte tenu du contexte actuel !

        Vous comme moi (et comme un certain nombre ici présents), nous savons que la crise « covid » n’est que la conséquence d’une situation plus globale : l’effondrement sociétale en cours. C’est pourquoi j’ai déjà dit que la voie de la syndémie me parait être l’analyse la plus juste du problème.

        C’est un n-ième symptôme d’un mal (très et plus) profond qui ronge nos sociétés occidentales – plus ou moins rapidement au grès des modèles (contrats) sociaux en place. Ça fait, peu ou prou, trois bonnes décennies que nos sociétés occidentales vivent la tête dans le sol (telle des autruches) pour éviter de regarder le danger qui nous arrive dessous… Et ce malgré tous les signaux d’alerte (crises financières, crises sociales, terrorisme, crises sanitaires, événements climatiques, …) qui s’intensifient, comme pour nous signifier que l’échéance est de plus en plus éminente.

        C’est justement parce que nous (vous, moi… et la plupart de ceux qui consultent ce blog) nous faisons le choix ni d’ignorer les signaux d’alerte ni de nier la situation (telle qu’elle est) que nous développons ce sentiment de flottement en apesanteur : nous sommes comme suspendus à ce moment où le château de cartes va (enfin) s’effondrer !

        Or là, avec la façon dont les choses sont gérées dans cette crise, tous les ingrédients semblent être réunis pour que cet effondrement soit (déjà) effectif ! Mais il ne survient pas… Nous sommes arrivés au point de rupture : alors pourquoi ça ne rompt pas ?!

        Moi c’est ça qui me sidère !!! Avec tous les « sacrifiés » de la crise « covid »… Avec toutes les régressions de liberté et d’égalité générées par la crise « covid »… Je m’étonne que le système ne collapse pas !… Je m’étonne que les marchés financiers s’envolent et que la majorité qui n’en profitent pas ne soit pas dans la rue pour crier son ras-le-bol (alors qu’elle se serre de plus en plus la ceinture) !… Je m’étonne qu’il n’y ait pas plus de mouvements sociaux aux quatre coins de la planète !… Je m’étonne qu’il n’y ait pas de vraies crises politiques aux quatre coins de la planète !…

        Je pense que les étaux sanitaires qui se desserrent actuellement (notamment dans le monde occidental), ce n’est qu’un ajustement opéré en catastrophe par nos dirigeants : on relâche un peu la pression en espérant que ce soit suffisant pour que le couvercle de la cocotte minute sociétale n’explose pas (au visage de nos dirigeants).

        Ce n’est pas une « stratégie » sanitaire à proprement parler : c’est un instinct de « survie » de la part de nos gouvernants ! Un n-ième moyen de retarder ce qui semble être désormais inéluctable (le grand effondrement).

        1
    2. L’angle mort est davantage dans votre propre vision.
      Avec la liste de vos citations vous balayez le spectre des liens soulignant (soit disant) l’intérêt que porterait ce gouvernement sur la santé de sa population sans songer une seconde à tout le travail de sape continu (malgré les protestations et les manifestations) depuis une dizaine d’années par ces politiques sur les services de santé.
      Vous me faites penser à un trois quart aile qui filerait vers l’essai mais qui aurait oublié le ballon.
      Au pays des milliardaires, le soucis n’est pas que les gueux soient bien soignés mais qu’ils puissent encore ramer dans les soutes.
      Vous saisissez la “nuance” ?
      (;-))

      1. @ Hervey,

        Vous me pretez une intention qui n’est nullement mienne !

        Quand je dis que le Gouvernement n’a pas d’autre choix que de desserrer l’étau, à aucun moment je n’y vois de sa part une quelconque compassion pour les “sacrifiés” : il desserre de l’étau car sinon ça risque de finir par lui pêter à la figure (colère des “sacrifiés”).

        Je ne me fais guère d’illusions sur les “politiques” qui sont actuellement menées !

    3. @ Benjamin

      Je trouve parallèlement que l’action du premier épidémiologiste de France ( E.M ) recèle beaucoup trop de morts rangés en angles droits dans les cimetières.

  19. ” Le confinement nous donne juste un peu plus de loisirs pour nous en rendre compte.”
    Peut-être redécouvrons-nous tout simplement les bonheurs authentiques d’une lecture, d’un paysage que nous avons sous les yeux.
    Je me suis toujours demandé si ce besoin irrépressible d’être en mouvement , voyager, aller au restaurant , au cinéma, …etc n’était pas une manière d’occulter ce grand art qu’est de se retrouver face à soi-même .
    Par la politique de l’offre on en oublie ce que nous demandons au plus profond de nous .

  20. Si “c’est” , je pencherai , avec Tolstoï en en cette période d’anniversaire napoléonien , pour affirmer que ” c’est le monde” ( cf. “Guerre et Paix” ) .

    On aurait alors trouvé “comment sauver le genre humain” sans Paul Jorion et Vincent Burnand -Galpin .

    Encore un best seller torpillé dans l’œuf.

Les commentaires sont fermés.