16 réflexions sur « Veille effondrement #100 – Quelles sont les nations responsables du réchauffement climatique ? »

  1. De loin le meilleur moyen de foutre la m., et de s’assurer, incidemment, que le problème ne soit jamais réglé ou même pire, définitivement enterré.
    Très intelligent comme statistique… vraiment.
    Ce n’est clairement pas de cette façon qu’on avancera.

    1
  2. Animation intéressante.

    Toutefois, je serai curieux de la voir avec un croisement des dynamiques économiques et démographiques des différents pays (pour voir quel effet de « pression » économique et/ou démographique pèse le plus dans la balance).

  3. Une bonne infographie par rapport aux périmètres nationaux des émissions qui recoupent les périmètres politiques. Avec le bémol qu’on ne « voit » pas les disparités entre citoyens à l’intérieur et entre les pays, CO2 eq/personne, ni le lien énergies fossiles- PIB, qui montre un effet système à l’échelle mondiale.

    1
  4. Ça va un peu trop vite pour mes lunettes , mais j’ai constaté avec satisfaction que la France disparait du palmarès en 1890 ( et pourtant c’est l’année du premier vol par Clément Ader sur l’Eole ) , pour ne plus y réapparaitre . Ce qui est assez curieux .

    J’ai juste repéré comme notable , la première place permanente entre 1850 et 2021 des USA et le décollage spectaculaire de la Chine depuis les années 90 pour venir chatouiller les américains .

    L’unité de pollution ramenée au pékin de base serait effectivement plus causante en terme de  » responsabilité » .

    J’ai des doutes sur la fiabilité des données avant 1900 .

    Quid de la pollution externalisée par un monde européen colonial ( Portugais , italien , allemand j, néerlandais , espagnol , UK bien sur , français bien sur, russe ) jusqu’aux années 60 ?

    Trois heures de documents passionnants cette nuit , sur la 3 , à propos de l’histoire coloniale française ( inséparable de l’histoire coloniale européenne ) .

      1. Le documentaire évoqué supra montre en particulier comment les idées du président américain Wilson ( ses 14 points de conditions de la paix de 1918 qui donneront la naissance de la SDN en 1920 que le sénat américain refusera paradoxalement de ratifier !) auraient pu contribuer à conforter cette direction d’équité . L’UK et la France ayant un peu tordu le bras aux attendus de Wilson ( antériorité des annexions coloniales ) , et la communauté internationale ne trouvant pas vraiment la déclinaison efficiente de ces principes généreux et visionnaires , le projet n’a pu que fournir l’ONU actuelle , tandis que chacun a retrouvé ses égoïsmes guerriers ou coloniaux .

        L’échec américain en Afghanistan voué aux appétits géopolitiques de ses voisins , me fait penser que les USA , motivés par l’esprit de vengeance après l’attentat que l’on sait , se sont illusionnés de la même vision  » civilisatrice » que la France en Algérie , alors que le fond colonial était motivé , sur place , par l’accès à des ressources dans les conditions du marché capitaliste , et la satisfaction pour les petits ou grands capitalistes importés , souvent de faible condition sociale en métropole, de se sentir valorisés par leurs fonctions dans la société « d’accueil » .

        Pas de responsabilité climatique possible sans conditions de paix et d’équité économique .

        Si vis pacem , para bellum ?

        Si tu veux la paix , travaille à l’équité et à la justice ( ça va plaire aux francs maçons ) avec tes congénères et respecte ton environnement .

        L’arme ( la Force ) il la faut aussi mais il faut viser à la donner in fine à qui garantit la survie de l’espèce et de tous ses membres égaux en droits et en devoirs .

    1. La planète ne réagit qu’au total des émissions de GES, et se contrefiche des ratios par tête de pipe, PIB/habitat etc…

      Ceci dit, comment sont calculées ces émissions par pays ? Avec ou sans les émissions « importées », p .ex. ? Si on fait des procès à partir de ça pour savoir qui doit payer quoi, on n’en est pas sorti !

      Quant à la France, elle disparaît probablement à cause de son recul économique et démographique par rapport aux autres pays industrialisés, et ne reparaît pas plus tard grâce à ce-dont-il-ne-faut-pas-parler-sur-ce-site.

      1. ce-dont-il-ne-faut-pas-parler-sur-ce-site

        S’agirait-il de la chose devenant une poudrière en cas de désordres sociaux, dont on ne sait pas gérer les déchets, ni le démantèlement, et dont les véritables coûts ne sont pas comptabilisés ? Et dont les lobbyistes cherchent à se faire passer pour des défenseurs de l’environnement ?

        1. Ben , si c’est ce dont Ermisse et Paul Jorion ne veulent pas parler , on ne peut pas dire « qu’on -n’en -parle -pas -sur -ce -site » !

          Ha la la , ne m’en parlez pas !…

          1
          1. Ch…..ut !

            Après tout, ce que l’on pourrait en écrire ici n’aurait aucune incidence sur le cours des évènements, et ce n’est qu’un détail du sujet de l’article.

            Inutile de risquer de se fâcher pour ça !

            1
        2. @ Paul,

          « S’agirait-il de la chose devenant une poudrière en cas de désordres sociaux, dont on ne sait pas gérer les déchets, ni le démantèlement, et dont les véritables coûts ne sont pas comptabilisés ?  »

          Vous êtes dur avec la très haute fonction publique !

          Certes c’est une usine à gaz qui produit de plus en plus de lois radioactives (pour le citoyen lambda)… Mais quand même !?… 😉

          Trêve de plaisanteries (douteuses), voilà un sujet dont il faudra bien parler un jour (ici ou ailleurs) avant d’être vraiment coincé le dos au mur à devoir faire dans l’urgence un choix entre la peste et le choléra.

          1
  5. ((Puisque dorénavant tout est lié aux impacts sur le climat..))

    Du vent ou.. pas..? :

    https://www.rtbf.be/info/belgique/detail_belfius-et-proximus-se-lancent-ensemble-dans-l-aventure-des-services-bancaires-avec-banx-une-application-durable-pourquoi?id=10854736

    …  » L’application Banx entend aussi être locale pour se différencier des applications financières gérées par de grands groupes internationaux.

    Elle se veut aussi soutenable en prétendant « aider nos clients à avoir moins d’impact sur la planète », comme l’a expliqué Guillaume Boutin, CEO de Proximus.

    « Banx ne compte pas seulement en euros mais aussi en kilos de CO2 émis » , expliquent les fondateurs de l’application. Alors que la part des achats réalisés en ligne ne cesse d’augmenter, que tout peut être acheté et livré de plus en plus vite, l’application bancaire entend faire réfléchir les clients. « Banx veut permettre aux utilisateurs de mesurer leur comportement d’achat, afin de les encourager à acheter de manière plus responsable ». Un tableau de bord indique, pour chaque opération bancaire ou achat en ligne, l’empreinte écologique en émissions de CO2. … »

  6. Dans la vidéo, il faut aussi être attentif que l’échelle recule ! donc que l’apparente stabilité des USA est une progression constante. Il y a donc un vrai problème de représentation.
    On n’a finalement qu’une « compétition nationale » négative. Comme petit pays, la Belgique n’apparaît nulle part, alors qu’elle était la 5e économie mondiale vers 1900… Nous voilà blanchis par un blanchiment à l’envers.

  7. Les emissions de la chine sont dans une proportion certainement considérable NOS emissions. On y a délocalisé notre manufacture et on consomme leur production comme une drogue (electronique, jouets , vêtements, et tout le reste). C’est facile de compter les points localement et de se mettre 3 éoliennes et 2 voitures électriques…

Les commentaires sont fermés.