Des restes humains et des effets de Brian Laundrie retrouvés

La mort de Gabby Petito, le 22 septembre 2021 – Retranscription

Deux hypothèses à mon avis : ou bien il y [dans la réserve naturelle proche de chez lui en Floride] est allé et c’est un suicide, il a voulu se faire manger par un alligator ou piquer par un serpent, ou bien il n’y a jamais été, il n’y est jamais allé là et il se cache quelque part jusqu’au jour où – c’est presque une histoire à la Simenon je dirais maintenant – jusqu’au jour où il n’en pourra plus. Il réapparaîtra quelque part et il racontera ce qui s’est passé, voilà.

Partager :

26 réflexions sur « Des restes humains et des effets de Brian Laundrie retrouvés »

      1. M. Jorion,
        excusez ce petit trait d’ironie, mais il y a quelque chose qui me turlupine depuis que vous avez décidé de vous intéresser et de nous intéresser à l’affaire Petito. Comme les autres lecteurs et commentateurs de votre blog, je me suis demandé ce que ce fait divers banal avait de singulier.
        -Dans un premier temps il m’a semblé que cette affaire permettait de mettre en exergue les dangers de l’hypermédiatisation et de la mise en scène de nos vies sur les réseaux, ainsi que l’exacerbation des états psychologiques pathologiques qui en résulte.
        -Il aurait permis un débat sur le manque de compréhension des pathologies psychiques dont nous faisons preuve et qui fait que nous sommes souvent incapable d’anticiper quand nos actes poses problèmes, même pour une personne très proche.
        -Discuter ce qui fait qu’à un moment donné une personne passe à l’acte.
        Mais pour vous l’affaire Petito est avant tout l’affaire Brian Laundrie, que devient-il, expliquera-t-il son acte…
        Pourquoi Brian n’a-t-il pas rompu cette relation en train de dériver de manière toxique, hormis le fait d’admettre au grand jour que leur amour idyllique n’était plus qu’une façade?
        a-t-elle rompue, se sont-ils battus, … , en tous cas son passage à l’acte a scellé son sort. Incapable de fuir son propre corps, le suicide n’était pas suffisant, il lui fallait également disparaitre.
        De ce que j’en vois le sujet semble peu passionner les commentateurs de ce blog, mais comme vous le dites ici:
        https://www.pauljorion.com/blog/2021/09/22/video-la-mort-de-gabby-petito/#comment-863983
        votre intérêt c’est l’identification.
        Excusez par avance ma curiosité, mais, pensez-vous avoir expérimenté les états limites qui précède le passage à l’acte?
        Bonne fin de journée!
        MG

        1
          1. Certes, je n’ai aucun moyen de connaitre l’intérêt des gens qui ont suivi le sujet sur ce blog, mais j’en ai déduit, un peu vite peut-être, que le faible nombre de commentateur s’agissant d’un fait divers policier indiqué un manque d’intérêt relatif (à moins que ce ne soit de la prudence).
            Votre avis sur les actes de Brian serait sans aucun doute éclairant. Mais bon on n’est pas là non plus pour se mettre des coups de cutter dans les paumes en public, faites comme vous le sentez.
            Rien à voir, mais pourrais-je solliciter votre avis concernant un sujet d’ordre archéologique (il me semble que c’est votre spécialité)?

        1. Pourquoi Brian n’a-t-il pas rompu cette relation en train de dériver de manière toxique ?

          S’il existe sur cette terre une personne qui a su rompre une relation en train de dériver de manière toxique, j’aimerais la rencontrer, je suis très curieux de savoir comment elle a fait.

          pensez-vous avoir expérimenté les états limites qui précèdent le passage à l’acte ?

          Oui, autrefois, dans des bars à matelots. C’est important : c’est adaptatif. Ça peut être une question de survie.

          1. Pourtant , le taux de divorces assez élevé donnerait pratiquement à égalité , dans les motifs de séparation , qu’elle soit à l’amiable ou conflictuelle , l’infidélité et l’incompatibilité de caractères .
            Les juges , en dépit parfois de l’avis des psy , ont souvent bien de la peine à démêler le  » toxique » du  » caractériel » , et je ne sais d’ailleurs pas à partir de quoi il pourrait faire un sort particulier aux relations toxiques .

            1. Au cas particulier de ce fait divers , on se réjouira que s’il y a deux victimes et deux coupables, ils n’ont pas eu le temps d’avoir des enfants .

              1. Tiens vous tombez bien, vous avez certainement un avis sur le sujet.
                J’ai lu un document qui laisse à penser qu’une sépulture de 3000 personnes devait se trouver sur le trajet d’une rocade. Pensez-vous que cela puisse passer inaperçu et/ou échapper à la veille archéologique sur ce type de chantier?

                1. Si tant est que l’affaire ait échappé aux procédures de lancement de projets de ce type ( consultation des DRAC obligatoire ) , vous pouvez en saisir la DRAC en question ou directement le préfet de région .

                  Ceci étant , tous les macchabées ne sont pas intéressants à égalité .

                  1. Ceci étant, chaque DRAC a ses pratiques et n’a pas les mêmes exigences vis à vis des projets. Un bel exemple a été fourni par le cas d’un gazoduc traversant trois régions. Des trois, c’est la DRAC la plus exigeante qui s’est fait remontée les bretelles par le Ministère. Quant à un certain géant du commerce mondial, il n’est pas embêté avec les réglementations françaises pour la construction de ses entrepôts, tout lui est permis.

                    1. J’ai toujours un peu de mal à imaginer qu’un entrepreneur BTP puisse traverser un énorme empilement d’ossement (plus de 3000 sépultures dans ce cas) et dire vas-y Maurice écrase et enterre moi tout ça, ça va nous faire perdre du temps. Il ne s’agit pas de quelques fondations ou tessons de poteries et il ne sait pas a priori de quoi il retourne.
                      Bref désolé d’encombrer avec ces commentaires totalement hors sujet.
                      Bonne nuit à tous!
                      MG

                    2. @MG :

                      Ce n’est pas l’entreprise qui doit se soucier de la consultation de la DRAC , c’est le maitre d’ouvrage qui est responsable devant la loi .

                      Tel que vous évoquez le cas et son importance , on peut penser que les particuliers ou associations qui présument la présence de 3000 squelettes sur le site concerné , ont bien du saisir le préfet de région de l’affaire , pour autant que le maitre d’ouvrage ne l’ait pas fait ( ce qui m’étonnerait ) dans le cadre des procédures règlementaires , lors de l’enquête de DUP par exemple .

                      Après , la DRAC peut effectivement passer outre , si elle juge que ces squelettes là sont sans intérêt . Des squelettes , il y en a un peu partout en France , et par exemple Paris a bien su évacuer dans les catacombes près de 7000 macchabées , venus de 3 ou 4 cimetières aujourd’hui bien construits .

                      Si c’est le cas , vous pourrez récupérer quelques crânes pour jouer Hamlet .

          2. J’espère que toute les relations toxique ne finissent pas en drame faute de rupture.
            Je ne suis pas capable de juger si le passage à l’acte dans un bar à matelots et sur la personne que l’on « aime » est d’une même ordre de grandeur!? Un coup mal placé et une strangulation mené à terme me semble toutefois deux niveaux différents dans l’accès de colère/rage.

    1. On n’apprend plus le français dans nos écoles ? Ah la la !

      Femme piquée par un serpent (Woman Bitten by a Serpent)
      Statue

      Femme piquée par un serpent est une statue en marbre de 1847 du sculpteur français Auguste Clésinger, conservée au musée d’Orsay à Paris. Wikipédia

      1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.