29 réflexions sur « Veille effondrement #123 – Effondrement : Juste une fiction ou l’enfer qui nous attend ? »

  1. Dans la vidéo, un extrait de la série « Effondrement », un gars dit sur le plateau TV :

    « Madame la ministre ne vous dit pas la vérité, soit on arrête pas la croissance et tout s’écroule, soit on arrête la croissance … et tout s’écroule. »

    Le seul TINA est là. Mon propos devient donc, non pas comment éviter l’effondrement mais comment « être « dans l’effondrement. Ce qui est la seule variable sur laquelle j’ai effectivement une forme de contrôle apparente.

    Mais pour l’instant grâce à la vidéo, aux films, et partiellement aux informations réelles, on peut regarder l’effondrement une tasse de café dans la main, ce qui est assez interpellant vous en conviendrez.

    4
    1. Décroissance subie ou assumée?
      Avec Le Maire: moins 34% de consommation énergétique d’ici 2050, plus 64% de croissance du PIB.
      Le choc avec le réel se produira bien avant. Pas que chez nous bien sûr. Nulle part, un « exemple » à suivre. Même pas le mien.

    2. Décroissance subie ou assumée?
      Avec Le Maire: moins 34% de consommation énergétique d’ici 2050, plus 64% de croissance du PIB.
      Le choc avec le réel se produira bien avant. Pas que chez nous bien sûr. Nulle part, un « exemple » à suivre. Même pas le mien.

    1. C’est en effet un débat très important à mener : qu’est-on prêt à abandonner dans notre mode de vie actuel ?
      Un article qui fait réfléchir également, de Guillaume Pitron dans Le Monde Diplomatique d’octobre 2021 : « Quand le numérique détruit la planète » (n’existe que la version papier… 🙁 )

      3
      1. Alors là je peux vous faire facilement toute une liste de trucs parfaitement nocifs, chiants, et énergivores, sans même renoncer à l’économie de marché si on le souhaite :

        la publicité
        les emballages plastiques
        les transports
        le bitcoin..

        1
    2. Au delà de la pertinence ou des limites du seul scenario évoqué dans ce lien , ce qu’on peut relever , c’est que depuis près de 5 ans , il y a , de façons libres ou plus institutionnelles de plus en plus de « simulations » de ce type , sans qu’un quelconque débat en responsabilité , ait véritablement été articulé au niveau micro ou au niveau mondial .

      Si , comme on peut le souhaiter , cette voie de la  » sobriété soutenable » , doit être une des piliers d’une chance du plan A , le plus dur ( les objectifs visés étant eux tout à fait supportables ) va être de convaincre une humanité viscéralement shootée au toujours plus , que  » restriction des ambitions  » n’est pas « vie sans saveur » .

      Ce qui se passe dans la phase « Covid » n’est pas encourageant de ce point de vue ( aussi) .

      6
      1. Limites: c’est bien le maître-mot du « rapport Meadows », jamais démenti depuis (au contraire), sans les contraintes, à l’époque, imposées par le changement climatique. Mais rien à faire, nous sommes accrocs à la consommation. Vous connaissez un politique, quel qu’il soit, dont le slogan serait: « Consommez moins! », et son corollaire: « La pub nuit gravement au Vivant » gravée dans le marbre? Un signe parmi mille autres de la schizophrénie ambiante. Il n’est quasiment pas une semaine sans que dans mon « magazine préféré des cadres » une double page de pub -généralement les deux premières- pour le dernier SUV -full hybrid cela va de soi- de deux tonnes et/ou la croisière en Arctique (photo d’ours blanc sur son bout de banquise à l’appui) -quand ce n’est pas le séjour aux Emirats- cohabite avec un papier sur les désastres climatiques en cours sur le ton de « Il n’est pas trop tard mais c’est la dernière chance ».

        3
      2. Oui : on est intoxiqué au profit. Il n’y a qu’à voir comment la rentabilité prédomine systématiquement dans l’évaluation de toute chose. On ne va pas s’en désintoxiquer du jour au lendemain…cette idéologie cassera plutôt, quand elle nous aura rompus.

    3. Pour ce qui nous concerne , le rapport RTE sous tend des options de ce type mais  » à l’emporte pièce  » ( et comment faire autrement à ce stade )

      Mais la pièce doit être à la fois usinée et cohérente avec l’ensemble mondial .

      Si l’on est optimiste .

  2. Face à un problème de ressources, la solution est d’en changer.
    Si en changer c’est retrouver illico le même type de défaut, la solution serait de pouvoir s’en passer.
    Si ce passer de la ressource c’est la réserver à certains … ça va mal se passer.
    Et si ça doit mal se passer, c’est que ça ne peut pas bien finir.

    On peut être assuré que c’est ce qui va se passer ou se rassurer en disant que ça c’est toujours passé ainsi.
    (:-((

    https://www.youtube.com/watch?v=nx2al_aJBqM

    1
    1. « Si ce passer de la ressource c’est la réserver à certains … ça va mal se passer. »

      Cette question là est gigantesque à mon sens.

      1. Oui, d’ailleurs le voyage de Blinken sur le continent africain n’a pas pour but d’aller chercher les migrants que l’Europe ne veut pas recevoir (enfin, je n’ai pas d’information en ce sens):-) mais j’ai plutôt l’impression qu’à l’image de la Chine, les américains veulent eux-aussi ouvrir ou réouvrir « leur route de la soif ».

        https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/11/20/antony-blinken-en-afrique-pour-tourner-la-page-des-annees-trump_6102979_3212.html?utm_term=Autofeed&utm_medium=Social&utm_source=Facebook&fbclid=IwAR3czDCmjmsDs_Uqaraq9ib_VFDgBI6B-JdxzQ49V3udNDpJG8lf7NDQ-CY#Echobox=1637430825

  3. Si les études scientifiques peuvent faire un état des lieux « physiques » très précis, il est beaucoup plus compliqué d’en déduire ce que seront les comportements des humains.
    Qui pouvaient prévoir il y a encore quelques jours, ce qui se passe en Guadeloupe ou à Rotterdam même si cela n’étonne vraiment personne puisque nous savons tous que ce genre de réactions risque à tout moment de se produire.
    Cette série offre des « possibles » mais toujours la réalité nous surprend et nous prendra de court. C’est même tout le piment de la vie.
    « Si l’on sait exactement ce qu’on va faire, à quoi bon le faire ? » Pablo Picasso.
    et c’est cette partie là que l’on a transformé en « produit » peu à peu. Tout comme à une autre échelle c’est ce que prévoit le Métavers de Zuckerberg. Nous allons enfin pouvoir récupérer cette partie d’humanité transformée en produit et c’est le coté positif. Nous savons pertinemment que la forme que cela prendra nous échappe et l’on nomme cela « éco-anxiété ». Plus ce monde est devenu prévisible, plus ce pas que nous franchirions de toute façon est devenu anxiogène.

  4. Vient d’être posté, ce 20 novembre, sur le site » les crises », catégorie « matières premières », un article intitulé :
    « Energies fossiles : le système pétrolier s’effondre rapidement ».

    Où il nous est expliqué que le TRE (Taux de Retour Energétique »), en anglais EROI, du pétrole a connu une chute vertigineuse et continuera à décroître rapidement, il sera un facteur du déclin de la croissance économique.
    L’auteur de l’article parle de « cannibalisme énergétique ».

    De quel côté va arriver l’effondrement :
    – écroulement de la dette financière ?
    – épuisement des ressources d’énergie ?
    – climat dévastateur ?
    – famine ? pandémie ? etc…

    Pour ce qui est de l’énergie, selon l’article cité c’est imminent.

    1. Rapidement je ne sais pas. D’ici dix ans peut-être, voire sans doute. Mais dix ans, pour un politique -genre, qui postule pour un quinquennat-, c’est une ère géologique. Plus étonnant quand même, mais révélateur de l’aveuglement général, dans le rapport sur l’énergie de la Commission européenne, pas une seule fois le mot pétrole. Pas une.
      https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-du-mardi-02-novembre-2021
      Vous êtes prêt? Pas moi.

      1
    2. Bruxelles sous la pression des multinationales des hydrocarbures
      https://disclose.ngo/fr/article/bruxelles-sous-la-pression-des-multinationales-des-hydrocarbures

      Dernières révélation de qui risque d’emmerder Hollande et Macron (au cas où il existe encore un rapport de force suffisant pour être entendu):
      Disclose a obtenu des centaines de documents « confidentiel-défense » qui dévoilent les dérives d’une opération militaire secrète de la France en Egypte. Révélations sur la complicité de l’Etat dans des bombardements contre des civils. https://egypt-papers.disclose.ngo/fr/chapter/operation-sirli

      1. Ce qui est intéressant de remarquer dans l’opération Sirli c’est l’usage qu’en fait un banquier élu au sommet de l’Etat.

        Dans un pays qui respecterait les valeurs que prône une Démocratie, le politique aurait du intervenir dés les premiers incidents (fusillades délibérées sur civils) pour couper le fil d’informations conduisant à ces assassinats.
        Mais non, pas du tout, malgré les alertes répétées des services de l’armée, le pouvoir politique, le pouvoir régalien de l’Elysée n’a rien respecté les valeurs qu’il prône constamment par ailleurs mais par contre se montre très réactif lorsqu’il envoie en service commandé son chef de la diplomatie pour parler d’une joueuse de tennis chinoise qui n’aurait pas pu dire ce qu’il fallait lors d’un interview …, une hypocrisie « renversante » qui rappelle ce comportement constant de la finance depuis l’affaire de Subprimes, ARROGANCE ET IMPUNITE, toute puissance et assurance d’être au dessus de tout, que l’on retrouve au coeur du management de ce gouvernement dans tous ces gestes et toutes ses interventions.
        Voilà ce que nous avons gagné à faire entrer la finance en politique.
        C’était à souligner.
        Comme vous dites TOUTVABIEN.

    3. Merci d’enfoncer le clou sur le TRE (ou EROI, ou « energy cliff »), c’est un concept absolument central. Faute de l’avoir vraiment compris, la plupart des gens (y compris politiques, journalistes, candidats…), s’illusionnent complètement sur les questions énergétiques.

      Voici votre lien, en plus direct :
      https://www.les-crises.fr/energies-fossiles-le-systeme-petrolier-s-effondre-rapidement/

      … et la définition wikipédia (voir la liste d’autres liens à la fin de l’article) :
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_retour_%C3%A9nerg%C3%A9tique

      1
      1. …tenant compte de cette remarque….qui ne facilite pas les comparaisons..
        https://energieetenvironnement.com/2019/02/24/leroi-a-manipuler-avec-precaution/

         »  »  » Beaucoup de discussions sur l’énergie font appel au concept de taux de retour énergétique (TRE), aussi connu sous ses abréviations anglaises d’EROEI ou d’EROI. Mais en dépit de son apparente simplicité, le TRE doit être manipulé avec prudence, surtout lorsqu’il s’agit de comparer des sources d’énergie se présentant sous des formes différentes ou exigeant une transformation ultérieure…! Le pétrole brut, par exemple, n’est pas utilisable tel quel, contrairement à l’électricité issue d’un panneau solaire.

        Le TRE se présente sous la forme d’un rapport entre l’énergie produite et l’énergie utilisée pour la produire dans le cadre d’un système énergétique donné. Plus ce rapport est élevé, plus ce système produit une énergie « nette » c’est-à-dire un surplus utilisable par l’industrie ou la population.
        Mais attention : le concept a le défaut de refléter non seulement l’efficacité d’une technologie énergétique donnée, mais aussi la nature des transformations nécessaires pour rendre cette énergie utilisable. Le charbon, par exemple, est très efficace pour produire de la chaleur, mais beaucoup moins pour produire de l’électricité…!
         »  » « 

    4. A fractal, fractal et demi.
      Fractal, Fractus, fracturationibus.
      Même si il reste des mystères dans la logique économique qui a conduit aux ressources non conventionnelles massivement exploitées aux USA entre 2007 et 2016 (chute du prix du pétrole, si j’ai bonne mémoire), on reste dans la logique où on peut « décaisser » bien plus qu’il ne faudrait de carbone.
      On le trouvera certes avec des TRE (/EROI) décroissants, on finira même par reprendre le gazogène et la LeunaBenzin (extraction d’essence à partir du charbon voire du charbon de bois, la chimie allemande a alimenté (j’aurais voulu mieux traduire « has fueled ») son armée ainsi pendant les années 1943-1945).
      Avec un prix apparent de l’énergie qui n’est que qqs % du PIB…

  5. Bonne nouvelle cette série. L’écologie n’existe pas, il n’y a que l’économie. Et si l’économie ne résout les problèmes sociaux et écologiques qu’aux marges, alors que faut-il en conclure ?

    Nous avancerons peut-être quand nous aurons inventé un système économique qui résout le problème du braconnage.

    1. « Plus pour longtemps », ou inversement hivers polaires chez nous dans l’hypothèse d’une modification majeur du gulf stream. Paris est à la même latitude que Montréal !

      1. Les effets d’un ralentissement de la circulation thermohaline sont l’objet d’un débat scientifique que je ne me hasarderai pas à trancher. Quels qu’ils soient, ils ne contredisent pas un réchauffement global, ni même des étés torrides sous nos latitudes d’Europe de l’Ouest (il suffit de voir les amplitudes thermiques d’un climat purement continental comme celui de la Sibérie: moins 60 l’hiver, plus 40 l’été).
        Ce qui est mis en évidence dans l’étude évoquée plus haut, c’est la rapidité avec laquelle un « point de bascule » peut se manifester. Un état qui, lorsqu’il se déclenche, n’autorise en principe aucun retour à la situation antérieure. Ici en l’occurrence, la fonte de la calotte arctique, et l’élévation du niveau des océans qu’elle induira.
        Il en est peut-être déjà de même pour la forêt amazonienne, du moins ce qu’il en reste. Quand je pense que naguère, on en parlait comme d’un « enfer vert ».
        https://bonpote.com/lamazonie-a-t-elle-franchi-un-point-de-bascule/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.