Pour une lecture non-« biblique » de Freud, Lacan, &c., Troisième séance : le lundi 13 décembre 2021

Une personne se plaignait à moi du caractère « biblique », dogmatique et sectaire des groupes de lecture psychanalytiques. Alors qu’elle s’interrogeait un jour quant à la pertinence d’une formule proposée par un père fondateur, quelqu’un s’était retourné vers elle, irrité : « Mais enfin, c’est comme ça ! ». Nous avons déjà fait la preuve lors des deux premières séances qu’il y a moyen de faire beaucoup mieux que cela.

Nous nous réunirons sur Zoom pour la troisième fois le lundi 13 décembre à 19h30.

Je propose que nous discutions le 13 décembre d’un petit texte de quatre pages de Freud : « Doit-on enseigner la psychanalyse à l’Université ? » (1919).

Il est encore temps de s’inscrire en m’écrivant ici.

Partager :

5 réflexions sur « Pour une lecture non-« biblique » de Freud, Lacan, &c., Troisième séance : le lundi 13 décembre 2021 »

  1. Je me demande, Paul Jorion, pourquoi vous vous accrochez tellement à Freud, alors que vous êtes anthropologue de métier. CG Jung est beaucoup plus proche de l’anthropologie, de l’ethnologie……., il propose une vision beaucoup plus ouverte et large de l’univers psychique, il s’intéressait aux stades archaiques de la pensée, au langage des images…..Freud était son antipode, dogmatique et plutôt créateur d’une église; Jung l’a bien décrit dans ses souvenirs (« Ma vie », dictée à son asistante). Et last but not least, Jung n’a pas suivi la tradition allemande qui consiste à construire un système fermé, ce que Freud a fait. Et c’est la raison pour laquelle la psychanalyse freudienne d’aujourd’hui tourne en rond.

    1. J’ai de la sympathie pour Jung, le problème du système qu’il a bâti, c’est qu’à part la partie initiale : se contribution à la psychologie expérimentale, le reste, c’est de la daube new age : ça peut produire un effet placebo chez ceux qui y croient, rien de plus.

      P.S. La psychanalyse freudienne ne tourne pas en rond : nous sommes quelques-uns à en faire le point d’articulation d’une révolution au sein de l’Intelligence Artificielle. J’espère aussi que ma pratique pourra contribuer à un nouveau départ de la psychanalyse.

      1
  2. Bonjour,
    « de la daube new age… », c’est peut-être un peu excessif, mais il est vrai que toute la daube new age que l’on peut observer aujourd’hui s’inspire en partie des théories de Jung. Pour sûr, si Jung était présent aujourd’hui il ne serait pas passé à côté de l’aspect régressif et infantile (retour à la terre mère, sabbat les jours de pleine lune au fond des bois, etc.) de certaines mouvances collapsologique.
    Le problème, c’est que Jung et Freud n’avaient pas les mêmes patients, et donc il y a des divergences théoriques sur ceci ou cela…
    Déjà que quand on fait des études de psycho, chacun prêche pour sa paroisse alors si en plus on a en psycho clinique des compétitions Freud vs Jung et ben on n’a pas fini et on se retrouve aujourd’hui avec du plastique dans la chaîne alimentaire et une planète étuve comme ligne d’horizon :]

    1. L’objectif thérapeutique premier de Jung était « l’individuation » (ici en allemand), d’aller au fond de l’authentique personnalité de l’individu. Comme il a écrit et publié beaucoup, il y du prendre et à laisser.
      Un dernier mot sur Freud: je pense que le fait qu’il était Juif dans une ville (Vienne) qui s’était distinguée à lépoque par un antisémitisme dérlirant, Freud a développé des mécanismes de défense assez rigide.

  3. Il y a Freud .

    Il y a Jung .

    Et il y a « les pères de l’église ».

    Faut il enseigner la psychanalyse aux chrétiens qui opposent Dieu aussi bien à Freud qu’à Jung ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.