3 réflexions sur « Mes dix Chabrol préférés (de 5 à 1) »

  1. ah Betty ! sublimissime ! interprétation magistrale ! bon sang mais pourquoi tant de violence humaine? qu’est ce qui ne tourne pas rond chez l’Homme ? qu’est ce qu’elle avait fait Marie ?
    tiens il n’est pas tard je vais le regarder une énième fois ! merci M. Jorion

  2. Et puis Le boucher avec un Jean yanne ambigu et émouvant, Poulet au vinaigre et Jean Poiret, excellent aussi dans L’inspecteur Lavardin, Masques avec un truculent Noiret, Une affaire de femmes avec une de ses égéries, Isabelle Huppert et la regrettée Marie Trintignant, L’enfer avec une Béart qui fait perdre la tête…Ah Chabrol et sa monographie maniaque d’une bourgeoisie provinciale qu’on regretterait presque tant ses vices et ses défauts la rendait plus humaine que nos sur-hommes de la finance mondialisée.

    1
  3. « Le Boucher » : Les gouttes de sang qui tombent sur la tartine beurrée, quel symbole pour montrer la mort violente qui s’abat sur la vie quotidienne ! Chabrol, un génie du cinéma.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.