17 réflexions sur « Miss Tic (1956-2022) »

  1. Ah ah ! Nostalgie ? ou vous envoyez un message via votre blog à une dulcinée dans le collimateur ? lol
    Mais biensûr ! Comme on disait dans les années « peace and love » : faut faire l’amour et pas la guerre !

    1. Pour moi, Miss Tic est surtout celle qui écrit sur les murs ces petites phrases, cadeaux gratuits aux passants dont les yeux sont d’abord attirés par ses pin up aguicheuses :
      L’éthique c’est l’esthétique du dedans
      Le pouvoir ne protège pas, il se protège
      Le temps est un sérial qui leurre
      Un bon artiste est un artiste mort
      Plus fort que la passion, l’illusion
      Dire aux murs que les pierres ont une âme
      Sourire nuit gravement à la morosité
      …….etc
      Bravo l’artiste !

  2. Amateur d’art urbain, je trouve que beaucoup d’œuvres perdent en créativité et en spontanéité dès lors que leurs auteurs sont reconnus au point de bénéficier de commandes publiques. J’avais repéré et photographié dans les villes de mon département plusieurs œuvres de jeunesse de C215. L’une d’elle, peinte sur une porte de jardin, a été volée. Un autre s’est retrouvée recouverte de peinture blanche par des gens ignorant la notoriété de son créateur. A la suite de ces deux événements, l’artiste à été invité « en résidence » et grassement rémunéré par la commune pour une quinzaine de pochoirs représentant des célébrités locales. Le résultat me parait fadasse et les lieux sans surprises (il y a aussi une composante œuvre cachée dans les recoins dans le street art). Il y en a quand même une qui m’a plu, un Victor Hugo sur un mur décrépi:
    http://www.street-heart.com/Photos//D02000-02f-02.jpg
    Mais bon, on ne peut pas non plus demander aux artistes de crever de faim dans l’anonymat toute leur vie pour notre plaisir.

    1
    1. On ne peut pas non plus considérer qu’ils font le même travail quand ils vendent leur signature (« Louer c’est rester libre » pour Ucar, par exemple – car justement le problème c’est de rester libre!) ou quand ils décorent des tramways ou du mobilier urbain : différence entre street-art et streetarte contentpourien, différence entre crever la dalle (vivre chichement) et avoir toutes sortes de contraintes liées à sa cote et à ses impôts.

  3. Arte en rendant hommage à Miss Tic , a fait un judicieux rapprochement en clin d’œil avec les peintures rupestres ( les textes en moins , qui risquent de périr et perdre le sens , les premiers ! ) .

    1. ?
      Si vous parlez de 28 minutes, contrairement à son habitude je n’ai pas trouvé Xavier Mauduit très clair sur le sujet.
      C’est bien de vouloir comparer la technique du pochoir, une bombe dans une main et le pochoir dans l’autre … encore faut-il décrire les outils utilisés par « l’artiste » pariétal (homme ou femme) à savoir la bouche emplie du jus coloré que l’on projette par l’effet de souffle sur la main posée (faisant office de pochoir) sur la paroi.
      Alors droitier gaucher … l’aurait été plus amusant d’y déceler si nos ancêtres étaient plus de droite que de gauche.
      (;-)).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.