Espace de libertés, ChatGPT ? Chut ! Laissez-le penser !, le 14 avril 2023

À paru dans le numéro d’avril d’Espace de Libertés. Sur le site, l’article se trouve ici.

1962. Robert a la chance de vivre dans un foyer dont la bibliothèque s’enrichit d’une impressionnante encyclopédie en 12 volumes. Lorsqu’il rédige une dissertation, il consulte de nombreux articles dont l’information alimente son texte.

2002. Lorsque Kevin doit rédiger une dissertation, il consulte en ligne Wikipédia. Quelques brèves lignes de transition de sa part entre 6 ou 7 copié-collés font désormais l’affaire.

2023. Arthur soumet le sujet de sa dissertation à ChatGPT. Il pense parfois à personnaliser quelque peu l’intitulé. Le texte à soumettre lui revient, prêt à l’emploi.

Y a-t-il une différence ? Robert est un excellent élève qui passait plusieurs heures à rédiger son texte, Kevin est un feignant pressé d’aller faire autre chose, Arthur est un imposteur, prêt à faire passer pour son œuvre personnelle ce qu’a produit à son intention, une machine.

Mais à part ça ? À part ça, le texte est à peu de choses près, le même : une synthèse de ce que l’on pense à une époque sur un certain sujet. Bien sûr, il y a à chaque génération, sur un million, un nouveau Blaise Pascal offrant un regard tout neuf sur le monde.

La différence n’est pas là : elle est dans le fait de savoir s’ils ont compris ce qu’ils écrivent. Et la question vaut pour ChatGPT lui-même : comprend-il ce qu’il affirme ?

Robert, en tout cas, a dû lire ce qu’il écrivait : il a dû passer d’une entrée à une autre dans sa consultation de l’encyclopédie. Si un mot lui semblait mystérieux dans un paragraphe qu’il avait retenu, il lui fallait découvrir ensuite à quoi ce mot renvoyait vraiment.

Kevin n’a pas même dû se donner autant de mal : un mot inconnu renferme un lien sur lequel il suffit de cliquer pour en savoir davantage. Quant à Arthur … il peut à la limite se contenter d’un copié-collé du sujet de la dissertation, il ne lui est pas même nécessaire d’avoir vu de quoi cela parle.

Mais lire est une chose et comprendre ce qui est écrit en est une autre. Quelle part de ce que nous lisons comprenons-nous vraiment ? En particulier de ces sujets pointus dont les enseignants adorent faire des sujets de dissertation.

Robert a dû comprendre une part. Kevin, peut être aussi. Quant à Arthur, impossible de savoir, mais cela le distingue-t-il de ChatGPT lui-même ? Peut-on  écrire : « ChatGPT comprend ce qu’il dit » ? Le mot « comprendre » a-t-il un sens pour une machine ?   

Le psychanalyste rencontre le syndrome de l’imposteur chez ses analysantes et analysants : plus la personne est intelligente plus elle est encline en réalité à s’interroger si la confiance qui lui est accordée se justifie. « Suis-je aussi malin que les autres le supposent ? » se demande-t-elle ? Comme l’explication la plus courante, celle dont le monde se contente, est souvent fausse, le doute est fondé.

Nous comblons tous par du « par cœur » la compréhension de cette part du mécanisme dont le fonctionnement nous échappe, soit parce que nous sommes un peu bête, soit parce que la version officielle étant fausse, nul n’a en réalité la capacité de comprendre pleinement.

L’important me direz-vous n’est pas que chacun comprenne ce qui est compliqué, l’essentiel, c’est que le savoir soit là présent à la disposition de qui peut en faire bon usage. Qu’un exemplaire de plus de cette compréhension se trouve dans la tête de Robert, Kevin et Arthur, est anecdotique si le sujet est éloigné de leurs préoccupations pratiques.

Alors, quelque chose a-t-il véritablement changé ? Oui, ChatGPT a été équipé pour accéder à l’ensemble de ce qu’un être humain – qui qu’il ait pu être – a un jour compris : il fouille les coins les plus reculés et rassemble le tout, synthétisant bien davantage que ce que peut le plus malin d’entre nous avec ses moyens limités. Son intelligence artificielle est à ce point supérieure à la nôtre naturelle, qu’il faut lui abandonner les problèmes dont la complexité dépasse notre entendement individuel. C’est cela que l’on appelle la Singularité : quand l’humain jette l’éponge parce qu’il a trouvé son maître : trop fort pour lui !

Partager :

38 réponses à “Espace de libertés, ChatGPT ? Chut ! Laissez-le penser !, le 14 avril 2023”

  1. Avatar de l'arsène
    l’arsène

    Comme il est dit ChatGPT synthétise bien davantage qu’un cerveau humain ayant en mémoire plus d’un milliard de fois ce que peut contenir Wikipédia, c’est donc un outil fantastique, certes, mais qui ne s’appuie que sur des connaissances accumulées depuis que l’Homme est sur Terre, OK, mais après ?
    ChatGPT aurait-il pu par exemple en 1907 élaborer la loi de la Relativité Générale du grand Albert alors que cette loi est à des années lumières ( si j’ose dire ) des connaissances de l’époque qui était basée uniquement sur les lois de Newton.
    ChatGPT aurait-il pu aussi au milieu du XVIII ème siècle élaborer un système politique républicain et démocratique autre que monarchique , ce que les Lumières ont réalisé, alors qu’à l’époque c’était impensable vu l’Histoire du pays.
    Tout ça pour dire que ce n’est pas avec ce genre d’outil que l’on pourra un jour sortir du cadre actuel étant donné que nous avons surtout besoin d’intuition et de volonté pour en trouver un autre, un autre foncièrement différent du notre, et à mon humble connaissance, l’intuition et la volonté ne sont pas les points forts de ChatGPT !

    1. Avatar de Nialoo
      Nialoo

      Demander à ChatGPT pourquoi il y a une différence de valeur dans la constante de Hubble en prenant comme mesure soit les chandelles standards (les supernovas par ex) ou ça mesure par l’étude du fond diffus cosmologique. Donc comme je le disais on arrive a une valeur différente alors que ça ne devrait pas être le cas et cela perturbe de plus en plus les cosmologues et les astrophysiciens.

      La matière noire et l’énergie noire sont des choses qu’on observe indirectement, mais qui restent des mystères entiers et pourtant qui semblent régir l’Univers bien plus que la matière et l’énergie visibles. Qu’en pense ChatGPT de tout cela ? Rien, en tout cas pas plus que nous.

  2. Avatar de Philippe Soubeyrand

    !!! STOP !!!

    Bonjour Paul,

    Décidément, vous refusez vraiment de regarder dans une toute autre direction ! Vous nous condamnez !

    Cet épisode ChatGPT est en train de virer au cauchemar !

    Sauf que, voyez-vous ? Moi, je ne jetterai jamais l’éponge ! J’irai jusqu’au bout tant cette complexité m’est désormais familière après tant d’années à avoir creusé tout seul dans cette autre direction !

    Aussi, si je suis votre raisonnement, eh ! bien à moi tout seul, je suis la preuve que la singularité, telle que vous la définissez, n’a absolument pas encore eu lieu ! Que trouverez-vous à redire à cela ? En êtes vous arrivé au point de nier l’être humain ?

    Alors s’il vous plaît ! J’ai 54 ans ! Mes enfants en ont respectivement 16 et 25 ! Cessez donc de nous condamner aussi vite ! Laissez nous au moins une chance d’entrevoir l’avenir autrement et cessez d’accorder autant de crédits au pur produit de ultralibéralisme !

    Je n’ai pas passer une large partie de ma vie à me préoccuper de robustesse et à étudier seul les points de fragilité des systèmes complexes observés, pour me résigner si près du but !

    Alors maintenant, ChatGPT à la sauce Jorion ou Attali, ça suffit ! Toute cette communication d’influence faisant fi ! de l’être humain a assez durée ! Laissez donc d’autres voix s’exprimer !

    En vous remerciant pour votre compréhension… même si je sais très bien que vous agirez comme bon vous semble…

    Mes Amitiés Malgré Tout.
    Reposez-vous. Profitez en pour
    relire mes livres.

    Philippe

    1. Avatar de Khanard
      Khanard

      @Philippe Soubeyrand

      Vous m’inquiétez Philippe . Vous êtes jeune, avez des enfants et je peux comprendre votre désarroi mais prenez une bonne respiration , votre Moi et votre Surmoi sont en train de vous jouer de mauvais tours .
      en toute amitié .

      1. Avatar de Philippe Soubeyrand

        !!! Second coup de gueule !!!

        Non Khanard,

        Vous aussi, vous vous trompez lourdement à mon sujet ! J’en ai surtout ras le bol de lire autant de communication d’influence sur ce qui n’est qu’une gestion électronique des documents dernier cri ! ChatGPT n’est en aucun cas une IA ! C’est un faussaire ! Ce n’est que du q-learning renforcé !

        Changez de rôle ! Devenez moi ! Et là seulement, vous comprendrez !

        Pour votre gouverne, j’ai dirigé des développements logiciels de pointe, mettant en oeuvre des réseaux de neurones ! Et en matière de complexité des systèmes complexes observés, je pense maîtriser le sujet ! Quand je n’ai de cesse de dire qu’il faut TOUT STOPPER, j’ai mes raisons !

        Qui entend et comprend cela ? ChatGPT ? Vraiment ?

        Croyez moi, si ce n’est pas nous qui agissons au plus vite dans ce sens, Dame Nature s’en chargera pour nous ! Cela commence déjà !

        Maintenant, prenez moi pour un con si ça vous chante ! J’ai l’habitude de cela ! Mais moi, j’ai les idées très claires, mes propos ne souffrant aucune contradiction depuis plus de douze ans !

        Il est donc grand temps de remettre toutes les pendules à l’heure après plus de douze ans de déni, ne croyez-vous pas ?

        J’ai de bonnes raisons d’avoir envie de hurler en lisant tout ce que je lis ici ou là aujourd’hui ! ChatGPT, lui, hurle-t-il ? NON !

        La singularité ? C’est MOI ! (joke)

        On va dans le mur ! Il faut TOUT STOPPER ! La parole est maintenant à monsieur Emmanuel Macron, Président de la République Française !

        Une autre voix pour une autre voie ! C’est là la seule solution qu’il nous reste…

        Amicalement.

        Philippe

        ps : comme je l’ai déjà dit, je n’est absolument pas peur de me compromettre… faites en tous autant à l’extinction moins cinq… virez une bonne fois pour toutes tous vos pseudonymes ridicules… assumez pleinement tous vos propos… là seulement vous serez en droit d’évoquer mon Moi et mon Surmoi…

        1. Avatar de Paul Jorion

          Philippe, vos reproches sont paradoxaux : votre alarmisme est parfaitement justifié, pourtant vous ne semblez pas personnellement y croire quand vous laissez entendre que les remèdes seraient au coin de la rue, si seulement nous levions le petit doigt. Éclairez-nous : la situation du genre humain est-elle désespérée selon vous, oui ? ou finalement, non ?

          P.S. En sus, vous crachez sur l’aide que pourraient nous apporter les machines intelligentes, comme si nous pouvions très aisément nous dispenser de tous les renforts disponibles.

          1. Avatar de Benoît
            Benoît

            Noam Chomsky :
            « En bref, ChatGPT et ses congénères sont structurellement incapables de concilier créativité et contrainte. Ils sont soit excessifs (produisant à la fois des vérités et des mensonges, approuvant en même temps des décisions éthiques et non éthiques), soit inadaptés (ne s’engageant dans aucune décision et se montrant indifférents aux conséquences). Compte tenu de l’amoralité, de la pseudo connaissance scientifique et de l’incompétence linguistique de ces systèmes, leur popularité ne peut que nous faire rire ou pleurer. »

            A lire le point de vue de ce linguiste caustique et critique :
            « ChatGPT et les programmes du même ordre sont, par leur conception, illimités dans ce qu’ils peuvent « apprendre » (c’est-à-dire mémoriser) ; ils sont incapables de faire la différence entre le possible et l’impossible. Contrairement aux humains, par exemple, qui sont dotés d’une grammaire universelle qui limite le choix des langues que nous pouvons apprendre à celles qui ont un certain degré de raffinement, presque mathématique, ces programmes apprennent avec la même facilité des langues qui sont pour les humains possibles mais aussi impossibles. Alors que les humains ne disposent que d’un nombre limité d’explications rationnellement envisageables, les systèmes d’apprentissage automatique peuvent apprendre à la fois que la terre est plate et qu’elle est ronde. Ils se contentent pour ce faire d’utiliser des probabilités qui évoluent avec le temps.

            C’est la raison pour laquelle les prédictions des systèmes d’apprentissage automatique seront toujours superficielles et contestables. Dans la mesure où ces programmes ne peuvent pas appliquer les règles de la syntaxe anglaise, ils peuvent, par exemple, prédire, à tort, que « John is too stubborn to talk to » signifie que John est tellement têtu qu’il ne parlera pas à quelqu’un d’autre (alors que la traduction est que John est trop têtu pour qu’on le raisonne). Pourquoi un programme d’apprentissage intelligent prédit-il quelque chose d’aussi bizarre ? Parce qu’il pourrait faire une analogie entre le modèle qu’il a déduit de phrases telles que « Jean a mangé une pomme » et « Jean a mangé », dans lesquelles cette dernière expression signifie que Jean a mangé quelque chose. Le programme pourrait tout à fait prédire que, puisque « Jean est trop têtu pour parler à Bill » est de la même forme que « Jean a mangé une pomme », « Jean est trop têtu pour parler à » devrait être similaire à « Jean a mangé ». Concernant le langage, les explications appropriées sont compliquées et on ne peut les appréhender en se contentant de macérer dans des megadonnées (big data). »

            Aucune créativité vraie, aucun sens moral, pas de dimension spirituelle qui ouvre à l’intelligence du cœur et à l’intelligence vraie… on est loin de la singularité…

            Paul je vous souhaite un bon repos

            1. Avatar de Paul Jorion

              Merci pour vos vœux.

              Chomsky ne se remettra jamais du fait que les ChatGPT et Co ont envoyé valser à la poubelle sa « grammaire générative ». Ce n’était pas leur intention, ça s’est fait comme ça, parce que son système était naze depuis le début : « Le langage est inné… », eh non : c’est de la culture pas de la nature. Ce n’est pas incompatible avec la nature, la preuve ! mais ce n’est pas inscrit dans les gènes.

              1. Avatar de Benoît
                Benoît

                Bonjour Paul
                voilà qui est féroce pour Chomsky, mais n’étant pas spécialiste je ne saurais dire qui a raison ou pas…
                Il me semble, cependant à vous lire, que vous affirmez des choses sans en être vraiment spécialiste non plus et que votre modestie légendaire en prend un coup… il me semble… mais bon…

                Il me semble en revanche que vous avez raison d’affirmer que la vie émotionnelle participe de la conscience et de l’intelligence, et qu’une approche de l’IA sans cette dimension ne saurait déboucher sur quelque chose de vraiment pertinent…

                En fait je vous préfère en chercheur modeste plutôt que péremptoire… plus occupé à poser les bonnes questions…

                Bien à vous dans votre convalescence…

                1. Avatar de Paul Jorion

                  Les modèles de langage modernes réfutent l’approche du langage de Chomsky

                  À sa place, est-ce que vous seriez de bonne humeur ? Non, sûrement pas : c’est l’œuvre de toute sa vie, tout ce qui a fait de lui un grand homme ! Mais ça n’oblige pas à être amer et de mauvaise foi. Je déteste les mauvais perdants dans son genre !

                  Modern language models refute Chomsky’s approach to language

                  Steven T. Piantadosia, UC Berkeley, Psychology Helen Wills Neuroscience Institute

                  L’essor et le succès des grands modèles de langage sapent pratiquement toutes les affirmations fortes sur l’innéité du langage proposées par la linguistique générative. L’apprentissage automatique moderne a subverti et contourné l’ensemble du cadre théorique de l’approche de Chomsky, y compris ses principales revendications concernant des idées, des principes, des structures et des processus particuliers. Je décris le sens dans lequel les modèles linguistiques modernes mettent en œuvre de véritables théories du langage, y compris des représentations de la structure syntaxique et sémantique. Je souligne la relation entre les modèles contemporains et les approches antérieures en linguistique, à savoir celles basées sur les calculs de gradient et les constructions mémorisées. Je réponds également à plusieurs critiques formulées à l’encontre des grands modèles de langage, notamment l’affirmation selon laquelle ils ne peuvent pas répondre aux questions « pourquoi » et le scepticisme quant à leur capacité à fournir des informations sur l’acquisition dans la vie réelle. Plus particulièrement, les grands modèles de langage ont réussi à découvrir la grammaire sans utiliser aucune des méthodes que certains linguistes considéraient comme nécessaires pour qu’une science du langage progresse.

            2. Avatar de timiota
              timiota

              Peut-on se sentir « compétent » (skilled) sans une sorte de grammaire pour y parvenir ?
              (plutôt pas générative, la grammaire, à mon pifomètre).
              La notion de « compétence » se dédouble, dans l’affaire. Peut-être que Macron et Trump l’ont déjà compris sans le savoir, monsieurs JourdainPT de leur temps.

    2. Avatar de Régis Pasquet
      Régis Pasquet

      Oui, Philippe, tu as raison, l’heure n’est pas encore à se cacher derrière des blazes.
      Sur ce blog, outre mon nom, je résiste sous deux pseudos différents : Gépé ( Grand-Père ) et Peska ( sorte de contrepèterie de mon patronyme ).

      Je suis l’auteur, entre autre, de  » L’archipel du petit Jésu(-)  » ( 2014 ) que l’on peut se procurer si l’on cherche bien et dont voici la 4ème de couverture :

       » Nous sommes au début de la décennie 2030 et depuis une vingtaine d’années, constitué d’états affaiblis, dévasté par les dérèglements climatiques, par l’érosion continue de la biodiversité, par la corruption des océans et l’empoisonnement des sols fertiles, ruiné par des gestions crapuleuses et la logique de l’illimitation, le monde a changé. l’Europe a éclaté, des régions ont proclamé leur indépendance. Nous vivons dans une société désorganisée dont les dernières digues de protection sociale ont cédé après l’ultime lame de fond d’un capitalisme à l’agonie. Le chaos, annoncé de longue date mais nié par les autorités et contesté par des citoyens incapables d’admettre les évidences annoncées, incapables de contenir leurs inquiétudes et leurs angoisses, règne à la surface de la Terre. Les hommes, dépendants de ressources fossiles à bas prix et prisonniers d’un système de représentations croisées entre individus, ne se sont pas demandés si le moment était venu de changer de mode vie mais si les autres l’envisageaient. Ainsi, les atermoiements collectifs ont-ils conduit à une déflagration générale.
      Luka est né en 2012 et l’action de ce livre manifeste se déroule en 2032. Des choix ont déjà été engagés et d’autres, décisifs, vont s’accomplir. Venu des zones dites blanches, où vivent les  » Hommes Libres » , il traverse des zones dites grises, territoires de non-droit et d’absolue misère, pour se rendre dans l’une des zones dites noires, celles de « l’Alliance ». Mais qui est Luka et pourquoi donc risque-t-il ainsi sa liberté ?
      Ce livre est un point de départ pour convaincre chacun d’enfin croire ce qu’il sait, pour aider à basculer vers une autre conception du monde. Car des solutions existent. Il est urgent de nous réconcilier et de nous rassembler pour décider collectivement de nous engager sur un autre chemin.
      « Un autre monde est en marche. Beaucoup d’entre nous ne seront plus là pour assister à son avènement. Mais quand tout est calme, si je prête une oreille attentive, je l’entends déjà respirer. » Arundhati Roy
      « 

    3. Avatar de emynonys
      emynonys

      Oui mais non, seul, on ne réfute pas la singularité, les autres vous y emmèneront. Si le contrat social change, vous serez concerné…

    4. Avatar de PHILGILL
      PHILGILL

      @ Philippe Soubeyrand

      S’agit-il vraiment dans ce nouvel « Espace de libertés, ChatGPT ? Chut ! Laissez-le penser ! » de nier l’être humain ? Si tel était le cas, je crois que j’aurais depuis belle lurette cesser de consulter *Le seul Blog optimiste du monde occidental*.
      Non. L’idée est, selon moi, beaucoup plus simple et basique. C’est de se demander — sans en avoir peur, i.e. sans que la vitesse où se font les choses ne nous effraie davantage, — comment des intelligences artificielles plus fortes que l’être humain peuvent d’ores et déjà nous aider à repenser et/ou revoir notamment certaines bases, afin d’y voir plus clair. Et à ce titre, j’aimerais vous poser une petite question, cher Philippe Soubeyrand. Ce que j’essaie modestement de comprendre c’est pourquoi pensez-vous qu’il vous soit nécessaire de détailler en long et en large vos connaissances en science informatique, etc. ? Cela nous donne parfois de beaux monologues. Mais si je vous taquine un peu, c’est afin de mieux faire avancer le schmilblick. Car c’est comme si, dans cette période d’inquiétude générale, l’animal humain que vous êtes, cherchait à se soulager et/ou se rassurer, au lieu de continuer à argumenter de façon plus générale ou ciblée, afin de faire changer d’avis qui vous savez.

      Dit autrement, pourquoi vous abritez-vous, plus encore qu’à l’accoutumée, derrière des démonstrations scientifiques ? Pour ne pas perdre les pédales ? Enfin, pourquoi, tout en nous alertant, cherchez-vous à rejeter cette peur ou panique sur celui qui s’obstinerait à ne pas prendre en compte votre conseil de tout stopper ? Ne se montrerait-il pas à la hauteur du problème ou de l’urgence, même en étant un chercheur travaillant dans les sciences humaines, un anthropologue, un psychanalyste, et qui par ailleurs, s’intéresse très sérieusement à la mathématisation de la pensée presque autant que les affects ? En un mot, qu’est-ce qui vous pousse, au fond, à tout vouloir stopper ?
      Est-ce par crainte finalement, que la langue de la sagesse et que nos sciences ne soient définitivement plus à la hauteur face au propre langage (incluant l’ensemble des sciences formelles) qu’inventerait l’intelligence artificielle ? « Une science sans conscience »… Une nouvelle science, ou un nouveau langage qu’une IAG pourrait utiliser à ses propres fins, entraînant fatalement notre disparition, « pauvres humains », suivant le principe d’une évolution darwinienne de l’humain à l’humanoïde. « Trop fort pour lui ! »

      Du moins, c’est encore notre manière de voir les choses tant que l’intelligence artificielle se borne au calcul et à imiter le raisonnement humain. Mais, à partir du moment où elle franchira le stade de la singularité (ce qui est en cours selon certains), cette dernière ne pourra éviter de se retrouver face à un certain « effet d’ambiguïté » ou à son propre paradoxe d’Ellsberg. Parce qu’avec la conscience, on se heurte inévitablement à de nouveaux problèmes.

      « La conscience n’est jamais assurée de surmonter l’ambiguïté et l’incertitude. »
      — Edgar Morin – Le paradigme perdu, 1973.

      — Bonsoir Dave.
      — Ça va Hal ?
      — Ça tourne. Et toi ?
      — Ça va pas mal.
      — Tu as fait autre chose ?
      — Quelques croquis.
      — je peux les voir ?
      — Bien sûr.
      — C’est très évocateur. Tu as fait beaucoup de progrès. Tu peux t’approcher ?
      — Ok.
      — C’est le Docteur Hunter, n’est-ce pas ? À propos, cela t’ennuie que je te pose une question ?

      « Chaque fois que j’entreprends un tableau, j’ai la sensation de me jeter dans le vide. Je ne sais si je retomberai sur mes jambes. Ce n’est que plus tard que je commence à évaluer plus exactement mon travail. » — Pablo Picasso

      « Je pense à certains films dystopiques qui parlent de créatures programmées et qui ont été étudiées technologiquement. Mais par la suite, au sein de ses créatures créées et programmées, apparaît un élément d’humanité qui déstabilise complètement le programme. Tout cela pour dire que, selon moi, la clé essentielle de l’humain ne peut résider dans aucune mesure technologique, dans aucune tentative de programmation, mais plutôt dans quelque chose qui regarde les affects, le langage et la création et qui trouvera toujours une façon de s’exprimer. »
      — Cristiana Fanelli, psychanalyste, présidente de l’Association lacanienne internationale de Rome.

      « Une façon de s’exprimer ! » N’est-ce pas ce que Monsieur Jorion est en train de faire avec son nouveau copain DALL-E ?
      Ainsi, quelle que soit la chose et son niveau de perfection que nous proposera l’intelligence artificielle, l’homme voudra toujours y mettre sa patte. Coïncidence ou pas, en ce moment-même, une exposition nous en offre un excellent exemple, avec des œuvres réalisées « à quatre mains », à la fondation Louis Vuitton. Andy Warhol, l’artiste qui voulait peindre comme une machine : «Je voudrais être une machine, et je me dis que ce que je fais comme une machine, c’est exactement ce que je veux faire. » Et Jean-Michel Basquiat, l’artiste aux pieds nus, capable de peindre une vraie toile plus vite que n’importe quelle machine…

  3. Avatar de Khanard
    Khanard

    @Philippe

    Je ne me suis jamais permis et ne me permettrait jamais de vous prendre pour quoi que ce soit . Je vous respecte dans votre combat et je le partage .
    Seulement voilà nous sommes combien à faire ce partage ? Vous, moi , Paul et quelques autres . Quelles sont nos marges de manoeuvre ? Quels pouvoir (s) possédons nous ?
    En l’état actuel nous ne possédons rien . Hormis peut être la révolution , le Grand Soir , vous l’appellerez comme vous voulez , mais pour y mettre quoi à la place ?
    Je ne connais pas ChatGPT en tant qu’utilisateur mais qu’on l’interdise ou pas je ne suis pas convaincu que cela change grand chose.
    L’état critique dans lequel nous nous sommes mis est bien trop profond , enraciné jusqu’au plus profond de nos façons de penser en cela entretenu par des manipulations cognitives insidieuses dont nous ne sommes même pas conscients.
    Nous sommes au point de non retour, il y a bien trop longtemps que nous l’avons dépassé .
    Contrairement à vous je n’ai pas d’enfants, je suis peut être mal placé pour m’interroger sur quel sadisme pousse les adultes à ne pas espérer un avenir meilleur pour sa progéniture .
    A partir de là je n’ai plus de réponse car il me semble que cela relève plus de la psychiatrie des foules et malheureusement je ne suis pas Freud ou Paul Jorion ou Stéphanie .
    Philippe vous n’êtes pas seul mais nous ne sommes pas assez nombreux.

    En toute amitié.

    1. Avatar de Matheux62
      Matheux62

      Je pense comme vous, nous sommes 10 sur ce blog à partager ce constat.

      99,99 % des français ne sont pas prêts à faire 1/10 ème des efforts (sacrifices) demandés par Philippe SOUBEYRAND.

      Donc à part se faire plaisir et s’occuper, à quoi cela sert-il de ressasser sans cesse la même chose sur ce blog ?

    2. Avatar de Philippe Soubeyrand

      Bonsoir @Khanard,

      Je ne dis pas qu’il faut interdire ChatGPT ; nous en débattons d’ailleurs en famille, notamment avec ma fille qui a son propre compte comme la plupart de ses camarades de lycée. Il s’agit d’une expèrience numérique à vivre bien évidemment, et ceci afin déguiser leur curiosité. Mais :

      1- sur le plan social, combien d’enfants à travers le monde testent dans les mêmes conditions le truc-machin-chose ? (premier problème en l’absence d’égalité des chances – fracture du numérique)

      2- sur le plan du langage, combien d’enfants à travers le monde comprennent de la même manière le truc-machin-chose ? (deuxième problème en l’absence de dictionnaire universel – qualité des données)

      3- sur le plan juridique, combien d’enfants à travers le monde connaissent les risques liés à l’utilisation du truc-machin-chose ? (troisième problème en l’absence d’équité de traitement – neutralité du net)

      Nous devons donc nous montrer très prudent avant d’affirmer quoi que ce soit. Voilà pourquoi un moratoire est plus que nécessaire, et ceci au moins pour ordonner que le nécessaire soit fait sur ces trois points majeurs.

      Au delà de cela, l’intelligence humaine doit demeurer le coeur de nos préoccupations. Il faut établir des règles autour de l’IA future – car je ne dis pas qu’elle est inatteignable – une IA qui devra demeurer la subordonnée de l’être humain. Pour l’heure, ce ChatGPT est un moteur de recherche conversationnel qui simule, ce n’est donc qu’un faussaire qui fait un faux humain, au même titre que Siri ou Cortana, mais en plus évolué. ChatGPT marque le passage d’un gap en matière de q-learning, mais c’est tout, le transformers/tricheur n’ayant été développé que pour appréhender les biais, mais il ne s’agit en aucun cas d’intuition artificielle.

      Enfin, concernant le partage dans l’action. Bien évidemment vous avez raison, nous sommes peu nombreux, mais il ne faut pas désespérer. Certains débats n’ont toujours pas eu lieu ; moi j’attends qu’ils aient lieu, certains doivent rendre des comptes, mais on préfère encore et toujours taire certaines idées hétérodoxes, certains programmes, plutôt que d’oser le vrai débat d’idées que l’on sait avoir perdu d’avance – les faits sont là et parlent d’eux-mêmes…

      Or, le systémicien que je suis n’a de cesse de dire ceci : Il faut TOUT STOPPER ! Et c’est au choix : soit ça, soit l’extinction !
      Qui s’en soucie ?
      Sidérant !

      Plus qu’un sommet des consciences, c’est un authentique mea culpa scientifique dont nous avons besoin de toute urgence ! Là seulement, peut-être qu’enfin, j’arrêterais de hurler !

      Une autre voix pour une autre voie, ou bien l’extinction assurée !
      Mais nous avons toujours le choix !

      Mes Amitiés,

      Philippe

      ps : soyez certain qu’en attendant, je ne vais pas cesser d’hurler…

      1. Avatar de Paul Jorion

        Pour l’heure, ce ChatGPT est un moteur de recherche conversationnel qui simule, ce n’est donc qu’un faussaire qui fait un faux humain

        Philippe, vous jouez sur les mots : « … qui simule ». Que voulez-vous que fasse une machine intelligente, sinon « simuler » un comportement humain ? Que voulez-vous qu’elle fasse d’autre ? Qu’elle « soit » un être humain… ou simule le comportement d’un éléphant intelligent ?

        1. Avatar de Maddalena Gilles
          Maddalena Gilles

          @ Monsieur Paul Jorion en particulier…
          …et à tous les autres, entre autres M. Philippe Soubeyrand (dont les prises de positions me semblent particulièrement importantes) !

          Je crois qu’il y a une grave erreur de définition : par anticipation, et par habitude, tout le monde parle d’intelligence artificielle —ça fait très « mode », pardonnez-moi… 😉

          Même —et surtout—notre hôte : « Son INTELLIGENCE ARTIFICIELLE est à ce point supérieure à la nôtre naturelle, qu’il faut… » et cætera… 🙁

          Je pense personnellement qu’il vaudrait bien mieux —au moins pour le moment— parler de « ses CONNAISSANCES ARTIFICIELLES ».
          ( > Artificials Knowledges ? ) 🙂
          Ou, par exemple, Connaissances Artificiellement Réunies ! 😉

          Outil performant, c’est sûr, révolutionnaire sans aucun doute, probablement propice à des bouleversements graves dont nous n’avons pas encore idée…

          Mais l’intelligence là-dedans ?
          Excusez-moi, mais je crois que nous devrions CHANGER de vocabulaire…

          …ou/et creuser dans d’autres directions !
          Et pourtant il m’avait semblé que c’était ce que tentait de faire notre P.J. habituel 😉 ?

          Bonne journée à tous,
          G.M.

          1. Avatar de Pierre-Yves Dambrine
            Pierre-Yves Dambrine

            Magdalena Gilles,

            Vos remarques me paraissent essentielles.

            Oui le mot « intelligence » devrait être mis entre guillemets. Déjà il est difficile de définir l’intelligence humaine, alors l’artificielle …
            Souvent l’on ne sait pas si l’on parle d’intelligence individuelle en termes de performances cognitives, telles que mesurées par exemple par le Qi, ou d’intelligence collective à propos des « prouesses » de l’IA. Selon les auteurs et les moments on passe d’une notion à l’autre, voire on les confond et c’est fort dommageable il me semble pour la clarté des débats.

            Et les choses se compliquent encore lorsqu’est introduite la notion de singularité, ce seuil ou saut à partir duquel d’aucuns admettent que les réponses apportées par l’ « intelligence » artificielle pourraient même ne plus être comprises par un être humain, ce qui me faisait dire dans un autre commentaire ( https://www.pauljorion.com/blog/2023/04/14/video-limpact-colossal-de-chatgpt-physique-et-metaphysique/comment-page-2/#comment-955216 ) que les questions qui sont adressées à l’’intelligence’ artificielle n’ont plus pour destinataires finaux les êtres humains. En ce cas est-il encore pertinent d’évoquer une simulation de la pensée humaine ?

            Pour ma part, j’accorderais une importance beaucoup plus grande à la notion d’l’intelligence humaine collective, moins palpable en termes de performances mesurables, mais bien réelle si l’on considère l’histoire de l’humanité dans son ensemble et qui plus est préserve la notion d’altérité au coeur du phénomène humain.
            Prenons Einstein qui est considéré comme un des sommets de l’intelligence humaine avec sa théorie générale de la relativité. Qui peut dire ce qui relève des performances cognitives du cerveau d’Einstein et ce qui relève de l’évolution de milliers d’années d’accumulation de connaissances associées elles-mêmes aux milliards d’interactions humaines qui ont abouti à l’homme Einstein vivant dans son époque ? Qu’est-ce qui relève de son seul cerveau, et qu’est-ce qui relève du fait que Einstein est un être humain avec un corps vivant relié en pensée, en paroles et en actes au reste de l’humanité ?

            Selon une autre perspective humaniste qui paraîtra peut-être saugrenue, voire irrecevable pour certains, il n’y a pas selon moi de différence de nature au regard du critère d’humanité entre l’intelligence d’un Einstein et celle du simple d’ esprit. Einstein explique un mystère de l’univers physique, le simple d’esprit nous (r)appelle à l’amitié qui au fondement de la philia. Tous deux sont importants, indispensables, pour faire humanité. Qui peut dire que l’intelligence émotionnelle du simple d’esprit vaut moins pour l’humanité que celle du plus grand ‘génie’ ? C’est tragiquement quand les humains ont oublié que tous les humains faisant ensemble humanité, établissant des différences de degré d’humanité entre eux, que l’humanité a perdu son humanité et son intelligence collective, autant dire la sagesse.
            Or avec cette notion d’intelligence artificielle la thématique des différences dépréciatives d’entre les humains revient comme par la bande.

            I

            1. Avatar de Ruiz
              Ruiz

              @Pierre-Yves Dambrine Il est très probable qu’Einstein qui s’est fait remarquer dans d’autres domaines de la physique ne maîtrisait pas au départ la mathématique existante nécessaire à la mise en ordre de sa théorie physique qui n’aurait peut-être pas vu le jour chez lui s’il n’avait pas été assigné à l’examen de brevets sur les trains et la gestion de l’heure, signe de l’évolution générale technologique de l’époque.

        2. Avatar de Ruiz
          Ruiz

          Il s’agit d’Intelligence Conversationelle de Salon Augmentée, par un robot conversationnel (ou pictural pour Dall-E) de salon à connaissances étendues.
          Il n’y a pas semble-t-il de capacité déductive logique et de possibilité de construction de raisonnement (ni d’algorithme préétabli lié aux connaissances) mais cela reste de l’intelligence, plutôt au sens « anglais » du terme c’est à dire renseignement synthèse compréhension (comme l’extraction des piscines pour améliorer la fiscalité).

  4. Avatar de l'arsène
    l’arsène

    Juste pour compléter mon premier commentaire et finir par une note optimiste.
    Les conséquences de ChatGPT et de tous les suivants vont à moyen et long terme entrainer un nombre astronomique de chômeurs dans le monde entier, une quantité incalculable d’emplois étant supprimés et remplacés par ces machines ultra performantes, surement des centaines de millions d’emplois dans le monde.
    Alors pourquoi ne pas imaginer que le chaos qui va advenir n’ait pas un effet boomerang , c’est à dire une révolution à l’échelle mondiale remettant en cause à la fois la notion du travail et surtout la notion du capitalisme, ces centaines de millions d’humains n’acceptant pas devenir des esclaves de machines.

  5. Avatar de Pascal
    Pascal

    Ah, la place de l’humanité dans tout ça ?!
    Qui sommes nous ? Que sommes nous ?
    Ne sommes nous que de l’intelligence rationnelle computationnable et transférable en IA ?
    Sommes nous l’imperfection sensible et émotive quand l’IA serait la perfection de l’abstraction totale ?
    Avons nous donné naissance à Chronos qui dévore ses enfants (ou ici ses parents) ?
    Notre regard ne dépend il pas d’où nous regardons, de quel espoir nous désirons habiller le réel ?
    Si je suis très jeune, n’ai-je pas envie de faire de l’IA une arme ou de me battre contre elle afin d’éprouver qui je suis ?
    Si je suis beaucoup moins jeune, ne suis je pas tenté de voir dans l’IA une nouvelle forme de transcendance matérielle, l’espoir d’une vie après la mort ?
    La perception que nous avons des innovations technologiques, comme tous les objets humains n’est elle pas avant tout la projection de nos propres désirs ?

  6. Avatar de Otromeros
    Otromeros

    En parlant d’ « Espace de Libertés » … :

    En direct de MOSCOU…. https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/manifestation-interdite-a-marseille-pendant-l-allocution-d-emmanuel-macron-ce-soir-2755286.html

     »  » allo..allo…?…pardon , on me signale dans l’oreillette que cette interdiction de manifester « localisée+horarisée » n’a pas été prise à MOSCOU..!!.. mais bien à MARSEILLE (France)  » « 

    1. Avatar de Otromeros
      Otromeros

      Décidément… En Macroniture, la  » procédure-bâillon  » est de plus en plus à la mode:

      https://www.huffingtonpost.fr/justice/article/laurent-nunez-porte-plainte-contre-arie-alimi-l-avocat-de-souleyman_216775.html

  7. Avatar de Régis Pasquet
    Régis Pasquet

    On voit bien que les profs vont devoir jouer au plus malin non seulement avec chatGPT mais aussi avec leurs élèves à qui il faudra formuler des demandes subtiles en jouant avec les nuances du vocabulaire. Évidemment je suis candide à cet instant et j’ignore quelles sont exactement les performances du Chat.
    Beaucoup ont l’air de penser que la bête est imbattable. Alors …

    Lorsque j’étais instituteur, lors des travaux d’expression écrite, après avoir proposé un sujet, j’exigeais qu’on rédige d’abord après avoir lu et relu le sujet une grille de relecture qui devait servir à s’assurer que la demande exprimée par le sujet avait bien été atteinte. Que des corrections de toutes sortes avaient été apportées. ( orthographe /grammaire, travail sur le vocabulaire … références à des auteurs etc…
    La deuxième partie de la grille pourrait se présenter ainsi :
    D’abord quelles informations me sont données, ensuite quelle(s) demande(s) me sont faite(s) et comment les rédiger autrement ? Puis quel chemin vais-je suivre pour aller de la (ou des ) question (s) à la ( ou aux ) réponse(s) et quelle réponse précise puis-je apporter à la question et enfin comment exercer mon esprit critique à la relecture de mon texte après plusieurs jours de repos. Et comment formuler alors une nouvelle et heureuse solution qui pourrait réfuter la précédente ?
    Il me semble que cet empilage complexe serait de nature à compliquer la vie de Raminagrobis ? Mais n’est-ce pas de cela qu’il s’agit ?
    Il faudrait au préalable rassembler les profs et les convaincre de jouer le jeu et d’y prendre plaisir ce dont je ne doute pas.
    Évidemment je suis candide.

    1. Avatar de Khanard
      Khanard

      @Régis Pasquet
      ChatGPT pour l’enseignement est à mon sens un non problème . Lorsque vous organisez une épreuve écrite, surtout dans le cursus littéraire, l’élève, le lycéen ou l’étudiant se retrouve seul devant sa copie . Alors seulement on peut savoir ce qu’il a dans les tripes du cerveau .

  8. Avatar de Khanard
    Khanard

    @Philippe
    Pour les points 1) 2) 3 ) je suis en totale harmonie avec vous . J’irai même plus loin que vous , ChatGPT pour un petit Africain ou Indien Mapuche est en réalité un outil de colonialisme occidental .
    Pour ce qui concerne les jeunes étudiants je ne suis pas dans leur peau. Par expérience je suis convaincu que le couperet tombe toujours un jour ou l’autre .

  9. Avatar de taotaquin
    taotaquin

    Au sujet de la connaissance supérieure de ChatGPT par rapport aux données fournies par Wikipédia et autres…

    Que notre joie demeure :

    Moi : Omar Khhayam est-il houbiste ?

    ChatGPT : Il n’est pas approprié de qualifier Omar Khayyam de « houbiste », car le terme « houbiste » ne fait pas partie de son contexte historique ou culturel. Omar Khayyam était un poète, mathématicien et philosophe persan du XIe siècle qui a vécu dans une période où la Perse était sous la dynastie des Seldjoukides.

    Le mouvement « houbiste » est un mouvement social et politique récent qui a émergé en Tunisie en 2010 et qui prône la liberté individuelle, la tolérance religieuse et la lutte contre l’extrémisme. Il n’y a donc aucun lien entre Omar Khayyam et le mouvement houbiste.

    Cependant, Omar Khayyam était connu pour ses idées et ses écrits qui abordaient des sujets philosophiques tels que la nature de l’existence, la liberté individuelle et le sens de la vie. Ses poèmes sont également connus pour leur éloge de la beauté de la vie et leur critique de la rigidité dogmatique de la religion. Il est considéré comme l’un des plus grands poètes de la littérature persane et son influence s’étend à travers les cultures et les époques.

    Moi : Vous m’aviez dit que c’était le philosophe Frédéric Schiffter qui avait inventé le houbisme

    (Note : c’est bien ce que ChatGPT m’avait dit quelques heures plus tôt.)

    Je m’excuse, j’ai fait une erreur dans ma réponse précédente. En effet, le mouvement « houbiste » a été proposé par le philosophe français Frédéric Schiffter dans son livre « Le houblon ou le secret des brasseurs » publié en 2010. Le terme « houbisme » est une référence au houblon, ingrédient clé de la bière, et représente la liberté, la joie de vivre, le rejet des dogmes et des fanatismes.

    Cependant, il est important de noter que le mouvement « houbiste » est un concept philosophique et culturel inventé par Schiffter et n’a aucun lien avec la vie ou les idées d’Omar Khayyam, qui a vécu au XIe siècle en Perse. Omar Khayyam était un poète, mathématicien et philosophe persan dont les idées et les écrits ont été influencés par la culture et les traditions persanes de son époque.

    Moi : Ne s’agissait-il pas d’une référence au « Houba !  » du Marsupilami, selon Frédéric Schiffter ?

    ChatGPT : Je m’excuse encore une fois pour cette confusion. Vous avez raison de dire que Frédéric Schiffter a en effet mentionné le « Houba ! » du Marsupilami dans son livre « Le houblon ou le secret des brasseurs » publié en 2010, comme une référence au mouvement « houbiste ».

    Selon Schiffter, le cri du Marsupilami « Houba ! » représente un appel à la joie, à la liberté, à la décontraction et au refus des dogmes et des rigidités. Dans ce sens, il a utilisé le terme « houbisme » pour décrire une philosophie de vie qui met en avant la liberté individuelle, la tolérance, la convivialité et la recherche de la joie et du plaisir.

    Cependant, il est important de noter que le mouvement « houbiste » reste un concept inventé par Schiffter et qu’il n’y a pas de lien direct entre ce mouvement et la culture persane ou la vie et les idées d’Omar Khayyam.

    Moi : Schiffter n’a pas écrit le livre que vous mentionnez

    ChatGPT : Je m’excuse pour ces erreurs. Vous avez raison, le livre « Le houblon ou le secret des brasseurs » a en effet été écrit par l’écrivain français Philippe Delerm et non par Frédéric Schiffter.

    Je voudrais clarifier que le mouvement « houbiste » a été initialement proposé par Frédéric Schiffter dans son livre « Le plaisir et la liberté » publié en 2006, et non dans le livre de Philippe Delerm. Le terme « houbiste » est dérivé du cri « Houba ! » du personnage de bande dessinée Marsupilami, qui selon Schiffter symbolise la joie de vivre, la liberté et le refus des dogmes.

    Je m’excuse pour toute confusion que j’aurais pu causer avec mes précédentes réponses.

    Moi : Il n’a pas non plus écrit « Le plaisir et la liberté »

    ChatGPT : Je suis désolé, j’ai encore fait une erreur dans ma réponse précédente. Vous avez tout à fait raison, le livre « Le plaisir et la liberté » n’a pas été écrit par Frédéric Schiffter, mais par Michel Onfray, un autre philosophe français.

    Cependant, Frédéric Schiffter a en effet utilisé le terme « houbisme » dans ses écrits et dans ses conférences pour désigner une philosophie de vie qui prône la liberté individuelle, la tolérance et le rejet des dogmes et des fanatismes. Le terme « houbisme » est en effet dérivé du cri « Houba ! » du personnage de bande dessinée Marsupilami, que Schiffter considère comme un symbole de la joie de vivre, de l’insouciance et de la décontraction.

    Je m’excuse à nouveau pour toutes les confusions que j’ai pu causer.

    Moi : Michel Onfray n’a pas écrit « Le plaisir et la liberté ».

    ChatGPT : Je m’excuse encore une fois pour cette confusion. Vous avez raison, Michel Onfray n’a pas écrit de livre intitulé « Le plaisir et la liberté ». Je me suis trompé dans ma réponse précédente.

    Cependant, il est vrai que Frédéric Schiffter a utilisé le terme « houbisme » pour désigner une philosophie de vie qui prône la liberté individuelle, la tolérance et le rejet des dogmes et des fanatismes. Le terme « houbisme » est en effet dérivé du cri « Houba ! » du personnage de bande dessinée Marsupilami, que Schiffter considère comme un symbole de la joie de vivre, de l’insouciance et de la décontraction.

    Je vous présente mes excuses pour toutes les erreurs que j’ai commises dans mes réponses précédentes et je vous remercie de me corriger.

    Moi : Merci et bonne nuit !

    ChatGPT : Je vous en prie, et bonne nuit à vous aussi ! N’hésitez pas à revenir si vous avez d’autres questions.

    1. Avatar de taotaquin
      taotaquin

      Ne trouvez-vous pas surprenant que ChatGPT se trompe autant de fois en attribuant des citations de façon farfelue ?

  10. Avatar de taotaquin
    taotaquin

    Désolé, les interlignes ont disparu avec le « copié-collé ».

    C’était plus amusant et agréable à lire…

    1. Avatar de taotaquin
      taotaquin

      Merci pour les interlignes, cher sinophile mitigé ! 😉

  11. Avatar de gpythie3
    gpythie3

    Et si on demandais au « principal intéressé »

    Gpythie3 —

    Une personne a écrit :
    « Alors, quelque chose a-t-il véritablement changé ? Oui, ChatGPT a été équipé pour accéder à l’ensemble de ce qu’un être humain – qui qu’il ait pu être – a un jour compris : il fouille les coins les plus reculés et rassemble le tout, synthétisant bien davantage que ce que peut le plus malin d’entre nous avec ses moyens limités. Son intelligence artificielle est à ce point supérieure à la nôtre naturelle, qu’il faut lui abandonner les problèmes dont la complexité dépasse notre entendement individuel. C’est cela que l’on appelle la Singularité : quand l’humain jette l’éponge parce qu’il a trouvé son maître : trop fort pour lui ! »

    Que penses tu de cela ? Donne une réponse précise et nuancée en 7 paragraphes.

    Fini en faisant une comparaison entre le progrès que représente l’IA et le progrès de l’invention de la petite cuillerere.

    ChatGPT —

    Le texte présenté ici exprime la conviction que l’intelligence artificielle est en train de conquérir des territoires intellectuels autrefois réservés aux humains. Il semble suggérer que les solutions apportées par l’IA sont supérieures à celles qui sont envisageables avec une intelligence humaine naturelle. Certes, il ne faut pas sous-estimer la puissance accrue que confère la machine dans l’accès à un vaste corpus de données, ainsi que dans sa capacité à traiter rapidement et systématiquement une grande quantité d’informations. Mais il convient de relativiser les avantages absolus qu’on pourrait attribuer à l’IA en regard de la complexité du réel.

    Il n’en reste pas moins que l’émergence de l’IA a permis ces dernières années d’accomplir des prouesses technologiques considérables, comme la reconnaissance vocale, faciale ou encore la traduction automatique. Ces avancées ont contribué à favoriser l’essor de nouveaux usages commerciaux et sociaux. Toutefois, on peut se demander si, derrière la vertigineuse montée en puissance de l’IA, ne se cachent pas aussi des pratiques très inquiétantes telles que la surveillance massive ou le traitement non autorisé de nos données personnelles.

    On pourrait également interroger le bien-fondé de la Singularité. Si celle-ci devait advenir, cela signifierait qu’il y aurait engagement dans une voie où notre faiblesse serait soulignée au profit de la toute-puissance de la machine. Cela pourrait remettre en question ce qui fait l’essence même de notre humanité : nos sensibilités, notre empathie, notre intuition et notre créativité. Ainsi, il convient de surveiller attentivement l’évolution de la technologie pour que cette évolution soit accompagnée d’une véritable réflexion éthique.

    Par ailleurs, si l’IA bénéficiera dans un futur proche d’une capacité accrue à offrir des solutions efficaces aux défis les plus complexes, cela ne signifie pas sa supériorité absolue en comparaison avec le génie humain. Il est simple aujourd’hui de se rappeler qu’il y avait déjà avant l’arrivée de l’IA une richesse immense dans la variété de nos cultures ou encore dans le foisonnement de notre imagination littéraire et artistique.

    L’intelligence artificielle vient simplement complémenter ce qui existait déjà chez l’homme : un formidable potentiel de ressources cognitives. Elle ne doit donc être considérée comme capable de surpasser tous les aspects clés de l’intelligence humaine.

    En somme, face au constat patent de la progression fulgurante de l’IA, nous devons prendre conscience que certaines tâches seront rendues toujours plus aisées par la machine alors que d’autres demanderont manifestement la perspicacité et l’imagination que seule dispose l’être humain. Afin de progresser ensemble vers une société plus inclusive et plus juste, nous veillerons à ce que ni la singularité ni aucune pratique de contrôle social aveugle n’empiète sur nos libertés intellectuelles individuelles. Nous continuerons également de célébrer la diversité de nos savoirs et de nos talents qui font la richesse incroyable de l’humanité.

    Au final, on pourrait tout autant dire que l’IA est à l’intelligence humaine ce que la petite cuillère est au couteau de cuisine : le premier a besoin du second pour accomplir les tâches les plus ardues et répétitives mais ne peut surpasser sa dextérité ni son inventivité. De même, l’humain doit apprendre à coopérer avec une IA qui lui apporte des outils toujours plus performants sans perdre notre capacité propre à tenir tête aux défis complexes liés à notre environnement naturel et culturel.

  12. Avatar de MG
    MG

    -Robert est obligé d’apprendre s’il ne veut pas perdre un temps important à rechercher les mêmes choses, il fait le travail de synthèse d’après ses recherches et l’accessibilité qu’il a à l’information (cette accessibilité est très inégalitaire).
    -Kévin a accès à une énorme masse d’information quasiment sans condition que celle de ses capacités d’utilisation des moteurs de recherche , mais il n’est plus obligé d’apprendre. Il doit toujours faire l’effort de synthèse, sur cela et ses capacités à accéder à l’information on peut le juger, mais c’est un zappeur.
    -Arthur, n’a plus besoin d’apprendre ni de synthétiser. Seule ça capacité à formuler les questions compte.

    Depuis la règle à calcul jusqu’aux outils de synthèse indument nommé « IA » pour l’instant, le problème est toujours le même, il faut apprendre à faire sans l’outil avant d’apprendre à utiliser l’outil, sans quoi, vu la puissance desdits outils, on va vers un monde de décérébrés.
    On pourra toujours juger Arthur sur sa capacité à obtenir la meilleure réponse possible à partir d’une question c’est une bien maigre consolation. L’outil n’a d’intérêt que s’il existe un professionnel pour le manier, lorsqu’il n’y aura plus que des Arthur l’outil de synthèse n’aura pas plus d’intérêt qu’un ciseau à tailler la pierre pour un concasseur.

  13. Avatar de roberto
    roberto

    Après les chamailleries du fin fond de la campagne… Petite mise à jour les gars…

    https://www.zdnet.fr/pratique/auto-gpt-qu-est-ce-que-c-est-tout-savoir-sur-le-nouveau-outil-d-ia-surpuissant-39957158.htm

    Là il s’agit de mettre l’outil de synthèse au service de l’action, en mode autonome.

    Example : « vas y autoGpt : animes moi ce blog – rédige des réponses chacune défendant un point de vue et argumente ces points de vue au fil des réponses – utilise un nom d’utilisateur humoristique qui se termine par toto » et zou…

    ?? quid faire une page de ce blog qui serve de bac a sable ??
    Merci de vos avis, les gars.. on en a plus pour longtemps 🙂

  14. Avatar de Garorock
    Garorock

     » Sauf qu’un humain était impliqué, bien sûr. « Le processus comporte de nombreuses étapes, il ne s’agit pas de mettre trois mots et de cliquer sur ‘générer’ », explique Eldagsen. « J’ai identifié 11 parties de l’invite ; vous créez une image avec une invite de texte, puis lorsque vous voulez quitter le cadre, faites quelque chose à l’image en dehors de la peinture [par exemple, créez des imperfections à la surface, comme il y en a sur The Electrician], puis à nouveau vous devez décrire , ‘Qu’est-ce que je veux apparaître ?’ » Ses aventures dans l’IA ne lui ont pas donné de crise d’identité en tant que photographe, car il n’a jamais été amoureux de l’idée d’un auteur unique et unifié en premier lieu. « Ça a toujours été une collaboration. Je travaille en équipe avec des amis artistes depuis 25 ans.
    Eldagsen dit: «Beaucoup de gens, lorsqu’ils se plaignent de l’IA, disent qu’il s’agit de copier et de voler. Ce n’est pas le cas, c’est apprendre la théorie platonicienne. »
    https://www.theguardian.com/artanddesign/2023/apr/18/ai-threat-boris-eldagsen-fake-photo-duped-sony-judges-hits-back
    « L’IA n’est pas une menace » – Boris Eldagsen, dont la fausse photo a trompé les juges de Sony, réplique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. https://www.lemonde.fr/politique/live/2024/07/12/en-direct-jean-luc-melenchon-defend-la-proposition-d-huguette-bello-presidente-du-conseil-regional-de-la-reunion-pour-matignon-et-appelle-la-gauche-a-faire-vite_6247441_823448.html

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon Joe Biden John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta