LA PLATE-FORME DES 80%

27 août 2014 par Paul Jorion | Print LA PLATE-FORME DES 80%

Merci à tous ceux qui sont intervenus dans la discussion, je vais réfléchir à comment en tirer les leçons. Je vous tiens au courant.

Il s’agit d’un thème que j’ai déjà souvent développé ici au vu de divers sondages d’opinion : les opinions défendues sur Le blog de PJ ne sont pas minoritaires mais majoritaires, et massivement majoritaires.

Plus de 8 Français sur 10 considèrent que la politique économique que conduira le nouveau gouvernement ne sera ni claire, ni efficace, ni juste, selon un sondage de l’institut 0doxa à paraître aujourd’hui mercredi dans Le Parisien/Aujourd’hui en France » (AFP).

Voilà les 80% dont je parle en titre. Jusqu’ici, ce qui les rassemble, c’est un rejet. Le rejet de quoi ? Le rejet de ce que j’appelle « la religion féroce incarnée à Bruxelles par la Troïka ».

Maintenant, il va falloir définir une plate-forme commune sur une base positive et là, cela va devenir tout de suite plus compliqué parce que dès que j’ai commencé à réfléchir à cela dimanche, j’avais à faire aussitôt à des gens aussi sympathiques les uns que les autres mais dont les uns sont pro-nucléaire civil et les autres sont contre (et moi personnellement, vous le savez, je suis contre). Mais il faut voir s’il n’y a pas moyen quand même de se mettre d’accord sur quelque chose.

On ne peut donc pas être trop ambitieux, on ne peut pas espérer rassembler sur la même plate-forme 80% d’une population. Soyons réaliste alors : visons les 2/3 de ces 80%. Ce ne sera déjà pas mal. Ça fait 53% de la population, ce qui ne serait pas mal du tout comme soutien pour une plate-forme commune. :-D

Nous sommes contre une religion féroce, et nous sommes pour le contraire, mais « le contraire », il nous faut dire maintenant exactement ce que nous entendons par là.

Alors, on y va ! J’ai déjà proposé des choses dans ce sens-là, que je vais aller rechercher dans mes cartons !

La discussion est ouverte ici pour La plate-forme des 80%. Dites-le à vos amis ! Ça a commencé !

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png
 

235 commentaires

  1. polaire

    La solution à la crise (croissance, chômage, dette…) est théoriquement simple: 5/° d’inflation assortis d’une indexation des revenus de -2000€

    • Troncal

      Ceux qui touchent une petite retraite ou vivent de la location d’un bien immobilier seront les premiers touchés… les plus riches sauront se mettre à l’abri de cette inflation. Mieux vaut lutter réellement contre les paradis fiscaux, par exemple en faisant ce que propose Gabriel Zucman (la richesse cachée des nations), un véritable cadastre financier mondial, ce qui est tout à fait possible…. (techniquement… politiquement, c’est une autre affaire).

      • timiota

        je plussoie

      • polaire

        L’inflation est LA solution au problème évoqué: (Croissance, chômage, dette) Mais c’est une redistribution des cartes, ses effets seront nocifs pour certains. Il n’y a pas de solution universelle.

      • pH

        ceux « vivent de la location d’un bien immobilier » ceux là font parti du problème.
        cela devrait être interdit ça pour favoriser l’accès au logement.

  2. Renaud Corbet

    Je propose de modifier le projet de « constitution pour l’économie » en une « simple » modification constitutionnelle afin d’inscrire dans la constitution de la république des volets économiques comme l’interdiction de la spéculation.
    Les partisans de l’austérité budgétaire ont ouvert une voie constitutionnelle pour l’économie, autant s’y engouffrer !
    Ce serai un premier pas pour une reprise en main démocratique via un symbole fort.

    • Arbre

      Je suis contre une interdiction violente ferme et définitive de prime abord. On nous a baissé notre pouvoir d’achat, et/ou notre plein emploi comme des crapauds dans une casserole. Faisons pareil avec la bourse. Taxons les juste assez pour qu’ils ne puissent s’en passer, mais trop pour que ce soit rentable et dangereux. Quels que soient les changements qu’on souhaite mettre en œuvre (et il en faut plein) ça demande de la valeur, et pour l’instant, l’argent, c’est tout ce qu’on a. Prenons-le là où il est.

      • timiota

        C’est assez dur à découpler du « cadastre mondial » des mouvements de capitaux ci-dessus : la place de Paris languit déjà financièrement face à City+Francfort. « Juste assez » la réduirait à moitié de son volume actuel, disons, et soit, se serait un optimum de contribution. Mais c’est un peu un emplâtre sur une jambe de bois.
        Ceci dit, cela peut faire partie d’une plate-forme minimum. Peut-on imaginer que le gouvernement accorde des exemptions au coup par coup quand le mouvement de capital est « générateur d’emploi dans le réseau des entreprises françaises (y compris en Europe ou zone euro cadastrable) »

  3. Un naïf

    Excusez-moi d’être si naïf, mais à quoi cela sert-il d’élaborer des solutions ou des portes de sorties, étant donné qu’elles ne seront jamais appliquées sauf si elles coïncident miraculeusement avec le programme de la junte en place, qui se fout de l’intérêt du peuple comme de l’an 40, si ce n’est pour s’en servir de paravent démocratique au moment des élections ? N’y aurait-il pas une meilleure façon d’utiliser notre énergie restante ?

    • philosespiritam

      Les solutions servent à résoudre les problémes que la junte ne saura résoudre et aux défis qui vont vite la dépasser, quit face à cela sera obligée de céder la place sous couvert qu’elle ne se « brûle le derrière par le feu qu’elle a elle même mis destiné à d autre dont elle pensait qu’elle ne serait pas touché mais qui la cible désormais » pour l’image.
      Ils peuvent rester indifferent, le monde lui ne l’est pas, les individus non plus les écosystémes non plus, la biosphere non plus, la planéte non plus.On peut rester indifferent et subir sa propre bétise.Ne compter pas sur la politique actuelle quel que soit le pays, elle n a plus de raison d’être, les problémes actuels dépasse de loin leurs « in »compétences tous ensemble réunis.
      Cordialement.

      • philosespiritam

        Cela ne signifie pas qu il n existe pas de bonne volonté dans les gouvernements divers.

      • Un naïf

        Comme le dit Richard Buckminster Fuller : « Tu ne changes pas les choses en combattant la réalité en place. Pour changer quelque chose, construis un nouveau modèle qui rend le modèle en place obsolète ». Probable, mais encore faut-il que le nouveau modèle ai la possibilité d’exister, non ? Ça n’en prend pas le chemin, c’est une certitude.

      • timiota

        @Guy Weets
        Cela suppose la possibilité d’un discours « de réalité » quelque part. Krugman passe son temps à démonter la « confidence fairy » et autres chimères fallacieuses des conservateurs US prêts à tout pour justifier la poursuite du modèle néolib. Les débats sur BFM sont emblématiques de ceci. Ce matin vers 10h ou 10h30, un tel, journaliste-économiste dit « les 3 papiers des économistes reconnus disent que ça ne crée pas un pet d’emploi » (ça ~= le pacte de « Responsabilité »), le néo-Madelin de service dit « mais ça rétablira la confiance, ça va dans le bon sens, blabla ».

        Et ce matin même, dans la fin de l’auto-intronisation Macronienne, les mêmes mots creux « rétablir la confiance des investisseurs, … étrangers » (sous-entendu: rester à bas taux malgré le dépassement des 3,8% visé encore une fois, puisqu’on va serrer vis plus fort en conséquence).

        C’est le démontage de ce non-discours systémique qui serait le second étage de cette plateforme, à 53% laquelle doit trouver le moyen de contourner cela  » à moindre frais », je ne sais pas comment.

    • Guy Weets

      pas si naïf; nous avons les moyens de nous organiser en collectif de surveillance de nos « élus ».il faut juste atteindre une masse critique- je crois qu’on y est- et mettre en place les bons outils tant pour surveiller les prises de position des élus que pour leur signifier que le collectif fera campagne contre eux s’ils dévient trop des objectifs que Nous le Peuple avant assigné à Nos Représentants! Par la même occasion on sauvera la démocratie. Beau programme non?

      • Troncal

        La question est de savoir si « nous » avons plus de clairvoyance que nos élus pour pouvoir les « surveiller ». Je suis tout à fait démocrate, cela ne m’empêche pas de me méfier un peu du « peuple », pour qui la plateforme à 80% serait peut-être :
        – que plus belle la vie, The Voice, les experts,… etc continuent à la télé dont la redevance serait gratuite…
        – le droit à polluer avec une essence ou un diesel moins cher
        – le retour à la peine de mort…
        – etc…
        je vous épargne le reste encore plus nauséabond sur l’immigration par exemple. Je suis sans doute pessimiste, mais pas sur la nature humaine : sur notre capacité à changer rapidement (en moins d’une génération) nos croyances, nos valeurs, notre « culture ».

    • Ar c'hazh du

      Durant des années, on a entendu TINA TINA TINA.
      Et ce matraquage n’est possible que parce qu’en face, il n’y a(vait ?) pas de plateforme oppositionnelle visible.
      Si Paul (et d’autres) se (nous) proposent de bâtir cette plateforme, il n’est pas constructif de s’interroger sur son efficacité. Bâtissons et rallions le plus de monde possible sur ce bâti, ce sera toujours mieux que le néant face à ce haïssable TINA…

  4. philosespiritam

    <<la religion féroce incarnée à Bruxelles par la Troïka ».
    Religion qui n 'a plus d'adepte mais fait croire qu'elle est suivie par millions, au contraire.Pour l'image , comment faire croire au personnes qu en résidant dans les "caves" que celles ci sont un paradis."Même les démons veulent s'échapper de l'enfer", pourquoi cherche t il à s en créer un pour l humour"
    Les mesures d’austérité ne peuvent se faire à partir du moment ou les rentes n existent plus.L’austérité c est prendre aux autres pour garder pour soi. On voit bien le résultat en Grèce, en Espagne, et en Italie qui de surcroit les médias voulant faire croire que les situations s améliorent en réalité absolument pas.La France est la prochaine si elle ne prend son destin en main et l Allemagne ensuite etc…
    Il faut repenser l'economie des fondations, aux charpentes, au toit.Une situation inédite demande des innovations inédites, aucun mécanisme du passé ne peut fonctionner.Le seul mécanisme viable est le revenu universel.Seule et unique solution que tout le monde sera obligés de mettre en place volontairement ou non en plus de la chasse aux corrupteurs.Laisser la corruption c est ne pas pouvoir trouver de solutions.Comme un virus informatique un seul code vicié et c'est toute la machine qui "plante" pour enfin mourrir.
    80% des personnes ? je dirais 99,8 ne veulent plus de l UE. tel qu elle est et dans toute l Europe.
    Cordialement.

  5. citoyen

    je propose que ‘lon évalue les entreprises selon des critères sociaux et environnementaux plutôt qu’économique et croissant.
    Donner un vrai rôle de partenaire aux employés (siège au CA avec possibilité de veto) et et une copropriété de l’outil de travail.

    j’ai plein d’autres idées mais une à la fois :)

    • philosespiritam

      Bonne idée mais cela ne fonctionnera pas tant que vous aurez des multinationales au plein pouvoir pressant les autres entreprises de le faire et elles de passer outre.

      • citoyen

        Ceci doit être entrepris au niveau européen avec l’essort de champion européen tel Airbus pour concurrencer les multinationales états uniennes, japonaises ou chinoises. Bien sur la production devra également être localisé en Europe.

      • Ar c'hazh du

        @Citoyen,

        Si vous regardez le Board (http://www.airbusgroup.com/int/en/group-vision/governance/board-of-directors.html) de cette entreprise, vous constatez qu’il n’est pas constitué de gentils avioneurs… Pour espérer qu’ils adoptent votre concept (une magnifique idée soit-dit en passant) il faudra d’abord leur passer sur le corps (ou du moins sur ceux de leurs valets).

    • Troncal

      Si c’est pour réinventer le vieux modèle soviétique, non merci. Ces employés au CA avec possibilité de véto seront soit achetés, soit décourageront tout entrepreneur, qui ira produire ailleurs…
      Quand à la copropriété de l’outil de travail, pitié… ça marche (et encore) dans les petites coopératives tant que la technologie est stable… ce qui n’est pas le cas actuellement. Qui décidera de la stratégie de l’entreprise quand on aura le choix entre ne rien faire jusqu’à la faillite ou se séparer de 10% du personnel et repartir du bon pied ?
      Au fait, le droit de grève existe aussi pour les employeurs, au cas où vous ne l’auriez pas remarqué : ils n’embauchent plus… (en tout cas en France). On va les fusiller comme en URSS ?

      • Mathieu

        Pitié, arrêtez avec votre URSS-épouvantail!
        Et avec le refrain « les entrepreneurs iront ailleurs », on peut aussi liquider les normes environnementales et la démocratie parce que sinon les entrepreneurs iront à Singapour ou en Chine.

        Evidemment qu’il n’y a pas de garantie qu’un représentant des employés soit intègre, bosseur, etc…Mais c’est la même chose que n’importe quel autre administrateur. Ce qui n’implique pas que le conseil d’administration est inutile.

        Complètement d’accord avec la proposition: je pense même qu’il faut plus qu’un, sans doute deux sièges (j’ai l’expérience d’avoir été à un CA isolé, c’est très dur. A deux c’est beaucoup plus confortable. Et on est moins tenté par les propositions et cajoleries à la limite de l’honnêteté…)

      • Luxy Luxe

        Les employés au CA, ce n’est pas le modèle soviétique (il n’y avait pas de CA), mais le modèle allemand…

        La pilule passe-t-elle mieux ?

    • Maxime

      Bonjour à tous. La question juridique du droit de propriété finissant toujours par se présenter, et souvent d’une façon à la fois éculée et inexpugnable, je suggère de nous intéresser de près à la façon dont **les parts sociales de(s) biens nationaux pourraient se voir attribuées aux citoyens eux-mêmes per capita**, nous-mêmes en tant que corps du « peuple », de la population (« nationale », suivant critères actuels peut-être à affiner), travailleurs cotisants (ah, la cotisation sociale de B. Friot !…) et contribuables électeurs.
      Quels arguments y opposeriez-vous, svp ?

  6. philosespiritam

    On ne peut créer des variables et constantes d’ajustement que dans un système stable, honnête et coopératif et social et humain.On ne peut pas contrôler un chaos ou le fondement même de l’existence de celui ci est l’aléatoire en exponentiel aussi bien que logarithmique fluctuant sans cesse.Notre civilisation d aujourd’hui hui est la résultant d’un équilibre construit par l’intelligence.Combien demain une onde solaire frapperait la terre, nous serons capable de reconstruire la totalité de notre environnement en mieux plus rapidement car la technicité et les savoirs faire sont là.
    Les intervenants négatifs joueront toujours sur c’est impossible, infaisable, inpensable, les peurs les angoisses.Si Christophe Colomb, keynes (clin d oeil), De Vinci, Einstein, Tesla et les nombreux médecins et scientifiques avaient eu peur nous serions à l’age des cavernes.
    Sans nul doute que certains esprits vicieux aiment à penser à la nostalgie d’une ére qu’ils auraient été plus profitable dans le liberalisme.
    Cordialement.

    • Guy Weets

      Si une catastrophe importante devait se produire nous ne pourrons pas reconstruire un environnement meilleur ni même récupérer cet environnement défaillant qui est le notre civilisation serait aménée à mourir dans un long soupir. Pour en savoir plus je vous suggère de visiter le site du  » future of humanity institute » de l’université de d’Oxford fhi.ac.uk

  7. philosespiritam

    En somme la solution va résider dans la fusion de tous ce qui existe de meilleur dans tous les systèmes en mettant à l ‘écart ce qui n’est pas bon et pour l individu et le groupe.Si c’est avantageux pour l individu et le groupe et la biosphère c’est la bonne voie, la meilleure.Une seule de ces conditions non remplis et c’est la catastrophe.
    Nous sommes dans un système volontairement pensé pour diviser , il faut maintenant faire l inverse et les choses découleront et les innovations arriveront « naturellement ».
    Si vous suivez la finance, et bien regardez le film idiocratie et dites vous que cela pourrait être mille fois pire que le film mais cela n’arrivera pas.Le meilleur futur est en marche, et toutes les meilleures volontés doivent s’y appliquer.Ce n ‘est plus un choix mais une obligation ou des hommes ne restera qu’un écho des emissions télevisées par onde d’une éspéces qui n existera plus que sous forme ondulaire spectrale.
    Cordialement.

    • basicrabbit

      « Nous sommes dans un système volontairement pensé pour diviser »
      Car c’est le mode de pensée occidental depuis la coupure galiléenne: mode de pensée réductionniste qui ne connaît que les relations de cause à effet. Il est pour moi intéressant de voir les tentatives du pouvoir de mettre en place une « forward guidance » en finance et en économie: tentative de substituer les causes finales aux causes efficientes. Pied de nez d’un retour en force de la loi de la demande au moment même où notre premier ministre français réaffirme avec force l’intangibilité de la « loi » de Say?
      Retour au lamarckisme (Darwin était lamarckien -théorie des gemmules-)? Reconsidération du rôle du génome? Fin du dogme néo-darwinien (barrière de Weissman)?
      Et si, comme en économie comme nous le dit PJ, les prétendues « lois de la nature primant les lois des humains » avaient été pensées par et pour l’élite?

      • philosespiritam

        lois de la nature primant les lois des humains » n’avaient pas été pensées par et pour l’élite?
        Non mais elles auraient bien aimé.
        La Nature a laissé la gratuité aux hommes aussi bien qu en mal, pour déterminer mais aussi comprendre ce qui est bon ou mauvais.Pas pour le faire souffrir mais pour se souvenir de la douleur pour ne pas la reproduire sur lesautres.Imaginez que vous ne vous souveniez pas de la douleur physique et psychique, vous feriez aux autres pour vous amuser sans vous rendre compte ce que vous ne voudriez pas subir.La réalité physique est je peux toucher car on peux me toucher.

      • philosespiritam

        « L’élite » ne peut fabriquer les éléments dont elle est issue et fait parti à la base et dont elle en a tiré les profits mais nie les avoir utilisé.

      • philosespiritam

        En même temps si les « elites avaient crée leur propre monde à leur bon vouloir elles ne seraient pas en train de se battre à le sauvegarder pour elles uniquement.

      • philosespiritam

        Rassurez les « elites » sont incapables de créer et ne pourront pas du moins pas en faisant quelque chose de bien.

    • Hadrien

      Il y aurait énormément de choses à dire. Je me contente ici de vous citer :’..solution va résider dans la fusion de tous ce qui existe de meilleur.. ‘ Le mot important est ‘meilleur’. Le problème: qui va déterminer ce qui est ‘meilleur’ ? Le sens de la révolution copernicienne que j’appelle à étendre du domaine scientifique aux autres, c’est de prioritairement chercher (modestement) le VRAI avant de choisir le BON. Si un intérêt se manifeste, je continuerai mon propos ;)

      • basicrabbit

        @ Hadrien
        Ce que vous avez à dire m’intéresse.

      • Noblejoué

        @ Hadrien

        Assembler le meilleur n’est pas facile, voire les vins d’assemblage, gentil d’Alsace, champagne et autre.
        Ici, celui qui assemblera tout ça me semble être notre hôte, comme il a des compétences, de l’intelligence et de la créativité, le résulat sera sans doute interressant.

      • philosespiritam

        ce qui peut être vrai est pas forcément bon ou ce qui est bon n est pas forcement vrai.
        « Le titanic coule » vrai mais pas bon.
        « je vois une oasis » mirage, bon mais pas vrai.
        Le meilleur c est ce qui allie bon et vrai.
        Cordialement.

  8. pH

    Hi Paul,
    En effet c’est une bonne idée, par contre une plateforme sous forme de commentaires ça va vite devenir difficile (surtout si julien ne fait plus de modération), peut être en imposant des tags formalisés dans les commentaires ou sous forme de wiki?
    J’imagine que le sujet ‘tabou’ du droit à la propriété est inclus dans la phrase « on ne peut donc pas être trop ambitieux » (même si c’est ça l’un de mes plus grand rejets et que cela résoudrait pas mal de problèmes) ?

    • Maxime

      @pH – Les tabous ne sont ils pas enfreints, parfois ? La liberté du commerce c’est bien, mais Monsanto me fait penser -avec d’autres- à celle du renard libre dans un poulailler libre dont me parlait mon père… Idée simple et forte que les arguments néo-libéraux ne valent jamais.
      Que pouvons-nous envisager sur un tel plan, pratiquement celui des concepts fondateurs ?

      • Noblejoué

        @ Maxime

        Le problème de Monsanto (et autres…) c’est que les gouvernements ne les encadrent pas assez.
        Le gouvernement doit être un contre-pouvoir à l’économie (des spéculateurs et autres) mais on en est loin.
        Certains adorent l’Etat, d’autres le marché (d’autres une religion ) mais du point de vue du citoyen, il n’y a que des pouvoirs, tous capables d’abus et à équilbrer les uns par les autres.

        SOS Montesquieu ou un de ses inspirateurs anglais.
        SOS fantômes.

        Ou alors des vivants ?

  9. philosespiritam

    Il ne s’agit pas que de l’économie, tout est à revoir, infrastructure, transport, énérgie, innovation, investissement, production, architecture, assainissement, répartition des ressources etc…
    Les grands chantiers du futur ne peuvent commencer que si l on rétribue l argent ou il est nécessaire, si l’on évite les éxces en les redirigeant dans des investissement à perte à court terme mais à des résultats prodigieux futurs.Plus on améliore les cadres de vie, la respectabilité, plus les personnes seront enclinte à se donner personnellement à l’amélioration des systémes humain, sociologique, environnementale.
    Pour ainsi dire, on ne peut pas construire demain si les personnes rentiéres ou aisés pensent maintenir leur niveau de vie et capitaux en cours ou en continuant à gagner de l’argent.
    Le monde de demain sera sans argent.C est inévitable et c est plus grand défi psychologique car l’homme est attaché à l’argent comme un chien avec une laisse à un arbre.Si l’arbre vient à brûler par l’orage ? C est l image de notre systéme actuel.On ne peut construire une société d avenir et viable qu en écartant l argent comme un moyen, il doit rester un outil pas une fin.
    Cordialement.

  10. Fredeick

    Quand un bateau coule, le plus urgent est de parer aux plus grosses fuites. Je parle de fuites de capitaux. Ces capitaux qui s’entassent par milliers de milliards dans les havres fiscaux implantés jusqu’au cœur de cette Europe qui s’en accommode très bien pour ne pas dire plus.

    Si j’ai bien tout lu Jorion, il faut que cet argent « perdu » pour l’économie (la réelle) retrouve le bon chemin qui est de participer à développer des activités socialement utiles et écologiquement supportables.

    Que peut-on faire dans ce sens qui soit efficace ?

    Le vrai pouvoir des citoyens est de choisir à qui il va donner ses sous. Si ces sociétés ou activités nuisibles se voient privées de capitaux, nul doute qu’elle vont y être sensible.

  11. delta

    bonjour ,

    ( Re )

    i) interdire la publicité ( chaque année ,dans le monde , cela représente plusieurs centaines de milliards de gaspillage , qui sont concrétisés par une consommation de ressources inadéquates pour manipuler les gens ) . La pub, à la fin , c’est le consommateur qui paye les outils de son propre conditionnement .

    ii) interdire en Europe la production et la vente de véhicules particulers dépassant les 500 à 800 kg , sauf vehicule electrique le temps d’améliorer la densité energétique des batteries .

    iii) mettre sur la table la question tabou de la démographie et définir la taille maximale de la population pour un territoire donné : taille maximale = ressource disponible du territoire / ressource par individu . Mettre en place la politique de l’enfant unique le temps de la transition , puis avec quota une fois le seuil atteint .

    iv) permettre aux gens de revenir à la Terre , en expropriant si necessaire les gros exploitants . 250 ( 500 si couples ) agriculteurs sur 4 hectares en permaculture qui remet des arbres , des haies , de la biodiversité , c’est mieux qu’un seul exploitant agricole sur 1000 hectares en conventionnel qui detruit les sols .

    v) mettre un plafond maximum de ressources consommables par personne . important pour le respect du iii ) . Les exceptions doivent être lié à une fonction .

    toute ces mesures doivent être universelle , par de dérogations liés à la personne , ou le montant du compte en banque ( peuvent accumuler autant d’argent qu’ils veulent ça ne servira à rien ) .

    —————————————————————————————————————————-

    ceci ne fait pas parti de la plate-forme commune , mais je donne mon opinion .
    Je suis pour le nucléaire , du moins le maintien des savoirs , savoirs faire et outils dans ce domaine et la poursuite de la recherche . Quand l’espèce humaine sera devenue un peu plus mature et qu’elle aura reglé la question de sa survie en équilibre sur cette boule bleue appelée la Terre , l’exploration spatiale repartira de plus belle et seule l’energie nucléaire pourra fournir le necessaire .

    • delta

      Je souhaite ajouter une precision, concernant les propositions que je donne pour la plate forme commune .

      En maths ,une des activités consiste à exhiber au moins un ensemble de conditions necessaires et suffisantes pour obtenir un résultat , un théorème ect , dans le but de dire il en existe un ( bien entendu il faut le démontrer ) … Ensuite il est intéressant de trouver d’autres jeux d’ensemble de conditions , équivalentes de la première . A quoi cela sert ?
      i) selon les circonstances , il est parfois plus aisé de partir , d’un jeu de conditions pour obtenir un résultat que d’un autre même si ils sont équivalents .
      ii ) l’écriture d’un premier jeu de conditions necessaires et suffisantes est souvent imposé par des point clés évidents , qui parlent , qui font sens .

      —————————————————————————————————————————–

      ce petit mot pour dire , que les 5 propositions écrites plus haut sont très négatives , car elles parlent d’interdire , elles parlent de contrainte . Qui voudrait adherer à ce genre de chose ?
      neanmoins , elles ont l’avantage de montrer une chose évidente , à savoir qu’elles sont necessaires ( pas suffisantes ) car liées à des contraintes physiques .
      maintenant tout l’art de ceux qui s’occupent de politique , de social , de l’humain , serait de trouver des propositions équivalentes (donc qui aboutissent au même résultat ) mais sous une forme auxquelle les gens seraient plus succeptible d’adherer .

    • Noblejoué

      @ Delta

      Pardonnez-moi mais vos idées sont liberticides et polarisantes.

      La publicité ne peut être interdite car fait partie, pas le plus ragoutant aspect certes, de la liberté d’expression.
      Les vehicules particuliers font partie de la liberté d’aller et de venir.
      La contrainte sur la démographie de la liberté d’usage de son corps. Décidément, sur ce blog je me fait mal voir par l’un en disant qu’il vaut mieux ne pas avoir d’enfants quand on ne peut les assumer, et par l’autre en disant qu’avoir des enfants est une liberté. Mais la responsabité nait de la liberté. Je ne peux en appeler à l’une que parce que l’autre existe.
      Permettre le retour à la terre est une chose. Contraindre les paysans à la permaculture en est une autre. Si elle est souhaitable, on donne ou on ne donne pas une chose. Posséder une terre implique d’en décider l’usage, liberté qui peut rendre responsable.

      En interdisant trop de choses, vous déresponsabilisez les gens.
      De moins en moins libres, ils agiront de plus en plus mal.
      Vous les contraindrez plus encore.
      Une dictature ou guerre civile peut en découler.
      La liberté sera anéantie ou plus sauvage que jamais.

      • roberto Man

        La liberté, s’arrête… lorsqu’elle empiète sur la liberté d’autrui… version originale, française,
        La liberté s’arrête.. lorsqu’elle empiète sur le BIEN COMMUN… version plus anglo-saxonne,

        Et le territoire du BIEN COMMUN est amené à s’étendre, au fur et à mesure que l’on prend conscience de ce que notre existence s’inscrit dans un cycle de vie complexe aux interactions « systémiques » et aux ressources limitées.

        Donc je lis ces propositions sous un tout autre angle que l’interdiction, et bien au contraire sous l’angle de la responsabilisation… qui me semble avoir été oubliée depuis la fin de la 2ème guerre mondiale, au profit d’un formidable souffle de vie propulsant la liberté au premier plan…

        et si.. et si la liberté était un faux concept? Existe elle vraiment? ne s’inscrit elle pas forcément dans un contexte physique avec des contraintes… La liberté.. c’est un rêve, Monsieur, serais je tenté de répondre… !

        et si ce qui comptait, ce qui nous anime.. c’est la vie? qui implique.. la responsabilité.. de maintenir.. la nature, les espèces, l’humanité en vie, avant tout et avant la sacro-sainte liberté.. ???

      • A PROPOS DE LA PUBLICITE & DU BIEN COMMUN : L’ETAT DU METRO PARISIEN!

        Le METRO est un bon exemple d’un BIEN COMMUN ou la publicité devrait être interdite ou alors permise, encadrée, sur la base d’un referendum des usagers et non d’une décision « financière » unilatérale de l’exploitant qui def ait, prend l’extraordinaire liberté de s’approprier NOTRE ATTENTION tout le temps que nous sommes amenés à parcourir ses nobles couloirs…

        Je suis personnellement ulcéré de voir tant de messages aussi.. vides envahir le métro et indirectement notre conscience.

        une exception de taille :: le couloir du tapis à montparnasse qui fait régulièrement l’objet de mise en scène éducative.

        Imaginons un instant que chaque école, association .. a définir.. ait un espace d’affichage du métro a gérer… ne serait ce pas plus.. palpitant? positif??

        ne vaut l pas mieux dans certain cas privilégier la liberté de certains, par rapport à la liberté d’autres, sur D’AUTRES CRITERES QUE l’ARGENT??? Et notamment des critères ayant quelque chose a voir avec le « BIEN COMMUN » ???

        Combien de votes pour retirer les couloirs du métro des mains des annonceurs??
        (que celui qui argumente sur le cout de l’opération.. soit pendu haut et court.; sur le champs! car notre cerveau, notre conscience a aussi son prix.. !)

    • Lemar

      La condition  » mettre un plafond maximum de ressources consommables par personne » me semble nécessaire (taille finie des ressources) et suffisante. En effet elle implique toutes les autres, car la chasse au gaspillage en découle inévitablement.
      Établir un plafond maximum de ressource est une contrainte très forte, pour ne pas imposer en plus aux gens l’utilisation qu’ils doivent en faire. S’ils veulent avoir une grosse voiture et se restreindre sur le reste, libre à eux. Pour un minimum de justice, elle appelle une autre condition qui est un minimum de ressources garanties pour tout le monde.
      Pour la iii), il me parait plus constructif d’établir le plafond max des ressources en fonction de la démographie et non l’inverse. Les gens seraient incités collectivement à ne pas trop se multiplier pour éviter de voir leurs ressources se s’amenuiser.

      Je rajouterai la condition de l’établissement d’une démocratie réelle.

      Je suis entièrement d’accord avec le dernier paragraphe de Noblejoué.

  12. Larry Stone

    Je viens de voir et d’écouter les discours de passation de pouvoir à Bercy. Un concours d’amabilités et d’auto-congratulations tout à fait conforme à ce qu’on peut trouver plus bas dans la pyramide de la hiérarchie. Tout ça est très Français, le culte du chef (Napoléonien) à tous les étages. Pas un mot sur comment on fait pour être compétitif sans perdre son âme dans une structure européenne conçue dès le départ pour mettre en compétition des gens structurellement inégaux, et où le marché conduit mécaniquement à la politique du moins disant social.

    • timiota

      « Pas un mot », ou plutôt un discours d’évitement de toute procédure tendant à chercher un dévoilement des causes. « Confidence fairy » ou rien. Sur ces arguments keynesiens et sur l’obstination qu’on rencontre en face, Krugman a exploré les N variantes psychologiques.
      Si on garde ce type de constat, on peut encore faire coïncider la plateforme avec les points faibles de l’armure de ceux d’en face, et pour ça, il faut les écouter un peu pour faire le judoka avec.
      Quel est l’îlot de « demande » qui doit renaître en priorité, par exemple ? des objets de consommation durables (voiture, ménager, construction) ? ou de l’outillage industriel (mais de l’automatisation) ? Ou de la formation ? Et utiliser les forces existantes en combinaisons plutôt qu’en déréglementation attalienne. Mais son »quadrillage » de la situation pourrait constituer, revisité intelligemment, une base de contre-attaque.

  13. Juillot

    Partant du principe que plus de 50% de la population active en France, mais pas qu’en France, vie avec soit, d’un coté et au maximum pas plus de 1600 euros net/mois, soit en dessous du seuil de pauvreté – la moitié de 977 euros/mois – pour son autre extrémité misérable, que la population inactive est composée majoritairement de personnes, foyers retraités, etc, modestes, pauvres, que c’est à cette population là, selon les politiciens-es néolibéraux de tous bords, les médias de masse manstream, etc « qu’incombe » seule, la « charge » de payer plus chèrement, durement, injustement, inégalitaire-ment que les autres voyant leur impôts baisser…, et l’austérité (la rigueur pour les pudiques et complexées d’être d’une « gauche » à droite), et les « réformes » (dégressives socialement, démocratiquement, en terme de représentativité, etc) dites « structurelles », et le sauvetage de la finance, d’un certain patronat, des actionnaires de leurs pertes privées et frauduleuses (« crises » des subprimes etc), et les plans économiques dits de « l’offres » (dont celui existant est plus qu’inefficace avec plus de 200 milliards d’euros par ans, soit 10% du PIB, avec les baisses de cotisations sociales patronales et les hausses de celles salariales, avec la hausse des taux de TVA et autres nouvelles taxes, etc ), il existe dans cette population le potentiel de ces 53% visé.

    Sachant que ces politiques économiques néolibérales menées de par le monde (mais particulièrement en Europe) produisent et la spirale récessive, le risque de déflation (mais que de l’économie réelle), la montée du chômage, et du populisme haineux, la progression des inégalités et de la précarité comme de la pauvreté, nécessitant toujours plus d’austérité, et du reste énuméré plus haut, et toujours moins de solidarité par les dépenses publiques sociales, empêchant tout investissement public, etc, et asphyxient concomitamment les politiques économiques des pays pauvres et émergents, appauvrissant leurs populations, leurs Droits, protections si maigres, et aspirations à plus démocraties et d’indépendances, de protections de leur environnement (le notre commun) et conditions de survie, derrière la logique de la « mondialisation » et de la « compétitivité » au moins disant social et fiscal comme Étatique, juridique (public. voir les accords Transatlantiques, etc), ce depuis le début des « crises » en 2007/8/etc…, un point commun me semble relier tout cela…

    Celui ci est l’explosion des dettes publiques qui ont été enclenché par la socialisation massive des pertes privées (et publiques par la financiarisation abusive et dérégulée des finances publiques, DEXIA, etc), qui ont provoqué la cascade des méfaits décrits si dessus. Plus que cette explosion nombre d’exemple démontre que la constitution même des taux d’intérêts d’emprunts d’États et autres, comme des prix fixés par la finance les multinationales de manière complètement « arbitraire et irréaliste » avec l’aval des politiques, médias, etc, sont les ondes de chocs antèrieures des « crises » précédentes de la finance et de ses dérives spéculatives mortifères pour l’humanité, la planète, les Démocraties, comme l’atteste par exemple les émeutes de la faim dans les d’Afrique, en 2008, à la suite de dérives spéculatives sur les produits alimentaires de premières nécessités (et les profits immoraux que la « finance » en tira)…

    Cette dette publique en France comme ailleurs sont comme l’emploi, des leviers de chantage lui servant et à garder sa « souveraineté » (confisquant celle des peuples) sur la fabrication et maîtrise des monnaies, et à gagner toujours plus d’argent en faisant fluctuer les taux, les prix à ses seuls avantages, loin d’être généraux il est vrai, quand pour l’emploi, le chantage s’opère par la menace de toujours plus de licenciement massif, de délocalisation, d’externalisation, de robotisation, d’automatisation du travail (seul source de revenu, de moyen de subsistance de l’être humain sans parler de sa dignité, de son libre choix) et la seule fin de casser les Droits du travail, les protections sociales, etc des pays dits riches afin de les aligner sur les pays pauvres, etc.

    Cette dette publique, et le chantage par la (pseudo) menace de la hausse des taux d’emprunts, comme l’emploi, et la menace (réelle et bien plus importante « quantitativement » que les chiffres officiels. Voir les non-inscrits-es à pôle emploi, au RSA actif, etc) du chômage sans Droits, sont corrélés, confondus en causes et effets dans ces deux menaces l’absurdité, l’injustice, l’immoralité de la politique économique de l’offre en la faisant payer plus lourdement aux ménages modestes, etc des pays riches (et concomitamment des pays pauvres), alors que ceux ci payent l’austérité (donc le non endettement, investissement public sup), les « réformes structurelles » (accord l’ANI, etc) et l’hypocrisie des politiciens,-es et de la « finance » (banque entreprise, actionnaires, etc) qui pour avoir été sauvés de leur « casino », pour être restés impunie de leurs fraudes (fiscales comme en France avec plus de 100 milliards d’euros par ans à peine combattues, sanctionnées, politiquement et publiquement, médiatiquement, et cause des déséquilibres budgétaires et d’instabilités fiscales comme de manque de moyen de redistribution de la solidarité) fautes, erreurs, se voudraient immunisés contre ce « petit peuple » (ces plus de 50% cités plus haut). Sachant que derrière cette dette, ce passif négatif, l’actif de la France est positif, est à « crédité » de 4 fois le montant de cette dette, et est la source de convoitise inavouée de la finance…

    Il est question pour beaucoup d’économistes même d’ouvrir les débat sur l’illégitimité de cette dette publique (à 59%) tant à cause de la socialisation de fraudes privées, que dans la fixation de taux d’emprunts trafiqués, frauduleux… Il me semblerait alors intéressant, comme il est logique, dans un souci de travailler en amont d’un problème, de tenter d’ouvrir un débat publique, Politique, Démocratique, médiatique, sur la base de la reconnaissance de cette illégitimité …, ce qui aurait le mérite tant d’instruire les citoyens-es visés par cette idée de fédérer « une plate forme », qui sont soit disant incultes en économie, et par effet papillon d’aller au delà de cette frontière « nationaliste » mortifère (quand les détenteurs-trices de titres des dettes sont étrangers-ères) dans le but de créer les conditions d’un combat internationaliste contre la finace en générale…

    Ce ci n’est qu’une suggestion, voulue ouverte, demandant à être approfondie, débattue (anticipation de l’adversaire, conséquences géopolitiques, etc) dans toutes les dimensions qu’elle va, à ne pas en douter dévoiler au fur et à mesure que des réponses y seront apportées.

    Pardon pour la longueur du propos, qui pour mon humble cerveau et niveau d’instruction, me fait dire qu’elle est issue de la complexité du problème et des idées à y imbriquer, leurs ordres, hiérarchies, priorités, etc.., afin de tenter d’expliquer le cheminement d’une pensée, d’un concept aussi complexe…, l’urgence qui en découle, que le simplisme de la solution peut s’avérer devenir plus ardue qu’il n’y parait.

    Pierre Juillot.

    Dette publique illégitime à débattre : http://www.marianne.net/Thomas-Coutrot-59-de-la-dette-publique-est-illegitime_a239104.html

    • Juillot

      Je rajouterais deux faits si je puis me permettre, pour parler de la dimension sociale (ses urgences) et Politique comme Démocratique au sens noble du terme. La solution présentée plus haut n’est qu’un début, le commencement d’un processus, la fondation d’une architecture. Puis. Notons que ces plus de 50% cités en introduction du sujet souffrent d’aucune représentativité Politique, Démocratique, Institutionnelle réelle et sont voulue par la pensée unique, les politiciens-es et les médias de masse, soit abstentionnistes (chose faite puisse que les dernières élections même minorées par la presse, etc les font dépasser la pseudo « victoire » du fhaine et autres parties « nationalistes ») soit haineuses et donc votant fhaine… Cette dimension n’est pas à négliger car d’un coté, il est question pour les politiciens-es, les médias et autres « analystes » de se légitimer au pouvoir comme dans la gestion de la dette publique et dans la « critique » et autres « consécrations » avec de moins en moins d’électeurs-trices votants-es (comme le fait le fhaine prétendument « anti-système »). Il est donc question d’un autre coté d’une illégitimité corrélée (du politique élu pour décider de cette gestion des dettes) tant de la dette publique que de sa reconnaissance politique, institutionnelle, Démocratique amoindri (quel seuil de représentativité de votants-es lors d’une élection valide celles ci ? 50% suffisent..? 40%? 30?)et des conditions de son remboursement comme des moyens de le faire.

    • philosespiritam

      Vous avez tout dit :
      Chantage et dette illegitime.
      La dette n’est pas fait pour être remboursé mais que pour vous soyez sont eternel débiteur.

      • Juillot

        Vous avez raison sur le fond… « La dette n’est pas fait pour être remboursé mais que pour vous soyez sont eternel débiteur. » Et je le déplore d’ailleurs aussi réaliste que je suis, en « fin de Droit » chômage etc que je reste. Mais nous voila alors sur la forme (guerre totale réelle ou pas – conflictualisée dans certaines zones, secteurs, etc – , ou nouvelle forme de combat, de Résistance pour changer de modèle…?), dans le contexte actuel en rapport à la dette publique, la question de sa légitimité, et dans le souci de respecter le rapport de force (sans spolier complètement les riches, mais en faisant appel à la justice aux Droits – nationaux et internationaux – , etc) dans la notion de sa « qualité » (pour construire des écoles, des hôpitaux publics, des infrastructures, des biens communs, etc) et non sa « quantité » (ses déficits publics à presque 5% en France, au regard des fraudes fiscales à 5% du PIB pour tous les deux par exemple) soutenable ou pas pour les deux notions, les deux unités de mesure… L’on peut dire qu’il existe de bonnes dettes (publiques par exemple, et privées dans le cadre d’un capital rémunéré honnêtement, au juste prix – hors spéculation -, pour un projet privé/public ambitieux économico-social-environnemental par exemple, voir le livre de M. Jorion « Le capitalisme à l’agonie ») et de moins bonnes dettes (comme celles privés avec la notion de propriété privé qui en découle et qui s’oppose à la raison de la démographie, des ressources pas inépuisables, de leurs répartitions inégalitaires par nature, etc, etc). Ce souci d’éviter de spolier les riches, actionnaires, fraudeurs du fisc en plus pour beaucoup, n’est autre qu’un principe de réalité en raison du contexte de globalisation de l’économie réelle et virtuelle, contre lequel il est plus difficile selon moi de lutter seul ou presque, plutôt que de définir en terme de Droits, de juridictions, etc, la justice d’une rémunération rentière « normale », d’une reconnaissance de dette « soutenable » (et donc de taux, prix, etc abusifs, infondés), afin d’en faire faire jurisprudence éventuellement.. Car l’autre souci corrélé n’est autre qu’être fraternel, égalitaire (dans le sens des lumières) sous entend de ne pas chercher à résoudre que ses propres problèmes, mais anticiper les siens en rapport de ceux des autres pays, populations pauvres, émergentes qui ont et auront besoin de capitaux (publics et privés) pour leur développement épanouissement, émancipation citoyenne, sociale, démocratique, politique, etc (infrastructures, eau potable, dépendance énergétique, etc etc), ce tout avec un dernier souci celui de ne plus nuire à la planète, aux conditions de vie du vivant, aux libertés individuelles, etc. Il me semble qu’on ne peut réduire complètement l’antagonisme au niveau mondiale, sociale, « sociétale, etc, qui gravite autour de la notion de propriété privée (dans toutes ses dimensions, y compris publiques), sans conférer à celle ci un besoin existentiel pour les pays et populations les plus pauvres, émergents, urgent et capital…

      • roberto Man

        CONCLUSION : un projet de plate forme des 80% devrait s’appuyer pour moi sur une opération très concrète de BANQUE DU PEUPLE nous permettant d’expérimenter l’exercice de notre libre arbitre et de notre pouvoir financier, puisque le jeu du pouvoir s’est visiblement déplacé du politique au financier.. allons y!! Détail…

        Quand j’entend dette… je ne peux m’empêcher de penser a ce qui pourrait être le plus grand HOLD UP de L’HUMANITE (?? d’autres suggestions?? souries), délicatement … passé sous silence lors du TRAITE DE MAASTRICHT :: l’interdiction faite à la BCE de financer directement les états membres..; et la nécessaire intermédiation des BANQUES !!!

        Y en a qui ont du bien se marrer… de voir les débats faire rage sur tous les autres sujets plus ou moins ésotériques et notamment su rle fédéralisme… en se frottant les mains de leur coup subtil et de l’ignorance crasse.. de TOUT le SYSTEME (et je m’inclus car j’ai a l’époque écrit un livre-guide sur le traité.. et je l’ai pas vue l’éléphant qui était en face!!)

        Et donc en pratique, la dilution ou le mélange des véhicules de financements a un effet diablement protecteur pour le système :: il nous est impossible de définir/circonscrire un ensemble de dettes dont le non remboursement serait possible sans trop de dommages pour l’économie réelle. Tout est trop mélangé et systémique.

        Le premier pas stratégique le plus important serait a mon sens d’opérer cette fameuse séparation des banques d’affaires et des banques de dépôt de manière RADICALE.

        Et comme cela ne se fera pas (j’ai voté Hollande pour cela précisément.. merci l’ami.. CENSURE!) et bien il reste une solution ::

        1) créer/favoriser la mise en place d’une banque du peuple « hors système » (je crois que c’est en cours une en belgique et une en france la NEF) et s’assurer du rôle politique de en rentrant dans l’organisation ou en passant un accord clair garantissant la qualité de la banque, en echange d’un succès massif.

        2) communiquer massivement pour rapatrier une très grande quantité de comptes dans ces banques du peuple, au détriment des autres :: c’est un pouvoir simple qui nous reste!!
        C’est assez facile de communiquer de manière virale sur le thème.

        3) et en profiter pour fédérer, développer une nouvelle plate-forme, autour de cette première action forte et symbolique.

        CONCLUSION : un projet de plate forme des 80% devrait s’appuyer pour moi sur une opération très concrète de BANQUE DU PEUPLE nous permettant d’expérimenter l’exercice de notre libre arbitre et de notre pouvoir financier, puisque le jeu du pouvoir s’est visiblement déplacé du politique au financier.. allons y!!

        Ensuite le système laisse des libertés.. pour jouer avec lui…
        — possib. de créer des monnaies locales et de favoriser politiquement leur développement
        — favoriser les trocs pas tant pour appauvrir l’état.. quoi que.. que pour développer le plus possible les relations sociales positives.
        — et enfin.. refuser de payer l’impôt, massivement…

        bon mais la faut savoir par quoi remplacer le pouvoir !! C’est une autre histoire…

  14. Arnaud

    Pour du « court terme »
    Arrêt des negociations TAFTA.
    Mise en place d’une politique fiscale progressive et redistributive (cf Piketty).
    Annulations partielle/totale des dettes en zone euros.
    Autorisation des etats à emprunter auprés de la banque centrale européenne.
    Interdiction des paris sur les fluctuations de prix zone euro.
    interdiction des transactions swift avec les paradis fiscaux France et zone euro.
    Interdiction du HTF, et remise ne place de cotation au fixing France zone euro.
    Mis en place d’une monnaie commune en zone euro (retour ECU). système de compensation selon Keynes
    Renforcement des moyens judiciaires et policier en matière de fraude fiscale (organisation/arsenal legislatif et budgétaires).
    Baisse de la taxation du travail (à adapter suivant la taille des entreprises), simplification des structures sociales des entreprises de faible taille.
    Retablissement de barrières douanieres dans certains secteurs suivant des critère environnementaux/sociaux.
    refus de la brevetabilité du vivant et révision des droits de propriété intellectuelle dans le domaine de la pharmacie.
    Préparation de la conférence environnementale de 2015 à Paris sur le climat.
    PLan d’investissement pour la restauration des ecosystèmes européens dégradés (eau en Bretagne, pollution du Danube)
    Plan agraire avec objectifs contraignants pour l’utilisation de produits phytosanitaires.
    Affichage des traitements phyto sur étiquetage du produit final.
    Fixing de prix de produits alimentaires/limitation des marges de la grande distribution.
    quota de pêches voire interdiction (grands fonds) et accompagnement de la conversion partielle de la filière.

    Voilà voilà.

    • philosespiritam

      Absolument bon.En plus d’un revenu universel émancipateur.Et pour ceux qui veulent s investir dans un emploi ou continuer à travailler, un salaire en fonction de la pennibilité et des responsabilité en tenant compte de l appréciation des employés sur leurs cadres et non l inverse.
      Par contre innaplicable tant que l’UE des lobbys ne disparaitra pas pour se refonder vers une vraie UE

    • Luxy Luxe

      Mise en place d’une politique fiscale progressive et redistributive (cf Piketty).

      C’est très simple : il suffit de restaurer les textes en vigueur par le passé (ou de s’en inspirer).

      Par exemple,

      TVA sur la consommation avec trois tarifs :
      – réduit pour les biens de première nécessité (alimentation)
      – normal pour les biens normaux
      – luxe pour les biens de luxe

      Impôt sur les revenus fondé sur deux principes de base :
      – globalisation de tous les revenus, sur base de leurs chiffres réels
      – application d’un taux progressif par tranches, avec pour but d’arriver à une taxation à 80 p.c. sur tout ce qui dépasse, par exemple 250.000 euros

    • vigneron

      Limitation des l marges de la grande distribution sur les introduits alimentaires ?
      Est-ce que vous connaissez la marge nette de la GD par exemple sur la viande de boeuf ? Manque de bol, elle est négative (de mémoire, c’est près de 1€ perdu pour 100€ de chiffre d’affaire en moyenne selon le dernier rapport sur les marges remis au parlement en 2013). La GD perd du pognon sur la plupart des produits frais.

      • Arnaud

        Vigneron, Le point est que l’agriculteur puisse vivre de sa production de façon « décente » (hors céréaliers, hors revenus fonciers).

      • vigneron

        Alors, Arnaud, cessez de faire comme eux et de taper sempiternellement sur la GD qui perd du pognon à vendre leur daube.

      • daniel

        Avec si tant d’altruisme, sûr, ça va pleurer dans les chaumières.
        S’ils perdent sur le détail, c’est sans doute qu’ils se refont sur la quantité, non ?

    • Ar c'hazh du

      Je souscris à tout et j’ajoute :
      Institution d’un ratio constant entre les revenus avant impôt les plus élevés et les plus bas (je suggère 80 – 100). Tout écart doit être corrigé par la confiscation de l’excès s’il est isolé (revenu maximum) ou l’augmentation du minima (hausse du RSA) s’il est tendanciel.

  15. Kerjean

    Tout d’abord, un établissement de muraille constitutionnelle garantissant une république vertueuse.
    Le mieux étant l’ennemi du bien, on pourrait juste amender la cinquième de quelques points essentiels:
    – réduction des sénateurs à un seul par département élu au suffrage universel direct.
    -réduction par deux du nombre de députés
    -établissement d’une loi fiscale créant un formulaire  » revenus publics et para-publics » pour tout élu de la république, jusqu’au dernier conseiller municipal d’opposition intégrant les avantages en nature et les revenus des missions découlant des mandats. OBLIGATION DE PUBLICATION ANNUELLE DE CE FORMULAIRE.
    -obligation, pour chaque élu, de justifier chacun de ses votes sur le blog internet dédié à son mandat.
    – Fin du faste républicain. Réduction par 10 des frais de l’Elysée. Suppression de tous les décorums et cérémonie pour les présidents d’Assemblée. Dissolution de la Garde Républicaine ou réduction à un simple attrait folklorique.
    -inéligibilité à vie automatique pour un élu condamné directement pour corruption, prise ilégale d’intérêt et autres crapotages
    .

  16. Troncal

    1- Les organisations ne sont pas des associations de bisounours. Si les patrons n’embauchent pas en France, c’est au vu des carnets de commande, certes, mais aussi parce que le droit social français protège aussi bien les gens de mauvaise foi que ceux de bonne foi. Si j’étais chef d’entreprise, il faudrait me payer cher pour accepter d’embaucher quelqu’un en CDI alors que je ne sais pas combien de temps j’aurai du travail pour lui… ni combien de temps il acceptera de bosser sérieusement… Il y a une prime à la mauvaise foi qui existe et freine toute la société française… il ne faudrait pas confondre les luttes à mener sur le plan macro et les comportements individuels acceptables .
    2 Au delà de la très connue opposition entre salariés et capitalistes, ils ne faudrait pas oublier la très violente opposition entre les gros et les petits : la grande distribution face au petit commerce, les grands donneurs d’ordre face à leurs sous-traitants etc. Je ne sais pas où se situe la plus grande violence. Il y a beaucoup de petits patrons malmenés par leurs clients, d’agriculteurs, d’artisans en souffrance, qui pratiquent l’auto-exploitation travaillant des 60 ou 80 heures par semaine, et quelque fois en arrivent au suicide.
    3 Quelle que soit « l’efficacité » apparente de nos sociétés occidentales actuelles, c’est l’environnement qui dictera sa loi à moyen voire court terme, donc l’écologie ne peut être absente de cette plateforme.
    4 Que nous le voulions ou non, nous sommes dans un monde ouvert, en concurrence avec l’Allemagne, mais aussi les USA, la Chine et l’ensemble du monde. Une action franco française ne sert à rien, seul le niveau Européen a des chances d’avoir un peu de poids…
    5 la technologie est dans un phase d’évolution jamais vue… pour ne prendre qu’un seul exemple, les GPS qui semblaient hier sur un secteur d’avenir (TomTom et cie) vont disparaitre, et leurs employés virés, ces petites machines seront remplacés en quelques mois par des applications gratuites (au moins en apparence, sauf qu’elles se payent en données prélevées sur leurs utilisateurs – voir le papier de E. Morozov) téléchargées sur nos smartphones (Waze… ).

    • boyan_d

      1. Dans la mesure où on peut se fier à la nature humaine, la mauvaise foi se répartit probablement assez équitablement entre les salariés et les dirigeants, non ?

      Au nom de quel concept prendre parti pour le confort du fort plutôt que pour le confort du faible ?

      2. Oui, Les grosses entreprises usent de leur force pour supprimer la concurrence des petits, et l’état va dans leur sens. Il faudrait une véritable politique de soutien au PME, mais il est vrai qu’ils n’ont pas beaucoup de pots-de-vin à offrir.

      3. D’accord, mais le 0,1 % des ultra-riches (50 % de la richesse du monde, à la louche) s’en fout de l’écologie.

      4. Il faudrait peut-être aller le dire à Singapour (le niveau de vie le plus élevé du monde sur une superficie de 647 km2). Ou à Israël, qui devrait pour tenir le coup face à la concurrence internationale, s’allier avec ses voisins.

      5. Oui. Et ça va plus loin que ça encore. Cette conférence de Laurent Alexandre m’a laissé pantois (je l’ai remise en lien un peu plus bas tellement elle est énorme) https://www.youtube.com/watch?v=tw1lEOUWmN8

  17. Macarel

    Personnellement, je pense, avec quelqu’un comme J. Sapir ou F. Lordon, que rien ne sera possible si nous ne retrouvons en tant que peuple français, notre souveraineté.
    Et cela passera sans doute par une sortie de l’Euro monnaie unique, on pourra toujours garder une monnaie commune.
    Si les forces de gauche n’ont pas le courage d’affronter cette question, celle des conséquences néfastes du Traité de Maastricht et des suivants, celle du déni de démocratie qui s’est produit après le référendum de 2005, alors le FN seul se chargera de briser ces tabous, comme il le fait déjà, et deviendra de plus en plus menaçant sur le plan électoral.
    Il faut que les républicains authentiques qui existent dans ce pays, de droite, comme de gauche, aient le courage de reconnaître que Ph. Séguin ou J-P Chevènement avaient raison en 1992, le Traité de Maastricht nous a conduit dans une impasse.
    Ne pas le faire, se coucher devant l’Europe allemande, et la finance mondialisée, comme l’a fait Sarkozy, et comme le fait aujourd’hui Hollande, avec pour conséquence la mise en pièce de notre économie, et une explosion corrélative du chômage, c’est prendre la très lourde responsabilité de mettre en péril la paix civile dans ce pays. Processus qui ne peut que profiter au final qu’au FN.
    L’heure est au moins aussi grave qu’en 1958, sinon plus.

    • Troncal

      De quelle souveraineté parlez vous ? La France seule n’a aucune chance de s’en sortir, soyons sérieux. Pourquoi pas réclamer aussi l’indépendance de l’Auvergne qui pourrait dévaluer etc…?

      • Macarel

        L’utopie, c’est de continuer comme aujourd’hui, de se boucher les oreilles, et de fermer les yeux.

        Si vous pensez que nous ne pouvons plus être souverain en tant que peuple, alors vous acceptez que la démocratie est morte. Que cela vous plaise ou non, jusqu’à nouvel ordre c’est le cadre national, qui est celui dans lequel peut se développer la démocratie. Car il n’y a pas de peuple européen, et il n’y en aura peut-être jamais. Nier l’histoire a toujours conduit à des drames.
        L’Europe des régions, c’est un « truc » pour mettre encore plus les populations sous le joug du capital international, ça semble sympathique de prime abord, mais il faut voir ce qu’il y a derrière.
        L’argument : on est trop petits tout seuls, on nous l’a déjà fait cent fois, ça ne prend plus.
        Et encore vous osez nous le ressortir, alors que l’Europe puissance n’existe pas, elle le montre tous les jours, vous ne manquez pas de culot.
        Le roi est nu, et vous le savez bien, l’heure de vérité s’approche à grands pas, et tous vos arguments éculés, se réduiront en poussière devant la force du réel.

      • ClaudeL

        Restaurer notre souveraineté, et donc notre démocratie n’est pas incompatible avec une union européenne. Evidemment pas sous la forme qu’elle a aujourd’hui. Cela passe probablement par une 6e République qui fixerait le cadre de cette démocratie retrouvée.

    • philosespiritam

      Non sortir de l Europe fera fuir tous les capitaux.L inflation sera insupportable, les budgets ingerables.Les Refondements de l UE est nécessaire.

      • philosespiritam

        L heure est plus grave que 1870,1914,1929,1939,1973,1981,1998,2001,2008.
        La junte « élitiste » est confronté d un bloc a tous les problémes qu elle a crée et ne pourra les résoudre.
        La bonne nouvelle c est que cela va nécessiter de sortir des impasse du 20éme siécle.
        Seul la coordination mondiale des intelligences avec le soutien des peuples pourra sauver ce qui est.

      • Macarel

        Et rester dans l’Euro, voir la France perdre ce qui lui reste d’industrie et d’emplois relativement bien payés, c’est plus enviable ? Voir le chômage, la précarité, et les emplois de service mal rémunérés se développer c’est supportable ?
        Sortez des bulles ( et je ne parle pas des bulles spéculatives) dans lesquelles vous vivez coupés du réel, que vivent vos concitoyens, peut-être qu’alors vous comprendrez, mais je n’en suis pas sûr, tant vous êtes aveuglés par des chimères.
        Quant à refonder l’UE, c’est déjà un « truc » qu’on nous a fait, merci ça ne prend plus : « à Pâques ou à la Trinité ! »

      • roberto Man

        Soritr de l’Euro, ou pas sortir de l’Euro????

        Les amis, la question est pourtant simple!! sourries..

        Visiblement.. il semble clair que CA NE FONCTIONNE PAS en l’état et AUJOUR’dHUI et qu’il faut a) soit changer quelque chose,
        b) soit être patient et parier sur cette CONVERGENCE qui a été le concept fondateur du traité de mmaastricht (priez très chers frères, priez!!)

        Soit IL EXISTE UNE SOLUTION TECHNIQUE et HUMAINEMENT PERFORMANTE pour gérer des économies disparates avec une seule monnaie… et il faut mettre en oeuvre ces mesures très vite!!

        Soit CA EXISTE PAS et alors il faut trouver un autre système ou revenir à l’ancien !

        Ou alors, je le redis, car telle était me semble t l la philosophie et le reve inconscient du traité de Maastricht :: le reve de la convergence lente, mais certaine de tout le système…

        Or la… doute : car il n’est pas certain que le libéralisme ait a ce point la le sens de l’équilibre et du bien commun… Il semblerait meme que le libéralisme capitalistique se nourrir… des différences et donc maintiendra le système dans d’incessants déséquilibres, plutôt que de ré-équilibrer harmonieusement le tout « par magie »…

        ——————-

        et quand je dis que ça fonctionne pas c’est un constat et c’est le constat de la grande DISPARITE des pays et des cultures en Europe…

        exemple : je suis porteur d’un chouette projet d’activité a fort potentiel.. ok.. et bien franchement, je suis parti pou m’installer en BRETAGNE.. pour quitter la trop forte densité de la RP et je risque de prolonger le chemin jusqu’en IRLANDE parce que la bas leur politique fiscale est stable, favorable à l’entrepreneuriat (connote de manière plus positive que entreprise) le taux d’imposition des sociétés est de 12,5% contre 33% en France… concrètement cela veut dire qu’il faut faire beaucoup plus de CA et de marge en France pour ne pas se casser le gueule et que en cas de pépin… on se retrouve coincé avec des salariés…

        => Clairement, l’Irlande BENEFICIE de l’EURO et insiste bien dans sa doc fiscale sur le fait que l étaux de 12;5% est ok avec l’Europe et ouvre toutes les portes de l’Europe pour tous les services (avec en plus des dispositions sympa cote investissements immatériels..) puissent en bénéficier et partir largement à l’assaut des dinosaures engoncés dans leurs fiscalité de type « pas que beau ».

        En clair c’est une vraie guerre économique et le système actuel semble favoriser les performants (l’Allemagne, pas de smic… l’Irlande IS 12,5%) par rapport aux dinosaures… peut être plus « sages » mais du coup inadaptés.

        .. bref, trop cons les dinosaures!!

        et en tous les cas pas capable d’agir en homme et de poser les conditions claires et nettes : attention, nous allons sortir de l’euro.. si si.. sauf si.. on défini des règles uniformes pour une vraie concurrence à la loyale…

    • boyan_d

      D’accord avec le fait que le niveau auquel le simple citoyen a la plus grande capacité d’action reste les nations. Pas forcément parfaites, mais offrant un cadre permettant d’agir.

      Il faut voir comment la situation se dégrade dans les zones où l’état a été détruit (Irak, Afghanistan, Lybie, Ukraine, Libéria…) ou bien même là où l’état a été volontairement affaibli (UE, zone euro).

  18. boyan_d

    Afin de donner de la perspective, de la profondeur, à la vision que nous pouvons avoir du projet qui anime cette « religion féroce », cette conférence d’une heure du neurologue Laurent Alexandre est éclairante (et aussi effrayante, exaltante, déprimante, etc.). Elle est à mon avis carrément indispensable car elle donne un aperçu sur la « profondeur stratégique » de la pensée des « Maîtres du monde ». Bon, ça paraît grandiloquent comme ça, mais vous verrez que ce qui est dit ici est à la hauteur de ce « pitch ».

    https://www.youtube.com/watch?v=tw1lEOUWmN8

    Aussi fascinantes que soient les perspectives ici décrites, je ne peux m’empêcher de penser aux bandes dessinées de l’Incal (par Jodorowsky et Moebius), ou du cycle d’Ædena (par Moebius), et leur description de sociétés hypra-technologisées et déshumanisées.

    • philosespiritam

      En fait vous ne devez pas être effrayé des technologies ou sciences de demain déjà applicable parfois aujourd hui car l homme demain sera cybernetique voire plus, une évolution « normale » avant d autre stade plus avancée que l on découvrira au fur et à mesure.C est comme un marteau on l utilise a bon escient ou non.Disons que nous avons des « elites » enfants qui s amusent avec les découvertes comme des jouets.Et quand un enfant fait n importe quoi on lui donne une légere fessé sans mal pour lui faire comprendre.Pour le moment personne ne donne de fessè.

    • Noblejoué

      @ boyan_d

      Mais dans l’Incal, la société est une sorte de sociétés de castes.

      Notamment dans les cités puits. Personnellement j’aime mieux l’Incal qu’Edena (idées, personnages et peut-être surtout dessin).

      En fait, si nous ne faisons rien, nous pourrions bien nous acheminer vers Les eaux de Mortelune….
      Avec une réplique que j’aime beaucoup dans cette oeuvre « l’ennemi de l’homme c’est l’homme, vous n’avez besoin de personne pour vous nuire. »

    • labellebleue

      merci pour ce lien.

  19. philosespiritam

    La remise en état de la planète par le mélange architecture, biosphére.
    les robots
    Une économie intelligente qui satisfait tout le monde.
    Les nouvelles énergies libre à partager dans le monde.
    Un retour aux grands thémes philosophiques.
    Une practicité soulagé des affres de l’administration trop longue pour statuer.
    Le retour à la spiritualité.
    Chantier du 21éme siécle.

  20. philosespiritam

    Observez les animaux autour de vous leurs comportements changent.Ils nous parlent à leurs façons.

  21. Noblejoué

    Le problème c’est que trop de dominants, en l’occurence dans le système économique qui nous occupe ici, « préfèrent règner en enfer que de servir au paradis ».
    Aussi négatifs que le Lucifer de Milton mais sans la classe.

    Face à une telle mentalité, il faut que les dominés et leurs alliés soient unis.
    Mais il est plus dur d’être unis écrasés qu’écrasants. Par conséquent, il est judicieux de ne pas avoir de plate-forme avec des idées polarisantes.
    Le problème est que les gens le plus motivés a agir en ont souvent et ne savent pas toujours les sacrifer à la cause commune.

    Or c’est le cas ici.
    Bravo.

  22. do mi sol si?

    J’ai dû mal à comprendre à réfléchir quand je vois toutes ces personnes censées dirigées la France et l’Union européenne quand je les entends quand je lis j’ai l’impression d’être un ovni tout m’échappe. La TROÏKA c’est qui c’est quoi pourquoi est-elle là pourquoi peut-elle tuer des peuples comme le peuple grec. Je suis comme un dinosaure dont le cerveau a fondu et malheureusement je ne pourrais pas apporter ma pierre à l’édifice car je sais d’avance que ce gouvernement de misère va s’effondrer sur lui même.

    • Luxy Luxe

      La TROÏKA c’est qui c’est quoi pourquoi est-elle là pourquoi peut-elle tuer des peuples comme le peuple grec.

      N’exagérons pas : le peuple grec lui-même a donné son accord à cette politique, en votant pour les gens qui ont mis en oeuvre la politique imposée par la Troïka. Si j’en crois les résultats des élections, une majorité du peuple grec a accueilli avec joie la Troïka et continue d’en redemander…

      • Macarel

        Vous savez bien ce que valent les élections dans l’UE ? Non ?

        Vous devriez le savoir, en tout cas, l’UE est profondément anti-démocratique, et elle fait voter les peuples avec le pistolet sur la tempe ! Ou revoter, jusqu’à ce qu’ils votent « bien » !

      • Luxy Luxe

        Les élections en Europe sont démocratiques. Personne ne vote le fusil sur la tempe. Par ailleurs, le fait de revoter ne change rien au caractère démocratique d’une élection; au contraire, plus on offre au peuple la possibilité de se prononcer, plus c’est démocratique…

        Le problème, c’est juste que les peuples concernés ne votent pas dans le sens dans lequel vous souhaiteriez qu’ils votent. Et c’est une autre histoire…

      • vigneron

        Macarel, merci de ne pas prendre les grecs que pour des lâches et/ou des abrutis. Luxy est absolument pertinent.

      • ClaudeL

        C’est Macarel qui a raison. Assimiler doit de vote et démocratie est un contresens. Et les grecs ne sont pas plus lâches ou stupides que les français en la matière.

  23. Guy Weets

    Tiens personne n’a réagit à la petite phrase de Paul sur le nucléaire! Dans ce domaine là il faudra aussi qu’on ouvre un débat sans tabou et dans la bienveillance. Qu’on le veuille ou non notre bien-étre est largement dépendant de notre approvisionnement en énergie. Pour faire bref le nucléaire n’est pas le mal en soi, c’est le choix de la filière qui fût une erreur. Dans les années 50 coexistaient la filière uranium et la filère thorium cette dernière produit 110 x moins de déchets dangereux, il y a 4x plus de thorium que d ‘uranium sur terre. La filière thorium est naturellement sûre: tout incident provoque l’arrêt de la fission mais elle avait un énorme désavantage, elle ne permettait pas de fabriquer des bombes. Qui est intéressé par un débat sur les énergies?

    • timiota

      Pour les centrales nucléaires, on peut imaginer de garder les 75% les plus sûres assez longtemps, et de prendre les 25% restantes comme zones pilotes pour apprendre à les substituer par des stratégies régionales adaptées (diminution du besoin et croissance de l’offre décarbonée), ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier et apprendre en marchant.

    • philosespiritam

      Le thorium, le plasma, le magnétisme, les cristaux sont l avenir.
      Le nucléaire était à l époque la seule énergie que l’homme pouvait penser maîtriser avant la découverte des autres naturellement un indicateur pour imposer la force également.
      Le nucléaire aura un avenir quand il sera beaucoup mieux maitrisé que cela.
      Le travail de Tesla sur l énergie libre est la clé.
      Le thorium un bon lien entre nucléaire et énergie libre pour supplanter le pétrole.
      Associer cristaux, magnétisme, plasma et thorium, nous aurons de l énergie pour des millions d années puis illimité.

      • philosespiritam

        Laser et cristaux et plasma.

      • Marc Peltier

        Associer cristaux, magnétisme, plasma et thorium, nous aurons de l énergie pour des millions d années puis illimité.

        Et les autres dimensions, Philosespiritam, vous oubliez les autres dimensions !
        En tout cas, vous faites preuve de sagesse en repoussant l’illimité à quelques millions d’années !

      • Macarel

        La technologie ne résoudra pas tout, le scientisme non plus d’ailleurs.
        Je vous conseille de lire J. Ellul, et le « Bluff technologique », en particulier.

        L’énergie libre à part sur les sites « ésotériques », pour l’instant on n’en a pas vu la moindre application, à supposer qu’elle existe !!!

      • @ philosespiritam

        C’est qui Tesla ? Il a l’air gentil !
        Sérieusement ! L’énergie libre maintenant ! Ici ?!?
        Il y aurait donc une énergie en prison ?
        Savez-vous donc ce qu’est un Joule ?
        Libérez-vous de votre ésotérisme ; les Lois de la Physique ne sont pas malléables, pas même par un gourou, fût-il le plus fort du monde !
        L’énergie libre, c’est pour les simples d’esprit !
        Mais si vous souhaitez, malgré tout, persister dans vos croyances un peu tout azimut – vous avez dit « Thorium », je n’ai pas dit « Bismuth » – changez de pseudo : optez pour simplexanimi !

    • Luxy Luxe

      Oui mais… sauf erreur de ma part, la filière thorium n’a jamais été plus loin qu’un petit réacteur expérimental de 7.5 MW thermique. Il n’y a pas de plan de réacteur prêt à être construit, juste des conceptions générales qui doivent être développées, ce qui suppose un travail d’étude, la construction de prototypes, l’évaluation de ceux-ci. Il faudra encore 20 ans (et c’est optimiste) pour que les réacteurs de 4e génération puisse être construits à échelle commerciale. Or, c’est maintenant que la question se pose, alors que les premières centrales nucléaires commencent à être mises à l’arrêt.

      La question est donc de savoir si on les remplace par des centrales au gaz ou au charbon, ou si on en construit de nouvelles sur le modèle (amélioré) des anciennes.

      Dans tous les cas, elles ne pourront pas être remplacées par des énergies renouvelables puisque les éoliennes et le solaire PV permettent uniquement de réduire la consommation des centrales au gaz ou au charbon, mais ne les remplacent pas complètement.

      • Guy Weets

        A ma connaissance les chinois et les américains travaillent sur la filière thorium depuis plusieurs années. Un des projets serait de construire de très petites centrales de la taille d’un container mais en grande série. Chaque centrale alimentant un quartier d’une ville. La technologie serait basée sur celle des moteurs de sous-marins nucléaires. Contrairement aux centrales uranium celle-ci pourrait être mises en tandem avec les éoliennes et dont la puissance permettrait de compenser les variations des premières

      • citoyen

        Les centales à gaz et charbon sont surtout là pour palier les besoins de pointes, à part l’hydro-électricité, aucune centrales nuk, éoliennes, solaires ne pourront les fournir.
        Commencons part produire notre chauffage et eau chaude sanitaire autrement que par l’électricité : solaire thermique, géothermie, biomasse, méthanisation. On peut déjà fermer la moitié de nos centrales.

        En parallèle on a besoin de réduire la consommation pour ça isolons mais aussi revoyons tout notre modèle de vie : déplacement, travail, production, consommation. Je ne préfére pas rentrer dans les détails ici.

      • Luxy Luxe

        @ Guy Weets : tout le monde travaille sur la filière thorium, mais c’est loin d’aboutir. Quant à l’idée de petites centrales en container, couplée à des éoliennes, je ne sais pas qui a pu pondre un truc pareil, sauf un émule de Rifkin…

        @ citoyen : quand vous dites

        « Commencons part produire notre chauffage et eau chaude sanitaire autrement que par l’électricité : solaire thermique, géothermie, biomasse, méthanisation. On peut déjà fermer la moitié de nos centrales »

        , vous avez des chiffres précis ou vous faites dans l’approximation ?

      • roberto Man

        Oui je m’étais aussi intéressé à l’histoire du nucléaire et j’avais été.. bluffé par la découverte de la filière Thorium… et toute l’intox autour a priori… ce que j’ai retenu (j’ai les sources quelque part.; si si!)
        — le réacteur expérimental construits aux USA semble avoir parfaitement bien fonctionné (il se pourrait que des probe. techniques dont on na pas eu connaissance aient tpu faire obstacles.??)
        — le projet visait a équiper des navires et sous marins.. y en a t il d’équipes?
        — le choix de la filière a été politique (sous Reagan sous influence??) pour deux raisons principalement :
        a)officieusement, produire du plutonium pour les missiles… (le thorium semble t il lui BOUFFE le plutonium.. pas un un bon coup pour l’industrie des armements!!!)
        b) et officiellement, donner lieu a de grand chantiers bien couteux.. car la technologie « sous pression » est bine plus complexe et la nouvelle génération super phoenix etc l’est encore plus (avant on avait de l’eau sous très haute température et pression a gérer, et la on fait joujou avec ??? aidez moi.. un mélange encore plus explosif!!! )
        c) inconsciemment.. l’idée de pouvoir « disséminer » des petites centrales au thorium devait pas forcément plaire à la diaspora du nucléaire…

        Il y aurait une équipe travaillant sur le thorium à grenoble qui semble ramer contre le système…

        Et j’ai retenu que les chinois, bien pragmatiques.. seraient en train de mettre le paquet la dessus… tandis que nos apparatchiks du nucléaires continuent de nous CENSURE ‘balader.. »

        SOLUTION :: la encore, puisque le pouvoir politique n’est plus (cf. le promesses de Hollande sur le thème et la virevolte insolente… ) il nous reste.. le PORTE MONNAIE et un jour.. une action de masse pour ne plus payer les factures EDF tant qu’un vrai débat démocratique de fond aura été organisé…

      • @ luxy Luxe « tout le monde travaille sur la filière thorium..; »

        la question est : avec quelles ressources? et quel EQUILIBRE entre la recherche sur les autres filières? j’ai eu l’impression que la filière THORIUM ne récupérait qu’une misère de budget par rapport aux autres. Et que le choix politique s’était porté MASSIVEMENT sur les autres filières SANS JAMAIS remettre en cause ce choix. C’est là ou le bat blesse.

        mais c’est juste une impression, je n’ai pas les budgets en tete.
        si quelqu’un pouvait préciser ce serait bien! merci.

  24. Blawete

    Cela fait très cliché, mais les revoir est une nécessité

    Un message pour l’humanité !
    discours de fin du « Dictateur »
    https://www.youtube.com/watch?v=MuNq9I2ogPY

    discours de Severine Suzuki
    https://www.youtube.com/watch?v=R__8WgZYg94

  25. Peska

    Les textes donnés à lire sur le blog de PJ sont majoritairement d’une très haute tenue. Mais la plupart de leurs auteurs donnent l’impression de continuer à vouloir jouer au football dans un stade où il manquerait un but. Ils occupent merveilleusement la pelouse, développent des tactiques savantes, ils continuent de vouloir participer au championnat mais ils sont incapables de concevoir qu’ils ne participent pas à aucun match. Mais ne filons pas la métaphore trop longtemps.
    Je veux dire qu’avant de penser à l’élaboration d’un programme, il importe avant tout de nous mettre d’accord sur une nouvelle représentation du monde. Un paradigme écologiste.
    La nature sur la Terre souffre considérablement. Dégradation du climat lié principalement au réchauffement, détérioration des sols, corruption et surexploitation des océans, pollution de l’eau douce, de l’air… Incapacité de la planète à se régénérer. Déplétion des ressources non renouvelables…
    L’espèce humaine, depuis deux millions d’années, a colonisé la Terre au détriment des autres groupes d’animaux dont beaucoup ont déjà disparu ou bien sont en voie d’anéantissement. On prévoit une population de 9 milliards d’êtres humains dans les années 2050. Neuf milliards de personnes qui consommeront et rejetteront de nombreux déchets.
    Au début de leur évolution, les hommes étaient étroitement associés à la nature. Ils prélevaient juste le nécessaire pour survivre et ne polluaient pas. Ils étaient l’un des maillons du gigantesque écosystème qui relie entre elles les espèces végétales et animales. Ils étaient des hommes de la nature.
    Puis l’espèce humaine s’est élevée au-dessus des autres. Elle a imaginé et forgé des outils, domestiqué des animaux, construit ses habitations, cultivé la terre. Elle a conçu et fabriqué des quantités d’objets… Au fil des millénaires, certains hommes se sont éloignés de la nature en la transformant. Ils l’ont artificialisée de nombreuses manières en ayant recours, sans compter, aux richesses des sous-sols et notamment à l’énergie d’origine fossile. A la fin du 20ème siècle beaucoup d’êtres humains ne vivaient plus auprès de la nature à laquelle ils n’étaient plus liés mais dans des villes d’où ils l’avaient chassée, partiellement ou totalement. Ces hommes constituaient une espèce urbaine.
    Pour passer d’un monde rural à une civilisation urbaine, il a fallu à l’espèce humaine plusieurs milliers d’années. A la fin du 20ème siècle, la nature avait disparu de l’imaginaire de la quasi totalité des enfants. N’ayant jamais vécu de moments joyeux à la campagne, ils ne comprenaient pas l’importance de la nature dans leurs vies. Pour la survie de l’espèce humaine.
    Ils étaient devenus une espèce hors sol qu’on instruisait et éduquait à l’individualisme, à la compétition, à la recherche du profit, à la consommation et au gaspillage, sans préoccupation des déchets qu’elle produisait. Les hommes ne considéraient plus la Terre comme un biotope mais comme une assise pour des activités diverses de son choix, sans souci des conséquences. Leur unique objectif étaient de gagner très vite de l’argent, en spéculant, en corrompant. Ils faisaient commerce de tout.
    Puis, peu à peu, l’homme imagina des machines et des robots qui le déchargèrent de ses tâches domestiques et professionnelles. Il pouvait se relier à tous les hommes de la planète et se rendre dans tous les coins du globe sans le moindre effort et à coût réduit. Après les ruraux, les urbains apparaissaient les « connectés »
    (…) J’aurais encore beaucoup d’autres choses à exprimer mais j’ai déjà été trop long.
    Comment organiser un débat sur un nécessaire nouveau paradigme ? Cela me paraît être la question première. Je résume toujours ma position par une phrase simple qui me paraît fondamentale et indique l’ordre des priorités : Pour une économie au service des être humains et du vivant dans le respect absolu de la planète Terre, de ses ressources et de sa capacité à se régénérer.

    • philosespiritam

      Le probléme qui s est posé est que la classe dirigeante à l’époque de l’ére industriel avait besoin de main d oeuvre d’ou le laxisme de la démographie aujourd’hui cette main d oeuvre n etant plus nécessaire, cela pose un probléme de taille qui peut être résolu par une meilleure gestion et repartition des richesse et architecture moderne.
      Le rechauffement climatique n est pas que dû à l homme c est aussi un vecteur spatial, tout le systéme solaire se rechauffe, de nouveaux types d énergies et vibration arrivent.Le systéme binaire dans lequel nous sommes.Voir extrait de scientifiques sur la planete x reperé depuis 1983 en infrarouge.Inutiie de paniquer, cela ne resoudrait rien.
      La solution est simple, le mode de consommation à outrance doit être stopper.Cela demande de desolidariser le consommateur des messages hypnotiques de sa tv, radio, et habitude commerciales initié par les ecoles de commerce qui devraient d ailleurs être radiés.

    • juannessy

      Il y a eu ici même , voici deux à trois ans , quelque chose qui ressemblait à votre aspiration et au sujet d’aujourd’hui . Cela était intitulé  » Une utopie réaliste » . François Leclrec pourrait vous en parler .

      • Garorock

        Oui… Mais aujourd’hui cela ne s’appelle plus « l’utopie réaliste » mais plate forme 80.
        Bon. On ne pourra pas comparer puisque  » l’utopie » a disparu du tableau de bord du blog…
        M’est avis qu’on y trouverait approximativement la même chose…
        Et après?

    • Macarel

      La crise énergétique, couplée à la crise climatique, vont nous obliger à revoir nos modes de vie, c’est incontournable. Mais les choses étant ce qu’elles sont, il est peu probable que cela se fasse dans la bonne humeur.
      Surtout dans un contexte d’explosion des inégalités, dues à l’application des dogmes d « une religion féroce » pour reprendre l’expression de P. Jorion.
      La croissance est aux abonnés absents, la course à la compétitivité dans un cadre de concurrence déloyale, nous aspire vers le bas. Notre gouvernement n’a rien compris, le pouvoir aujourd’hui qu’il soit PS, ou UMP, c’est Jurassic Parc : des dinosaures qui marchent d’un même pas vers l’extinction de l’espèce, tout en nous baratinant des choses totalement incohérentes.

  26. philosespiritam

    Il faut comprendre que ceux qui ont peur sont les personnes qui ne savent trouver de solutions qui plus est en ne faisant que jalonner leur chemin de problémes pour justifier le pourquoi de leurs inactions et leurs incompétence à les résoudre au passage en détruisant les élements qui pourraient démontrer qu ils se trompent pour mieux se rassurer, un déni surmonté d un sur-déni dans une illusion theatrale.C est pourquoi vous avez ce sentiment d’incomprehension generalisée.Le déni de certains se rejoint avec les dénis de l ensemble du groupe puis celui du monde.Pourquoi car pour façonner une illusion il faut que tout le monde y croit et y participe même si le sens n existe pas.Ensuite vient la fin de l illusion ou tout le monde s apercoit que tut n etait qu illusoire.C est ce moment que nous vivons et cela peut déplaire a beaucoup mais nécessaire.
    L illusion que le bien être matériel aurait pu compenser le vide intérieur et faire face aux vrais question qui nous dérangent et dont les réponses ne plaisent pas forcement.

  27. Luxy Luxe

    Sur 100 p.c. de sondés, 10 p.c. sont sans opinion et 10 p.c. font confiance au gouvernement Valls 2. Ceux-là sont les irréductibles camarades dotés d’une foi aveuglante dans la force d’émancipation du PS.

    Les 80 p.c. qui sont contre la politique du gouvernement se répartissent entre :

    – 25 p.c. d’électeurs de l’UMP
    – 25 p.c. d’électeurs du FN
    – 10 p.c. de centristes qui n’osent pas voter UMP
    – 10 p.c. de divers droites (libertatiens, chasse pêche nature et tradition, etc)
    – 10 p.c. de divers gauches irréconciliables (décroissantistes, écologistes capitalistes new deal green, trotskystes, maoïstes, etc.)

    Conclusion : pour fédérer 53 p.c., faites un programme de droite souverainiste populiste conservateur productiviste et modérément xénophobe…

    • philosespiritam

      Les gouvernements ont été crée pour endiguer des oppositions, des confrontations, pour entretenir les dualités.Le mode de fonctionnement des politiques ne satisfont que les politiques.Quel que soit les partis.Les dés sont pipés dés le départ.Pour devenir politicien il faut forcement avoir proposé sa soumission à quelqu un.Voyez vous de nouvelles pouces hormis toujours les mêmes depuis 40 ans voires 20 ans 10 ans.C est un jeu de polichinelle.
      Les politiques sont là pour faire patienter les peuples.En attendant qu’un nouveu systéme plus representatif émerge.Vous voterez toujours pour les mêmes que ce soient de droite de gauche du centre en lateral gauche, droit, sous le plafond, dans la cave, au grenier.Quand la maison brûle c est les pompiers qu ils faut appeller encore faut il pouvoir sortir de la maison pour cela quand beaucoup ont cloué la porte de sortie pour l image.

      • Luxy Luxe

        Tous pourris, hein ?

        Quand je vous disais que c’est un programme populiste qu’il faut…

        (edit : c’est ironique, hein, si vous ne l’avez pas compris)

      • juannessy

        C’est vrai que depuis  » Petite poucette » on manque de jeunes pousses .

    • vigneron

      Luxy Luxe, l’homme qui conclue plus vite (et mieux) que l’ombre de Jorion.
      Bien vu.
      Moi j’suis pas concerné, je vote Macron, des deux mains.

  28. juannessy

    Rappel du dernier résultat des élections européennes où chacun a pu s’en donner à cœur joie pour définir un projet qu’il pensait rassembleur :

    Inscrits : 46 544 712
    Abstentions : 57, 57 %
    Votants : 42,43 %
    Blancs : 1, 17 %
    Nuls : 0, 53 %
    Exprimés : 40, 73 % qui se répartissent en :

    Extrême gauche : 1,60 %
    FDG : 6,33 %
    Union de la Gauche : 13, 98 %
    Divers Gauche : 3,18 %
    EELV : 8,95 %
    Divers : 4,37 %
    Union du Centre : 9,94 %
    UMP : 20, 81 %
    Divers droite : 5,98 %
    FN : 24 , 86 %
    Extrême droite : 0,01 %

    Si l’on vise 53 % des exprimés , il y a donc plusieurs scenarii :

    1 – on vise un projet vraiment novateur qui s’adressent à tous si possible mais surtout aux abstentionniste , et dans ce cas , il ne faut pas hésiter à viser  » la totale » , soit révision constitutionnelle , interdiction de la spéculation , réécriture de la propriété dans la Constitution , imposer à l’Europe un fédéralisme et une vison monétaire à la PSDJ , recomposition de la représentation démocratique nationale et européenne , redéfinition du rôle de la BCE , position dans l’Otan, et remise en cause des traités internationaux ( dont TAFTA ) ? …. liste à compléter .

    – 2 : On vise une plateforme où chaque parti républicain se retrouve en partie pour avoir le sentiment de satisfaire en partie ses propres aspirations anciennes ou d’avenir . Pour ce qui concerne le blog , il s’agit alors d’élaguer dans les propositions énoncées plus haut , avec le sentiment qu’il accroche au moins quelques notions phares qui mettent un cliquet sur la direction prise .

    Quand je vois Hollande avancer coûte que coûte , au prix de la perte du PS , et que l’UMP envisage de gouverner par recours aux ordonnances dès sa reprise du pouvoir , je me dis que leurs propres calculettes ont du aboutir à l’impasse d’une impossibilité à constituer une vraie majorité des citoyens français .

    Si nous étions d’accord pour dire que toute évolution positive est impossible (ou très éphémère) tant que nous sommes en régime capitaliste et que la propriété privée est ce qu’elle est , c’est donc plutôt un projet de type 1 qu’il faudrait avoir le culot de lancer , en acceptant de considérer que c’est une déclaration de guerre au pouvoir financier et d’en évaluer les conséquences .

    • philosespiritam

      « c’est donc plutôt un projet de type 1 qu’il faudrait avoir le culot de lancer »
      Mais il ne s’agit plus de culot mais de responsabilité et obligation mondiale.
      Les écosystémes se meurent exponentiellement en rapport avec la spéculation outrancière et nous serons bientôt défavorables.Quoi qu en dise certains même avec les meilleures technologie du monde, un monde sans nature disparait.
      Le probléme des financiers, spéculateurs est qu ils sont perdus dans le virtuel, virtualisant eux même leurs propres aspirations tel un drogué en manque sans voir le contexte autour.
      Comme des personnes qui pour échapper à un cataclysme prendrait un vaisseau ou un sous marin pour ne pas avoir résolu les problèmes ne tenant pas compte des volcans sous marins, tremblement de terre, pression de l eau , de l atmosphère, dissipation d énergie, compression des energies etc etc pour l image.
      Le financier s espere avec un scaphandrier sous l eau pour ne pas mourrir et regarder les autres alors qu il n a qu ne reserve d oxygene d 1 heure.Voila l ironie.
      Il n existe qu un échappatoire : la résolution « humaine des probléme » par le social, l equité, l innovation, et l honneteté etc…Il n en existe pas d autre.Ils peuvent s’epertuer à la tâche à l infini mais le temps est compté.

    • zébu

      +1
      On ne peut plus ‘agréger’ les citoyens selon les expressions de vote, lesquelles sont réductrices, en premier lieu parce qu’elles doivent se conformer aux expressions partitaires et surtout parce qu’une part croissante et majoritaire … ne vote plus ou vote avec ses pieds (dont certainement une bonne part de votes exprimés).
      Je l’ai déjà dis ici : la principale cause ‘d’adhésion’ au FN est dû à sa proposition de rupture (et, pour une part croissante, au rejet de l’Autre).
      Que celle-ci soit incohérente et mortifère importe peu.
      Le projet 1- doit donc conserver le même objectif mais en sens inverse bien évidemment.
      J’attends pour ma part de vérifier que l’option de reconfiguration interne au champ politique soit définitivement caduque.
      On ne devrait plus attendre très longtemps.

    • Arnaud

      OUi je suis d’accord sur l’aspect virage à 180° du scénario 1.
      l’argumentation de préservation du système (ou de « sortie de crise » c’est la même chose) repose sur l’absence d’alternative par un discours sophiste qui met sur le même plan les individus et les grandes institutions ou les 1%.
      Ah monsieur si nous effaçons la dette, le pauvre petit retraité… etc etc.
      Mais cet argument ne résout pas la question de l’echec du capitalisme à donner des conditions de vie décente à l’humanité et pire le fait qu’ il en condamne une partie (y compris la biosphère) à à moyen terme.

    • vigneron

      Le problème, mon bon Juan, c’est qu’on arrivera jamais à une masse critique cohérente sans les 20% de sociaux-libs ou pseudo sociaux-libs que Jorion exclue d’office.

      • juannessy

        Pour une fois Vigneron , Zébu et Juannessy sont d’accord sur le même sujet en même temps !

  29. octobre

    Réunir les citoyens et citoyennes du Blog (et beaucoup d’autres) pour :

    – Organiser une marche pacifique vers l’Élysée.
    – Une ou deux idées, pas plus – à la symbolique forte – inscrites sur de grandes banderoles (le tout bien visible).
    – Même état d’esprit que pour le film Network de Sidney Lumet, mais orienté vers « l’homme de la rue » : en clair : NOUS NE SOMMES PAS D’ACCORD !
    – Remettre un cahier où sera inscrit noir sur blanc l’essentiel du Blog Paul Jorion.
    – Remettre ce Cahier en main propre au Président de la République, autant faire se peut.

    • philosespiritam

      Ce n est pas l Elysee qui dirige mais Bruxelles.

      • octobre

        Je sens que la mayonnaise FN est en train de prendre solidement et j’anticipe en direction de 2017 avant que les grenouilles soient définitivement cuites. Vous comprenez ?

    • rototo

      et si votre manif n’est pas autorisée (et aucune manif en direction de l’elysee ne sera jamais autorisée, faut pas rever non plus ^^ au pire ils vous proposeront un parcours bis et personne ne vous verra/personne ne parlera de vous) vous êtes pret à y aller et à vous faire prelever votre ADN/a etre fiché ‘fouteur de *****/a surveiller » pour le restant de vos jours ?

      Toutes les choses importantes ont un prix, pour le reste il y a Mastercard :)

    • Paco76

      Le stade du ‘nous ne sommes pas d’accord’ largement usé est déjà remplacé par un bon vieux ‘allez vous faire foutre’…Non…?

    • labellebleue

      le locataire de l’Elysée ( l’actuel ou un autre )invitera les marcheurs pacifiques à entrer dans le jardin où une ageable collation aura été préparée. Il recevra volontiers le cahier et jurera qu’il le lira attentivement. Je ne crois pas qu’il donnera à chacun sa photo dédicacée, il n’est pas idiot, mais pourquoi pas une rose aux dames?

    • Garorock

      Erreur de ma part. « L’utopie réaliste » n’a pas disparue du blog mais seulement changée de place: on pourra donc vérifier ;)
      On va donc avoir de nouveau un stock de belles et bonnes idées: c’est la charrue; ne manquera que les bœufs. 53 % de bœufs!
      On butte toujours sur le même problème…

  30. pH

    bon j’y met de mon grain de sel (ou de folie ;))

    plutot que de remettre en cause le droit à la propriété dans sa globalité, je propose de reformer uniquement le droit à la propriété du logement (le reste il faut y réfléchir) (ca reste un brouillon de discussions, ouvert à commentaires biensur)

    1- pour 1 personne/1 couple= 1 résidence principale
    2- interdiction de posséder un logement qui n’est pas habité à temps complet. (les résidences secondaires sont interdites)
    3- interdiction des « investissements » locatifs si ce n’est dans le domaine public
    4- le droit de propriété est non héréditaire: Lors de la résolution de l’héritage, le bien est obligatoirement vendu ou transformé en résidence principale de l’un des héritiers

    • L

      On pourrait déjà fiche la paix aux nomades qui n’ ont que leurs yourtes ou leurs camions pour abris .

      • Noblejoué

        @ L

        Très vrai !

      • pH

        Il suffit de supprimer tous ces cas particuliers qui font des centaines de pages dans les textes de loi.
        Moi tant que l’on peut la qualifier de résidence principale et donc que cela rentre dans le cadre de la proposition ou la catégoriser en véhicule, ca me suffit. (tant que, bien évidemment, les personnes habitants dans leur camions payent pour l’électricité, eau courante / biens communs qu’ils utilisent.

  31. philosespiritam

    Par exemple , pourquoi cette course à la guerre par certains !
    Pour ne pas passer devant des tribunaux de justice.
    Pour permettre la chasse aux scientifiques, intellectuels, homme de savoirs genant pour les pouvoirs comme apres 1914 et 1939 etc..Ce qu ont fait les divers dictateurs.
    Aujord hui la difference, les problemes sont tellement énorme qu’aucun dictat ne pourra se mettre en place de par le fait que ce n est pas viable, que cela ne resout rien et que c est autodestructeur.
    Pourquoi ces dires .
    Parce que nous somems bien dans une dicature financiére et qu elle ne pourra absolument pas résoudre le probléme qui est la source de son existence propre.Demander aux financiers d arreter c est mettre fin à leur fonction d être et sait pourtant ce qu il faudra faire.Car ilsont responsable dene pasavoir écouté des conseils avisés d imminent économiste comme Mr Paul Jorion par exemple et beaucoup d autre.Pour la qualité de son blog comme d autre auquel je pense.

  32. Marcel

    Une solution un peu basique, mais probablement efficace : chaque année, on exécute les 666 personnes les plus riches du monde. Ça devrait aider à faire ruisseler la richesse. On fait ça une fois, puis on regarde l’évolution des indices Gini, et éventuellement on recommence l’année suivante.

    C’est vrai que c’est un peu barbare, mais les morts indirectes dues à la répartition inégales de la richesse devraient baisser en quantité bien supérieure. Ce n’est donc pas aussi immoral qu’il le paraît à première vue. Je ne plaisante donc qu’à moitié.

    Du reste, j’ai l’impression d’avoir déjà lu cette idée quelque part (si ça se trouve, quelque part sur ce blog).

    • philosespiritam

      « Executer » non.Aucune violence n’est une solution hormis pour se défendre.
      Prendre le trop percu et les laisser dans la décense pour les plus « sympathique ». et comprehensif, tout confisquer aux autres qui n’avaient cure de la vie d’autres personnes.
      Cordialement

    • labellebleue

      Sauf erreur 666 c’est le chiffre de l’antéchrist dans l’Apocalypse ? Ça me va !!

    • L

      Peut être une nouvelle du K de Buzzati lue dans l’ enfance ? Ce n’ y sont pas encore les plus riches mais les plus puissants du monde que la providence fait disparaitre les uns après les autres . Sauf De Gaulle , pour le punir de sa vanité . Et ainsi tous renoncent à dominer les peuples .

      • Marcel

        Exact ! « La leçon de 1980″ : « Il se trouvait des hommes heureux de mourir du moment que leur mort révélait leur prééminence sur le genre humain. Mais avec une amère désillusion, de Gaulle se retrouva minuit passé en excellente santé.[..] Peut-être le Père éternel, en faisant semblant de l’ignorer, voulait-il lui donner une leçon d’humilité ? [..] Seul de Gaulle continua à être mystérieusement épargné.  »

        Pas la providence, donc, mais le Père éternel, j’imagine que c’est vachement important théologiquement (han han).

  33. juannessy

    Il faudra peut être bien aller chercher des alliances étrangères pour arriver à 53 % capable de chatouiller les moustaches de l’économie financière .

    Et synchroniser les horloges électorales ou de manifestations .

    • philosespiritam

      C est ce que font les grecs espagnols et italiens et portugais en ce moment.

      • juannessy

        C’est encore un peu maigrichon pour affoler la FED .

        Je rejoins aussi Vigneron pour penser que la bataille ne peut pas se gagner que de front et à la loyale , et que des électrons libres un peu perspicaces et virulents seront nécessaires .

  34. philosespiritam

    Cependant il existe du bien et du mal en toute institution.

  35. rototo

    philospam, vous comptez pourrir tous les threads avec vos avalanches de sophismes new age moisis plus insipides qu’un sommaire de psychologies magazine encore longtemps ?

    • philosespiritam

      @Rototo
      Je suis en attente de vos reflexions et de vos dires pour savoir si vous savez de quoi vous parler.
      Aucun sophisme, new age vous y etes déjà le prochain iphone fera l holographie renseignez vous !
      Quand à la psychologie je pense que vous n y connaissez rien au vu de vos remarques.
      Mais personnellement rassurez vous rien ne me blesse au contraire vous ravivez ma flamme.
      Si des vérités vous dérange d autre blog comme cosmopolitan vous iront probablement mieux.
      Cordialement.

      • philosespiritam

        @Rototo
        Vous savez il existe plusieurs maniére de dire les choses sympathiquement.

      • rototo

        les hommes en blanc sonnent à votre porte, il faut y aller maintenant, votre chambre capitonnée est prête

  36. AncestraL

    La religion féroce est celle des politiciens, ploutocrates, oligarques, aristocrates d’un autre genre.
    Nous voulons le contraire : donc plus de colossales masses d’argent dans un petit nombre de mains mais l’inverse, idem pour le pouvoir et la prise de décisions.

  37. philosespiritam

    Une nouvelle aristocratie de l’argent, par François Hollande
    C est exact.Trés bonne analyse.

  38. Nicolas Chéradame

    53 % ?
    Il est indispensable de se déterminer en premier lieu contre ou en faveur de la compétition.
    Si le principe d’une inévitable et souhaitable compétition (des individus et des groupes) est admis, intégré et revendiqué, alors peu importe la variation de son intensité ici ou là, il n’y aura pas de survie de l’espèce.
    Car c’est ce principe même, brandi comme un étendard par ceux qui en captent les illusoires bénéfices, qui nous détourne de notre aspiration à (sur)vivre.
    Nous faisons pourtant l’expérience quotidienne des immenses avantages de l’absence de compétition déclarée. Généralisons cette expérience ! Exigeons la fin des combats !

  39. Francisco

    Bonjour
    Je vais peut-être surprendre, mais j’aimerais bien savoir qui, parmi tout ces adeptes informatiques du « fier passé », a connaissance de Toynbee (« the story of History ») et de Rizzolatti (« Les neurones miroirs »)?
    À lire, J’ai le sentiment diffus d’assister à une expérience in vivo, lancée par un Mestre P. Jorion, … de NEUROPHYSIOLOGIE expérimentale???
    Christian

  40. jducac

    Est-ce bien raisonnable que de s’en prendre à Bruxelles ou à la Troïka ou à d’autres, parce que les 53% et même les 80% de la population s’exprimant, pensent qu’il faut consommer encore davantage alors que notre écosystème se rapproche de plus en plus vite de l’extinction à cause de la surcharge à laquelle nous le soumettons ?

    Cela semblerait bien plus logique de donner la priorité à l’effort d’investissement pour la survie, en ralentissant la consommation immédiate afin de consacrer l’économie ainsi réalisée, à la préparation du futur. Il faut faire un choix entre un haut niveau de jouissance immédiate et l’investissement pour le futur.

    Il faut bien le reconnaître, le niveau de vie moyen, représenté par la consommation moyenne d’énergie par habitant, a notablement augmenté depuis l’après dernière guerre, notamment en France, même dans les classes les plus pauvres.

    Avec une consommation moyenne d’énergie (l’énergie constituant l’aliment de la vie) bien moindre qu’aujourd’hui, et alors que la population européenne était encore soumise aux tickets de rationnement, la vie était encore possible à la fin des années 40 et le début des années 50. Il me semble que cette marge offre la possibilité de consacrer moins à alimenter le présent pour mieux assurer l’alimentation du futur en investissant pour ce faire.

    Grâce à beaucoup d’efforts, cela a permis la reconstruction de ce que la guerre avait détruit et avait ouvert la voie aux 30 glorieuses ainsi qu’à 70 ans de vie globalement plus confortable que celle d’avant 40.

    Hélas trop de personnes au détour des années 70, ont été victimes de discours 68ards tenus par de jeunes gens n’ayant aucune expérience de la vie, poussés par des idéologues souvent issus de milieux bourgeois (y compris de gauche, n’ayant pas eu à connaître les duretés de l’existence). Les slogans du type « jouissons sans entrave » (pas uniquement sur le plan sexuel) couplés à « il est interdit d’interdire » ont cassé, en France, le processus de marche vers le progrès dès lors qu’on a cessé, bien plus que dans le passé, de tenir compte des besoins des générations futures.

    On a fini par perdre de vue qu’il n’est pas possible de dépenser très longtemps plus de richesse que ce qu’on s’emploie à extraire de son environnement, surtout pour un pays comme ceux d’Europe du Sud, notamment la France, qui ne disposent pas de réserves d’énergie (l’aliment de la vie) leur permettant de vivre en travaillant moins que dans les pays qui en sont mieux pourvus et qui consomment leur précieux capital non renouvelable.

    C’est pourquoi une politique de l’offre, visant à privilégier la production sur la consommation, me semble bien préférable au regard des générations futures qu’une politique de la demande qui ne ferait que rendre plus difficile le retour à un équilibre et précipiterait notre collectivité vers un effondrement accéléré.
    http://www.pauljorion.com/blog/2014/08/26/vertige-philosophique-risque-existentiel-pour-lespece-intelligence-artificielle-et-nouvelle-regle-dor-par-cedric-chevalier/

    J’ai bien conscience que ce que j’exprime ne va pas dans le sens du billet. Mais je pense que cela devrait être possible, à ceux qui ne voient pas les choses comme moi, d’apporter la preuve de mon erreur par une démonstration ou des démonstrations bien étayées.

    • philosespiritam

      C est exact.
      Cependant c est la troika et Bruxelles qui ont entamé depuis des lustres des politiques de resuction du cout du travail; beneficié les plus aisé dans leurs marges, entamer des politiques illusionniste sur la croissance et la competitivité et qui ont fait la sourde oreille à tout niveau sur les conseils avisés de beaucoup.Naturellement tout le monde n est pas à mettre dans le même panier mais tout le monde a suivi et la politique actuelle de l UE est desastreuse.Quand un employé ne fait pas bien son travail que lui arrive t il ?
      Cordialement

      • devillebichot guy

        Du vrai.Mais pourquoi écrire « la troïka ET Bruxelles »?En effet,la « Troïka »,c’est,par définition
        habituelle:le triptyque FMI,BCE,et Commission de Bruxelles.Toute forme de « philo » exclut que
        l’on ajoute « Bruxelles » à la « Troïka »,car,sinon ,ce serait compter deux fois « Bruxelles ».Non?(je
        suppose en effet que par « Bruxelles »,vous voulez désigner la Commission de Bruxelles.)

      • jducac

        @ philosespiritam 27 août 2014 à 14:32

        C’ est exact. Cependant c’est la troïka et Bruxelles qui ont entamé depuis des lustres des politiques de réduction du coût du travail

        Merci de vous êtes donné la peine de contre argumenter. Il est dommage que votre justificatif, présente de sérieux points faibles, de sorte qu’il ne peut convaincre.

        La politique ou le processus de réduction des coûts n’ont pas été mis en route par les organisations que vous citez puisqu’ils sont vieux comme le monde. Notamment depuis que l’homme a imaginé, fabriqué et utilisé des outils et autres moyens de production de richesse lui permettant de réduire sa dépense d’énergie pour vivre, accroissant ainsi son rendement au travail. C’est arrivé lorsque l’homme s’est lancé dans des investissements engendrant globalement, pour un même service rendu, une moindre dépense d’énergie, donc un moindre coût du travail. (Revoyez vos cours de physique, l’énergie et le travail s’expriment dans les mêmes unités).

        Certains peuples se sont lancés dans ce processus avant d’autres, ce qui les a amenés à évoluer et à se développer plus vite que d’autres.

        Quand un employé ne fait pas bien son travail que lui arrive t il ?

        Il finit par en être pénalisé dans sa vie immédiate ou plus tard (salaire moindre, voire-même licenciement). Tout comme un élève qui ne travaille pas bien en classe, le paiera plus tard en étant, généralement, contraint d’accepter des travaux plus pénibles et moins gratifiants que ceux confiés aux anciens bons élèves.
        Cordialement.

    • daniel

      @ JduCac(40) #l’ami du NYSE.

      Je constate que depuis environ 3 ans vous avez fait des progrès pour vivre dans notre temps.
      Il vous reste à abandonner complètement votre fond de dolorisme pour que vos propositions,
      toujours les mêmes, deviennent acceptables.
      En clair ça n’a aucun sens de dire à de pauvre gens – qui en bavent, ici et maintenant, qu’ils vont en baver encore plus pour que leurs enfants vivent dans un hypothétique monde meilleur.

      Il vous faut rendre l’effort d’investissement joyeux et positif.

      Il vous reste donc à franchir le pas: l’argent nécessaire doit être pris massivement dans les poches de vos copains du CAC. Sans cette forme de socialisme – baisser massivement le rendement actuel du capital – vos propositions ne sont que diversion.
      Fixons un chiffre : un revenu du capital, par ménage, qui dépasserait 10 fois le SMIC doit finir dans les caisses de l’Etat. Il s’agit d’une spoliation revendiquée au nom de l’ intérêt collectif. Mais le mieux serait de faire en sorte que le retour sur investissement ne puisse être beaucoup supérieur à celui de l’industrie lourde, quand elle existait soit 2 à 3%. Tous chiffres supérieurs à 15% et ils sont légion sont obscènes. Il est nécessaire de faire comprendre à ces gens-là que leur richesse n’existerait pas sans les infrastructures publiques de toute nature accumulées par des siècles d’efforts collectifs et, surtout, sans un pauvre peuple raclé -par eux- jusqu’à la trame.
      Juste retour, donc.
      Y êtes-vous prêt ?

      N.B.: Vous noterez que j’exclus les revenus du travail. Il est parfaitement acceptable que le détenteur de brevets ou un industriel créatif, dirigeant son entreprise, atteignent des salaires confortables. Les primes et autres avantages permis par la possession d’actions reviennent au traitement commun vu plus haut.
      Par ailleurs, les 30 glorieuses se caractérisaient par un Crédit administré par l’Etat,
      -et un contrôle des changes quand c’était nécessaire-, une bourse anémique et une « spéculation » tenue en lisière. Le « plan » existait et l’inspection du Trésor n’était pas un tremplin vers un pantouflage doré…

      • vigneron

        Daniel, est-il encore nécessaire de te rappeler comment elles ont fini tes « glorieuses » ?

  41. philosespiritam

    @Francisco
    Ce que vous appelez la NEUROPHYSIOLOGIE expérimentale ou en fait l’empathie.Que Mr Paul Jorion fasse ce test, fort possible et tout à son honneur.C est bénefique à tous.
    Quand à l ‘empathie elle est inné chez certain, et se développe chez d autre.Elle est juste dormante chez la majorité, pourquoi ? car nous avons été formaté par un schéma de pensée reproductible par nos génes, transmission generationnelle, par nos formatages deshumanisées sous pretexte de serieux dans les tâches.Le serieux est necessaire mais doit être accompagné de capacité d humour.Trop serieux et trop formatté bloque l accés à l humanisme temporairement car l individu confronté à un stress permanant bloquant l empathie se tourne vers la violence inconsciemment.
    L empathie n est tout simplement qu’une autre reprsentation et moyen communicatif de l’amour qui peut se traduire sous plusieurs forme, il existe plusieurs facons d aimer.
    Nos sociétés ont atrophié ce ressenti pour la domination.L empathie ne permet pas la domination de soi et des autres, voila pourquoi beaucoup s evertuent à l eteindre.
    L empathie fait de nous des humains, un manque d empathie quel que soit le niveau, est un stade en dessous de l animal , le gorille, le singe, le lion, les baleines, les dauphins ont cette capacité que même certainsd entre nous n arrivent à avoir.Qui est le plus humain finalement?

    • philosespiritam

      Ce n’est pas le neurone ou une substance chimique ou le cerveau ou autre corps physique qui produit l empathie c est votre vous intérieur.

      • philosespiritam

        Pour développer son empathie, pour ceux dont ce n est pas inné, il faut commencer par combattre ses peurs, puis apprendre la notion de responsabilité en s occupant d animal ou de plante puis plus tard à la disparition de celui ci ou celle ci connaitre le sentiment de perte de quelque chose à laquelle on a pris soin, le ressenti et la douleur de la disparition de ceux ou ce que l on aime produit l ouverture de l esprit.Ensuite vient l essai ne serait ce que d aller vers un mode de pensée différent du sien même le plus mauvais pour le comprendre non pour l accepter, ce qui est déjà un grand parcours apprendre a voir plusieurs façon de voir d imaginer le monde et de comprendre à un stade plus élevée ce qui est le plus mauvais ou le meilleur dans les moindre détail sans action juste représentation et savoir ou se situe le mieux pour tous.Après c’est plus complexe et hors de portée. car cela demande une grande maitrise de soi.et une grande connaissance et un calme intérieur profond et infini.Et au delà existe encore d autre possibilité ….etc .etc comme des poupées russes.
        Cordialement.

  42. Dominique Gagnot

    J’espère ne pas passer pour un dictateur, mais voici comment je m’y prendrais :

    Objectifs : s’attaquer, dans l’urgence, aux désordres écologiques et sociaux:
    – Réduction drastique des consommations d’énergie, et pollutions diverses,
    – Amélioration drastique de la répartition des richesses,

    Ceci passe par la suspension de la compétition économique, à l’origine de ces désordres, et remplacée par la coopération.

    Définition d’un plan d’urgence mis en œuvre par une autorité compétente, ayant tous pouvoirs.
    Cette autorité sera composée de personnalités sélectionnées, selon un protocole à définir, pour leurs compétences avérées dans les domaines écologiques, sociaux, humains…, et leur esprit critique du système actuel.

    Ceci dit, je crois que les changements se feront dans la catastrophe, lorsque un ouragan aura dévasté les états unis tout entier.

    • Noblejoué

      @ Dominique Gagnot

      Si le peuple vous élit et que vous respectez les droits de l’homme, vous n’êtes pas un tyran.
      Mais comment une autorité ayant tout pouvoir n’en abuserait-elle pas ?
      Si on a inventé la séparation des pouvoirs, ce n’est pas pour faire joli mais parce que le pouvoir va vers l’abus comme les fleuves à la mer.

      • Dominique Gagnot

        Ok, mais nous ne sommes pas en « temps normal », ou effectivement il faut séparation des pouvoirs.
        La situation devient si grave que nous devons nous considérer en guerre.
        Et s’il faut attendre des décisions de justice (sur des années, et avec échec probable!) pour réquisitionner, ou arrêter tel ou tel processus gravissime, ça risque de ne pas le faire.

        Ce qui me fait le plus rager est que la situation écologique actuelle a été prévue il y a déjà 40ans (voir les archives du monde diplomatique, ou même de Sciences et Vie, par des personnalités ignorées de toutes les formes de pouvoirs.
        Idem pour la situation sociale. Il serait peut être temps d’admettre que notre système de gouvernement est complètement inadapté.
        Le réchauffement climatique s’en fout un peu de nos institutions…

      • philosespiritam

        @Noblejoué
        Entierement d accord.

      • Ar c'hazh du

        @D. Gagnot:
        Que nous soyons en guerre (contre qui ?) ou pas, il n’existe pas de compromis possible avec la démocracie. Quel que soit l’urgence d’une situation, nous ne pouvons pas nous affranchir des droits de l’homme. Tout simplement parce que sinon nous ne valons pas mieux que ceux que nous combattons.
        C’est précisément ce qui a échappé (volontairement ou non) aux faucons US lors des guerres du golfe.
        Des gentils qui se définissent comme tels et qui au nom de leurs gentils principes commettent les pires atrocités, les poubelles de l’histoire en sont pleine. Tout système qui fait un tant soit peu fi de la DUDH est irrecevable.
        C’est toute la difficulté et la noblesse de la démarche entreprise ici : sortir de la mouise sans renoncer à ces principes.

      • Dominique Gagnot

        Les « gentils » riches sont clairement en guerre contre les pauvres et l’écosystème.
        Sinon comment expliquer les colossales inégalités, et l’état de la planète?

        Pour ce qui est de la « démocratie », ou sont donc représentés les sans voix?

  43. timiota

    Résumons : il faut à la plateforme
    – un VOLET INSTITUTIONNEL, anticipant sur la VIe république, par exemple limitant les mandats en nombre en durée et les étages mais où surtout la justification des choix (votes, projets) soit clairement énoncée (charge de travail absorbée par les assistants libérés par la réduction du nombre des mandats
    – un VOLET SOCIAL, cherchant à tisser le revenu minimum et la répartition du travail, avec une ressource à chercher du côté des revenus du capital ou de l’automation.
    – un VOLET ECONOMIQUE, permettant de filtrer parmi les mouvements de capitaux ceux qui montrent « patte blanche » (« patriotique » au sens de l’emploi européen ?)
    – un VOLET ENERGETIQUE; car chacun sent bien que c’est là le tournant à préparer.
    On peut alors tenter de répondre à deux types de questions:

    Faut-il que ces quatre « pieds de la table » soient de même importance ? S’agissant de court à moyen terme, peut-être pas.
    Ne faut-il pas, pour faire converger cette plateforme, que chacun qui y « adhère à 80% » s’engage à soutenir les quatre volets dans les proportions qui auront été agréées, c’est-à-dire qu’il passe par-dessus sa sensibilité propre à l’un ou l’autre des volets. Ou tout autre mécanisme permettant de démultiplier l’impact, en faisant confiance à la cohésion du tout pour que l’on ne soit pour ainsi dire jamais en complet porte-à-faux avec un des quatre volets.

    Autrement dit, il faut déléguer par de la solidarité d’idée (et du renoncement quelque part) ce qu’on espère largement regagner en force de changement.

    • AncestraL

      Et pourquoi ne rédigerions-nous pas une nouvelle Constitution ?

      • Noblejoué

        @ Ancestral

        Bonne idée.
        Alors là un vrai équilibre des pouvoirs.
        Des droits plus étendus à définir sur la plateforme.

    • Thomas

      Et c’est peut-être un peu tôt, pour parler marketting…

      Mais il faut aussi dessiner le projet commun que nous posons sur ces pieds, dire où nous allons simplement.

      Parce que c’est bien à cela que les 80 % vont adhérer, et pas à des réformes sectorielles qui n’en sont que la déclinaison. En Bolivie, c’est « Buen Vivir » (pas mal, non ?) et chez nous, il faudra aussi trouver deux ou trois mots simples qui posent l’histoire.

      • juannessy

        Liberté
        Egalité
        Fraternité étendue au vivant .

        Mais j’ai beau me répéter je suis encore très loin des 53 % du seul blog !

    • devillebichot guy

      Voilà qui met un peu d’ordre dans l’élaboration d’une « plateforme ».Une observation cependant.
      J’ajouterais un volet « Ecologie »,car le volet « Energie » ne me semble pas recouvrir le « volet »
      Ecologie dans toute son étendue.Je suggère ainsi « volet Ecologie,DONT ENERGIE ».

    • devillebichot guy

      Voilà qui met un peu d’ordre dans les suggestions à avancer.Mais le volet « Energie » est-il assez
      large pour intégrer l’Ecologie.en un sens plus étendu me semble-t-il que le seul volet énergie?

  44. Troncal

    Il me semble qu’il faudrait distinguer 2 plateformes
    Pour la cible, nous serons assez vite d’accord : plus de spéculation ni de paradis fiscaux, moins d’inégalité, que chacun puisse élever sa famille dignement, que tout le monde respecte l’environnement même les grosses boites multinationales etc… en gros, ce que disent les miss une fois élue : je veux contribuer à ce qu’il n’y ait plus de guerre, que les enfants aillent tous à l’école, et vaincre le cancer etc (au choix). Notre lettre au père Noël
    C’est la trajectoire qui me parait bien plus difficile, surtout qu’il faut y aller vite… Est-ce que ça passe par un parti ? français ou européen ? ou de l’entrisme dans les partis existants ?
    Faut-il descendre dans la rue ? renoncer à toute violence ? faire de la désobéissance civique ? le combat des occupants de NDDL est-il un modèle ? En faudrait-il des dizaines ?
    Là, c’est bien plus difficile…

    • philosespiritam

      Simple tout est basé sur le travail et la consommation, une seule mécanique des deux s arrête le systéme se grippe, il est déjà en phase de grippage par essoufflement.Ce sont les seuls mécanique qui vont bientôt s’eteindre.
      Je dirais une consultation populaire quand au type de representation que le peuple souhaite.Les individus reconnaiteront celui qui sera veridique dans ces propos apres 40 de mansonges et d illusion.

      • Troncal

        C’est bien optimiste. Depuis la constitution de 1958, l’élection présidentielle est un concours de démagogie : celui qui ment le mieux a gagné. C’est Hollande cette fois, la dernière fois c’était Sarkozy. La consultation populaire, depuis qu’elle existe ne sert qu’à habiller d’une apparence de démocratie un ensemble de mécanisme qui est tout sauf démocratique. Combien d’ouvriers à l’assemblée nationale ? Combien même de non fonctionnaires par rapport aux fonctionnaires ? La représentation nationale comme aux USA (ou les millionnaires sont légion parmi les membre du congrès) n’a jamais si mal porté son nom. Elle ne représente que la fraction de la nation qui vit du système, soit par accointance avec le système financier, soit directement par les mandats cumulés… Rappelons nous ce que disait Lamartine en 1848, trop confiant dans le suffrage universel : « on peut empoisonner un verre d’eau, on n’empoisonne pas un fleuve ».
        L’élection de Napoléon Bonaparte (futur Napoléon III) dès le premier tour avec 75% des suffrages lui a prouvé qu’il avait tort… et aujourd’hui, on sait même empoisonner la mer, c’est fait… alors…

      • vigneron

        Oui Troncal et à propos de la Constit de 58, rappelons que 83% de connards avaient voté pour le oui porté par un zig étoilé qu’avait un nom de porte-avions solitaire, contre le non porté par un Mendès (et les cocos aussi certes).
        Un grand moment de la Démocratie Française.

    • Dominique Gagnot

      Même s’il existe un parti politique en accord avec les 80%, le système actuel de sélection des dirigeant a toutes les chances de l’écarter.
      Il sera ignoré, dénigré, présenté de travers, par les gros médias (au service des intérêts du fric)

      Bref, à part la rue ou l’ouragan…

      Espérons seulement que quand ça se produira, Hollande soit encore là (il s’enfuira demander l’asile politique à Merkel) en ce qui nous concerne , plutôt que Lepen…

      • Troncal

        Encore une fois, ce que 80% des gens souhaite, c’est assez facile à établir … la question est de savoir comment, en partant du système actuel, on parvient à le tordre pour aller vers le système souhaité en évitant les effets pervers de l’action menée (qui pourrait par exemple renforcer le FN), ne pas mener le pays à la guerre civile ou même amener une vague de droite pure et dure aux élections, comme après mai 1968…

  45. philosespiritam

    Absolument mais il faut entrer dans le caractère psychologique de la chose.Les personnes sont habitués à se tourner vers un intérêt.Hors il va falloir faire comprendre aux individus que l urgence est là et qu on ne peut fonctionner avec l égoïsme.La vérité doit être dite sur l urgence les gens auront peur mais accepteront car au fond ils le savent et le voient deja.L avenir est psycho social.On a fait de la psychologie pour influencer le consommateur maintenant il faut l ôter de cette influence.

    • Troncal

      Oui, mais pour cela, les entreprises ont de gros moyens. La pub coûte très cher… On peut modifier les comportements, (voir le petit bouquin de Joule et Beauvois, la soumission librement consentie). Mais il faut des moyens étatiques pour modifier l’état de l’opinion…

  46. Noblejoué

    Pour rendre une relance par la demande, la plus pertinente à mes yeux, plus efficace, il faudrait, si possible, donner des crédits d’impôts ou sorte de chéques payés par l’Etat aux plus pauvres pour consommer dans des entreprises françaises, ou majoritairement françaises, ou européenes. Dans ce dernier cas, proposer cette idée aux partenaires européens pour favoriser ceux qui feraient de même pour nous.

    Il faudrait aussi créer un protectionnisme européen.
    On crée une solidarité par des frontières et des projets communs.

    Ceci m’en semble une amorce.

  47. l'albatros

    Oui à la plateforme !

    La plateforme doit consacrer la suprématie du politique sur l’économique. Par politique, j’entends ce qui crée du liant, i.e les interdépendances sociales.

    Elle doit consacrer le principe de finitude : en premier lieu la finitude écologique. Les ressources étant finies, il doit y avoir des limites à tous les excès, en particulier les excès de richesse et de pouvoir. Toute constitution politique devra acter sa date limite de validité.

    La plateforme doit également appeler aux boycott des élections régionales de 2015 et présidentielles de 2017.

  48. l'albatros

    J’ai une autre proposition à soumettre :

    L’action des représentants nationaux (président de la République, premier ministre, ses ministres, parlementaires) devront être soumis à un audit populaire et complet dès la fin de leur mandat.

    SI des manquements devaient être signalés, le représentant devra être traduit devant une cour populaire. Si ces manquements ont lieu du fait d’interventions à l’étranger, il sera extradé à la CPI.

  49. l'albatros

    Économiquement :

    – nouveau système monétaire international qui vise à enrayer tout mouvement spéculatif, toute bulle financière (et donc de dette) et qui soutient un développement raisonné et durable
    – euro monnaie commune
    – suppression des paradis fiscaux et lutte contre le blanchiment d’argent
    – audit afin de consolider au mieux les dettes : A détient 100 sur B qui détient 100 sur C qui détient 100 sur A –> 0
    – taxation de l’héritage, première source des inégalités
    -taxe mondiale sur le commerce d’armes

  50. philosespiritam

    une refonte de l UE avec un parti et un conseil basés sur le social et l investissement d avenir et les écosystèmes.Un avenir pour les enfants de tous.Avec des scientifiques , des militaires , des medecins , des ingénieurs et des politiciens médiateurs polytechniciens.Des personnes qui maitrisent aussi bien la theorie que pratique sans rejeter les anciens politiques mais dédiés a d autre domaines.Il ne s agit pas d exclure qui que ce soit.

  51. pucciarelli

    Bonjour. Comment tenter de réunir une majorité susceptible d’initier un changement significatif dans la conduite des affaires publiques? Prioritairement à mon avis, en évitant les sujets clivant tant que le pays n’aura pas retrouvé sa pleine indépendance de décision et de destin. L’urgence est donc à mon sens de sortir de l’Euro et de cette Europe quelles qu’en soient les modalités, sans s’appesantir sur ce qui divise les citoyens, ou bien les oppose, ou bien encore les isole sur leur quant à soi (nucléaire, immigration, droits sociétaux, etc…). En dehors d’une brutale crise éruptive pulvérisant l’Union européenne (qui n’est pas à exclure), forger une évidence populaire anti oligarchique pour contrer nos modernes féodaux, cela aurait du sens et pourrait permettre de bâtir une bonne base de consensus (nationalisation des banques, reconsidération de la dette et de la légitimité de la rembourser en fonction des cas, priorité à l’emploi et au développement économique sous une forme nouvelle à force teneur écologique, prise en compte de la paupérisation rampante du pays, réflexion sur le partage du travail, ses nouvelles conditions…). De récents sondages relatifs au pouvoir des médias d’influencer le jugement des citoyens éclairent un peu l’horizon: la propagande ne décide pas de tout quand la crise frappe à la porte. Certes, une majorité « politique » doit se reconnaître en un parti, un mouvement ou une personne, du moins sur les critères actuels. Sujet délicat face à l’émiettement du panorama politique, et au succès « au pochoir » du FN qui prospérerait sur l’abstention plus que sur la progression de son influence (si j’en crois experts et pas experts qui disent en gros la même chose). Une majorité d’idées et de refus sans traduction démocratiquement organisée, cela sent bon l’anarchisme et pue la tragédie. Mais peut donner naissance à une représentation adaptée aux nouvelles exigences, avec des hommes nouveaux, des dynamiques inattendues et la disparition des vieilles lunes de l’alternance et des « ambitions raisonnables ». Car penser un vrai changement ne peut pas se faire à partir d’un constat actuel et d’analyse empêtrée dans la réalité d’aujourd’hui, si bien mise en scène par les « politologues ». Donc du mouvement, des idées, mais à cadrer dans l’urgence première de se libérer des liens les plus lourds (l’Europe, la dette etc…) A ce point du raisonnement se pose la question « big one »: à qui faire confiance? Il faut à mon sens faire la pari de l’optimisme sans idéalisme (si possible), faire confiance aux gens, au « peuple », et à l’exigence égalitaire qui l’habite (Lire Emmanuel Todd). Difficile? Hors de portée? Mais quel choix, hors celui de la résignation, nous reste-t-il? Pour user d’une métaphore détestable, quand le bateau brûle, autant se jeter à l’eau et apprendre à nager. Que le capitaine coule, son linceul et ceux de ses affidés n’en seront pas pour autant moins dorés. Grand bien leur fasse… Tant que le bras séculier de l’Etat ne les rattrapera pas. Cette rentrée 2014 est vraiment chouette. Cordialement.

    • vigneron

      Pucciarelli, c’est vrai que sortir de l’UE au moins c’est pas du tout clivant, pas du tout du tout.
      Faut réviser sa copie monsieur « l’archéomarxiste » revendiqué.

  52. Francisco

    à @ philosespiritam
    Je ne peux que souscrire à ce que vous écrivez … Même si vous allez plus loin que moi! Et même si ce que vous nommez « empathie » ressemble fort à un comportement inscrit dans ce que décrit Rizzollatti (et il n’est pas le premier à le démontrer).
    Mais je ne peux que reprendre la phrase d’Einstein « You cannot solve current problems with current thinking. Current problems are the result of current thinking.” C’est en gros, d’ailleurs, ce que dit Toynbee dans le problème de la chute des clans, des sociétés et des civilisations.
    D’où la forme de mon mail précédent sur le « fier passé » (emprunt à Game of Thrones »).
    Nous avons devant nous des défis à relever parce que nous ne les avons pas solutionnés avant et donc ils sont gigantesques. Il y faut une mystique (sinon 80% des gens resteront dans leur narcissisme voulue biochimiquement et entretenu par la caste dirigeante). Il faut donc changer d’échelle et après les dieux de la terre (Ra, Isis, …) puis ceux de l’homme affranchi de la nature ( monothéisme, pensée grecque)… il faut donc se propulser au niveau de l’ensemble de la planète et regarder en face le réchauffement climatique, la surpopulation (en plus concentrée en milieu urbain), la disparition de l’énergie fossile carbonée, etc … Il nous faut donc un nouveau Moise avec des tables de la loi qui emportent l’adhésion (uniquement ici pour faire biblique, je ne suis pas adepte de cette façon de pensée). ET donc non il ne faut pas aller contre les lois de la physique (comme l’a écrit P. Jorion) mais bien contre celles de la biochimie et de la neurophysiologie du cerveau (pour le peu que l’on en connaisse actuellement, mais c’est édifiant si on veux bien prendre la peine de lire « les neurones miroirs »).
    Et cerise sur le gateau, la majorité de l’espèce homo sapiens (80% donc), se fout complètement de ces défis et problèmes.
    Et pour bien me faire comprendre sur un exemple débile juridique « Lagarde risque 15000 euros d’amende et 1 an de prison ». Or il existe un article du code pénal sur le mauvais traitement des êtres biologique domestiques (article 521-1) qui est sanctionné par « 2 ans de prison et 30000 euros d’amende ». Donc nos chiens empathiques valent bien mieux que nos politiques juristes, d’après la loi française, non?
    Cordialement
    Christian

    • philosespiritam

      la majorité de l’espèce homo sapiens ne sont pas desinteressés :
      Il font juste soi confiance,
      ou sont déçus et s occupe de leurs quotidien en attendant que cela s ecroule car ils savent que cela s ecroulera un jour ou l autre.
      Des moîses, vous en avez plein la planéte et plein le blog sauf que la société regarde plutôt les judas pour l humour.De plus un individu dictant une régle est valable quand il existe l ignorance, aujourd hui les personnes ne sont pas ignorantes elles sont complices inconsciemment et indirectement.
      Cordialement.

      • philosespiritam

        Le problème actuel est que l’homme est dans le déni au delà du déni, il s autosuggestionne, fait ses auto-croyances même si on lui prouve qu elles sont fausses, s auto conditionne et par contagion conditionne les autres etc…Les problèmes sont solubles et les solutions existent sauf que tout est gardé au secret.Par contre on vous créera de faux problèmes ou utilisés des vrais pour maintenir une domination et soumission voulue ou non.
        Les énergies libres existent, les solutions pour l agriculture sans pesticides existent, les solutions pour que les aliments ne périssent jamais existent.Le problème c est que certains gardent ces connaissances pour eux comme le mode de consommation vous fait payer la connaissance et l apprentissage par diverses mécanismes mercantile de diffusion éparse et complémentaire des savoirs.En somme pour apprendre avant internet il fallait acheter tous les livres.
        Ce n est pas un problème de croyance, mais un problème psychologique, et un problème d addition à l ‘argent comme disait reagan en 1982 : le taureau a été lâché : le veau d or en référence celui de wall street sur la place.Vous savez pourquoi.
        Cordialement.

      • philosespiritam

        Le probléme ne sont pas les peuples.Mais les dirigeants.

    • philosespiritam

      Pour vous répondre sur un hypothétique messie, je répondrai que la majorité s attendrait à une belle jeune femme aux formes appreciables ou un bel homme de forte corpulence musclée avec un ipad pour table des lois.Vous voulez probablement parlé du projet Blue Bleam , pourquoi mais je ne pense pas que cela puisse marcher.

      • philosespiritam

        Pas besoin de mystique.Regardez juste le ciel et observez la planéte.Elle se modifie.

    • philosespiritam

      ’Einstein « You cannot solve current problems with current thinking. Current problems are the result of current thinking.
      C est entièrement vrai les solutions sont dans le surpassement de soi.
      Le probléme était technique et technologique.
      Le souci actuel est qu aucun systéme n’a prévu une réponse sociologique et humaine puisque le systéme est anti humain par définition.
      Pour la loi, elle n est tout simplement pas bien construite.Car basé sur un rapport d equité materiel et non morale.la vrai morale.
      Cordialement.

  53. timiota

    La trajectoire passe le VOLET INSTITUTIONNEL ci-dessus, qui rend les autres possibles. Le broyage partiel du cadre législatif fournit un moyen de contrôle et un répit dans l’assaut de sophismes de la novlangue politicienne.

  54. Noblejoué

    @ Troncal

    « La question est de savoir si « nous » avons plus de clairvoyance que nos élus pour pouvoir les « surveiller ». Je suis tout à fait démocrate, cela ne m’empêche pas de me méfier un peu du « peuple » »
    C’est de l’homme, mortel, stupide, mimétique et lyncheur, qu’il faut se méfier.
    Et donc il faut empêcher les gens de se nuire les uns aux autres.

    L’équilibre des pouvoirs dans l’Etat est un frein l’instalation de la tyrannie et renforce le débat bon pour la démocratie.
    L’équililbre entre Etat et marchés réduit les abus de l’un ou de l’autre.
    Chaque idéologie est un frein et un stimulant pour perfectionner les autres.
    Etc, etc…

    Après le diable est dans les détails.
    Et justement, il nous faut chercher des idées permettant des réformes :
    – Solutions aux problèmes actuels.
    – Non susceptibles de déboucher sur des abus.
    – Rassembleuses ou du moins présentées de façon aussi consentuelles que possible.

  55. matlac

    Pouvons nous espérer vivre mieux avec un pétrole de plus en plus rare et de plus en plus cher a extraire? Pouvons nous réduire d’au moins 50 % nos énergie fossile de façon a moins subir l’inflation inéluctable de leurs prix? Trouver des réponses a ce problème majeur, résoudra une bonne partie des problèmes.

    Depuis 1970 les découvertes de pétrole conventionnel ne cesse de baisser.
    Nous somme capable d’extraire a peine plus de 40 % de la capacité d’un réservoir.
    Pétrole et gaz de roche mère + sable bitumineux + pétrole conventionnel, n’on pas permis de faire baisser raisonnablement le coût du pétrole alors que nos économies tourne au ralenti depuis 2008.

    Je vous invite a charger ce fichier (http://www.manicore.com/fichiers/Assemblee_nationale_DD_6_fev_2013.pdf)
    élaboré par Jean-Marc Jancovici lors de son audition a l’assemblée, afin de mieux comprendre notre pétro-dépendance et que nos voix de secours sont bien mince aujourd’hui.

  56. philosespiritam

    les gouvernements pensent en réduction de la dette.Ils ne veulent pas changer.
    Cette dette ne peut pas et ne sera jamais remboursée.
    La compétitivité est facteur d écroulement des économies car elle détermine la compression des personnels des cadres, des salaires, de toutes les entités pour une captation unique.
    On ne peut pas résoudre des problèmes modernes avec des recettes du passé périmées.
    Le problème vient de l idéologie de l UE, sa théorie et son coté structurelle, en pratique.
    L UE comme elle est conçue est faite pour détruire l Europe de l intérieur.Modelé proposé par les Américains de l epoque.
    Vous savez pourquoi cela ne marche pas et pourquoi tout ce qui sera tenté ne fonctionnera pas tant que l UE ne sera pas européenne ce sera déboire sur déboire jusqu a implosion comme en ex Yougoslavie.La les profits seront juteux pour ceux qui ont enclenche le processus.La mise en garde est faite.Ne pas changer ou modifier les regles reviendra a se battre contre des moulins.

  57. philosespiritam

    Les gouvernements ne prennent pas conscience des problèmes et de la dégradation qui s accélere, sont ils prêt pour 70% chômage aux Etats unis et en Europe dans les prochaines années ? Le Mexique n est pas loin comme typologie et configuration de pouvoirs anarchiques et violences sous toutes les couches sociales.Inutile d attendre pour certain un conflit pour resoudre le probléme il n y en aura pas.
    Cordialement.

  58. Job

    Pour ma part, je pense que le nœud gordien est cette loi inique de 1973 dite « Pompidou-Rotschild-Gisgard » qui impose à l’état de se financer sur les marchés financier plutôt qu’auprès de sa banque centrale, le privant ainsi de son pouvoir de politique monétaire et l’assujettissant au volontés des puissances financières privées, dont le seul objet est leur intérêt propre. Plus question alors de faire des choix qui les contraindraient, c’est toujours la payeur qui commande !
    Mais revoir les traités fondateurs de l’Europe et faire que la BCE rende compte aux états plutôt qu’aux instances de l’industrie financières et qu’elle puisse prêter directement aux états n’est pas une mince affaire…

    • philosespiritam

      Une erreur oui mais car la France avait peur du communisme Russe.

    • vigneron

      Entre les idées reçues de Job et celles de Lacroix-Riz il n’y a pas l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette OCB.

    • devillebichot guy

      Si la BCE peut prêter aux Banques(de second rang),
      mais pas aux Etats,qui peut-il ne pas trouver cela ABSURDE ?.Et cette absurdité de la loi
      de 1973,est-ce si difficile de s’en débarrasser?L’Europe n’a pas vocation à être fondée sur
      l’absurde!Les traités absurdes doivent à l’évidence être amendés!

    • Noblejoué

      @ Job

      Vous avez raison de dire qu’il faut rectifier cette erreur.

  59. philosespiritam

    Ils vont tenir les mêmes discours.Çà va être comique.

  60. roberto Man

    Et – résumons nous – le difficile exercice de lecture de ce blog vous aura TOUS CONVAINCUS qu’il faut un outil spécifique de DIALOGUE STRUCTURE « CONSTRUCTIF » qui puisse permettre ::
    — de construire une arborescence de savoir opérationnel =
    . problemes, hypothèse de solutions, critères, solutions à retenir, implémentations.. le bon vieux principe « SPRI »
    . les arguments POUR et CONTRE
    — de NAVIGUER et EXPLORER les ARGUMENTS, se POSITIONENR de MANIERE FINE (cad je suis pour cette soutien.. parce que.. ) et DEBATTRE entre les différentes positions…

    La clé c’est une bonne structure logique à la base et des outils sympatoches.. (ma formation à la base = droit international, Informatique avancée, j’ose pas dire I.A (!) et édition technique.. j’ai été un spécialiste du SGML et bases de données éditoriales.. méthode de conception de produits « structurés et depuis j’ai un peu roulé ma bosse et appris a mieux maitriser la créativité.. et l’inventivité.)

    Bon alors, voila… c’est mon dada, cela fait des années que j’y travaille, j’ai mis au point une solution qui a été testée en vrai sous forme d’une publication a succès à l’occasion du traité de maastricht. J’ai pu prendre le recul nécessaire et bien en comprendre les mécanismes fondamentaux. La version électronique a mis beaucoup de temps a être mise au point. J’attendais un contexte favorable, une belle occasion d’accompagner un mouvement dans le bon sens. j’ai suivi toutes les tentatives dans le genre. il leur a toujours manqué 2-3 ingrédients essentiels à mes yeux. (dernière mise en oeuvre catastrophique : le site NEWSRING ou comment Frederic Taddei s’est fait baladé par un CENSURE d’entrepreneur web aux dents longues et à l’intelligence visiblement.. moins longue!

    Pour l’implémenter, il me faudra
    1) un feed back favorable de quelques âmes dans lesquelles j’ai une certaine admiration intellectuelle-pragmatique.. qui est intéressé?
    2) des sous.. peut être via le crowd funding?? avec un noyau issu de la planète « Jorion »?

    Et niveau timing, je pourrait cet automne, me rendre disponible, quelques mois, le temps que les brevets de mon activité en cours de création soient bien validés… par le système! Sourires.
    la fenetre est là.. du 1er octobre au 31 janvier ! Zou..

    voila un appel lancé.. Amen!

    • pH

      un bon wiki avec un peu de moderation et un cadre structuré, ca ferai aussi le travail non?
      il y a deja les articles, les fils de discussions, etc, pas besoin de reinventer la roue, mais par contre, réfléchir au contenu, ca c’est le plus dur :)

  61. juannessy

    @ Vigneron :

    Voir l’article d’aujourd’hui de Mediapart consacré à Emmanuel Macron .( mais surtout au logiciel de pensée qui le sous tend ) .

    • vigneron

      Je lis pas Médiapart.
      Ce mec à toute mon estime, point.
      « Le banquier Macron » « l’ex de chez Rothschild Macron », quelle connerie. Dit-on ou a-t-on dit la même chose d’un Emmanuelli ?
      Vive Rothschild !

      • juannessy

        Je me fous aussi un peu des a priori et c’est pour ça que je souhaitais connaître si Vigneron se retrouvait dans l’approche de Macron sur la remise en cause des réflexes  » de gauche » ( comme , pour ne rien cacher, mon propre fils s’y retrouve . Les réunions de famille sont nourries …. mais on finit toujours par un bon bordeaux !) .

        Emmanuelli , je ne connais pas trop de l’intérieur .

  62. Charles

    Je ne suis pas d’accord sur le fait de passer de 80% à 53%.

    Il me semble qu’il y a une plateforme assez large sur laquelle 80% des gens doivent pouvoir s’entendre, voire plus : tout le monde est pour moins de chômage, moins de corruption, pour un air et une eau sains et de qualité, pour que la justice soit indépendante et fonctionne mieux, etc. La preuve : personne ne va vous dire : « Je veux encore plus de chômage », « Je m’en fiche que l’eau du robinet soit imbuvable », « Il faut faire en sorte que le système éducatif soit de mauvaise qualité et ne permette plus l’ascenseur social », etc.

    Pour le reste, ce qui tombe entre les 53 et les 80%, il y a probablement matière à obtenir un plus large consensus que 53% en utilisant les intelligences collectives à bon escient. Par exemple (parmi d’autres) : 4 jurys populaires tirés au sort planchent sur le même sujet, rendent leurs conclusions. On essaie de voir s’ils arrivent au même résultat, on prend les constats et les solutions communes, on essaie de faire converger le reste, tout cela en toute transparence, et in fine on fait voter les gens sur chacune des propositions lors d’un référendum.

    Il me semble que ce qui est le plus important, c’est de faire les choses clairement en impliquant les gens, de manière à rendre impossibles les décisions abusives prises en sous-main qui vont à l’encontre de ce que leurs promoteurs disent clairement (en gros, faire tout pour supprimer des emploi alors qu’on prétend lutter contre le chômage).

    Il faut trouver un fonctionnement qui ne permette pas l’instauration du règne de la mauvaise foi et de l’hypocrisie, qui définissent le système actuel.

  63. Pour une FONDATION EDUCATIVE SUR L’NRJ

    Sommes nous… fous? Lol!

    La 1ere contribution nous suggère d’en parler autour de nous…

    et bien moi, je connais pas mal de monde, amis, musiciens, ingénieurs du côté de toulouse, famille française, anglaise…

    Et personne avec qui pertager cela… je l’avoue, avec, humilité et sentiment impuissance!

    Ils sont tous convaincus que le système va se remettre sur selle… cela m’étonne toujours autant!!
    Ils sont aussi surtout a priori très peu informés par eux-mêmes.

    Personnellement j’ai acquis une grande confiance dans mon intuition nourrie de beaucoup de curiosité et de temps passé à « creuser », donc je ne coche pas la case folie..

    mais cela pose question!

    Concrètement (j’y reviens toujours.. pas fou!) ce qui me frappe dans les discussions c’est la méconnaissance totale des ordres de grandeur. Je discutais avant hier dans un manoir breton avec le propriétaire, ex cadre parti au vert, l’ayant mis en vente pour un prix a 6 zéros.. pour lui ça allait repartir aussi sec, et d’ailleurs.. on avait des reserves de pétrole au large de la guyane française qui couvrirait des années de consommation… le fait que le principal producteur de pétrole qu’est la russie va probablement devoir baisser sa production d’ici quelques mois.. lui parait.. irréel.

    Donc concrètement, il me semble que l peuple français, européen, mondial a besoin d’un sérieux coup de FORMATION DE BASE AUX ENERGIES. C’est ce qui nous fait vivre et personne n’y connait rien!!! et que cela serait une bonne manière que de prendre contact de manière concrète et « apolitique » avec la base des 80% ::

    — un livre pour enfants et adulte « best seller » APOLITIQUE FACTUEL qui vulgarise l’ENERGIE, fasse comprendre les MASSES en jeu, les rapports essentiels : c’est quoi un cheval? un cheval vapeur? Un kw?? la TV pendant 4h c’est combien d’eau de quelle hauteur ? ou combien descalier à monter?
    — un relais actif de tout un réseau pour faire connaitre, offrir, parler de ce livre.. prêter, faire tourner chez les voisins..
    — des volontaires pour aller dans les écoles et lycées faire une présentation sur la notion d’NRJ et inculquer les éléments de base…

    COncrètement, ce que l’on attend de l’éducation « nationale » cela n’arrivera pas, or la clé c’est l’éducation, donc faudrait concrètement trouver le moyen de s’y coller a travers une FONDATION.. et des volontaires de haut niveau pour calibrer un « programme d’éducation aux NRJ » et des volontaires.. « prêcheurs » pour aller porter la parole.. concrète, apolitique, factuelle. mais qui ouvrirait les consciences..

    Qu’en pensez vous?

    • jducac

      @ roberto Man 27 août 2014 à 16:34

      calibrer un « programme d’éducation aux NRJ »

      C’est comme pour la mise en œuvre d’une politique de l’offre, plutôt qu’une politique de la demande, cela exigera du temps avant de produire des effets. Alors beaucoup de ceux qui, comme vous, ont mesuré la criticité de notre situation, préfèrent botter en touche plutôt que de se faire incendier en tenant un discours qui ne veut pas être entendu. La population a été trop maternée par le système social, et elle est immature, surtout dans le fonctionnariat.

  64. philosespiritam

    @roberto Man
    C est Volontaire.Pour que certains puissent profiter de richesses pendant les trente glorieuses sans limites, les peuples devaient rester dan l ignorance.
    A L heure actuelle les mêmes qui aimaient ce système le voit se retourner contre eux car totalement déraisonné et peu enclin à vouloir comprendre la raison autre que celle qui procure facilité et plaisir.Une corruption mentale généralisée, ce n est pas de la folie mais de l auto suggestion hypnotique amené par tous les appareils électronique comme les ondes wifi hautes et basses fréquences induisant les comportements sur les personnes et l alimentation pour l affaiblissement des défenses immunitaires pour faire marché le commerce.Tout est pour le commerce.Quand la planète ne donnera plus de fruit et de légumes, il leur restera le commerce avec les yeux pour l humour.La folie ? elle est plutôt du coté de ceux qui cours derriére l’argent, essayez de discuter avec eux ils ne demordent pas, des accros et des mentalités figés dans l eternité de leur fantasme.Ils sont dans une prison mentale et souhaite que les autres les rejoignent.
    Cordialement.

  65. philosespiritam

    un corrupteur se sent à l aise tant qu il existe du monde à corrompre.Quand tout le monde est corrompu tous s entre-dechirent pour recommencer jusqu a ce que tout le monde soit mort., le dernier ne sachant survivre par lui même car dépendant des autres.
    Cordialement.

  66. philosespiritam

    Pour répondre aux partisans de la sortie de l’euro.Vous n avez pas tort, vous oubliez une donnée des plus importantes, tous les capitaux sont étrangers.
    Cordialement.

  67. juannessy

    Autour de 40 intervenants différents x 53 % .

    Il faudrait en trouver 20 qui disent à peu près la même chose .

    • philosespiritam

      Les 20 existent , ils ont simplement surement peur d être jugé sur leur comprehension ou façon d ecrire ou mode de pensée.La peur du regard de l autre du moins ses ecrits.

  68. Dominique Gagnot

    On dit vouloir respecter les « droits de l’homme ».
    mais s’agit il de « l’homme riche », ou de « l’homme pauvre »…?

    Et nous ne sommes pas en guerre, la guerre suppose que 2 camps s’entre déchirent. Or puisque l’un des 2 camps ne peut se défendre, nous sommes en effet en paix.

    • philosespiritam

      L autre camp peut se défendre mais pour le moment il observe et le jour ou certains l attendront le moins ils agiront avec une extreme violence et barbarie sans plus aucune raison ni comprehension, a eviter.

  69. Noblejoué

    @ Roberto Man

     » La liberté, s’arrête… lorsqu’elle empiète sur la liberté d’autrui… version originale, française,
    La liberté s’arrête.. lorsqu’elle empiète sur le BIEN COMMUN… version plus anglo-saxonne,

    Et le territoire du BIEN COMMUN est amené à s’étendre, au fur et à mesure que l’on prend conscience de ce que notre existence s’inscrit dans un cycle de vie complexe aux interactions « systémiques » et aux ressources limitées.

    (…)

    et si.. et si la liberté était un faux concept? Existe elle vraiment? ne s’inscrit elle pas forcément dans un contexte physique avec des contraintes… La liberté.. c’est un rêve, Monsieur, serais je tenté de répondre… !  »

    Comment pourriez-vous être géné par le retrécissement de la liberté si elle n’existe pas selon vous ?

     » et si ce qui comptait, ce qui nous anime.. c’est la vie? qui implique.. la responsabilité.. de maintenir.. la nature, les espèces, l’humanité en vie, avant tout et avant la sacro-sainte liberté.. ??? »

    Si la liberté ne compte pas…
    J’imagine que le goulag pour vos opposants n’est pas génant.
    Que résoudre le problème energétique en réduisant les hommes en esclavage (c’est tout de même plus multifonction que les machines et ca ne se révolte pas tant qu’on dit ) ne vous gêne pas.

    Et a-t-on le droit de vivre chez soi si ça gène les sacro-saints animaux, ou du moins qu’on le conçoit ainsi.
    Les écologistes ont chassé des millions d’hommes, des peuples de leurs terres, pour les réserves naturellles.
    Je me méfie donc des écolos, et vos propos me rappelent cette affaire dont je vous informe au cas où vous ne le seriez pas.

    Que je cherche un lien…

  70. Pierre Devaux

    Quelques suggestions volontairement outrées:
    – Sortie de l’Euro et retour à un système comparable au SME.
    – Retour au contrôle des frontières (marchandises et migrations)
    – Une grande liberté d’entreprendre faiblement taxée.
    – Des impôts allégés pour tous.
    – Par contre une fiscalité de succession très lourde (frisant les 100%).
    – Un revenu de subsistance ou une indemnité de chômage en échange d’un travail vert (réparation des dégâts sur l’environnement).
    – Mécanisme interdisant tout nouveau déficit public (ni 3%, ni 2% ni 1%: 0%), aux échelons locaux et nationaux.
    – Mécanisme interdisant tout déséquilibre de la balance commerciale (chambre de compensation).
    – Spéculation impossible sans disposer physiquement de la marchandise.
    Objectifs: libérer le goût d’entreprendre et valoriser les capacités de tous les actifs.

  71. pH

    bon, ce que je vois c’est que c’est parti en vrille avec plein de discutions parfois philosophique, mais au final ça n’a pas beaucoup avancé :S

  72. juannessy

    Paul Jorion aura de la peine à débarquer avec la plateforme , à la vidéo de vendredi.

  73. Un naïf

    Ce mois-ci, le chômage a encore une fois fortement augmenté. Le président nous a seriné avec l’inversion de la courbe pendant des mois, mais là on ne l’entend plus. Pire, il a lui même expliqué avant son élection que tout président devait à mi-mandat tirer le bilan de son action et se retirer si celui-ci est mauvais. Aujourd’hui, c’est le cas et, non seulement il n’applique pas ce qu’il a dit quelques mois plus tôt, mais il nomme aux finances une pièce maitresse du libéralisme financier, avec son premier ministre qui n’avait eu que quelques % aux primaires…
    Et nous, on discute, on commente, on ronge son frein…
    Finalement, puisque personne ne bouge, ne serait-ce pas Hollande qui aurait raison d’agir de la sorte ?

  74. Il faut juste mettre en place un système qui fasse que les Lois de la Physique soient respectées.

    Mais tout le monde va dire que ce système serait « écolo » ou « Khmer vert ».

    Je répondrai : « Les lois des humains – les dernières – qui ont donné une toutes puissance apparente à la finance sont mortifères. Les Lois de la Physique, elles, sont les seules à pouvoir donner ou garder la vie. »
    Dès lors, les références pour le système que nous somme 80% à souhaiter devrait être le rendement énergétique – hélas toujours inférieur à 1 _ et le Joule, le Joule étant la seule chose qui ne varie pas en Physique.

    Sinon ?

    Sinon nous n’aurons rien changé. Une réforme sans ces références serait comme un changement de gouvernement en Giscardie, Mitt’randie, Chiraquie, Sarkozia ou Hollandie.

© 2014 Blog de Paul Jorion · Connexion
Desk Space par Dirty Blue & Wordpress Traduction WordPress tuto
Implementation / Webmaster Camuxi.