La mémoire et la lumière

Nous sommes passés hier devant Saint-Germain l’Auxerrois. Adriana a dit : « Oh ! Une belle église : est-ce qu’on peut entrer ? » La porte était ouverte. Elle m’a jeté furtivement : « Je sais que tu ne crois pas à ces choses-là ! », avant de tremper le doigt dans le bénitier et de se signer comme les Orthodoxes : de la droite vers la gauche. Elle est allée s’asseoir. Moi, je suis resté debout au fond de la nef.

Au bout d’un moment, elle est revenue me demander de la monnaie pour un cierge. Nous sommes restés là, l’un contre l’autre, à contempler la petite flamme, tout agitée par les courants d’air.

Je ne crois pas à « ces choses-là », sans doute, mais il n’est pas vrai que je ne croie ni à la mémoire ni à la lumière.

Partager :

3 réflexions sur « La mémoire et la lumière »

  1. Cher Paul,

    N’oubliez pas de surveiller les credit default swaps. Sur le site qui publie les indices ABX HE, il y a aussi l’indice CDX. Depuis une semaine c’est la débandade. Les spreads s’envolent!

    Vu que les banques ont titrisé hors-bilans, c’est subprime bis dans quelques semaines. Valeur notionnelle des CDS: 650 milliards en 2001, 45 trillions en 2007.

    On va (pas) rigoler!

    Arthur Sauzay

  2. Ah, il faut que je passe moins de temps dans les églises et davantage à observer les marchés ! Je ne sais pas si j’ai mentionné les CDS samedi soir à l’ENS ou sur « Travaux publics » lundi. Si je ne l’ai pas fait, c’est que j’ai jugé cela un peu trop technique, mais je les ai dans le colimateur depuis un bon moment.

  3. Je ne pouvais pas venir à L’ENS samedi, je le regrette beaucoup.

    Pour les CDS, il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre à peu près comment ça marche. Je pense que vous maîtrisez bien mieux que moi.

    Mais j’ai le sentiment que c’est une bombe à retardement! Les banques ont titrisé sans faire de réserves. Ca pourrait bien en faire couler une grosse ce coup-ci. Espérons que les fonds souverains ont encore des sous à y investir…

    Time will tell…

    Bonne journée

    Arthur Sauzay

Les commentaires sont fermés.