On a reçu ça

From: bankster.tv
Sent: Friday, February 13, 2009 2:40 PM
To: ‘Paul Jorion’

Mr Jorion,

Je viens vous annoncer qu’a l’occasion du ZDay le 15 mars prochain nous publierons une vidéo concernant vos dires et vos pratiques.

Je regrette d’avoir a faire cela.

Malheureusement vous ne nous laissez aucun choix, le débat « démocratique » nous ait interdit et vous effacez des informations cruciales méconnues de vos lecteurs que vous commentez à contre sens en privée.

A ce titre vous ne respectez pas le droit à la liberté d’expression, ni meme le droit de réponse quand vous écrivez des fausses allégations concernant l’Argent Dette.

Dont Acte

Bonne chance pour la « suite »

Partager :

437 réponses à “On a reçu ça”

  1. Avatar de arkalia
    arkalia

    Shiva: C’est une secte ou quoi ?

    « Une banque a préalablement besoin de dépôts pour compenser les dettes qu’elle émet. »
    Oui pourquoi pas, mais le dépôt préalable comme vous dites vient aussi préalablement d’un crédit !

    « Une dette émise ex-nihilo sans capacité à l’honorer serait un manquement de la banque au contrat passé avec son client. »
    Ah bon ? Allons tous retirer nos billets BC et on va voir si elles ont la capacité d’honorer leur dette , ca vous tente ?

    « un dépôt peut très bien exister sans dette, une dette peut être couverte par autre chose qu’un dépôt »
    Sur une opération, les gens se l’imaginent ainsi oui, ainsi vous déposez votre salaire et vous pensez qu’il n’y a pas de dette dessus. Mais tout ceci se passe que dans votre esprit.
    Parce que sur l’ensemble, la monnaie bancaire privée a été émise suite à un crédit. Ceci inclut votre salaire et tout argent en circulation.

    Le montant des dettes est supérieur à l’argent en circulation. Etes vous d’accord ?
    Si oui, vous comprenez que si vous remboursez toutes les dettes, il n’y a plus d’argent en circulation.
    Ainsi vous comprendrez que pour mettre de l’argent en circulation il va falloir d’abord l’emprunter.
    Et que par conséquent c’est le crédit qui fait les dépôts ou dit autrement c’est le crédit qui permet de mettre de l’argent en circulation.

  2. Avatar de Anne.J
    Anne.J

    @arkalia
    … faut laisser tomber … c’est une perte de temps: comme le disait très justement Julien Alexandre, ils doivent être 4 dans le monde (allez, 5 avec Creutz) à penser que les banques ne font pas de création de monnaie scripturale en monétisant des actifs, mais que c’est Dieu, le Diable ou la Banque Centrale qui a créé toute la monnaie utilisée par le système économique !
    En ce qui me concerne, c’est fini…

  3. Avatar de Julien Alexandre
    Julien Alexandre

    Anne et Arkalia ==> http://www.pauljorion.com/blog/?p=1930#comment-18770
    Le commentaire était en modération. Réponses?

    Par pitié, on ne refait pas le débat sur les dépôts font les crédits et “les crédits font les dépôts”. Les oeufs font des poules et les poules font des oeufs, comme les dépôts font les crédits et les « crédits font les dépôts ».
    – Intermédiation non-monétaire = la banque prête l’argent de ses déposants = les dépôts font les crédits.
    – Intermédiation monétaire = la banque prête l’argent avant d’avoir les ressources, elle se refinance ex-post (elle “crée de la monnaie”) = “les crédits font les dépôts”

  4. Avatar de arkalia
    arkalia

    Julien: « d’une soi-disant compensation automatique parce que les banques prêteraient exactement des crédits en proportion de leurs PDM qui finiraient comme par hasard en dépôts selon cette même PDM. »

    J’avais déjà répondu:

    Ca n’est pas un “raisonnement” c’est la logique, l’arythmétique, l’algèbre ou encore “la loi des grands nombres”

    L’ensemble des crédits octroyés par une banque ou toutes les banques se répartira toujours selon la part de marchés des dépôts si ca n’est pas vrai sur une opération ca l’est sur l’ensemble des opérations puisque c’est ainsi que les parts de marchés sont determinés.

    Donc:

    “si les banques honorent la même proportion entre les dépôts qu’elles gèrent et les crédits qu’elles accordent, chaque banque éprouvera la situation d’une banque unique monopolisant un marché de la taille de ses dépôts.”

    et

    “Il est possible de généraliser le modèle à deux banques à tout le système bancaire en général, car la logique et les calculs précédents demeurent inchangés par l’addition de banques supplémentaires”

  5. Avatar de Julien Alexandre
    Julien Alexandre

    Arkalia, je ne vous demande pas d’exposer de nouveau les conclusions de votre raisonnement, qui n’a aucun rapport avec la réalité, car vous vous bornez à généraliser votre « logique » d’un modèle non hiérarchisé (sans banque centrale) qui repose sur 2 banques commerciales qui ne se font pas de concurrence. Ceci n’a rien à voir avec la réalité du système monétaire qui est hiérarchisé (avec une banque centrale) et concurrentiel.
    Ma question, c’est de savoir qu’elle est votre source, ce fameux « inventeur canadien Milet qui n’est pas économiste », sur lequel vous basez votre raisonnement. Editeur? Année de publication? Nom complet? Si vous citez des passages de son livre, c’est qu’il existe, non? C’est un secret? Il n’existe à ma connaissance aucune source qui soutienne votre théorie.

  6. Avatar de Nadine
    Nadine

    @Soul
    @arkalia
    @Anne

    Soul, une banque qui débute doit, pour commencer à faire du crédit, se procurer de la monnaie centrale.

    Comment:
    En vendant des actifs soit à la banque centrale soit à une autre banque soit à la bourse soit etc
    En empruntant.
    En récoltant ses premiers dépôts.

    Ensuite elle amorce ses crédits et M1 augmente comme je l’ai expliqué plus haut en respectant les réserves obligatoires et les besoins en espèce.

    C’est tout de même pas compliqué!

    Pour les dépôts, ce sont bien les nouveaux dépôts qui font les crédits et non l‘inverse. Un crédit créé ex-nihilo n’est jamais à l’origine d’un dépôt ou alors la banque devra se refinancer mais cela ne peut pas être un mode de fonctionnement normal mais occasionnel (coût).
    Et ceux qui disent « Les oeufs font des poules et les poules font des oeufs, comme les dépôts font les crédits et les “crédits font les dépôts” » ne servent pas la cause qu’ils défendent et embrouillent les esprits qui le sont déjà suffisamment…

    Le refinancement en temps normal c’est surtout lorsque le marché se déséquilibre c’est à dire que les dépôts se déplacent d’une banque à une autre et cela les banques ne peuvent pas le prévoir (le marché est imprévisible), elles sont obligées alors de se refinancer et à l‘extrême si une seule banque récupérait tous les dépôts des autres il faudrait pour le refinancement des banques débitrices presque autant de monnaie centrale qu‘il y a de monnaies scripturales privées pour pouvoir payer l’unique banque créancière.

    La secte du bon sens vous souhaite une bonne fin de journée.

  7. Avatar de Alotar
    Alotar

    Si j’étais banquier, et que je pouvais créer de la monnaie ex nihilo, pourquoi est-ce que je m’encombrerais de dépôts à devoir rémunérer? Si j’étais un tel banquier, je refuserais tout dépôt, m’évitant ainsi de rétribuer un intérêt au déposant. Je lui dirai : excusez-moi, mais moi je crée ma monnaie, je n’ai pas besoin de votre argent, vous pouvez vous le garder ou alors allez déposer votre argent chez mon concurrent, c’est cela qu’il aura en plus à devoir payer. Que ce soit un dépôt fait avant ou après le crédit, je le refuserais, parce que, créant ma monnaie ex nihilo, je n’ ai pas besoin de ces dépôts que je devrais rétribuer.
    Mais existe-t-il de tels banquiers?
    Bref la création monétaire ex nihilo par les banques est une fable ou une croyance de type religieux comme « Et Dieu créa le ciel et la terre… ». Ca permet simplement aux banquiers de mystifier le péquin devant un soi-disant pouvoir magique de création d’argent. « Au début était le Verbe », disait le curé; « Au début était le Chiffre écrit », dit maintenant le banquier. Mais si il y a création, ce n’est pas de cette monnaie scripturale, qui n’est que de l’écriture monétaire, puisque de toute façon cette monnaie, d’après leur théorie, est détruite au remboursement : à quoi ça sert de créer quelque chose qui sera détruit? Ce qui est créé, c’est la contrepartie du crédit, par exemple une nouvelle maison. Et en cette affaire, le banquier ne sert que d’intermédiaire comptable – intéressé évidemment. Seulement un compte est créé puis supprimé.

  8. Avatar de Rumbo
    Rumbo

    Très rapidement, mais à quoi bon? Je n’aurai sans doute pas le moindre écho.
    Il faut souligner par rapport à la réalité générale d’un système financier, y compris naturellement la banque centrale (qui, d’ailleurs, peut créer indéfiniment de la monnaie sans contrepartie, je l’ai encore lu récemment par un professionnel de la finance, je peux retrouver sans doute assez facilement cette source), que les crédits qui sont la résultante recherchée du système des banques commerciales, font les dépôts et que les dépôts, nés même loin en amont, « permettent » alors d’enclencher le mécanisme de création monétaire, dans la « légalité », etc. Les banques commerciales sont elles-mêmes nées et formées par ce système-là. Après, c’est facile, preuve à l’appui, de dire qu’elles ne créent pas de monnaie à partir de rien… Pendant longtemps, jusqu’à il y a peu (car aujourd’hui ce n’est plus ainsi, les banques commerciales pouvaient « contourner » de facto la banque centrale devenue une sorte de chambre d’enregistrement servant seulement à « authentifier » la monnaie émises par les banques commerciales en lui donnant un « uniforme », ou un « visa ».

  9. Avatar de arkalia
    arkalia

    Nadine: dans votre cas le bon sens c’est le sens du contre sens et inversement.

    Julien: « Il n’existe à ma connaissance aucune source qui soutienne votre théorie. »
    Je crois que Etienne a déjà publié une liste. Par contre votre liste et celle de Nadine, on attend toujours.

    Pour ce qui est des extraits que j’ai cité, je vous ai déjà donné le nom de l’auteur plus haut, il n’y a rien de « secret » et David Millet l’inventeur vaut bien Helmut Creutz le moniteur d’aviation 😉

    Sa page est ici :
    http://manuscritdepot.com/a.david-millet.1.htm

    On attend donc vos critiques …

  10. Avatar de Shiva
    Shiva

    « Le montant des dettes est supérieur à l’argent en circulation. Etes vous d’accord ? »
    Oui
    « Si oui, vous comprenez que si vous remboursez toutes les dettes, il n’y a plus d’argent en circulation. »
    Non, pas d’accord, si vous remboursez toutes les dettes, il n’y a plus de dette en circulation.

    Si vous remboursez toutes les dettes il reste la monnaie centrale…

    Ps: Shiva n’est qu’un pseudo à deux balles trouvé à la hâte pour mettre un nom, puis conservé.

  11. Avatar de Shiva
    Shiva

    @arkalia

    Rectification :

    Non, pas d’accord, si vous remboursez toutes les dettes, il n’y a plus de dette.

    Selon moi les dettes de banques ne circulent pas…

  12. Avatar de Nadine
    Nadine

    Shiva les dettes de banques envers les clients ? ça circulent de compte à compte.
    Pour moi si on rembourse toutes les dettes liées aux crédits il reste la monnaie scripturale privée des banques qui ont monetisé leurs achats (titres, actions, patrimoines, or, etc…) et la quantité est sans doute énorme compte tenu des intérets gagnés par les crédits depuis x années.

  13. Avatar de Julien Alexandre
    Julien Alexandre

    @ Arkalia : dans la liste des livres qu’Etienne Chouard n’a pas compris ou dont les auteurs font des raccourcis pour décrire la « création monétaire » par les banques, il n’y en a aucun qui soutient votre théorie (et celle de Milet) que la compensation annule automatiquement les soldes parce que les banques émettent des crédits en proportion de leurs part de marché des flux monétaires, qui se transforment comme par miracle en dépôt dans l’exacte même proportion de leur part de marché. Je répète que ce raisonnement ne s’applique pas à un marché hiérarchisé (avec une banque centrale) et concurrentiel.

    Je comprends que vous soyez embêté et que vous vouliez changer de sujet, mais ce que vous et Milet décrivez, n’a aucune application dans le système monétaire actuel, et n’a aucune référence ou source dans la littérature économique.
    Si vous aimez l’algèbre, faites donc la démonstration de votre théorie, non pas avec 2 mais 500 banques , non pas sans, mais avec une banque centrale, et en intégrant une valeur d’indice concurrentiel entre les banques dans vos calculs. Vous verrez que les résultats seront bien différents!

    Pour cette histoire de dépôts/crédits, je répète :
    – Intermédiation non-monétaire = la banque prête l’argent de ses déposants = les dépôts font les crédits.
    – Intermédiation monétaire = la banque prête l’argent avant d’avoir les ressources, elle se refinance ex-post (elle “crée de la monnaie”) = “les crédits font les dépôts”
    Notez l’utilisation des guillemets, c’est une maxime (élément que j’ai expliqué plus haut)

    Ps : la lecture du sommaire du bouquin de Milet sur « le contrôle de la pensée », la « propagande », « le danger du renseignement » ou le « péril qui menace les institutions » ne me donne, certainement à tort, pas envie de lire son raisonnement sur la création monétaire… Je sais pas pourquoi 🙂

  14. Avatar de Shiva
    Shiva

    @Nadine

    Pour moi, lors d’un achat entre deux agents économique, la dette de la banque A vis à vis de son client, l’acheteur, est éteinte suite à la compensation bancaire, une nouvelle dette est créée entre la banque B et son client, le vendeur.

    Il y a destruction d’une dette et création d’une autre dette. Il n’y a donc pas à proprement parlé de circulation d’une dette d’un compte à l’autre.

    La monnaie, qui ne connait qu’un possesseur à la fois, peut circuler de mains en mains et de comptes en comptes la dette est un contrat passé entre deux personnes qui peut se transmettre avec l’accord des parties. Dans ce cas cela se passe entre trois personnes.

    C’est un détail, mais l’idée d’une dette de banque qui circule amène à confondre dette et monnaie.

    Qu’appelez-vous « monnaie scripturale privée des banques » ?

  15. Avatar de arkalia
    arkalia

    Shiva: les dettes pour le peuple c’est leur argent. ils mangent avec leur dettes et ils croient que c’est de l’argent.
    D’ailleurs jamais une banque ne leur a dit que ca n’était pas de l’argent mais un « moyen de paiement » ou une « monnaie bancaire privée » on a déjà soulevé ces points. Si il y a pleine divulgation de cela dans un contrat de compte courant, vous voudriez bien nous citer chez quelle banque, merci.
    Alors ne jouons pas (et plus) sur les mots, la société civile n’a plus d’argent « de moyen de paiement » « de fausse monnaie » si les dettes sont remboursées (et qu’il n’y a pas de nouveaux crédits ou en nombre suffisants), d’où le besoin de croissance infinie dans un monde fini.

    « Si vous remboursez toutes les dettes il reste la monnaie centrale… »
    1. Et comme il n’y a que des 0 et 1 sur un compte bancaire, c’est censé rassurer quelqu’un ou prouver quelque chose ?
    2. Elle est entre les mains de qui la monnaie centrale ? 😉

    Julien, tout le monde se doutait de vos commentaires.
    Concernant le « Je comprends que vous soyez embêté et que vous vouliez changer de sujet »
    Quel sujet ? Je suis embêté par quoi ?

    Julien: « qui se transforment comme par miracle en dépôt dans l’exacte même proportion de leur part de marché. »

    http://www.banque-france.fr/fr/supervi/telechar/agrement/cecei45.pdf
    « L’observation se vérifie pour la France : le ratio des cinq premiers établissements 35 (sur base sociale)
    montre, à fin 2007, une part de marché de 51,8 % pour le total de bilan (contre 51,9 % en 2005 et 52,3 % en
    2006), de 59,3 % pour les dépôts (contre 61 % en 2005 et 60,6 % en 2006) et de 50 % pour les crédits (contre
    50,5 % en 2005 et 50,4 % en 2006). En revanche, la même observation portant sur les cinq premiers
    groupes montre, à fin 2007, une part de marché de 71,8 % pour le total de bilan (contre 75,4 % en 2005
    et 76 % en 2006), de 74,5 % pour les dépôts (contre 76 % en 2005 et 75,4 % en 2006) et de 73 % pour les
    crédits (contre 73,4 % en 2005 et 2006). »

  16. Avatar de Nadine
    Nadine

    @Shiva
    « Qu’appelez-vous “monnaie scripturale privée des banques” ? »

    C’est une dette de la banque envers son client qu’elle doit pouvoir honorer à tout moment et dont le montant est enregistré comptablement sur les DAVs et cette dette a la particularité de se déplacer comme une monnaie en échange d’un bien, c’est de l’argent-dette si on veut.

  17. Avatar de Julien Alexandre
    Julien Alexandre

    Arkalia, ou comment tendre le bâton pour se faire battre (amicalement:)). Vous soutenez avec Anne (et le complotiste David Millet, votre seule référence) que les banques prêtent exactement dans la même proportion que leur part de marché des dépôts, de sorte que la compensation « annule exactement » les soldes entre banques. Vous n’avez aucune source pour étayer vos propos, et vous appuyez sur votre « raisonnement logique ».
    On vous démontre sans peine que votre proposition est vrai si et seulement si on raisonne dans une système non hiérarchisé, sans banque centrale et sans concurrence, ce qui ne correspond pas à la réalité. Mais vous vous obstinez (ce qui est une qualité), et vous citez ceci :

    http://www.banque-france.fr/fr/supervi/telechar/agrement/cecei45.pdf
    “L’observation se vérifie pour la France : le ratio des cinq premiers établissements 35 (sur base sociale)
    montre, à fin 2007, une part de marché de 51,8 % pour le total de bilan (contre 51,9 % en 2005 et 52,3 % en
    2006), de 59,3 % pour les dépôts (contre 61 % en 2005 et 60,6 % en 2006) et de 50 % pour les crédits (contre
    50,5 % en 2005 et 50,4 % en 2006). En revanche, la même observation portant sur les cinq premiers
    groupes montre, à fin 2007, une part de marché de 71,8 % pour le total de bilan (contre 75,4 % en 2005
    et 76 % en 2006), de 74,5 % pour les dépôts (contre 76 % en 2005 et 75,4 % en 2006) et de 73 % pour les
    crédits (contre 73,4 % en 2005 et 2006).”

    Allons y!

    1/ Une observation triviale pour commencer : sur base sociale, la PDM des 5 premiers établissements est de 59,3% pour les dépôts et… seulement 50% pour les crédits! Comme aux dernières nouvelles 50 n’est pas égal à 59,3, j’en conclus que les 5 premières banques ne prêtent pas en proportion de leur part de marché des dépôts. Et donc que votre raisonnement est caduque.

    2/ Même observation pour les chiffres sans critères de comparaison sur base sociale : 74,5% de dépôts et seulement 73% de crédit. La encore, les banques ne prêtent pas en proportion de leur part de marché des dépôts. Et donc votre raisonnement est infirmé.

    3/ Une observation un peu moins triviale : vous n’ignorez certainement pas que 5 banques ayant 74,5% de PDM des dépôts ne signifie pas que chacune a 14,9% de PDM des dépôts, tout comme 5 banques ayant 73% de PDM des crédits ne signifie pas que chacune a 14,6% de PDM des crédits.
    Il est même fort probable que les disparités que l’on retrouve en agrégeant les PDM de ces 5 banques se retrouvent dans les PDM entre ces 5 banques. Et que ce que vous ne pouvez pas vérifier en concentrant 5 banques ne puisse pas être vérifié en prenant les banques une à une.

    4/ Une observation encore moins triviale : je vous rappelle que la compensation est un mécanisme journalier, et que ce que vous avancez n’implique pas seulement une parfaite égalité des PDM dépôts et crédits sur base annuelle, mais également sur base quotidienne. Ce qui signifie que chaque jour, chaque banque va émettre des crédits en fonction de sa PDM des dépôts. Chaque jour! J’en déduis que dans votre système, il n’y a aucune imprévisibilité et aucune concurrence… Allons!

    Donc je répète : il n’y a aucune source qui étaye votre théorie que la compensation annule automatiquement les soldes parce que les banques émettent des crédits en proportion de leurs part de marché des flux monétaires, qui se transforment comme par miracle en dépôt dans l’exacte même proportion de leur part de marché. Je répète que ce raisonnement ne s’applique pas à un marché hiérarchisé (avec une banque centrale) et concurrentiel.

    Julien, tout le monde se doutait de vos commentaires

    Merci. En effet, quand on soumet une théorie qui ne s’applique pas au système monétaire actuel, en se basant sur de la littérature complotiste, je ne vois pas trop quels commentaires on peut faire, à part de souligner ce trait dans les écrits de l’auteur que vous nous soumettez. Vous êtes embêté car la seule personne qui soutient la même chose que vous (à part Anne) s’appelle David Millet et son seul fait d’arme a été d’écrire un bouquin gratuit pour dénoncer le grand complot occidental sur le thème « on vous cache tout » (j’ai finalement pris la peine de le parcourir pour savoir de quoi je parle, c’est édifiant!)
    Le résumé pour les curieux qui n’ont pas de temps à perdre avec ce genre de bêtises : http://www.zombiemedia.org/spip.php?breve615

    On arrête les frais Arkalia?
    Cordialement, Julien

  18. Avatar de Julien Alexandre
    Julien Alexandre

    Encore une précision sur la référence d’Arkalia : la Maison d’édition de Mr David Millet, la « Fondation Fleur de Lys », est un éditeur à compte d’auteur. Ca rappellera de bons souvenirs à tous ceux qui ont lu « Le pendule de Foucault » d’Umberto Eco 🙂

  19. Avatar de aarkaliaa
    aarkaliaa

    Vous avez un sérieux problème avec les maths, l’éco mais surtout la logique !

    I.) 59,3 % – 50 % = 9.3 / 5 = une varation inférieur a 2% entre chacune d’elle, soit la marge d’erreur !

    II.) ca se précise ici puisque plus le spectre est large (nombre de banques) plus on se rapproche de la répartition de masse monétaire (parts de marchés de l’ensemble)
    74.5 – 73 = 1.5 / 5 = une variation inférieure/égale à 0.3% entre chacunes !!

    Mais vous allez me dire que c’est la théorie du hasard bientôt 😉

    Sinon l’autre solution c’est de reprendre vos études et effectivement « arrêtez de prendre les gens pour des cons » comme l’a si bien dit etienne parce que pour votre gouverne cela aussi est dans tous les manuels d’économie !
    « Les clients de A vont en effet les dépenser auprès de l’ensemble des agents non bancaires de l’économie dont on
    connaît la répartition »

    Cours « Systèmes monétaires et financiers », chap II, Le marché de la monnaie, Arnaud Diemer, MCF Université
    d’Auvergne, Faculté de Sciences économiques et de Gestion, 2ème année DEUG
    http://www.oeconomia.net/private/cours/monnaie/chapitre2.pdf

  20. Avatar de 2Casa
    2Casa

    @ Arkalia – 1

    @ Julien Alexandre : s’ils ne sont pas tous passés au pilon peut-être les a-t-il rachetés et prêtés à Grignon ? 😉

  21. Avatar de memet
    memet

    aarkaliaa pourquoi diviser par 5 ? les chiffres parlent d’eux mêmes, la division est inutile.

    2007 PDM =71.8% dépôts =74.5% crédits =73%
    2006 PDM =76% dépôts =75.4% crédits = 73.4%
    2005 PDM = 75.4% dépôts =76% crédits = 73.4%

    Voir: http://www.pauljorion.com/blog/?p=1353#comment-13236

  22. Avatar de aarkaliaa
    aarkaliaa

    2Casa: L’ensemble des crédits octroyés par une banque ou toutes les banques se répartira toujours selon la part de marchés des dépôts si ca n’est pas vrai sur une opération ca l’est sur l’ensemble des opérations puisque c’est ainsi que les parts de marchés sont determinées. D’ailleurs le mouvement selon lequel un crédit va se répartir (ou l’ensemble des crédits vont se répartir) c’est bien les « fuites »

    voir aussi: http://www.pauljorion.com/blog/?p=1353#comment-13236

  23. Avatar de aarkaliaa
    aarkaliaa

    Ou bien voir aussi:

    p81

    « Cette condition dite de dévéloppement équilibré indique que les fuites hors de chaque réseau bancaire se compensent parfaitement si le rapport des crédits nouveaux est égal au rapport des parts de marché de dépôts. Nulle opération de refinancement n’est nécessaire (« Toutes les banques marchent au même pas » dit Keynes)

  24. Avatar de aarkaliaa
    aarkaliaa

    Ou bien voir aussi: http://books.google.fr/books?id=Ipc1I0sIa28C

    p81

    « Cette condition dite de dévéloppement équilibré indique que les fuites hors de chaque réseau bancaire se compensent parfaitement si le rapport des crédits nouveaux est égal au rapport des parts de marché de dépôts. Nulle opération de refinancement n’est nécessaire (« Toutes les banques marchent au même pas » dit Keynes)

  25. Avatar de erusnec
    erusnec

    Ou bien voir aussi: http://books.google.fr/books?id=Ipc1I0sIa28C

    p81

    « Cette condition dite de dévéloppement équilibré indique que les fuites hors de chaque réseau bancaire se compensent parfaitement si le rapport des crédits nouveaux est égal au rapport des parts de marché de dépôts. Nulle opération de refinancement n’est nécessaire (« Toutes les banques marchent au même pas » dit Keynes)

  26. Avatar de Julien Alexandre
    Julien Alexandre

    Aarkaliaa ou Arkalia,
    La règle de croissance équilibrée est un principe théorique vers lequel les banques devraient tendre. Les exemples du bouquin de Gilles Caire sur la croissance équilibrée font référence à ce principe théorique appliqué à un système monétaire à 2 banques non hiérarchisé et sans concurrence. Le cours d’Arnaud Dimier fait référence à ce principe en rappelant que les banques ont intérêt à respecter cette règle, mais qu’il ne s’agît que d’un principe de gestion, et pas d’une description de la réalité du système monétaire. Les chiffres de la Banque de France que vous avez citez prouvent que ce principe théorique n’est pas d’application, ce qui a pour conséquence un besoin de refinancement des banques, et non une « annulation exacte » des soldes de compensation inter-bancaires.

    Vous avez un sérieux problème avec les maths, l’éco mais surtout la logique !

    I.) 59,3 % – 50 % = 9.3 / 5 = une varation inférieur a 2% entre chacune d’elle, soit la marge d’erreur !

    Excusez-moi, mais votre calcul ne veut absolument rien dire. Vous divisez par 5 au nom de quoi? Parce qu’il y a 5 banques :)? Quelle marge d’erreur de 2 %? Il ne s’agît pas d’un sondage!!! Il y a un différentiel de 9,3 points entre les parts de marché des dépôts et les parts de marché des crédits. Donc pas de croissance équilibrée.

    II.) ca se précise ici puisque plus le spectre est large (nombre de banques) plus on se rapproche de la répartition de masse monétaire (parts de marchés de l’ensemble)
    74.5 – 73 = 1.5 / 5 = une variation inférieure/égale à 0.3% entre chacunes !!

    Le spectre n’est pas « large » comme vous le dites, il s’agît des 5 premiers groupes bancaires avec un ratio consolidé par groupe. Donc encore une fois, votre division par 5 n’a aucun sens. Et 0,3% n’est pas une marge d’erreur, car il ne s’agît toujours pas d’un sondage… Il y a un différentiel de 1,5 points entre les parts de marché des dépôts et les parts de marché des crédits. Donc pas de croissance équilibrée. J’ajoute que le fait de prendre en compte plus de banques ne change rien : si même avec seulement 2 banques, il y a déséquilibre, alors il y a refinancement en monnaie centrale. Avec 500 banques et toujours un déséquilibre, il y a aussi refinancement en monnaie centrale.

    Mais vous allez me dire que c’est la théorie du hasard bientôt 😉

    Sinon l’autre solution c’est de reprendre vos études et effectivement “arrêtez de prendre les gens pour des cons”

    Merci pour cet sympathique invitation. Je vais vous demander comme aux autres interlocuteurs (décidément) de ne pas m’insulter. Je ne crois pas que l’attaque donne de la force à la répétition de votre raisonnement erroné par votre incompréhension de la différence entre un principe de gestion idéale et la réalité du système monétaire.

    Je vous laisse donc dénoncer « les secrets bien cachés de la création monétaire » et le « contrôle de la pensée » (qui m’affecte probablement!) avec David Millet.
    Cordialement, Julien

  27. Avatar de Julien Alexandre
    Julien Alexandre

    @ 2 Casa : ils ne passent pas les bouquins au pilon chez Fleur de Lys, ils les impriment seulement quand ils sont vendus!!! L’édition à compte d’auteur a fait des progrès depuis Eco 🙂 Tant mieux, parce que le bouquin sur les « secrets du monde » de David Millet, à mon avis, ils ont pas du en vendre des masses, et ça aurait été dommage de couper des arbres pour imprimer ça.

  28. Avatar de erusnec
    erusnec

    Oui la division est fausse et inutile, personne n’a eu besoin de vous pour le remarquer, d’ailleurs c’était dit et corrigé juste après mais vous devez avoir les yeux qui convergent ou besoin d’un os à ronger.

    Non seulement vous avez tout faux quand vous dites que personne ne soutient ca, alors que c’est à la base même du métier, voir Keynes.
    Je rappelle vos écrits « il n’y a aucune source qui étaye votre théorie que la compensation annule automatiquement les soldes parce que les banques émettent des crédits en proportion de leurs part de marché des flux monétaires, qui se transforment comme par miracle en dépôt dans l’exacte même proportion de leur part de marché. »

    La simple vérité c’est que vous êtes tombé dans le panneau de la critique facile comme un bolide dans un mur à partir d’une source volontairement peu crédible.
    Alors que ceci est expliqué dans tous les manuels d’économie et les chiffres de la banque de france le confirme amplement.
    Tout comme la discussion sur la création monétaire ex-nihilo, bizarre tout ce hasard…

    74.5 – 73 = 1.5

    Cela est suffisant pour prouver ce qui a été avancé précédemment et ce qui se trouve dans tous les manuels d’économie et que vous avez nié jusqu’à maintenant et vous tentez un nième retournement de veste.

    Cela est également suffisant pour montrer que les banques souhaitent, veulent et font tout leur possible pour ne pas avoir a se refinancer, et cela annule tous les commentaires du genre « oui mais le crédit a cause du refinancement coute cher » sur 73 pourcent du marché, les 5 grands réseaux ont besoin de refinancer 1.5 pourcent, quel cout astronomique !!

    Anne avait bien raison, voir son commentaire plus haut.
    Je vous souhaite un joyeux « bank run » vous l’avez bien mérité !

  29. Avatar de Julien Alexandre
    Julien Alexandre

    Erusnec, Arkalia, Aarkaliaa, une réponse groupée puisque vous postez les mêmes messages :

    – 74,5% n’est pas égal à 73% donc l’affirmation « dans l’exacte même proportion » est fausse.
    – 74,5% et 73% sont une agrégation des parts de marchés de 5 groupes bancaires. Nous ne savons rien des différences qui peuvent exister à un niveau individuel, groupe par groupe, banque par banque. Il est possible qu’il y ait parmi ces groupes des banques dont la PDM des crédits est plus éloignée de sa PDM des dépôts. Vous ne pouvez donc pas affirmer que les 5 grands groupes ne se refinancent que pour 1,5%. Et je rappelle que la compensation a lieu quotidiennement, et que la moyenne de PDM annuelle en tant que moyenne n’est pas un indicateur des fluctuations journalières entre émission de crédits et réception de dépôts qui peuvent varier énormément.

    La simple vérité c’est que vous êtes tombé dans le panneau de la critique facile comme un bolide dans un mur à partir d’une source volontairement peu crédible.

    Si je comprends bien, vous avez fait exprès de prendre appui sur les thèses complotistes de David Millet pour que l’on vous signale que David Millet avait écrit un bouquin complotiste. Brillant! Peut-être qu’au fond je suis le jumeau caché de David Millet, Julien Millet, et que j’entretiens cette référence pour faire vendre le bouquin de mon frère, et vous êtes tombé dans le panneau? 🙂

    vous devez avoir les yeux qui convergent ou besoin d’un os à ronger

    Sans commentaires…

  30. Avatar de Nadine
    Nadine

    @erusnec
    Vous dites: «73 pourcent du marché, les 5 grands réseaux ont besoin de refinancer 1.5 pourcent, quel cout astronomique !! »

    1.5% pour les fuites et sur les 73% qui sont revenus en dépôt il faut bien que les banques se refinancent de 17% soit 2% pour les réserves obligatoires et 15% pour les retraits en espèces. Oui le coût est important dans ce mode de fonctionnement (financement à posteriori)

    Ce que vous expliquez avec d’autres c’est que les banques essaient d’avancer comme le dit Keynes au même pas pour n’avoir qu’à utiliser que le minimum de monnaie centrale à savoir en zone Euro 2% pour les réserves obligatoires et 15% pour les retraits en espèces. Si les banques n’avancent pas au même pas ou presque la demande en monnaie centrale explose pour payer les soldes des compensations interbancaires.
    Alors oui beaucoup de monnaies scripturales privées pour un minimum de monnaie centrale (17%).
    Salutation

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta