Alan Grayson et Elizabeth Coleman, le 5 mai 2009

Comme certains y reviennent sans cesse. Une partie de notre discussion sur ce sujet.

iGor milhit Le 7 mai 2009

A propos d’omerta, Glenn Greenwald sur son blog chez Salon.com a posté hier un billet sur la définition de “oversight” (surveillance) en ajoutant une vidéo où l’on voit Elizabeth Coleman, Inspectrice général de la Fed témoigner devant le House Financial Services Committee (Congrès) et se faire interroger par le Rep. Alan Grayson sur la menue monnaie que la Fed à mis à disposition des banques pour les sauver, sur le soupçon d’opération hors-bilan émis par Bloomberg, et les réponses sont, pour ce que j’ai pu comprendre, édifiante, s’il l’on peut dire: Avez-vous fait des enquêtes? Non. Et pour cette histoire de hors-bilan? Et les noms des banques bénéficiaires? Où en est votre enquête, parce que cette histoire commence a durer depuis quelques mois? Ben, euh… l’enquête suit son cours, alors on n’a pas de réponse pour le moment.

CF Le 13 mai 2009

@ Champignac et Pierre-Yves D

Si vous comprenez l’américain, je vous suggère de regarder la video suivante.
Un grand moment de solitude pour la personne interviewée par Mr Alan Grayson (je pense qu’il s’agit de lui).

Peut-être Paul pourrait nous faire un topo sur ce monsieur et sur les raisons et conditions qui font que aux USA, ces auditions ont lieu et sont télévisées.

Pour ceux qui ne comprennent pas l’anglais la personne interviewée est censée contrôler les comptes et mouvements de fonds de la FED, mais ne peut pas répondre sur un montant anecdotique ….. : 1 à 2 trillions de dollars (1000 milliards) ….une paille !!

Un peu plus de 1 trillions ne serait plus dans les comptes depuis 8 mois et Mr Grayson demande uniquement qui a reçu ou où est passé l’argent….

Paul Jorion Le 13 mai 2009

Il y a deux mois, j’ai publié un billet intitulé Le 18 mars 2009 : fin du capitalisme. Toutes les bonnes nouvelles relatives au rebond de l’économie (ou tout au moins de la Bourse) au cours des semaines récentes peuvent vous conduire à vous demander si je regrette de m’être avancé de cette manière.

Il n’en est rien et si vous voulez savoir pourquoi – et si vous comprenez l’anglais – visionnez l’audition que nous signale CF. J’admire le calme de ce député américain et… non, je ne regrette rien !

Paul Jorion Le 23 mai 2009

@ rodolphe

La vidéo où l’on voit Grayson a été discutée à partir du 7 mai :

L’omerta

L’omerta

L’actualité de la crise : L’Europe rattrapée, par François Leclerc


etc.
La vidéo a été présentée ici :

L’actualité de la crise : L’Europe rattrapée, par François Leclerc


Certains sont très lents à la découvrir !

Paul Jorion Le 24 mai 2009

Personne à ma connaissance ne considère qu’il s’agisse d’un faux ;

Wikipedia : Alan Grayson

On May 5, 2009, in a Financial Services Committee question and answer session with Inspector General of the Federal Reserve Elizabeth A. Coleman, Grayson asked about the trillions of dollars lent or spent by the Federal Reserve and where it went, and the trillions of off balance sheet obligations. The Inspector General responded that she does not know and is not tracking where this money is. The exchange was posted on YouTube, receiving over 900,000 views in the first two months after posting.

Partager :

41 réflexions sur « Alan Grayson et Elizabeth Coleman, le 5 mai 2009 »

  1. Et ça change quoi à la marche du monde ces remarques ? Un blog qui s’écarte de considérations purement esthétiques me semble perdre de son insignifiance et par la même de sa raison d’être. Insignifiance au sens de son impact plus que négligeable sur la marche du monde. Allons ne nous désolons pas : il est des bavardages qui valent des empires !

  2. ( traduction faite par un autre )

    -Inspecteur Sherman, vous êtes bien inspecteur à la fédérale réserve?

    -Absolument

    -Vous avez conduit une enquête je suppose sur le rôle de la FED dans l’aide accordée a LEHMAN BROTHERS ?

    -Dans cette affaire particulière, nous n’avons pas conduit d’enquête

    -Avez vous diligente une enquête sur les trillions de $ qui ont disparu de vos livres comptables aux dire de Bloomberg?

    -Nous avons actuellement regardé pour évaluer les risques

    -Cela je le comprends mais avez vous fait une enquête spécifique sur ce sujet précis?

    -(hésitation) Nous sommes dans le processus de commencer quelque chose a ce sujet.

    -Vous êtes l’inspecteur général, alors connaissez vous l’identité de ceux ou celui qui sont receveur des fonds?

    -Concernant cette transaction nous n’avons pas encore enquêté sur ce point précis.

    -Etes vous au courant de la disparition de ces trillions de $ qui ont disparu de vos livres comptables?

    -Nous n’avons pas conduit d’enquête spéciale dans notre juridiction à ce sujet pour la clarifier, et nous n’avons pas juridiction non plus pour certains détails de l’enquête.

    -Madame, 9 trillions de $ ce qui représente $30,000 par chaque habitant américain, incluant toutes couches de population, vous me dites ne pas être responsable de l’enquête, alors qui l’est?

    -(hésitant) qui est responsable concernant l’enquête…………. pouvez vous reposer la question!

    -Qu’avez vous fait concernant la disparition de cette argent sur vos livres aux dires de Bloomberg, pour un montant de 9 trillions de $, dans les 8 derniers mois?

    -Je dois regarder l’article de Bloomberg, articles d’ailleurs que je n’ai pas lu.

    -Madame ce n’est pas la question! Je repose la question, ou sont passés les 9 trillions de $ disparus de vos comptes?

    -A ce point nous conduisons une enquête a haut niveau

    -Avez-vous conduit cette enquête depuis septembre dernier?

    -Nous sommes en train de collecter les informations pour savoir ce qui se passe concernant ce sujet.

    -Vous êtes en train de me dire que personne ne suit la trace d’une façon régulière de la disparition de cet argent!!

    -Je ne sais pas et nous ne sommes pas en position de pouvoir dire si c’est une perte ou quoique ce soit d’autre

    -Mon temps est écoulé Mrs Chairman, mais je suis choque que personne a la FED ou même l’inspecteur générale ne puisse avoir trace de tout ceci.

  3. c’est un détaille de plus face au 50 000 milliard de dollars qu’a couté la crise pour l’instant …
    ou vas t’on ?

  4. A tous ceux qui espèrent un concours d’Obama pour retrouver les responsables ou instaurer une régulation :

    Extrait du discours d’Obama à Moscou

    « Au XXIème siècle nous sommes tous, Américains, Russes, et autres, intéressés par une croissance qui améliorera la vie de chacun de nous. Nous devons perdre moins de temps à chercher un responsable, et en dépenser plus à travailler conjointement pour obliger notre économie à avancer dans la bonne direction », a-t-il conclu. »

    Morale de l’histoire : continuez à vous éreinter au travail et à vous faire avoir par des crédits vampiriques, nous nous chargeons du reste.

  5. Prenez et soyez tranquilles on vous cachera davantage encore et encore si possible tant de renards.

    Il est vrai que depuis le 19ème siècle et dans le privé nous avons aussi beaucoup progressé comportalement.

    Le champ à ravager est immense ce n’est bien sur jamais assez pour eux, les affaires sont les affaires.

    Garder, cacher, maquiller, manipuler, faire chanter, jeter, tromper dans le sens du progrès, c’est indifférencier la tromperie, la malice, la brutalité, la dureté, fractionner, diviser, pour opposer continuellement les être contre les autres leur rapportant toujours et encore plus de pouvoir sur les êtres à la longue comme à l’usure.

    Bien évidemment la plupart des familles ne trouvent plus guère la paix et cela même le jour du repos.

    Peut-on vraiment bâtir une société sans intégrité morale, sans droiture, sans réel courage, sans éthique, sans fierté, sans honneur, sans prudence, sans réel repos au coeur et à l’esprit, sans réelle souci de l’autre comme de la culture de votre propre pays d’ailleurs au regard même de la très grave crise actuelle ? Bien sur que non …

    Elle tiendra temporairement par les intérêts communs, par les beaux discours flatteurs et hypocrites des gens de parti mais elle tombera et s’autodétruira fatalement tôt ou tard par les intérêts privés, marchands ou militaires.

    Nous avons d’ailleurs rejeté beaucoup de choses pour nos seuls principes d’économie, pour Wall Street la City, pour le seul vocabulaire de l’homme d’affaire riche et puissant sur terre quelque fois même nous nous rendons plus même capable de s’adresser autrement à l’homme pire même en période de très forte crise mondiale.

  6. .

    Toujours pas de prison pour ceux qui volent l’argent public par milliers de milliards…

    Bonjour à tous,

    Il semble que ce ne soit pas la première fois que les canailles qui ont pris le contrôle de l’argent en « perdent » impunément, par milliers de milliards, dans une incroyable indifférence générale (indifférence parfois renforcée par de très opportunes diversions) :

    En 2001, le 10 septembre, c’est-à-dire la veille même des attentats du 11 septembre 2001, Donald Rumsfeld déclarait que le Pentagone avait égaré de manière inexplicable la somme de 2 300 milliards de dollars US :

    http://www.youtube.com/watch?v=3kpWqdPMjmo

    Aviez-vous déjà entendu parler de ça ? Est-ce un canular, une manipulation ?

    Existe-t-il une explication à cette énormité, ou une démystification ?
    _________________

    Enfin en vacances, j’émerge doucement de la profonde tristesse où m’avaient jeté l’abstention européenne (sorte de démission volontaire des résistants) et la victoire nationale — totalement corrélée — des privilégiés (de plus en plus fascisants, je trouve, mais à la mode Orwell, désormais, en mentant comme des arracheurs de dents, en prétendant sans vergogne faire le contraire de ce qu’il font vraiment, comme si seules les belles paroles comptaient pour ces abrutis de citoyens qui ne contrôlent plus rien).

    Amicalement.

    Étienne.

    _________________________
    Les peuples une fois accoutumés à des maîtres ne sont plus en état de s’en passer.
    Jean-Jacques Rousseau.
    (On espère que Jean-Jacques se trompe, mais la tendance paraît lourde, effectivement.)

    Seuls les plus petits secrets ont besoin d’être protégés. Les plus gros sont gardés par l’incrédulité publique.
    Marshall McLuhan (1911-1980), auteur et chercheur canadien

  7. @Etienne Chouard: « Toujours pas de prison pour ceux qui volent l’argent public par milliers de milliards… »

    Et qui les mettra en prison? Eux-mêmes? 🙂

  8. Voler des sommes astronomiques des caisses de l’etat n’a rien de nouveau!

    Cela vous etonne car les moyens modernes de communication permettent a un plus grand nombre de savoir.

    Illustration :
    Je ne savais pas comme beaucoup de contemporains que la firme IBM avait contribuee par le biais de sa filiale a l’organisation de massacres a grandes echelles durant les annees 1933-1945 en Europe.
    Il m’a fallut faire des recherches sur INTERNET pour trouver des recits puis des ouvrages sur ce sujet precis.

    Ce qui est important ce n’est pas le fait lui-même mais la facon dont ces personnes le font. Ils le font sans se cacher, sans regret, sans etat d’ame, sans honte et en toute impunite.

    Cela veut dire que nous sommes impuissants ! ca c’est grave.

  9. est ce que quelqun pourrait se devouer et traduire les deux articles de taibbi en francais qui sont sur conteinfo
    Goldman Sachs, la grande machine à bulles

    merci d avance et si possible les publier sur ce blog ci

  10. Le point de vue de Loic Abadie ne permet pas de se faire une idée juste de ce qui c’est passé. Vu la position dogmatique de ce boursicoteur, j’ai du mal aujourd’hui à comprendre la posture d’un libéral.
    Que constatons nous actuellement :
    – la crise financière est systémique et est issue de la dérive du capitalisme (mondialisation, dumping social et environnemental, délocalisations vers des pays non démocratiques, etc…),
    – les Etats (et les banques centrales) ont en parti nationalisé les pertes gigantesques de la crise financière pour maintenir à bout de bras un système défaillant,
    – les Etats, fragilisés par ses pertes absorbées pour sauver le système, ainsi que par l’arrêt brutal de l’économie réelle (faute de crédit), sont maintenant au bord du précipice.
    Et ce serait la faute des économistes keynésiens, absents du débat depuis plus de 30 ans ?
    Quelle bonne blague !
    J’ai plutôt dit « ouf ! » en voyant la réaction des Etats en septembre 2008, même si je pensais ses mesures insuffisantes. Insuffisantes car les chômeurs en fin d’indemnisation arrivent ces mois ci aux USA par vague de 500 000/mois. Un véritable tsunami pour septembre 2009.

  11. @C :
    Je n’ai pas trouvé de traduction jusqu’alors. (?)
    J’envisageais d’en faire une synthèse, dès un moment de libre :-/ , mais la traduction est trop quantitative pour mes moyens. Quoi qu’il en soit je ne pense pas que ce sera posté ici… (Sur mon blog)

  12. Pour Rumsfeld, peu d’échos à l’époque, mais la somme a simplement été utilisée dans les différents services du Pentagone, dépenses accumulées sur une période prolongée, au risque de commencer à devenir perceptible. Entre programmes d’armement ratés ou interrompus, soutien aux guerres ponctuelles, ou guerres qui ne disent pas leur nom, corruption tous azimuts et budget pour l’ensemble des services secrets, le budget militaire complet pour Israël. Ce n’est pas tellement difficile pour un pays à l’ambition de domination politique des Etats-Unis d’avoir un gros débit dans ce genre de frais.
    Donald ose faire la déclaration devant la presse : y a t-il une pression particulière pour en parler ?

    Mais tous les pays ont des sources non-avouables pour financer tous les services dont on ne parle pas. La France utilise pour ses activités sombres, en plus gros volume, ce qui est tiré de l’Afrique.

    Certains politiques vous disent que la France-Afrique n’existe plus, comme si on allait se gêner.

    Mais vous aurez sans doute entendu dernièrement Pinocchio-Sarkozy dire devant une presse complice, que les secrets d’états n’existaient plus à notre époque. Quel gros farceur lui aussi.

  13. @ c

    Un autre article traduit, concernant Goldman Sachs

    Discrètement presqu’à l’insu de la plupart des Américains, le gouvernement fédéral des Etats-Unis a apporté une quatrième branche à sa structure en 2006. Comme vous le savez, il existe déjà trois branches qui sont :

    Le judiciaire: la Court Suprême
    L’exécutif : le Président.
    Le législatif : le Congrès

    En termes de stratégie politique, nous sommes couverts par ces trois institutions… mais qu’en est-t-il des questions financières? Tout le monde sait que le Congrès n’a aucune idée sur la manière d’octroyer les allocations. Et le pouvoir exécutif ne dispose pas exactement pas d’un palmarès éloquent lorsqu’il s’agit des questions financières. (Nous accusons un déficit pratiquement chaque année depuis 1970).

    Pourquoi ne disposerions-nous pas d’une agence financière au service du gouvernement? Un groupe d’experts en fiscalité tout à fait dévoués, chargés de mettre de l’ordre dans la politique fiscale des Etats-Unis?

    Eh bien, c’est ce qu’on fait en réalité, mais au lieu de confier cette mission à des financiers sérieux, intelligents et soucieux de l’intérêt général des Américains, on a mandaté une poignée d’escrocs véreux déterminés à prendre autant que possible l’argent du contribuable sans se soucier des conséquences, quelles qu’elles soient.

    Mesdames et messieurs, je vous présente l’agence financière au service du gouvernement des Etats-Unis : Goldman Sachs.
    Ce serait une tâche ardue que d’essayer de décrire en détail comment Goldman a construit des relations étroites avec le Gouvernement fédéral.

    En effet, à l’exception de Ben Bernanke et d’un petit nombre d’autres responsables, toutes les figures marquantes de la tragi-comédie qu’est la récente crise financière, ont servi au sein de la société Goldman Sachs.

    Hank Paulson, le “marteau”, joue un rôle déterminant dans ce désordre. Notre ancien planificateur de la privatisation des fonds publics ou Secrétaire au Trésor. Il faudrait tout un livre, et non un article pour présenter toute la complexité du réseau des copains mis en place par Paulson et les méthodes qu’il a utilisées pour leur verser les fonds publics et financer leurs entreprises pendant la crise.

    Toutefois, il est possible de tirer des conclusions concernant les opinions intimes de Paulson sur les affaires et la politique en soulignant qu’il a occupé les fonctions d’assistant de John Erlichman, figure centrale dans le scandale de Watergate, l’un de ses premiers postes de décision. C’est un homme qui avait la conviction que lorsqu’il s’agit de gagner des postes de pouvoir, il est mieux de défoncer la porte, d’entrer, de voler et de détruire à tout prix ses ennemis.

    Erlichman avait été condamné pour conspiration, entrave à la justice et parjure. Par la suite, Paulson est devenu le PDG de Goldman Sachs.

    En dehors de Paulson, le rôle de Goldman Sachs dans cette crise est presque illimité. John Thain, ancien PDG de Merrill Lynch était un ancien responsable de Goldman. Il en va de même pour Robert Rubin, Président de Citigroup. Il y a ensuite Robert Steel, chef de Wachovia, Ed Liddy à qui Paulson a confié la tâche de conduire la nationalisation de AIG, Mark Patterson, l’actuel chef de service du Trésor, Neel Kashkari, celui qui est chargé de l’allocation des fonds TARP… Même Tim Geithner a eu pour mentor Robert rubin suscité.

    Ce qui est incroyable, c’est que personne ne semble scandalisé par toute cette magouille. Il n’est pas difficile de faire le point le point de ce qui s’est passé : Un ancien administrateur de Goldman avait reçu la mission d’allouer des fonds publics aux autres anciens administrateurs de Goldman Sachs, qui à leur tour accordaient des fonds sous forme de primes et de salaires énormes.

    En effet, le fait que la proposition originale de Paulson d’adopter un plan de sauvetage de 800 milliards de dollars n’impliquait AUCUNE réduction ou surveillance des rémunérations octroyé aux dirigeants de sociétés bénéficiaires des fonds.

    L’espace commence à me manquer ici. Mais si ces questions vous intéressent et que vous avez envie d’en apprendre plus sur l’implication de notre gouvernement Fédéral, je vous EXHORTE vivement à lire les révélations récentes faites par Matt Taibi concernant cette société dans le magazine Rolling Stone. Soyez avertis, les révélations de Taibi vous rendront furieux.

    Car les gens peuvent prendre contact avec leurs représentants et Sénateurs locaux pour demander à savoir pourquoi on n’a pas ouvert une enquête à l’encontre de Paulson à propos de sa gestion des fonds publics.

    Reproduction autorisée pour les bloggers à condition de citer clairement SpreadTheTruth.fr

    Reproduction strictement interdite pour tous les médias en ligne.

    Traduction réalisée par l’équipe de SpreadTheTruth.fr. Tous droits réservés SpreadTheTruth.fr

  14. Les « dirigeants des banques » pensent (savent) que la plupart vont à la faillite.
    Ils se dépêchent de pomper le liquide pour leur propre compte en dépit de tout risque.
    Mais comment planquer ce fric hors des banques?
    De l’or métal?

    De toutes façons le taux de chômage inéluctable est tel qu’aucun pays n’échappera au chaos social et politique.
    Autres dirigeants et système monétaire-bancaire alternatif à prévoir…après la purge.

    Quel terme?

  15. @ Serge Demoulin

    « J’ai de moins en moins de doute et de plus en plus de certitudes… »

    Vous aussi

    Courir ou marchander brutalement sur la terre c’est découvrir combien elle leur est peu sacrée.

    Hélas le futur de l’humanité ne s’achètera pas non plus toujours avec des marchandises.

    http://www.youtube.com/watch?v=DK3iiQZsMkU&feature=related

    Ce qu’ils ont reçus gratuitement ils ne redonnent plus guère gratuitement.

    A peine né le nouvel enfant de ce monde est déjà mené à l’abattoir comme tant d’autres avant lui.

    Dès qu’un enfant né il en est déjà responsable des dettes de tout un monde déjà assez jeune pour être conditionné.

    Il faut les écouter, les laisse faire, laisser gonfler la bulle, le ballon, sinon il y aura encore eux de l’amertume, de l’inaccompli, alors il suffira d’un presque rien, d’un souffle léger, pour qu’il éclate et devienne  » pur néant économique « .

    La confiance des gens ne s’achète pas non plus ce n’est pas de l’ordre de l’avoir, de la tromperie de plus au G8.

  16. @TARTAR
    Non, le système tiendra sans doute d’une manière ou d’une autre.
    Le plus cynique dans l’histoire c’est que ce seront précisément ceux qui actuellement se gobergent en précipitant le système social à sa perte qui demain se porteront le mieux à l’abri dans leurs ghettos édifiés sur la masse de « richesse » qu’ils sont justement en train d’accumuler… (cf. les USA)
    Le plus cynique c’est que, pragmatiquement, ils ont toutes les raisons logiques d’agir ainsi…
    Théorie des Jeux. Humain, trop humain.

  17. Je serais d’accord en gros mais le chaos social signifie en partie destruction du système bancaire.
    La révolution russe appliquée au XXI° siècle c’est la perte des réseaux informatiques …
    Les actifs se résumant à des bits en mémoire effacée …quid de l’argent?

    Ou bien où sont les ghettos riches , les lieux où le réseau électrique est garanti?
    Le pays de rêve, sans grèves?

  18. @TARTAR
    Il n’y aura pas de soulèvement, de révolte, etc. à mon sens. (Cela n’engage que moi, c’est à dire pas grand chose)
    Tout cela va chahuter mais se maintiendra en l’état, gentiment, augmentation des déséquilibres sociaux à l’appui. Mais pas de déliquescence « physique » au sens où vous l’entendez, j’ai idée. Car in fine, un parasite qui tue pour de bon son hôte, c’est une bavure. (sauf s’il profite de sa mort, ce qui n’est pas le cas dans notre situation comme vous le dîtes; alors ?)

    Cela me rappelle ce film où le potentat du coin (Inde urbaine) explique, démonstration à l’appui, que charger d’un coup le cou de la poule posée sur son bureau provoque l’écroulement et le refus de l’animal, mais qu’en chargeant progressivement celui-ci s’habitue et accepte le fardeau… la même histoire que la grenouille d’Al Gore… notre parasite nous charge progressivement depuis quelques décennies, même s’il y va un peu fort ces derniers temps, mais on va avaler, vous verrez. C’est presque écrit. :'(

    J’avais déjà dit quelque chose du genre, ici : http://www.pauljorion.com/blog/?p=3421#comments pénultième commentaire…

  19. Toujours pessimiste je ne vois pas la fin des faillites d’entreprises asséchées par la sous-consommation, ce qui entraine un chômage massif non indemnisable.
    Pas de rentrée de TVA, et pénurie d’impôt direct.
    Budgets nationaux déjà exsangues…cette fois saignés.
    Fonctionnaires pas payés..etc.
    Chute des protections sociales, et des retraites…
    Grèves puis conflits graves débouchant sur un chaos politique.

    Mais pessimiste gai.
    Je prévois toujours le pire.
    Comme il arrive rarement…tel une Christine Lagarde je « JUBILE » alors sans retenue.

    Mais là franchement..je vois pas d’issue gaie.

  20. à Tigue [13:39]
    Vous mettez un nom (M. Loïc Abadie) sous nos yeux, avec un URL. Pourquoi ?
    C’est largement faux et inexploitable pour quoi que ce soit.
    Q1 : Etait-ce pour une confirmation de ce constat ?

    Le chiffre, 9 trillions, est sans doute issu de cet article deBloomberg. Cela signifie que l’Etat et la FED ont fait des prêts aux organismes financiers en difficulté, mais se sont aussi portés caution pour des géants hypothécaires comme Freddie Mac et Fannie Mae : Une part importante des 9 trillions est donc

    Amalgame malheureux : « Etat et la FED »
    Ensuite… se sont portés caution. Sans doute, peut-être … mais cela suffit-il à expliquer la « disparition de 9000 milliards … De surcroit une caution n’a pas à figurer dans le « total monétaire d’un bilan » à moins de faire l’objet d’une provision apparente au Passif. En ce cas

    Mme Coleman l’aurait dit. Tel niveau de création monétaire à l’Actif a pour contrepartie telle provision au Passif.

    Abadie : Mais la video illustre malgré tout très bien ce qu’on obtient dans une économie où un Etat omniprésent et fortement
    interventionniste se mêle de ce qui ne le regarde pas via les politiques keynésiennes qui ont mené au désastre actuel :

    Prosélytisme anti-état   ici indéfendable de cette manière.
    Est-ce Washington qui donne des ordres à Wall Street ou l’inverse ? Evidemment Washington veut aussi sa part des escroqueries, à un moindre degré assez surement.

    Abadie : Nous sommes arrivés en effet aujourd’hui à une situation où l’Etat et le système bancaire privé sont unis dans une relation
    contre nature. L’Etat s’est servi pendant des décennies des banques et de la FED pour mener à bien ses politiques de fuite en avant et d’expansion incontrôlée du crédit pour obtenir une
    croissance totalement artificielle et reporter à chaque fois les ennuis à plus tard.

    Faux

    L’absence de contrôle sérieux des engagements pris par la FED et par l’état et la déresponsabilisation générale
    associée (le discours de l’inspectrice de la Fed sur la video en est un bel exemple) est une simple conséquence des politiques keynésiennes et d’un interventionnisme économique qui a totalement déréglé le

    système.

    Complètement faux ! Rien à voir avec politiques keynésiennes – Il n’y a jamais eu de système sainement réglé !! …
    Je ne connais pas ce monsieur.
    Q2: Travaillerait t-il pour une organisation ? Aurait-il écrit autre chose … ?
    La magouille-farce légale « FedSystem » est bien consolidée depuis plus d’un siècle :
    A la veille de la guerre 14-18 [le 23 décembre 1913 par le Federal Reserve Act dit aussi Owen-Glass Act]
    en 1930 ( fondation de la BRI )
    en juillet 1944 [ à la création du FMI : Conférence Bretton Woods], etc.

  21. Désolé, ce n’est pas tout à fait dans le sujet mais avez vous noté qu’il y a encore eu 7 faillites de banques aux US le 2 juillet dernier? 7 la même semaine, dont 6 dans le seul Illinois. Le précédent ‘record’ était de 5 banques et datait… du 26 juin 2009 et de 3 le 19 juin alors que depuis plusieurs semaines, on oscillait entre 0 et 2 par semaines…
    Détail sans forcément de réelle relation: la FDIC a changé le sytème de listing. On avait tout sur une seule page et ils sont passé à un système page par page avec la possibilité d’afficher jusqu’à 150 entrées par pages… La FDIC, pessimiste?…

    La liste de la FDIC:

    http://www.fdic.gov/bank/individual/failed/banklist.html

    Et un autre site, trouvé au détour d’un forum, avec cette même liste ainsi que les chapitre 11 au quotidien et les chiffres du chomage (menu Finance):

    http://portalseven.com/common/Home.jsp

  22. Nous sommes en 1869, la France est un des pays les plus riche du monde, tout va très bien.
    La paie règne depuis 18 ans en France et la bourgeoisie et la finance sont au zénith.
    Les magouilles et les enrichissements frauduleux ne faisaient plus de gros scandale depuis longtemps.

    Qui pouvait alors prédire la suite !!!

  23. A Auguste

    Tout cela me rappelle furieusement une nouvelle de science fiction que j’ai lu il y a fort longtemps ( 25, 30 ans) sur une société qui pratiquait le crédit à outrance au point d’en être arrivé à ce que les gens contractent des crédits sur leurs enfants puis petits enfants.
    Si seulement je pouvais me rappeler la fin de l’histoire ou au moins l’auteur pour pouvoir la retrouver!

  24. @Ju² : entièrement d’accord avec vous. ET je rajouterai même que si « le système politico-financier » menaçait de s’effondrer, si « le chaos », l’anarchie venait à gagner « le corps social », nous pourrions observer l’instauration d’un régime autoritaire, répressif. Le processus n’a-il pas commencé ? Ne porterait-il pas le nom de « lutte contre le terrorisme » ?

    @simple sans tete : de quel islam parlez vous ? Dans quels pays ? Mais c’est peut être la tradition monothéiste qui arrive à « sa fin »…

  25. @Auguste,

    Loic Abadie est déjà intervenu plusieurs fois sur ce Blog, notemment dans les débats sur les causes de l endettement des ménages. Il pense que la bulle de la dette est due a un comportement de foule récurent, cyclique, ayant oublié les crises précédentes, et n ayant perdu tout réflexe d épargne de précaution.
    La lecture de son Blog (très pédagogique pour le neophyte) qui prevoyait une crise deflationiste début 2007, m a évité bien des erreurs d’ invesitssement, et m a permis de déconseiller a des personnes modestes la signature d’ un prêt relais qui leur aurait été fatal.
    Le point de vue de Loic a été très utile pour équilibrer les points de vue dogmatiques de gauche qui fleurissaient sur le Blog de Paul.
    Il me semble que nous ne pouvons approcher « la vérité » qu en étant attentif a la part de vérité qui existe toujours dans un point de vue sincère.
    Pour Paul, les ménages se sont endettés pour compenser la perte de leur revenu, due a un transfert de richesse de leur poche vers celle des patrons et investisseurs, ce qui me semble correct. Mais il me semble trop simple de dire que les 99,99999% de pigeons que nous sommes, ne serions responsables de rien, que nos comportements individuels égoïstes quotidiens n auraient rien a voir avec l égoïsme de cette oligarchie que nous avons portée au pouvoir encore récemment.
    Vous êtes trop gentil avec nous, les pigeons, Cher Clown…
    Au Rwanda, de pauvres hommes noirs ont massacré d’ autres hommes noirs aussi pauvres qu eux.
    C est l homme qui doit changer, pas besoin de gros complot pour le comprendre…

  26. Je trouve que tigue parle d’or (si je puis me permettre ce jeu de mots). D’autre part, cette histoire de 9 trillions détournés, n’est-ce pas ce qu’on appelle une « légende urbaine »? Autrefois, on appelait ça une rumeur et des sociologues très sérieux se sont penchés sur ce phénomène (en particulier Edgar Morin). On ferait bien de le relire, ça permettrait de prendre ses distances et un peu de hauteur. Il y aussi un bon livre de Jean-Noël Kapferer sur le sujet. De manière générale, je pense qu’il ne faut pas prendre tout ce qu’on raconte sur Internet pour de l’argent comptant.

  27. @ton vieux copain Michel
    …. »D’autre part, cette histoire de 9 trillions détournés, n’est-ce pas ce qu’on appelle une “légende urbaine”? Autrefois, on appelait ça une rumeur et des sociologues très sérieux se sont penchés sur ce phénomène (en particulier Edgar Morin). »

    Certes, il s’agit peut-être d’un faux, d’une vidéo lancée par des comédiens, mais alors, que croire en ce bas monde ?
    Les légendes urbaines de ce genre ne courrent quand même pas les rues.
    Enfin, si Paul existe vraiment, et que ce blog ne diffuse pas que des légendes, j’imagine qu’une explication viendra, sur la destination, toujours occulte pour l’instant, de ces milliers de milliards de la Fed.

  28. @Ton vieux copain Michel: « De manière générale, je pense qu’il ne faut pas prendre tout ce qu’on raconte sur Internet pour de l’argent comptant. »

    Il vaut mieux faire confiance à TF1. Et comme c’est le genre d’info qui n’y passera jamais au journal parlé…

    Restons sérieux un moment, Alan Greyson est un membre du congrès bien réel qui pose juste des questions gênantes à des gens qui n’ont pas l’habitude d’être contrôlés sur leurs activités. Encore ici au pdg de AIG: http://www.youtube.com/watch?v=6HYq6kdseV8

    Ce n’est pas parce que nous n’avons pas de députés courageux chez nous (par courageux, j’entends « qui fait ce pour quoi il a été élu »), qu’il faut tomber des nues lorsque l’on en voit un ailleurs.

  29. Bonsoir
    La vidéo et le post auxquels vous faites objet datent de 2009.
    L’information ressort aujourd’hui sur différents sites, toujours évidemment un peu datée.
    Mais savez-vous ce qu’est devenu ce dossier ? Autour de moi certains annoncent l’intox ou l’ignorance d’Alan Grayson sur le fonctionnement réel de la FED. La question serait alors une fausse question…. Mais cela a l’air tellement fort et incredible. Comment se fait-il alors qu’aucun grand média américain ou français (selon recherche internet peut être limitée) n’ait pas couvert cette affaire et développé ?
    Merci de votre écho.

Les commentaires sont fermés.