Mon Québec à moi

Avant d’aller quelque part, on en a quand même une idée, faite de bric et de broc en général, et qui ne ressemble pas vraiment à la chose elle-même. Parfois le contraste entre le préconçu et le constaté se révèle d’ailleurs embarrassant : ce fut le cas par exemple pour moi et la Chine.

Je n’ai pas vu grand-chose du Québec cette semaine et il faudra y retourner – voir la forêt en particulier – et la pêche, qui me fascine partout, dans tous les pays du monde.

En attendant, voici mon Québec à moi, tel que je l’avais inventé dans ma tête avant mercredi.

Félix Leclerc

Le chanteur préféré de mon père, et dans une des chansons qu’il aimait tout particulièrement.

Carole Laure

Je suis allé la voir au Bataclan à Paris, un soir triste d’automne du milieu des années 1980. Je suis sorti de la salle de très bonne humeur, et toujours aussi amoureux des femmes – si vous vous demandez pourquoi, regardez la vidéo : la réponse s’y trouve (Nota Bene : certains d’entre vous se sont étonnés de la catégorie de billets « La race humaine », explication : si vous regardez quels billets j’ai mis dans cette rubrique, vous verrez que j’aurais pu l’appeler aussi bien « Les femmes et moi », mais « moi » ça aurait fait prétentieux).

Kate & Anna McGarrigle

J’ai évoqué la mort de Kate McGarrigle en janvier. Avant-hier, j’ai eu dix minutes à moi, j’en ai profité pour me promener sur Sainte-Catherine, en pensant à elle, et à la merveilleuse famille de musiciens dont elle faisait partie.

Partager :

37 réflexions sur « Mon Québec à moi »

    1. @L’enfoiré
      Il n’y a qu’un québécois pour se nommer ‘Chante-lois »…..
      Serge Bouchard, ethnologue et animateur à la Société Radio-Canada, écrivait : « Les vieux arbres, comme les vieux en général, ont leurs habitudes et leurs certitudes. Dérangez leur routine et ils meurent »

    2. @Roma
      « Les êtres humains c’est tabernacle… » pour ceux qui n’ont pas l’oreille…..
      « Des fois, j’ai l’impression d’être un fou…. », là tout le monde comprend.

  1. La pêche ou l’agriculture artisanales ont produit une éthique de responsabilité, mais la pêche ou l’agriculture industrielles posent de nombreux problèmes. Ces professions sont tout aussi frappées par le mode d’organisation actuel. Mais autrefois, si le pétrole n’était pas devenu une source de remplacement de la graisse des baleines, celles ci ne seraient plus à nager encore et pousser leurs cliquetis dans l’eau que j’ai récemment entendus lors d’une plongée dans la mer des caraïbes.

    Ne connaissant pas leur langage, je n’ai pas pu échanger de propos avec elles 🙁

    Sinon Carole Laure, évidemment là, on est scotché par tant de beauté.

  2. merci Paul Jorion de nous rappeler ces magnifiques artistes qui nous ont fait vibrer.

    Je vous offre ceci :

    1. Quelles belles évocations pour ce pays que nous aimons tant, un peu de notre terre s’est évanouie dans ses forêts. Merci aussi Edith pour cette magnifique chanson qui m’évoque également l’Irak, du temps où elle s’appelait Mésopotamie (allez donc savoir pourquoi !).

  3. Ah si vous nous prenez par les sentiments….
    Mon Québec à moi c’est la poésie de Vigneault,
    chansons de mon enfance. C’est le Québec, mais bien plus encore.

    « Pendant que les grands vents
    Imaginent des ailes
    Aux coins secrets de l’air
    Pendant qu’un soleil blanc
    Aux sables des déserts
    Dessine des margelles

    Moi, moi, je t’aime
    Moi, moi, je t’aime…

    Pendant que les châteaux
    En toutes nos Espagnes
    Se font et ne sont plus
    Pendant que les chevaux
    Aux cavaliers perdus
    Traversent des montagnes

    Moi, moi, je t’aime
    Moi, moi, je t’aime… »
    ————————————————————
    Pendant que…
    (chemin faisant/CD2, piste 05)
    http://www.deezer.com/fr/#music/gilles-vigneault/chemin-faisant-40120
    ————————————————————

    « Etait-ce femme ou bien rivière?
    Etait-ce la vie à la mort mêlée ainsi
    Que l’âme au corps?
    Laquelle chantait la première?

    C’était la femme et la rivière
    Et l’amour mêlé à la mort »

    ————————————————————

    La Manikoutaï
    (Chemin faisant/CD2 piste 15)

    ————————————————————

    La poésie c’est quelque chose!
    C’est l’amour et la mort la colère et la peine
    C’est aujourd’hui demain hier
    C’est ici, là-bas, nulle part, c’est en dedans
    C’est … Ah!
    C’est l’impossible
    C’est l’indicible
    C’est un battement d’aile
    C’est un battement de coeur
    C’est un trou de joie, un trou de haine, un trou de chagrin
    Un trou d’espoir
    C’est une caresse
    C’est la vie impactée
    Retentissement de nos béguins
    L’écho de nos fraternités
    Mots piétons,
    En marche, en ordre rangé
    Qui trépignent,
    S’élancent en volées de moineaux,
    Retombent,
    Choeur de nos voix multipliées
    Brisées,
    Renaissantes,
    Usées
    Frondeuses,
    Isolées,
    C’est un souffle
    C’est le premier, c’est le dernier
    Un souffle posthume
    Un souffle d’écume
    Une goutte d’eau dans l’océan de nos vies mêlées
    Une épingle à cheveux dans le pli du ciel joli
    Une toile imbibée
    D’encre qui court dans la maille
    Gravit chaque fil
    Comme le dernier puis
    Court court, saute et court encore…

  4. Carole laure …Mais Diane Dufresne?…femme….femme…..

    Et puis les indiens…Palestiniens de l’époque. Pousses-toi de là que je m’y mette. Ces braves canadiens français en ont encore une peur semblable à celle du loup..

  5. Mon Canada a moi c’est çà :

    Je n’ai pas trouvé de vidéo de Félix Leclerc la chantant en entier.

    C’était une des chansons que mon papa nous chantait quand nous étions petites.
    C’est sans doute pourquoi je l’associe à « La chasse aux papillons » de Georges Brassens qu’il nous chantait aussi.

  6. Pour amateurs et hors sujet mais pas tout à fait, comme d’habitude, en pensant aux pêcheurs de Houat et de bien d’autres lieux.

    The Fisherman Song

    Extrait de « The Best of Silly Wizard », éditions Shanachie
    Le CD peut être obtenu chez Keltia Musique à Quimper, il contient les (11) titres suivants :
    1 : The Valley Of Strathmore – 2 : Donald Mcgillavry – 3 : A.A. Cameron’s Strathspey – 4 : The Fisherman’s Song – 5 : The Queen Of Argyll – 6 : Finlay M. Macrae – 7 : The Pearl – 8 : Isla Waters – 9 : Mo Chuachag Laghach (My Kindly Sweatheart) – 10 : Broom O’ The Cowdenknowes – 11 : Green Fields Of Glentown.
    Pour une première écoute, la plupart de ces titres sont disponibles sur Youtube (en qualité variable – moins bonne – pour les versions « live »).

    The Fisherman Song

    By the storm-torn shoreline a woman is standing
    The spray strung like jewels in her hair
    And the sea tore the rocks near the desolate landing
    as though it had known she stood there.

    Chorus:
    For she had come down to condemn that wild ocean
    for the murderous loss of her man,
    His boat sailed out on Wednesday morning
    And it’s feared it’s gone down with all hands.

    Oh and white were the wave-caps
    And wild was their parting
    So fierce is the warring of love,
    But she prayed to the gods
    Both of men and of sailors
    Not to cast their cruel nets o’er her love.

    There’s a school on the hill
    Where the songs of dead fathers
    Are led toward tempests and gales,
    Where their God-given wings
    Are clipped close to their bodies,
    And their eyes are bound-’round with ships’ sails.

    What force leads a man
    To a life filled with danger
    High on seas or a mile underground?
    It’s when need is his master
    And poverty’s no stranger,
    And there’s no other work to be found.

  7. Quelqu’un qui aime le Québec, Félix Leclerc, Carole Laure, La Paryse, Le Pélerin, ne peut pas être complètement mauvais.

  8. Ma Russie à moi (hors sujet…)

    Le crime est de ne pas enseigner l’art, pas assez. Comme disait Nebenzahl (dont je dois mettre en ligne les notes un jour…), c’est bien plus qu’un « supplément d’âme ». C’est l’expression même de l’âme, et je me demande si pas mal de monde ne vit pas dans une sorte de camisole psychique, sans le savoir, ne pouvant jamais trouver d’expression du soi profond. Le « noir psychique » disait un poète…

    On dit que tout doit se passer dans l’entre-soit, ou dans l’oblativité comme l’incriminait Lacan, mais non…

    A chaque fois que de déchiffre tant bien que mal encore, l’étude Op 25 de Chopin, c’est un tel bonheur, qu’on pourrait le jouer fortissimo, pour que tout le monde entende. Ces notes sont sacrées…

    Et dans cette pièce de Scriabine, quelques traits merveilleusement rêveurs, entourés de fatalité. Mais seule cette façon de faire passer le tragique dans l’art permet de survivre… Sinon ce sont des suicides chez Mickey.

    1. Une merveille.
      J’ai toujours vu un lien entre une certaine musique de Félix Leclerc et certains airs populaires russes.
      Hors sujet aussi. On va se perdre…

  9. emile nelligan et gilles vigneault ne sont pas à négliger !

    bien meilleurs que la principale exportation canadienne (pas les sables bitumineux ni le sirop d’érable) je veux parler bien sur des chanteuses braillardes à forts poumons !

  10. ah! Carole Laure… j’étais allé voir son concert au Rockstore à Montpellier dans les années 80, avec son compagnon Lewis Furey… J’ai longtemps gardé un autographe de ce couple magnifique; et elle, la beauté et la grâce incarnées !

    1. la version française,  » danse avant de tomber » (un message aux finances grecques, à Goldman-Sachs et notre société capitaliste ?)

  11. Mon nom est Pierrot Rochette

    Il y a 35 ans, je fondais les boîtes à chansons les deux Pierrots dans le Vieux Montréal.

    Il y a trois ans, je donnais tous mes biens pour devenir ermite des routes
    (www.demers.qc.ca, chansons de pierrot, paroles et musique, entrevue à la radio de
    radio-canada de sept-iles, en deux parties. Mon objectif étant d’allumer sur ma route de
    nomadisme politique une masse critique de rêveurs équitables de façon à ce qu’après ma
    mort, cette masse critique de vies privées oeuvre d’art fasse surgir le concept du pays
    oeuvre d’art, comme contribution au K…uébec du 21eme siecle. (www.reveursequitables.com)

    Il y a deux ans et demie, deux jeunes femmes cinéastes me trouvèrent endormi sur une
    galerie et me firent part de leur rêve: faire un documentaire sur ma démarche politique
    en me suivant épisodiquement avec une caméra. Un six minutes de leur oeuvre est offert
    sur le site internet suivant: (www.enracontantpierrot.blogspot.com).

    Samedi soir le 4 décembre 2008 à Montréal, à 20 heures au CAFE QUI FAIT QUOI (coin
    sherbrooke, St-Denis), aura lieu la première de la projection de ce documentaire
    intitulé: MON AMI PIERROT, LE DERNIER HOMME LIBRE. Après le 45 minutes que dure cette
    projection, je répondrai aux questions en chantant avec ma guitare quelques unes de mes
    105 chansons politiques écrites sur la route sur de vraies rencontres et de vraies
    histoires vécues.

    p.s.

    Sur le site web (www.reveursequitables.com), est aussi offert une partie de mon
    oeuvre littéraire. Un premier 1000 pages politique intitulé MONSIEUR 2.7 K (k… pour
    K…uébécois) et comme second titre LE JOURNAL-COURRIEL DU DERNIER HOMME LIBRE.

    A partir d’une lecture post-internet des 50 ans de la révolution tranquille, MONSIEUR
    2.7 K defend l’hypothèse théorique suivante:

    Les 50 ans de la révolution tranquille peuvent s’interpréter comme un outil
    méthodologique que se sont donné les K…uébécois pour réaliser en trois temps
    dialectiques le manifeste du refus global de 1948.

    ier temps

    De 1960 à 1995, le projet de l’indépendance du K…uébec fut vécu comme un attracteur
    philosophique permettant un rattrapage économique et social répondant comme un écho à la
    sirène de la modernité nord-américaine, provoquant par conséquence systémique la primauté
    des droits collectifs sur les droits individuels

    2eme temps

    En 1995, la rupture épistémologique que constitua la chute du mur ethno-linguistique
    du référendum parizeau peut etre interprétée comme un rattrapage de la nouvelle
    conjecture mondiale annoncée par la naissance d’internet (1989) et la chute du mur de
    Berlin (1989).

    3eme temps

    De 1995 à aujourd’hui, Le K…uébec comme le reste du K…anada est passé d’une
    société verticale pré-internet à une société horizontale post-internet (cellulaire,
    facebook, twitter etc…) consacrant les structures collectives déjà en place comme
    outils satisfaisant devant la demande croissante de la primauté des droits individuels
    sur les droits collectifs, de quelque nature que ce soit.

    CONCLUSION

    L’intense corruption publique que vit le K…uébec en ce moment peut être interprétée
    comme une transition d’une structure démocratique à une autre, dans la ligne de rupture
    de pensées de Montesquieu (la séparation des pouvoirs),Lammenais (une naiton = langue,
    race, religion), Wilfrid Laurier (les droits ont primauté sur la langue, la race et la
    religion), Franck Scott (la charte des droits et libertés annoncant le surgissement du
    futur pays oeuvre d’art, (Pierrot Rochette)(le pays oeuvre d’art n’étant possible que par
    la masse des vies privées oeuvre d’art) (www.ww.demers.qc.ca, l’ile de l’éternité de
    l’instant présent, prologue, on m’y écrit) (www.demers.qc.ca, chansons de pierrot paroles
    et musique, 2eme partie de l’entrevue à Radio-Canada.

    La crise de corruption que vit le K…uébec ces jours-ci invite peut-être les citoyens
    de toutes les régions du Canada à une réflexion du genre de celle-ci:

    La liberté la plus grande de toutes consiste à réformer son existence, condition
    préalable à toute réforme de la société.

    A partir de cet a priori, on pourrait définir le rêveur équitable du 21eme siècle de
    la façon suivante; un rêveur équitable, ce serait toute personne qui prend la décision de
    prendre soin du rêve d’une autre personne qu’importe sa race, sa langue, sa religion et
    cela, SANS INTERET PERSONNEL CACHÉ.

    En ce sens, ce serait la masse critique des vies privées oeuvre d’art (une vie oeuvre
    d’art au 21eme siècle, ce serait toute personne qui utilise son passé comme un coffre
    d’outil pour sculpter son rêve équitable au service du bien commun) qui permettra un jour
    le surgissement d’un concept nation que j’appelle: LA NATION OEUVRE D’ART

    Pierrot
    ermite des routes

    pierrot@reveursequitables.com

  12. Mon Quéec à moi c’est tout sauf ça!

    Pierre Rochette, vagabond céleste, Pierrot la lune et j’en passe…

    “SANS INTERET PERSONNEL CACHÉ” Mon œil !

    Peut de gens savent que l’idée de marcher le Québec lui vient de l’auteur Ubald Picard de Victoriaville et que ” Rêveur Équitable” lui à été inspirer par les recherches philosophique de Gérard Cadieux décrite dans le livre ” Le prince a réussi” Édition original février 2008. Deux rêveurs que Pierre Rochette a vampirisés. Serez-vous le prochain rêveur à tomber dans ses griffes ?

    “SANS INTERET PERSONNEL CACHÉ” Mon oeil!

    Gérard Cadieux

  13. LE K…UEBEC, FUTUR PAYS OEUVRE D’ART

    Nous, Michel Woodard et Pierrot Rochette du duo de chansonniers les reveursequitables.com, affirmons que si chaque K…uébécois prend la décision de prendre soin du rêve de trois personnes, sans intérêt personnel caché, cette masse critique de vies privées oeuvre d’art suffira à elle seule pour que naisse le K…uébec pays oeuvre d’art.

    http://www.enracontantpierrot.blogspot.com
    http://www.reveursequitables.com
    pierrot@reveursequitables.com

  14. La liberté la plus grande de toutes consiste à réformer son existence, condition préalable à toute réforme de la société.
    A partir de cet a priori, on pourrait définir le rêveur équitable du XXIe siècle de la façon suivante ;
    un rêveur équitable, ce serait toute personne qui prend la décision de prendre soin du rêve d’une autre personne qu’importe sa race, sa langue, sa religion et cela, sans intérêt personnel caché.
    En ce sens, ce serait la masse critique des vies privées oeuvre d’art (une vie oeuvre d’art au XXIe siècle, ce serait toute personne qui utilise son passé comme un coffre d’outil pour sculpter son rêve équitable au service du bien commun) qui permettra un jour le surgissement d’un concept nation que j’appelle : la nation œuvre d’art.

    Pierrot ermite des routes

  15. Pierre Rochette : l’ermite des routes allume les coeurs
    Par Daniel Deslauriers
    Depuis trois ans, Pierre Rochette pourchasse les rêveurs partout où il
    passe.
    « Je suis comme l’allumeur de réverbères du Petit Prince », ditil.
    «
    J’allume la flamme enfouie dans le coeur des gens que je rencontre
    en les incitant à vivre leur rêve. Je vais là où il y a des rêveurs.
    Chaque fois que je rencontre quelqu’un, je lui demande : connaistu
    quelque part un grand rêveur? »
    Pour cet homme à l’allure singulière, chaque humain possède en lui
    une petite bougie qui mérite d’être allumée et nourrie. Par peur ou
    par conformisme bien souvent, les gens passent à côté
    d’expériences merveilleuses, selon lui. « Je suis assoiffé de
    contribuer à une nouvelle vision : un pays « oeuvre d’art » où chaque
    citoyen, en rêveur équitable, prend soin de la vie privée de l’autre
    sans intérêt personnel caché. Imaginez la fête quand toutes ces
    chandelles illumineront le pays. »
    Tournant décisif
    Il n’a fallu qu’un seul regard, un simple sourire, pour le convaincre de
    tout abandonner encore une fois et de prendre la route.
    « Complètement édentée, c’est probablement l’une des femmes les
    plus laides que j’ai rencontrées, mais il y avait plus d’amour dans ce
    regard que dans tout ce que j’avais pu écrire. » De là est née l’idée
    de faire le tour du Québec à pied pour écouter les gens et les aider à
    réaliser leur rêve.
    Avec son bâton de pèlerin, sa vieille guitare et son sac à dos, le vieil
    homme à la barbe blanche a traversé le Québec plusieurs fois. Il a
    dormi sous des ponts, dans des fossés et sur des congélateurs. Il
    mange quand il le peut sans demander quoi que ce soit. « Je me
    nourris de toutes ces rencontres avec ces milliers de gens qui
    partagent leur histoire avec moi », ditil.
    « Un jour, j’ai rencontré un homme qui sautillait sur place et agitait les
    bras comme un fou. Je lui ai demandé pourquoi il bougeait sans arrêt
    et quel était son rêve. Il m’a répondu : je veux faire un métier qui va
    me permettre de bouger sans cesse. Je l’ai croisé à nouveau sur ma
    route, peu de temps après, il était devenu éboueur. Quel beau métier
    pour cet homme qui avait un rêve. »
    Documentaire
    Cette aventure a inspiré la production d’un documentaire de 50
    minutes (voir démo au http://www.enracontantpierrot.blogspot.com). Avec
    des moyens de fortune, deux jeunes finissantes en journalisme de
    l’Université de Montréal, Véronique Leduc et Geneviève VézinaMontplaisir,
    l’ont suivi sur la route pendant deux ans. « Je l’ai
    rencontré par hasard en octobre 2007.
    Il avait dormi sur la galerie de la salle de spectacle de mon copain à
    Lavaltrie », explique Véronique Leduc. Au début, je l’ai trouvé bizarre.
    On a jasé un peu, puis il a sorti sa guitare. J’ai été captivé par son
    histoire et l’idée d’un documentaire a germé tout de suite. »
    « Bien sûr, Pierrot ne fait pas l’unanimité auprès de tout le monde »,
    explique Véronique. « Son choix de vie, c’est un peu égoïste dans un
    sens, mais, en même temps, il est tellement tourné vers les autres.
    C’est un personnage très attachant. »
    Présenté en avantpremière
    au théâtre Le Patriote de SainteAgathedesMonts
    le 30 octobre, Pierrot : Le dernier homme libre s’amène au
    Café Qui fait quoi du 3428, rue StDenis,
    à Montréal le 4 décembre à
    20 heures (entrée 10$).
    « À 61 ans, je suis hanté par le succès de ces filles. En même temps,
    je suis complètement déstabilisé parce que le film porte sur moi. J’ai
    besoin que la salle soit pleine, pour elles, mais j’aimerais aussi
    m’enfouir 10 pieds sous terre, par trop de fragilité. »
    Au service des autres
    Son aventure lui a inspiré plus d’une centaine de chansons depuis le
    début de son vagabondage. « Je me suis inspiré de la vie de tous
    ces gens que j’ai rencontrés au fil de mon voyage. »
    Pierrot le vagabond est formel : la souffrance est nécessaire pour
    remplir son coffre à outils. Plus on souffre et plus notre coffre à outils
    s’enrichit.
    « C’est aussi le message que je veux transmettre. En fait, si j’ai une
    seule crainte, c’est celle de ne pas avoir assez servi. Je ne suis pas
    libre parce que je travaille. Dans les épreuves comme dans
    l’abondance, il faut s’occuper du rêve des autres. »
    Et puis d’un seul trait, après deux heures d’entrevue, Pierrot range sa
    guitare et ses souvenirs. « Je dois reprendre la route », ditil
    sans
    prévenir. « Il y a d’autres rêveurs qui attendent… »

    merciiiiiii

  16. La pire chose qui peut arriver à un philosophe c’est :

    Qu’un professeur de philosophie médiocre (Pierre Rochette) dénature sa philosophie pour se partir une gagne.

    Je ne pensais pas vivre cela de mon vivant!

    Pierre Rochette, a bénéficié d’un accès privilégié à mon processus de création. Il aurait pu faire le choix de faire le bien, en le fessant bien!

    Moi, Gérard Cadieux créateur de la philosophie du Wow et auteur du livre  » Le Prince a réussi » tiens à se dissocier des activités de « Rêveur équitable » et de ses exploitants.

    Le tout étant fait sans mon consentement.

    Puisse le fatum rattraper les tricheurs!

    Wow-T=G3 (wow moins la tricherie égale le génie au cube)

    Gérard Cadieux

    Créateur de la philosophie du Wow décrite da le livre « Le prince a réussi »

Les commentaires sont fermés.