L’actualité de la crise: nous y sommes!, par François Leclerc


Billet invité.

NOUS Y SOMMES !

La dynamique de la crise européenne joue désormais à plein.

Tandis que les taux obligataires continuent de grimper (dépassant pour les obligations à 10 ans le seuil de 11% dans le cas de la Grèce et celui de 5% pour le Portugal), deux autres alarmes retentissent. Les taux courts grecs (à deux ans), sont plus élevés que les taux longs, signe de la crainte que la Grèce fasse désormais défaut. Les unes après les autres, les bourses baissent brutalement, en raison de la chute des valeurs financières, c’est à dire des banques. Ceci en raison de leur exposition à la dette grecque, de leurs engagements auprès des établissements grecs, ainsi que de l’existence de filiales grecques quand elles en ont une.

Un autre aspect de la crise n’est pas encore apparu mais est menaçant : l’abaissement de la note de la dette souveraine de plusieurs pays, en cours, va avoir comme conséquence la fermeture du guichet de liquidités de la BCE pour leurs banques, ne pouvant plus donner en garantie les obligations d’Etat, les déstabilisant totalement alors et induisant un effet domino dans toute l’Europe. La crise atteint le système bancaire de plein fouet. A tel point que l’économiste en chef de Citi, Willem Buiter, a rompu son silence et vient d’expliquer dans une note publiée par le Financial Times que les pays de la zone euro n’avaient désormais plus d’autre choix que de sauver les pays attaqués par les marchés ou bien se préparer à renflouer leur système bancaire. Précisant qu’à son avis la première solution serait la moins onéreuse.

Tandis que le FMI, l’OCDE et la BCE font depuis ce mercredi matin le siège des autorités allemandes à Berlin, car le calendrier de prise de décision qui était hier encore envisagé n’est plus tenable, la convocation d’une réunion des chefs d’Etat se précise : pour l’instant Herman Van Rompuy, président en exercice du Conseil Européen, évoque la date du 10 mai. Visionnaire mais un peu décalé, Nicolas Sarkozy vient pour sa part de commencer sa visite en Chine, accompagné de son épouse, afin de préparer « un nouvel ordre monétaire multipolaire »…ainsi que sa présidence à venir du G20.

Le FMI vient d’annoncer qu’il envisageait d’augmenter de 10 milliards d’euros sa part des prêts qui seraient consentis à la Grèce, alors que les estimations des besoins de financement de celle-ci ne font que croître, mettant en évidence qu’une restructuration partielle de la dette grecque est de plus en plus inévitable, avec une décote pour l’instant estimée à au moins 30%, qui affecterait sérieusement le système bancaire européen, et en premier lieu les banques allemandes et françaises.

Mais au delà de la crise grecque, et en dépit des dénégations absurdes qui continuent de fleurir sur le thème « Il s’agit de voir la Grèce comme un cas singulier » (Jürgen Stark, chef économiste de la BCE), il apparaît de plus en plus que la zone euro n’est ni adéquatement outillée, ni politiquement préparée, pour faire face à la séquence engagée. Les chefs d’Etat européens vont donc se trouver à très court terme devant un choix et devoir trancher. Soit ils décident d’adopter un dispositif financier, quel qu’il soit, qui reviendra à mutualiser la dette publique des pays de la zone euro, soit ils devront faire face à son éclatement.

Il va aussi falloir arrêter de parler économie et finance et intégrer dans le discours la crise sociale, déjà engagée et qui va s’approfondir, si l’annonce de coupes budgétaires et d’augmentations d’impôts ne peut plus être différée. Car les dernières nouvelles en provenance du système bancaire européen et de la distribution par ses soins du crédit, issues d’une enquête effectuée par la BCE, montrent que son resserrement se poursuit. La croissance économique de la zone euro n’est donc pas une option.

Partager :

195 réponses à “L’actualité de la crise: nous y sommes!, par François Leclerc”

  1. Avatar de grizzly27
    grizzly27

    je propose 2 solutions:
    changer les règles d’évaluation de tous ces actifs ( on a vu cela avec les US si je ne me trompe) cela permettrra de réduire mécaniquement les dettes
    et/ou demander aux américains de nous preter en dollars ( après tout ils savents si bien créer des milliards alors un peu plus un peu moins)
    non je blague !!!!!

  2. Avatar de dissy
    dissy

    La Grèce aurait refusé de baisser les salaires du privé selon certaines sources….mais alors que va t’il se passer?A quoi cela sert il de faire des plans de rigueur qui vont encore plus aggraver la récession voire la ‘relancer’…si les grecs ont moins d’argent pour consommer c’est la spirale infernale..ils vont encore moins payer les intérêts de leurs dettes(ne parlons même plus du remboursement du principal….)..la logique m’échappe un peu….
    Qu’avait fait l’Argentine dans le passé?Elle n’a pas l’air de se porter si mal en ce moment non?Idem pour le Brésil qui était méga endetté avant…

    1. Avatar de Astrorock
      Astrorock

      Je ne vois pas comment un etat peut decreter une baisse des salaires dans le secteur privé.

  3. Avatar de l'albatros
    l’albatros

    Ce que font les spéculateurs est digne d’une attaque suicide ! à terme, ils condamnent le système monétaire actuel celui qui les a permis de se faire de l’argent sur le dos des pays.
    J’ai une question : est-ce qu’on parle de plus en plus d’une crise britannique ? Les élections ont bientôt lieu au RU et il y a de grandes chances que cela aboutisse à un parlement sans majorité claire avec les libéraux en arbitre…le pays serait difficilement gérable, eux aussi ont d’importants déficits qu’ils auront énormément de mal à résorber (d’autant plus qu’ils ont utilisé la planche à billets de façon excessive) et eux aussi ont maquillé leurs comptes…pourquoi rien ne semble toucher la perfide albion qui me semble bien plus mal au point que la France (dont certains parlent) ou même l’Italie ou l’Espagne…

  4. Avatar de dissy
    dissy

    http://market-ticker.denninger.net/

    Those banks that have excessive exposure, either directly to European debt or worse, due to mark to fantasy games that our government enabled and countenanced over the last year and change, must be forced to sell off those assets or be broken up RIGHT NOW, before this tsunami comes ashore in America.

    The mistakes we made this time – refusing to force those with losses to eat them and be liquidated, clearing the market, are exactly the same errors made in 1929 and 1930. When Creditanstalt blew up in 1931 our fate was sealed for The Depression and, ultimately, that disintegration led to the rise of the Nazi Party in Germany – and we all know where that ultimately led.

    We are on the same road traveling at 100mph right now and must turn off immediately, as around the next corner is the same granite wall that existed in 1931!

    1. Avatar de phil
      phil

      Eh oui,bientot un remake Européen des »raisins de la colère »…

    2. Avatar de Jeanne
      Jeanne

      Oui, et vous pouvez même constater que les slogans xénophobes amalgamant les musulmans qui n’ont rien demandé à une bande de mercenaires-terroristes ayant déjà un lourd passif en Algérie et en Afghanistan sont en place depuis déjà presque 10 ans, avec montée graduelle de la violence d’état et privation des libertés. Grace à Bush à sa bande… mais qui furent bien aidés par les différents médias nationaux.

  5. Avatar de SKINNER
    SKINNER

    Pour Paul Jorion: Faudrait demander à Frederic Taddei une nouvelle « petite » rencontre sur le plateau de « Ce soir ou jamais » avec notre ami Eric Woerth histoire de voir si il fait toujours le type aussi sûr de lui 🙂
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=7689
    .Mais bon d ici là, la note de la France aura déja été abaissé…..

  6. Avatar de l'albatros
    l’albatros

    Nouvelle qui me paraît quelque peu surprenante : les taux français à 10 ans sont à leur plus bas mensuel à 3,16% en baisse de 20 points de base par rapport à la veille…

    1. Avatar de Moi
      Moi

      Rien d’étonnant. Ceux qui prêtaient à la Grèce se rabattent sur des Etats plus sûrs. C’est d’ailleurs pourquoi la Grèce et d’autres vont y passer. Il n’y a pas d’argent pour tout le monde sur le marché de la dette souveraine et à chaque fois qu’un petit pays trinque il reste plus d’argent disponible pour le gros.
      Comme tous les Etats sont endettés et ont besoin d’argent frais, on est arrivé au chacun-pour-soi pour capter les capitaux disponibles. Certains disent que les USA sont en train de détruire la zone euro pour capter cet argent dont ils ont un besoin capital. En tous cas, leurs taux d’emprunt diminuent et ils font pour le moment la bonne affaire.

    2. Avatar de Frédéric 2
      Frédéric 2

      Non cela n’est pas surprenant. L’heure de la France n’est pas encore venue…

      Si je me souviens bien de ses propos, un certain M. Soros n’avait-il pas dit « Ne lâchez pas prise tant que la bête bouge encore. Ensuite seulement passez à une autre proie. »

      Visiblement, certains spéculateurs considèrent le sort de la Grèce comme déjà scellé puisqu’ils regardent déjà fixement le Portugal.

    3. Avatar de Frédéric 2
      Frédéric 2

      J’ajoute cependant: ne pensez pas que du coup que nous aurions encore pas de temps avoir de subir les conséquences de tout cela. Les français subiront les conséquences de cette affaire bien avant que la France subisse des attaques sur sa dette.

  7. Avatar de Petit comptable
    Petit comptable

    Pourquoi parle t’on dans les médias d’un plan de sauvetage DE LA GRECE ?
    Si j’ai bien compris, nous avons d’un coté des banques qui prêtent à 7% un argent qu’eux même empruntent aux banques centrales à 1 ou 2%. En théorie, c’est bon à prendre, mais comme n’importe quel prêt est risqué, pourquoi ne pas simplement laisser les banques devant le risque d’un défaut de remboursement ? Va t’on vraiment pleurer sur leur sort ? Après tout, c’est leur propre cupidité qui les place aujord’hui devant des risques d’échéances impayées.
    J’ai vraiment l’impression d’assister au mécanisme bien connu des ménages surendettés, ou un nouvel emprunt couvre l’échéance brûlante d’un emprunt antérieur.
    Seul différence: il est difficile pour la banque de saisir la maison « Grèce » lorsque la conséquence inéluctable de cette cavalerie des dettes franchit la ligne d’arrivée.
    D’où la frénésie médiatique pour « sauver la Grèce »: il faut en fait lire « sauver les banques cupides et inconséquentes qui ont prêtées à un pays en ne regardant que les profits immédiats (commissions) et pas les risques (pourtant prévisibles…) »

  8. Avatar de Steve
    Steve

    Bonjour à tous

    Comme le disait Philippe Séguin:  » Ce n’est pas parce que les caisses sont vides qu’elles sont inépuisables! »
    Ce n’est pas la Grèce que l’Allemagne se refuse à alimenter à perte, c’est toute la théorie dont la Grèce n’est que le premier wagon! – Love me tender! Quand on voit les sommes en jeu, on ne saurait la blâmer malgré sa responsabilité dans l’eurusine à gaz!

    Pourquoi ne pas:
    re-transformer la Banque de France en banque de dépôt pour les contribuables sans patrimoine boursier ; dépôts garantis par l’état même plafond qu’actuellement.
    réitérer le coup du crédit lyonnais: transférer toutes les dettes à des structures de défaisance qui les détiendront sous le haut patronage de Saint GlinGlin avec ouverture des guichets exclusivement à Pâques ou à la Trinité.
    Laisser les actionnaires, hedge funds et autres instits se démerder: ils ont pris ds risques inconsidérés c’est à eux et à eux seuls d’en assumer la responsabilité. Mettre les équipes dirigeantes des banques privées en caution solidaire sur leurs biens propres ( pour le principe , pas pour la rentabilité!)

    Fermer les casinos boursier pour une durée indéterminée en fixant arbitrairement la valeur des actions au cours du jour .
    Rétablir le contrôle des mouvements de capitaux hors europe….
    Rapatrier sous peine de contrainte par corps sur les dirigeants tous les sièges de sociétés européennes exilées dan sles paradis fiscaux sur le territoire de l’union.
    Investir dans toutes les technologies environnementales ( voir journal du MIT )

    En profiter pour pousser l’intégration européenne.

    NB: les ventes de Caterpillar se sont effondrées partout sauf en Asie ( -21% par rapport à 2009 aux usa ) : la reprise avez vous dit Messieurs Mesdames les politiciens?)

    Bref changeons les citrouilles en carosses ! Bogza Ier où t’es? Lache tes baguettes et reviens ! on a besoin de toi! Cà urge! Comme le dit Krugman  » Cà devient craignos!  » ( traduction perso!)

    Cordialement. Steve.

    1. Avatar de Cécile
      Cécile

      sur le sens je suis d’accord, mais les anglo-saxons avec leur fonds de pension, leur fonds de ci, leur fond de là …. ???

    2. Avatar de grizzly27
      grizzly27

      tout à fait d’accord

    3. Avatar de Alexandria
      Alexandria

      « …transférer toutes les dettes à des structures de défaisance qui les détiendront sous le haut patronage de Saint GlinGlin avec ouverture des guichets exclusivement à Pâques ou à la Trinité. »

      Phrase magnifique ! J’adore… Si tu permets, Steve, je sens qu’elle va me reservir…

  9. Avatar de Cyril
    Cyril

    @Francois Leclerc
    merci pour ce billet, la fin (de la crise) est-elle proche ?
    si le Yuan remonte les exportations de la chine risquent d’en prendre un coup et si le dollar baisse (par rapport à cette nouvelle monnaie internationale) les états unis sont mals.

    Comment explique-t-on que la fed rachète la dette américaine et que les états unis avec le royaume uni qui sont les pays les plus endettés ne sont pas inquiétés par les agences de notations et/ou spéculateurs ?
    (ne veulent-ils pas se tirer une balle dans le pied ?)

  10. Avatar de François Leclerc
    François Leclerc

    Perdus dans les taux, les indices et les notations, ne perdons pas de vue l’essentiel, sur lequel nous pouvons agir !

    1. Avatar de Franck du Faubourg
      Franck du Faubourg

      oui certainement, ..pour ceux qui le peuvent..
      En attendant, une très bonne analyse sur l’action de nos Grands Décideurs EU, FMI, and co:
      http://www.zerohedge.com/article/naked-gun-6-and-two-thirds-imf-follies

  11. Avatar de SKINNER
    SKINNER

    Petite blague/declaration de DSK ce soir: »il ne faut pas trop croire les agences de notation »……..C est le boss du FMI qui déclare ça?!
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20100428.OBS3168/coup-dur-pour-les-marches-et-l-ue-la-note-de-l-espagne-abaissee-a-son-tour.html

    A bon?Depuis le debut de la crise les marchés réagissent en fonction de celles-ci et maintenant il ne faut pas les croire?! Elle servent à quoi alors…. a rien? Ce qui est marrant c est le « pas trop »,donc faut un peu les croire?beaucoup ?pas du tout? super rationnel………..

    1. Avatar de grizzly27
      grizzly27

      oui mais
      il ne faut pas trop croire ce que dit Mr Strauss Kahn non plus

  12. Avatar de dissy
    dissy

    Strauss-Kahn : « il ne faut pas trop croire les agences de notation »

    mercredi 28 avril 2010, 19:17
    Le directeur-général du Fonds monétaire international (FMI), Dominique Strauss-Kahn, a déclaré mercredi qu’il ne fallait pas « trop croire » ce que disent les agences de notation, alors que Grèce, Portugal et Espagne viennent de voir les notes de leur dette abaissées.

  13. Avatar de reveil
    reveil

    En rabaissant très vite ce soir la note de l’Espagne, les agences de notations ( donc les US( ) tentent de décourager la zone euro à aider la Grèce en leur passant le message « attention si vous aider la Grèce, vous serez dans l’obligation d’aider l’Espagne et le portugal très vite …. » insoutenable, et ils le savent.

    1. Avatar de jeanpaulmichel
      jeanpaulmichel

      Je partage totalement votre avis. Aider la Grèce seule est envisageable. Mais Grèce + Portugal + Espagne +… c’est improbable.
      Je pense que les US + alliés anglais cherchent la chute de la zone euro.

    2. Avatar de HW
      HW

      Je confirme le double jeu de la GB: écoutez les bulletins de news de la BBC world radio pour vous en assurer, on nous rassasse l’Espagne depuis hier soir.

  14. Avatar de Jérémie
    Jérémie

    Quelle grande marée noire aussi et pas seulement sur les marchés !

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/04/28/les-etats-unis-tentent-par-tous-les-moyens-d-endiguer-la-maree-noire_1343766_3244.html

    J’ai encore le souvenir du sourire bien carnassier du patron de Goldman Sachs à l’esprit, ces gens là se moquent pas mal de leur monde en pleine déconfiture morale.

    Sauve-qui-peut quatre synonymes possibles que je vous propose : Débandade, déroute, fuite, panique, le grand chacun pour soi, celui des égos en plus en fait sur les marchés.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Sauve_qui_peut_(la_vie)

  15. Avatar de robespierre

    Renflouer les banques françaises, un problème ? Mais non, il suffit de commencer à exproprier …..
    On nationalise pour un euro. Ca calmera beaucoup de monde. Ceux qui s’amuseront à spéculer sur la dette française, pas de problème, il y a encore des « services » pour s’occuper de ces gens là.
    quand on veut on peut !

  16. Avatar de Salva
    Salva

    Si l’euro faiblit face au dollar, cela facilitera les exportations des produits européens vers les USA.
    Je ne vois pas pourquoi les USA attaqueraient l’UE avec, pour résultat, un avantage européen sur le prix des produits manufacturés.

  17. Avatar de Crapaud Rouge

    Le JT sur Arte, outre les nouvelles connues des lecteurs de ce blog, un expert allemande interviewé à Paris, avec tour Eiffel en arrière-plan, explique que la Grèce est un « tonneau des Danaïdes » et qu’elle est d’ores et déjà en cessation de paiement. La faillite n’est pas « déclarée », car « des mécanismes » permettent de la retarder, mais il faut croire que c’est comme si c’était fait.

    Il n’a pas dit depuis quand ni comment elle était devenue un « tonneau des Danaïdes », mais il a reconnu que les banques européennes avaient fait leur beurre auparavant. Peut-être que ceci explique cela.

  18. Avatar de mki
    mki

    Un texte qui décrit une réalité que vous et Mr Jorion aviez déjà depuis longtemps anticipé. Pour la Grèce, si l’Allemagne continue de tergiverser il n’y aura bientôt plus de décision à prendre.
    En même temps, je me demande si il est encore temps de les aider. Il va falloir leur prêter 45 milliards dont 25 pour l’Allemagne, mais ce n’est qu’un début selon Jürgen Trittin.
    Peut-être préfèrent-ils garder leur argent pour sauver leurs banques qui vont tomber dès que la Grèce ne paiera pas sa dette. Ca risque de leur coûter plus cher.

    Le même scénario est en train de se rejouer pour l’Espagne et le Portugal qui seront sans doute un peu moins facile à sauver. Et personne ne s’inquiète des CDS nus.

    En Belgique, on fait encore plus fort en pleine crise économique on peut se payer le luxe d’une crise politique pour un dossier qui ne à mon humble avis le plus prioritaire. Evidemment il est plus facile de faire le malin sur BHV que d’essayer de résoudre la crise financière.
    Par contre, je suis étonné que les marchés n’aient pas encore attaqué ? A ma connaissance les taux obligataires belges non pas augmentés, mais je ne sais pas où l’on peut vérifier l’information. Heureusement qu’il nous reste l’humour, il va être drôlement nécessaire pour les années à venir 🙁

    1. Avatar de Rhub
      Rhub

      @ mki pour les taux obligataires belges c’est ici :
      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBGB10YR%3AIND

  19. Avatar de KERJEAN
    KERJEAN

    @F. Leclerc

    cher Monsieur, je souhaite donner mais étant de la vieille école je rechigne aux moyens de paiement en ligne. J’ai écrit pour demander une BP où envoyer un bon vieux chèque, pas de réponse. Y en a-t-il une maintenant?
    J’ai une crampe au stylo, il faut qu’il serve.
    Merci

  20. Avatar de COCUFIAGE
    COCUFIAGE

    et si l’allemagne optait pour un retrait de la zone euro au profit du mark? resterions nous Français à subventionner les PIGS?

  21. Avatar de babypouf
    babypouf

    Bonsoir,

    Il faut aux européens une banque publique de la communauté européenne qui puisse prêter aux états dans la panade avec le marché privatisé mondialisé et speculatif des obligations d’état, et fonctionnant avec des prêts à 1% de la BCE. Les banques privées devront alors faire des enchéres auprés de la BCE pour emprunter de l’argent (inversons donc les rôles!) et bien sur elle devront justifier leurs besoins par des financements effectifs dans l’économie réelle.

    Si il faut eviter de l’inflation, au moins que le pouvoir d’emission de l’argent soit en premier lieu affecté au service des citoyens.

    Il faut arrêter l’argent facile pour les banques, de toute les façons l’économie est à l’arrêt en Europe, par contre le cac40 lui il se porte éhontément bien, qui en est la cause ? qui en sont les premiers bénéficiaires? … surement pas nos amis les Grecques.

    C’etait « y’a qu’à faut qu’on »

    Cordialement

  22. Avatar de G.M.
    G.M.

    A quand un effondrement global de tous les pays ? Comment se finira tout ceci d’après vous ?
    Les peuples vont ils supportés un appauvrissement ou au contraire se révolter et dériver vers une guerre (n’ayons pas peur des mots) ?
    Et l’après sera t il meilleur et plus stable ?

    Qu’en pensez-vous ?

    1. Avatar de Thomas

      GM, GM, ce nom me rappelle quelque chose…..mais quoi ?

    2. Avatar de Ah mais
      Ah mais

      OGM ? Grand Marnier ?

    3. Avatar de KERJEAN
      KERJEAN

      General Motor? Gerard mensay?George Michael?

    4. Avatar de G.M.
      G.M.

      Est il si délicat d’aborder ce genre de question à l’heure actuelle ? Se focaliser sur les initiales du rédacteur, est ce réellement indispensable ?

      Je lis le blog depuis plusieurs mois et ne vais pas déballer ma vie mais beaucoup de personne autour de moi et du même « niveau social » se pose la question: où va-t-on ? Ainsi que certaine des questions posées précédemment.
      J’aurais espérer avoir des projections de certain de la communauté à moyen terme sur la stabilité sociale des pays car le blog semble assez ouvert à toutes discussions.
      Les difficultés pour manger correctement se font de plus en plus fréquentes et la crainte que cela empire est naturelle lorsqu’on est dans une situation précaire. Hormis une guerre, il serait difficile de faire pire aujourd’hui et, pour le vivre quotidiennement, une étincelle mettrait le feu aux poudres.

      En effet, peut-être que la plupart des gens ici ne vit pas cette situation au quotidien ou croit pouvoir l’imaginer. Heureusement dans le malheur, les niveaux technologiques actuels permettent justement de pouvoir s’exprimer et j’ose espérer être en bon lieu pour pouvoir décrire partiellement la difficulté de survie des « basses couches » de la population et espérer des projections bonnes ou mauvaises.

      PS: Merci au McDo à proximité pour la connexion gratuite !!

    5. Avatar de Thomas

      GM, Désolé d’avoir été taquin avec votre nom.

      Je suppose que votre question s’adresse à Paul Jorion, mais je vais me permettre de dire que nous nous posons tous des questions sur l’avenir.
      C’est un des points commun des personnes ici avec je crois, l’envie de tout tenter pour traverser cette période de turbulence avec le moins de casse possible.

  23. Avatar de BA
    BA

    Nous venons d’apprendre qu’il faudrait prêter à la Grèce 120 milliards d’euros en 3 ans.

    Sur ces 120 milliards, l’Allemagne devrait prêter à elle-seule 25,2 milliards d’euros à la Grèce :

    « Sur le volet européen du plan d’aide commun des pays de la zone euro et du FMI, l’Allemagne en supporterait la plus grosse partie, soit 8,4 milliards d’euros sur 30 milliards d’euros cette année. L’aide atteindrait 45 milliards d’euros cette année avec l’apport du FMI.

    Un besoin de 120 milliards d’euros sur trois ans se traduirait par une contribution allemande d’au moins 25 milliards d’euros, a indiqué Thomas Oppermann, député social-démocrate qui a participé aux discussions à Berlin. »

    La Dépêche

    Je parie donc une choucroute que l’Allemagne ne prêtera pas 8,4 milliards d’euros à la Grèce cette année, ni même 25,2 milliards d’euros à la Grèce en 3 ans, ni même XXX milliards d’euros au Portugal, ni même XXX milliards d’euros à l’Espagne, ni même XXX milliards d’euros à l’Italie, etc, etc, etc.

    L’Allemagne ne prêtera pas un seul euro car elle sait très bien qu’elle ne serait jamais remboursée par tous ces pays hyper-endettés.

    Un article à lire absolument :

    Les Echos

    1. Avatar de Nicks
      Nicks

      Je parie une saucisse de Strasbourg que vous souhaitez l’éclatement de l’Euro sans avoir conscience une seule seconde de ses conséquences.

      Je suis un noniste acharné mais je suis tout de même bien conscient qu’il faut que l’Europe soit unie pour que nous puissions encore rêver d’un modèle social de progrès. Je reste convaincu que les fondements actuels de l’Union portaient en eux son possible éclatement dès la première crise majeure venue (on ne fait pas l’unité grâce à la concurrence) et c’est pourquoi j’ai voté non (en dehors du fait de défendre un modèle social que détruit le néolibéralisme porté par les dogmes économiques de l’Union, mais tout est lié). Je ne peux que me féliciter d’avoir raisonné juste…

      Pour autant, il ne s’agit pas de revenir aux Etats isolés. Simplement, en tant que français, à la fois fier du modèle social de notre pays et conscient par ailleurs de ses imperfections, j’ai toujours prôné que l’Union ne serait viable qu’en y empruntant ce qui y marche : un Etat fort et centralisé, une très forte redistribution, notamment grâce à un secteur public développé et efficace, l’affirmation de la prééminence du politique sur l’économique. Je crois qu’il est nécessaire de porter fort ses valeurs sans en avoir honte bien au contraire, sans exclusive non plus, naturellement…

      L’effort aujourd’hui ne consiste pas à pousser l’euro vers le précipice mais de faire en sorte que les dogmes économiques des traités soient jetés aux orties. On peut très bien avoir une monnaie unique pour peu que les critères de convergences soient fiscaux et sociaux. Pour ce faire il faut museler le secteur financier. Ce blog comme celui de Lordon pour ne citer qu’eux fourmille de propositions qui ne nécessitent pas de pousser l’Union (en tant qu’idée) aux oubliettes mais simplement de la refonder.

      Ce qui est quasiment sûr, c’est qu’il est illusoire de penser qu’un quelconque pays européen isolé, la grande Allemagne si vertueuse et compétitive y compris, luttera avec succès contre les pays émergents et en particulier contre la Chine à moins d’asservir leurs populations et encore, vu le différentiel démographique…

      Que souhaitez vous réellement BA ?

    2. Avatar de Thomas

      BA Merci pour vos apports très clairs et concrets.

    3. Avatar de Roland
      Roland

      Nicks, vous allez refonder ce que vous appellez l’union avec qui?
      Et non, désolé, une monnaie unique pour des économies ô combien disparates, ca ne marche pas. D’ailleurs, aucune monnaie supranationale n’a existé durablement dans l’histoire.

      On commence à connaitre l’histoire du plan B. Pour une fois, je suis d’accord avec les tenants du système: il n’existe pas. Nous avons actuellement une superbe démonstration de la « solidarité » des institutions Européennes. Tout cela était prévisible pour qui connait la vraie nature de ces institutions, a savoir la destruction des nations au profit du syndic.

      Tous ces bavardages vont être très prochainement démentis par la réalité. Soit un gouvernement économique européen de nature dictatoriale, soit l’annihilation de cette construction funeste.

      Inutile de vous dire de quel côté je penche…

    4. Avatar de BA
      BA

      Je souhaite simplement que nos dirigeants politiques acceptent de reconnaître que leur expérience supra-nationale a échoué.

      Nos dirigeants politiques ont fait une expérience. Cette expérience a foiré. Maintenant, on arrête l’expérience.

      Voilà ce que je souhaite.

      Ni plus, ni moins.

      Concrètement, je souhaite que les dirigeants politiques reconnaissent leur erreur. Je souhaite que les dirigeants politiques disent à leurs citoyens cette simple phrase :

      « Les pays européens ne peuvent pas avoir la même monnaie. »

      A mon avis, ils ne le diront pas.

      Ce serait reconnaître leur propre nullité.

    5. Avatar de KERJEAN
      KERJEAN

      @Nicks
      j’aurai pu écrire chacun de vos mots.
      Cependant.
      Cependant, cette Europe là, aucun pays à part la France n’en veut. Vous croyez que le truc de la concurrence libre et non faussée s’est fait tout seul? Vous croyez que l’intégration désastreuse des pays de l’est sans avoir intégrer plus fortement l’UE historique est le fait du hasard? Vous croyez que le prêt scandaleusement et arbitrairement fixé à 5% pour les Grecs est le fruit du hasard?

      J’ai la sensation que tout espoir d’une unité politique, fédérale de l’UE est morte au traité de Nice en 2001. Je me rappelle bien de la position franco-allemande balayée par certains pays du sud et l’invraisemblable arrogance des polonais soutenus et poussés par les anglo-saxons.
      A l’époque, le presse avait unanimement(sauf le Diplo) salué un grand succès alors que si ce n’était pas waterloo , c’est Trafalgar que nous venions de vivre. Le reste n’était qu’une question de temps. Là , on en est à la retraite de Russie et en vue de la Berezina.
      Alors au vu des temps historiques, cette Europe là ne se fera pas, chacun de repliera dans des temps difficiles de souffrance et d’humiliation.
      Est ce que cette fin sera définitive et scellera pour de bon la période de baisse d’influence de l’Europe qui a commencé en 1918? Et devront nous accepter le sort des Grecques antiques, devenus simple satellite de l’impérium? Ou alors le sursaut? Ce serait une première historique.

    6. Avatar de grizzly27
      grizzly27

      oui Nicks je partage

    7. Avatar de Nicks
      Nicks

      @Roland

      Bien sûr que si, une monnaie unique est possible si les critères de convergences comprennent la fiscalité et sont compensés par une redistribution dans une optique sociale. Il faut également qu’il y ait unité politique bien évidemment…

      Je suis bien d’accord comme Kerjean pour dire que la France est en minorité sur ces questions (enfin quand elle les défend encore et c’est bien là le problème). Mais justement, l’erreur est d’avoir accepté la domination anglo-saxonne et de ne pas avoir défendu des positions de principe qui à force de martelage et d’autant plus aujourd’hui dans une conjoncture de faillite totale du système socio-économique néolibéral, pourraient être entendues.

      La France ne peut pas s’en sortir seule, ni l’Allemagne, ni personne en Europe. Si on ne fait pas l’Union, nous pouvons dire adieu à la civilisation européenne et à nôtre relatif confort, déjà bien battu en brèche pour de mauvaises raisons (enfin celles des dominants). Pire, l’Europe pourrait bien se « suicider » en se livrant à une nouvelle tuerie dont elle a le secret…

      Les pays voisins ne veulent peut-être pas d’un modèle inspiré du nôtre. Mais peut-on déjà en être si sûr quand les idées ne sont pas portées ? De plus, le contexte ne peut-il pas aider à une diffusion positive d’un corpus théorique moins libéral ? L’espoir n’est peut-être pas grand mais même pessimiste, j’ai toujours considéré qu’il en allait d’une certaine dignité de ne pas renier ses convictions.

      @BA

      Je préfèrerais qu’ils acceptent l’idée que leur idéologie économique est en faillite. La monnaie unique en tant que concept n’est pas coupable, les actuels critères de convergences si…

    8. Avatar de KERJEAN
      KERJEAN

      @Nicks

      un sondage est paru hier je crois en Allemagne qui a fait un sacré choc. Personne n’en parle chez nous. Pour la première fois, les Allemands, à une écrasante majorité sont contre l’UE et contre l’euro. A partir de là, je ne suis pas persuadé qu’un sondage pareil en France ne donne pas le même résultat.
      Je suis d’accord avec vous, l’UE anglo-saxonne a triomphé au traité de Nice en 2001. Un des principaux fautifs fut Jospin qui refusa une intégration politique franco-allemande d’urgence proposée par les Allemands pour faire pièce à l’entrée des pays de l’est. Il est à préciser que Jospin et Vedrines(ce qui est plus étonnant) auraient fait capoté ce projet à la demande expresse de Blair qui affirmait que cette intégration aurait exclu l’Angleterre de fait, mais que lui, Blair se faisait fort de mettre le UK au coeur de l’Europe. Je ne sais pas si c’est au coeur qu’il à mis le UK à L’Europe, mais il l’a mis le bougre.
      Moi qui suis un fédéraliste convaincu suis consterné et furieux que l’intégralité de nos politiques et hommes médiatiques qui savent l’UE politique morte depuis 10 ans, fassent croire au public qu’elle est encore vivante. ça va commencer à leur retomber sur la tête. Et sur la notre par la même.

    9. Avatar de Nicks
      Nicks

      @Kerjean

      Bien sûr que l’Union ne fait plus recette et moi-même je rejette cette Europe là comme on dit. Comment espérer d’autres opinions publiques quand toute alternative est écartée ? Les gens restreignent de fait les perspectives et se recroquevillent, en regardant vers le bas plutôt que vers les dominants. C’est la base d’ailleurs des politiques néoconservatrices que de mobiliser les classes populaires contre elles-même.

      C’est l’aboutissement du système néolib : l’individualisme détruit les sociétés par la violence qu’il induit. C’est bien pour cela que j’ai toujours su que l’Union, fondé sur le libéralisme économique, ne pourrait constituer un ensemble cohésif. Il faut bien entendu que la politique s’en mêle. Malheureusement, nos dirigeants ont voulu nous escroquer avec une fausse constitution, que j’ai toujours pensé comme un plan atlantiste pour définitivement rendre incontournable les préceptes néolibéraux : en cas d’acceptation, les dogmes étaient inscrits dans le traité, en cas de refus, on marginalisait la France considérée comme la meneuse de ce projet et bien entendu son modèle social par extension. Cela donnait libre-champ aux anglo-saxons. Dans tous les cas, ils gagnaient mais l’acceptation de la constitution valait légitimité indiscutable…

      La complicité des autres européens et notamment du Ps français est évidente. Il n’y a qu’à voir le rôle qu’a eu Delors pour faire accepter la grande libéralisation de la finance au milieu des années 80…C’est d’ailleurs pourquoi le sursaut que j’espérais encore en 2005 en votant non n’a bien sûr pas eu lieu.

      Cela étant, le renouveau des nationalismes en réponse à l’échec d’une intégration purement économique, est très inquiétant. Au mieux, ils n’apporteront aucune solution car je ne vois pas bien comment un pays seul peut faire entendre sa voix dans un monde aujourd’hui dominé par des ensembles continentaux pour lesquels les droits sociaux sont le cadet des soucis. Au pire, ils pourraient accélérer la déchéance européenne, en retrouvant le goût des vieilles querelles sanglantes.

      Les perspectives sont sombres mais nous n’avons pas le droit de nous résigner. Nous n’avons pas le choix : l’Union actuelle prouve en ce moment qu’elle n’est pas viable, autant en interne qu’en externe, le retour à l’état nation que je serai naturellement enclin par facilité à souhaiter ne fera que nous parer d’un habit familier avant de mourir, sauf si ce concept est élargi à l’Union. Le moins que l’on puisse dire est que cela risque d’être ardu à obtenir. Pour autant, s’il y a un espoir, il est là. Je ne crois pas au communisme mais une petite alliances internationale des dominés pourrait donner un résultat. Je crois que personne n’a de véritable prise pour déclencher un tel mouvement. Seul la pérégrination des idées peut un jour trouver la mèche. Alors il faut les faire circuler…

  24. Avatar de stan35
    stan35

    C’est pas beau ça :

    « A Tokyo, l’indice Nikkei a clôturé sur une chute de 2,57 %, revenant sous le seuil psychologique des 11 000 points, pour la première fois en trois jours » (Source : Le Monde)

    Et un seuil « spychogo… spychologui… enfin, un seuil quoi, pour la tête…. depuis 3 jours… rendez-vous compte de la souffrance de ces pauvres gens…

    Nous, nos seuils, ils ont plutôt tendance à être annuels… au moment des impôts, ou mensuels, à l’heure du pointage au chômedu…? Qu’est-ce qu’on en a de la chance,… rendez-vous compte, ces pauvres traders se retrouvent avec des seuils psychologiques tous les 3 jours….

    Madre de dios…..

  25. Avatar de alain
    alain

    la théorie des dominos n’engage que ceux qui y croient.
    les gesticulations des marchés financiers n’ont pas d’autres buts que de gagner encore plus d’argent.
    il faut arrêter avec tout cela.
    on ne paye plus, on retire tout son argent et on le plante dans le jardin, plus personne ne paye ses impôts et on reste chez soit comme après une guerre nucléaire.
    déjà un volcan les faisait réagir mais cela, sans consommation pendant quinze ou vingt jours ils vont carrément flipper.
    et on n’en mourra pas, c’est le printemps, personne ne va mourir de froid.

  26. Avatar de Shad
    Shad

    Les attitudes de Sarkozy et de Merkel ne trompent pas. L’acte d’abandon de la Grèce est complètement délibéré. Ce qui est visé n’est pas simplement une restructuration de la dette grecque, mais une remise à plat de l’ensemble des dettes.

    Les mouvements d’indices financiers auront bon faire hurler les médias, la confrontation du monde virtuel de la finance à la réalité est brutale. Personne ne renflouera de dettes, le cas grec faisant quasi jurisprudence. Personne ne peut faire plier par la forçe Allemagne et France comme on ferait plier le moindre pays du Sud voulant sortir du grand jeu financier.

    Pour cette raison que je ne pense pas que les peuples paieront les pots cassés autant qu’on peut le penser. Je me réjouis même de la grande refonte du système financier qui apparait chaque jour inévitable.

  27. Avatar de jeanpaulmichel
    jeanpaulmichel

     »Visionnaire mais un peu décalé, Nicolas Sarkozy vient pour sa part de commencer sa visite en Chine, accompagné de son épouse, afin de préparer « un nouvel ordre monétaire multipolaire »…ainsi que sa présidence à venir du G20.  »

    Visionnaire ? Mais un peu décalé !
    François, vous avez beaucoup d’humour.

    1. Avatar de zébu
      zébu

      Juste un problème de ‘stature’ (rapport à ..) 🙂

    2. Avatar de Jérémie
      Jérémie

      Ne sous-estimons pas nos hommes politiques et cela quelque soit leur grande ou petite taille à l’écran, l’histoire nous montre c’est aussi valable en France qu’une fois après avoir gouté au pouvoir, au grand luxe, aux privilèges de plus accordés et autres belles courtisanes de plus à leurs cotés, qu’ils en réclameront toujours plus de pouvoir et de contrôle sur les êtres à force de bien faire ce n’est bien sur jamais assez pour mieux paraît-il faire le bien du monde.

      Vanité des vanités, disait Qôhèlet, vanité des vanités : tout est aussi grandement vanité à l’écran !

      Que ne rechercherait un homme politique moderne afin de pouvoir obtenir toujours plus de pouvoir et de contrôle en plus sur les êtres de nos jours. D’un coté l’image d’un homme politique représentant et incarnant fortement le capitalisme dévoyé du monde de nos jours, et de l’autre celui qui en incarnant le mieux le socialisme d’une autre société se portant guère mieux aussi sur le fond, tant cela en devient partout de l’esclavage supplémentaire des êtres.

  28. Avatar de yvan
    yvan

    Savez-vous ce qui me tue, Onubre…??

    C’est qu’un con de Français ne voit pas plus loin que son nombril et ne voit donc pas ce qui se passe aux US…

    Mais bon. Soyons réalistes : la Russie avait aussi ses façades magnifiques sans aucun fondement réel…

  29. Avatar de zébu
    zébu

    Sans revenir sur le rôle des agences, une déclaration surprenante et confondante d’un ‘témoin’ :
    http://www.leparisien.fr/economie/crise-en-grece-debat-autour-du-role-des-agences-de-notation-28-04-2010-903289.php

    «Depuis 2004, on savait que les autorités grecques trichaient. Les agences auraient pu se manifester plus précocement. Si elles avaient anticipé, peut-être que les autorités grecques auraient réagi plus tôt par rapport à leurs difficultés»

    Depuis 2004, ‘on’ savait. Qui ‘on’ ? M. Arthuis ? Le Sénat ? Les autorités françaises ? La Commission européenne ? La BCE et M. Trichet ? Les agences ?
    Qui, ‘on’ ?

    Et surtout, que n’ont-ils fait alors, il y a 6 ans, pour éviter de déverser des tombereaux de crédits dans un pays dont ‘on’ savait que les autorités trichaient ?
    Tombereaux dont le PASOK a récemment évalué qu’entre 2004 et 2009, les sommes équivalaient à la somme emprunté par la Grèce entre … 1830 et 2004 !!
    A l’époque, M. Karamanlis était premier ministre.

    Où était alors M. Arthuis pour dénoncer cette situation, qu’il connaissait ? M. Trichet, la BCE, la Commission européenne, le Sénat français, le Président de la République française, Mme Merkel (qui a ‘beau’ jeu aujourd’hui de dénoncer la cigale ‘grecque’ dont elle ‘savait’, dès 2004, que les autorités ‘mentaient’) ?
    Où était-‘on’ ?

    En droit, cela s’appelle ‘non assistance à personne en danger’. 5 ans de prison et 75 000 € d’amende.
    Qu’un homme politique puisse tout bonnement déclarer cela sans même avoir à l’esprit que cette phrase peut se retourner contre lui est révélateur de l’absence de conscience des hommes politiques qui ont ‘gouverné’ les pays européens et l’UE.
    Consternant …

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta