Vers un « mark reconstitué » ?

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

C’est un beau tollé ce matin, une belle levée de boucliers : « Regardez ce qu’a fait l’Allemagne : elle enfonce encore davantage l’euro ! ». Ou encore, le titre d’un article du Wall Street Journal : « L’interdiction par l’Allemagne des positions nues dans la vente à découvert de certains instruments de dette et des Credit–Default Swaps, ainsi que de certains titres cotés en bourse, pourrait affaiblir l’économie globale ». Ah ! quelle touchante sollicitude de la finance spéculative pour l’économie globale ! Elle a parcouru du chemin apparemment depuis 2008, ne nous plaignons donc pas !

Je ne sais pas pourquoi, mais je ne donne pas pour autant l’Allemagne perdante. Ni la Chine d’ailleurs, à l’autre bout du monde. Le tri est en train de se faire à vive allure entre les gagnants et les perdants. Curieusement je ne vois pas le Royaume-Uni parmi les gagnants – malgré sa garde prétorienne imposante de hedge funds.

Si la France et les autres ne rejoignent pas rapidement l’Allemagne dans sa mise au pas de la finance spéculative, on risque de voir se constituer un euro « vitaminé », équivalent à un « mark reconstitué », regroupant l’Allemagne et sa zone d’influence en Europe – qui ne s’étend pas seulement au Benelux et à l’Autriche, mais peut inclure aussi une grande partie, voire la totalité des anciens pays communistes d’Europe Centrale. Il y aurait alors au centre, un Saint-Empire, et sur le pourtour, ce qu’on appelait à l’époque, les « marches » : « zones de confins entre deux dominations », si l’on en croit le dictionnaire. Il ne faudra pas alors venir se plaindre.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

157 réflexions sur « Vers un « mark reconstitué » ? »

  1. C’est ça Allemagne essayer de faire, mais ça reste une solution façon parler technique.

    La crise se trouve son origine dans la façon parler ‘mécanique’, si on trouve l’erreur dans cette mécanique, c’est deviens possible de sortir la crise, pas avant.

    Tous commence en voir l’origine de la crise.

    Pour le moment en tourne en rond dans la machine du ‘temps modernes’, sans voir la machine elle même.

    1. Sur l’expression « mark reconstitué » :
      On y est déjà. J’ai peut-être ma l lu le blog ce jour-ci mais il me semble que des mesures au moins aussi importantes que cette décision allemande n’ont pas fait l’objet de commentaires :
      1- La généralisation à tous les pays de l’UE de la future règle constitutionnelle allemande d’interdire les déficits budgétaires dépassant les 0,35%
      2- la volonté d’un contrôle préalable par Bruxelle des budgets

      Si demain, tous les pays adoptaient les mêmes mesures que l’Allemagne, on serait encore dans la configuration d’un « mark reconstitué » en raison de l’absence de coordination fiscale et budgétaire à l’échelle du continent. C’est la cause principale des évènements actuels. Les CDS n’ont fait qu’accentuer le problème.

    2. Merkel veut fourguer son austérité budgétaire et pour faire avaler la pilule, elle interdit les ventes à découvert. C’est politiquement habile puisqu’elle s’en prend à ceux qui ont accentué le problème. Interdire les positions nues et les ventes à découvert, ce n’est pas suffisant. Le problème européen est l’absence de transfert budgétaire conséquent entre pays afin de combler les écarts de productivité et de croissance. Mais les Allemands y sont opposés. C’est pour cela que nous sommes déjà dans un « euro mark ».

      Lu dans le Monde
      Allemagne veut proposer aux pays européens de confier à la Banque centrale européenne ou à des instituts indépendants l’examen préalable de leurs budgets nationaux, selon un document de travail cité mercredi par le Handelsblatt. Selon le quotidien économique allemand, la chancelière Angela Merkel et ses ministres de l’économie (Rainer Brüderle) et des finances (Wolfgang Schäuble) sont également décidés à suspendre le versement de fonds structurels aux pays qui ne respectent pas leurs objectifs de réduction des déficits, voire à retirer pour « au moins un an » leurs droits de vote en cas d’infraction grave aux règles de l’Union monétaire.

    3. Merci de ta réponse A.

      Tu écrit: l’absence de transfert budgétaire conséquent entre pays afin de combler les écarts de productivité et de croissance. Mais les Allemands y sont opposés. C’est pour cela que nous sommes déjà dans un « euro mark ».

      C’est peut être la problème de la concurrence? En productivité l’Allemagne a une avance sur la reste de Europe.
      Ca va être très dur de trouver une solution ‘dans le système’. Peut être on a besoin d’analyser la fonctionnement de la système même.

      Autrement on va continuer de tourner autour le pot.

  2. Cette mesure, s’apparentant à une interdiction limitée des paris sur les fluctuations de prix, pourrait-elle, du fait même de son périmètre limité, être contournée par la finance ?

    1. Non. Pas contournée.
      Mais elle va amener les « capitaux » à se venger vers d’autres cibles. Ils ont faim, les gars. Car leur job consiste à faire au moins du 10% depuis que la mode du 15% est moins facile.
      D’ici qu’un pays encore assez riche qui ne soit pas à l’Euro soit attaqué, y’a pas loin.

    2. Tiens, en parlant de variation, spéculation, instabilité, différentiels de cours..
      Vous aurez remarqué que TOUT bouge de plus en plus.

      Car il FAUT que ça bouge pour faire du pognon.
      Et ils n’ont pas non plus compris qu’il faut un minimum de stabilité pour faire quelque chose AUSSI en entreprise.

      Et, pour la petite histoire, Une filliale d’EADS m’a contacté il y a 6 mois pour une aide sur l’externalisation de certaines fabrications aux US.
      Je leur ai repondu par la négative, car ce n’est pas dans mes principes, ce genre d’opération. Les Américains sont comme les Anglais, ils vous plombent un délai ce qui vous met en faillite. Et puis, un petit coté nationaliste, je reconnais. Passons.
      Je ne me suis pas renseigné sur la suite du mouvement envisagé, mais… Je leur souhaite bonne chance quand-même.

  3. Quel choc quand j’ai entendu ça hier soir ! La seule chose que je me suis dit a été : « ça y est : la guerre a commencé ! ». Mais la guerre entre qui et qui, ou entre qui et quoi ? Et quel gâchis que ce ne soit pas l’UE toute entière qui décide cela pour montrer sa force politique. Les dernières déclarations de la Dame Lagarde montrent combien la décision allemande est unilatérale et prend de court les autres dirigeants empêtrés dans leurs relations équivoques avec leurs banquiers…

    1. Est ce une déclaration de guerre, « dans les formes » ????
      Attendons et voyons …
      QQST, cette guerre aura une fin … La table des négociations s’apperçoit au loin !!!
      « Une initiative » vient d’être prise … Est elle majeure ??? Si oui, ce que je pense, elle doit amener, tactiquement, à d’autres prises ‘d’initiatives MAJEURES »…. et rapidement, pour saisir toutes les opportunités qui se presentent … Et il y en a !!!!
      L’heure de la consolidation … C’est pour plus tard !!!!
      Quelle(s) Guerres ????
      – La guerre d’une vérité contre une autre ???
      – La guerre d’une réalité contre une autre???
      – La survie d’une vision et de son organisation ( germanique) contre beaucoup d’autres ???

      L’allemagne a beaucoup à perdre …
      Et Angela …n’a plus rien à perdre !!!!

    2. PS : comme je le disais , il ya plusieurs jours, en « tirant les cartes », des alliances se font jour !!!
      C’est le contenu de ses alliances, qui déterminera la capacité de résilience de leurs participants …

    3. Heeu.. Tomate.

      Ne le dites à personne, mais… Vous tirez les cartes aussi à distance, par imposition des mains sur le clavier, ça marche..??
      Car ça m’intèresserait.

      La consultation est chère..??
      Y’a un CDS en cas d’erreur de prédiction..??

      Mystiquement votre.

  4. Dans ce jeu de concert, il apparaît très nettement que la France n’a plus son mot à dire et qu’elle ne peut que suivre et n’assister qu’en spectatrice aux chamboulements de l’ordre mondial. Faible qu’elle apparait, comme cachée derrière sa grande soeur allemande … Quand la mer se retire, apparaissent les cadavres.

  5. Les choses vont décidément très vite. Et encore une fois vous avez une longueur d’avance.
    Plus les semaines passent, et plus vos thèses se voient confirmées par les faits, par l’actualité.
    L’application unilatérale de l’interdiction des paris sur les fluctuations des prix est maintenant sur le devant de l’actualité. Que n’a-t-on entendu pour nier l’importance, ou affirmer l’impossible application de cette mesure que vous nommiez à juste titre « chirurgicale ».

    Autant l’inertie des Etats les livrent pieds et poings liés aux « marchés » et les enfoncent toujours plus, autant l’adoption d’une telle mesure pourrait en sens inverse se révéler une arme de choix pour les tenir en respect, car cette fois l’application unilatérale de l’interdiction ne pénalise pas du tout ceux qui en prennent l’initiative, mais au contraire les placent en situation avantageuse ! Si cette logique vertueuse devait se confirmer alors même les plus réfractaires seront contraints d’y venir, tôt ou tard, et le plus tôt sera le mieux.

    Puissent Nicolas Sarkozy, Christine Lagarde et Michel Barnier vous entendre !

    1. @pierre-yves D
      « Puissent Nicolas Sarkozy, Christine Lagarde et Michel Barnier vous entendre !  »
      Je suis très étonné que vous puissiez leur accorder autant votre confiance, à moins que cela ne soit incantatoire ou comique, genre « maman ! au secours ! l’équipage n’a prévu qu’un seul bateau en cas de naufrage !
      Ils sont les valets du « marché ». Il n’y a rien à attendre de ce trio.

      L’EUROPE n’existe définitivement pas. Chaque pays tire à hue et à dia.
      Pays vainqueur ou pas, on s’en moque, les peuples européens vont tous sentir la défaite.

    2. Pierre-Yves
      Il y a un an et demi, l’on parlait de régulation des marchés. Comme les G20 et autres Griencompris ont brassé du vent, l’on parle de mesures de plus en plus radicales. Ce midi, sur la très sérieuse radio publique belge, on relayait la proposition de Lordon de fermer les bourses. C’est vrai que cela va vite, peut-être plus débâcle que la prise de conscience de certains de nos dirigeants.
      A moins qu’ils ne se partagent les rôles: Nicolas lance les ultimatums et Angela les troupes. 😉

  6. Justement, hors le fait que cette interdiction des CDS nus (provisoire jusqu’en 2011) soit plutôt une bonne nouvelle, la mauvaise nouvelle est que l’Allemagne a décidément un peu tendance à se confondre avec le Saint-Empire.
    Ce n’est pas là le concept européen. Quant au couple franco-allemand, ce n’est vraiment qu’un vague souvenir s’il n’a jamais existé autrement qu’à sens unique d’ailleurs dans l’esprit de nos amis d’Outre-Rhin.

    Tout cela est effrayant. Et je ne veux pas de cette Europe-là. Je ne souhaite pas non-plus être un sous-citoyen sans droit d’une Allemagne élargie de l’Oural à l’Atlantique !

    Vous avez tort de vous réjouir.

    Qaut à l’Europe de l’est, tiraillée une fois de plus entre la Russie et l’Allemagne, croyez-vous vraiment qu’elle rejoindrait cette nouvelle zone Mark ? J’en doute et économiquement (où est son intérêt ?) et politiquement !

    Une chose est sûre l’UE est morte sous les coups de butoir de la Nouvelle-Allemagne désormais complêtement décomplêxée.

    Tout cela est EFFRAYANT et je pèse mes mots.

    1. Houlala, on parle de Saint Empire alors que ce sont des bases américaines que nous avons sur notre sol européen? Lorsqu’Obama téléphone à Zapatero pour lui demander de diminuer le salaire de ses fonctionnaires et que celui-ci s’exécute dès le lendemain, là ça ne vous inquiète pas? Je suis sidéré…

    2. Ce billet ne montre aucune satisfaction devant la possible reconstitution d’une grande Allemagne autour d’un « mark reconstitué ».
      Au contraire, puisque l’interdiction des paris sur la fluctuations des prix, y est présenté comme le meilleur pour faire jeu égal avec l’Allemagne et ainsi déjouer sa tentative de constitution d’un bloc autour d’elle.

    3. Le destin des peuples à la corbeille vs vassal de l’Allemagne ? même si ce que vous dîtes serait vrais je préfére la solution (2).

      cordialement

    4. Bon à mon avis, vous n’avez pas beaucoup retenu les leçons de l’histoire et cette peur viscérale de l’allemagne ne peut être que critiquable. Moi personnellement, je pense que ce n’est ni l’allemagne, ni la france, ni les USA qui devront nous conduire, mais une grande europe. Regardez l’activisme des parlementaires européens, en train de plancher sur une règlementation financière, plus importante que celle de l’allemagne. Voir hier le débat sur public sénat (22h30 et 18h30) avec des personnalités du PPE, et d’Europe écologie: ils sont tous d’accord pour une taxe sur les transactions financières, pour alimenter le budget européen!!
      L’histoire est en marche mes amis, peut-être est-il sombre, mais bon…on ne peut que se réjouir de l’interdiction de Mme. Merckel, même si elle n’est pas Londres ou Wall Street, et par là, ce n’est pas le même impact.

    5. D’accord avec Ken Avo, reveil ci-dessus, et quelques autres. Parce qu’elle est dirigée contre les marchés, on ne peut qu’applaudir l’initiative allemande. Le problème, c’est qu’elle place ses partenaires européens devant un dilemme pas agréable du tout : soit ils suivent, soit ils prennent à leur tour le risque de faire éclater la zone euro. S’ils suivent, ils devront avaler d’autres initiatives du même tonneau, lequel a pour nom ordolibéralisme, s’ils ne suivent pas, ils seront poussés vers la sortie. A mon avis, faut prier pour que la crise vienne fiche des bâtons dans les roues du 4×4 d’outre Rhin…

    6. à Arranah
      cette émission-là:
      http://www.publicsenat.fr/cms/video-a-la-demande/vod.html
      TERRAIN POLITIQUE le 18/05/2010 à 18h30A Strasbourg avec Daniel Cohn-Bendit, Député européen vert
      Rediffusion le :
      mercredi 19/05/2010 à 21h00
      mercredi 19/05/2010 à 23h30
      jeudi 20/05/2010 à 19h30
      Durée : 58 minutes
      Gilles Leclerc vous retrouve à Strasbourg, au cœur du parlement européen, pour Terrain politique, avec comme invité principal l’eurodéputé vert, Daniel Cohn-Bendit.

      Crise européenne, malaise des agriculteurs, relation avec Cécile Duflot pour le leadership des verts. Ces thèmes seront abordés avec plusieurs autres invités, dont fabienne Keller, sénatrice (UMP) du Bas-Rhin.
      Avec :

      Daniel COHN-BENDIT, Député européen vert
      Rodi KRATSA, vice-présidente du Parlement Européen
      Michel DEVOLUY, économiste de l’Observatoire des politiques économiques en Europe
      Fabienne KELLER, sénatrice (UMP) Bas Rhin
      Julien VALENTIN, vice-président du conseil européen des jeunes agriculteurs
      Olivier PICARD, Les dernières nouvelles d’Alsace

    7. @Cécile
      J’ai suivi cette émission partiellement et j’ai apprécié.
      J’ai de plus en plus d’affinités avec Europe Ecologie, pour leur parler franc, pour leurs engagements sur l’essentiel et surtout leur anti-conservatisme et leur souci de justice sociale.
      Bémol : ils me donnent l’impression de politiciens un peu verts dans le sens « en culottes courtes » ou « jupette et nattes ». Bien que Eva a passé ce stade et que Cécile murit chaque jour un peu plus, c’est le printemps.
      Courage et persévérance, en face ils sont un peu éculés et démagos.

  7. La mesure allemande interdit les ventes à découvert d’actions des dix plus grandes banques allemandes, ainsi que des obligations des Etats membres de la zone euro. On parle aussi de CDS nus.

    Questions :

    – l’interdiction des ventes à découvert d’actions bancaires n’a-t-elle pas déjà été décrétée au plus fort de la crise de novembre 2008 ? Avec quel succès et, si succès il y a eu, pourquoi l’a-t-on levée ?

    – l’interdiction de vendre à découvert des obligations souveraines est-elle une nouveauté ? Que peut-elle concrètement apporter ?

    – enfin, l’interdiction des CDS nus est-elle générale ou uniquement liée aux titres précités ?

    Bien à vous,

  8. Tout à fait d’accord. La carte du monde est en train d’être redessinée. Ce qui n’est pas bon pour les anglo-saxons de toutes façons puisqu’ils ne peuvent qu’y perdre. En fait, il est même plus juste de dire que si cette carte et les zones d’influences sont en train de se redessiner c’est bien parce que les anglo-saxons sont affaiblis.
    En gros, les forces continentales sont en train de secouer les forces maritimes. Pour le moment, ça se passe au niveau économique, mais je doute que cela en reste là. L’Allemagne et la Chine auront réussit leur pari lorsqu’il n’y aura plus de bases militaires américaines en Allemagne ou au Japon.

    1.  » lorsqu’il n’y aura plus de bases militaires américaines en Allemagne ou au Japon »
      Ce qui n’est pas près d’arriver. Tant que les US imprimeront suffisament de dollars, me direz-vous…

      Je vois la situation de façon plus large.

      US et Chine se tiennent avec des intérêts pas forcément divergents : un Yalta discret a dû être conclu.
      (et on trouve sur le net des alusions à un G2…)

      Là, l’Europe fait ce que n’importe quel organisme fait quand l’argent commence à moins couler à flot, on se recentre sur sa zone économique et, de fait, on met les Anglais en mauvaise posture, car leur situation réelle apparait plus « saillante ».
      L’oncle sam attaque donc l’Europe qui n’a pas de politique économique commune, et cela permet de faire divertion « des marchés » vers nous.

      Maintenant, que l’Allemagne prenne l’initiative en Europe, je m’excuse, mais je vois mal le gouvernement français actuel se détacher de sa fascination pour l’american dream.

    2. Et qui supportera le coup de la flotte nécessaire pour garantir la libre circulation des marchandises sur les mers ??

      Si les cargos peuvent circuler de Shanghaï jusqu’à Hambourg, c’est parce que l’US NAVY (et ses vingt porte-avions) le garantie.

      Personne n’est en capacité de remplacer les Etats Unis dans ce rôle. En tout cas pas financièrement.

      Et personne n’en a envie.

    3. @ SGA : Euh, au hasard, la Russie et la Chine ont largement la flotte nécessaire pour assurer à leur tour la sécurité des routes maritimes… 🙂

    4. Arggg… et sans commerce international, nous serions obligés de rebosser pour et par nous-mêmes…
      Et on n’aime pas ça, bosser, n’est-ce pas? C’est fatiguant.

      Il n’y a qu’une seule matière première nécessaire par bateau en Europe : le pétrole.
      Pour tout le reste, il n’y a pas mastercard, mais auto-suffisance.
      Et même pour les métaux, en recyclant intelligemment.

      En fait, le libéralisme nous a tellement bien formaté qu’il s’est rendu nécessaire, absolu, incontournable… Condition sine qua non de toute exploitation économique.

    5. @ SJA
      Il est possible que dans le monde qui vient il ne soit plus nécessaire de faire voguer des porte-conteneurs de 10000 boxes, ni des pétroliers…
      Autosuffisances locales, autarcies et peak-oil ou bien tout en renouvelable raisonné..
      Le paradis…sans conflits.
      Bisouland.

    6. La Russie et la Chine n’ont pas les moyens d’assurer la sécurité des mers garantie par les USA.

      Sur les 24 porte-avions dans le monde, 20 sont américains.

      Et je ne parle pas de la couverture satellite militaire.

    7. Je ne partage pas ton analyse pour la raison suivante :
      – rien ne change car il est aujourd’hui question, de la part de l’Allemagne, de ne rien toucher à l’architecture de l’UEM. Elle n’entend pas aller plus avant dans le fédéralisme budgétaire qui permettrait un transfert financier entre les Pays avancés de la zone et ceux à la traîne. Il n’y a aucune volonté de corriger les écarts de croissance. Ce que fait Merkel, avec l’appui du SPD, c’est de saper le pouvoir de nuisance des institutions fiancières qui ont aggravé la situation financière grecque.
      – Pis, elle entend imposer une régulation à son seul avantage. L’euro lui permet d’éviter les dévaluations des pays de l’UEM avec lesquels elle enregistre un excédent commercial. Ces pays ne pouvant dévaluer, l’ajustement n’est pas monétaire via le taux de change mais se réalise par une baisse nominale des dépenses des pays fragiles visant à réduire leurs besoins de financement. En outre, ces pays ont des perspectives de croissance si faibles qu’elles ne permettront pas de se désendetter.
      – Merkel pense que le processus déflationniste enclenché permettra à ces pays de recouvrer une croissance par un ajustement à la baisse des dépenses publiques et des revenus.

      Par conséquent, Merkel se met à l’abri d’éventuelles attaques contre d’autres pays fragilisés de l’UEM. C’est tout. Il n’y a rien de spectaculaire pour l’instant. Le pire reste à venir.

    8. Peut-être que c’est justement à cause de la puissance militaire US que Wall Street et la City font la météo de la finance en Europe…Pas évident de s’attaquer au $…

    9. SJA
      Au large de la Somalie, ce sont des frégates (pas besoins de porte-avions) européennes qui luttent contre la piraterie venue d’un pays que les Etats-Unis avaient envahi brièvement avant de s’encourir. Les porte-avions sont des bâtiments faits pour les guerres que les USA sèment de par le monde, pas pour protéger les commerce maritime. D’ailleurs, qui, excepté quelques va-nu-pieds du pays le moins gouverné du monde voudrait s’en prendre au commerce international ?

    10. plus de 700 bases militaires et certains ici, dont crapaud rouge et yvan, semblent redouter la fin de la domination us.

      les porte-avions sont des bâtiments dépassés (et ruineux) à l’ère du missile. au moins tant que les missiles anti-missiles ne seront pas ‘tip top’.

      intéressant comme le moindre coup de boutoir au coeur du système fait dévier les discussions sur les aspects militaires de la mondialisation ‘économique’. De Gaulle l’avait bien compris.

      la solution: ‘chacun chez soit et les vaches seront bien gardées’ (ce qui n’empêchera pas de commercer, rien n’empêche jamais le commerce).

      la main invisible des marchés tiendrait elle un semi-automatique?

    11. Je trouve intéressant que malgré les mains sur le coeur et les déclarations pieuses d’Obama vous associiez le pays Etats Unis aux pratiques des hedges funds etc. Il ya malheureusement consubstantialité objective. Nous n’avons pas les moyens d’attendre Obama en nous laissant égorger sur l’autel des Soros et compagnie, pour le bien du dieu de Blankfein, de Cheney. Il serait temps d’ouvrir le yeux à nos propres banquiers bien proprets d’Opéra et d’ailleurs sur la misère qui les entoure à tout moment, physiquement.

  9. Tout à fait d’accord avec votre interprétation géopolitique, Mr Jorion.
    L’europe continentale face aux « anglo-saxons » …. La régulation face à la finance débridée …
    Il serait temps que le Président Nicolas Sarkozy s’incline devant la détermination de la Chancelière et consente à reconstituer l’entente franco-allemande, sinon la France se retrouvera isolée et … au milieu de la Manche ou de l’Atlantique, ce qui n’est pas la meilleure des positions si l’on envisage le possible destin économique de l’UK et des USA.
    Trés respectueusement.

  10. Lors de son point de presse, Christine Lagarde, ministre Française de l’économie, a pris ses distances avec la décision des Allemands, au prétexte du fameux « besoin de liquidités »…

    Elle a aussi regretté de ne pas avoir été consulté préalablement.

    1. Les Allemands sont un peut plus avec les pieds sur terre sur ce point. Mais ça reste une problématique on ressoude pas tout seules.

      Les perdants sont connu: nous l’homme.

    2. Nous avons trainé les pieds.
      Merkel a sauté la ligne Maginot des compromissions Lagardo-Sarkoziennes avec les boys du Nyse.
      Encore une fois Sarko fait du bruit avec sa bouche et mouline.
      La cousine germaine agit (enfin peut-être pas elle perso).

    3. Pitoyable danse du ventre de Mme Lagarde. Pourtant il va falloir choisir qui défendre: les tenanciers français du Grand Casino, ou nous les citoyens, notre Europe et notre monnaie.

    4. Si Dame Lagarde avait été consultée au préalable, pour sûr la SG, BNPP et Dexia auraient été averties en temps utile et auraient pu organiser une riposte. Et on voit bien que ça n’a pas été le cas.
      C’est bien le plus terrifiant, car c’est une accélération de la dislocation géopolitique telle qu’annoncée par le LEAP, mais qui commence par l’UE elle-même.

  11. la tribune:

     » … Avec une prudence tout diplomatique, Paris et Bruxelles ont vivement réagi à ce solo de l’Allemagne dans la lutte contre la spéculation sur les dettes souveraines. « Il me semble qu’il faudrait quand même solliciter l’avis des Etats considérés et concernés par la mesure » a ainsi déclaré ce mercredi Christine Lagarde. La ministre de l’Economie a précisé dans la foulée que la France n’avait pas l’intention d’imposer les mêmes restrictions en France. …  »

    Les souverainistes se frottent les mains, ils n’ont plus qu’à attendre que la discorde fasse tomber le fruit ….

    1. coucou/réveil

      ‘les souverainistes’ sonne comme une insulte sur votre clavier.

      ceci dit une certaine souveraineté économique, protectrice d’une répartition travail/capital légèrement (pour ne pas vous effrayer) plus équitable, est peut-être à souhaiter.

      votre maman aussi vous a protégé avant que vous ne deveniez un grand méchant (ultra-) libéral. parfois aussi vos avocats vous protègent, ou même un simple policier…

  12. Angela Merkel est connue pour ne pas prendre de décisions à la légère mais une fois que sa décision est prise, elle est prise. Cela fait des mois que tous les pays tergiversent sur le thème que oui, bien sûr, une régulation de la finance est indispensable mais il faudrait pour cela que tout le monde soit d’accord. Là, l’Allemagne montre l’exemple et régule. C’est déjà un pas de fait dans la bonne direction. Maintenant, les autres pays doivent suivre ou leur crédibilité quant à leur volonté de réguler la finance va en prendre un coup.
    Dans son discours de ce matin, Merkel a déclaré que la fin de l’euro signifierait sans doute la fin de l’Europe. L’Allemagne est le pays le plus important de la zone euro (en habitants et en volume économique), c’est donc une excellente chose qu’elle prenne la tête de la première croisade contre le système financier.
    Une majorité d’allemands veulent revenir au Mark. Merkel, elle s’accroche à l’idée européenne. Personnellement, je suis très heureuse qu’il en soit ainsi.

  13. L’Allemagne est en train de totalement s’isoler politiquement. Merkel est une catastrophe !
    Elle en se rend pas compte qu’elle est en train de monter tous les dirigants européens contre elle !
    C’est une catasrtophe qui laissera des traces pour longtemps, je crains que l’UE soit morte hier soir !

    1. Ken Avo, comme Mathieu.

      Sachant que cette décision était attendue par « les marchés » depuis plusieurs semaines, cela serait assez étonnant que les autres pays européens n’aient pas été au courant.

      Que ces pays n’aient pas OSER suivre ce qu’a fait la Chancelière, je n’en serais pas spécialement surpris, que ce soit pour raison économique ou idéologique.
      L’allemagne est le pays le plus en forme économiquement, tout de même. Ou le moins en danger, notez. Ca marche aussi dans ce sens-là.

      Par contre, concernant une coordination économique.. ce n’est pas terrible comme spectacle.
      Mais bon, comme d’hab, mes intérêts d’abord, quitte à ne pas comprendre que ça m’enfonce aussi.

    2. Merkel en a peut être eu assez d’avoir des partenaires trop lents, qui parlent beaucoup mais ne font rien. Elle a aussi du mettre les points sur les i quand à l’euro surévaluer de maitre Trichet. Il suffit de voir sa pâleur lors des dernières interview.

    1. Ayrault n’a pas le temps, il ergote sur des histoires de financement des retraites qui auraient dû être corrigées depuis 20 ans.
      Les socialistes politicardent et regardent vers DSK.
      En espérant qu’il arrive malheur à NS.
      C’est çà leur programme.

    2. Ils donnent encore de la voix ou ils ont définitivement perdu la voie il y a très longtemps ? 🙂

    3. L’oligarchie financière mondiale s’arrêtera-t-elle en si bon chemin ou bien décidera-t-elle d’autres moyens de mettre les peuples à genoux ? Une bonne guerre, ça résout tout !

  14. Mais pourquoi diable, à la place de cette décision unilatérale, les Allemands n’ont-ils pas annoncés « Nous envisageons d’interdire le positions nues etc,etc, discutons-en. Si nous ne pouvons nous mettre d’accord, nous nous réservons le droit de l’imposer chez nous unilatéralement » ? Pourquoi ce cavalier seul?

    1. Pourquoi ce cavalier seul ?
      Parce que ses partenaires européens, France, Grande Bretagne, ne voulaient pas en entendre parler, de cette mesure.

      Voir les déclarations de Christine Lagarde et celles timorées de Michel Barnier pourtant en charge à la Commission européenne du dossier de la régulation financière.

      Ce qu’il faut comprendre, c’est que cette mesure ne fournit un avantage décisif à celui qui l’adopte que si les autres tardent à l’adopter. Le geste de Merkel n’est donc pas une déclaration de guerre.
      Elle prend simplement une initiative, qui si elle était suivie par les autres, serait bénéfique pour tous.
      En passant à l’acte, elle donne plus de poids à la théorie selon laquelle l’interdiction des paris sur les fluctuation de prix est un passage obligé si l’on veut tenir en respect les marchés.

    2. @ Pierre-Yves D. et Ken Avo

      J’ai peut-être été mal compris: je me disais que peut-être les français, italiens etc… ont été pris de court, et n’ayant pas eu le temps de réfléchir, ont simplement eu le réflexe instinctif inculqué depuis maintenant 30 ans par la théorie économique classique (« et la liquidité? »). Et que le problème dans ce cas-là, c’est qu’il est plus difficile de changer d’avis, même si on se rend compte de son erreur, parce que cela veut dire perdre la face publiquement. (=psychologie de comptoir)

      Mais bon, peut-être que les allemands, comme suggéré par Ken Avo, avait déjà essayé d’en discuter avec leurs partenaires, mais sans succès…

  15. L’Allemagne cesserait d’être un paradis pour quelques spéculateurs?
    Certes, on peut s’en réjouir…

    Elle est bien loin, en tous cas, d’être un paradis pour ses salariés, et depuis longtemps …
    Pour nombre de salariés Allemands, le prix à payer pour la puissance économique de leur pays a été celui d’une véritable descente aux enfers…
    (Voir les ravages des impitoyables Lois « Harz », réformant le droit du travail, véritable mise à la casse du tissu social Allemand)…

    http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/l-allemagne-dans-l-impasse-75161

    1. Sauf que nous avançons au jour le jour…Si nous avions la chance d’analyser l’avenir sur deux ans , peut-être que ce que vous appelez régression du côté allemand sera paradis par rapport à la situation que nous connaîtrons alors…

      Parce que les beaux discours n’engagent que ceux qui y croient et que Merckel ne fait rigoler personne dans son dos à la différence de certains élus issus du NAP…

  16. « La mise au pas de la finance spéculative » est une idée louable, mais naive. La mesure récente prise par le gouv. allemand est le résultat d’une énorme pression qui remonte de l’opinion publique, mais cette mesure a peu d’effet sur la pathogenèse de la finance internationale. Les américains, ainsi que l’Asie se défendront avec véhemence contre toute tentative allemande ou européene de « mise au pas » de la finance internationale. Les banques et spéculateurs trouveront des subterfuges pour contourner toute ingérence à leur profit. Les gouv. européens le savent, ce qui limite leur radius d’action. Il faut des mesures/actions plus fortes que celle de cette nuit. Une difficulté supplémentaire: Merkel n’est pas à la hauteur de la situation, je dirais même qu’elle n’a pas le profil requis pour remplir son rôle. Elle a perdu beaucoup de temps, elle a raté des opportunités en hésitant, en louvoyant, par peur de s’engager dans une certaine direction. Merkel serait peut-être une acceptable chancellière pour un temps sans perturbations. Je pense qu’une partie du public méconnait le fond du problème: le problème est surtout inhérent à la politique, moins aux marchés financiers qui profitent bien sûr de la liberté d’action que la politique leur a attribué dans le passé depuis la fin de la parité or/dollar, scellée par le président Nixon.

    1. « « La mise au pas de la finance spéculative » est une idée louable, mais naive. » : il y a peu, j’aurais dit exactement la même chose ! A plus ou moins long terme, ça changera forcément, car cette « finance spéculative » n’est jamais que le produit de changements qui ont eu lieu dans le passé. La naïveté, c’est de la croire indéboulonnable. Rien n’est jamais définitivement pérenne dans la vie, c’est ce que les financiers oublient le plus facilement. Et c’est leur point faible selon F. Lordon. En revanche, ils n’ont pas leur pareil pour vous rappeler que votre job, vos acquis sociaux et vos services publics ne sont que des avantages indûment acquis, donc pas du tout pérennes…

  17. je ne crois pas avoir à me ‘réjouir’ de devoir choisir entre une zone européenne de ‘faible densité’ politique mais de moins forte politique de déflation salariale qu’une zone européenne de ‘forte densité politique’ à vocation ultra-exportatrice …
    C’est Charybde et Sylla.
    Néanmoins, je ne crois pas non plus que Paul Jorion souhaite l’une ou l’autre solution advenir. Mais bien plutôt montrer l’impasse des deux ‘solutions’. Restent d’autres solutions, ‘hétérodoxes’ et européennes, pour le coup. A condition qu’on arrête d’activer des leviers dans tous les sens dans un système qui doit être contrôler dans son ensemble, sans quoi, une action ‘x’ génèrera immédiatement des feed-back ‘y’, et pas forcément positives (on le voit avec une action ‘politique’ française à l’encontre de l’Allemagne et un feed-back allemand ‘monétaire’, générant ainsi lui-même une conséquence ‘politique’ …).
    Il serait enfin temps qu’on en sorte, de cette pièce à la Feydau, où les portes sont ouvertes et refermées par les différents acteurs de la pièce, dans un va-et-vient qui n’a plus rien de comique (quoique Mme Lagarde …) …

    1. J’ai déjà vécu ça avec un paquet de commerciaux : ils ne peuvent pas avouer être en tort (ou fautif). Ils vont préférer sortir une bêtise encore plus grosse ou se défausser en changeant de sujet.
      Puis… vient le baroud d’honneur.

      Il n’y a plus beaucoup de différences entre le métier de politicien et celui de commercial, quand on regarde. Voire même… aucune.

  18. Bonjour,

    Donc si je comprends bien la carte se re-dessine… L’économie globale est entrain de sortir les spéculations du terrain de jeu. L’allemagne interdit les positions nues dans la vente à découvert de certains instruments de dette et des Credit-Default Swaps, ainsi que de certains titres cotés en bourse… la Chine suivra cette réforme ? On parle peu des bourses de Shanghaï et de Hong Kong… Le royaume Uni, roi des Hedges funds n’a t’il pas des actions à Hong Kong ?

    Le gouvernement Chinois va suivre quel chemin ? J’ai entendu dire que de nombreux titres boursier mondiaux ne sont pas disponibles sur la bourse de Shanghaï ? Quel est le taux de titre spéculé à la bourse de Shanghaï par rapport aux autres places boursières ?

    1. C’est vrai que les fourmis s’agitent dans les sous-préfectures de l’empire et que nous nous préoccupons peu du reste du monde…..
      Alors que l’’amendement pour un retour à la loi Glass-Steagall de Roosevelt pourrait être adopté dans les jours qui viennent par le Sénat américain, et que cela me semble tellement plus important que les mesures temporaires de la damme de fer Allemande, j’en profite pour vous repauser à tous ma question d’hier qui n’a eut aucun écho.

      Dans le N° 34 de janvier/février/mars de la revue Analyse financière que publie la Société française des analystes financiers (SFAF), sous le titre « Orthodoxie financière et régulation bancaire : les leçons du Glass-Steagall Act », Nicolas Firzl ( Président du Conseil économique Europe-Canada; ancien responsable du marketing institutionnel au sein de la société de gestion AXA Investment Managers ). souligne l’objectif essentiel de cette loi adoptée en 1933.

      Frizli s’en prend ensuite aux politiques anti-crise actuelles, radicalement opposées à la démarche de Glass-Steagall, avant de constater que « la situation est tout autre dans la Chine post-communiste qui a adopté deux grandes lois largement inspirées du Glass-Steagall Act : la loi sur la banque commerciale de 1995, complétée par la loi sur les sociétés de bourse de 1998 (entrée en application au moment même où les États-Unis s’apprêtaient à abroger la législation modèle de 1933). Soucieuses avant tout d’efficacité économique, les élites politiques chinoises ont fait le choix de la stricte séparation des activités de banque de dépôt et de banque d’affaires : de tous les pays industrialisés, la Chine est celui dont le système financier a le mieux traversé la crise. »

      Je découvre ces deux lois Chinoises!!! Les connaissiez vous?

      http://www.sfaf.com/index.php?option=com_content&view=article&id=90&Itemid=150

    2. Oui, naturellement, Pierre.

      Dans un pays « communiste », on ne fait rien d’économique sans avoir l’accord du gouvernement. (qui s’en met plein les poches)

      Et ceci écrit, ces joyeux dirigeants ont leur paradis fiscal personnel. Ce qui évite une trop grande fuite de capitaux. La « soupape »…
      (comme le delaware aux US)

      Le léger pépin sera quand le peuple chinois se rendra compte que ses dirigeants l’a baigné dans l’american (pardon : chinesse) dream, je ne voudrais pas être face à 10 millions de manifestants… Au bas mot. Mat. Je ne suis plus sûr.

    3. Ah bon! Tout le monde est au courant que les Chinois font des affaires avec nos dépôts et nous des dépôts dans leurs affaires sans que la réciproque soit vraie!!!!! Pardon, j’étais largué, mais vous avouerez qu’un parti communiste chinois Rooseveltien c’est aussi incongru qu’un président de la commission Européenne ancien maoiste…..
      Qu’en pense l’OMC de l’ami Lamy?

    4. Monsieur Jorion, je trouve bien dommage que le sujet du glass-steagall face si peu parti des préoccupations de ce blog et de ces contributeurs quand à l’ébauche de solutions « radicales » pour nous sortir de ce pétrin,
      Articles marqués « Glass-steagall » : 8 billets
      Articles marqués ‘interdiction des paris sur les fluctuations de prix’ : 20 billets
      Et si l’on se refaire aux commentaires, c’est encore beaucoup plus flagrant…. C’est le désert arpenté par quelques rares caravaniers.

    5. Glass-Steagall Act

      C’est qu’on ne peut pas revenir sans cesse sur les mêmes sujets, mais utilisez la fonction RECHERCHE. Vous ne serez pas déçu.

    6. Bonsoir Paul,
      c’est bien ce que j’ai fait, et le résultat est bien de huit billets seulement, et très peu de commentaires vu qu’a « ces époques » le blog était moins fréquenté…..
      N’hésitez pas a faire œuvre de pédagogie, ….ce que vous faite si bien!
      Qui sait si vous aviez abordé le sujet dans votre interview en allemand peut-être qu’Angella nous aurait fait une folie!

      Et une pensée amicale à nos nombreux amis allemands qui se battent depuis fort longtemps déjà, bien avant « la crise », pour le rétablissement de la loi Glass-steagall.

      Une loi Chinoise? Et alors…..

  19. Je ne comprends pas du tout le choix du mot « croupion ». Alors j’ouvre mon dictionnaire fétiche, – décidément incontournable aujourd’hui -, et je lis: « Assemblée, parti croupion, qui n’est plus qu’un résidu et n’est plus représentatif. » Très péjoratif, non ? Le mot désigne plutôt une catégorie de perdants, mais la teneur du billet me semble clair : l’avenir prometteur est du côté de l’interdiction des paris sur les fluctuations de prix. Comprends pas. Monsieur Jorion pourrait-il activer son service après vente, SVP ?

    1. Je veux bien tenter de répondre à votre interrogation: croupion

      c’est la dernière extrémité du corps d’un volatile, en dessous rien ou présence de M……

      Il me semble que Paul, « pense » qu’il ne faut surtout pas laisser passer l’occasion de rejoindre le clan de cette interdiction partielle, mais de peser + pour qu’elle soit absolue.

    2. @jeannot14 : c’est bien ce que j’ai compris, mais il n’empêche, Paul a commis un faux sens, peut-être à cause de sa « belgitude » ou d’une erreur de construction de sa phrase. Car c’est la partie de l’Europe qui ne voudrait pas se joindre à l’initiative allemande qui se retrouverait dans la zone croupion, résiduelle.

    3. « C’est bon, je vais le changer ! » : non, non, ce n’est pas nécessaire, c’est juste que les petites incohérences de ce genre me font douter de ce que j’ai compris. Savoir qu’il y a seulement une erreur de votre part constitue la correction. Merci beaucoup pour votre réponse.

    4. Les zones sont tellement près l’une de l’autre que!!!!!!!!!!!!!? difficile de se faire une idèe de la suite des évenements, demain sera un autre jour. Merci à tous.

    5. je n’ai pas vu de problème pour bien comprendre

      PS à Jeannot 14
      et si l’on considère l’oeuf, au juste, il sort d’où ?

    6. Bien vu Cécile, j’avais oublié l’oeuf je suis contre le rapport. Oeuf poule/ poule oeuf, monnaie poche de gauche ou de droite création de dieu ou du diable.

      Vivement que l’on arrive au consensus. Fraternellement à tous.

    7. @Cécile : « je n’ai pas vu de problème pour bien comprendre » : d’une part l’erreur a été corrigée, (« vitaminé » au lieu de « croupion »), d’autre part le cerveau a une tendance bien connue à auto-corriger les erreurs de lecture, ce qui expliquerait que vous ne l’ayez point perçue. Je pense l’avoir remarquée parce que « croupion » est un mot comme je les aime, concret, charnel, expressif, de sorte que mon cerveau a repéré son cohérence avec le reste de la phrase.

  20. Je suis d’accord pour dire que les Allemands ont pris Sarkozy au mot. Cet idiot du village mondial menace de sortir la France de la zone euro? Qu’à cela ne tienne! Face à cette agitation du sabre de bois français, l’Allemagne joue son va-tout, sachant que les pays de l’Europe de l’Est sont son réservoir de main-d’oeuvre ‘naturel’ (ainsi que le prouvent ses multiples sous-traitants industriels tchèques, slovaques, polonais, etc.).

    Le ‘coup’ allemand est géo-politiquement astucieux (tout en étant indispensable financièrement). On peut regretter la raideur germanique sur la question budgétaire, et le risque pris de voir imploser la zone euro, mais on ne pourra pas dire que nous n’étions pas prévenus de l’extrême-sensibilité allemande sur la question de la rigueur, qu’elle vient de pratiquer à grands frais depuis la réunification.

    Ce qui fait peur à beaucoup, semble-t-il, c’est le côté soudain, brutal, ‘bismarckien’ de l’initiative (rien n’avait été annoncé). Mais, la reconstitution d’un saint-empire, un glacis face à l’empire russe est une vue de l’esprit. L’Allemagne joue sa partition, tout simplement. Si les Français (et d’autres) ne la rejoignent pas immédiatement, on ne saura que trop où se situent les torts. A propos, qu’en pense la Turquie? Et à quel ensemble européen est-elle prête à se joindre? A une Allemagne-cum-Europe centrale ou à un euro croupion ‘piloté’ par la France (ah! ah! ah!)?

    Comme dirait François Leclerc, demain sera un autre jour…

    1. En gestion de crise monnétaire, comme pour une dévaluation, seul le secret jusqu’à l’annonce est signe de volonté Politique souveraine. Bravo à Mne Merkel, nous devrions en faire de même mais en mettant la barre + haute.

    2. Il faut quand meme par objectivitié donner le bref texte du communiqué de la BAFIN:
      BaFin prohibits uncovered short-selling transactions and uncovered CDS in government bonds of euro zone

      « The Federal Financial Supervisory Authority (BaFin) on Tuesday temporarily prohibited uncovered short sales of debt securities of euro zone countries admitted on a domestic exchange to trading on the regulated market. It also temporarily prohibited credit default swaps (CDS) in which the reference liability is at least also a liability of a euro zone country and is not used to hedge default risks (uncovered CDS).

      Moreover, BaFin prohibited uncovered short-selling transactions in the shares of the following companies from the financial sector:

      * AAREAL BANK AG
      * ALLIANZ SE
      * COMMERZBANK AG
      * DEUTSCHE BANK AG
      * DEUTSCHE BÖRSE AG
      * DEUTSCHE POSTBANK AG
      * GENERALI Deutschland HOLDING AG
      * HANNOVER RÜCKVERSICHERUNG AG
      * MLP AG
      * MÜNCHENER RÜCKVERSICHERUNGS-GESELLSCHAFT AG

      These prohibitions will apply from 19 May 2010, 00.00 hrs., to 31 March 2011, 24.00 hrs, and will be reviewed on an ongoing basis.

      BaFin justified this move by the extraordinary volatility of debt securities of countries from the euro zone. Moreover, the spreads of credit default swaps on credit default risks of several countries of the euro zone had widened considerably. In this context, massive short selling of the debt securities concerned and the conclusion of uncovered CDS on credit default risks of euro zone countries were resulting in further excessive price movements which could result in further serious disadvantages for the financial market and could jeopardise the stability of the financial system as a whole.

      In view of these circumstances, BaFin once again prohibited uncovered short-selling transactions in the shares of selected companies from the financial sector. »

      Au vu des problèmes internes de l’Allemagne et de la situation délicate de la coalition de la Chancellière qui dénonce depuis longtemps ce capitalisme de casino, je pense qu’elle et son ministre ont donné un bon signal au-delà de l’effet politique, il faudrait plutot songer à la ‘Realpoilitik » Mme Merkel quelque part a choisi de mettre le poids de l’Allemagne dans la balance, à un moment où il devient plus en plus improbable-il n’y a qu’à voir les difficultés de la réforme financière aux Etats-Unis, pour espérer que sorte du G20 des propositions de réforme globale. D’autre part il faut remarquer qu’elle avait pris soin de donner une série d’interviews à des quotidiens européens-mettant l’accent sur les dangers pour la zone euro. Schäuble et son équipe sont en train de préparer un plan en douze points pour la réunion de l’Ecofin de vendredi-après-demain sera un autre jour….

  21. Et si tout simplement Mme Merkel avait une vision politique et personnelle de l’avenir, si elle pensait que ne rien faire est gravissime.

    Par exemple contre Facebook, l’Allemagne est un des rares pays à offrir une alternative et lutte contre cette manière de mettre toutes les informations à la vue des autres.

    Face à la montée de la Chine et des pays émergents , face à la réunification de l’Allemagne, les allemands ont fait de gros efforts pour tenter de tout faire sans sombrer.

    Mme Merkel a vu la chute et vécu la disparition de l’Allemagne de l’Est, c’est une femme ne l’oublions pas, souvent une femme est moins souple qu’un homme car tout simplement elle accepte de faire des omelettes, n’oublions pas Margaret qui s’est battu contre les syndicats de mineurs…

    Lorsque l’on voit Sarko faire systématiquement marche arrière devant les syndicats ou le refus des nouvelles réformes, à noter qu’avant lui, Chirac ou Jospin en avait fait de même…

    Nous reprochons souvent aux politiques de ne pas prendre de décisions, alors quand l’un deux, une femme le fait, ne faisons pas la fine bouche…

    Nous savons que la France va mal, nous ne sommes quasi plus compétitif sur rien, la France est cependant un pays riche de son soleil, de sa neige, de ses terres, de ses mers, de sa culture de son histoire, c’est ce qui nous permet cette apparente solidité, mais dans la guerre mondiale décidée par les pays émergents, il ne faut plus tergiverser sauf à devenir demain des pays émergés…!!!

    Libre à Sarko de répondre, il est bien silencieux actuellement ce me semble, curieux n’est il pas pour celui qui doit justement prendre la tête du G20 début 2011…

    Je redirais ce que j’ai déjà indiqué, même si cela m’ennuie de devoir me sentir dominé par l’Allemagne, la seule qui en ait un peu dans le pantalon n’est pas notre petit caporal mais la dame de l’Est…

    Même si cela peut sembler déstabilisant, face à une Chine qui maintient son Yuan au niveau du dollar, en faire de même avec l’Euro est une très bonne idée…

    M. Jorion et Leclerc vous parlez bcp de finance et j’apprends bcp, vous abordez rarement la notion commerce et industrie, et là les Allemands sont au top et ils savent que laisser la Chine nous laminer est une hérésie.

    L’Allemagne est un pays vieillissant, elle ne peut s’encombrer de pays à redresser, pas assez d’hommes pour tout gérer alors elle pose la question, voulez vous faire quelque chose et elle indique ce qu’elle souhaiterait…

    Je voudrai faire un parallèle sur cette notion de pays vieillissant et de cadres, la Régie Renault en prenant en compte le sauvetage de Nissan a coupé ses forces de direction en deux, depuis cette époque le Renault d’avant n’est plus le Renault conquérant, bref dans le monde d’aujourd’hui, le cadre qui tient la route est important, comme pour le foot les hommes ou femmes de haut niveau ne sont pas légion, bref l’Allemagne ne veut pas s’encombrer de l’Europe car elle n’en a pas les moyens en hommes, elle pose ses conditions.

    Ce que Merkel veut c’est que cela bouge et que tout le monde fasse son travail, elle est femme et elle est capable effectivement de couper l’Europe en deux si Sarko ne se met pas au charbon…

    Bref elle bouge, face à elle les financiers et des hommes qui ne sont peut-être pas si forts que cela, nous allons bientôt savoir …

    1. Vous brossez un gentil portrait de Merkel, mais permettez-moi de vous dire que vous êtes complèment à côté de la plaque. Selon les sondages effectués en Allemagne, entre 80 et 90 pourcent des interrogés estiment qu’elle gère mal à très mal la crise actuelle. Elle ne sait pas où elle va, quelle orientation il faut prendre. Son discours est vage ou centré sur la conservation de l’euro et sur le fait qu’il va falloir faire des économies, beaucoup d’économies. C’est tout, alors les gens attendent autre chose d’un chef d’état.

  22. Excellente remarque de P. Jorion sur la zone d’influence de l’Allemagne à l’Est, j’ai pu le constater en Pologne, où l’on parle plus fréquemment l’allemand que l’anglais chez les 40-50 ans. Ils comprennent l’allemand. Et inutile d’évoquer la Russie, elle est assez loin.

    En revanche cette zone est toujours aussi pauvre ! La Bulgarie travaille encore avec des ânes et des outils agricoles rudimentaires, m’a t-ton dit hier. La Bulgarie est pire que la Roumanie, et d’ailleurs éloignée de la zone mark puisqu’elle est entièrement tournée vers la Russie, qui l’a libérée de l’empire ottoman.

    En fait la zone mark = pologne, tchekie, croatie etc. ex yougsolavie et encore; L’ukraine est déjà trop loin, ce pays étant coupé en 2 entre l’est et l’ouest.

    1. Ce n’est pas la Bulgarie ni la Roumanie qui intéressent les allemands, mais la Russie avec son énorme potentiel. Madame Merkel a même mis sur son bureau le portrait de l’impératrice russe Katarina la Grande.

    2. A germanicus : et Sarkozy, qu’a-t-il fait pour le bien des français ? Les sondages ne lui sont pas favorables, et à juste titre. Toujours plus d’inégalités, de précarité, d’incertitude générale dans un contexte de plus en plus débridé où des français bon teint ruinent leur propre pays, celui où ils habitent (!) en délocalisant à tour de bras, en spéculant etc.

  23. Le Monde

    Pour certains analystes, la mesure allemande pourrait être néfaste en entraînant une fuite des capitaux de la zone euro et un accroissement de l’aversion au risque. Certains comparent la décision de Berlin à un acte désespéré.

    « Assez curieusement, les eurocrates estiment que les barbares sont à leur porte, que la citadelle de l’UEM (Union économique et monétaire) est assiégée et que toutes les ressources sont nécessaires pour repousser les adversaires et les athées dont la cruauté n’a d’égale que leur ignorance », note Stephen Jen, du hedge fund BlueGold.

    La mesure allemande, ajoute-t-il, est d’autant plus difficile à comprendre que « les plus gros vendeurs d’emprunts européens sont les fonds de pension européens, pas les hedge funds américains ».

    1. Tartar.

      Comment te dire…

      Je n’ai pas lu l’article, mais… alors que la planète peut vivre des événements graves par un excés de libéralisme et d’individualisme, est-ce que le sujet des retraites vaut encore d’être cité..??

      J’aurais eu tendance à plus débattre sur des sujets qui construisent l’avenir dont l’éducation, la recherche et la justice (nous sommes la Saint Yves)

      Dans ce cas de population qui peut faire beaucoup, la retraite n’est plus un souci, car elle est le résultat des efforts de tous. Un juste résultat. Une conséquence.
      A condition de le vouloir vraiment, bien entendu.

    2. à Tartar, c’est quoi ce sondage ??? un sondage interne entre membres du club des épargnants ?

  24. Mais qu’attend la France pour faire de même? que les réactions positives à moyen terme se voient sur le budget de l’Allemagne??

  25. Surtout qu’en France et une fois les élections passés le compte n’y est toujours pas non plus, question pouvoir d’achat pour les ministres et les courtisanes d’abord du pouvoir.

    Il est vrai que tout le monde ne vote pas encore pour les extrêmes dans ce pays mais peut-être que nos dirigeants ne prennent pas bien en compte le point de vue des petits.

    Quel grand déséquilibre quand même entre le propre train de vie affiché de nos élites surtout en période de crise mondiale et le petit train de vie de misère de la plebe.

    Voilà ce que arrive lorsqu’on ne veut surtout pas faire payer les premiers responsables de la crise peut-être bien par pure esprit idéologique et partisan sans même que nos élites ne s’en bien rendent compte, faudrait peut-être faire la mise à jour quand même dans les têtes.

    Oui pourquoi vouloir s’en prendre d’abord au petit capital des gens déjà bien meurtris et éprouvés
    bien évidemment ça choque beaucoup moins nos élites bancaires lorsqu’on préfère continuellement s’en prendre au petit pécule de la populace pour payer les pots cassés. C’est surtout deux poids deux mesures encore aujourd’hui en France.

    Ce n’est pas non plus le ministre du travail de ce pays qui ira contredire le premier la pensée de son Maître Banquier à l’antenne, en allant souvent aussi derrière les micros de France info ou de je ne sais quelle autre radio, on se demande parfois s’ils ont bien élus pour ça faire de l’audimat.

    En France c’est surtout bien encore la politique de l’autruche et de lagarde et compagnie à la carte et risquent bien encore de passer à coté d’autre chose sans doute par pure raison démagogique, et électoralistes. Ca les incommanderait tellement en effet que la prochaine fois la plupart des Français ne votent pas du tout pour eux, j’ai surtout l’impression que nos dirigeants se montrent toujours pas mieux capables de travailler avec d’autres gens n’étant pas toujours du même bord de penser automatique, on est surtout bien encore dans l’entêtement d’une conduite gouvernementale, des propositions pour les français (banquiers) oui, mais pas trop dérangeantes quand même surtout s’ils elles ne viennent pas d’abord de nous les premiers.

    Mais ça ce n’est pas non plus la première fois que nos élites dirigeantes se montrent guère plus courageuses que d’autres, surtout avant l’âge de partir à la retraite et de quitter le pays comme
    à Varenne. J’espère au moins qu’ils seront mieux accueillis dans les paradis fiscaux.

  26. Je diagnostic de Paul me paraît absolument juste. L’Allemagne s’est braquée depuis le début de la crise grecque, a fait mine de suivre l’Europe « munichoise », en restant inflexible sur sa doxia puriaine ordolibérale, et en freinant des quatre fers.
    Mais la suite logique pour elle était une sortie par le haut, avec ceux qu’elle estime dignes de sa « pureté » et sa mittel europa comme base arrière, en abandonnant le club med à sa dette porcine…
    Et, au delà des difficultés structurelles, économiques, historico-culturelles et des problèmes conjoncturels de politique intérieure ou de situation financière et bancaire, la responsabilité de la France est accablante.
    La déliquescence du couple franco-allemand depuis 1995 n’est pas qu’une aimable conversation de salon, le résultat est sous nos yeux. Notre très surélevé souverain n’a fait que terminer le travail en beauté, rajoutant l’offense et le mépris au ressentiment grandissant.
    Le magnifique gâchis que l’on à fait d’EADS, ultime exemple de la coopération entre nos deux pays initiée par Adenauer et deGaulle, constitue pour moi le constat de naufrage du modèle rêvé un temps.
    La défiance était partout, voici l’heure de la séparation des corps, avant le divorce en bonne et due forme… L’ Allemagne a préparé son jeu, compté ses atouts et ses partenaires, elle vient d’abattre sa première carte, elle se défausse en protégeant ses banques. On bluffe encore un peu peut- être, mais c’est tellement plus facile quant on a du jeu et qu’on sait où l’on va…

  27. Et Medvedev doit se frotter les mains. Ce marasme lui donne le champs libre pour étendre la zone d influence de la Russie…

    1. Leurs chars sont d’ailleurs déjà en Pologne. Il est temps de serrer les fesses.
      Vous avez suivi le mouvement depuis la chute du mur de Berlin..??

      Si je vous demande si la Chine est communiste, vous me répondez quoi…??

    2. Quand on parle de la Russie, c est fou comme l on tombe sur de vieux clichés en ignorant les développements politiques et industriels de la dernière décennie…

      Évidemment, elle se fait très discrète de ce coté du monde, mais:

      – Reprise en main de l Ukraine http://fr.news.yahoo.com/3/20100517/twl-ukraine-russie-medvedev-visite-091cf94_1.html

      – développement de coopération dans l’économie, l’éducation, la culture et la mise en œuvre de projets d’investissement avec la Chine http://www.vladnews.ru/2010/04/13/28635.html

      -Idem avec la Corée du Sud http://www.vladnews.ru/2010/05/07/29515.html

      Sans parler de l oléoduc en construction pour alimenter l Europe sans passer par l Ukraine.

      La Russie va sans doutes prendre beaucoup plus de place (contrairement aux USA) économiquement et politiquement en Europe. Je suis étonné que personne n en parle…

  28. Pendant que l’Allemagne interdit les prises de position à découvert, la France interdit la burqa. La coïncidence des deux événements est assez savoureuse, et n’en fait que mieux saisir l’inanité du gouvernement français – seulement occupé, semble-t-il, à siphonner des voix d’extrême droite… Les marchés vont trembler !…

    1. La « beurre quoi » ça me tanne, je ne supporte plus, un vrai chewing-gum, depuis le temps que ça dure, zut et flute, STOP, accouches…..Et le comble pour finir en apothéose, en feu d’artifice : un référendum !
      Cela doit faire parti du rétro-planning de 2012.
      Je me doutais bien qu’un jour cette option de référendum servirait à un coup en douce, bien populiste.
      Après on pourra s’occuper des males comme les touaregs, sans oublier les Loubavitch signalés par le jeune député Pascal Canfin d’Europe Ecologie le 15/5 sur France Culture dans l’émission hebdo politique.
      Les bras m’en tombent !

  29. Ventes à découvert: la Commission européen soutient l’Allemagne

    MADRID – La Commission européenne soutient l’Allemagne dans sa démarche d’interdire certaines ventes à découvert sur les marchés, a annoncé mercredi le président de la Commission, José Manuel Durao Barroso, qui a invité les régulateurs européens à étudier une action concertée sur ce thème.

    (©AFP / 19 mai 2010 16h21)

    1. Il y avait, au début du 21ème siècle, les « bad banks ».
      C’était des banques centrales qui achetaient des papiers sans valeur du secteur bancaire privé.
      Mais cela ne suffit pas alors il fut créé des « dream banks »
      L’Europe fut le dernier continent à créer les « dream banks ».
      Quand toutes les autres banques centrales avaient déjà imprimé les « papiers qui ne valaient que ce qu’on imaginait »
      Mais le monde ne marcha pas mieux pour autant, car certains ne voulaient pas de ces papiers, mais des richesses bien réelles et concrètes.
      La somme de ces papiers représentant plus que la valeur de la planète, ils achetèrent la planète et la firent mourrir.

      Mémoire d’un historien de l’économie. septembre 2684. Tout droit de Copyleft.

    2. La gravité de la crise Jacques Attali a bien compris, sur les causes il est même pas rentrée le brouillard.

  30. Déclaration de Michael Offer, porte-parole du ministre allemand des finances

    « Cette mesure est une première étape, parmi les prochaines étapes il y a l’inscription de cette interdiction dans une loi »

    1. Pas de fanfaronnades hypocrites à la Sarkozy, directs au but. Les Allemands se placent résolument comme les leaders européens du futur. Gare à ceux qui resteront à la traîne…

    2. C’est une première. L’interdiction des positions nues a déjà été appliquée de façon temporaire depuis le début de la crise — après la chute de Lehman Brothers –, et y compris en Chine depuis lors, mais cette fois on est dans le plan stratégique, ce qui change la donne. De l’action purement réactive, on passe à l’action réfléchie et ainsi l’interdiction des paris sur les fluctuations de prix est un peu plus portée à l’attention d’un plus large publique, ce qui ne peut qu’amplifier le mouvement d’opinion en sa faveur.

      Comme beaucoup ici je suis réfractaire aux conceptions monétaristes de Mme Merkel, mais celle-ci à la différence de beaucoup de ses « partenaires » européens — suivez mon regard — a le mérite de la crédibilité, ce qui donne d’autant plus de poids à l’annonce d’une loi visant l’interdiction des positions nues, mesure qui se situe hors du cadre monétariste, il faut le souligner. Cette décision pourrait être la première pierre apportée à l’édifice d’un nouveau système. Si les choses devaient évoluer dans le bon sens, on pourra dire qu’il y eut un avant et un après.

      Les sociaux-démocrates auraient au Budenstag pesé de leur poids dans la décision.
      On aimerait voir notre Parti Socialiste (?) capable d’une telle initiative ou tout du moins
      capables de porter cette question de la spéculation sur le devant de la scène avec force et conviction.

  31. Pourquoi suivre la méthode serait la meilleur stratégie? On peut voir aussi dans ces actes une réponse de Merkel à la menace de Sarkozy, mais le problème n’est il pas plus dans l’attitude que dans le fond.

  32. Dans une interview à Reuters, Jean-Pierre Jouyet, le président de l’AMF, explique que les autorités françaises n’entendent pas prendre de mesures similaires à l’Allemagne, estimant qu’aucun problème sur la dette souveraine française ne justifie une telle décision dans l’Hexagone

    Je ne comprends pas cette réaction de la France pour l’Europe.

    1. Moi qui n’y connais rien,

      J’imagine que l’activité très lucrative des ventes à découvert permet d’arroser une quantité significative de personnes.

      En deux mots, certains politiques mangent dans la gamelle et nous avons actuellement l’occasion de voir « Qui… »

  33. hier soir, j’ai regardé sur ARTE l’émission sur les abeilles et les maladies ou épidémies qui arrivent maintenant.

    je ne peux m’empécher de faire encore et toujours de la symbolique:Les abeilles sont un maillon essentiel de la nature, de la fécondation des végétaux mais il ne faut pas s’étonner, avec ce qu’on leur fait subir, qu’elle meurent par colonies entières. On parlent ici de centaines de millions d’individus (abeilles). Et si on y réfléchit calmement, il y a là quelque chose de transcendent à être ainsi un « maillon » de la nature, à détenir dans un si petit corps tant d’informations dont on ignore largement encore les processus.

    Fin de partie.

    Je « shift » sur les info, l’économie, le social et je découvre un monde supposé intelligent qui devrait lui aussi fonctionner avec des maillons (les hommes) pertinents. Alors, comment se fait-il que ce monde marche sur la tête ? Cette intelligence qui nous fut instillée dans la pyramide des espèces est clairement trop pour le groupe humain. Les enjeux individuels, nous parvenons peu ou prou à les gérer, les enjeux collectifs nous en sommes loin. C’est comme si on avait monté un moteur de ferrari sur une 2 chevaux, le moteur est extraordinaire mais la carrosserie ne suite visiblement pas.

    Mia je m’égare…je m’égare, nous sommes dans l’économie

    Alors bravo aux allemands…si seulement les européens pouvaient parler d’une seule voix

    Amicalement

    Cincinatus

    le seul combat qui compte, c’est le combat pour l’éducation

    1. et aussi si les apiculteurs laissaient essaimer leurs abeilles, parce qu’elles meurent certes, mais si on les laissent essaimer, elles essaiment avec une vitalité extraordinaire pour essayer de survivre (pour ex sur 10 ruches, 7 ruches meurent, 20 essains )

    2. Votre remarque me fait penser à Claude Levi-Strauss vieux, disant que quelqu’un en lui voyait bien quel bouquin faire, et disait à l’autre quelqu’un en lui « fait le », mais cet autre n’en avait pas la force.

      Il y a un divorce très fondamental entre la « protention » (l’envie, le projet, le désir) tel que le langage, cet outils hélas si syntéhtique, permet de l’exprimer et sa réalisation. L’enfant qui remue les mains et dit « là je fais un chateau, la je t’ouvre la porte, la je fai neiger sur le donjon, etc… » est encore du côté biologiquement profitable de ce divorce, là où Levi-Strauss était de l’autre côté, frustré donc.

      Et nous sommes le plus souvent entre les deux ;

      c’est dans ce régime que les sociétés « stables » (« primitives ») avaient élaboré des systèmes de croyance ordonnançant la lecture du monde et des envies, liant les pulsions dans les élévations souhaitables de l’esprit, celles qui ont la petite utilité de se reproduire en culture et en nombre . Culture qui incluait l’adapation aux « chocs » (fluctuations du climat, volcan/tremblement de terre, épidémies…).
      Déjà, l’Egypte ancienne, qui asservissait institutionnellement l’esclave pour dette, avait rencontré un os dans le langage/la technique/ un nouveau jeu de concept abstrait : la monnaie. (et support de mémoire : hypomnémata) Et pétrie d’un reste de cette sagesse « stable », elle institua les rémissions de dettes (et les grosses rémissions : les jubilées).

      Quant au « tout fout le camp » — « on marche sur la tête, » je le vois dans ce cadre comme la désadaptation de rythme entre les « chocs » et nous. La « stratégie du choc » , à cette aune, n’en est pas une. C’est que les rythmes de chocs auxquels nous sommes soumis sont désadaptés de notre univers culturel le plus profond. L’instabilité des paradigmes que nous manipulons (claire en ces temps de discussion sur les retraites ou le Obamacare ou la burqa ou …les paris « nus ») est devenue gigantesque. Le système d’information bouclé est un espèce de monstre qui produit une hiérarchie fractale des information, dont elle se repait (sans « nouveauté », plus de désir, mais comment « varier les nouveautés  » ? dans u monde saturé de signes ?), et nous ne sentons ses gifles , en terme de désadaptation , que dans les chocs les plus grands.
      Ce que Bernard Stiegler appelle misère symbolique est l’état de « subsistance », où plus rien de ce qui nous élevait en liant nos pulsions ne marche, nous sommes alors rendus à l’état de machine répondant à des stimuli, sans rien qui nous élève l’esprit, sans savoir-vivre (fut-il « fruste », il en faut).

      Les marchés et les abeilles ont donc peut être ceci en commun, de participer en ce moment à des séparations importantes entre des gros systèmes (des « chocs internes »), pour retrouver de nouveaux équilibres après.. à quel niveau ? (bien qu’on ne doive pas avoir de métrique comparable entre l’avant et l’après… ce qui rend caduque la notion même de niveau)

    3. très beau parallèle que celui des abeilles, une belle explication de la société actuelle et de son déracinement de timiota, la sté du Zapping, du tjs plus, l’urgence du temps, comme si la vie nous brulait les mains ou plutôt comme si nous n’avions plus de but, comme si notre boussole interne avait des ratés comme celle des abeilles.

      Mais aussi et d’une certaine manière, un manque de décisions de notre société, le problème des abeilles est posé depuis pas loin d’une dizaine d’années, où en sommes nous, que faisons nous pour cet insecte si utile dans nos campagnes, comme une société engluée dans son passé, engluée dans l’accumulation des non décisions prises toutes ces années passées…

      En fait la crise actuelle est une succession de problème non résolus qui arrivent tous à échéance actuellement, la pollution, le pétrole, les retraites, les dettes, la désindustrialisation, pour le France cette croyance que nous sommes dans une sté du loisir…

      Sans doute cette accumulation de mauvaises nouvelles qui vont se succéder maintenant vont signer comme la fin d’une époque, trouverons nous des gourous avec une vision claire de l’avenir et des décisions à prendre immédiatement…

      Ce me semble même Obama qui a pu passer pour le Gourou suprême montre qu’il n’est pas bien meilleur que les autres…

      A trop regarder la finance on en oublie toutes les autres échéances qui se présentent et bouchent notre horizon d’un brouillard bien épais… ne serait ce pas le Fog de nos excès.

    4. Réponse à Timiota et Bourdon

      Il faut tenter d’expliciter ma prose comme quelque chose à la fois de plus terre à terre mais sans doute de très subtil (sans exagération):

      Là où les abeilles agissent visiblement comme groupe (sans doute comme les fourmis si je comprends bien et si je me souviens de mes lectures sommaires) aidées probablement en cela par des émissions de phéromones adaptées que l’on pourrait comparer à de la « pensée chimique » mais où l’individu serait doté d’une « liberté » restreinte, les hommes, supposément dotés d’une « intelligence », sensée être plus performante, plus générale et plus conceptuelle (que les abeilles et les fourmis) sont comme bloqués dans leur relations des uns avec les autres si j’en crois les résultats de nos civilisations après 30 à 40 siècles. La notion de groupe a bien du mal à émerger sauf, notons le, au sein de la famille, famille dont les membres sont comme par hasard dotés de gènes communs.

      Ainsi, cette « liberté » que nous chérissons tant serait, d’une certaine façon, à la source de tous nos maux.

      Cela me ramène à la pensée que je qualifierai de « quantique ».

      Abeilles et fourmis sont focalisées sur le groupe (sans doute par nature), elles ne vivent que par le groupe, l’homme est individualisé bien davantage par une sophistication physique plus profonde. En mécanique quantique, il apparaît que la matière est faite d’ondes, lesquelles ondes se « matérialisent » par leur simple observation. (J’espère que je ne dis pas trop de…conneries). De ce fait, la prédisposition des hommes à s’individualiser davantage que les abeilles ou les fourmis, prédisposition qui proviendrait sans doute de cette sophistication physique plus profonde fait perdre aux hommes la perception de l’ensemble au profit des parties. C’est en cela que les « possibles » de l’homme sont forcément limités car l’individuation de l’homme contrecarre sa notion du tout.

      Il y aurait donc, me semble-t-il des niveaux de matérialisation différents dans la nature, lesquels niveaux conditionneraient la capacité à la communication. Ce que nous appelons alors l’intelligence (humaine dans ce cas) agirait alors en fait comme une compensation mais une compensation incomplète.

      Vous voyez où peuvent nous mener les cogitations économiques. Et heureusement que je m’arrête là car j’ai conscience de parler de choses que je connais mal mais qui m’intéressent beaucoup.

      Amicalement

      Cincinatus

  34. « Si la France et les autres ne rejoignent pas rapidement l’Allemagne dans sa mise au pas de la finance spéculative, on risque de voir se constituer un ……………..  »

    En France occupé,

    La France d’en haut pense bien plus à défendre ses propres intérêts corporatistes de plus au détriment même d’un plus grand nombre de gens n’arrivant même plus à suivre le train fou des réformes et celui de la rigueur de plus toujours pour les mêmes nantis bien évidemment.

    En France occupé,

    La France d’en haut interdit surtout la burqa parce que nos dirigeants ne savent même plus quoi faire ni dire de mieux il faut bien alors qu’ils servent encore à quelque chose pour le pays.

    Ce n’est pas non plus parce que le gouvernement se penche le plus sur les retraites que le gouvernement en montre forcément le meilleur exemple de gestion et de conduite réfléchie en Europe bien au contraire, les gens voient clair on ne peut pas toujours les tromper quand même.

    Qui recherche d’abord à rassurer une agence de notation ne fait pas mieux le bien de son pays,

    Comme il est tellement plus facile de voir le socialisme qui est en l’autre que d’abord en soi,

    Bien mal acquis et avec plus de banquiers à vos cotés ne profite jamais bien longtemps,

    Quel grand déshonneur de plus que d’être Francais de nos jours,

  35. @Tous

    J’aimerais vous faire remarquer un effet pervers (un de plus) de la situation actuelle, si pervers même qu’il puisse tromper autant les aficionados du système que ses détracteurs:

    Pour un observateur un peu distrait, mal informé ou peu regardant, la différence de réaction entre un marché qui considère que les autorités publiques n’en font pas assez (cas des semaines passées) ou d’un marché qui considère qu’on ne fait pas ce qu’il faut (décision allemande d’interdiction des ventes à découvert) ne saute pas aux yeux, c’est le moins que l’on puisse dire, puisque dans les deux cas, le marché se contente de baisser, et avec le mauvais goût suprême de le faire dans des proportions similaires.

    Pourtant sur le fond, la différence est de taille: Dans un cas le marché se contente de trépigner d’impatience en serrant fort ses petits poings. Dans l’autre, il hurle à la mort pour s’être pris une gifle bien méritée. L’observateur distrait quant à lui se contente de voir dans les deux cas un sale moutard qui fait trop de bruit, ce qui est exact mais notoirement insuffisant.

  36. Bonsoir à tous
    Une lueur sur le pourquoi de la décision d’Angela Merkel:
    http://www.zerohedge.com/article/major-investment-bank-greece-going-down-germany-drafting-law-orderly-insolvencies.
    La dette grecque serait passée de 298 milliards d’euros en fin d’année dernière à plus de 300 milliards au premier trimestre. > l’allemagne aurait décidé de laisser « couler le navire » et se prépare à gérer des insolvabilités mais dans l’ordre en ne voulant surtout pas que quiconque fasse du blé sur ce naufrage d’où sa décision d’interdiction des ventes à découvert.
    Si c’est vrai: rideau pour l’europe. ( traduction résumée de l’article du lien)

    A vérifier!
    Cordialement.

    1. Évidemment qu’en deçà du signal sur le nouveau positionnement allemand quand à la recomposition européenne , le motif primaire de la bombe de Merkel était de rogner au maximum le pouvoir de nuisance de la spéculation contre ses banques et sa dette, étant donné le quasi décès du plan de sauvetage à 750Mds d’€.

      Les nouvelle conditions qu’elle veut imposer au versement de toute aide rendent le plan pratiquement inopérant pour la plupart des pays du Sud. Seuls les vertueux aux yeux des allemands y auront droit.

      Mais l’exposition des investisseurs allemands au risque de défaut des mauvais élèves est important et la petite santé du secteur financier ne lui permet pas d’encaisser de nouvelles pertes trop brutales, sachant que la monétisation des dettes souveraines par la BCE m’est pas la panacée et constitue surtout une monstruosité pour la doctrine comme pour le peuple allemand . Il faut donc se laisser du temps et s’abriter pour pouvoir jouer le grand jeu. C’est à dire le temps que les marchés comprennent que seuls l’Allemagne et ses alliés proches sont dignes de crédit dans la zone euro. La France est acculée, virtuellement hors jeu.

      Les réactions violentes issues de la nouvelle configuration,de l’incertitude et de l’effet de souffle induit doivent être amorties. La mesure d’hier doit y pourvoir en partie dans un premier temps. Le défi est osé. Les secousses sont inévitables, tout est à la baisse et l’euro avec. Mais après le séisme, seuls les bâtiments aux normes anti sismiques seront debout. Tout doit rentrer dans l’ordre. L’ordre allemand!

      Les marchés sont très volages et susceptibles, mais quand ça tangue trop, ils rentrent sagement au domicile conjugal. Avec des façons encore plus charmeuses, si les locataires indélicats en ont été congédiés.

  37. Paris ne suit pas Berlin sur les CDS : gros flottement dans le couple franco-allemand !
    Les egos nationaux sont toujours là !
    Les allemands voient une Kolossale menace sur l’Euro, les français eux disent que tout va bien!
    Qu’il n’y a pas lieu de prendre de telles mesures contre la spéculation. En fait ils sont vexés de
    ne pas avoir été consultés. L’Europe est une grande famille, n’est ce pas ? Comme dans les familles
    on peut se faire des coups vache. Mais peut-être que notre fougeux président, a quelque peu excédé
    Angela, lors de précédentes réunions. Dans ce cas les derniers développements ne sont que le coup de pied de l’âne à cet exhubérant partenaire.

  38. Allemagne partout, Europe nulle part.
    Lordon reste d ‘actualité:
    « http://blog.mondediplo.net/2010-03-29-Ce-n-est-pas-la-Grece-qu-il-faut-exclure-c-est-l »

    Paragraphe ‘Des idiosyncrasies inégales’;

    « la France s’est montrée incapable de seulement
    défendre ses propres éléments d’exception
    contre la déréglementation-privatisation européenne :  »
    [ comme c’est du Lordon, tout le texte importe]

    Ceux qui prônent une Europe construite généreusement
    par abandon des pouvoirs d’ Etat se trompent.
    Cet idéal est dirigé contre nos traditions, contre nos
    intérêts et contre un peuple encore rétif au capitalisme
    ordinaire.
    L’ enjeu c’est nos cadres de vie et notre équilibre social
    directement boulversés.

    Et c’ est pourquoi l ‘opinion allemande, les particularités
    allemandes, l’histoire allemande, l ‘économie allemande et
    l’ emploi que fait l’ Allemagne de sa puissance doivent nous interesser.

    La course au mal est bien entamée, privatisations généralisées
    avec des sanctions bizarres: EDF obligé de vendre à prix coutant
    son électricité nucléaire, mais il n’est jamais trop tard.

  39. En 2008, j’ai écris cela sur le forum Allemagne de Boursorama :
    nous y sommes, ce n’est que le début

    Posté par liervol ( auteur ) · boursomarquer · ignorer
    Angela M
    15/12/2008 à 13:52

    Au sujet D’Angela :

    Quand j’ai vu l’allemagne vouloir faire cavalier seule dans cette crise au nom de l’orthodoxie allemande qui pourtant est loin d’être ce qu’elle devrait quand on connait l’exposition des banques allemandes.

    Je me suis dit qu’une grande occasion pour que l’europe serve à quelque chose avait été manqué.

    L’allemange se joue l’individualisme et tente de mettre un nouveau plan de sauvetage sur pied, sauf que si Angela sait que le mur de Berlin est tombé on dirait qu’elle ignore toujours que celui de WS est aussi par terre aujourd’hui.
    On dirait qu’elle est incapable de faire preuve d’anticipation, venant de l’est c’est un peu normal vous me direz mais quand même.

    Alors j’ai envie de reprendre la Phrase de Churchill, en changeant les termes pour Angela

    « Vous aviez à choisir entre L’Europe et l’individualisme ; vous avez choisi l’individualisme et vous aurez la pire recession de toute l’europe. »

    car ne comptez pas sur le peuple allemand pour dépenser chère Angela, déjà quand il part en vacances, même en italie il ammène avec lui ses spaghettis Liddl pour ne pas dépenser alors là.

    Vous allez pouvoir vous garder, vos machines outils, vos belles autos, vos produits chimiques, Angela, et les déficits vous aussi vous allez les avoirs, vases communiquants Angela.

    1. Liervol.

      Je serais intéressé de savoir ce que vous pensez des maisons à 1000 USD aux US…???

      A moins que cette question vous gène un peu quelque part, bien sûr.
      Auquel cas, je vous prierais d’accepter mes plus plates excuses pour avoir mis un grain de sable dans la manipulation du libéralisme.

    2. Les allemands en vacances, n’importe quoi, et les belges, et les néérlandais ?
      J’ai passé plus d’une fois mes vacances en Italie et j’ai sympathisé avec un couple allemand extra, RAS, comme nous.
      Par contre d’autres sont assez, trop économes, et dînaient d’un repas pour 2. Les goûts et les couleurs….

    3. Cher Liervol,
      Que de rancœur pour nos Amis Allemands et leur Chancelière, auriez vous avalé un bretzel de travers?
      J’espère pour vous que c’est le seul point commun avec W.
      Mit Freundlichen Grussen.

  40. Quand on en arrive à une décision plutôt abrupte, loin de toute concertation avec ses partenaires, on peut imaginer que la panique est grande. Je dirai qu’il s’agit là d’une saine réaction face à un danger tangible que les autres semblent pourtant vouloir ignorer purement et simplement.

    En tout cas, bravo, Mme Merkel de montrer la voie !

  41. « Nous arrivons au pied du Mont Ventoux… la météo est médiocre aujourd’hui, est-ce que les organismes vont supporter les alternances de chaud et de froid… nous allons voir… le peloton est déjà très étiré mais les leaders sont tous devant…. je vois Socrates, Sarkozy, Merkel, Trichet, Barroso, Van Rompuy, Balkenende… Zapatero est là aussi… on le sait, la montée est décisive, ça va être la bagarre, il va falloir s’accrocher… certains peuvent tout perdre aujourd’hui… pour l’instant personne n’est encore décroché même si le coup de pédale semble moins bien pour certains…ah oui, on le voit la pente devient raide, très raide, c’est au moins du 6 à 8% de dénivelé même 12% à certains endroits… vous vous rendez compte le calvai…
    Attaque ! Attaque de Merkel !
    Alors qu’on sentait quelques tergiversations à l’avant, Merkel est sorti… on ne l’attendait pas si tôt, quelle surprise! elle a profité d’un ralentissement et s’est échappée …Oh là là elle creuse l’écart là… quel écart déjà… derrière on se regarde, personne ne semble vouloir y aller, Sarkozy discute avec Barroso, les autres ne semblent pas en mesure… à moins qu’ils ne cachent leur jeu… Alors, Alors… va-t-elle pouvoir maintenir son effort ? vont-ils pouvoir la rattraper ? Tout est en train de se jouer en ce moment… la grande bagarre a commencée… ce soir on verra ceux qui pourront encore prétendre au maillot jaune et les autres… On attendait ça depuis le début, on y est. Surtout ne quittez pas… A vous les studios !

    1. Attention, avis aux concurrents : il y a peu de temps il n’y avait pas de défibrilisateur au sommet du Ventoux et les secours, à défaut d’hélico, mettaient un certain temps à atteindre le sommet !!!
      Ainsi un de mes proches avait assisté, impuissant, à la fin prématurée d’un valeureux cycliste.

  42. Un article particulièrement remarquable paru dans le Monde du 18 mai, de la plume de Michel Aglietta et qui me semble parfaitement en phase avec Paul :
    http://abonnes.lemonde.fr/opinions/article/2010/05/17/la-longue-crise-de-l-europe-par-michel-aglietta_1352823_3232.html

    Conclusion de l’auteur, extraits :
    « Cela implique de sortir de la logique budgétaire comptable et de restructurer à la fois les recettes et les dépenses. Inutile d’insister sur la nécessité d’élargir la base fiscale et d’annuler tous les allégements dont le seul objectif a été clientéliste. Il faut aussi créer des incitations à la réorientation de l’investissement. L’outil principal est une taxe carbone ……..
    Enfin, l’expérience scandinave le montre clairement, il faut une priorité absolue pour l’investissement public en direction de l’éducation sur toute la vie et de la recherche………… ».

    Et aussi, un peu de GS dans un article synthétique paru dans la Croix du 18 mai : « Le cas Goldman Sachs »
    On joue à « Pile je gagne, face tu perds »
    « Ces jeux n’exigent pas une ingéniosité hors du commun, contrairement aux légendes » chouette , on a tous une chance.
    Lien non encore dispo, voir sous Google prochainement.

    De l’intervention de Barack Obama dans le déroulement de la crise de l’euro : « Quand l’euro est devenu un problème américain » paru dans le Monde du 16/17 mai.
    Un vrai polar qui décrit les journées chaudes du vendredi 7 mai au dimanche soir, dernier carat à 2h09 (lundi matin) « Alleluia, inch Allah » lance C Lagarde und d’kats macht junga
    Je n’ai pas trouvé l’article sur le site du Monde !

    Pour les fans d’Histoire, toujours dans le Monde, du 10 mai « Dette grecque L’Allemagne paiera tout compte fait »
    A conserver par les férus d’Histoire. Hélas, pas trouvé sur le site du Monde.

  43. La situation des « marches » peut être parfois avantageuse. Aux confins des pôles de domination, elles en constituent aussi parfois des zones de contact, d’échanges, de marchés. Ainsi au Moyen Âge, la Champagne puis la Bourgogne ont trouvé de forts avantages à être une zone de contact entre les mondes nord-atlantiques, centre-européens et méditerranéens.

  44. Tout est fait dans la presse de ce matin pour convaincre le lectorat que l’initiative allemande tourne à l’eau de boudin: désaccord des partenaires de la zone euro, etc., et notamment de la grande Lagarde.

    Interdiction des positions nues? Requiescat in pace. Dommage. Une occasion ratée de plus. Mais jusqu’à quand?

    1. Je crois que la stratégie de l’Allemagne est maintenant claire. Comme il n’y a plus de croissance en Europe, elle nous lance dans une DEVALUATION COMPETITIVE de l’euro contre le dollar et le yen !
      Pour y arriver, une seule méthode, dire au marché qu’il n’y a plus d’entente entre Européens et laisser la presse faire.
      Et ça marche !
      l’Euro tombe, tombe, tombe……
      le Dollar & le Yen monte, monte, monte……
      La FED et Obama vont devoir réagir sinon ça va mal finir pour eux, ils ne pourront pas s’en sortir avec un dollar & un yen fort.

    2. En Allemagne, Geithner doit rencontrer le ministre des Finances Wolfgang Schäuble ainsi que le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, deux acteurs majeurs de la crise, qui a démarré en Grèce, mais menace désormais l’existence même de l’euro. A Londres, le secrétaire au Trésor devrait aussi rencontrer le nouveau ministre des Finances George Osborne.

      Eh ben voilà ! Le petit père Geithner qui vient discuter rapido avec Trichet et Schäuble, peut-être bien de la dévaluation compétitive de l’euro ? ça doit plus le faire rigoler parce que ça doit compromettre sérieusement leur plan de reprise économique basé sur un dollar faible, me semble t-il ?

Les commentaires sont fermés.