Quimper, salle du Chapeau Rouge, le jeudi 27 mai à 20h00

« Comment en est-on arrivé là ? »

Vous étiez, paraît-il, 250. Vu du podium, vous constituiez en tout cas un auditoire impressionnant.

La conférence – ainsi que le débat – ont été filmés et seront postés sur Dailymotion, je vous tiendrai informés.

Merci aux commentateurs et lecteurs du blog, qui sont venus se présenter : cela me fait toujours très plaisir d’attacher un visage à un pseudo et de vous parler de vive voix. J’en profite pour ajouter que ceux d’entre vous dont la proposition d’un billet invité n’est pas retenue ne doivent pas se décourager : la raison le plus souvent est la saturation de l’information sur un sujet d’actualité.

L’enregistrement du Temps qu’il fait aura lieu dans l’après-midi.

Partager :

64 réflexions sur « Quimper, salle du Chapeau Rouge, le jeudi 27 mai à 20h00 »

  1. La liberté de l’esprit, au Chapeau-Rouge, 1 rue du Paradis à Quimper,
    avec M. Jorion qui posera la question sus-formulée ?

    Des abîmes de torturants dilemmes et diaboliques conjectures
    risquent de s’ouvrir dans les âmes et les esprits.

    … ?

    1. pas de torturants dilemnes….juste une question récurrente…
      comment on fait pour que ça s’arrete?

  2. A quand une « tournée » des Campus Européens d’Economie et autres lieux bien choisis?

  3. Argg.. Quimper fait un peu loin… Je surveillerai si vous repassez sur Rennes ou Nantes ou Vannes ou St Brieuc…

    Si quelqu’un filme votre intervention, je peux convertir la vidéo au format net.

  4. @ Domini CB
    C’est avec délectation et religieusement que j’ai écouté cette femme « à la voix douce parler de choses dures » selon son interlocuteur, c’était une redite car elle s’était déjà exprimée sur F Inter récemment. Chapeau bas Madame George. A mettre en encadré :
    on a enrichit les riches pendant 30 ans
    les marchés : des prédateurs aux vêtements bien coupés
    la, les crises : c’est celle de la classe de Davos, des banquiers et des industriels, une minorité, pas nous, origine 1980 : Tatcher et Reagan (décidemment on boucle toujours à cet endroit, vivement go to ailleurs).
    « être gouverné par la finance organisée est pire que par le crime organisé » F Roosevelt, (oh punaise !!!)
    il y a URGENCE d’agir avant l’explosion
    Et aussi :
    l’industrie financière est hypertrophiée, elle gouverne la société, l’économie et les contraintes de l’envirt, de la biosphère sont relégués à la fin
    bravo à Angela pour les CDS nus, dommage que ça ne suive pas
    pour la responsabilité des peuples voir mon bouquin « la pensée enchaînée » qui démontre comment la pensée unique nous est imposée comme une idéologie incontournable (il sont terribles ces rhétoriciens de tous poils)
    instituer une taxe sur les transactions financières, soit 600.000 Ma en jeu tous les ans
    comment : hyper simple, rédiger quelques lignes de code dans les programmes (je me porte volontaire pour un certain nombre de langages)
    y a t’ll des progrès en cours : « Les USA font ce qu’il faut quand tout le reste est épuisé » Churchill

    Ce qui m’a également séduit est son CV succinct : politologue qui braconne sur les terres d’autrui et qui tâche de vulgariser la réalité par l’écrit et aussi ses 2 montres au poignet, une femme profondément humaine je pense.

    1. Encore une fois, ma question reste: et les têtes couronnées européennes ? Ont-elles une part de responsabilité ? La monarchie est-elle compatible avec la démocratie ?

    2. Mais Jeanne, la très royale Grande Bretagne n’est elle pas considérée comme la Mère des Démocraties 😉

    3. @Domini CB & Didier
      Plutôt amoureux de Suzan que de Paul.
      D’autres « amours » : les 2 du flot (belles) femmes remarquables aussi et à ne pas confondre : Cécile Duflot et Esther Duflo, une amie de Thomas Piketty, jeune économiste brillant spécialiste des inégalités économiques.

      Trois hommes à ne pas confondre non plus : YAB, Jean Arthuis & Patrick Artus.
      Ce dernier vient de sortir avec Marie Paule Virard un bouquin d’actualité « Pourquoi il faut partager les revenus » (gloups).

      Je viens de découvrir un « mathématicien & politicien iconoclaste » qui pourrait surprendre aux élections en Colombie, ça changerait de Uribe, le propriétaire terrien. La bio est surprenante pour un politicien vert qui répond aux jeunes demandant « moins de corruption, plus d’éducation » et le considèrent comme « le seul homme politique honnête » en leurs promettant de faire respecter la loi et d’augmenter les impôts (re-gloups).
      « La PETITE foule dit sa fatigue de la violence, des magouilles politiciennes, sa confiance dans un pays plus juste, plus honnête, plus vert et moins machiste, bref meilleur ».
      http://abonnes.lemonde.fr/ameriques/article/2010/05/25/la-bonne-formule-du-professeur-mockus_1362746_3222.html
      Quand on connaît la carrière de Lula il y a plus que de l’espoir pour la jeunesse colombienne et la petite foule.
      On trouve des Hommes qui sortent du cadre et c’est heureux car ainsi on peut toujours espérer et comme l’espoir ….

    4. @Domini CB et Jeanne
      « Encore une fois, ma question reste: et les têtes couronnées européennes ? Ont-elles une part de responsabilité ? La monarchie est-elle compatible avec la démocratie ? »

      Il y a aussi « Les familles qui tiennent la France » comme le titre un article de l’Expansion de juin.
      « Elles contrôlent à elles seules plus de la moitié de la richesse du pays ».
      On rappelle une formule forte lancée par Edouard Daladier en 1934 « Deux cents familles sont maîtresse de l’économie française et, en fait, de la politique française ».
      On apprenait à cette occasion que « la Banque de France, que tout le monde prenait pour celle de la République appartenait en fait, depuis la réforme napoléonienne, à des actionnaires privés …… »
      http://www.lexpansion.com/economie/actualite-entreprise/que-sont-les-200-familles-devenues_233126.html

      75 ans plus tard le trait n’a pas prix une ride mais ouf, ces entreprises sont peu dépendantes de la finance et se tiennent éloignées des secteurs très spéculatifs, merci.
      L’article fait un zoom sur : les Bolloré, les Dassault, les Rotschild, les Louis-Dreyfus ainsi que sur « les 10 familles qui tiennent » : Marseille, Lyon, Lille. Il manque Paris, Bordeaux, Strasbourg……

      Nous, les petits tâcherons, sommes bien peu de choses en regard de ces dynasties, une consolation, dans nos familles ça ne frite pas lors des successions.

      http://www.lexpansion.com/economie/actualite-economique/les-familles-qui-tiennent-la-france_233110.html

    5. @ Jeanne
      Si l’on prend le concept de monarchie dans son sens étymologique, la concentration du pouvoir dans les mains d’un seul, alors oui, on peut dire que Monarchie et Démocratie sont incompatibles; ce sont deux catégories différentes d’exercice du pouvoir politique. Mais il s’agit de catégories pures; dans la pratique, on ne les rencontre ni l’une ni l’autre, et cette opposition relève surtout d’un débat théorique.
      Maintenant, si l’on se tourne vers la praxis des Etats Européens actuels, l’Etat présentant le plus une pratique monarchique du pouvoir n’est point la Grande-Bretagne, ni les Pays-Bas, l’Espagne etc, mais… la République Française! La constitution de 1958, et plus encore la réforme de 1963 instaurant l’élection au suffrage universel du président, puis enfin les dérives actuelles du pouvoir vers un régime présidentiel mais sans la contre-partie d’un pouvoir parlementaire autonome, font que la France, seule en Europe, se trouve dotée d’un monarque tout puissant. Une caractéristique parlante de cet état de fait est que les décisions importantes ne sont pas préparées dans les cabinets ministériels… mais par les conseillers de l’Elysée!

      Par contraste, le Royaume-Uni, berceau de la démocratie parlementaire moderne, présente bien plus les caractéristiques essentielles d’une République, à savoir la mise ‘au milieu’ [en meso] de la « chose publique » [RES PUBLICA], c’est-à-dire le partage du pouvoir entre les citoyens [démocratie directe] ou par le biais de leurs représentants élus. Le Prime Minister, détenteur du pouvoir exécutif, est soumis au contrôle des Commons, et est lui-même Member of Parliament. Alors qu’en France, un parlement croupion met en scène une farce de démocratie parlementaire.

      Personellement, je trouve les Pays-Bas de Beatrix 1ère bien plus démocratiques que la France de Rolex 1er.
      Plutôt une monarchie parlementaire qu’une république monarchique!

      Bon, de toute façon, se demander si les têtes couronnées sont compatibles ou non avec la démocratie, c’est se perdre dans des FUTILITES, puisque la réalité du pouvoir est ailleurs, et que celle-ci se trouve confisquée par le pouvoir economique d’une mince couche ploutocratique et son expression dans les milieux politiques et financiers.
      Laissons Elisabeth, Juan Carlos, Beatrix, Carl-Gustav et autres symboles de la nation annexe attractions touristiques sur leur trônes folkloriques, et occupons-nous de la mafia financière qui martyrise nos démocraties!

    6. Il ne faut pas confondre, ce me semble, les « grandes familles », devenues telles par leur pouvoir en tant que propriétaires fonciers ou acteurs industriels, avec des potiches qui ont un réel pouvoir politique (hélas) en sont à l’origine du fait que leur société fonctionne encore avec un système de classes (eh oui, passez du temps en Grande-Bretagne ou aux Pays-Bas et vous vous en apercevrez). Quoi de plus opaques que les finances des familles royales ? Je m’interroge beaucoup sur leur rôle dans les faveurs qu’on a accordé au secteur financier ces dernières années. Ca doit pas être drôle de travailler à la commission européenne de temps en temps (cf. Clearstream).

    7. @Amsterdamois
      Vous trouvez que vendre des champignons hallucinogènes et des amphétamines pour acheter des propriétés en Tanzanie (un petit scandale qui a touché le prince héritier aux Pays-Bas, NDLR) cela donne un exemple démocratique ? Comment espérer avoir un citoyen responsable, une société civile, une démocratie participative, dans ce decorum ? Vous avez bien regardé ce qu’Elisabeth d’Angeleterre portait sur la tête lors du discours de la semaine dernière ? Ca ne vous paraît pas comique ? Moi si.

    8. Qu’on ne se méprenne pas: on ne va pas s’opposer au folklore, mais négocions tout de suite: les têtes couronnées et les autres (le gouvernement) auront des salaires plafonnés, des retraites plafonnées et des bénéfices imposés. La jet-set est responsable de la « peopolisation » de la société et de ses conséquences désastreuses sur l’individualisme et le nivellement par le bas.

    9. @ Jeanne

      Personnellement, je ne pense pas que monarchie rime vraiment avec démocratie. Une impression assez désagréable, d’ailleurs, quand on vit dans ce petit royaume. Dans le « Volkskrant » de ce week-end, je lis que la famille royale rapporte entre les 4 et 5 milliard/an et coûterait 40 millions/an. Est-ce que les royautés coûtent cher aux contribuables? En ces temps d’économies à tout va, on serait en droit de se poser des questions. Un sujet également intéressant serait de savoir si monarchies européennes peut véritablement rimer avec une Europe Une et Unie. C’est à discuter.

    10. Qu’est-ce que la démocratie face à l’argent ?
      Une petite anecdote

      Hier, je visitais une petite fromagerie avec ma classe. A la fin de la visite, j’ échange quelques mots avec la responsable. Le sujet était le changement de statut des aoc « fromage au lait cru » qui avait été mis en place par l’Union européenne.
      L’Union européenne? me répond cette aimable dame, vous voulez certainement dire les groupes agro- alimentaires?
      Combien avaient-ils offerts à nos aimables commissaires pour changer la loi ?

  5. je sors de votre conférence à Quimper, très claire et très pédagogique. Merci.
    cependant, j’aurais voulu vous poser la question suivante :
    qu’entendez-vous par « effondrement du système » ou « système en train de s’effondrer » ?
    enfin, quelle serait la situation après l’effondrement prédit ?
    auriez-vous l’obligeance de m’éclairer ?
    (Excusez ma question de profane )
    cordialement
    Kenavo

    1. « qu’entendez-vous par « effondrement du système » » : très bonne question, je vous remercie de l’avoir posée ! Dans son « Temps qu’il fait » du 21 mai, Paul dit, à 3′50 : « je l’ai dit, moi je crois que le système capitaliste est condamné… » A mon avis, la fin du capitalisme ne peut pas se pré-voir parce qu’elle ne peut pas se pré-dire : l’annonce de sa fin ne peut être qu’un « angle mort » de la pensée. Emmanuel Todd a prédit avec succès la fin de l’empire soviétique dans son livre La Chute finale : peut-on en faire autant du capitalisme ? Je vois trois raisons principales pour répondre non :

      1) Le système soviétique avait été institué pour répondre à certaines fins. Il suffisait donc de comparer ces fins et les faits pour vérifier leur adéquation et en déduire un indice de pérennité. Impossible avec le capitalisme qui est sans finalité et qui n’a jamais été institué, seulement validé après coup, par jurisprudence.

      2) Dans les faits, le capitalisme peut s’effondrer totalement, plonger dans une pauvreté absolue des populations entières, il n’en restera pas moins le capitalisme, c’est-à-dire un principe, (le règne du profit), capable de bourgeonner sous d’autres cieux.

      3) Il est impossible d’énoncer a priori des critères pour se prononcer sur l’état du capitalisme en une région donnée du globe. Même s’il est un échec total selon certains critères, il peut être considéré comme une réussite avec une autre batterie de critères.

      On ne pourra envisager la fin du capitalisme que lorsqu’il se sera trouvé au moins un décideur politique d’importance pour l’envisager lui-même, et ainsi donner l’exemple à d’autres. Mais, pour qu’un décideur politique en arrive là, il aura fallu que l’absurdité du capitalisme se présente à lui comme une évidence. Pas évident…

  6. j’étais à kemper hier soir,
    j’allais chercher un peu d’espoir pour continuer à ‘resister’
    vs avez évoqué la démocratie mr Paul, mais de quelle démocratie parlez vous qd on est sous la dictature financière?
    de quelle démocratie s’agit-il qd on ‘fete’ la victoire du TCE en 2005 (le 29 mai) , et que le gouvernement s’assoit sur ‘notre ‘NON, et nos NOMS de le même façon?

    que va t-il rester comme ‘piste de solution’ qd un gouvernement mene une politique liberticide, intolérable…et qu’on laisse faire?

    ce soir ns proposons le film ‘walter…’ à la point du pays bigouden, un témoignage bouleversant, et une recherche d’espoir…encore
    salutations citoyennes et bigoudenes

    1. @ cfroger

      L’espoir, oui, j’ai tenté longtemps… et pourtant j’ai l’impression de l’avoir totalement perdu ces derniers temps. Où sont passées la Démocratie, la liberté, l’égalité, la fraternité..?

      C’est ici, sur ce blog, que j’avais trouvé le lien vers cet extraordinaire documentaire canadien: the Corporation (2h24).

      Son auteur l’a mis en ligne, à disposition du public. Il date de 2003, mais il est toujours d’actualité.

      Il démontre que les multinationales sont désormais plus puissantes que les Etats : elles sont mondialisées, elles peuvent avoir leur police privée, la réalité de leur fonctionnement reste opaque pour la puissance publique, qu’elles ont de toutes façons totalement infiltrée. Bref, elles sont la force dominante de notre sytème et sont pourtant totalement anti-démocratiques (d’ailleurs elles soutiennent régulièrement les dictatures, car c’est là qu’elles font les meilleures affaires).

      Et y’a t’il la moindre chance de s’en tirer puisque personne ne semble prendre la vraie mesure de la situation ? Même la contestation est complètement calibrée, elle ne dérange pas plus le Moloch qu’un moustique ne trouble un éléphant. Une soupape d’une merveilleuse efficacité sur la cocotte dans laquelle nous seront bientôt carbonisés, sur une planète devenue inhabitable.

  7. @ auditeurs présents à Quimper (ci-dessus):

    Vous avez peut-être remarqué aussi l’intelligence (il en faut beaucoup) de Paul Jorion ,lequel prône la mise en place d’une phase de transition aprés cet effondrement.
    Cela vaudra mieux que la violence de la rue..

    Ce que je ressens depuis quelques semaines,c’est un désarroi total des manoeuvriers aux commandes des « marchés » ! = Panique totale,confusion et décisions de l’ordre du n’importe quoi.
    Les Gens spoliés(nous tous donc ,ici et partout ailleurs) sommes également perplexes.
    A ma connaissance,et par rapport à des auteurs comme Krugman,Roubini,Attali et d’autres encore,Paul Jorion conserve la maîtrise d’une totale indépendance.
    Et,de surcroît,pas besoin de lui apprendre à faire du « care » (s’occuper des autres) :
    Il est fonciérement intégre *et altruiste plein d’empathie .
    L’avenir prochain nous le démontrera encore plus.
    Quelle chance pour ceux qui se nourrissent de ses théories et des idées de ce blog.

    1. « L’impérialisme signifie la domination du capital financier. A côté des consortiums et des trusts, et souvent au-dessus d’eux, les banques concentrent dans leurs mains le commandement réel de l’économie. Dans leur structure, les banques reflètent, sous une forme concentrée, toute la structure du capitalisme contemporain : elles combinent les tendances du monopole aux tendances de l’anarchie. Elles organisent des miracles de technique, des entreprises gigantesques, des trusts puissants; et elles organisent aussi la vie chère, les crises et le chômage. Impossible de faire un seul pas sérieux dans la lutte contre le despotisme des monopoles et l’anarchie capitaliste, qui se complètent l’un l’autre dans leur œuvre de destruction, si on laisse les leviers de commande des banques dans les mains des rapaces capitalistes. »

      Léon Trotsky,  » Programme de Transition.
      L’agonie du capitalisme et les tâches de la IVe Internationale » Rédigé par Léon Trotsky en vue de la conférence de fondation, en septembre 1938, de la Quatrième Internationale, et adopté par cette conférence. Paru dans le « Bulletin de l’Opposition numéro 66-67 » de mai-juin 1938

  8. Repassant hier soir mes chemises, je regardais un peu distrairement l’émission de la 2 sur l’église de scientologie, ses dogmes, ses adeptes et ses méthodes.

    De toutes ces interviews des « ex » adeptes il ressortait qu’une fois entré dans la nasse il devenait presque impossible d’en sortir, malgré ses tentatives, et que plus jeune on y entrait, plus difficile en était la sortie tant le conditionnement était « profond » et « globalisant ».

    Une sorte de miroir de notre enchaînement à un système économique dont certains voient clairement les échecs présents et à venir, mais que la majorité semble pourtant toujours prête à soutenir, moyennant quelques aménagements cosmétiques mineurs. Les poussifs cortèges d’hier me semblent en être la confirmation.

    Matrix n’est peut-être pas une métaphore.

    1. Oui, on est tous plus ou moins membres de la grande secte qu’on nomme société humaine universelle…
      Mais je crois surtout que nous sommes tous bien plus enclins à préférer les petites peines ou grandes souffrances de ce que La Boetie* appelait « la servitude volontaire », que les petites peurs ou grandes angoisses de l’émancipation.

      * »Discours de la servitude volontaire »:

      « La première raison de la servitude volontaire, c’est l’habitude. »
      « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. »
      « Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres. »
      « Pour que les hommes, tant qu’ils sont des hommes, se laissent assujettir, il faut de deux choses l’une : ou qu’ils y soient contraints, ou qu’ils soient trompés. »
      « quand je pense à ces gens qui flattent le tyran pour exploiter sa tyrannie et la servitude du peuple, je suis presque aussi souvent ébahi de leur méchanceté qu’apitoyé de leur sottise. »

    2. http://www.wsws.org/francais/News/2010/mai2010/bang-m24.shtml –> finalement l’idéologie binaire d’un trostkyste vaut bien celles de nos gouvernants, non?

      donc si je vous suis vigneron, une solution est de retirer notre argent des banques, tous en même temps, et ne rien acheter avec.

      je suis un génie de l’économie! incompris certes.

      non en fait ma compétence est plutôt la biologie moléculaire, mais là je crois être dans le vrai.

      des volontaires?

    3. Enlever l’argent des banques?! Comment? On n’a pas vraiment un accès direct sur notre compte en banque.

      Par contre, si tout le monde refuse de payer ses impôts….

    4. Méthode: votre proposition est amusante. Mais si vous êtes biologiste -donc sûrement dans le vrai-, vous avez du avoir une formation évolutionniste, et donc un aperçu en théorie des jeux. Et là, voilà, ça ne marche pas « tous en même temps », parce que la stratégie faucon est gagnante, et il y en aura toujours pour trouver que c’est le bon moment pour tirer les marrons du feu. Cela dit la biologie a ses réponses à long terme, et c’est toujours intéressant de s’y reporter, malheureusement pas très rassurantes pour notre espèce….

    5. @methode

      Ouais, je rêve de groupe d’activistes qui arriveraient à simuler des bankrun sporadiques qui instilleraient le doute dans la population avec une possibilité d’entrainement … Un peu à la façon du mouvement « Move your money » aux US, mais en plus radical!

      Plus sérieusement c’est plutôt ma banque qui a du pognon chez moi, voyez vous, et non moi chez elle! Je suis plus dans la position de l’État Grec, sauf que je peux juste me taper la tête contre les murs au lieu de taper sur ma piétaille pour payer la note…

      Quant au lien sur la Thaïlande, je sais pas si le bon vieux Léon y trouverait sa progéniture!

    6. @ anne-bis

      vous avez tout à fait raison ce n’était qu’un raisonnement par l’absurde, l’absurde c’est notre quotidien après tout.

      @ vigneron

      ce genre d’artefact économique, qui a du pognon chez qui, me laisse froid. le genre je suis retenu à mon corps défendant, de même. si vous êtes cautionnaire d’un système dont vous avez bénéficié et que vous semblez critiquer avec la boétie, il est normal de perdre de l’argent pour en sortir… anne-bis ne semble pas avoir tort, le mot d’ordre c’est ‘allez-y je vous suis’.

      la radicalité fait partie de ce monde et c’est bien parce qu’en france la pensée molle triomphe que plus rien évolue hors de la référence anglo-saxonne ou germanique: nous sommes des suivistes.

      alors c’est sûr, on peut railler les américains (et pourtant…), quand à léon je ne suis pas sûr que vous eussiez usé d’une condescendante familiarité face à lui.

      ps: sinon c’est bien vrai je n’ai jamais vécu à crédit pour ma part, je paie cash et depuis longtemps.

    7. merci méthode pour votre discours, je saurai dorénavant que, pour UN biologiste moléculaire:

      -son quotidien est absurde (il vous laisse froid, tiède, chaud l’absurde?)
      – il est bon de ne pas vivre à crédit (effectivement la mort à crédit de Céline me paraît plus pertinente…)
      -mais être endetté auprès de sa banque pour faire tourner sa boîte n’est qu’un artefact économique et vous réduit à l’état de caution effarouchée du capitalisme.
      -la pensée française aurait grandement besoin de Viagra.
      -le blasphème n’est jamais loin quant on parle de qui vous savez.
      -les américains du mouvement move your money ne sont pas soupçonnables d’être des petits bourgeois…

      M’en vais me plonger dans le « Discours de la Méthode »…

    8. @ méthode : Ne plus alimenter le système financier
      Puisque la loi nous oblige , depuis quelques décennies, à avoir un compte bancaire de dépôt ou d’épargne pour toucher un salaire, nous sommes maintenant quatre familles de voisins, sans épargne, sans crédit, sans carte de crédit, à cultiver un potager collectif et à retirer notre argent de la banque le jour même où est versé le salaire ou l’indemnité de chômage ou la pension de retraite, tant que de l’argent y sera versé . Le compte courant est toujours vide 28 jours par mois, et nous maintenons un compte épargne ouvert avec cinq euros dessus, pour que les frais de gestion de ce compte soient supérieurs aux avantages que la banque pourrait en tirer .

      En plus des légumes et des fruits du jardin collectif actuel, bientôt des volailles et des oeufs du futur poulailler collectif, nous n’achetons que le strict nécessaire , surtout de quoi nous équiper pour la survie, aux artisans sur les petits marchés locaux et nous n’entrons jamais dans les centres commerciaux ni les boutiques . Nous réparons nous-mêmes voitures et électroménager, quitte à recréer au tour et/ou à la fraiseuse la pièce abîmée, comme autrefois . Pas de gaspillage et pas d’alimentation du secteur financier parasite .
      Si tout le monde faisait comme nous, le système financier parasite ne serait plus alimenté et les 200 familles richissimes qui vivent du travail des autres devraient produire elles-mêmes leur nourriture pour ne pas mourir de faim .
      Une quatrième famille de voisins nous a rejoints, d’autres viendront sans doute, mais quoi qu’il en soit, nous n’avons plus d’angoisse . Le système s’effondrera peut-être, mais s’il ne s’effondre pas, il continuera sans nous, c’est tout ce qui m’importe : je ne le fais plus vivre .

    9. @ mianne

      chapeau bas! j’ai du respect pour ce que vous faites, je crois que de plus en plus de monde s’y colle. et franchement, ‘bidouiller’ entre amis, partager ses trouvailles, parfois le bonheur n’est pas bien plus loin.

      pour le compte en banque je fais pareil que vous sauf que je laisse tout sur un compte épargne sans carte à puce. mais maintenant je compte même retirer cet argent.

      @ vigneron

      je ne sais pas ce que vous produisez, mais vous produisez. et dans notre système ceux qui ne produisent rien sont avantagés et récompensés sur le dos des gens comme n/vous, c’est Absurde.

      j’ai possiblement mal saisi certains de vos propos (les affres de la communication numériques…), mais je suis comme les autres je cherche à savoir comment stopper la machine pour la remettre sur de bons rails, à savoir mieux Répartir. quelles attitudes adopter et prêcher? la boétie?

      à mon avis ça passe par ‘compter ses billes’, ‘les billes’ prévisionnelles de chacun pourraient alors se révéler bien plus chères qu’elles n’y paraissent de prime abord… cela en vaut il la chandelle? bref faire un bilan général… des ETATS GENERAUX ? nous avons pleins de grantéconomistes alors…

      il y a le bon capitalisme, constructif et famillial, et le mauvais, spéculatif. or le spéculatif se nourrit du premier. ça n’a peut-être rien à voir (j’y connais rien en éco) mais je pense que des prêts à 0 % garantis par l’état le cas échéant, n/vous arrangeraient tous et seraient justice. c’est ce genre de mesure qui est sociales selon moi (et j’en ai cure si ça parait idéaliste ou naïf voire idiot, je VEUX savoir ce qui est POSSIBLE et JUSTE sans pour autant passer pour réactionnaire).

      arrêtons de nourrir une classe de parasites non? et je ne parle pas des exclus hein… car après tout un exclu qui respecte la loi participe au climat de confiance qui rend le commerce possible et si juteux pour les grandes firmes!

      marre que certains se taillent des lois sur mesure, battons nous, ils sont chez nous, pas l’inverse.

      bien à vous.

    10. @méthode
      Heureux de constater que, même numérique, le dialogue permet de se comprendre…

      Pour ma production, mon pseudo est assez peu crypté!

      Essayons de ne pas nous arrêter aux blocages et contradictions de la position de chacun des « hommes de bonne volonté » sur ce blog. Seule la somme des mécontentements/questionnements/propositions de tous, y compris avec les « idiots utiles » comme disait l’autre, est à même de produire un changement.
      Cordialement

  9. Mr Jorion vous ne m’avez rien appris hier soir au chapeau rouge,forcement je suis votre blog quotidiennement depuis deux ans. Cependant je fus très heureux de vous voir réellement ainsi que de participer à cette assemblé (salle comble bravo).J’ai pu constater la présence d’une nette majorité de personnes du 3 ème age et ce fait a provoqué un débat, entre quelques amis, pendant les heures qui ont suivi et une question en est sortie : les jeunes écoutent-ils encore les anciens de jours?

    1. oui oui il y a des jeunes qui écoutent et réfléchissent aux messages de Mr Jorion, Mr Leclerc, Mr Roubini, Mr Wolf, Mr Abadie, Mr Lordon etc….

      La conclusion est la même chez tous (malgré des idées opposées) : la crise provient de la perte du pouvoir d’achat de la majorité de la population compensée par l’accés au crédit pour le maintenir.

      La solution est donc très simple, et elle arrivera puisque les déséquilibres se corrigent tout le temps …suffit d’attendre……tic, tac, tic , tac…..

      je vous laisse car pour l’instant je dois financer le 3ième age, par mon travail!!:-)

    2. En effet, nous n’étions pas beaucoup de jeunes…
      Mais nous étions 3 amis de 25 ans qui réfléchissions quand même en écoutant M. Paul JORION. Cependant, les jeunes n’y croient pas car nous n’avons pas le sentiment de pouvoir changer les choses. De plus, les jeunes sont plus préoccupés par leur retraite (?) que de trouver une stabilité économique. (cf. le débat jeunes UMP/ jeunes PS sur France info mardi soir).

    3. J’ai l’avantage de n’être ni vieux ni jeune. La critique est plus facile…

      Il me semble que nous pourrions voir en cela la puissance extraordinaire du formatage du petit écran et des médias en général…
      Et dont les parents n’ont pas su protéger leurs enfants.

      Monsieur Jorion pourrait nous répondre mieux que moi, sur cela.

    4. Pour ceux qui douteraient de la pollution possible de l’esprit par le petit écran, je vais vous citer UN détail :
      Pendant les pages de pubs, faites le test : tournez la tête de 90° par rapport à l’écran. Vous percevrez les flashs lumineux qui ont un but précis.
      Ce but est de vous faire écarquiller les pupilles afin que vous soyez plus attentifs.
      L’attention est le chemin obligé pour que l’esprit soit marqué.
      (un autre truc, regardez la pub sans le son, et je vous jure qu’en subissant moins les agressions, vous la trouverez « fadasse »… Car votre esprit sera moins submergé)

      Ceci n’étant QUE concernant la publicité. Pour les séries et autres films, je vous laisse imaginer tous les messages qui nous sont gentiment glissés en éveillant le moins possible l’attention.
      Tout en douceur, le maître mot.

    5. Je faisais parti des plus jeunes de la salle à Quimper, peut-être le plus jeune ? J’ai 24 ans et ce que je pense de l’avenir est qu’il ne faut pas faire les mêmes erreurs que dans le passé. Pour ce qui est du présent il va falloir assumer l’avidité des êtres humains. Pour répondre à Gilles, Oui les jeunes écoutent les anciens, mais seulement ceux qui comme Monsieur Jorion savent expliquer les choses compliquées … Il ne faut pas croire que les jeunes sont simplement abêtis par les médias, il faut comprendre qu’ils ne portent pas d’intérêt aux choses qui les dépassent, comme le monde économique, parce que personne ne leur donne vraiment les moyens de savoir … Les jeunes ne sont pas fous ou coupable d’insouciances, c’est le monde qui est fou et entraine dans sa frénésie du profit l’état de consommation de masse par le biais de crédit dont les jeunes sont les premières victimes. Le monde est coupable et les jeunes, je vous l’assure, sont prêts a lui faire payer cette culpabilité !

    6. @Cédbigoud

      Votre génération va devoir mener la plus grande révolution de l’Histoire de l’Humanité. Courage ; il y a quelques espoirs, même si les problèmes qui arrivent sont immenses et tout à fait nouveaux.
      Je suis déçu de ne pas vous avoir rencontré jeudi soir.

  10. Mr Jorion, serez-vous de passage un jour à l’université de Marne la Vallée ou dans le coin ? Ou vers Noisy-le-Grand ? Ou sinon dans l’agglomération parisienne quoi ?

    Merci =)

  11. Pas pu être à Quimper, trop loi, mais à quand la Bourgogne M. Jorion?
    Entendu aussi Susan George sur France inter… magnifique de cette douceur ferme particulièrement convaincante… très pédagogique, ça aide à tenir tout ça et à espérer.
    Sinon, par rapport aux truands internationaux de la finance, je propose la régulation et le contrôle obligatoire par le politique. le retour à la démocratie donc, qu’il faut imposer car qu’ont-ils fait de notre vote à 55% contre l’Europe du capital et des trusts?
    Vous avez raison, ils s’en moquent!
    La démocratie doit être à nouveau conquise… par tous contre ces quelques-uns qui nous brutalisent…
    Nous y avons tous intérêt. Reste à savoir comment cette organisation du combat se fait.
    Je crois que c’est par l’unité de tous, contre les petites échauffourées qui n’ont aucun sens par rapport à l’essentiel.
    A Susan George, Paul Jorion, Filoche, Mélenchon, NPA, trotskos, Copernic, tous les PC et PS de gauche et autres inorganisés perdus dans la nature!
    Soyons tous unis contre l’ordre barbare du capitalisme international!
    Sinon, nous disparaîtrons sans rien transmettre… or la jeunesse a besoin de cet exemple d’unité, de cet espoir pour retrouver le goût, le courage de combattre!

    1. J’étais à Dijon, il n’y a pas très longtemps (le 27 novembre dernier). Dijon : ce n’est pas très loin de la Bourgogne, si je ne m’abuse 😉

    1. Anthropologique c’est beaucoup dire… l’anthropologie arrive lorsque tout le reste a échoué, c’est l’opération de la dernière chance. A mon avis; Sinon il s’agit de sociologie, non ? L’anthropologie a un status étrange si l’on veut la différencier à la fois de la sociologie et de l’étologie, science du comportement animal…

      L’anthropologie serait une science des comportement humains non culturels, et non animaux. Au niveau des objets d’étude la distinction n’est que trop claire = sociétés « primitives », l’autre nous même, l’autre société; l’anthropologie de l’islam, des banlieues, de nous-même et pourtant à ce moment là on empiète sur la sociologie…

      L’anthropologue fait la sociologie des sociétés primitives ?

      Qu’est-ce un comportement anthropologique, non sociologique et non étologique, commandé par les automatismes de l’espèce ? de l’humain non social et pourtant non animal ? difficile à trouver !

      L’anthropologie ne serait-elle qu’un leg historique, une sociologie en fait appliquée au peuples primitifs ?

      Quant à Lordon, il a parlé de champs médiatiques et financiers, qui dit champs dit Bourdieu; Bourdieu a organisé la société en différents champs, pourrait-on dire, organisés par gradients. A l’intérieur de chaque champs les individus sont en compétions; Chaque champs est un mini-univers capitaliste en fait dans lequel il s’agit d’occuper des positions élevées; Malheureusement le champs médiatique fausse, ou contamine le champs scientifique par exemple…

      Mr Pelletier (Nanterre X) disait déjà que cela rendait difficilement compréhensible l’amitié, qui n’est pas une valeur de compétition ! qui est altruiste. Tout ne peut pas se ranger dans de tels champs.

      Voilà ce qui va arriver bientôt, une autre sorte de sociologie. Les mobilisations multisectorielles, de Dobry;

    1. Merci pour le lien Dissy.

      Tant que nous y sommes, n’y-a-t’il pas contradiction dans leur raisonnement…??
      In fact, ils commencent par nous poser la question du bien fondé des défauts de paiements.
      Ils enchainent avec la première résolution qui est de remettre l’ensemble de l’argent virtuel en fonctionnement de mark-to-market, soit, sous la domination des « marchés ».
      (déjà, là, ça coince un peu, car un défaut de paiement ne va pas dans le sens de la prise en otage par les « marchés »…)

      Et, ma cerise sur la gateau (j’adore la fille de la pub de la banque que vous connaissez 😉 ) …
      Les « victimes » de ce très honorable Madoff (pas si mad que ça) VONT SE FAIRE REMBOURSER !!!!!!!!!!!!

      Car ils ne faut SURTOUT PAS QUE LES PIGEONS PERDENT ENCORE PLUS CONFIANCE DANS LE SYSTEME !!!!!

    1. Impressionnant.
      Le gars vous démonte le système financier, montre les avantages et inconvénients de la démocratie, révèle les excés de minorités, vous démonte la propagande, et… vous met tout sur la table…
      Simple : maintenant que je vous ai tout expliqué, ben, mes gens, si vous acceptez encore que les externalités de destruction que la minorité dominante vous cache car elle est, par son individualisme, incappable de prendre en compte, voire même de simplement l’évoquer…

      Nous sommes dominés par des fous.

    2. Vous parlez de Chomsky monsieur « Will »?
      Certes les fous mettent tout sur la table et l’ordonnance n’est peut-être pas celle de madame de Rothchild.
      Une signification à la « faim du capitalisme Américain »?
      Contentons nous des miettes…. Et si possible entre gens de bonne compagnie.
      Chomsky n’en fait-il pas partie?

  12. Rien appris ? au moins sympathisé , et nous étions nombreux , ce qui est mieux .
    Une découverte pour beaucoup , un peu déconcertante pour certains , à entendre une réflexion de mi-temps .
    de telles rencontres ne peuvent que nourrir la lecture du blog , comme un concert illumine l’écoute d’un enregistrement .
    Merci d’être venu et d’avoir surmonté votre impression d’un  » auditoire impressionnant  » .

  13. Une question à laquelle vous n’avez pas répondu !…Elle était sur le bureau, sur l’estrade. On ne vous l’a pas présentée !….
    C’était celle-ci :
    « Comment concevez -vous un comité de régulation de la finance indépendant ? qui ne soit pas constitué de partisans du système « .
    Pourquoi cette question ?
    En France, nombreux ont-été les comités mis en place pour trouver deqs solution aux problèmes.
    – Presse, écologie, énergie,..etc candidats de droite et de gauche y ont couru ! même le gouvernement à été monté ainsi !… Des rapports présentés, les « libéraux » ont choisi les propositions convenant à leurs vues !…Ceux qui y ont participé étaient contents d’être consultés, de voir leurs propositions figurer dans ces rapports.
    J’ai particulièrement suivi le Comité de Régulation de l’Énergie(CRE) dont tous les membres ont défendu, adapté les propositions , réglé les difficultés suivant une seule ligne: l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence – Tous les membres de la CRE étaient choisis en fonction de leur acceptation de l’objectif: faire que fonctionne cette concurrence et que les entreprises nationales Gaz – Électricité distribuent leur pouvoir !…

    1. L’idée est bonne en principe mais qui va-t-on nommer dans un tel comité ? Des économistes et des financiers, des gens qui ont fait la preuve qu’ils n’y comprennent rien, mais qu’on nommera quand même en disant : « Il faut quand même bien que ce soient des experts ! ». C’est le problème avec les changements de paradigme : l’avant et l’après. Tant qu’on est avant, rien ne peut changer.

  14. Je reçois cinq sur cinq vos messages, « le conte narré par un idiot plein de fureur… », le changement de paradigme, Quelle est la solution concrète?

    J’évoque des pistes personnelles :

    – choisir les « Experts » en fonction de leur « pertinence démontrée » dans le passé sur le devenir…via des cabinets de Chasseurs de Têtes ?

    – choisir les Leaders Charismatiques aptes à gérer la crise mondiale actuelle…sur leurs compétences avérées, non plus sur leur pouvoir de fascination, ni leur démagogie électoraliste, mais sur leurs aptitudes réelles « à gérer dans l’intérêt commun » etc…

    OU?

  15. Ouest-France , pages quimper , mercredi 2 juin  » l’économie dérape depuis la chute du mur  »
    Auteur de l’argent , mode d’emploi, Paul Jorion était voici peu l’invité de la liberté de l’esprit . rencontre .
    Mais je n’ai pas de scanner.

Les commentaires sont fermés.