Le cobaye payeur, par Corinne Lepage

Billet invité.

La question du rapport du politique avec la finance est vraiment la question centrale. Si les gouvernements se révèlent incapables d’imposer les transformations nécessaires, qu’il s’agisse de régulation, de création d’une taxe mondiale sur les banques ou de priorité donnée à l’économie, deux possibilités existent : soit ils ne veulent pas et cela pose la question des liens peut-être incestueux entre les gouvernements et la finance, soit ils ne peuvent pas et il conviendrait alors que cette situation illégitime et inacceptable soit mise sur la place publique pour que les citoyens s’en saisissent.

La situation française, pour ce qui est de la législation nationale et des choix présidentiels, relève à l’évidence de la première catégorie. Déjà, le plan de sauvetage des banques a été négocié dans de très mauvaises conditions, puisque par rapport aux choix faits par exemple par l’administration américaine, nous avons perdu près de 6 Mds.

Mais le projet de loi « régulation bancaire et financière » est un projet scélérat dans la mesure où, en totale contradiction avec les déclarations présidentielles sur la « moralisation » du capitalisme financier et la nécessité de tirer les conséquences des catastrophes liées à la titrisation à tout crin et au hors bilan, il plonge la France dans la capacité de faire ce qui a causé l’explosion de la crise financière : les subprimes. Le texte, en effet, crée des sociétés de financement de l’habitat pour permettre de titriser les créances immobilières que les banques sont aujourd’hui obligées d’inscrire dans leur bilan, ce qui jusqu’à présent nous a protégé d’une crise à l’américaine. « Ce n’est pas une petite réforme. Il s’agit de relancer la titrisation en France, laquelle patine. Mais pas seulement. Là, on va beaucoup plus loin », confirmerait l’avocat d’un des plus grands cabinets spécialisés dans la finance et qui, pour cette raison, préfère l’anonymat. Il s’agit non seulement de transformer des créances en titres financiers, mais encore de permettre aux banques d’externaliser ces titres, c’est-à-dire de se débarrasser du risque sur les acheteurs de ces produits, c’est-à-dire les épargnants. Autrement dit, il s‘agit de créer une possibilité de crise des subprimes en France, réservant aux banques la possibilité de prêter sans supporter le moindre risque de défaut, puisque plus rien n’apparaîtra dans le bilan. Christian Upper, économiste à la BRI précise : « Dans les nouveaux produits titrisés, si il y a un problème, les investisseurs ne pourront pas se tourner vers les banques émettrices pour récupérer leur capital, comme ils le pouvaient dans les produits existants. Ils devront se contenter de récupérer ce qui est récupérable sur les prêts des ménages ».

Cerise sur le gâteau : la BCE pourra recevoir en garantie ces titres, mais le projet de loi prévoit que les Sicav et autres fonds de placement recevront ces produits pouvant même aller jusqu’à 25%, soit le quart de leur actif auprès du même émetteur.

Certes, ce faisant, le Président est fidèle à ses engagements de candidat qui faisait la promotion des subprimes, et rêvait d’une société française dans laquelle nos concitoyens seraient endettés à hauteur de 100%, et non 60. Mais, la crise étant passée par là, on aurait pu penser que ces élucubrations étaient envolées.

Il n’en n’est rien. Cela signifie que le système financier en France est assez puissant pour imposer une réforme sur laquelle les Etats-Unis sont précisément en train de revenir. Quels visiteurs du soir, quels personnages sont ils assez puissants pour obtenir une réforme de cette ampleur qui va tellement à contre courant ? Et que dire du silence abyssal qui entoure cette affaire, la presse financière et la presse générale restant muettes ?

Plus que jamais, c’est dans la société civile et ses relais que se débattent les vrais sujets politiques. Alors, il est vrai que ces derniers ont quelque raison de demander des comptes au personnel politique pour les choix de plus en plus hasardeux qui sont faits. La question du fonctionnement ou plutôt du dysfonctionnement démocratique de nos sociétés est patent. Il est plus que temps que nous retrouvions un mode de fonctionnement adapté, faute de quoi, le principe cobaye payeur, déjà très en vogue dans le domaine de la santé et de l’environnement, deviendra le principe majeur de la société contemporaine.

Partager :

224 réflexions sur « Le cobaye payeur, par Corinne Lepage »

  1. Aux armes citoyennes et citoyens ! Voici le courriel adressé aux parlementaires :
    Daniel Garrigue, Francois Asensi, François Bayrou, François Goulard, Guy Geoffroy, Hervé Gaymard, Jacques Le Guen, Jacques Myard, Jean Lassalle, Jean Ueberschlag, Jean-Pierre Grand, Marc Bernier, Michel Raison, Nicolas Dupont-Aignan, Patrick Labaune

    Monsieur le Député,

    Je tenais à attirer votre attention sur le projet de loi sur la régulation bancaire et financière adopté par la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale. A cet effet, je vous joins un texte que j’ai rédigé et mis en ligne sur un certain nombre de sites. Je suis convaincu du caractère éminemment pervers des dispositions incluses dans ce projet, surtout ajoutées à celle mise en place en 2004 par Nicolas Sarkozy, alors ministre d’Etat, de l’Economie, des Finances et de l’Industrie : la recharge hypothécaire.

    Je compte sur vous et tous les collègues que vous voudrez bien convaincre de la dangerosité de ce système qui n’est ni plus ni moins qu’un alignement sur les « recettes miracles » du néolibéralisme sauvage ! Les pratiques anglo-saxonnes correspondent peut-être à l’esprit d’entreprise qui prévaut chez eux mais ce ne sont pas nos valeurs fondatrices de notre modèle d’organisation, de notre passé, de l’indépendance de notre souveraineté et du souci constant que l’homme doit être au coeur des préoccupations de l’action politique.

    Très cordialement !

    A ce courrier, j’ai joint l’article « Quelle moralisation du capitalisme ? » publié sur http://www.villepincom.net sous mon pseudo Espoir

    1. DdV de droite ? Pas sur et incomplet !!! Attendons de lire son discours du 19 Juin pour la création de son nouveau parti.
      Se revendiquant du gaullisme, il se situerait au dessus des partis.

      Or….devant la situation alarmante que nous déplorons tous, comme nous déplorons le manque de réaction des français, est-il encore licite de poursuivre nos petits débats droite-gauche-centre mou et gnagnagna et gnagnagna…???

      Le clivage est pour ou contre le système néolib’, Milton Friedman, le pouvoir aux financiers, l’affaiblissement républicain et démocrate, la société sécuritaire et inégalitaire, etc… !

  2. Ping : suite | Sisyphe
  3. Mme Lepage, Paul Jorion, et à tous,
    Voici le texte du courrier que j’envoie à mon député (dont je tairais – bien sûr – le nom et la circonscription) à ce sujet. C’est l’action de base qu’il faut adopter dans nos démocraties. Si vous voulez faire de même, n’hésitez pas à recopier, c’est libre de droits !
    « Monsieur le Député,
    le Parlement s’apprête à adopter une loi autorisant la titrisation des crédits immobiliers accordés aux particuliers pour en faire des « véhicules » spéculatifs négociables sur les marchés financiers, mettant ainsi fin à l’obligation faite aux banques de respecter un ratio de fonds propres à garantir ces crédits. Cette loi, qui semble être la suite logique du décret de 2005 créant les crédits hypothécaires rechargeables, conduirait donc – parfaitement – à la mise en place du modèle qui a conduit à l’explosion de la bulle immobilière qu’il avait généré aux Etats-Unis, autrement appelé système des subprime, avec les conséquences que l’on sait.
    Je vous pose donc la question suivante : a-t-on oublié, dans le feu de l’actualité, de retirer ce projet de loi au vu de l’expérience et de l’actualité tragiques de l’immobilier états-uniens ? Ou alors cherche-t-on à doper artificiellement un marché à des fins purement financières et spéculatives, au risque d’entraîner une hausse du taux d’endettement des ménages, dont le faible niveau en France est un des rares atouts pour espérer encaisser les conséquences, encore à venir, de la crise financière ?
    En effet, à l’heure où les peuples attendent des Etats qu’ils restaurent leur fonction régulatrice, qu’ils reprennent le contrôle des échanges financiers et qu’ils assument leur rôle de protection des populations, adopter une telle disposition législative sans avoir par ailleurs interdit ou au moins limité la possibilité de spéculer sur tout et n’importe quoi ne semble pas aller dans le bon sens, et a toutes les chances de ne pas être compris par vos concitoyens, et électeurs.
    Je vous demande donc, Monsieur le Député, avant de voter définitivement cette loi, de bien vouloir considérer les intérêts supérieurs du Peuple, de la Nation, et de vous assurer qu’ils sont bien défendus face à ceux d’un système particulier.
    En espérant avoir été entendu, je vous prie de recevoir, Monsieur le Député, l’assurance de ma considération républicaine ».
    Bonne lecture, et cordialement.

    1. J’interviens à nouveau : je n’avais pas pris le temps de lire le post de SONTAG…On ne m’en voudra pas j’espère !

    2. Merci, c’est fait. Notre député-maire recevra la lettre demain matin.
      Il répondra comme à l’accoutumée qu’il est d’accord … et votera avec la majorité pour préserver avant tout ses propres intérêts.
      Il faudrait prévoir un autre mode d’action, c’est urgent… S’appuyer sur toutes les organisations existantes, et, sur la base d’un document, les fédérer, comme lors du contre-sommet de l’OTAN à Strasbourg.
      Et si les sympathisants de ce blog se rencontraient à Paris à la fin de l’été pour en discuter ?
      Et si ceux qui invoquent Mélenchon lui en parlaient ? Son organisation a de l’expérience.

    3. Tiens, je profite de la proposition d’ Alain V pour raconter ceci :

      il y a qlq temps, un intervenant sur ce blog avait fait une proposition de rencontre.

      Plusieurs personnes de ce blog (dont je faisais partie) se sont retrouvées à Paris un jour de mars…
      Une soirée géniale. On a pas trouvé de ‘solution’ mais on a beaucoup parlé et ri…
      Désormais, on sait qu’on est là les uns pour les autres (ca ne veut as dire qu’on se contacte tous les deux jours!).

      Le blog a visage humain. Merveilleux, non?

      Parmi les nous ** deux personnes habitaient dans la MEME rue des immeubles mitoyents ** .
      Sans le blog, ils ne se seraient sans doute jamais rencontrés…

      Voilà! Je les salue au passage 🙂

  4. Permettez-moi, une nouvelle fois, d’occuper quelques lignes dans ce fil de commentaires, pour dire que nous n’avons pas le droit de nous dire surpris par ces informations, et qu’incriminer systématiquement le silence des media ne sert à rien, puisque les dites informations sont disponibles, librement, là :
    http://www.assemblee-nationale.fr

  5. Une hypothèse ? Depuis sa « veste » électorale aux Régionales, NS n’est pas sur d’être ré-élu. Il semble y avoir depuis une nette accélération de mesures néo-lib’ plus ou moins cachées.

    Volonté d’aller au bout de l’ouvrage, de la mission qui lui était donnée afin d’assurer l’ irréversibilité pour son successeur ???? Démantèlement du modèle français et européen, adhésion au « business as usual…

    1. 10/10.
      C’est tout simplement cela! La scrupuleuse et hâtée mise en application d’un cahier des charges non révisable dans un agenda consciencieusement respecté!

      Mais les modèles, ça se reconstruit à volonté, ne vous en faites pas, et en plus résistant, revivifié par l’offense et l’humiliation du peuple.
      Le plus beau n’est pas d’apprendre de généreux principes, mais de les réapprendre. De risquer les perdre pour les redécouvrir, et de les perdre pour les reconquérir.
      Du capital, croyant fleurir le monument, Sarkozy tresse en fait sa couronne mortuaire et celle de sa clique.

      Là j’en fais un peu trop, pt’et…

    2. Ce qu’il a osé faire en 5 ans peut se faire corriger aussi en 5 ans.
      Mais si possible pas seul.
      Car nous sommes dans une mondialisation qui va se réduire, mais qui devra quand-même survivre un peu.

      Le problème principal du monde ne semble d’ailleurs pas être l’argent en soit. Mais le changement de pouvoir de cet argent.
      Nous devrions bientôt voir des boulversements de pouvoir qui pourront entrainer des guerres locales mais il ne faudra pas se laisser distraire.
      Nous avons un capital non financier qui peut nous sauver.

    3. Voilà maintenant que les présidents élus mettent un point d’honneur à faire voter les lois prévues dans leur programme électoral.
      Surtout quand elles sont idiotes.
      Honnêteté stupide ou renvoi d’ascenceur obligatoire à des amis qui ont financé la campagne?

  6. Une news : les bateaux battant pavillon Européen seront privés de saison de pêche (qui dure juste un mois de l’année)

    Comme dit ma femme : « je veux bien être un thon, mais un thon rouge : c’est rare et précieux »
    Elle me scotche, parfois…

    1. « de saison de pêche de thon rouge.. » J’avais oublié…
      Si vous pouviez me corriger… Merci Monsieur le modo 😉

    2. Argg.. je vais devoir écrire sans filet…
      Vivement que je devienne grand patron… ou politicien 😉

    3. Piotr. Tu es terrrrible 😉
      Surtout dans tous les sens du terme. Et heureusement qu’il y a quelques Soviétiques sur le blog pour faire une critique à la fois mordante et humoristique.

      Et dire que j’essayais de faire une liaison maladroite entre filet et parachutes dorés…

      Mais ma femme, je l’adore aussi pour ça : elle me connait suffisamment pour me désarçonner complètement…
      Horse fougueuse… Mais il ne faut pas que vous lui révéliez le surnom qui ne doit être connu qu’entre nous 😉

  7. La Grèce dément les «rumeurs» sur l’abandon de l’euro

    Le ministre grec des Finances Georges Papaconstantinou a catégoriquement démenti mercredi «les rumeurs» concernant l’éventualité d’une faillite de la Grèce ou de sa sortie de la zone euro. Plusieurs médias grecs ont évoqué ces derniers jours, l’éventualité d’un défaut de paiement de la Grèce ou sa sortie de l’euro, malgré les mesures de rigueur adoptées en mai par le gouvernement et dictées par le Fonds monétaire international (FMI) et l’Union européenne (UE) en contrepartie de prêts. Selon un sondage publié mardi, 41% des investisseurs et analystes financiers interrogés estiment que la Grèce va être contrainte d’abandonner l’euro et 73% estiment qu’une faillite du pays est probable. Interrogé sur ce sondage, M.Papaconstantinou a répondu qu’”il n’était pas question de faillite ou de restructuration (de la dette)” de la Grèce.

    Et soudain la Grèce annonce de petits ‘miracles’: qui va encore y croire ?

    Grèce: amélioration budgétaire sur les cinq premiers mois de l’année

    Le déficit budgétaire a atteint 9,544 milliards d’euros pour les cinq premiers mois de l’année contre 14,628 milliards pour la même période de 2009, a indiqué aujourd’hui la Banque de Grèce. En mai, le déficit s’est élevé à 1,839 milliard contre 3,854 milliards en mai 2009, a ajouté la banque centrale. Pour la période janvier-mai, les recettes du budget de fonctionnement ont atteint 19,897 milliards contre 18,338 milliards pour la même période de 2009. Les dépenses se sont élevées à 25,257 milliards contre 29,236 milliards. Le gouvernement socialiste, au pouvoir depuis octobre s’est engagé, dans un plan draconien d’assainissement visant à économiser 30 milliards, et à ramener son déficit public, qui était de 13,9% en 2009, à moins de 3% en 2014.

  8. C’est le moment ou jamais de lancer une campagne très large et forte contre ce projet.
    Il faut les faire reculer.
    Ce sera de plus l’occasion de publiciser très largement ces questions faussement techniques, qui ne sont rien d’autres que les modalités pratiques d’une massive extorsion de fonds.
    Une pétition ne suffira pas. Il y faudrait aussi une campagne de tribunes, des dossiers envoyés à la presse et à toutes les organisations démocratiques, une campagne de lettres (avec le dit dossier) aux élus, conférences de presse communes aux organisateurs de la dénonciation-protestation, etc.
    Si un ou plusieurs lecteurs de ce blog peuvent ouvrir un espace de travail collectif et lancer l’appel aux volontés…

  9. On aimerait connaître le bilan provisoire de vos premiers billets invités , qui tendaient à promouvoir une sorte de banque citoyenne .

    Paul Jorion vous tient-il dans la confidence de l’état de sa rédaction d’une  » Constitution économique »?

    Avez vous des nouvelles du jeune Coupat ?

    Manifesterez vous comme déjà évoqué par un intervenant aux manifestations publiques de la dernière semaine de juin , fût-ce avec votre écharpe européenne ?

    Je sais manier la gomme A et B et le Famas . ( mais je n’en ai pas sous la main ) .

  10. Hé hé, SimpleSansTete.
    Principe même du profiteur : surtout faire oublier l’expérience acquise du passé. Et ceci avec l’effet de levier de la rentabilité maximale, soit dans le plus court terme possible…
    La condition siné qua non est évidemment un coeur d’athlète. D’où le malaise « vagual » de notre bien-aimé président…
    Cela ne m’étonne pas que les « travailleurs de l’argent » n’aient pas de revendication sur leur retraite. Ils ne vivent pas assez vieux.

    Sinon, entre nous, mon épouse est partante, sauf que nous sommes pris chaque week-end jusque fin août. Puis les vacances, donc : septembre. On se recontacte.

  11. Félicitations à Mme Lepage (et à M. Jorion qui l’invite ici) de sonner l’alarme sur ce projet. Effectivement, on devine bien quelle utilisation les banques peuvent faire d’un tel dispositif. En créant des associations fictives auxquelles leurs clients souscrivent quand ils croient acheter un produit garanti par leur banque. Même pour mon PERP, je suis censé être adhérent d’une association, je m’en suis rendu compte quelques années après en lisant les courriers plus attentivement…

  12. Corine Lepage intervient à Grenoble le 19 juin prochain, (www.etatsgenerauxdurenouveaugrenoble.org)
    dommage que Paul Jorion ne soit pas au programme !

    1. Ces états-généraux sont assommants.
      C’est daté, superficiel, empli de prises de paroles poussives dans une ambiance passive, feutrée, scolaire, tellement caractéristique de la France. On y retrouve toujours les mêmes à quelques variantes annuelles près, derrière le saint-micro-priez-pour-nous-pauvres-auditeurs, qui causent, causent, causent, jusqu’à plus soif, les éternels M. Valls, M. Hirsch, J. Vedrine, avec dans le rôle du grand ordonnateur la presse nationale, reLibé et reNouvel Obs. Bref, ça s’écoute à tous les étages, et à par faire les grandes heures de quelques aspirants journalistes archi mal payés de TéléGrenoble, c’est encore plus pathétique qu’un bon vieux G20.
      Comme dirait Betov dont j’adore le style laconique : j’irai pas.

  13. Merci, Madame Lepage, pour votre article et vos constats. Le système dans lequel nous vivons depuis trente ans est l’oeuvre non seulement du « marché », des banquiers et des financiers mais aussi de tous les partis politiques traditionnels. Nos « élites » de tous bords – et non les populations (pas de référendum dans la plupart des pays et peu de débats) – sont donc responsables tant de la mise en place que de l’effondrement et de l’évolution délétère du système néolibéral mondialiste et européaniste. Nos élites politiques, leurs familles ainsi que leurs amis, ont pu – contrairement aux populations – largement profiter financièrement du système qui a été mis en place : il suffit de comparer les revenus, pensions et avantages des fonctionnaires et politiciens européens et nationaux avec ceux de la population… Je peux prendre pour exemple la Belgique, un pays de 10 millions d’habitants avec 600 parlementaires, dont le travail essentiel est de transposer les lois européennes au niveau national (80% des lois) . D’ailleurs, le seul véritable travail qui leur restait, le budget, risque d’être aussi bientôt élaboré au niveau européen ?! Nous avons même une « Chambre », le Sénat (relique de la House of Lords), dont le seul travail consiste à discuter : pour cela, ils sont payés 350.000€/an (leurs salaires ont été multipliés par 5 en 20 ans) !… Tout cela pour dire qu’il est inconcevable de demander plus de rigueur (austérité) à une population dont la paupérisation est devenue évidente, même si la classe politique a tout avantage à ce que le système continue tel quel puisqu’il lui est largement bénéfique… De votre part, j’ose espérer que vous allez non seulement faire le « constat » de ces injustices, mais que vous en parlerez aussi à tous vos collègues … A un moment donné, le politiquement correct doit céder la place à la vérité… Il en va de votre crédibilité !

  14. « Le cobaye payeur »

    Le jour est proche où nous n’aurons plus que «l’impôt» sur les os.

    Citation de Michel Audiard

    1. Encore un qui voulait tuer l’état.
      Mais comme l’état n’est plus une Démocratie, on peut l’excuser.

  15. On essaye de me faire croire que je vis dans une démocratie et pourtant, que ce soit Mme Lepage ou ses collègues députés européens, je n’ai jamais élu ces personnes et n’ai jamais signé le moindre pouvoir à aucun parti pour me représenter . Sommes nous bien en démocratie ? Qui a placé ces personnes, au-dessus de nos élus, en position de prendre des décisions de gra

    1. La vigne vierge existe déjà.
      Voici des siècles qu’elle a dû lâcher la « grappe ».

    2. @piotr

      Vignes transgéniques?

      Surement le rêve pour beaucoup, étant donné les 10 à15 traitements à base de divers poisons chimiques ou biologiques juste nécessaires pour se protéger des démoniaques mildiou, oïdium et botrytis! Sans parler des insecticides et des désherbants!
      Mais l’expérience prouve avec le maïs et le soja que la solution est techniquement et économiquement illusoire. Les OGM en agriculture sont l’ultime miroir aux alouettes du libéralisme scientiste. On sait très bien que le seul enjeu véritable est le brevetage et le contrôle du vivant dans son essence même. Dans le seul but de la maximisation des marges de l’agro-commerce, et surement pas de celles des paysans, ni d’une quelconque amélioration de la production ou de la limitation des pratiques polluantes. Le débat sur la toxicité ou le principe de précaution est secondaire.
      C’est même le leurre absolu, le piège dans lequel se sont jetés les écolos, croyant que la phobie alimentaire et l’angoisse allaient contrer efficacement les lobbies de l’agro-commerce. Alors que l’évocation du gène Terminator, base de la stratégie OGM, qui stérilise toute graine issue d’une culture OGM, aurait pu être une base plus pertinente pour impacter l’imaginaire des consommateurs citoyens. Sortir du convenu discours sécuritaire qui n’a que peu de poids face aux arguments fallacieux qui promettent, comme toujours et à jamais, la fin des famines et de la disette, aurait peut être permis un début de prise de conscience des enjeux véritables. Mais la messe est dite, les OGM sont partout, ou presque.
      Mais pour la Vigne et le Blé, ya comme un saut qualitatif, un effet de seuil, une rupture symbolique. Et là, comme par hasard, on rentre dans le dur pour l’idéologie OGM! Le Sang et le Corps du Christ, c’est plus la même chose! Ya du sacré mon p’tit bonhomme! Halte là, pas toucher!
      Privatiser La Poste, et EDF, ok; l’éducation nationale et la police, passe encore; la justice et l’armée, on peut discuter: mais l’Académie Française et la Comédie Française, on sort le Famas!

    3. Le brevet sur le vivant… L’apothéose délirante du droit de la propriété intellectuelle !!! Mais les résultats sont là : « ils » y sont arrivés. Et ils vont gagner beauuuuuuuuuucoup d’argent, avec çà ! Qu’il est loin, le temps des « jamais, nous n’accepterons çà en Europe ! »… Vous me direz, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Mais pour le coup, j’ai l’impression ici qu’ils ont changé d’avis et qu’ils sont restés des imbéciles.

    4. Hhmm..
      Vigneron, tu mériterais l’estime que j’ai pour mon copain agriculteur penseur du sud-ouest. Francis.
      Zouave n’ayant pas hésité à me dire que dans les manifs, il est responsable de la section fumier…
      Cultivateur intellectuel, il m’a un jour expliqué pourquoi les aides allaient aux plus gros exploitants et faisaient largement bien vivre la FNSEA…

  16. Exactement il faut corriger les déséquilibres de valeur de monnaie et les déséquilibres de répartition de richesse, tout le reste est accessoire et se règlera de lui même.

  17. « Longtemps proche de Michel Rocard, Patrick Viveret est fameux dans le monde des alter-mondialistes. Conseiller à la Cour des Comptes, on lui doit une nouvelle approche de la richesse et des monnaies libres. Mais sa grande contribution au débat collectif concerne la façon dont il replace les émotions, et d’abord l’amour, au milieu d’un paysage où elles n’ont habituellement pas droit de cité. »

    « Nous sommes confrontés à un problème d’abondance et de surproduction que ne savons pas gérer. Pourquoi ? « Parce que nous n’avons pas appris à jouir. » Keynes

    Madame Lepage, puis-je vous proposer la lecture de ce petit topo lumineux sur le sujet : De l’amour en économie.
    http://www.nouvellescles.com/article.php3?id_article=1965

  18. @ yvan ( http://www.pauljorion.com/blog/?p=12744#comment-85454 ),

    Vous verrez, Laurence est TOUJOURS sur les starting-blocks, et c’est pour cela qu’elle nous manquait un peu ces derniers temps!

    @ Laurence,

    Bonjour!
    Il me semble que vous aviez déserté les lignes depuis quelques temps, n’est-ce pas? Retour de vacances ou bien on vous remis l’électricité à la maison?
    Sinon, je pense à quelque chose que je viens de lire de vous:
    http://www.pauljorion.com/blog/?p=12744#comment-85448
    (Toujours cette énergie!)
    C’est un peu normal que chez Jorion et Leclerc on cause « argent » et tout le toutim; ce blog fait tout de même partie des bons endroits pour observer les mécanismes de la finance. Rappelez-vous, il est en tête du « Top Blogs – Economie » chez Wikio:
    http://www.wikio.fr/blogs/top/economie
    Au dessus de la finance toute puissante il n’y a rien, on dirait le désert de la mort; c’est seulement si on soulève ce couvercle qu’on va retrouver de la vie. Yvan a trouvé un mot juste, c’est peut-être aussi une histoire de cocotte-minute. Pendant que Jorion, Leclerc, Lordon et tous les autres techniciens ferraillent au pied-de-biche et à la clé de 12′ pour faire lâcher le couvercle, nous, à notre petit niveau, on peut continuer à mettre la pression de la vie; le couvercle financier aura plus de mal à tenir!

    1. Hhmm.. je sais.
      Je suis dangereux car je n’ai rien à perdre, ni rien à … gagner.
      Et cela à toujours fait peur aux puissants que j’ai fréquenté et torturé. Juste par pouvoir d’achat…

      Il viendra une époque ou j’irai sur la place de ma mairie avec une pancarte sur laquelle sera écrit : « Rassemblons-nous ».
      Au bout de 72 heures, nous serons mille dans ma commune ainsi que dans toutes celles de notre pays.

      Là, aucune armée de mercenaires ne viendra, car ils seront participants.

    2. Bonjour,

      @ Yvan le Pas si Terrible :

      Vous n’avez rien à perdre, vraiment ? Ne seriez-vous pas un peu superficiel, prétentieux, que sais-je encore ?
      On a tous quelque chose à perdre dans les temps qui arrivent, ne serait-ce que la vie (pour ceux qui lui accordent un prix non financier, c’est-à-dire pour ceux qui, au minimum, ne sont pas les heureux titulaires de brevets sur le vivant) !

      Quant à savoir si vous avez ou non quelque chose à gagner, l’avenir le dira…

      Tout à des limites, y compris l’aisance dans la plaisanterie ; je ne crois pas que l’avenir sera drôle, en tout cas il ne sera certainement pas drôle pour tout le monde… D’où, je le crains, la nécessité d’un regain de sérieux pour tout le monde… Décidément, c’est dur la vie, que de sacrifices…

    1. Oui mais pas longtemps : ws clôture en baisse (-0,41 %). Les bourses européennes suivront demain. Serait-on arrivé à une époque où les effets d’annonce devront être TRES gros pour faire monter les bourses ? En tout cas, cette semaine, rien n’y fit, que ce soit la réunion des ministres des finances européens de lundi ou les déclarations de BB aujourd’hui. Alors, quoi, demain ?

  19. Attention !!
    Ce soir sur ARTE 21h40, émission spéciale « l’Europe face à la crise »
    Au menu de cette édition spéciale, présentée par Jürgen Biehle, des reportages, un rappel des événements qui ont provoqué cette crise ainsi qu’ un débat avec des invités au coeur même de ce dossier :
    Christine Lagarde, Ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi
    Wolfgang Schäuble, Ministre des Finances en Allemagne
    Elie Cohen, Dir. de recherche au CNRS, prof. Sciences Po, membre du CAE
    Martin Schulz, député au Parlement européen et membre du parti social-démocrate d’Allemagne

    1. On pouvait s’y attendre, de la communication, les flutes étaient bien accordées.
      pipo, pipo, tout va très bien ……..

  20. Elie Cohen et Lagarde ..inutile de regarder…madame la marquise ‘tout va bien’,et un des leaders de la pensée unique qui s’est toujours trompé dans toutes ses prévisions et analyses..ne perdont pas notre temps….même le pire navet sur TF1 ferait l’affaire plutôt qu’un tel non débat….

    1. Peu de surprises sans doute,à moins que le ministre Allemand ne se laisse aller à quelques confidences…

  21. Est ce que tous ces gens se rendent compte que le peuple est dans une phase de prérévolte!ils sont sourds et aveugles!

  22. Le gouvernement japonais sait plus quoi inventer pour que sa population mâle continue à acheter sa dette…

    « Women Prefer Men Holding Government Bonds, Japan Finance Ministry Ad Says Japanese women are seeking men who invest in government bonds, according to an advertisement being run by the Ministry of Finance. » Bloomberg

    http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601109&sid=ax1JtZBuoLNQ

    Mieux que l’Alain Delon touch ou les délicates pensées Gucci-Vuitton, séduisez les toutes avec mon 3 YEARS JAPANESE GOVERNEMENT BOND!

    On va pas tarder à voir Baroin nous faire la danse du ventre et Lagarde des œillades…

  23. Dénonciation politicienne, peu crédible. A propos de Sarko, avez-vous protesté avec nous à Versailles, face aux flics, lorsqu’il a piétiné le vote majoritaire contre le TCE libéral, appuyé dans ce coup de force par tous vos amis politiques des divers moments, « socialistes », centristes, et « verts ».

  24. Grosse campagne de com franco allemande sur le thème « on s’aime, on s’adore, on travaille ensemble main dans la main et zyeux dans les zyeux et on est d’accord sur tout » !
    Lagarde et Schäuble se voient des nuits entières (en tout bien tout honneur Lagarde dixit)
    Tout juste peut-on regretter quelques problèmes de timing dans les prises de certaines décisions, l’un coiffant l’autre sur le poteau dans l’annonce de certaines mesures.
    Mais à part çà tout baigne !
    Ensuite l’habituel bla bla bla sur les réformes à entreprendre, la réduction des déficits, le respect du pacte de stabilité etc etc etc

    Elie Cohen a toutefois fait remarquer à propos de l’Espagne que il y a peu celle-ci était dans « les clous » et même au-dessus avec un excédent budgétaire et un endettement minimum !

    Ce qui veut dire que trop garder le nez dans le guidon des chiffres du pacte de stabilité, et sans même les truquer, mène aussi dans le mur, si on ne regarde pas comment cette « bonne santé » est obtenue !

    Schäuble rétorque que l’Espagne avait obtenu ces bons résultats en utilisant de la main d’oeuvre immigrée bon marché et que si ses jeunes n’avaient pas de travail c’était parce que ses vieux travaillaient trop longtemps !!!!

    Je constate donc que la France veut appliquer en matière d’éducation le modèle allemand, au moment où l’Allemagne veut essayer le modèle français; et qu’au moment où la France veut remettre ses vieux au boulot, L’Allemagne conseille à L’Espagne de les virer !

    En somme du grand n’importe quoi !

Les commentaires sont fermés.