CE SOIR (OU JAMAIS !), FRANCE 3, JEUDI 2 DECEMBRE A 23h10

Je fus l’invité de Frédéric Taddéi. On a parlé de l’initiative Cantona de retirer son argent des banques.

À voir vos réactions vous semblez très contents, merci pour vos encouragements avant l’émission et merci pour vos commentaires amicaux ensuite.

0Shares

464 réflexions sur « CE SOIR (OU JAMAIS !), FRANCE 3, JEUDI 2 DECEMBRE A 23h10 »

    1. Il s’agit moins des banques que de la géopolitique mondiale. On le voit avec le développement du protectionnisme et du nationalisme et malgré toutes les mises en garde pour les éviter. On peut se raconter toutes les histoires que l’on veut, cette réalité fera bel et bien partie de notre avenir qu’on le veille ou non, à nous de décider quelle forme elle prendra. Cela s’observe déjà à un niveau régional (en Belgique, Italie, Espagne …) et se développe maintenant au niveau des grands ensembles via la guerre des monnaies. C’est une conséquence logique des limites à la croissance au niveau mondial. A nous de faire en sorte que l’on ne passe pas directement d’un protectionnisme-nationalisme subi à la guerre. A nous d’arriver à inventer un protectionnisme bâti sur le bon sens (fini le gaspi énergétique des allers-retours invraisemblables) et non sur le repli sur soi (mon eau, c’est mon eau). L’Histoire est en marche et elle ne nous attend pas.

    2. Des détails sur l’incapacité des banques à assumer leurs excès, au point de supplier les Etats de venir à leur secours ? Des détails sur les Etats insolvables (lesquels et pourquoi) ? Des détails sur les Etats solvables (lesquels et pourquoi) ? Des détails sur un monde qui voit tous ses dogmes sautés les uns après les autres ? Des détails sur un monde dont les vraies richesses se révèlent être plutôt du côté du tangible que du virtuel ? Des détails sur un protectionnisme éclairé (dont on s’éloigne …) ?

    3. Excellente émission M.Jorion, la methode canto est en effet quelque peu violente quant à ses effets secondaires. En janvier 2007 j’étais à Dubai au DFC. Déjà les echos de crise mondiale du aux titrisations malsaines faisaient rage. J’apellai mes proches en France pour leur dire de retirer leurs avoirs des banques. J’ai été pris pour un fou. 2008, le nain à l »épaule folle, ment en public en prime time tv ,pour rassurer ses amis banquiers en  » jurant » « que l’avoir de tous les Français est couvert à hauteur 70K€  » Flagrant délire de mensonge éhonté puisqu’il le sait. Le fond qui devait servir à  » assurer  » les avoirs des Français n’a jamais été abondé par les banques, et pour cause ….. ce n’est pas obligatoire…. Il y a quand même un peu de fond mais pour environ 25 000 Français….. Sachant que sur 100€ que vous déposez la banque met 89€ en bourse le reste sert aux avoirs courants, je vous laisse imaginer les conséquences tragiques que la méthode Canto nous prépare. Peu importe, je vais même donner un conseil à ceux qui comme moi l’ont déjà fait et le ferons : Téléphoner ce vendredi a leurs banques pour préparer l’argent à l’avance. Vous serez ( peut_être ) sùr d’avoir vos avoirs.
      Sans méthode Canto = France en Faillite , avec Méthode Canto = France en Faillite mais banquiers punis; alors a nous tous de choisir. Au fait, je n’ai plus de CB depuis 2008 et paie en liquide et je m’en porte bien mieux…..

    1. La BNP juge l’initiative Cantonna insécuritaire et mal fondée…Lagarde dit « chacun son métier »

      Illustration en pratique du « métier », de la sécurité et du bien-fondé :

      Alternatives Economiques, le 11/03/2009 – « La présence des entreprises du CAC 40 dans les paradis fiscaux »

      Nombre de filiales offshore, par ordre décroissant, et pourcentage du nombre total de sociétés dans le groupe ;

      And the winner is…– BNP Paribas (189/23%), puis…

      LVMH (140/24%), Schneider (131/22%), Crédit Agricole (115/19%), PPR (97/17%), Banque Populaire (90/9%), France Télécom (63/24%), Société Générale (57/17%), Lagardère (55/11%), Danone (47/23%), EADS (46/19%) Peugeot (39/11%), Carrefour (32/6%), Pernod (32/24%), Cap Gemini (31/24%), Unibail (31/20%), Axa (28/22%), Michelin (27/18%), Air liquide (22/8%), Essilor (22/10%), L’Oréal (22/9%), Bouygues (18/18%), Sanofi Aventis (18/14%), Renault (16/11%), Dexia (15/33%), Accor (11/11%), Lafarge (11/12%), Saint-Gobain (11/14%), GDF Suez (9/13%), EDF (8/12%), Veolia (8/7%), Alstom (6/15%), Alcatel-Lucent (5/14%), Vallourec (5/8%), Suez Environnement (4/10%), Vivendi (4/11%), Auchan (3/5%), Arcelor Mittal (1/13%), Banque postale (1/6%) »

  1. Philippe Dessertine, directeur de l’Institut de haute finance à Paris, dit tout haut ce que d’autres pensent tout bas : « La vérité est qu’il faudra bien se résoudre un jour ou l’autre à la douloureuse destruction massive des dettes… Pas un désendettement homéopathique et circonstancié ; un vrai, un lourd, signifiant une terrible contraction de toutes les finances publiques , de la consommation, des retraites, des allocations, des salaires ; liste non exhaustive. »

    Quelle différence avec le résultat de la politique Cantona ?
    J’en vois une, et de taille ! Dessertine et ses amis prévoient, le peuple et Cantona ne savent pas où ils vont en provocant une destruction massive…..
    « Poigne de fer », contre « poing dans la gueule » !
    Et si vous preniez place entre Dessertine et Cantona au centre de ce jeux manikéen ?
    C’est ce soir ou jamais.
    Quand on a que l’Amour !
    http://www.youtube.com/watch?v=M3fpCztWWug

    1. Je ne pense rien de l’initiative de Cantona, je n’ai pas ni d’assurance vie, ni si , ni quoi ….
      pour pouvoir jouer à ce jeu-là ….
      par contre du bruit qu’elle fait, je m’en intrigue ..
      Les banques ont peur, grand bien leur fasse …
      si seulement elles prenaient un peu de jugeotte, ….

      En Ireland, il y a ceci
       » Ireland. Don’t Pay. Walk Away »
      http://www.youtube.com/user/DescartesDooley#p/a/u/0/6iaWyEuoddQ
      après cela
      « Irish Economic Crisis Explained by Robots »
      http://www.youtube.com/user/DescartesDooley#p/a/u/1/vLniOkpl1QY
      je ne comprends pas tout, mais il me semble bien évident que le peuple n’est pas content entre autre et particulièrement des banques, ……
      même si aussi de son gouvernement, d’autres gouvernements,, de la gouvernance de l’europe ……

    2. C’est probable. Mais injuste, car c’est toute la collectivité qui paiera la destruction des actifs fantomes alors que la petite minorité sociale qui aura engrangé les plus-values issues de la création et de la mise sur le marché de ces actifs sera très probablement épargnée. Ce ne sera en définitive que déboucler une opération de prédation sociale et non la corriger.

    3. @Arnaud
      L’adjectif manichéen renvoie à la religion antique du manichéisme. L’acception contemporaine, au sens figuré et littéraire, correspond à une simplification des rapports du monde, ramenés à l’opposition du bien et du mal. La guerre « Façon Bush » pour simplifier.

    4. Bonjour,
      J’ai cherché une source pour cette phrase de Dessertine mais je n’en trouve qu’une seule : un texte de Jacques Cheminade, de Solidarité & Progrès. Vous-même, est-ce sur son site – ou sur l’un des deux autres reprenant texto son article – que vous l’avez trouvée ?

    5. @ Olivier

      La source est un article de Dessertine dans le Figaro du 22 février 2010. L’article n’est pas disponible en ligne.

  2. C’est ce que mes « camarades » qui m’avaient élu « délégué de classe » me disaient en me poussant dans le dos, pour que je pousse la porte du dirlo, ou pour aller séparer les belligérants d’une rencontre pugilistique improvisée …….. 🙂

  3. Lu sur le site http://bankrun2010.com/

    Que voulons-nous ?

    Nous, les citoyens du 21ème siècle, héritiers des générations qui se sont sacrifiées pour que nous soyons et demeurions des citoyens libres et dignes, nous exigeons la création d’une BANQUE CITOYENNE, au service des CITOYENS, une banque qui mettrait notre argent à l’abri des fièvres spéculatives, à l’abri des bulles financières toutes condamnées à exploser un jour, à l’abri des opérations qui transforment nos emprunts en actifs et se servent de nos dettes pour acheter d’autres richesses.

    Nous voulons des banques qui ne prêtent que les richesses qu’elles possèdent. Des banques qui aident les petites et moyennes entreprises à relocaliser l’emploi, des banques qui prêtent à taux zéro. (*) Des banques qui soutiennent les projets qui profitent aux citoyens plutôt qu’aux « marchés » Des banques où déposer notre argent tout en ayant la conscience tranquille. Des banques dont nous n’aurons plus à nous méfier. Des banques dont le succès sonnera le glas des marchands de morts, de maladies et d’esclaves. Sur les ruines de l’ancien système, nous voulons construire un système bancaire qui ne sacrifiera plus la dignité humaine sur l’autel du profit.

    Nous les citoyens enfin réveillés par la pauvreté et le désespoir qui frappent les plus fragiles d’entre nous – pensionnés, allocataires sociaux ou travailleurs pauvres – et qui menacent ce qu’il nous reste encore de classes moyennes, d’entrepreneurs et d’indépendants que l’on traie comme des vaches à lait, nous voulons que soient purement et simplement annulées les dettes publiques générées par ce système malade dont nous ne voulons plus. Nous refusons que nos impôts, nos efforts, nos ressources continuent d’alimenter ce puits sans fond. Nous voulons retrouver le pouvoir de battre monnaie et nous affranchir des directives qui nous sont imposées par cette Union Européenne qui s’est construite contre le consentement de la majorité des citoyens consultés par référendum, sans parler de ceux dont le pays d’origine n’a pas organisé de consultation populaire.

    (*) Ce que les banques islamiques accomplissent avec succès en refusant la pratique de l’usure pour des motifs religieux, nous pouvons l’accomplir pour des raisons citoyennes.

    1. merci Fujisan pour ce rappel salutaire adressé à tout ceux qui pensent encore que l' »initiative Cantona » ne sait absolument pas où elle va. Il y a vraiment des discours réducteurs qui ont la vie dure. On peut être pour ou contre mais à minima on se doit de respecter la pensée de l’autre et non la travestir.

    2. bonjour,

      quelles sont les banques qui s’approchent le plus de ça ?
      (taotaquin indique TRIODOS, que je ne connaissais pas)

      merci

    3. Eric cantona relève le fait qu’on peut déjà commencer à agir en étant un simple consommateur ! Et la puissance que cela peut avoir. Eric Cantona a oublié de préciser dans quelle banque il était ?Lui et les citoyens peuvent déjà commencer par changer de banque pour aller vers des banques plus vertueuses ! J’espère que les lecteurs de ce blog ont au moins franchi cette étape. Même si c’est insuffisant c’est comme même du concret tout de suite…
      J’ai quitté moi-même en 2007 la société générale pour le crédit coopératif et je sais que mon argent va profiter à l’économie sociale et solidaire…C’est un premier pas et incomplet je le reconnais mais si il était déjà suivi qui aurait
      http://bonnenouvelle.blog.lemonde.fr/2010/03/06/creation-dune-banque-ethique-europeenne/
      http://www.amisdelaterre.org/IMG/pdf/GUIDE_BANQUES.pdf

    4. @Polhictic

      j’avais fait pareil en passant du crédit lyonnais (à l’époque) à la poste (toujours à l’époque).
      et je vais maintenant passer à …
      merci pour ce lien vers le guide des banques des amis de la Terre

    5. Le crédit coopératif c’est la banque populaire il me semble ? Et le banque populaire-Caisse d’épargne, c’est François Pérol.

  4. je comprends aisément que vous exprimiez Vos idées quant à l’initiative de Cantona
    (je crois me souvenir que vous trouviez cette initiative inutile, les banques auront les portes closes par exemple….)

    Toutefois pourriez vous être aussi le porte parole des lecteurs de votre blog (certains)
    qui en ont marre que les états distribuent des centaines de milliards aux banques
    alors qu’on détruit la classe moyenne, qu’on diminue les prestations sociales
    qu’on affame les plus pauvres… et qui veulent que ça change VRAIMENT

    merci

    1. Il me semble que notre ministre en charge des choses d’argent a reagit a l’appel de Cantonna. Il me semble que sa reaction merite aussi une reaction de votre part.

    2. Mais ça va changer vraiment… que le simple coup de gueule de Canto sur une chaîne de télé peu regardée soit repris avec tant d’ampleur par les gens montre une chose : on commence à regarder dans la bonne direction, les gens commencent à regarder les banques avec des yeux ronds comme des soucoupes, et ça n’est pas bon signe pour les banquiers…

    3. @Paul : « Ce sera fait ! … et je ne devrai pas me forcer beaucoup » : personne n’en doute mais, à force de vous voir dans cette émission ou d’autres, « l’effet Jorion » va aller en s’amenuisant. A mon humble avis, vous ne devriez pas sortir du Net car, plus une personne est visible, moins elle apparaît comme une personnalité, et encore moins comme une « personnalité de secours » ou de recours. Vous allez finir noyé dans la grisaille des « experts », ceux qui savent tout mais desquels il n’y a rien à attendre.

    4. &Crapaud gris
      Votre surexposition webistique vous donne un drôle de teint face à un travailleur manuel.
      Sur ce, à cette heure, ils sont couchés………
      Et leur « homme providentiel » va les faire trimer dehors demain.
      Christine te l’a dit : « Chacun son boulot » et son Cantonnement…….

  5. Jorion tacle sévèrement Cantona ,Taddei hésite à sortir le carton rouge.
    On demande à la régie de revoir le ralenti…C’est la stupeur…
    Politique -friction…

    1. J’appelle plutôt cela une belle récupération médiatique, vu qu’Eric Cantona fout de plus en plus
      la trouille aux banquiers ces derniers temps, alors que cela ne dâte pas non plus d’aujourd’hui
      on en parlait déjà il y a de cela plusieurs semaines dans le blog,

      Il faut bien alors qu’on invite de temps en temps de sages personnes à la télévision pour mieux encore rassurer nos très chers banquiers à l’image, voilà surtout à quoi sert Paul de nos jours
      et à l’antenne rien de plus, alors Mr Jorion il paraît que vous n’êtes pas du tout d’accord avec la proposition d’Eric Cantona, je vois déjà le petit sourire aux lèvres de Mr taddei en vous interviewant spécialement à ce sujet, enfin vous connaissez la musique …

    2. Joli,
      … et les enfants du peuple, veulent-ils être pelés ou Pelé ?
      (Edson Arantes do Nascimento pour les intimes)

    3. @ Piotr

      🙂

      « Jorion tacle sévèrement Cantona »… Vous voyez donc P.Jorion comme un défenseur, vous?

      Moi je le voyais plutôt comme un nº 10, dirigeant la manoeuvre (avec F. Leclerc en avant centre), mais bon…

    4. @Pablo75
      Leclerc, une doublure !!!!!!!! A moins que ce ne soit n° 20…….. 🙂
      Allez l’hivers ! Glace s’t’égal act ! Saint-Étienne vous pardonne.

    5. Christine Lagarde (hyène de but) devrait écouter la chanson de Jacques Brel (pardon pour l’attentat) :
      CANTONA QUE L’AMOUR.

      (extrait)
      « CANTONA que l’amour
      Pour vivre nos promesses
      Sans nulle autre richesse
      Que d’y croire toujours
      (…)
      CANTONA que l’amour
      Pour unique raison
      Pour unique chanson
      Et unique secours
      (…)
      CANTONA que l’amour
      A offrir en prière
      Pour les mots de la terre
      En simple troubadour
      (…)
      CANTONA que l’amour
      Pour tracer un chemin
      Et forcer le destin
      A chaque carrefour »

  6. J’y pense de plus en plus tant les dirigeants bancaires du monde se fichent pas mal de mieux prendre en compte l’avis moral des peuples au quotidien, ou d’ailleurs l’homme, l’aspect humain et social d’une société est carrément bien jeté aux orties aussi,

    De toutes façons tout cela va très mal finir au regard de la conscience de plus en plus marquée et écoeurée des gens, je me garderais donc bien de juger Eric Cantona ce soir oui il en est pas du tout le premier responsable pour moi, qui en poussent de plus en plus vers les extrèmes d’une conduite et d’un plus grand sentiment de révolte de nos jours, des gens comme moi ou Eric Cantona peut-être, et puis demain on reprochera certainement davantage encore aux gens d’avoir des idées plus sociales et divergentes que les autres, oui comme je suis bien écoeuré de tout cela aujourd’hui ……

    1. Avant on pouvait encore trouver des aides publiques pour les gens de plus en plus plus touchés par le très dur marché concurrentiel et infernal du monde actuel, mais maintenant c’est fini tout ça.

      Au total 4.589 milliards (chiffres officiels dans les médias ) d’euros d’aides publiques ont été mises à disposition du secteur financier en Europe depuis octobre 2008 et le début de la crise bancaire, à la faveur de mécanismes exceptionnels.

      Et c’est pas près de s’arrêter hélas, oui je peux bien encore comprendre pourquoi les gens soient alors de plus en plus remontés, oubliés, car de nos jours quels sont encore les choix démocratiques des peuples pour pouvoir encore y échapper dans le civisme ?

      Demain si ça se trouve il ne sera même plus possible de voter contre les plus grands dirigeants influents de ce monde, de toutes façons ils sont partout et ils contrôlent tout,

      C’est aussi un grand nombre de décideurs, de gens biens influents, non c’est vrai il n’y a pas du tout complot c’est juste qu’ils en partagent le même esprit de supériorité et de gens-foutisme aggravé à l’égard des peuples de plus en plus sans défense,

  7. L’action europeenne et plus, a commençé

    il ne s’agit pas d’une action ponctuelle,mais d’une pratique permanente,ne plus laisser son argent “dormir” au profit exclusif des banquiers.

    ….

    Pour conclure

    Nous attirons votre attention sur le fait que même si parvenons à relocaliser nos emplois, les technologies de pointe et les machines ont remplacé le travail de l’homme dans un nombre croissant de domaines. Elles permettent de produire plus, plus vite, moins cher et, pour ces raisons, elles font peur à ceux qui se demandent comment ils gagneront leur vie demain. Ceci est regrettable, car la technologie, depuis l’invention de la roue, a vocation à améliorer les conditions de vie de l’homme. Si le progrès était mis au service des citoyens plutôt qu’au service du marché, nous pourrions faire un bond quantique dans le développement des technologies aujourd’hui paralysées par des groupes d’intérêts qui sont les premiers bénéficiaires de ce système.
    Nous possédons déjà les connaissances pour affranchir l’humanité de ses besoins en énergies fossiles et nucléaire, et pour produire et acheminer l’eau potable partout sur la planète à moindre coût, pour produire des fruits et des légumes, de la banquise jusqu’au désert. La pauvreté n’existe sur notre planète qu’à cause du manque de volonté politique des pays industrialisés, soumis aux lois du marché. La pollution et le gaspillage des ressources ne sont que les tristes conséquences de ce système obsolète auquel il nous faut mettre un terme d’urgence.

    Nous, les héritiers du chaos, nous avons un monde à reconstruire. Un monde où le travail ne sera plus vécu comme un asservissement, et l’absence de travail comme un drame, parce que nous aurons su repenser la manière dont l’homme de demain assurera sa survie, son éducation, son bien-être et ses vieux jours.
    Nous invitons tous ceux qui veulent nous suivre sur cette voie – y compris vous, chers journalistes – à dépasser leurs peurs de l’inconnu et à poser les premières pierres pour la construction du système qui remplacera celui-ci et qui, avec ou sans nous, finira par s’écrouler, quand il nous aura tout pris. Nous préférons ne pas attendre que nous en soyons arrivés-là où pire encore, que pour sauver l’économie, une guerre de plus soit déclarée.

    Nous remercions le footballeur Eric Cantona de nous avoir insufflé cette idée. Nous l’avons pris au mot. Les dés sont jetés. L’avenir nous dira si nous avons eu raison. (07/11/2010)

    Géraldine Feuillien
    41 ans, scénariste
    Belgique

    Yann Sarfati
    24 ans, Comédien, Réalisateur

    http://www.bankrun2010.com/

    que faire de son argent ensuite :

    …… nouveau droit a l’investissement democratique:

    donner A CHAQUE CITOYEN le pouvoir d’investir l’argent PUBLIC comme l’argent privé,dans des biens collectifs,le commun (entreprises socialisées, associations, cooperatives municipales,organismes sociaux etc),dans l’utilité publique,dans le sans but lucratif au service de l’interet general, ce droit ne doit plus etre le privilege exclusif des elus,des technocrates comme des banquiers philantropes.

    Un euro par jour – à investir réellement – apprendra à chaque ENFANT où PLACER son argent, dans quel projet, pour quel plan de financement qu’il aura pu lire sur Internet.

    A partir de 14 ans, 300 euros par mois à INVESTIR où bon vous semble (vous et la totalité des citoyens de la Terre).

    Chaque citoyen, sans dividende de bourricots, sans profit, sans retour matériel (il est surveillé par la publicité de son investissement sur le Web),devient cogestionnaire reel de l’argent PUBLIC et des BIENS COMMUNS.

    Pendant ce temps, les politiciens ne TOUCHENT PLUS A LA CLÉ du coffre.

    Sachant qu’aujourd’hui contrairement a la legende mediatique, c’est l’argent PUBLIC qui mantient a flot les entreprises privées,a commencer par les banques.

    Les subventions politicardes sont finies, les comportements de LAQUAIS serviles (et MUETS sur ce qui fâche) envers des nouveaux oligarques seront dépourvus de sens (de fonctionnalité)….

    Voilà le défi.

    http://revolisationactu.blogspot.com/2010/11/une-alternative-au-capitalisme-un.html

    et cette demarche devra trouver sa voie pour s’inscrire a terme et a son rythme dans la recherche de la gratuité (de l’energie comme des biens culturels etc)

    1. J’ai 4 filles, nous n’avions, nous n’avaons toujours d’ailleurs qu’un seul salaire,
      (aujoursd’hui mes filles ont grandi, elles n’ont pas toutes les 4 un salaire, mais ça avance tout de même pas mal ….)
      Vous dites 300€/mois par enfants dès 14 ans, soit 1200€/mois à investir ???
      (alors que nous, nous n’avons pas seulement jamais pu leur donner d’argent de poche…)
      D’où sortez-vous cette manne d’argent supposée innondée en masse les tirelires enfantines, ne s’agit-il point encore et sans doute encore un Père Noël ????
      (très inspiré de la propagande médiatique qui dit que les enfants ont de l’argent de poche, et de l’argent de poche et ci et là …
      pas un qui ne dit la grève de la cantine, contre les repas franchement limites et pour ce que ça vaut à comparer de la maison carrément trop chers …
      peut-être qu’il n’y a que les familles nombreuses avec des enfants rapprochés pour réussir à penser que faire la cuisine pour 6, pour 8, pour 10 ou pour 12, finalement ça ne change pas tant grand chose …
      alors que par contre de l’argent de poche individuel, des ticket de repas individuel, des ticket de bus individuel, ça c’est la plaie, …..
      parce que ce n’est pas comme cela que ça marche
      oui, il y a les chacuns, et chaque chacun existe en son nom propre, avec lequel il faut faire..
      mais il y a aussi la fratrie, elle aussi est une,
      (sinon c’est autant sauter par la fenêtre, car s’il faut penser que chaque enfant est en droit de mordre l’autre … )

      Donc, pour résumer ma pensée
      il faudrait arrêter de suivre les néolibéralistes avec leur idée de vouloir voir, nous organiser, nous prévoir un monde avec des enfants à naître le porte-monnaie entre les dents ….
      (mieux vaudrait interdire l’argent de poche, interdire les comptes -sauf dérogation à cadrer minutieusement- pour les enfants ….
      et commencer par prendre l’argent là où il est, dans les poches de ceux qui ne savent pas quoi en faire ….
      donc déjà parmi tant d’autres mesures à réfléchir, ……
      déjà celle d’interdire les paris sur la fluctuation des prix , la spéculation à l’état pure, exactement nuisible,néfaste, délétère ……
      à l’intérêt général planétaire, comme à l’ensemble de l’humanité ….)

    2. Ce texte est un faux.
      L’auteur a pour nom « Yanick Toutain ».
      Je SUIS Yanick Toutain.

      Et je n’ai PAS l’habitude de prendre des pseudonyme sur Internet.
      Surtout pour aller y écrire des ÂNERIES telles que l’ « la gratuité de l’énergie« .
      Une imbécilité aux antipodes de ma préconisation de tickets de rationnement carbone et d’une taxe carbone basée sur ces tickets disptribués à TOUS les Terriens, une taxe dont l’effet (minimal) sera de placer le seuil du prix de l’essence à 7,5 euros le litre !!!

      Cela fait un petit moment que cet anonyme s’amuse (?) à reproduire mes propres textes en « oubliant » systématiquement le nom de l’auteur.
      Et le faussaire change un mot par ci, un mot par là.
      Comme par hasard, il écrit sur le site stalinien Bellaciao où je suis banni et chez Paul Jorion où la nouvelle mode néo-stalinienne s’est mise à sévir en censurant tous mes derniers commentaires.

      Ce n’est pas beau de se faire complice d’une contrefaçon monsieur Jorion !!!

      Le fait que le lien donné puisse permettre au lecteur curieux d’aller vérifier la liste des trucages n’est pas une excuse.
      A contrario, le fait que la deuxième publication du texte soit sur le site de Yvan Rioufol n’est pas mentionnée est inacceptable.

    3. @roma : j’avais déjà entendu parler que l’appel à vider son compte était encouragé par l’extrême droite. C’est logique, car le bordel leur profite toujours.

      @Yanick Toutain : mais de quel(s) texte(s) parlez-vous ? J’ai pris une phrase au hasard dans le post de vladimir, ( « donner A CHAQUE CITOYEN le pouvoir d’investir l’argent PUBLIC comme l’argent privé,dans des biens collectifs,le commun (entreprises socialisées, associations, cooperatives municipales,organismes sociaux etc),dans l’utilité publique,dans le sans but lucratif » ) et l’ai cherchée sous Google. Résultat : on la retrouve sur d’autres site dans des com’ signés vladimir, et dans un com’ signé d’un autre nom. Mais rien sous le votre. En revanche, j’ai trouvé un site où déjà vous vous plaignez de censure/plagiat, et de façon si confuse que je ne ferai pas un clic de plus pour mieux vous connaître. Et puis, si quelqu’un poste vos textes là où vous êtes censuré, il devrait être plus un ami qu’un plagiaire, non ?

    1. Ouf. Alors là, c’est quand même là bonne nouvelle,espérons qu’il ne sera remplacé par Bourlanges, ni J.C. Casanova… ni par Luc Ferry… Martini… etc.

    1. Les saisir, ce serait la partie facile. C’est après que ça se complique, quand il faut aller jeter un oeil dans les livres de comptes.

    2. Pas facile, affectivement ….
      il faut voir ce qu’il en est de l’exemple de l’Irlande pour bien en mesurer la difficulté ….

  8. Bonsoir Mr Jorion,

    Est-ce que vous pourrez conseiller aux téléspectateurs d’aller jeter un coup d’oeil sur le site web: http://www.bankrun2010.com/
    Il est pas mal fait du tout et il est traduit dans les langues principales.
    En plus, un contact Twitter a été rajouté ce qui permet de bien diffuser le site dans le monde entier:
    http://twitter.com/#!/bankrun2010

    De façon exceptionnelle, je vais allumer la télé ce soir, mais c’est vraiment parce que c’est vous. En rêgle générale, on n’y trouve rien d’intéressant.

    1. j’ai allumé la TV par hasard, tout en fin d’émission ….
      merci à Paul de tenter d’interprêter de ce qui sous-entend des dires de Cantona…..
      soit à traduire que les gens du peuple ne sont pas contents …

      Ce n’est pas évident de s’obstiner à faire passer seulement cette vérité -là, que les gens du peuple ne sont pas contents de la manière dont se gère l’économie …
      (Les manifestations partout en Europe qui ne disent rien d’autres que cela sont dérisoires , sinon carrément irresponsables, … voire contre-productives ou suicidaires …
      Cantona ferait mieux de s’occuper de foot-ball ….
      cependant que les banques peuvent faire n’importe quoi, jouer l’argent à plein galop dans des caveleries sans queue ni tête …
      …. …. )

  9. Pour avoir suivi les précédentes remarques sur ce sujet et en référence au livre « L’argent mode d’emploi », les gens vont découvrir que l’argent qu’ils ont sur leur compte en banque ne leur appartient pas vraiment, qu’il s’agit d’une reconnaissance de dette. L’atterrissage risque d’être rude !

    1. Bonsoir !

      Vous devriez poursuivre votre raisonnement sur la « decouverte  » des gens, par rapport à l’initiative de Mr CANTONA, si elle devenait réalité de masse ????
      Allons , un peu de courage, que diable ! Un peu d’imagination ….

    2. la valeur de l’argent , c’est ce que l’on en fait ….
      les financiers ont fait beaucoup, beaucoup de vent et continuent d’en faire …
      puisque les peuples en fin de compte payent les pots cassés ….
      (D’ ailleurs géostratégiquement, une partie semble avancer d’essayer de se jouer entre …
      les USA qui tente d’élargir l’OTAN en un GLOTAN qui intégrerait la Russie, l’Inde ….
      cependant qu’on nous ressort entre autre et tant et plus de la Corée du Nord….
      soit tout un jeu de carte que perso , je percevrais très orienté…..
      contre la Chine….
      La finance peut être très nuisible, extrèmement nuisible …..
      s’il faut en réviser les leçon de l’histoire ce ne serait pas la première fois ….
      … )

    3. @tomate :
      Si vous vous attendez à ce que je fasse des plans sur la comète sur une hypothétique « révolution », je vous laisse la parole, je ne crois pas au mythe d’un effet « grand soir » où du jour au lendemain les gens changent leurs habitudes et leurs comportements.

  10. L’émission de hier soir était pas mal :
    http://www.pluzz.fr/ce-soir-ou-jamais.html
    Voir l’analyse de Jacques DELPLA (à partir de 34’02 »).
    Il y avait aussi Christian CHAVAGNEUX, qui en 2007, avec son ouvrage ” Les dernières heures du libéralisme” avait fait un très bon diagnostic (il était sans doute un des rares à avoir vu se profiler la crise de 2008).
    Savoureux d’entendre Warren BUFFET se plaindre de ne pas être assez imposé aux USA.

    1. Je ne voudrais pas dire, mais c’est pour dire, que si Warren Buffet se plaint de ne pas être assez imposé …..
      c’est aussi qu’il y a de quoi ….

  11. Et oui à force de se tacler continuellement dans le socialisme de certains je vois mal comment les choses pourraient réellement changer en société de nos jours,

    1. Les « socialistes » pourraient aussi faire un effort d’être des socialistes ……
      (des vrais , ….
      car pour ce que j’ai compris et donc ce que j’en dirais ils savent surtout mieux gèrer le capitalisme que la droite, ….

  12. Vous pensez vraiment qu’en préservant la chèvre et le choux on va réussir a garder des acquis et le petit confort de certains qui ont joués
    Tous coupables
    Nous devrons tout absolument tout donner
    Il faut plus de protection sociale plus de retraite plus d allocations diverses
    La compétitivité on la gagnera pour nos maitres en acceptant un salaire qui nous permettra de survivre au jour le jour
    Alors mourir a petit feux et dans la souffrance et la soumission ou a la suite du grand soir du renouveau
    Qui seras une autre mouture de celui que nous vivons
    Autant essayer des fois que l homme change
    Qu il retrouve un peu d Humanité

  13. Les banques accepteraient-elles de se faire dévaliser honnêtement ?
    C’est une question.
    Ce pourrait être alors le début de la fin… Pourquoi pas !
    La suite, selon Cantona, serait l’occasion d’une refondation du système sous contrôle… démocratique. Là aussi vaste question.
    Mais pourquoi pas ! Faire cogiter dans le Landerneau (et au delà) c’est un peu ce que vous faites, Paul.

    1. « Les banques accepteraient-elles de se faire dévaliser honnêtement ? »

      Vous venez de mentionnez un des aspects de cette initiative !!!
      Comment vont réagir les banques ? Vous en avez une idée , avec déclaration de PROT BAUDOIN
      Mais avant cela :
      Comment vont réagir les gens ?
      Je l’ai ecrit , ici même (entre autres), il y a quelques semaines.
      Comment vont réagir les politiques ? Vous en avez une idée, avec les déclarations de nombreux représentants , avec les derniers en date Mme LAGARDE et de Mr BARROIN
      ( PS : z’avez remarqué ?? Les cochons  » dOIN » rOIN » se manifestent sous la garde de la maîtresse…) .

  14. Malheureusement Paul, si vous dites comme je crois l’avoir déjà compris que cette initiative est non seulement inutile mais en définitive néfaste pour ceux qu’elle prétend soulager, vous allez vous attirer pas mal d’inimitiés. Certains ne veulent pas d’une solution, ils veulent de l’action, peu importe laquelle et quel qu’en soit le prix. Ils veulent de la vengeance. Ils veulent tordre le bras de la finance comme la finance leur a tordu le bras.

    Ce qui me fait dire, en définitive, que ceux là ont bien ce qu’ils méritent. Le système qu’ils subissent pourtant est néanmoins à leur image: Vindicatif.

    1. Mais il y a action et action. Ne pourrait-on pas faire comprendre une fois pour toutes que nous, citoyens, avons in fine, si nous le voulons, les moyens de prendre le bras de l’Etat et de lui faire saisir le cou des banques. C’est de l’action politique cadrée, pas simplement un mouvement anarchique qui va nous faire nous entre-étriper pendant que les puissants s’esquiveront tranquillement dans leurs paradis fiscaux.

      A ce titre et bien que Roma l’ait déjà cité :

      http://blog.mondediplo.net/2010-12-02-Ne-pas-detruire-les-banques-les-saisir#forum71865

    2. voilà voilà, ça commence à sortir, l’un dans l’autre, toutes choses égales par ailleur, en définitive quoi, le mythe de l’unité nationale étant rompu officiellement par nicolas & cie nous allons enfin voir ad nauseam ‘qui pense à quoi’ *.

      bravo dissonance.

      (*en même temps 53% contre 47% ça ne laissait pas vraiment de place au doute).

    3. Tout le monde n’a pas non plus votre si grande sagesse et prudence d’action pour vous faire bien voir, vous avez également une bien belle image des gens qui ne pensent pas exactement comme vous sur la question, le système que les gens subissent de plus en plus durement est également beaucoup à l’image de gens comme vous je trouve, si encore vous recherchiez davantage à les comprendre qu’à les juger,

    4. Dissonance,

      Meme si il y avait un tel bank run, les banques fermeraient leurs guichets avant la catastrophe.

      La question est : comment se faire entendre !

      Le seul pouvoir du peuple est dans ses actions collectives. Ce bankrun a une valeur symbolique uniquement.

      Je suis pour un sit in, une geve de la faim, une journee de la jupe, pourvu que ce soit collectif et que les decideurs se rappellent qu’ils decident pour le peuple.

      C’est du meme ordre que ce qu’accomplit Assange avec Wikileaks. Il faut que les decideurs sachent que le peuple les regarde.

       » Attention … je te vois ! » : c’est faire entrer des adultes dans la cour de recreation.

    5. Bonsoir !

      Dites moi DISSONANCE :
      A vendredi soir en 6, à combien était estimé la somme d’argent retirée par les irlandais ( personne physique et morale) toute classe confondue ????

      PS: Je serais surpris que l’initiative de CANTONA, tourne à la destruction de la Finance, pour les raisons que j’ai évoqué , entre votre présence, entre autres. Une initiative isolée ( enfin… pas si isolée que cela, mais bon! Je n’oblige personne à me croire !
      PSS: P. JORION était sur le terrain, lorsqu’il a vécu ce qu’il se pâssait avec les subprimes.
      Pour ce qui me concerne, je perçois parfaitement le changement de perception chez un nombre de personnes , de plus en plus important.

    6. Je prèfère un mouvement anarchiste, quitte à y laisser des plumes, plutôt que la conservation de l’équilibre actuel, pour lequel seule une guerre mondiale semble la clé de sa préservation.

      Un soulèvement populaire, c’est sans direction, et cela peut conduire à pire ou à meilleur. Mais au moins le peuple se sera manifesté.

      Etre vindicatif, c’est nuisible, dangereux et produit de l’injustice. Le sytème est nuisible, injuste, et dangereux.

      Je ne crois pas en l’économie comme réglutaeur de l’ordre mondial. Ce sont seulement des mots et des chiffres qui légitimisent des rapports de force primaire. Il n’y a donc rien à en tirer .

      Que les peuples manifestent leur colère plutôt que d’accepter d’être de la chaire à canon. Au moins, ils auront existé, et ne seront pas les pions de bienheureux pour qui les alouettes sont toujours tombés du ciel, qui décident pour les autres, et qui ne payent jamais rien.

    7. à tomate,

      je ressens aussi ce changement de perception, les gens admettent, doucement, qu’ils sont rackettés au profit d’une minorité.

    8. Et vous, me comprenez-vous ou me jugez-vous?

      Je ne vous juge pas personnellement, j’ai surtout éprouvé le besoin d’intervenir sur vos premiers propos postés à ce sujet, dans le fait d’avoir laisser penser que les gens qui étaient davantage en estime de l’initiative d’EC étaient forcément des bourrins de première ou mieux encore des gens plus irréfléchis que d’autres sur la si vitale question financière et bancaire du monde d’aujourd’hui, or ce n’est peut-être pas non plus tout à fait exact à l’égard de ces gens
      là, on peut très bien être en déssacord avec Paul sans forcément tomber dans une attitude plus vindicative à son égard, on peut très bien se comprendre chacun respectivement, tout
      en cherchant à la fois à mieux faire voir et entendre qu’ils n’y a pas non plus que des gens vindicatifs sur la question, n’est ce pas ce que recherchent davantage nos élites à ce qu’on polémiquent davantage dans la division

    9. Le système qu’ils subissent pourtant est néanmoins à leur image: Vindicatif.

      Dissonance, vous confondez « vouloir de l’action » et « agir », « vouloir la violence » et « être violent ». Les gens ne commettent aucune violence, pas encore, ils la subissent. Il n’y a donc là aucune image. Il y a à la limite d’un côté des gens potentiellement identiques à ceux de l’autre. Mais la réalité est pour le moment que certains subissent la violence et d’autres la manient. Et quand bien même cela arriverait, on ne peut juger sur le même plan celui qui initie la violence et celui qui y réagit (fort momentanément d’ailleurs, car les peuples se calment assez vite).

    10. @Moi

      Vous faites bien d’introduire cette distinction, mais vous vous trompez, je ne confonds pas à proprement parlé les deux choses. Je me contente de dire que l’une ne vaut guère mieux que l’autre.

    11. @Moi

      N’étant pas sur du sens de votre question, je préfère m’abstenir d’y répondre, en attendant vos précisions.

    12. @Dissonance: vous me dites que vous faites la différence entre « vouloir la violence » et « être violent », entre « réagir violemment à la violence après l’avoir supportée des années » et « employer la violence comme moyen d’exploiter les autres ». Et puis vous me dites que l’un ne vaut guère mieux que l’autre. Donc, je vous demande sur quel critère vous les jugez égaux.

    13. @Moi

      S’il y a comme vous le soulignez une différence apparente de légitimité entre les deux – entre celui qui subit une violence et y recourt à son tour pour se défendre et celui qui fait subir la violence pour en dégager un bénéfice personnel – il y a néanmoins une similitude tout aussi nette entre les deux: Il s’agit toujours d’un recours à la violence.

      Or quoi qu’on puisse croire en la légitimité de l’un et pas de l’autre, néanmoins son usage peut offrir à celui qui le subit la possibilité d’y recourir à son tour en invoquant précisément la même « légitime défense ». Nous entrons alors dans un cas typique de cercle vicieux, connu en philosophie morale depuis fort longtemps dans le cadre de la loi du Talion , puisque cette dernière fut originellement énoncée justement afin de lutter contre ce phénomène d’escalade.

      Il faut pour comprendre ce point considérer chaque élément de cette loi fondamentale: La légitimation du recours à la violence comme moyen de défense contre un acte violent initial n’existe que par la présence d’un tiers impartial, seul apte à juger du bienfondé de la légitime violence.

      Or précisément dans le cas de figure dont nous discutons, l’absence d’un tel juge se fait cruellement ressentir. La population livrée à elle-même ne sait plus vers où se tourner pour obtenir justice, et se résout donc à procéder par elle-même en se faisant juge-et-partie. De l’absence d’un tiers impartial résulte un recours défensif à la violence qui n’a pas été légitimé, et qui ne peut donc être perçu par l’opposant que comme une agression – avec toutefois une bonne dose de mauvaise foi ou d’inconscience, certes.

      Reste que ce recours à la violence contre la violence ne saurait aboutir à quoi que ce soit de constructif, bien au contraire. Dans le contexte que nous connaissons, dans lequel le juge est absent – ou si vous préférez, il est de parti-pris – nous avons donc ce choix à faire entre un enlisement dans un combat sans fin prévisible, puisque chaque violence sera considérée par l’une des parties comme légitime et pas par l’autre, ou alors la formulation d’une sortie de conflit qui dans les conditions décrites ne pourra être que non-violente.

    14. Dissonnance,

      Je vous suis sur votre raisonnement concernant le fait d’être à la fois juge et partie.

      Néanmoins, l’issue ne me paraît pas forcément négative. Elle peut en effet l’être, mais pas plus que l’inverse. On ne peut préjuger de l’avenir, et on a aucun moyen de pouvoir l’apprécier, tant le rapport de force est extrème. Il s’agit quand même du peuple contre les institutions.

      La violence appelle la violence, sans aucun doute, jusqu’à sa canalisation, si canalisation il peut y avoir..

      En conclusion, lorsque l’instinct de survie collectif est atteint, il n’est plus trop question de justice, tant les choses ne peuvent plus être contrôlées raisonnablement. Il y a un besoin de soulagement qu’il faut savoir assouvir, sans que celui-ci se traduise par une boucherie gratuite et sanguinaire. Bref, il faut des boucs émissaires.

    15. @Antoine

      En conclusion, lorsque l’instinct de survie collectif est atteint, il n’est plus trop question de justice […]

      Soit, mais alors n’en parlons pas comme si c’en était.

    16. @Dissonance: vous avez un point de vue dogmatique: « la violence, c’est mal et un point c’est tout ». Je ne pense pas que cela soit le cas. La violence est aussi utile que destructrice, tout dépend comment et à quel moment elle est utilisée.

      « Nous entrons alors dans un cas typique de cercle vicieux, connu en philosophie morale depuis fort longtemps dans le cadre de la loi du Talion , puisque cette dernière fut originellement énoncée justement afin de lutter contre ce phénomène d’escalade. »

      Vous vous contredisez. La loi du Talion évite l’escalade. Il ne s’agit donc pas d’un cercle vicieux et comme la loi du Talion n’interdit pas la violence (mais la régule), il peut donc y avoir de la violence sans cercle vicieux.

      D’autre part, je pense contrairement à votre vision très chrétienne de la chose, que la non-violence incite à la violence (des autres vis-à-vis de soi). Si vous n’êtes pas capable de vous faire respecter, on ne vous respectera pas. Et au lieu d’arrêter la violence, elle va se perpétuer. Toujours à vos dépens. Tout le monde a plus ou moins connu cela à l’école avec les souffre-douleur, incapables de résister à la violence et par conséquent toujours victimes.

      Et enfin, si la violence entraînait la violence, l’humanité aurait déjà disparu car il n’y a aucun tiers impartial pour la réguler dans l’état de nature. Tout comme dans le règne animal, dont l’homme fait partie, il y a une régulation naturelle qui se fait précisément grâce à la violence. Les animaux attaquent une fois leur voisin puis s’ils sentent de la résistance vont chercher une autre proie ou trouver un modus vivendi avec ce voisin (chacun son territoire). S’ils n’y a pas de résistance, il y a asservissement ou élimination du plus faible. La question n’est donc pas violence ou pas violence, mais se laisser asservir ou pas.

      Un monde sans violence, sans agressivité, n’est même pas désirable. Il signifierait la disparition de l’humanité à plus ou moins court terme.

    17. A dissonnance,

      Tout à fait d’accord, on en est plus à parler, malheureusement, Justice, mais d’existence, et recherche d’un nouvel équilibre.
      La Justice laisse entendre qu’un équilibre doit être retrouvé. Là, il n’y en a plus.

    18. @Moi

      Plusieurs remarques:

      – La contradiction que vous soulevez n’en est pas une. Lorsque j’évoque un cercle vicieux, il faut comprendre que l’escalade mentionnée ensuite en est le synonyme: La loi du Talion existe pour abolir ce cercle vicieux. J’admets néanmoins que mes tournures de phrases alambiquées puissent prêter à confusion.

      – A votre tour vous confondez deux choses: La peur et le respect. La violence n’intime pas le respect, preuve en est précisément la violence que produit le système à l’égard des populations, qui dès lors ne le respectent justement plus. Au mieux, elles le craignent.

      – Vous glissez imperceptiblement vers une justification classique du néolibéralisme, voir du darwinisme social, lorsque vous en appelez à une quelconque régulation naturelle pour tenter de justifier la violence. Ce qui fait de l’humain plus qu’un simple animal, un animal politique, c’est notoirement cette capacité à s’extraire de la loi naturelle en fondant le Droit, et c’est bien par le Droit, matérialisé dans mon exposé par cette fameuse loi du Talion, qui permet d’abolir la violence illégitime pour la remplacer par une discussion contradictoire aboutissant à un jugement, qui à son tour peut invoquer une violence cette fois légitime.

      Qu’il n’y ait pas de juge dans la nature pour départager les conflits n’est pas une preuve en soit de son inutilité. Son utilité réside dans la matérialisation de l’une frontières qui sépare l’état de nature de celui de civilisation.

      P.S. L’évolution de vos propos m’inquiète.

    19. @Dissonance: « La loi du Talion existe pour abolir ce cercle vicieux. »

      C’est pourquoi j’aime beaucoup cette loi du Talion. Vous de même?

      « A votre tour vous confondez deux choses: La peur et le respect. »

      Oui, je les confonds. Et je persiste à les confondre même si l’usage courant actuel tend à oublier leur association (et c’est ainsi que le respect se perd d’ailleurs). Cela est encore visible dans des expressions telles que « tenir quelqu’un en respect » (en lui pointant un pistolet par exemple) ou « travaillez à votre salut avec crainte et tremblement » (épître aux Philippiens) ou encore « La crainte de l’Eternel est un profond respect mêlé d’admiration, une confiance respectuese á Dieu. La crainte de l’Eternel implique la haine du mal » (Proverbes 8:13), etc. Crainte et respect vont toujours de pair depuis la nuit des temps.

      « Vous glissez imperceptiblement vers une justification classique du néolibéralisme, voir du darwinisme social, lorsque vous en appelez à une quelconque régulation naturelle pour tenter de justifier la violence. »

      Je ne vois pas le rapport. Le néolibéralisme n’a pas le monopole de la violence et il ne s’agit pas de parler de forts et de faibles, etc. Je ne justifie pas la violence, je justifie la violence dans certaines circonstances et d’une certaine manière. Je ne suis pas dogmatique sur ce point. Je n’ai pas de tabou sur ce thème. Et je remarque que vos seuls arguments sont de l’ordre de la culpabilisation morale, « la violence c’est pas bien », « vos propos commencent à me faire peur », etc.

      « Ce qui fait de l’humain plus qu’un simple animal, un animal politique, c’est notoirement cette capacité à s’extraire de la loi naturelle en fondant le Droit, et c’est bien par le Droit, matérialisé dans mon exposé par cette fameuse loi du Talion, qui permet d’abolir la violence illégitime pour la remplacer par une discussion contradictoire aboutissant à un jugement, qui à son tour peut invoquer une violence cette fois légitime. »

      Je suis d’accord. Mais que fait-on lorsque la justice est corrompue et aux mains d’une des parties prenantes? Lorsque la loi est bafouée? Que fait-on lorsqu’il n’y a plus de violence légitime?

    20. arf dissonance, vous devriez écouter Moi, vos propos trahissent en effet un dogmatisme qui comme nous avons pu le voir au début de ce fil de discussion finit par aboutir aux conclusions que vous avez eu l’honnêteté de nous faire partager (ce qui est bien).

      le respect ça se gagne avec les poings dans la rue vous savez, la légitimité aussi. aux états-unis, au brésil, au mexique, au kosovo tout le monde s’en fiche des théorie de la légitimité. ça s’appelle « tenir le pavé » et c’est ce qui fait bouger l’opinion publique. la rue est à celui qui l’occupe et par exemple, au nord du mexique elle est au gang* et non plus aux flics. il parait même que certains maires appellent les gang à prendre leur responsabilité en matière d’ordre publique. vous pourriez aussi regarder le rôle de la mafia napolitaine lors de l’unification italienne de garibaldi.

      non vos propos, comme je le soulignais plus haut, trahissent les pensées d’un petits bourgeois qui a les ongles biens coupés, peut-être bohème allez savoir, sorti de l’école pour intégrer une bonne place… mais qui parle de violence! c’est une tradition, c’est la même chose pour la prostitution, on en parle mais sans les concernées.

      je ne parle jamais d’interdiction des ventes à découvert moi.

      (* eux doivent sûrement s’appeler combattants de la liberté ou que sais-je, les élections étant truquées ils sont tout aussi ‘légitimes’ et ont du décider que le commerce des drogues étaient inévitables et donc acceptables.)

    21. @Moi et methode

      Vous m’amusez beaucoup tous les deux. Vos discours s’éloignent de plus en plus de l’argumentation pour dériver vers l’imaginaire pur, celui dans lequel vous allez chercher une image à me coller qui puisse discréditer de facto toute argumentation de ma part, aussi raisonnable soit-elle. Et vous n’y allez pas de main morte. Je vous suis le temps de ce message et ensuite j’arrête. Je n’aime pas perdre mon temps.

      Moi, vos multiples références religieuses me rappellent les grandes heures de l’Inquisition. Vous auriez du donc plutôt dire: « Crainte et respect vont toujours de pair depuis le catholicisme ». C’eût été plus correct. Si vous croyiez vous adresser à je-ne-sais-quelle grenouille de bénitier, vous vous êtes planté magistralement.

      methode, vous êtes à coté de vos pompes. Dramatiquement. Vous l’êtes déjà dans l’image que vous vous faites de moi qui suis chômeur de longue durée, occasionnellement ouvrier agricole, et vous l’êtes encore d’avantage lorsque vous érigez des gangs ou des mafias comme modèles à suivre pour quelque démarche civilisée que ce soit. A ce niveau c’est carrément de la caricature.

      Tous les deux, vous êtes en passe de quitter la démarche citoyenne pour entrer dans ce qui procède du vulgaire mouvement de foule. Même pas l’anarchie, l’anomie pure et simple. Au moins, ayez la décence de ne pas chercher à ce qu’on vous y suive.

    22. @Dissonance: vous semblez à court d’arguments et êtes en train de porter le débat sur le plan émotionnel (outre le plan de la morale).

      Voici un texte trouvé au hasard sur internet, je cite: « La crainte du châtiment est un facteur qui pousse au respect des lois. Elle paraît caractéristique d’une conception ancienne de la société, mais elle est critiquable car la force intimidatrice des lois s’efface avec le temps et leur multiplication pour en réaffirmer la force est interprétée en fait comme l’aveu de faiblesse implicite d’une société qui n’a plus d’autre moyen pour réprimer les crimes et lutter contre leur recrudescence. De là se développe toute une réflexion pour fonder le respect des lois sur la crainte de la honte (Cicéron, Rep. 5, 6, 8). » (pp 21-22).

      Cicéron, ce n’est pas l’Inquisition. Si vous voulez d’autres références, dites-le moi, car je n’aurai aucun mal à vous les fournir tellement l’association entre crainte et respect est un lieu commun depuis l’antiquité la plus tardive.

    23. dissonance,

      la violence soutien l’ordre comme des murs porteurs une charpente. si vraiment vous êtes ouvrier agricole eh bien ma foi ça ne change rien au reste de mes propos, laissez mes chaussures tranquilles.
      aujourd’hui les centres de pouvoir sont perchés si haut (g20) que la violence de la société se retourne contre elle même, la nature n’aime pas le vide: c’est le bouc-émissaire (crise mimétique, rené girard). mais soyez sûr, pour reprendre votre intervention de départ, que la majorité des êtres humains ne demandent (et en a le droit de naissance selon moi*) qu’à s’établir et vivre somme toute paisiblement, à mon sens celui qui oublie ça ne peut plus se revendiquer de tendance sociale.

      éradiquer la violence revient philosophiquement à tenter d’éradiquer la Mort. vaste programme pour notre maigre budget et constituer des monopoles en la matière c’est prendre le risque de dérives étatiques dramatiques. mieux vaut encore tenter de la ritualiser à la sortie de l’enfance au niveau de l’individu. pour vous en convaincre, en asie les arts martiaux ne font-ils pas partie de la panoplie du bon citoyen?

      * car pareillement ,soyez assuré que parmi les gens qui dorment dehors nombreux sont ceux qui sauraient se construire un abris pour l’hiver, évidemment pas pour le voir démoli systématiquement par un bulldozer et quelques policiers à la demande du maire et des ses inénarrables administrés.

      ps: l’intérêt des gang c’est d’observer le problème de la ‘légitimité’ dans ce cadre.
      pps: quand on dit qu’il faut regarder du côté de la chine ce n’est pas que pour sa main d’oeuvre discount.

  15. Faut-il vraiment parler de Cantona ? On ne ferait pas autant de bruit s’il s’agissait de Pierre Dupont. Quant à Cantona, il peut bien retirer ses millions des banques suisses, d’autres n’ont pas cette possibilité et sont otage du système qu’on leur impose. Il y a longtemps que j’évoque dans mon entourage la nécessité de boycotter les banques, pour de multiples raisons et c’est une chose que chacun devrait faire depuis bien longtemps à mon avisi. Cela m’a semblé encore plus évident au moment où les politiques paternalistes ont décidé sans consulter qui que ce soit de sauver le système bancaire. Fallait-il attendre Cantona ?

    1. Pierre, je vous entend mais seulement parce que vous ecrivez sur ce blog.
      Cantonna, je l’ai entendu sur differents sites, a la radio, et meme la gourde en parle.

    2. Reprocher à CANTONA d’avoir bien profité de la finance qui est au service du football me paraît bien curieux…
      Ce n’est pas le footballeur qu’il faut blâmer, mais bien les décisions politiques et économiques prises pour offrir à des gens qui n’ont pas d’utlité sociale la gloire et la fortune. En ce sens, CANTONA n’a fait que se servir de la bêtise des autres. Et si une ministre de l’économie a à craindre les propos d’un footballeur, elle est en droit de s’interroger sur la réalité de son ministère dans l’esprit de ses administrés.

  16. Et si Eric Cantona ne faisait qu’exprimer une véritable frustration de ceux qui subissent, se taisent, et qui quand ils osent prendre la parole s’entendent dire: « voyons, soyez sérieux, vous vous comportez comme un enfant; ceci est un problème d’économistes et d’experts, pas de citoyens. »

    1. Bien vu, c’est tout-à-fait cela qui devient de plus en plus insupportable aux yeux de l’opinion des peuples, comme si les gens de nos jours n’étaient pas déjà suffisamment rabaissés et infantilisés comme ça sur tant de sujets, oui laissons les faire jusqu’au bout car de toutes façons quoi que vous leur proposez vous ne pensez jamais mieux que ces gens là,

    2. En même temps on ne peut pas vouloir être pris pour un citoyen responsable et conscient des enjeux et déclarer publiquement qu’on considère l’effondrement bancaire comme une solution aux problèmes économiques.

      Ce serait à quelque chose près comme prétendre qu’on est footballeur et dire qu’on joue avec un ballon ovale.

      Ce n’est pas cohérent.

    3. Je comprends ce que dit Tano et j’adhere totalement.
      En revanche ce que dit Jeremie n’est pas hyper clair : trop de pronoms.

    4. Bonsoir !

      @ TANO :

      Bien vu !
      Mon constat ( qui va en faire faire enrager et pleurer plus d’un … ici même, mais tant pis … Les décadentistes parasites , on sait ce qu’ils sont devenus à l’epoque de RIMBAUD – entre autres-):
      – CANTONA s’appuit sur son IMAGE !
      – CANTONA est un vulgarisateur pour nombre de personnes ( ben oui ! Tout le monde n’est pas érudit , ne lit pas P.JORION, F. LECLERC, F. LORDON and CO).
      – CANTONA a déjà réussi ! c’est un succès : alertez …et mettre en demeure …. ! personne ne l’a fait aussi bien , aussi rapidement , en s’adressant à toutes les classes … qui veulent bien prêter l’oreille . Or , c’est un SUCCES ! Même les intermédiaires ( JE VEUX PARLER DES MEDIAS DE MASSE ) sont dans l’obligation dans parler .
      PS : Je vous en prie . Soyez , vous tous , ici même et ailleurs, FAIR PLAY : P. JORION n’a pas réussit ce tour de force !!!! Ni JOHANNES ! Ni ZEBU ! Ni F. LECLERC! Ni TREHIN! Ni …. Ni, pou r ne citer que quelque uns, sans animosité, s’exprimant ici même!
      ALORS , un peu d’humilité et de respect ! Les cours d’apprentissage ont déjà repris depuis plusieurs semaines… Au travail !!!!
      – CANTONA , de part son initiative, suscite d’autres initiatives ….. Je regrette simplement un manque de coordination , selon différents paramètres ( shhhhutttt !) .

      Bonne soirée !

    5. A la suite de Tomate, j’ajoute que le bruit que fait Cantona est un enorme PLUS pour la diffusion et l’ecoute d’un discours plus calme et modere tel que celui de M. Jorion.
      Taper d poing sur la table pour demander un peu d’attention ne met pas un terme aux discussions.

    6. D’accord avec Tomate.

      Cantonna propose une fausse solution mais sur le fond il va dans la bonne direction car
      il pointe le projecteur là où ça se passe. Quand les gens se seront rendus compte que la solution proposée n’est pas la bonne, ce sera un écueil en moins pour avancer d’autres arguments, plus pertinents. C’est ainsi que de proche en proche, de thèse en antithèses, que les vraies solutions finissent par devenir évidentes, les mauvaises ayant été éliminées au passage. La partie est encore loin d’être gagnée, mais ça progresse ….

    7. @ Dissonance :
      « Ce serait à quelque chose près comme prétendre qu’on est footballeur et dire qu’on joue avec un ballon ovale. »
      Y en a. Ils le disent pas. Ils le font.
      🙂

    8. Cette idée de retier son argent de la banque, je l’ai entendue bien avant que Cantona ne l’exprime …
      (seulement ce n’était pas Cantona, et donc l’idée ne faisait , ni ne pouvait faire autant de bruit …..)

  17. Pour ou contre le retrait de son argent des banques ?
    Cantona semble le vouloir…mais fera-t-il ce qu’il suggère le 7 novembre ?

    Je demande à voir.

    1. Il eut été préférable , sur le point que vous évoquez procéder selon 2 étapes , la 2 ème étant entreprise si aucune réaction de la partie adverse .
      A savoir :
      – Etape n°1 : Conclurer tous les contrats ( PEL, Assurance vie , Opcvm) qui peuvent l’être ( ce n’est pas le cas de tous les FCPI, de mémoire… à confirmer !!! ) pour ceux qui en disposent …. en ne ne faisant aucune référence à l’objectif final.
      Ainsi, tout se retrouve sur le compte courant … Et les banques font sérieusement la gueule … Et le gouvernement ausssi …. Et les médias aussi … Et les marchés aussi !
      Etape n° 2 : Retirez le maximum autorisé, hebdomadairement ! Et ne laissez que le minimum .
      PS : Certains résidents de notre pays, procèdent ainsi, chauqe mois, depuis plusieurs décennies….. Réfléchissez…. Ils nous ont montré la voie !!!

      PS : Il existe des variantes à et entre ces 2 étapes … mais SCHUUUTTTT !!!!

      PSS : J’adorerai que les banques, la finance en général et les politiciens, tournent la visse… Juste pour voir !!!

  18. Et que faire avec les Banques qui n’en sont pas vraiment? Les caisses populaires Desjardins, au Québec, comptent plus de 5 000 000 de membres, aussi bien dire la grande majorité des Québécois. Les caisses Desjardins sont un coopérative! Les profits sont redistribués aux membres. Pourquoi ne pas s’en inspirer partout?

    1. Peut-être que c’est un hasard, mais la crise a été moins pire ici que partout ailleurs dans les pays industrialisés. Il faut dire que la bulle immobilière n’a pas éclatée ici. Et elle continue de gonfler en ce moment à cause des bas taux d’intérêts qui alimente la spéculation.

  19. Quel phase de jeu: Cantona (que l’amour=videz vos comptes et remplissez vos coeurs), qui se fait tacler par Lagarde(ienne) du bisness « qui veut nous rendre heureux »(voir article dans 20 min), ça donne des frissons !

    quel drôle de monde ,car le foot et le bisness c’est du pareil au même et toutiquanti . Si on retire le ballon du jeu tout s’arrête , si on retire l’argent aussi.

    On peut dire qu’ils jouent tout les deux au même « jeu ». Y-en a t-il un plus propre que l’autre ?

    1. Il tape bien dans son ballon, il gagne du fric.

      Ils ont joue au casino, ils ont perdu, ils me demandent du fric.

      Franchement, non, je ne pense pas que Cantonna et les banques jouent au meme jeu.

    2. Dans ce « jeu »c’est toujours notre argent qui est soit volontairement orienté soit obligatoirement dirigé. Est-il bien utilisé dans chacun des cas ?
      La fonction de l’argent pour se divertir en masse(parfois incontrôlable) est -elle plus adaptée pour la société à celle de contenir la dette massive( souvent incontôlée) ? Où est la vraie fonction de l’argent dans une société ? Quand on n’a eu le ballon et l’argent il ne faut pas parler trop vite.
      Moins de pain, plus de « jeu » et absence d’arbitre ça ne peut que mal finir.

  20. Je vais regarder l’émission bien qu’elle soit programmée à une heure tardive. Sait-on quels seront les autres invités ?

    Cantona n’a pas lancé l’initiative (d’autres s’en sont chargés), il a simplement dit (ce qui est vrai du reste) que la vraie révolution était de frapper là où ça fait mal, i.e. retirer l’argent des banques.
    Mais son idée n’intéressera que le vrai révolutionnaire, celui qui est prêt à provoquer et à subir le chaos. Et des révolutionnaires de cette espèce, il n’y en a pas suffisamment pour faire écrouler le système.

    Pour ma part, je pense qu’il n’y a pas besoin de ça, le système étant déjà voué à s’effondrer tout seul, tel qu’il est parti.

    1. Je ne sais si CANTONA sera présent !!!
      Si ce ,n’est le cas , c’est vraiment dommage !!!!
      TADDEI ( peut être n’a t’il pas le choix????) aurait du l’inviter , avec une autre personne)
      … mais SCHUUUUTTTT !

      Toutefois, J’espère, Mr JORION, que vous mesurez , l’opportunité qui vous est servie, sur un plateau , par CANTONA, pour appuyer et divulguer vos propositions !!!!
      Il serait regrettable de louper le coche … « A 2 pas du bol de riz …  »
      Soyez concis et vulgarisateur !

  21. @Cantonat

    Au total la valeur du patrimoine financier des ménages est de 3 450 milliards d’euros (2009).

    Les banques françaises gèrent ce patrimoine, si vous ruinez les banques vous ruinez les Français et notamment la classe moyenne.

    1. ah !
      encore penser ne rien changer pour que je perde pas au jeu
      c est quoi la classe moyenne
      il y as pas que des humains ?????????????

    2. ouais hop, y a les 500 Mamies du top50 qui perdront une fortune qu’aucun mortel ne peux dépenser en une vie.
      Quelle arrogance quand on sait que nos vieux crèvent dans des mouroirs aseptisés pour 4000€ par mois, alors qu’une masse de chômeurs ne demandes qu’a avoir les moyens de lancer des activités pour aider ces vieux! Un papi chez lui avec une personne pour s’occuper de lui, et pour pas cher, c’est possible?
      Au fait, dans ma région en Alsace, on peut travailler en échange d’un gite et d’un couvert, avec bien sûr quelques bouteilles en bonus.
      Si « kernel panik » il y a dans le système financier, tout ne sera pas tout blanc ou tout noir, les entreprises payeront leurs employé plus directement en nature ou en liquidité si elles en ont, liquidité qui va connaitre un gain de valeur relatif à la demande.
      J’aurais toujours besoin de bois en hiver, de nourriture, etc..
      Les champs étant toujours là, les tracteurs agricoles actuels tournant à l’huile de colza et à l’eau (pentone). Un agriculteur n’a pas besoin de la bourse pour vivre, il à juste besoin que son chiffre lui permette de construire un silo sécuritaire pour ces grains. Ces grains ils les a ramassés dans ces récoltes. Il produit son carburant, il connait des techniciens/mécaniciens/bricoleurs/inventeurs qui cherchent à proposer leurs idées et prospérer.
      Je ne site ici qu’une branche de la population, mais je pourrais procéder de même avec le boulanger, le boucher, le chasseur, l’éleveur, le bucheron, le sylviculteur, le transporteur, l’informaticien, le métallurgiste, le sidérurgiste, le chaudronnier, le vigneron, l’aide soignante, le chirurgien, le pharmacien, le chercheur en physique quantique, le pilote de blackhawk, la batracien, on peut tous les mettre (même le banquier),
      sauf : le rentier, l’actionnaire (sauf long terme), le trader, le boursicoteur.

    3. @Charles A

      « Argument très moyen…
      et pas classe du tout. »

      Je sais bien que ce genre d’argument ne plait pas ici mais c’est pourtant la réalité, et c’est pour cela qu’on ne peut pas simplement les mettre en faillite. Bien sûr je comprends qu’une partie de la population en augmentation constante souffre et a des fins de mois difficiles, il faut donc un Etat beaucoup plus redistributeur qui taxe trés fortement les créanciers et au niveau bancaire il faut séparer les banques de dépots des banques d’affaire spéculatrices. Rien que ces deux mesures et déjà ça devrait aller mieux à condition de limiter la libre circulation des capitaux.

    4. @ CHR
      Comme vient de l’expliquer ATTAC, il faut en finir avec le rafistolage

      Le minimum, c’est un moratoire sur les dettes , premier pas vers la répudiation, et l’expropriation des banques. Il n’y a qu’à l’UMPS qu’on pourrait imaginer que de telles mesures frapperaient ceux qui travaillent, « classe moyenne » y comprise. Elles ne visent que le capital accumulé en dormant.

  22. Je trouve vraiment bizarre que cette histoire enfle et prenne de l’ampleur. Organiser une panique bancaire revient à demander à provoquer l’effondrement de tout le système. Je ne le pleurerai pas une seconde. Je serai sous les décombres, probablement mort, surpris si j’en réchappe mais pas du tout triste de la fin du pouvoir de ces gens.
    Si mon sentiment est partagé, alors ce système n’est plus du tout légitime. Il va rejoindre le communisme des pays de l’est. Je ne pense pas qu’un système politique puisse survivre à une telle illégitimité.
    Une telle initiative ne devrait que provoquer un sourire poli. Christine Lagarde et d’autres ont réagi. Je ne vois qu’un seul sens à ces réactions. Ils ont peur. Ce n’est pas de la réussite de cette opération. Le simple fait de fermer les portes des banques cassera cette entreprise.
    Une autre idée est que si les gens se lancent et qu’ils trouvent les portes closes, l’idée de complot des dominants sur le reste de la population aura un argument parfaitement tangible en sa faveur. Pour la légitimité des gouvernants, cette expérience serait extrêmement brutale. Ce serait une preuve tangible que les gouvernants protègent les banquiers et pas du tout la population. Ce serait beaucoup plus tangible que les sauvetages très généreux des banquiers aux dépends des contribuables (et ça continue si j’ai compris quelque chose). Il serait même possible de filmer les portes fermées des banques. Il serait possible d’interroger des gens qui voulaient retirer tout leur argent. Il serait possible de dire, preuve à l’appui, que l’argent déposé en banque n’est pas à ses déposants. Tout cela ferait vraiment très mal à la légitimité du système.
    Les Instituts Hayek, Molinari et autres pourraient avoir un peu de peine à rétablir la situation dans les esprits. Ce serait un très grand pas vers une révolte vraiment violente.
    Plus la situation évolue et moins la nature des moyens utilisés contre ce qui se passe maintenant m’inquiète. Si elle dure assez longtemps, je pourrais me mettre à sourire à des scènes atroces.

    Je déteste cette idée. Je nous vois sur une corde très raide et de plus en plus glissante. Les dernières mesures d’austérité (et il y en aura d’autres) sont comme le savon sur cette corde. Quand je glisserai, des scènes horribles me donneront le sourire.

  23. Le pire c’est qu’en intervenant de la sorte ce soir, Paul donnera davantage raison à la parole
    de nos élites bancaires comme de Mme Lagarde sur la question d’Eric Cantona, c’est peut-être un peu ça qui me dérange, je me demande d’ailleurs si Paul a vraiment bien réfléchi sur
    la question et contrairement à tant d’idées reçues venant de la part de nos élites mondiales,
    comme de nombreuses personnes,

    On pourrait croire et penser en effet que cela soit une très mauvaise idée à suivre pour les pauvres gens, mais les pauvres gens combien d’argent il leur reste encore sur leur compte ?
    Et pourquoi pas conseiller une telle démarche si c’est pour mieux s’adresser à meilleur établissement ayant un peu plus le souci de l’éthique, à vrai dire sur la question, je m’interroge encore, je n’ai toujours rien tranché à ce sujet, quand bien même Paul nous aurait encore dit,
    Paul n’est pas non plus infaillible sur tous sujets, si encore la plupart des gens du monde avait réellemment le courage au coeur et à l’esprit d’entreprendre une telle démarche

    1. Mais le simple fait que ça attire l’attention de la population, ordinairement rétives aux concepts économiques, sur le phénomène bancaire, l’oligarchie financière, et le simple fait que la population puisse prendre conscience qu’ils ont du pouvoir, en voyant les banques avoir peur, ceci pourrait bien être une petite victoire. Alors qu’ici, sur ce blog, on élabore de belles idées, et je le dis sincèrement, qui sont malheureusement loin d’un public non-averti, et massif, celui qui peut vraiment faire frémir les dirigeants. Il faut un contre-pouvoir à l’oligarchie financière, qui fait manger dans sa main la classe politique. Et ce contre-pouvoir, c’est le peuple. Mais pour que ce pouvoir s’exerce, il doit être impérativement canalisé.

    2. Canalisé…. certains diraient manipulé. Si monsieur Jorion avait été footballeur pro, il aurait peut-être pu convaincre d’avantage les foules….

      LA proposition Cantona est symbolique, et a le mérite de faire prendre conscience au peuple de sa force, envers ce qui apparaît à tout le monde comme une forteresse inexpugnable. Les livres et les discussions (sans fin) sur tel point de détail de telle théorie sur tel aspect de la finance globalisée ou de la création monétaire ont leur importance, mais il faut être réalistes :on est à mille lieues des préoccupations actuelles d’une partie de la population, qui ne cesse d’enfler. Tout ça est trop abstrait…. Avec ce que propose Cantona, on a l’impression d’agir.

    3. @DidierF

      On pourrait croire et penser en effet que cela soit une très mauvaise idée à suivre pour les pauvres gens, mais les pauvres gens combien d’argent il leur reste encore sur leur compte ?

      L’an dernier, une employée de la Poste nous disait qu’elle voyait de plus en plus de gens venir effectuer des retraits de 5 euros de leur livret A pour acheter de la nourriture pour plusieurs jours. Ce doit être bien pire aujourd’hui .

      Puisque une loi a été créée, il y a quarante ans, par le gouvernement pour nous obliger à toucher notre salaire ou nos indemnités de chômage sur un compte en banque, il ne faudrait pas que les banquiers estiment que notre argent en dépôt leur appartient et refusent de nous le rendre, sinon nous pouvons nous considérer comme les victimes d’un vol organisé.

      La tricherie des banques sur les dates de valeurs, toujours au détriment des clients les plus pauvres, devrait être punie par la loi.

      Hors de toute organisation politique de droite ou de gauche et bien avant ll’intervention de M.Cantona, , cela fait plusieurs mois que nous retirons notre salaire le jour où il nous est versé , même si la banque le retient une journée ( de quel droit ?) et nous payons tout en liquide, même les entreprises qui se font régler habituellement par TIP, EDF, Veolia,…ou par prélèvement mensuel ( téléphone, Internet, , loyer ou remboursement d’emprunt immobilier au Crédit Foncier en liquide ) . Tout en liquide, plus aucun frais bancaire .

      Plus d’achats non indispensables, plus de grandes surfaces ni de boutiques, rien que des achats aux petits producteurs locaux et des échanges de services, plus de crédits, plus de cartes de crédits , plus d’agios.Un mode de vie plus raisonnable d’êtres humains et non de consommateurs . Plus rien à perdre mais au moins on n’engraisse plus les financiers rapaces. Nous reprenons modestement un peu de contrôle de nos vies, de nos choix de vie .

  24. L’économiste André Orléan dénonce l’«inertie totale d’une Europe impuissante» face à la crise
    Le plan d’aide à l’Irlande n’a pas convaincu les marchés, désormais suspendus aux annonces de la Banque centrale européenne (BCE), ce jeudi. Dans un entretien à Mediapart, l’économiste André Orléan décrit une Europe «divisée et impuissante». D’un côté, l’Allemagne «autocentrée». De l’autre, des «petits» pays piégés par l’austérité. «Les salariés ne peuvent continuer d’honorer les hauts revenus de la finance», prévient-il.

    http://www.mediapart.fr/journal/economie/011210/leconomiste-andre-orlean-denonce-l-inertie-totale-dune-europe-impuissante-fa

  25. Si encore la plupart des banques n’avaient pas tant croqués, les gens pourraient encore faire
    un meilleur choix bancaire et d’éthique de nos jours en société, hélas je vois mal comment une meilleure purge bancaire pourrait se faire, lorsque tout et toute démarche ne peut même plus guère inverser la très funeste tendance financière du monde actuel, oui autant glisser tout doucement dans l’abime et sur plusieurs décennies de calvaire en plus,

  26. Il y a une seule chose que je retiens, c’est le mérite de Cantonna d’avoir fait un coup médiatique :
    car pour une fois on évoque ‘ »Les banques » comme responsable et les ministres se sentent touchés d’avoir été à la fois impuissants incapables ou corrompu à la finance à tout va.
    C’est médiatique, mais ça désigne le problème : le tout nous est permis de la finance avec la mauvaise fois qui va avec…

  27. La télé c’est mal. Heureusement, en général, quand il s’y passe quelquechose valant la peine d’être regardé, il y a une bonne âme pour la rediffuser sur Internet. J’espère donc pouvoir vous y voir dans cette émission qui, vu l’heure de diffusion, laissera peut être transpirer quelqu’information utile…

    Quoi qu’il en soit, même si cette action ne donne rien, elle aura au moins le mérite de poser le débat et d’éveiller quelques consciences. Et cà, c’est déja une victoire.

  28. Comme 1er coup de semonce aux banques je vais virer mes maigres économies du livret A vers le compte courant avant le 15/12.

    1. @ Papiman
      Bravo ! C’est comme participer à une manifestation, avec d’autres moyens.
      J’espère que Paul se fera l’écho du ras-le-bol de tant de gens, dans tant de pays !

      Puis, il est important d’aider à la prise de conscience par des moyens très divers; à ce titre, l’initiative de Cantonna est un premier succès. Imaginons-en d’autres. Avec des vedettes du show-biz s’il le faut.
      Ils ne sont pas plus bêtes que d’autres dans ce milieu, même si certains sont riches. Leur avantage est d’être entendus par le plus grand nombre, comme Coluche par exemple. Et peu importe s’ils ont placé leur argent en Suisse ou au Luxembourg. Ils seront aussi victimes du chaos qui se prépare. Et l’histoire nous a montré que parfois les riches donnaient leur argent pour la bonne cause. Ne confondons pas les personnes et les idéologies.
      Je dis donc bravo à Cantonna s’il défend la bonne cause, celle qui nous tient à cœur dans ce blog.

    2. @Alain V
      Même en Italie le virage est pris avec une émission comme « Vieni via con me » diffusée sur la RAI 3.
      http://www.vieniviaconme.rai.it/dl/portali/site/articolo/ContentItem-a95c8396-60c8-44ec-8b9a-6c0ffe99773f.html
      J’ai suivi la dernière ce lundi, je peux vous assurer que ça décoiffe. Rien à voir avec la télé qui donne la berlue. Du concret, loin des « oligarchies » de toutes natures, retour au terrain.
      Revoyure :
      http://www.rai.it/dl/portale/homeRai.html

    3. Travaillant dans une banque, je peux vous dire que si tous les clients retirent leurs fonds des livrets pour les mettre sur les comptes courrants, la direction offre le champagne…

    1. L’article du monde diplo n’est pas tout à fait négatif. On lit vers la fin de l’article :

      « Et si vraiment violence il devait y avoir, plutôt celle qui permet de reprendre les institutions confisquées (ou d’inventer de nouvelles institutions) que celle qui nous jetterait les uns contre les autres dans des luttes pour la survie matérielle. Qu’elle le dise de travers n’empêche pourtant pas la sortie de Cantona d’avoir son fond de justesse : les tyrannies ont rarement le bon goût de quitter d’elles-mêmes la scène de l’histoire et seuls des rassemblements de force adéquats peuvent les en expulser. La finance a régné 25 ans, c’est plus qu’il n’en faut pour dresser un bilan, et le bilan dit : c’est assez.  »

      Bref, dès que quelqu’un lance une action, il y en aura toujours pour dire : « L’idée est bonne, mais ce n’est pas comme cela qu’il faut faire. »
      Un jour, il faut s’arrêter de discutailler et faire quelque chose, même si c’est maladroit. Maintenant, il faut faire peur aux gouvernants, montrer que le peuple est capable de les remettre en cause et leur dire pourquoi il le fait. Et l’action proposée par Cantona est de celles que les banquiers craignent le plus, on en a parlé à l’AG de la banque en janvier.
      .

  29. Bonsoir à tous et en particulier, à vous, Mr Jorion,

    Article intéressant à ce sujet paru sur Owni soulignant le caractère contre-productif de ce mouvement : LA RÉVOLUTION CANTONA: UNE FAUSSE SOLUTION POUR UN VRAI PROBLÈME

    La proposition démagogique de Cantona revient, pour les bank runners, à se tirer une balle dans le pied. Les actions coup-de-poing sont nécessaires mais demandent un peu plus d’intelligence et de finesse.

    Ma réflexion est sans doute naïve mais pourquoi des banques associatives, des banques à taille humaine, n’existent-elles toujours pas ? Le premier pas serait de commencer à ne plus être dépendant vis-à-vis des monstres que sont devenues les banques. En somme, comme nous ne pouvons pas compter sur l’action des hommes et femmes politiques, faisons-en sorte, chacun d’entre nous, de reprendre le pouvoir et le contrôle de nos vies. Et cessons de croire en l’élu présidentiel messianique…

    1. Lisez aussi les commentaires de l’article, comme celui-ci qui met les choses au point :

      « Je pense qu’il y a un malentendu sur la “révolution cantona”.

      il ne s’agit pas tant de créer une panique bancaire que de montrer de manière symbolique que l’argent avec lequel les banques font joujou appartiennent aux particuliers.

      c’est également l’occasion d’expliquer aux gens les rouages de la création monétaire dont dépend l’ensemble du système. A savoir un système qui place les banques en situation de monopole qui met toute l’économie à genoux devant elles.

      le site du mouvement bankrun 2010 explique tout cela très bien : http://www.bankrun2010.com/

      Bref, moi j’irai retirer mon argent, pas tout, juste le retrait maximal autorisé. Si tout le monde fait pareil l’impact sera bien sur nul pour la stabilité des liquidités, mais cela montrera que les citoyens ne sont pas dupes de la pyramide de Ponzi à laquelle ils sont soumis depuis trop longtemps.

      La “révolution Cantona” s’il en est une, il ne s’agit pas tant d’une révolution économique que d’un coup médiatique destiné à informer les gens. Est-ce si inutile ? »

    2. Je vous cite, Batou:

      Et cessons de croire en l’élu présidentiel messianique…

      C’est pas faux qu’on y croit, à en juger par la participation et l’engouement que nous avons pour les élections présidentielles. Mais sur ce blog, je n’ai pas beaucoup vu cette attente messianique se manifester. Est-ce qu’il y a des solutions type démocratie+autogestion?

  30. Hors sujet, quoique….

    A NOS AMIS IRLANDAIS / TO IRISH PEOPLE :
    Souvenez vous !
    Souvenez vous de cet homme , profondément humaniste, un des vôtres, un des nôtres ….

    THEOBALD WOLFE TONE

    Inspirez vous de son humanisme !!!!! rappelez vous, comme il aimait son pays… et qui a servi , EN FRANCE, durant une période qui est fréquemment abordé, sur ce site, depuis plusieurs mois !

    http://www.theatrum-belli.com/archive/2010/11/01/theobald-wolfe-tone-heros-du-nationalisme-irlandais-et-offic.html#more

    Bonne soirée !

  31. Bonsoir,
    je veux juste préciser que Canto n’a rien proposé, il a émis une réflexion sur le pouvoir des manifestants (s’ils veulent changer le système qu’ils s’attaquent aux banques) basée sur l’affirmation que ce sont les banques qui détiennent le pouvoir.
    A mon sens c’est là qu’est le vrai débat, qui détient le pouvoir ? comment permettre à l’économie réelle de fonctionner sans être soumise aux marchés spéculateurs ?

  32. Ce qui me fâche le plus, c’est que dans les circonstances aucun dividende ni aucun bonus n’aurait du être distribué mais mis en réserve et transformé en fond propre.
    C’était la moindre des choses après le chaos qu’ils ont mis avec leur crédit bulbe de tulipe pour s’en mettre plein les poches.

  33. bravo pour vos interventions face à l’économiste qui nous dit que nous, le peuple, n’ comprenons rien!!!!

    MERCI!

  34. Bonsoir Mr Paul Jorion, ce commentaire pour vous témoigner mon engouement pour votre prestation chez Taddéi. Vous vous êtes bien défendu face à cette économiste. Je vous soutiens du mieux que je le peux (bouche à oreille etc) et je continue de vous suivre.

    Bon courage pour la suite.

  35. Taddei il n’est vraiment pas gentil: il a mis une poids mouche face à un poids welter !! Résultat: KO technique au premier round… (la pauvre, elle ne voyait même pas d’où venaient les coups !!)

    1. Ouais Pablo. Honnêtement, j’ai rapidement fermé la fenêtre. Et suis parti me couché, chagriné. J’ai fait un cauchemar traumatisant. J’en suis encore tout retourné…
      Laisse moi t’en narrer ce que ma délicatesse légendaire et mon auto-censure inconsciente m’autorisent à rapporter ici :
      Paul, imperturbable et dominateur, seyant et sardonique rictus à peine esquissé sous la commissure droite des lèvres – d’où, justement, s’écoulait un mince filet sanguinolent… – alignait voluptueusement de son redoutable X-TRAP MONTECARLO BERETTA ** une succession inépuisable d’ersatzs de pigeons d’argile que je pouvais nettement identifier, sans nulle recevable contestation, comme une ribambelle de médiocres, sur-rimmélisées et replètes économistes entre deux âges.
      C’était positivement ÂÂÂffreux. Bref, un cauchemar en triple ÂÂÂ pour un Bâle-Trappe dantesque.
      🙂

      **Caractéristiques :
      -Le fusil semi-automatique Beretta UGB25 Xcel se caractérise par un sytème innovant de verrouillage à canon basculant qui en facilite l’emploi en toute sécurité lors des compétitions.
      -Ce nouveau type de verrouillage permet le déplacement du tireur d’un poste de tir à un autre sans avoir à extraire la cartouche de la chambre (comme c’est le cas sur les semi-automatiques traditionnels à canon fixe), en faisant simplement basculer le canon.
      -Le canon unique offre l’avantage de maintenir le point d’impact du second coup exactement en ligne avec le premier, et garantit ainsi d’excellentes prestations.
      -Détente réglable de compétition,
      -Optima-Bore (18.6mm) et chokes Optimachoke.
      -Excellentes prestations et gerbe améliorée avec des cartouches à plombs et billes d’acier.
      -Crosse avec Memory System (en option) et possibilité de varier la longueur.
      -Système d’amortissement de recul Beretta.
      -Plaque de couche Gel-Tek.
      -Sensation de recul minimale.
      -Livré en mallette avec accessoires.

      *Disponible en canon de 76cm.
      *Disponible avec Memory System.

      *Caractéristiques Techniques :
      -Calibre 12,
      -Crosse réglable,
      -Chambre : 70mm,
      -Bande 12mm,
      -Mono détente,
      -Crosse MONTECARLO MEMORY SYSTEM,
      -Livré avec 5 Optimachokes INTERCHANGEABLES.

      *Prix de vente conseillé 2010 : 4252€.

    2. @ Vigneron

      Tiens, tu fais des fautes d’orthographe toi aussi (« suis parti me couché ») – ça fait plaisir de voir des failles dans la carapace… 😉

      Sur le fond, l’essentiel c’est qu’on puisse entendre à la TV certaines choses qu’on y entend jamais dire et que P.J. a dites, non? (surtout après le débat plus qu’énervant sur WikiLeaks). Je trouve qu’il a établi même un record: celui de dire le plus de choses importantes dans le moins de temps imparti possible (d’où sa vitesse d’élocution, rare à minuit à la TV). En face, la mouche académique avait l’air ahurie des claques qu’elle n’attendait pas, ce qui faisait plaisir à voir. Bref, pour moi le défaut principal de l’émission c’est qu’elle était trop courte…

      À propos d’armes, ta Beretta elle est un peu vieillotte, je trouve. Regarde ce qui se fait maintenant dans le domaine:

      http://www.slate.fr/lien/31057/nouvelle-arme-fatale-armee-americaine

      On dirait qu’elle a été inspiré de tes attaques contre tous les suspects d’accointances avec le Grand Capital, mais aussi contre les tièdes, les médiocres et autres égarés de l’Essentiel que se promènent par ici… 😉

    3. @pablo

      Manquent pas d’air ces ricains ! Affirmer tout de go qu’ils ont fabriqué l’arme révolutionnaire qui va mettre fin à 35 000 ans de technique guerrière d’embuscade… Les boursoufflés de la boursoufflure. Sûr que leurs casques lourds et leurs rangers kevlar-coqués et coquets doivent sacrément endolorir leur tour de crane et leurs jointures inférieures hypertrophiées…

      Bon, c’est sûr en même temps qu’ils auront un net avantage comparatif s’ils préservent leur exclusivité sur le concept, m’enfin ce serait tellement mieux si on laissait le choix des armes dans un conflit au plus faible présumé, où à celui chez qui se déroule les combats, par exemple. Sans parler de les laisser au placard, oeuf corse.

    4. ce serait tellement mieux si on laissait le choix des armes dans un conflit au plus faible présumé

      Le fort et le faible, ça ne dépend pas des armes, justement? Si les talibans avaient des drones, des tanks, des bombardiers furtifs et des bombes de plusieurs tonnes, vous croyez que les courageux américains iraient faire les malins là-bas?

  36. J’ai beaucoup aimé l’intervention de M. Jorion sur l’émission. Je pense qu’effectivement beaucoup de gens en ont assez de voir que la crise bancaire a été payée principalement par le citoyen lambda. Il est dommage que l’on sous estime ou qu’on méconnaisse ce mécontement qui va grandissant dans une société où on a le sentiment que certains, plus aisés, sont favorisés alors que d’autres ne font que subir. Je ne sais pas ce qui arrivera le 7 Décembre mais ce ne sera pas le seul mouvement de protestation de ce type qu’on enregistrera, ce n’est qu’un début.

  37. Très belle émission mais Paul Jorion mériterait un autre débat et des adversaires plus robustes ou plus réfléchies que Catherine Lubochinsky,elle est vraiment zéro….n’ a rien écouté sur l’argumentation de Paul Jorion…..le pire s’est qu elle enseigne l’économie ,on comprend mieux la situation actuelle avec ce type de prof:-)
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Catherine_Lubochinsky

  38. Excellente émission. Je dois avouer que vos iterventions, Mr Jorion, font sacrément plaisir à entendre sur un « mass media » (malgré l’heure tardive)
    Merci a vous, et merci à l’équipe de cette émission de vous avoir invité!

  39. Paul Jorion a été excellent comme d’hab. La pauvre économiste en face completement à la ramasse comme 99% pour pas dire 100% des gens que l’on voit à la tv en parler.

  40. Cher Paul Jorion,

    Je vous ai trouvé très bien ce soir chez Taddéi. Juste ce qu’il faut de colère contenue mais vraie pour souligner vos arguments.

  41. Superbe participation de Monsieur Jorion. Je souhaiterais que ma génération ait un peu plus son sens de la « révolte ».
    Et si le « ras le bol » doit s’exprimer de façon aussi maladroite que celle préconisée par Cantona et bien qu’il le fasse…Patience et longueur de temps feront, pour l’instant, plus que force ni que rage.

    Une bouffée d’air cette intervention.

  42. Assez proche du message de Cantona il y a la campagne de Max Keiser qui propose de convertir des devises en argent Metal pour faire monter les cours et forcer la livraison de quantite de position nue detenue par JP Morgan. En europe c ‘est surtout l’Or qui a la faveur des investisseur, entre autre grace au regime tva mais aussi suite a la sortie du bimetalisme plus ancien.
    Le reste du monde et surtout,les etats unis voie encore le Silver comme de l’argent
    Les stocks d argent disponibles sont faibles par rapport a l’or ce qui en fait une bonne cible pour une attaque citoyenne contre une banque. C’est un peu l’ idee de cantona au carre .

  43. Voilà je viens de regarder l’emission. C’était tout de mee assez afligeant sur la partie économique on avait un début sur l’idée de la revolution « à la cantona » et une économiste qui faisait mine de ne pas comprendre l’interet de la chose et à jouer la carte du populiste. Mais vous allez mêttre en difficultée le systeme banquaire, en plus vous risquez de vous faire voler cette arfgent, vous allez en faire quoi de vos billets? Pour les grosses sommes on exiges une CB ou un cheque… Le but n’étant pas de disposer d’argent mais de faire ecrouler le systeme l’interet de ces questions est proche du zéro absolue.

    Je n’ai pas réussit à contacter directement Paul Jorion, je ne comprends pas si le contact du blog renvoie vers l’équipe du blog (service technique + redacteur) ou celui même, dans l’espoir d’en faire aussi profiter les lecteurs du commentaire je me permets de poster ici mes quelques remarques.

    Il y a comme souvent (pour ce genre d’émission) des explications simples sur les thermes techniques, vous n’avez pas saisi l’occasion de développer plus en détail vos proposition de solutions.
    Vous avez lancé le terme de CDS position nue, dans un contexte ou les citoyens sont de plus en plus conscient du probleme banquaire, de la disparité des richesses qui s’accélère expliquer plus en détail ce qu’est un CDS position nue aurait rapidement mis en evidence l’absurdité de ce style de message et vue le contexte sa nocivité pour une plus grande partie des téléspectateur.
    Quand vous avez parler de la baisse des salaires en valeur réel pas absolue, j’ai vue les yeux autours de moi monter (je n’ai pas regarder pour une fois l’émission seul). Une rapide explication aurait là aussi j’ai bien peur qu’une petite explication plus en détail soit nécessaire.

    1. c’est la difficulté de parler à des non-connaisseurs , de se mettre au niveau des écoutants sans les prendre pour des débiles ( ce qu’ a fait cette prof nullissime )

      cette difficulté se retrouve pareillement dans la militance politique à gauche de la gauche ……….

  44. Clair, net et précis.
    Que de vérités essentielles en si peu de temps.
    A nous de relayer ce matériel précieux.
    Vu avez du mettre le doigt là où ça fait mal vu les réactions pour le moins embarrassées de votre vis à vis.
    Bravo Monsieur Jorion, chapeau bas.
    Ah ça on ne l’oubliera pas.

    1. @ Lisztfr
      Vous avez raison, Védrine a perdu une occasion de se taire. Il donne en cela une parfaite image de l’establishment confronté à cette nouvelle pousse de l’information permise sans doute par une innovation technologique mais au service d’une conscience qui considère que le travail journalistique est un peu trop souvent assoupi à son gré voire « embarqué » tel que la chose fut désignée dés le début de la guerre d’Irak. A cet autre titre aussi, cette émission est instructive car elle montre comme le nez au milieu de la figure à quel point les censeurs ont rapidement tous la même gueule. Pas très brillant en effet ce lâché de chiens tout en sueur.
      J’ai apprécié le flegme tout british de Percy Kemp, il faisait contraste avec son voisin de droite, notre ami Paul, qui lui était remonté à bloc et rayonné comme une pile neuve.

  45. Pas mal du tout Mr. Jorion, vous avez réussi à dire beaucoup de choses en peu de temps, mais vous êtes peut-être en avance sur ce genre d’émission où l’on discourt sagement. Vous êtes le seul qui a présent à l’esprit la formule de Marx, que la philosophie doit changer le monde et cesser de le contempler, sans doute parce que vous étiez le seul dans cette assemblée à avoir une idée de la gravité de la situation, que les autres ne voient que de loin ! Mais inutile de s’inquiéter, vous êtes le représentant de 70 % des gens en France, qui eux ne le savent pas encore non plus, mais le seul qui comprend leur situation intimement et pas seulement comme donnée statistique. Percy Kemp est intéressant également, tandis que Védrine m’a profondément énervé et déçu. Non seulement par ses attaques ad hominem, mais pour défendre de façon abjecte et malhonnête (mélangeant privé + public par ex) un système abjecte, qui nous a valu le 11/9 et la guerre d’irak. Si c’est à cela qu’abouti sa diplomatie, qu’elle aille au diable.

    1. Seul le réel courage spirituel des êtres pourraient encore nous éviter l’inévitable de se produire, mais est-ce vraiment bien ce que veulent les gens de nos jours ? Plus je recherche à changer les choses avec l’intellect, la philosophie, comme avec l’esprit de plus en plus fragile et frileux bancaire et moins l’esprit du monde change paradoxalement, si encore la plupart des êtres prenaient véritablement le temps de mieux contempler les choses, la vie, les êtres,

      La nature se montrerait sans doute moins en révolte contre l’homme, comment réellement changer le coeur de ma femme, de mon prochain, d’une pauvre et modeste personne de plus si je ne prends déjà même plus le temps de contempler les choses de la vie comme dans un travail, non Lisztfr pardonnez-moi je ne suis pas toujours en accord avec ce que vous dites, et pourtant vous n’êtes pas une personne aussi inintelligente c’est juste que tout cela vous fait de plus en plus mal, bien à vous cordialement,

  46. Je viens de regarder Ce Soir Ou Jamais, je ne pouvais prendre le chemin de mon lit sans vous dire bravo et merci pour votre intervention. Il était temps d’entendre ce point de vue après le language unique entendu dans les médias ces derniers jours avec en tête de liste notre imbue et imbuvable cruche de ministre.
    A la courte idée omiprésente : « les premieres victimes de cette idée de Cantona seront les pauvres eux mêmes », vous avez enfin su opposer une idée plus profonde et en phase avec l’attente de ceux qui la comprennent.
    Autrement dit comme dit notre ministre ou cette idiote sur sa tour dorée qui vous faisait face ce soir, « ne faite pas sauter le système, vous serez les premières victimes » n’est autre que leur meilleur discour de défense et dispositif de protection et survie. Si vous nous faites sautez, vous aurez plus mal alors ne le faites pas…
    Ainsi comme vous le disiez sur le plateau, les couillons se feront toujours couillonés.

    Bravo et j’espère à bientôt sur les ondes

    1. Je n’ai pas regardé l’émission hier soir, car je préfère surtout me coucher avec les poules surtout en ce moment à vrai dire je ne veille et ne prie plus du tout pour les autres,

      Tant j’en vois déjà venir une plus grande planète rouge pour mieux encore faire plus de dégats envers la nature et les premières lois du vivant, et cela malgrès les diverses mises en garde en plus, faut pas tout prendre non plus au pied de la lettre dans les écritures, c’est juste qu’un symbole un peu comme l’absynthe, oui lorsque tout s’effondra je me demande si c’est vraiment bien tous les pauvres gens d’en bas qui en patiront le plus et contrairement à tant d’idées reçues, ne serait-ce pas plutôt les plus hautes personnes notables et bien installées de ce monde à l’antenne, faut pas toujours croire le même esprit des gens riches sur les gens pauvres, car dans l’histoire des êtres, un homme riche n’évolue pas beaucoup spirituellement, alors que les gens pauvres eux ils savent déjà bien ce qu’ils les attendent déjà en enfer ou
      au ciel, et face déjà à un plus grand régime de peur et d’obligation contrainte en société, faut survivre avant et voilà tout …

  47. merci monsieur Jorion pour votre intervention ce soir. Merci à monsieur Taddei et son équipe qui ont su accueillir des protagonistes qui représentaient une belle diversité.
    Je ne suis pas du tout versée dans la finance, mais mon endettement chronique grâce à un révolving qui me tient depuis 2003, dont je n’arrive pas à me sortir, fait bien l’affaire de la Finance. C’est pour cela peut-être qu’ils ne m’ont pas encore éliminée. Dès que j’ai tout remboursé, je vais rejoindre le maquis. En attendant, le 7 décembre, je vais essayer de retirer quelques euros, pas des milliers, car j’ai plutôt un découvert (je fais partie des travailleurs pauvres, à 47 ans). J’ai le sentiment d’être la vache à lait de mes gouvernants officiels, et de leurs propres donneurs d’ordre, c’est pour cela que ma pauvreté je la vis pas trop mal. Si j’avais plus d’argent, ils m’en prendraient plus. Quand je vois ce qu’ils font de nos impôts !!! Quand je vois l’état du service public, que plus on retient de l’argent sur nos paies, plus ils en veulent. Ce n’est jamais assez. Le système s’auto détruit, mais la Finance ne le voit pas. Je pense que le 7 décembre sera suivi d’autres évènements semblables. Mais toute gentille et française d’en bas que je suis, je m’étonne d’une chose : pourquoi les journalistes ont plus commenté les grèves contre la réforme des retraites, et ont à peine parlé de l’alliance militaire que Sarkosy a signé avec l’angleterre, il y a environ un mois ? Qu’a t’il signé au nom du peuple français, sans nous en parler avant ? Quel beau rideau de fumée les manifestations !!! Quelle belle manipulation !!!
    allez, bonne nuit à tous

  48. Ce soir ou jamais……
    Jamais !!!!

    Match nul , j’espére que Paul a profité de son déplacement à Paris pour faire autre chose .

    1. Pour dissiper tout malentendu a ce laconique commentaire , Paul n’était bien sur pas visé, j’ai été tellement dépité par l’anecdotique universitaire que du coup le centre de gravité du débat était tiré vers le bas, devenait une partie nulle. J’ai éprouvé pendant l’émission un sentiment de tristesse pour PJ;, en me disant:  » mais dans quel piége est t’il tombé ?, qu’est t’il allait faire chez Taddei ?

      Une partie a ce point déséquilibrée devenait nulle ou stérile, nulle offense donc à Paul Jorion, si il a pu en douter qu’il me pardonne un commentaire trop rapide, envoyé à chaud.

  49. Je suis déçu parce que votre intervention n’a probablement été interprétée que par ceux qui avait les clés pour la décripter. Mais je ne connais pas assez les media pour savoir si il est accepté de casser la communication des Etats pour exprimer ses idées. Merci.

  50. Le vieil éléphant Védrine parfait dans la défense du système.
    Il traite de voleur et cambrioleur le jeune soldat Manning, qui a eu le coeur et le courage d’agir contre les ignominies de son pays.
    Pendant que Védrine se range dans le camp de la classe dominante,
    les progressistes américains font campagne contre les va-t-en guerre qui veulent condamner Manning à la prison à vie.

    1. L’intervention de Védrine me rempli de dégoût !

      Toute son argumentation était fausse, c’est ça le pire :

      1) Attaques ad hominem, gratuites, dénigrement, d’un Robin des Bois.

      2) Faire peur : La transparence totale, c’est Mao et la dictature, l’abolition du privé. La déontologie derrière, c’est ça. Qu’en sait-il ? Bref, il perd les pédales, pour défendre un secret, dans notre monde qui abonde en magouilles multiformes et criminelles, c’est vraiment mal inspiré !

      S’il avait su expliquer rationnellement pourquoi la diplomatie, et toute la diplomatie doit rester secrète puisqu’il prenait cette option extrême, d’accord mais il ne l’a pas fait. En attendant il s’est comporté comme quelqu’un qui a peur.

      Juste avant sur Phoenix, j’ai entendu l’ex ambassadeur des USA, Mr. Cornblum, condamner wikileaks de la même façon outrancière. D’abord en niant que les courriers recommandant l’espionnage général soient de H Clinton, etc.

      Les crises qu’ils évitent ne sont rien en comparaison de celles qu’ils fomentent. Dans cet ensemble il est impossible de trier.

    2. Hubert Hédrine est aussi, comme beaucoup d’autres socialistes , harkis ou pas « aux classes dominantes », un admirateur de Mitterrand qui co-signa la condamnation à mort de 50 résistants algériens…

    3. Ce Mitterrand est aussi responsable de dizaines de milliers de malgaches massacrés par l’armée coloniale. Et Mélanchon ose en plus s’en réclamer!

  51. Votre idée d’interdire la spéculation sur « la variation des prix » m’a intrigué.
    Finalement, Eric Cantona aura servi de tremplin à cette proposition – sauf que là, ce sont les Etats qui solidairement devraient intervenir.
    Pourquoi ne le font-ils pas ? Le débat sur cette question a avorté.

    Je me suis amusé à vous entendre dire que Mme Lagarde n’est guère plus compétente en « finance » que Cantona. C’était très audacieux mais enfin… elle n’est que avocate d’affaire, c’est bien exact. Et plutôt fébrile dans toutes ses interventions.

    Enfin, bref. Je vous avais déjà vu, Monsieur Jorion, sur un plateau télé (Bibliothèque Médicis je crois) et vous m’aviez impressionné. Quand l’émission de ce soir a commencé j’ai dit à ma compagne : « tu vas voir, il est bien cet homme-là » (car je regarde trop souvent C’dans l’air).
    Elle a dû reconnaître que je connaissais mon affaire.
    Merci.

  52. Cantona a déjà fait grincer un marxiste pur jus historique sur le blog du dit marxiste. En matière financière, Marx a fait une brillante critique de l’attitude des bourgeois avec l’argent mais a raté l’essence monétaire, mais Marx ainsi que les marxistes et les libéraux et consort sont tous passé à côté de la vraie problématique monétaire. Marxistes et les libéraux ces « complices objectifs » qui réagiraient aux propos de Cantona?! Tient?! Alors Cantona aurait bien résumé (médiatiquement) ce qu’il fallait faire passer. Si cela permet de donner un coup de pied salubre dans la fourmilière bancaire et monétaire pour que le public commence enfin à chercher à comprendre le principal pourquoi de nos misères, c’est toujours une avancée posotive.

    Quant à la réflexion de Madame Lagarde sur les propos de Cantona, elle a encore perdu une occasion de se taire, elle la première ne fait pas son métier en cautionnant un sytème financier qui s’exerce pour l’enrihissement des déjà plus riches lesquels prêtent indéfiniment à la France (et tant d’autres pays!) tandis que la loi fiscale, inique, nous fait rembourser ces riches à raison de plus ou moins 130 millions d’euros par jour. Madame Lagarde aimerait que nous restions ignorants, en somme masochistes malgré nous. Mais lorsqu’on sait d’où et comment viennent les coups bancaires et monétaires alors bravo Cantona pour ce magistral tire au but!

  53. Merci pour vos encouragements avant l’émission et merci pour vos commentaires amicaux ensuite. L’un de vous dit : « match nul », alors que la Dame, professeur de finance dans une université de bonne réputation, affirme que le client d’une banque reste propriétaire de l’argent déposé sur son compte bancaire ? Qu’est-ce qu’on apprend dans nos écoles !

    1. Bravo pour la pugnacité Paul. L’esprit d’insurrection, voilà ce qu’il faut encourager pour détruire, oui DETRUIRE le système et son pouvoir. Car lorsqu’on est prisonnier dans une cage, on ne cherche pas à en aménager l’intérieur ou à en repeindre les barreaux. On sort de la cage, pour la détruire, peu importe ce qu’il y a dehors. Bonne lecture :

      http://www.dedefensa.org/article-dialogue-16_la_tension_psychologique_insurrectionnelle__24_11_2010.html

      PS : les vidéos seront mises en ligne demain matin.

    2. Sur le mot de la fin, je lui mets -1. J’ai bien aimé votre air apitoyé en lui « confirmant » qu’on mélange tout… 😉

    3. Parler de reconnaissance de dette pour des dépots c’est quand même un peu ambigu même si c’est vrai dans le fond. Quand je dépose mon argent sur un DAV la banque ne signe aucun document qui s’apparente à une reconnaissnce de dette.. à part ça vous remarquerez que l’une de ces premieres phrases a été « les dépots font les crédits » alors que la plupart des économistes pensent le contraire (comme F.Lordon il me semble), la suite de son intervention malheureusement était complètement nulle.

    4. On peut admettre qu’une prof d’université bardée de diplomes défende l’organisation financiére libérale, mais ce qui était affligeant tenait a son incapacité à interpréter les paroles de Cantonna, avec un peu de recul sinon d’humour comme d’ailleurs Madame Lagarde, a prendre tout au premier degré………….ras des paquerettes………le premier degré était dans le pré, hier soir, hélas pour Paul qui avait tendance à s’énerver.

      Surprenant et délicieux esprit de finesse d’un auteur de romans d’espionnage.

      Cela prouve qu’il suffit qu’un ancien joueur de foot, sympa et connu du grand public soit passé au J.T.et est eu une caisse de résonnance sur Face Book, pour que la ministre des finances démarre au quart de tour, et avec elle madame Lobachevski..

      J’imagine ce qui aurait pu se passer si Coluche était encore vivant ! .

    5. Bonjour monsieur Jorion,

      Elle et tous les siens (= tous les « acharneurs » à justifier théoriquement le système en place) risquent leur place en cas de changement de régime (c’est-à-dire passage du financiarisme à l’économie réelle), sans garantie aucune sur la suite des événements : ce simple constat est de nature à remettre les choses à leur juste place => Ils (cette dame et les siens) ne vivent, en cooptation, que par et pour la finance et l’économie actuelle, aux bons soins de l’Etat chargé de leur verser leur rémunération en fin de mois, ce qui pourrait finalement un jour s’avérer difficile => il y aurait alors un « conflit d’intérêt » psychologique pour ces personnes bien placées : faire leur « travail » irai contre leur rémunération, c’est-à-dire contre leur intérêt financier bien compris = du travail en perspective pour les psy… 🙂

      Cordialement,

    6. @ Monsieur Jorion,

      formidable!!
      Merci de braquer sans relâche le regard des gens vers les banques (donc la finances), de relayer leur ras-le-bol et de soutenir des initiatives telles que celle de Cantona qui permettent un début de prise de conscience dans le ‘grand public’..

      Plus il y aura de gens en voie de comprendre le Système plus il sera possible d’affiner les méthodes (cfr Pierre-Yves D +haut:))

      Et merci à Monsieur Cantona. Il aura fait un boulot formidable sur lequel on peut ‘ s’appuyer’ pour entamer d’autres actions, un vrai combat.

      Merci encore Monsieur Jorion!

    7. Je vais surement dire une bêtise mais si cette économiste dont j’ai oublié le nom a raison: si l’argent que j’ai déposé à la banque m’appartient vraiment, pourquoi l’état doit-il se porter garant de mes dépôts en cas de faillite de ma banque ?
      Cet argent est à moi, il est déposé à la banque, celle-ci me le garde et devrait pouvoir me le restituer même en cas de faillite, un peu comme si j’avais demandé à mon patron de garder un vieux mouchoir dans son coffre fort et que je lui demandais de me le restituer le jour où son entreprise fait faillite, ou un peu comme si j’avais des objets chez un « garde-meuble ». Je dois pourvoir récupérer ces objets même en cas de faillite de l’entreprise.
      D’ailleurs une banque honnête (ha ha !) devrait prévenir ses déposants pour qu’ils puissent venir récupérer leur dû avant la mise en faillite.
      Bref, mes dépôts sont pris en otages et (sans garantie de l’état) disparaîtront en même temps que la banque. Pouf, d’un seul coup ce n’est plus à moi. Mais comment donc ?

    8. La dame tenait un discours plus d’une politicienne que d’une economiste je trouve (un peu moins sur la fin) Mais le nom me rappelait quelque chose, alors j’ai cherche rapidement sur google -> wiki:

      Extrait

      Citée comme témoins le 17 juin 2010 dans le procés contre Jérôme Kerviel, elle a fait un éloge de la qualité des produits de la Société générale , rappelé qu’elle venait d’être distinguée d’un prix pour l’excellence ses procédures de sécurité et de ses contrôles, et évoqué un excès de confiance du Front office envers ses traders2.
      Aujourd’hui en plus du « cercle des économistes » et de son poste à l’université, elle est présidente de la SUERF (The european money and finance forum), ainsi que membre du Conseil de l’Association française de la gestion financière.

       »

      On se demande a l’entendre si elle est plus la pour defendre un systeme dont elle fait partie ou si elle est capable d’avoir un raisonement d’economiste independant de ses propres opinions & amities politiques

    9. « alors que la Dame (…) affirme que le client d’une banque reste propriétaire de l’argent déposé sur son compte bancaire » : c’est un détail que je n’ai jamais vérifié bien qu’il soit à la base de L’Argent, mode d’emploi. Je pense que si l’on demandait l’avis des juristes, on les verrait très divisés… Certains diront que le contrat passé entre la banque et son client vaut « titre de propriété », les autres que la banque, étant libre de faire ce qu’elle veut des dépôts, en est le véritable propriétaire. Donc, à mon humble avis, au lieu de croire et proclamer que la question est close, il ne serait peut-être pas idiot d’aller y voir de plus près. Qui sait s’il n’y a pas un nouveau lièvre là-dessous ?

  54. Il était pourtant simple de comprendre votre point de vue chez Tadei ce soir. En expliquant pourquoi Cantonna propose cette faculté que nous avons, vous avez touché le VRAI problème des révoltionnaires. Votre explication entre les salaires en € constants de 1975 et ceux de 2010 a scotché cette femme qui vous a ensuite accusé de tout mélanger !!! Mais qui sont-ils ces donneurs de leçons qui ne pensent qu’à une seule chose : la création de LEUR ORDRE MONDIAL. Les concitoyens en ont marre de voir le capital se deverser sans retour dans les mains de quelques milliers de privilégiers souvent bien nés ou propulsés par leurs amis ! Les Chicago Boy’s ont étendu leur doctrine au monde entier. Que pouvons nous faire pour répartir les richesses et enfin récompenser ceux qui bossent ?

    1. Que faire? Ce que monsieur Jorion a fait dans l’émission. Faire passer le message, inlassablement, jusqu’à ce qu’ils comprennent.

  55. LA SEULE ARME DU PEUPLE

    [Suite à l’intervention de Paul ce soir chez Frédéric Taddéi, voici copie de mon commentaire… sur le site de Frédéric Lordon !]

    « C’est l’État qui s’en charge en déclarant souverainement le défaut sur sa dette publique » (F. Lordon)

    Votre proposition, Frédéric Lordon, est effectivement meilleure que la solution Cantona. Et Paul Jorion disait aussi ce soir chez Taddéi que la proposition Cantona n’était probablement pas la plus appropriée. Il proposait, lui, l’interdiction des paris sur les fluctuations de prix.

    Mais Paul Jorion, comme moi-même, reconnaissait que la solution Cantona était la seule dont disposait le peuple souverain pour « punir les banques » responsables de la crise.

    Parce que votre solution à vous (cf. citation ci-dessus) et celle de Paul Jorion, ont l’immense inconvénient de dépendre d’une décision d’État.

    Or depuis trois ans qu’a éclaté cette Grande Crise, AUCUN ÉTAT n’a pris la moindre décision concernant la fameuse régulation du système bancaire.

    AUCUN ÉTAT n’a entrepris de nettoyer les écuries d’Augias de la finance internationale.

    Quand l’État est non seulement défaillant, mais souvent complice des escrocs des places financières, ne reste plus au peuple qu’à prendre ses affaires en main.

    Dites-moi donc, professeur, de quelle autre arme dispose le peuple contre le système bancaire qui le dépouille, sinon celle indiquée par notre footballeur ?

    —-

    Autre lien : Cantona attaque les banques, Lagarde et Besancenot réagissent

    1. Le « peuple souverain » ? Hum…. Cela dépend de ce dont vous parlez. S’il s’agit de la foule souveraine, de la pulsion collective, vous risquez des déconvenues. Les exemples ne manquent pas de « peuple souverain » faisant couler le sang et instaurer des régimes despotiques peu regardants sur les moyens. La révolution d’octobre 1917 c’est un écrasement de la pyramide sociale et le déferlement des incultes. Les premiers fusillés furent les représentants de l’intelligentsia qui avaient théorisé et oeuvré pour l’avénement du « peuple souverain ». Cette force sociale immense fut captée par le bolchevisme.

      S’il s’agit de la bonté toute simple alors le « peuple souverain » n’a rien à voir dans l’affaire. Le vote est plus indiqué. Il y a tant de gens qui tiennent un certain type de discours et qui votent différemment.

    2. @ Ando

      Le vote, oui je sais, on m’a déjà fait le coup [rires].

      Citez-moi un seul exemple où un vote a jamais bouleversé un système, même agonisant.

      En clair : citez-moi un seul exemple occidental où une révolution systémique significative est sortie des urnes.

    3. @Le Yéti

      Une fois encore, tu prêtes le flan à la critique facile. Une sale manie chez toi.

      Alors réponse/question en deux points:

      1- L’arrivée de Chavez au pouvoir n’est-il pas le résultat des urnes?

      2 – A l’inverse, cites-nous un seul exemple de révolution qui n’ait pas abouti – sur le long terme – à un retour aux conditions pré-existantes? C’est justement le sens que prend notre discussion avec Olivier Bonnet sur ton propre blog).

    4. 1/ Chavez : mon commentaire parle d’« un exemple occidental« .

      2/ Révolution : je constate que Dissonance vient d’un coup d’effacer :
      – la Révolution américaine de la fin du XVIIIe
      – la Révolution française de 1789
      – la Révolution chinoise de 1911
      – la Révolution portugaise dite « des œillets » de 1974
      – etc. etc.

      Tout ça par trouille bleue devant la menace faite par ancien footballeur à un système bancaire putréfié qui, de toute façon, va s’écrouler de lui-même avec encore plus de dégâts.

      3/ Le long terme : ah, le « long terme », qu’est-ce qu’on ne lui fait pas dire au long terme ! Pourquoi pas ceci par exemple : à quoi bon continuer à vivre à 20 ans puisqu’à long terme (80/90 ans au plus tard), on sera mort ?

      Pauvre Dissonance, la peur est si mauvaise conseillère.

    5. Il y a le cas de l’Islande qui a dit ZUT aux banquiers et s’en porte fort bien.
      (plutôt mieux que l’Irlande…)

  56. Bravo M. Jorion, vous avez su être accessible et convaincant!
    Madame avait effectivement un côté Lagardien, quoique je n’ai pas encore entendu la ministre dire qu’il y avait ne serait-ce qu’un petit problème de répartition des richesses.
    (Le jeune était rigolo avec ces commentaires toujours rapporté au journalisme. J’ai éjà vu ça sur les médias, type france culture, car ils sont eux-mêmes journalistes alors tout débat est un traitement de l’information, donc toute crise de débat devient une crise du journalisme…)
    Ceci dit, sans me précipiter, je vais creuser cette idée de banque « éthique » comme alternative, le problème semble être que ça ne peut concerner que l’épargne et non le compte courant (et la carte de retrait et de paiement qui va avec).

    1. A propos de banque « éthique » : La moralisation du système financier.

      J’ y propose entre autres la création d’une banque d’Etat à côté du secteur privé. Cette banque d’État serait créée pour ceux qui le désirent. Elle offrirait un service bancaire a minima, essentiellement fait de dépôts, avec des frais minimum de gestion (NB : ce qu’aurait pu être – mais n’est pas – la Banque Postale).

    2. @ 4 août

      Oui, je sais. Y figurent également, je crois :

      – le minimum vital décent (volet 1 de mon programme) ;
      – le revenu maximum (idem).

      Le Parti de Gauche avait un mois quand ce petit programme été publié (sur mon blog perso, mais aussi sur Rue89). Et le Front de Gauche n’existait pas.

      Mais tranquillisez-vous : mon petit programme est TOTALEMENT LIBRE DE DROITS et n’importe qui peut le signer de son nom [rires]. D’ailleurs, je l’ai transmis au PG (dont je suis soutien financier) et à Europe Ecologie – les Verts (dont je suis également soutien financier… on ne sait jamais !)

      Pendant que j’y suis, je vous invite à en découvrir sans tarder les 8 volets [clin d’œil].

  57. Copie de mon message laissé ce soir à l’adresse de Catherine Lubochinsky

    Bonsoir,

    Vous étiez tout simplement affligeante et minable ce soir. Comment des personnes de votre niveau intellectuel peuvent elles enseigner dans nos universités. Quand je pense que vous êtes payée avec mes impôts, cela me fait mal pour moi, mes enfants futurs étudiants et pour mes amis contribuables. Cela n’est pas bon signe pour notre pays.

    Vous n’avez fait preuve d’aucun recul, d’aucune remise en question. Vous tourniez en rond comme un chien fou dans votre système de pensée, qui n’est autre que celui qu’on vous a fait gober. Vous en êtes imprégnée, corrompue jusqu’à l’os par ce système. Pas moyen pour vous de prendre la moindre hauteur pour comprendre le message relayé par l’idée de Cantona.

    Le but de son idée et celle de ceux qui partagent son ressentiment sans partager pour autant sa stratégie n’est pas de sauver son argent, ni de ne pas souffrir, ou de casser ce système créateur d’injustice sans souffrir mais tout simplement de le casser. Il n’y a pas de fin ou de révolution sans casse.

    Heureusement que nos pères n’ont pas pensé avec votre même bassesse en 1789 ou en encore le jour de l’appel de notre Général.

    En même temps, vous êtes enseignante à ASSAS et travaillez pour les banques, connaissant bien ASSAS, et le milieu fermé qu’il représente à l’écart de la France réelle, nous ne pouvions pas attendre grand chose de plus de vous à part tout de même un peu plus d’intéligence et de talent dans vos démonstrations qui n’étaient autre que redites de comptoir.

    Pour évitez que vous ne cataloguiez ma personne ou que vous justifiez mon message par un état ou un statut social comme on a l’habitude de le faire à ASSAS ou comme on le sent chez vous, je tiens à dire que compte tenu de ma position privilégiée (cadre sup à l’internationnal) je ne fais pas parti des personnes qui d’après vous seraient les premières victimes de l’idée de Cantona…mais en revanche je peux les comprendre et ne pas penser que tout ce qui émane d’eux ou voir même « d’un footballeur » puisse être méprisé.

    Sur cette idée vous comprendrez que j’ai de loin vu beaucoup plus d’hauteur, de justice, d’ambition, de justesse, de conscience de l’intéret commun de raison, de compétence, d’ouverture et d’écoute dans les propos de Paul Jorion dont j’ai fait la découverte ce soir. Vous trouverez d’ailleurs ci-dessous le message que j’ai laissé ce soir sur son blog.

    Je vous remercie d’avoir pris le temps de lire mon message, et j’espère qu’une chose, votre bonheur autrement dit que vous changiez et que vous découvriez enfin ce qu’est la vraie vie hors de la résignation continue et de la tristesse du seul horizon que vous offre le système duquel vous être prisonnier; si ce n’est pour vous, au moins pour le futur et le bonheur de vos étudiants… Pour que leurs vies trouvent un sens, autre que celui du néant incarné par le désir maladif de posséder toujours plus.

    A Paul Jorion :

    Je viens de regarder Ce Soir Ou Jamais, je ne pouvais prendre le chemin de mon lit sans vous dire bravo et merci pour votre intervention. Il était temps d’entendre ce point de vue après le language unique entendu dans les médias ces derniers jours avec en tête de liste notre imbue et imbuvable cruche de ministre.
    A la courte idée omiprésente : « les premieres victimes de cette idée de Cantona seront les pauvres eux mêmes », vous avez enfin su opposer une idée plus profonde et en phase avec l’attente de ceux qui la comprennent.
    Autrement dit comme dit notre ministre ou cette idiote sur sa tour dorée qui vous faisait face ce soir, « ne faite pas sauter le système, vous serez les premières victimes » n’est autre que leur meilleur discour de défense et dispositif de protection et survie. Si vous nous faites sautez, vous aurez plus mal alors ne le faites pas…
    Ainsi comme vous le disiez sur le plateau, les couillons se feront toujours couillonés.

    Bravo et j’espère à bientôt sur les ondes

    1. je pense que vous attendrez indéfiniment sa réponse, sinon il serait intéressant de la partager si son diagnostic a changé…

    2. Les arguments de Mme Lubochinsky sont précisément du type pointé par Jacques Généreux dans la conclusion de son dernier ouvrage « La Grande Régression », J. Généreux explique en effet comment le fait d’en appeler à la sécurité et à la peur à notre petite échelle fait de nous des renforçateurs involontaires de l’esprit de compétition du néolibéralisme. De la même façon, nous résistons aux pressions du monde du travail par le réinvestissement des cercles de proches ou des cercles communautaires.
      Tout en se disant optimiste, il pointe aussi les impasses et aussi les raisons qui inhibent les changements et qui sont nombreuses au point de ne plus être des accidents de l’histoire : failles dans la démocratie, les médias …

      Ce constat pessimiste mais aussi renvoyant à un futur ppossible, ce constant, donc, rejoint le discours de Jorion chez Tadéi ou encore celui de B. Stiegler (voir chez Ars Industrialis)…
      …Une grande unification de ces discours ne fera pas de mal….

  58. Sachant qu’une prise de conscience générale des dangers de la société actuelle ne peut et pourra être prise entièrement que par via la carte de l’éducation, venant dun professeur, nous comprenons comment nous en somme arrivé ici, et surtout comment nous allons continuer à financer cette société que nous critiquons tant.
    un » match nul » ou un match perdue
    tant que l’on persiste a critiquer sans agir,
    tant que l’individualisme et la perte de l’interet politique ne cesseront de croite,
    tant que l’éducation ne soit délaissé a un formatage des esprits
    et j’en passe…

    J’aimerai m’entretenir avec vous Monsieur Paul Jorion.

  59. Service, revers, volée ou smatch au filet, vous connaissiez le format de l’émission et les attentes du spectateur et avez su en tirer profit.

    Visiblement, vous n’êtes pas dans les lectures nocturnes de Mme Lubochinsky.
    Ceci dit, pour la qualifier, vous devriez trouver l’équivalent du « Very Serious Persons » de Krugman.
    Etre une prêtresse de la volatilité (spécialité de Mme Lubochinsky) doit correspondre à oser aller mettre un bruit non gaussien pour se donner un frisson simili-talebien au goût de cygne gris.
    Quelqu’un a lu ses ouvrages ? comparé à Aglietta (qui s’est aussi intéressé aux temps longs, cf la matière de son travail avec la CdC qui est sortie en bouquins).

    Enfin, Védrine, contrairement à l’opinion dominante, je pense qu’il ne faut pas adhérer à ce qu’il dit mais au moins l’écouter. Il ne le sait peut être pas, mais il dénonce surtout en racontant que l’on a un discours d’autorité (de père par exemple) qui n’est pas son discours intime , il dénonce donc, nolens volens, le côté « pulsionnel » qui fait la majeure partie du tropisme pour Wikileaks, « rrha lovely des révélations » . Or l’écrivain Kemp a bien fait remarquer qu’une révélation n’arrive même pas à être le début d’une solution. Il est donc aussi important de rebâtir les outils qui feront du gouvernement un « milieu associé », où l’on peut répondre à un « problème » par un niveau approprié d’analyse et d’initiative, et non se réfugier dans le demi-schadenfreude du « ah les diplomates qu’est-ce qu’il ont peur qu’on sache leur trucs, ils vont commencer à ne plus écrire n’importe quoi pour ne pas chier de peur dans leur froc ». Pour moi, cela recoupe les remarques du billet de PJ d’il y a une semaine environ sur l’émergence des paroles de personnes, et non d’institution.
    Car l’institution n’est plus cohérente dans ses propos et ses actes.
    J’ai entendu dire que dans la physique des lasers, ce qui est remarquable avant que la « stimulation » se mette en route, c’est le bruit qui devient très fort.

    A suivre

    1. Ce bon Védrines…. Kékidize Wiki (c’est bibi ka mis du gras partout, sorry c’est dégoutant) ?

      « Né le 31 juillet 1947 à Saint-Silvain-Bellegarde (Creuse). Il est le fils de Jean Védrine, ami et collaborateur de François Mitterrand.
      Hubert Védrine fait ses études à Sciences Po Paris avant d’intégrer l’ENA.

      À sa sortie de l’ENA en 1974 (promotion Simone Weil), il est affecté au ministère de la Culture, puis à l’Environnement avant de rejoindre les Affaires étrangères. Parallèlement, il milite à « Échanges et Projets », alors présidé par Jacques Delors.

      François Mitterrand l’appelle à l’Élysée dès 1981. Durant le premier septennat, il est conseiller à la cellule diplomatique, puis rejoint le Conseil d’État lors de la première cohabitation. En 1988, il devient porte-parole de la présidence. En 1991, il est nommé secrétaire général de la présidence de la République, jusqu’au départ de François Mitterrand en mai 1995. Il réintègre ensuite le Conseil d’État avant de rejoindre le cabinet d’avocats Jeantet Associés. Il assure également des chroniques dans Le Point (rubrique « Étranger »), aux côtés de Claude Allègre (rubrique « Science » ).

      En mai 1997, après la victoire de la gauche consécutive à la dissolution, il est nommé par le Président Chirac, sur la proposition du Premier ministre Lionel Jospin, Ministre des Affaires Étrangères. Il le reste cinq ans jusqu’en mai 2002. Il l’est notamment pendant la Guerre du Kosovo en 1998-1999. Il co-préside avec le ministre britannique Robin Cook la conférence de Rambouillet où fut tenté, sans succès, de régler diplomatiquement la question du Kosovo. C’est durant cette période qu’il définit également la notion et l’utilisation du terme d’« hyperpuissance » pour qualifier les États-Unis lorsqu’il était ministre des affaires étrangères de 1997 à 2002.

      En 2003, il crée une société de conseil géostratégique : Hubert Védrine Conseil. Depuis 2003, il préside l’Institut François-Mitterrand. Il est aussi depuis 2005 administrateur du groupe LVMH, qui appartient à Bernard Arnault, comme Bernadette Chirac.

      Hubert Védrine est membre du conseil d’administration de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS) et depuis juin 2006 du Conseil d’orientation de l‘Institut Aspen France.

      Il a été nommé en 2005, par le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan, membre du Haut Conseil pour l’Alliance des Civilisations. Il a participé en 2007, aux côtés de Nicolas Hulot, Alain Juppé, et Edgar Morin au comité chargé de préparer la Conférence de Paris sur l’environnement visant à poser les bases d’une future Organisation des Nations unies pour l’Environnement. Il a été pressenti pour être nommé ministre des Affaires étrangères par Nicolas Sarkozy, mais ce dernier se serait rétracté suite au refus de Roger Cukierman, président du CRIF, qui critiqua les positions jugées pro-arabes de l’ancien ministre. Le 2 juillet 2007, le chef de l’État (Nicolas Sarkozy) lui confie la rédaction d’un rapport sur la France et la mondialisation qu’il lui remet en septembre. Le 28 novembre 2007, Hubert Védrine est aspergé de peinture rouge en pleine rue par un collectif qui s’est intitulé génocide made in France et qui exige qu’il soit traduit en justice comme les autres responsables français de 1994 « pour sa responsabilité dans la politique française d’assistance à la préparation et à l’accomplissement du génocide des Tutsis au Rwanda ». Édouard Balladur, Alain Juppé et Hubert Védrine contestent et rejettent absolument cette présentation de la politique française menée au Rwanda avant 1994. Après cette agression, Hubert Védrine porte plainte pour violences en réunion. Le porte-parole du collectif est alors placé en garde à vue.

      Il assure depuis mars 2008 un cours sur les Réalités Internationales à l’Institut d’études politiques de Paris.

      Par ailleurs, il a été conseiller municipal de Saint-Léger-des-Vignes dans la Nièvre de 1977 à 1995. Il est également membre du club Le Siècle.

      Son épouse, Michèle Froment-Védrine, médecin et conseiller-maître à la Cour des comptes, a dirigé de 2002 à 2008 l’Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail). »

      Bon, bon… rien à cacher c’t’homme là !

    2. Védrine: la gauche caviar enfoncée jusqu’au cou dans les marais puants du Système. Le genre de type qui rend sympathique tout ce qu’il attaque.

  60. Allez, un petit sondage rapide :

    Bankrun, êtes-vous pour ou contre ? + ou – (vote blanc 0)

  61. Merci à Paul.
    Message clair: Cantona comme tout un chacun rêve de révolution,
    « on a le droit de se révolter », c’est 1788, les inégalités ont créé la crise, et elles augmentent.
    Un, deux , trois, des milliers de Robins des Bois !
    Cantona est des notres, même si techniquement il se plante.
    C’est ce qu’expliquait plus en détail hier matin Olivier interrogé sur Cantona…
    http://www.npa2009.org/npa-tv/all/all/23124

    1. Lordon est sur la même ligne de départ, s’il diverge par la suite …à savoir le sens de ce que dit Cantona :

      … »là où tous voient bien qu’il s’agit de sauver les banques pour la deuxième fois. Or, pour ainsi dire, c’est la deuxième fois de trop – car on se demande encore comment la première a été avalée si facilement par les corps sociaux décidément d’un calme olympien. Jusqu’ici.

      Jusqu’ici, car maintenant ça commence à glouglouter méchamment dans la marmite et les populations hors de leurs gonds cherchent légitimement de quoi se passer les nerfs sur les banques. Le succès de la vidéo Cantona n’a pas d’autre origine, et il faudrait le fin fond de l’ineptie politique pour n’en pas saisir le sens réel qui dit l’arrivée aux limites de ce que les populations sont prêtes à tolérer de scandale. Pour tout le bien-fondé de la colère qu’il exprime,…. »

      dans : http://blog.mondediplo.net/2010-12-02-Ne-pas-detruire-les-banques-les-saisir

      Bref, il est fort utile d’entendre cela clairement dans les medias …
      Paul Jorion fâché, j’aime bien !

  62. Merçi d’avoir remis à sa place la dame  » argentée » qui s’étonne qu’Eric en soit arrivé à faire une « faute » pareille.
    En effet, je vois en votre intervention le ras le bol dont souffre les gens d’en bas et vous en félicite pour la justesse de vos propos, face à ces gens qui n’ont aucun scrupule à voir leurs semblables dans la gadoue.
    Oui,il faut faut une révolution et ce n’est pas en coupant la tête d’un roi que la même histoire resurgisse ou soit adoptée par le « peuple »; ce peuple que les argentés méprisent.
    Les étudiants(es) se prostituent pour arriver à étudier, squattent les coins désaffectés et sont chassés ,des points noirs entre autres, pendant que les nantis grace à l’éffort des gens d’en bas, les voleurs du fisc et les resquilleurs de tout accabit, s’en mettent plein la bourse.

  63. Bonjour,

    Bonne émission. Ça y est, vous êtes une bête des plateaux télés : couper la parole, des phrases courtes et choc mêlées à des explications de texte, de l’ironie…!

    La finance ponctionne trop d’argent à l’économie réelle. Elle ponctionne du travail, du temps de travail. Si on récupère cet argent, on récupère du temps de travail. Qu’allons-nous en faire ? Soit nous le partageons afin que tout le monde en profite, soit nous continuons à bosser au même rythme et pour cela il nous faut produire davantage, pour que tout le monde ait sa part de travail. C’est le même raisonnement avec l’argent, heureusement ! Si on récupère de l’argent, soit on le partage, soit on le réinvestit pour augmenter la production, donc la consommation, donc le travail.

    Qu’on travaille, de la naissance à la mort si on inclut la formation et le repos bien mérité, la plupart du temps contre sa volonté mais suivant la volonté de la société qui a besoin de nous comme d’un simple rouage, quitte à utiliser ce rouage à une tâche totalement dénuée d’intérêt personnel et d’utilité directe pour la société, ça ne nous pose pas de problème. Mais qu’on ne nous paye pas assez, ça non !

    Alors oui, qu’allons-nous faire de cet afflux de cash ? La planète craque aux entournures…ce ne serait pas forcément raisonnable de continuer dans la même voie…et le problème est que tant que l’on est occupé la plus grande partie de son temps disponible par un travail salarié (imposé donc, au moins en ce qui concerne la présence…), on considère les activités annexes comme accessoires : se nourrir, se vêtir, même l’amour se matérialise ! Du coup on délègue, les grosses boîtes bouffent les petites, notamment parce qu’elles embauchent plus de monde et donc disposent d’une plus grande force de travail, mais doivent en contrepartie produire beaucoup. On en arrive à une grosse production qu’il faut écouler sinon la machine s’arrête : c’est la société de consommation. Et forcément la quantité se fait au détriment de la qualité : pour exemples l’élevage intensif, la durée de vie en baisse des appareils, des peuples en voie de développement et des autres espèces, la pollution…

    Mais que voulez-vous ? C’est comme ça ! Ou plutôt non, révolutionnons ! C’est la faute à ces salauds de riches et à ces s@$*ù^ù de banques qui font rien que venir jusque dans nos poches ponctionner notre tune, notre travail ! « Qu’ils nous laissent continuer à bosser, et à produire, et à consommer ! Tous ensemble, tous ensemble ! »

    Bientôt les martiens vont nous amener des oranges…et on sera bien capables de les leurs acheter ! Ça occupe, faute de mieux !

    Quelques propositions pratiques avec l’argent et le temps que l’on récupère de la finance :

    – Le but se confondant avec le chemin, on utilise ce temps disponible pour s’interroger sur les différentes manières de passer son temps…et aucun risque d’arriver en retard à l’arrivée !!! On a le temps d’y réfléchir, ça occupe les journées et les vies de certains être humains sur Terre, comme quoi c’est possible, c’est réalisable…

    – On annule les dettes des pays en voie de développement-similaire-au-notre, on promet de ne plus leur voler leurs richesses naturelles et de ne plus faire de leurs populations des esclaves. Pour ça il ne faut pas négliger le premier point afin que nous-mêmes ne soyons plus esclaves, que nous disposions de notre temps.

    – On arrête de produire-pour-consommer-sans-y-penser.

    – On dispose de temps notamment pour dialoguer sur la place publique de ou avec certains économistes barbus ou autres, de certain plan C pour s’organiser au quotidien, et tout ça…On met les bœufs devant la charrue en somme.

    Bref, on s’occupe comme on peut en essayant de ne pas faire suer son prochain.

    -Pssst…Fab ! Tu oublies juste un truc : le peuple…comment dire…c’est pas qu’il est bête…mais il n’a pas le temps de se préoccuper de ces choses-là tu vois…Vaut mieux dans un premier temps que des spécialistes s’en occupent…tu vois je veux dire…

    – Ça fait un bout de temps que ça dure ce premier temps, non ?

  64. « Retirer tout son argent des banques » est une mauvaise expression.
    Il faut dire « demander aux banques de nous rendre l’argent que nous lui avons prétés. »

    Outre que cela ne concerne que ceux qui sont en permanence créditeurs, se posent ensuite quelques questions et d’abord quoi faire de cet argent.
    Il faudrait donc construire avant un lieu habilité à recevoir cet argent et par exemple une banque « mutualiste » ou « citoyenne » c’est à dire où les objectifs des participants soient tout autres que les objectifs de profit des banques.
    Est-il possible de construire cette entreprise ?
    Quels sont les conditions pour créer légalement une telle entreprise ?
    Qui veut y participer ?

    Remarque : sur le plan technique, l’existence d’une telle banque permettriait bien de « vider les comptes » par simple virement.

    1. Qui veut y participer ?

      Moi, mais vous savez je n’ai pas du tout l’esprit bancaire et d’entourloupe envers mon prochain,

    2. Il faudrait donc construire avant un lieu habilité à recevoir cet argent et par exemple une banque « mutualiste » ou « citoyenne » c’est à dire où les objectifs des participants soient tout autres que les objectifs de profit des banques.
      Est-il possible de construire cette entreprise ?

      Cette banque rêvé existe déjà: c’est La Nef: http://www.lanef.com/

      Il n’y a plus qu’à organiser un… Bankwalk tranquille !

    3. 4 Août dit :
      3 décembre 2010 à 09:46

      blockquote>Cette banque rêvé existe déjà: c’est La Nef: http://www.lanef.com/

      Qu’en savez-vous exactement, dans ce gand F—–R mondial ?
      Marketing ?
      Réalité ?
      Virtualisme ?

      Je ne crois que ce que je vois ….

  65. C’est aujourd’hui qu’il faut changer les choses et se faire entendre, mais pas demain car demain il n’y aura pas plus de courage ni de meilleur esprit spirituel dans les êtres, tout deviendra même de plus en plus surveillé et contrôlé,

    Evidemment lorsqu’on me conseille régulièrement en société de toujours bien garder mon argent à la banque en premier, je ne prends plus guère plaisir et joie à redonner tout mon argent et mes biens envers mon prochain, surtout envers ceux qui en patissent le plus
    de nos jours et dans un tel monde d’usuriers en plus,

    Ha si seulement j’avais réellement un peu plus de courage au coeur et à l’esprit dans mon socialisme, je ne rechercherais pas comme tant de gens riches à me construire de plus grandes granges et tanières de plus pour demain, et au cas où le climat deviendrait de moins en moins clément pour mieux faire principalement commerce d’êtres et de choses en plus sur terre,

  66. parmi les pensées à méditer :

    « le sage ne dit pas ce qu’il sait, le sot ne sait pas ce qu’il dit » (sagesse turque)

    et dire qu’elle est prof ! et que dire de notre ministre des finances…!

  67. M. Jorion repete  » C’est un talon d’Achille  » …
    Bin oui, les banques prennent le risque de preter plus que ce qu’elles ont.
    Statistiquement, elles y gagnent : c’est la maitrise des risques.
    Mais parfois, elles peuvent y perdre : c’est normal.
    Sinon, il n’y a pas de risque, et donc il ne devrait pas y avoir de remuneration associee.

    Il faut laisser ceux qui perdent se planter, pour qu’ils puissent se relever.

  68. Amusante, cette bafouillante Me Catherine Lubochinsky, morte de peur à l’idée que pourrait se réaliser la « prédiction de Cantona ».
    Et apparemment elle n’est pas la seule, puisque même Me Lagarde y était allée de son commentaire méprisant.
    Pourtant, cet appel (du pied?) de Cantona est fort peu dangereux, tant les banquiers ont en main tous les moyens de coercition / rétorsion.

    En passant: soyez peut-être plus exigeant, Mr.Jorion, sur le niveau technique de vos contradicteurs, vous ne pouvez qu’y gagner. (J’admets que la nullité de cette dame, enseignante(!!), et auteur(!!), n’était pas forcément prévisible, quoique réellement navrante…)

  69. Bonne prestation.
    La banque est le seul institut qui se permettant de pomper sans mon accord préalable des frais bancaires .
    La banque considère donc que c’est son blé.

  70. Comment voulez-vous faire entendre une chose à des gens qui vivent carrément à des années lumières des autres et souvent avec deux grands bananes dans les oreilles pour mieux paraît-il faire oeuvre de prudence et de sagesse en société,

    Elle est pas mal à voir aussi dans son rôle celle-là, les pauvres malheureux banquiers, je dirais même qu’elle est aussi un peu ridicule à voir dans ses propos en faisant croire aux
    gens que l’argent déposé chez les banquiers nous appartient encore aujourd’hui,

    A qui appartient surtout le monde de nos jours, surtout en matière de droit, de morale, de prudence, de justice, de raison, comme de bon sens civique on se le demande parfois ma très chère, surtout lorsqu’on préfère continuellement faire la leçon de morale en premier aux gens d’en bas et qui bien sur n’y comprennent toujours rien à rien encore aujourd’hui,

    Evidemment quand on préfère souvent pousser davantage à faire la révolution contre vous, pire même en les obligeant davantage à vous suivre dans de plus fausses valeurs de vie violentes en société, il ne faut pas non plus alors s’étonner en retour de voir davantage de gens se rebiffer comme Eric Cantona ou d’autres,

    Car si aujourd’hui c’est Eric cantona qui lance cette idée plus ou moins maladroite dans la forme, en plus venant de la grande gueule d’un footballeur vous vous rendez compte, pourvu que ça dure, pourvu même mon Dieu que l’homme et la femme en société soit toujours également rabaissé, payé, traité et bien vendu aussi au niveau de la bête,

    Mon Dieu, j’ai bien plus d’estime envers des gens athés ou pas qui parlent avec leurs tripes et qui en ont également un peu marre de toute celle belle langue de bois un peu partout dans le monde, et cela d’ailleurs sur n’importe quel sujet désagréable de plus, on n’est plus à cela prêt de nos jours, je me demande d’ailleurs si ça ne serait pas plutôt les premières personnes de ce système qui jugeraient davantage en mal leur prochain en société,

    il y a certainement d’autres prophètes dans l’histoire qui en exprimeront certainement d’autres propos plus sévères que Jérémie à l’égard des diverses élites mondiales du moment,

  71. Vous avez eu le temps de faire l’analyse de la position de Canto et d’exposer votre ligne – Chapeau, l’exercice n’est facile dans ce type d’émission !
    Il faut dire que vous avez été servi par une Lubochinky, mauvaise comme un cochon et qui faisait semblant de ne pas avoir compris.
    Avec l’espoir de vous retrouver à une heure de plus grande écoute !

  72. …Excellent Paul…Et puis cette fois-ci, non seulement, on vous entend bien, (même si certaine sur le plateau ne vous écoute pas bien.)
    Et bravo quelle belle mine vous êtes magnifique…Quel bel homme vous êtes!…(évidemment idle est une femelle.)

    1. Redoublement : Paul, quel bel Homme.
      Bissage.
      J’ adhère : »vous êtes magnifique…Quel bel homme vous êtes!… »

      Une mécanique intellectuelle sans faille ni faiblesse
      et l’évidence d’une enveloppe physiquement en forme et souriante:
      la séduction de l’ harmonie.

      Un peu de flatterie, mais sincère, ne peut nuire…

  73. Un sujèt très dificile qui montre que nous ne sommes pas encore sorti de l’auberge!

    Je trouve le discours de Paul Jorion était le plus équilibre techniquement et aussi émotionellement. L’économiste Catherine Lubochinsky était dans la façon parler logique rationel en acceptant l’otage du système. Cette rationalité ne fait pas trop avancé l’analyse!

    Le sujèt est encroyablement émotionelle chargé et pour cette raison la sortie de l’auberge n’est pas pour demain. Peut être je me tromp mais si nous ne comprenons pas dans l’abstrait l’origine de la crise nous ne pouvons pas dépassé nos peurs existentielle qui sont liées à cette sujèt.

    Pour être clair l’analyse abstrait n’est pas du tout une solution en soi, mais nous avons un repair théorique pour moraliser le système (à lire: nous 😉 )

    Si nous allons pas là ou façon parler ça fait mal à nous tous (pas que les spéculateurs ou les paris) on va continuer de proposer du bon sens, sans ça change quelque chose au fond.

    Si on va ou fond, un consensus/compromis devient plus facillement possible parcequ’on commence de voir le vrai intérêt général. Pour cette raison j’ai peur la crise va continuer d’aggravé parce que dans le débat publique nous ne voyons/sentirons pas encore cette intérêt général. On reste encore trop dans la côté technique, qui n’est pa capable de nous sortir de la crise.

  74. Paul démontre, sans même s’en apercevoir, semble-t-il, que l’idée de Cantona est non seulement réalisable mais excellente : la banque AIG subit un bank-run le vendredi. Elle paye toute la journée. Le soir elle ferme et réouvre le lundi… nationalisée (aux USA svp). C’est donc une excellente méthode pour obliger le gouvernement à nationaliser les banques et ainsi à se rendre maître d’une grande partie de ses dettes. Et si Cantona est suivi aussi chez nos perfides amis anglais, ce sera la même chose. Excellent donc.

    1. Frédéric Taddeï : « Ce soir ou jamais », bientôt déprogrammée ?

      Selon Paris Match, l’émission à haute teneur culturelle de Frédéric Taddeï, « Ce soir ou jamais », ne serait pas en odeur de sainteté dans les bureaux des décideurs de France Télévisions.

      En effet, l’équipe de Rémy Pflimlin, nouveau Président de France Télévisions, serait extrêmement déçue des audiences du talk-show, diffusé tous les soirs de semaine, sur France 3. L’audimat fluctuerait en effet entre 500 000 et 800 000 téléspectateurs.

      Si bien qu’en haut lieu, on penserait à annuler l’émission, pourtant unique en son genre. Une mobilisation des milieux artistiques et intellectuels est à prévoir…

  75. Rassurez-vous Mr Jorion vous n’êtes plus du tout le seul à être très écoeuré de tout ceci et cela aujourd’hui,

    Contrairement aux dires de cette personne, je me demande qu’est-ce qui est vraiment le plus pénible et le plus pénalisant à traverser pour beaucoup de gens en plus de nos jours, être incité à vivre plus longtemps en société sans rien dire ni rien penser de mieux,

     » les gens en ont marre de quoi monsieur »

     » Ca y est, vous avez terminé mr Jorion de pousser votre petite gueulante  »

    Il est vrai que les gens souvent bien installés confortablement dans ce système sont toujours encore un peu bousculés et choqués de pouvoir encore trouver des gens qui se rebiffent moralement, aussi bien d’ailleurs en exprimant tel ou tel propos peu convenant,

    Oui en matière de rebuffade, de changement de valeurs au plus tôt, on devrait même parfois leur demander la permission de nous autoriser à agir et parler différemment d’eux,

  76. @Paul Jorion :

    Un immense merci ! Ce qui devait être dit dans le temps , le format et l’heure impartis, l’a été .

    Merci aussi d’avoir retenu de la médiatisation ( utile ) de la  » proposition Cantona  » l’essentiel : la révolte , sans le décribiliser et en laissant voir qu’il y a des choses encore plus fortes et certaines à faire .

    Alors : Aujoud’hui , demain ( et toujours!) .

    Sur les autres intervenant sur l’émission , étant ingénieur de formation , j’ai été consterné que l’interlocutrice qui vous était opposée soit considérée comme professeur en économie .

    Contrairement à d’autres , je ne ferai pas une appréciation négative de l’intervention de Hubert Védrines .

    En fait , parmi les intervenants sur l’ensemble de la soirée , je n’ai vu et entendu que deux hommes debout selon mon sentiment : Hubert Védrines et vous , avec leur forces , leurs faiblesses et leurs indignations .Deux hommes responsables qui savent dire que la vérité n’est pas où on l’attend trop facilement , et donc dire Non .En sachant qu’ils peuvent se tromper, car la réalité est toujours diffile à appréhender , même en traître .

    Comme je préfère ça au regard assassin du jeune haker ( j’ai pensé un instant que c’était Schizosophie ! ) , à la médiocrité bouffite de la professeure d’économie , aux doutes de l’écrivain ambassadeur , aux citations platoniciennes de l’écrivain .

    Reprenez des forces.

    Il en faudra encore pour marteler l’évidence , à des heures de plus grande écoute , plus longuement , avec des contradicteurs « en tête à tête ».

  77. « Tant qu’on met sa qualité de consommateur avant sa qualité de citoyen il n’y a pas d’issue. » Percy Kemp

    Puis, grand silence sur le plateau, du moins pendant quelques secondes…

    Tu retires ton fric de la banque et tu le mets sous ton matelas. Et après ?
    Radinus économicus ridiculus : Tu as des rêves immondes.
    Ce n’est plus un cœur mais une pauvre machine délabrée dans ses derniers instants.

    La bête au abois cherche des solutions mais évite l’image trouble du miroir.

    Liberté, Égalité, Fraternité.

  78. Question à Paul Jorion, Johannes Finckh et tous ceux qui se sont intéressé de près à Gesell et à l’histoire des monnaies franches:

    Combien de temps pour mettre en place une monnaie franche moderne, si tant est que ce soit possible, afin de faire face à la situation quand le système monétaire international va se casser la figure?
    C’est en écho à l’économiste du débat qui parle de troc et qui ne connait pas ou feint d’ignorer les expériences réussies, bien que de courte durée, des monnaies franches au cours de la crise de 29.

  79. Paul,

    votre proposition sur la suppression des positions nues est très certainement une épouvante pour le gagne pain de milliers et de milliers de col blancs nantis – ou simplement salariés.
    c’est une mesure de bon sens mais il me semble qu’il y a encore deux choses que vous pourriez améliorer dans cette action :

    – une ou des propositions pour rassurer ceux qui y perdront (probablement le plus difficile..)
    – une meilleure pédagogie sur l’explication des positions nues, le pékin lambda n’y pige que dalle… Pouvoir le formuler en quelques phrases, les plus claires possibles, de manière à en démontrer l’absurdité, avec quelques exemples parlant, sera bien plus utile que de parler de Canto – que j’adore par ailleurs. Je vous souhaiterai aussi plus aggressif sur les HFT, entre autres délires d’un système financier qui, fait de l’auto allumage…. (à l’instar de certains médias , pardon mais c’est une évidence… et l’analogie est claire… vitesse vitesse)

  80. Félicitations monsieur Jorion,

    Je vous ai trouvé excellent, très pointu, précis, direct et incisif.

    On sent la saine indignation.
    Le coup de Marie-Antoinette a probablement du faire s´étouffer Christine Lagarde (j´espère pour elle qu´elle ne mangeait pas un bretzel à ce moment là…).

    Je note que pour la première fois (de ce que j´ai pu voir jusqu´alors), vous vous autorisez à couper la parole et ne pas laisser l´interlocuteur débiter ses âneries sans réagir immédiatement.
    Même si votre attitude précédente en la matière est tout à fait louable, force est de constater que dans le temps médiatique et par la vitesse imposée dans ce genre d´exercice, les personnes trop polies et respectueuses de certains principes ne sont pas les plus favorisées.

    1. Au contraire, je pense que couper la parole comme M. Jorion l’a fait n’est pas très « joli » à voir… Vous donnez votre point de vue en tant que (vieux ?) lecteur de ce blog. C’est encourageant de notre point de vue que M. Jorion puisse plus « imposer » ses idées. Mais si l’on se place du point de vue du spectateur lambda qui ne le connais pas, quelle serait son impression ? Je crois que c’est son comportement… Quand on dit que le « para verbal » est une part plus importante que le « verbal » dans la communication, ce n’est pas pour rien.

      On sent qu’au cours du débat, les 2 parties s’emballaient, et on attend plus de voir « jusqu’ou ca ira » plutôt que le « qui c’est qui a raison »… C’est « humain » et faut faire avec je pense.

      Je ne critique en rien le fond, juste la forme…

  81. Je ne comprends pas en quoi la proposition de Cantona est différente d’autres actions comme une grève générale. Nous vivons dans un système qui intégré ou nous sommes à la fois travailleurs, consommateurs et capitalistes (en laissant les banques gérer nos économies). Lorsque nous voulons montrer notre mécontentement il est admis que nous pouvons modifier notre rôle de travailleur en faisant a grève, de consommateur via le boycott (encore peu utilisé) mais modifier son comportement de capitaliste devient irresponsable et dangereux ? Je pense que si le retrait de liquidité (ou mieux leur conversion en OR) pouvait être encadré par des organisations, cela pourrait être une arme puissante de contre pouvoir donnant plus de pouvoir au citoyen sans pour autant retourner au moyen âge, tout est dans la mesure.

  82. ReBonjour,
    Paul disait que Madame Christine Lagarde n’en connaissait pas plus en économie. Alors je suis retourné sur Wikiqu eje ne connais pas du tout étant belge avec évidemment moins de connaissances d’une personnalité française.

    Extraits:

    Age, 54 ans. Famille aisée. Père agrégée de lettres classiques. Etude au lycée François-Ier et au lycée Claude Monet du Havre. … natation synchronisée… décès de son père lorsqu’elle avait 17 ans… baccalauréat… bourse… une première fois pour un an aux États-Unis…lycée Holton Arms School à Bethesda… stage au Capitole en tant qu’assistante parlementaire du représentant républicain du Maine, William S. Cohen, qui deviendra ensuite secrétaire à la Défense de Bill Clinton. De retour en France, études politiques d’Aix-en-Provence puis, à l’ENA de Sciences-Po Paris. Elle échoue au concours d’entrée de l’ENA et obtient finalement une maîtrise d’anglais, une maîtrise de droit des affaires et un diplôme d’études supérieures spécialisées de droit social à l’Université Paris X, tout en enseignant le droit à l’université Paris X. À deux reprises, elle tente sans succès d’intégrer l’École nationale d’administration, et dit ne pas regretter du tout ces échecs. …avocate au barreau de Paris…entre au conseil de surveillance de la multinationale néerlandaise ING »

    Quelles conclusions tirer et questions à se poser?
    Battante, c’est sûr. L’argent, elle connait.
    Mais qu’est-ce qu’elle est venue faire dans l le Ministère de l’Économie?
    Avocate d’affaires, par exemples.

    1. Funny : Cantona est footballeur exceptionnel, Lagarde est avocate quelconque. Pourquoi donc serait-elle plus avisée en économie que Cantonna ? D’autre part, si Cantonna , »bien connu dans le monde et… à Colone » (plaisanterie d’Aristophane), changeait d’avis et appelait à descendre dans la rue derrière lui, peut-être que trois millions de personnes le suivraient, en France aussi bien qu’en Angleterre ; chose abolument impossible avec Lagarde.

    2. Avocate d’affaires, par exemples.

      Le contraire m’aurait étonné, on se demande parfois à quoi et à qui sert en premier la politique
      avec en autres un peu plus d’avocats et d’avocates d’hommes d’affaires en société, comment des gens comme ça pourraient d’ailleurs réellement vous représenter avec intégrité et honnêteté, ça n’a pas de sens, ça ne rime à rien, ce n’est tout juste qu’une plus grande représentation théatrale,
      mieux aurait-il fallu qu’ils laissent plutôt la place à d’autres pour moins faire de dégats moraux,

    3. Jérémie,
      Je n’ai rien contre les avocats. Il y a même des avocats du diable 🙂
      Mais, sortir cette phrase contre Cantona me paraissait d’une hauteur babeloise (ou babelisée, comme vous voulez)…
      😉

    4. – Sarkozi, avocat d’affaire
      – Borloo, avocat d’affaire, de Tapie en particulier à la « belle » époque des achats/revente de sociétés
      – Lagarde, avocat d’affaire
      – Copé, avocat d’affaire
      – Woerth, avocat d’affaire,

      et j’ai du en oublié

    5. il me semble me souvenir, que notre prof de philo nous enseignait que les ministères étaient volontairement attribués à des néophytes…

      pour protéger la démocratie, il était important de ne pas confier la gestion d’un « portefeuille » à quelqu’un d’initié, d’une part pour mettre à profit sa fraicheur d’analyse et d’autre part pour éviter une main-mise trop experte qui pourrait devenir un contre-pouvoir trop puissant.

      ainsi, ne pas confier l’armée à un général… logique.

      et comme on ne demande pas au ministre de la santé d’effectuer une intervention chirurgicale mais une gestion humble et intelligente du dossier national…

      je suppose que dans cette optique, la confusion (j’allais écrire « corruption ») entre finance et gouvernance pouvait être évitée.

      cela nous semblait choquant de prime abord puis raisonnable.
      (cette exigence éthique s’est estompée).

      par conséquent, la participation d’un joueur de foot (ou de rugby, etc) au débat politique est une manifestation saine et démocratique.
      la tentative du ministre en charge du porte-feuille concerné d’étouffer l’intervention au prétexte de la non-expertise professionnelle de l’intervenant, c’est une insulte à l’intelligence de chacun y compris du ministre lui-même !

  83. S’il vous plaît Mr et Mme la Banquière, redonnez moi encore un peu de mon argent au compte goutte, redonnez-moi encore un peu de ma liberté, de ma vie, de mon temps, de ma santé,
    de ma fierté, de ma dignité, de ma culture, de mon pays, de ma justice et cela afin que je puisse mieux entreprendre des choses plus saines et moins empreintes de l’usure,

    S’il vous plaît Mr et Mme la banquière, redonnez-moi encore un peu de mon argent aujourd’hui si bien sur vous ne voulez toujours pas mieux m’entendre et me comprendre en société, à vrai dire je n’ai plus du tout confiance en des gens comme vous, car l’homme et le monde ne peut pas toujours mieux vivre de crédit et de dettes d’usuriers en plus,

    En vérité et en réalité je vois bien ces derniers temps que vous ne servez pas du tout en premier les premières valeurs de charité de l’évangile, quand bien même d’ailleurs avec un plus grand nombre de personnes exprimant la belle langue de bois d’un monde à l’antenne,

    S’il vous plait Mr et Mme la banquière redonnez moi encore un peu de mon argent, pour vous en faire boire aussi le même calice de dureté à la bouche, afin que je puisse mieux le
    redonner à des gens qui en ont le plus besoin de survivance que vous au quotidien, voir même pour des gens qui en feront sans aucun doute un meilleur usage d’investissement de l’humain en société pas toujours non plus que pour du matériel,

    S’il vous plait Mr et Mme la banquière pourriez-vous encore me conseiller et me diriger au
    plus tôt vers les meilleurs oeuvres de bienfaisance encore si possible existantes sur terre,

    Merci encore à vous de votre compréhension, je sais, je sais Mr et Mme la banquière ce n’est pas vraiment pas de bonnes choses à faire pour « mon argent « ‘ comme pour vous et la société d’ailleurs comme envers les gens de plus en plus touchés moralement par la crise,

  84. Sachant que sur 100€ que vous déposez la banque met 89€ en bourse le reste sert aux avoirs courants,

    les banques spéculent avec notre argent, sachant que jamais nous leur avons donner cette autorisation. Elles gagnent (souvent) et perdent (parfois ) un pognon fou dans cette activité.
    Elles gagnent un pognon fou avec les intérêts des prêts.
    Il nous faut une ou plusieurs banques, uniquement de dépots a qui il sera interdit de spéculer sur un marché quelconque.

    Quand à la proposition de Canto, si elle était aussi bête que cela, elle ne ferait pas autant de bruits et « l’économiste » présente sur le plateau semblait morte de trouille

  85. Voila ce que dit Wikipédia sur l’éminente économiste présente sur le plateau
    Elle connait donc bien le système financier actuel
    Elle baigne dedans
    La proposition de Canto, l’inquiète, et on comprends pourquoi……

    Catherine Lubochinsky est membre du Cercle des économistes

    Elle est professeur à l’Université Paris II-Panthéon-Assas où elle dirige le Master 2 Professionnel de Finance.

    Elle a été consultante au Service des Études et des Marchés et de la Stabilité Financière à la Banque de France.

    Aujourd’hui en plus du « cercle » et de son poste à l’université, elle est présidente de la SUERF (The European Money and Finance Forum) et est membre du Conseil de l’Association Française de la Gestion Financière.

    Elle écrit régulièrement des articles dans « Les Echos ».

    Elle enseigne notamment:

    La finance de marché La gestion des produits de taux Les marchés dérivés Structures et risques de taux d’intérêt

    1. à voir son pédigrée, on comprend mieux pourquoi nous en sommes là ; car chez Taddéi, elle m’a donné l’impression d’être tout sauf une économiste.

      à moins qu’économiste cela veuille dire savoir comment faire pour plumer les peuples , alors là peut être, fait-elle partie de l’élite ………………….

    2. A l’écouter, elle ne m’a pas paru dire des choses insensées, mais sa posture était clairement de ne pas remettre en cause le monde de la finance et l’establishment… Et pour cause: son boulot en dépend. Et c’est bien grâce à son boulot qu’elle s’est trouvée sur le plateau.

    3. SUERF

      !?….

      -( faire) ululer (le) serf ?
      – (faire) suer (la) fortune ?

      je me demande si cela suerf à quelque chose ?
      enfin, il faut bien s’occuper …

  86. Merci Paul pour cette prestation chez Taddeï. Remarquable.
    On remarque vers la 4° minute du premier extrait une auréole, encore petite, au dessus de votre crâne, jusque la rien que de très normal mais je crains après cette intervention, de vous voir apparaitre entouré de fumeroles et pourvu de petites cornes diaboliques…tout au moins aux yeux des banquiers et de leurs relais.
    Un dernier point concernant Madame Lagarde, quand elle dit rilance elle pense regueur.

  87. Tout d’abord, bravo! Bravo d’avoir eu le courage de défendre de bonnes idées, de vraies idées, à la télévision. D’avoir essayé d’expliquer aux français une partie de la situation.

    Je n’ai pas retenu le nom de « la dame », mais elle mériterait de figurer dans une liste noire de « personnes corrompues et de mauvaise foi ». Pourquoi? Parce que ses arguments étaient démagogiques, faux, elle tentait de persuader les gens en leur faisant peur, plutôt que de les convaincre:
    – Faire peur aux vieux: attention au bandits à la sortie de la banque!
    – Faire peur aux pauvres: c’est vous qui allez trinquer si vous retirer vos sous!
    – Dénigrer les arguments adverses: mais non voyons, vous généralisez, tout va très bien madame la marquise!
    Je me demande combien elle a dans son compte en banque, pour avoir si peur que les gens ne fassent couler la banque… certainement bien au delà de la limite « garantie » par l’Etat!
    Troquer, elle? Oh que non, Madaaame nous pourrait plus s’acheter son Caviaaar!

    Je trouverais ça comique, si ce genre de comportement et de réflexions n’étaient pas aussi toxiques. J’hésite entre la croire simplement incompétente (ce qui en soi est humain, acceptable, beaucoup de soi-disant « grands » économistes se trompent), ou corrompue. Je vous assure que si j’avais peu de scrupules et plusieurs milliards sur mon compte en banque (si j’étais une banque, par exemple), je n’hésiterais pas à « payer » en douce une « Dame » pour qu’elle défende Mes intérêts pendant l’émission… Payer quelques dizaines de milliers d’euros pour que le Bon Peuple reste dans l’ignorance, j’appelle ça un très bon investissement!

    Bref… Pour en revenir à votre proposition, interdire la spéculation sur « la variation des prix », ce pourrait en effet être l’une des premières choses à faire.
    Soyons clairs et bref: le système de la « Bourse » et des Actions tel qu’il fonctionne actuellement ne fonctionne que par et pour le « court-termisme ». Essayer de dégager le maximum de profit en un minimum de temps.
    Du point de vue de l’entreprise rachetée en bourse, il aboutit à la situation suivante: incitation pour les Dirigeants, rémunérés en Actions, d’appliquer des politiques court-terme pour l’entreprise. Comment faire gagner de la valeur court terme à l’entreprise? Diminuer les investissements long-terme, et réduire les coûts. Donc licencier les vieux employés expérimentés, sucrer les budget R&D, délocaliser, presser les employés restant comme des citrons pour en retirer court-terme tout leur potentiel. Puis, une fois ceci fait, montrer que l’entreprise dégage « soudainement » d’avantage de bénéfices, l’action monte, l’action est revendue. Quelques mois ou années plus tard, quand le citron n’a plus de jus, la société se retrouve en difficulté: mais les responsables ont déjà quitté le navire, actionnaires comme dirigeants, et sont partis presser un nouveau citron.
    La solution est don d’interdire en effet les spéculations sur les variations des prix. Et pourquoi pas mettre en place une durée obligatoire de détention de toute Action quotée en bourse? Dès que vous achetez une action, vous seriez obligé de la garder 15 ans par exemple… cela obligerait les investisseurs à penser long terme, et oeuvrer pour le bien « long terme » de l’entreprise. A ne plus maltraiter comme aujourd’hui le capital humain de l’entreprise, c’est à dire ses employés…

    1. ce dont vous parlez à propos du rachat d’entreprise , c’est plutôt de LBO

      cette technique est particulièrement nocive

    2. ce dont vous parlez à propos du rachat d’entreprise , c’est plutôt de LBO

      Pas seulement, à mon avis, cette technique « aimable » est aussi utilisée dans les grandes entreprises publiques que l' »on » privatise ….et, qui sont donc cotées en Bourse (l’état étant de moins en moins engagé dans l’histoire….)
      ce sont des entreprises « mixtes », où il y a des fonctionnaires, mais aussi un pourcentage non négligeable de personnes sous contrat privé …méthodes citées par G. lors d’un rachat d’entreprise, mais il peut s’agir aussi d’une absorption de « filiales » …
      Le scenario est toujours le même …et les dirigeants ayant induit le processus, partent sévir ailleurs, d’autres arrivent …( souvent, ballade d’une grande entreprise à un ministère, avec place garantie à la sortie dans une autre entreprise …et ainsi de suite … =) les dits-dirigeants
      ne courant jamais aucun risque pour eux-même, mais cassant du salarié en veux-tu en voilà,
      avec un suprême dédain ….

  88. Moins d’agressivité de votre part aurait donné un peu plus de force à votre position lors de cette émission, comme le romancier assi à votre gauche.

    Finalement n’aurait-il pas été plus malin de proposer un virement massif vers le système bancaire coopératif qui reste un outil de qualité?
    Cantonna, oie blanche, transparente vis à vis de l’argent, non intégrée au système globale ?
    A démontrer

    1. Cantonna, oie blanche, transparente vis à vis de l’argent, non intégrée au système globale ?A démontrer

      Laissez-moi encore croire et penser qu’ils ne sont pas tous comme cela, laissez-moi encore voir un peu de bon en lui, aussi grande gueule soit-il dans son passé et son présent, qui donc dans ce monde n’a jamais pensé un jour secrètement retirer tout ou quelque peu son argent d’une banque, si seulement les plus grands banquiers de ce monde pouvaient encore en faire un meilleur usage de vos biens derrière votre dos, mais non on préfère continuellement faire la sourde oreille aux diverses mises en garde des divers prophètes ou pas de l’histoire, aussi bien d’ailleurs en métérologie qu’autre chose, comme le fait d’une plus grande coalition corporatiste ne sauvera pas plus le monde de la grande faillite générale, c’est vrai beaucoup de grandes marques bancaires de nos jours sur les marchés mais bien peu de meilleur éthique humaine en retour,

    2. @Pytheas 13: Paul a fait ce qu’il fallait faire pour se faire entendre des gens de la rue. Il a été très bon. Le romancier assis à sa gauche, j’ai beaucoup apprécié aussi, mais qui l’a compris? Il a parlé de citoyenneté et de la pauvreté (citant Platon), mais qui a compris qu’il désirait sortir du système inique actuel? Il faut déjà connaître l’arrière-fond du débat pour que ses paroles fassent sens. S’il avait un message à faire passer, c’est raté. Par contre, Paul a réussi son coup. Le top du message clair et distinct restant au « fight club » (ce film est en train de travailler toute une génération).

    3. Excellente agressivité, au contraire.
      Juste ce qu’il faut de punch pour montrer l’indignation.
      Monsieur Jorion est un Maitre de Com 🙂 Ce dont je ne me doutais pas à la seule lecture du Blog.

    4. @Pytheas 13 : « le romancier assi à votre gauche » m’avait tout l’air d’être très « british ». Je ne suis pas sûr que le flegme soit compatible avec la gravité des faits discutés.

      Finalement n’aurait-il pas été plus malin de votre part de mettre dans votre post des références vers le système bancaire coopératif qui reste un outil de qualité?

  89. Monsieur Jorion

    Un petit mot pour vous remercier d’avoir accepté cette intervention chez Tadéi, vraiment !
    Vous avez réalisé une belle performance, utile et efficace. Et surtout vous avez apporté de l’air frais face au discours totalement étouffant de cette affligeante prof d’économie -on croit cauchemarder- dont on se demande dans quel monde elle vit.
    Merci encore, et soyez fort, la lutte ne fait que débuter.

  90. Canto-OUI Canto-NON
    …….. L’idée est séduisante au premier abord, et la réflexion avançant un sentiment de trouille peu faire reculer certains,ou en voir d’autre argumenter pour essayer de gagner du temps…. J’observe depuis 48 ans, le fait que nos société matricé(es) par la judéo-chrétienté, ont de fait insufflé
    le « Conflit d’intérêt » au cœur même de notre fonctionnement réflectif (dès le plus jeune age: -si tu est sage…..travail bien…..soit pas en retard….)
    Ce fameux « Conflit d’intérêt » n’est pas réservé aux seul classes dirigeantes, à leurs niveaux c’est le volume de la transgression ou de la fraude qui fait la différence avec les petits conflits d’int. dont peuvent profiter les communs des quidams tel que nous… (qui n’a pas de par sa fonction ou son travail
    réfléchit au petit « plus » que pourrait lui amener ce dernier tout en restant « Corporate » vis à vis de la hiérarchie… dans la société civil les intérêt de fréquentations…. dans la cellule familiale pressions et chantages…..bref !)

    Ce fameux « Corporatisme » (par nature intellectuellement et idéologiquement castrateur), est intimement
    lié au conflit d’intérêt, par la valeur personnelle de la tolérance à la fraude….. sic.

    Monsieur Cantona a-t-il une « riche idée » ou une « pauvre idée » ?? ou peut être tout simplement
    lumineuse ?? -Les trois mon Général !

    -Lumineuse: bien conscient que les dérapages en bain de Sang social, ne pourrait laisser place qu’à un
    chaos peut enviable pour le devenir de l’humanité…. C’est peut être le seul bras de levier, ou action non-violente à notre disposition…… (Non, il en existe une deuxième qui donne le même résultat, c’est le blocage de l’outil de production, sabotage grève générale etc….le but dans les 2 cas étant de leurs casser « leur jouet financier » et de faire écrouler les bourses…)

    -C’est entre la « riche idée » et la « pauvre idée », ou la bonne et la mauvaise au choix, que s’opère un
    conflit d’intérêt…
    Notre histoire démocratisée c’est bâtie suite à des heurts et des chocs de classes, et des conquêtes sociales, qui a gravé en nous le côté Citoyen vindicatif, éventuellement prêt à en découdre…
    Au fil du temps, et principalement pendant les « 30 glorieuses », ce citoyen c’est individualiser et
    autonomisé et a gravé l’autre face de sa personnalité: le bourgeois.

    L’image que j’en ai est celle d’une bouteille pleine qui se vide en ayant le niveau bas qui remonte, « la France d’en bas » est déja asséché depuis l’arrivée de l’€uro, les classes moyenne (milieu bouteille) vont finir en cale sèche aussi……. et c’est en fonction de son niveau de flottaison dans la bouteille que l’on maintient un discours « bourgeois irresponsablement optimiste » ou que l’on passe au discours « citoyen responsablement pessimiste »…….

    les propos de Lubochinsky, reflette bien la pensée unique des corporatistes de l’économie de marchés sinon rien…….. qui commence toutes phrases ou démonstrations par la discréditation
    systématique de toutes idées ne leur convenant pas…(tournant en ridicule, infantilisant ou culpabilisant l’auteur d’une idée n’allant pas dans leur sens). Pratique linguistique courante dans la classe politique dirigeante de droite « pro-medef »

    Pour finir sur une note d’humour: sigification de M.E.D.E.F. ??

    Réponse: Même En Dormant Enrichie ta Famille ……. CQFD.

    Cordialement. fil.

    1. La bouteille se vide ou le bateau coule.
      Quand je pense à tout çà j’ai des images d’une pièce de théatre ou d’un film, je ne sais plus :
      Une maison « cossue », des gens « biens » dedans, une tempète dehors et il est question d’une inondation qui arrive….

      La classe moyenne commence à se rendre compte que l’eau lui arrive à la cheville et qu’elle continue à monter !

  91. Alors, pour l’instant, j’ai noté Triodos, La Nef, en a t’il d’autres? Je propose qu’on tente une liste ou bine il y a une site qui s’ne charge déjà?
    A quoi faut-il faire attention pour choisir ce type de banque, sais-t’on notamment si elles banissent par principe ou logiquement notamment tout activité financière de type pari sur les fluctuations de prix?
    Cela m’intéresse grandement.

    1. Bonjour,

      Si je comprends bien, Triodos n’est pas représentée en France

      Quant à La Nef, elle indique sur son site officiel être « engagée dans la construction d’une banque éthique » qui permettra l’ouverture de compte courant. Pour le moment, donc, ce n’est pas possible.

      Il existe également « Le Crédit Coopératif » mais qui est associé au groupe Banque Populaire, et détenu en partie par Natixis, bref assez consanguin du reste du système…

    2. on peut avoir un compte courant à la Nef, la plateforme technique est assurée par le Credit Coopératif, en attendant qu’elle change de statut. Mais les dépots sont gérés par la Nef.

    3. Ah oui, ce serait bien : une liste des banques ‘telles que nous les souhaitons’
      dans plein de pays différents …… Ce serait super pour tous les lecteurs du blog et les futurs lecteurs!!

  92. Bonjour Monsieur Jorion,

    Probablement – in my humble opinion de suiveur assidu et méthodique – votre meilleure intervention publique depuis celle-ci :

    http://www.dailymotion.com/video/x9hzmv_parlons-net-recoit-paul-jorion-5-6_news

    Claire, incisive, recadrant bien le débat en ne laissant, d’une part, aucune chance à un interlocuteur qui, comme cela a déjà été souligné ici, ne voyait pas venir les coups (vous ne boxez pas dans la même catégorie !) et, d’autre part, ne laissait guère douter de votre position sur le côté symbolique de l’appel du Canto, ses dangers potentiels mais également la légitimité du ras-le-bol des populations et l’urgence qu’il y a pour les politiques à changer de système d’exploitation (arf).

    Vous soulignez très exactement le MEPRIS (oui, Martine, je ne voudrais pas qu’on rate QUELQUE CHOSE ! 😉 ) dans lequel les zélites tiennent les réactions populaires et par-là même vous vous situez du bon côté de la barrière. Clairement.

    Merci à M. Taddéi d’offrir cette tribune, on ne peut que lui reprocher de ne pas vous servir de contradicteur d’une autre envergure (nationale, au hasard). Merci à lui également pour ce morceau d’anthologie des Pixies insistant sur le fait qu’il est de bon ton de rappeler ceci :

    [youtube=http://www.youtube.com/watch?v=xWVxI6XZAuE&playnext=1&list=PLFCBF8F2E2837B311&index=14]

    en dépit d’un langage… euh… fleuri !

    Si je peux me permettre une suggestion : il est probable que vous bénéficiiez suite à votre « association » à l’appel de Canto et à l’émission d’un afflux de visiteurs nouveaux (cf les commentaires du jour) un rappel simple et clair des positions que vous défendez serait de bon aloi. Au boulot les commentateurs chevronnés… et compétents !

    (@Fab : bien les discussions avec jducac, merci pour les sons, @Samuel H : overbooké, non ?)

  93. Juste un petit commentaire pour souligner un détail qui m’a frappé.
    L’incompétence de cette femme, placée en position contradictoire à Paul Jorion transpire par tous ses pores… c’est effrayant. Bien sûr, ses approximations en rajoutent une couche.
    Du coup, la placidité (quasi inhumaine à l’image … ) de Paul Jorion se transforme en une sorte d’autorité de fait, une sorte de sagesse qui joue en sa faveur.
    ….. et c’est SUPER !!!
    \o/
    Bien évidemment, mon commentaire n’a aucune valeur analytique globale, c’est simplement mon ressenti personnel que j’exprime… il ne vaut que pour moi. Je l’exprime simplement parce que ça m’a plu de voir M. Jorion marquer tranquillement des points.
    😉

    1. Oui !
      Parce que à la place de M. Jorion j’aurais dit à cette dame :
      « MADAME? VOUS SAVEZ CE QU’ELLES VOUS DISENT LES « CLASSES DEFAVORISEES??? »
      Les classes défavorisées n’ont pas besoin de cette dame, et encore moins de ses conseils !!!

    2. La petite dame, elle avait à peine ouvert la bouche, qu’elle s’inquiétait déjà de l’avenir du crédit… conso! A partir de ce moment-là, elle était cataloguée.

  94. Bonjour,

    Wikileaks nous promet quelques révélations sur certaines banques américaines… et je pense surtout à Golman Sachs… .

    C’est là qu’il faudra être le plus réactif, car c’est là que tout le monde verra les excès plutôt que la qualité des compétences de la Cie.

    Bon WE.

    1. @gol : « C’est là qu’il faudra être le plus réactif, car c’est là que tout le monde verra les excès plutôt que la qualité des compétences de la Cie. » : un(e) journaliste aussi compétent(e) que têtu(e) a déjà publié une enquête choc sur GS, et il y a eu une enquête officielle aux US. Les « excès » de GS, tout le monde les connaît déjà, de nouvelles « révélations » de Wikileaks ne changeront rien. Le chien aboie et la caravane passe !

    2. @Crapaud: pas du tout. Ce n’est pas la même chose un article dénonçant les agissement de GS et des câbles montrant leurs pratiques. Sans oublier la notoriété qu’a maintenant acquis wikileaks et qui fait que la dénonciation portera plus loin.
      Exemple: en Belgique on dénonce depuis une décennie au moins qu’il y aurait des armes atomiques américaines stockées sur le territoire belge. Le gouvernement a toujours nié et fait la sourde oreille. Après wikileaks, on est sûr qu’il y en a, plus personne ne peut le nier.
      Autre exemple: on dénonce depuis toujours le système françafrique et le pillage des ressources des pays africains. Après wikileaks, on sait que la France signait des accords secrets lui accordant le monopole des ressources naturelles dans certains pays africains (et le diplomate américain de juger que ces accords sont « ridicules » tellement ils sont léonins. Et on y voit aussi que le désengagement français plait aux américains parce qu’ils ont l’intention de prendre la place pour continuer le pillage. Ce sont des faits, des preuves, plus des articles bien intentionnés et on ne donc plus se voiler la face en haussant les épaules.
      Autre exemple: beaucoup de gens bien informés et ayant un sens critique développé se doutaient que les américains manipulaient l’Europe, mais une fois qu’on a vu les câbles, il ne s’agit plus d’une suspicion. On sait maintenant qu’ils espionnent, font pression, etc, jusqu’au plus haut niveau de nos gouvernements. Là aussi, plus moyen de fermer les yeux ou de dire « ouais, le monde diplo, vous savez… » ou « encore les théories du complot, bah… manque plus que le mossad dans l’histoire ».
      Etc, etc. Et les câbles intéressants continuent à sortir au compte-goutte. C’est un événement historique que nous vivons là. Le pékin moyen ne peut plus faire comme si ça n’existait pas. Le « cause toujours » n’est plus de mise. Les puissances occidentales, USA en premier, sont furieuses, car elles savent ce qu’il en est.

  95. Lubochinsky a quand même été étonnante. Bernard Marysse affirmait encore ce matin que c’était les crédits qui faisaient les dépôts, elle dit le contraire en oubliant ce qu’est la création monétaire. Elle dit que Northern Rock a connu un problème de liquidité, un peu comme un accident de parcours lié à des circonstances indépendantes de sa volonté. Le problème est que c’était surtout un problème de solvabilité sinon le RU aurait pas eu besoin de la renflouer. Enfin affirmer que l’argent donné aux banques appartient toujours aux déposants. Euh…….Si il n’y avait pas la garantie partielle de l’Etat (il existe un plafond), en cas de défaillance de la banque, vous auriez autant de chances de recouvrer vos fonds que si vous aviez payé d’avance une cuisine chez Vogica. Parce que techniquement, cet argent est devenu une dette de la banque vis à vis du déposant.

  96. Merci Paul pour cette belle prestation. Oui, le plus petit dénominateur commun au message de Cantona c’est bien le mot révolution. Ce qui fait peur aux frileux comme cette dame qui ne connaissait même pas ton arme contre la spéculation; Curieux d’ailleurs que ton idée ne soit pas relayée dans le cercle des économistes: la fluctuation des prix c’est quand même la base du spéculateur non?
    Amitiés sous la neige;
    Omar

  97. Merci Paul !
    Vous avez souligné l’enjeu qui me touche et il semble que je ne sois pas le seul dans ce cas 🙂
    Comme Cantona, je ne suis pas un technicien de la finance, mais comme beaucoup de monde autour de moi, je vois bien que je me fais avoir, et de plus en plus et de plus en plus vite (et là je me force pour rester poli !).
    Les discours des sbires et des « zélites » zélotes du néo-conservatisme, leur mépris et leur arrogance (ce n’est qu’un footbaleur hi hi hi), leur manière de nous faire sentir que nous ne sommes pas capables de penser, nous les gens du peuple et de la « France d’en bas », leur stratégie pour nous noyer dans les détails et les mensonges, tout cela devient visible et bien compris et par beaucoup de monde.
    Attention : le roi est nu !
    Rappelons nous Coluche : « Ils ont des diplômes et ils nous disent qu’ils ne savent pas comment faire. Ils disent on ne sait pas ? Et bien nous on sait, et on le fait. Voila, c’est ça les « restaus du cœur. » »
    Coluche était un comique, un humoriste, un ex-cancre … encore moins qu’un footbaleur non ?
    Les solutions simples ne sont pas toujours du populisme parfois elles fonctionnent.
    Coluche n’a certes pas résolu la pauvreté, mais grâce à lui des milliers de familles mangent un peu mieux chaque jour. C’était impossible ? Il l’a fait.
    Alors la vraie question maintenant, c’est allons nous avoir du sang ou de la justice ?
    Du sang, c’est à dire des révoltes, des insurrections, des violences, des guerres si rien ne change.
    Notre argent a servi à renforcer le système financier, maintenant qu’il est assez fort pour cela il s’en prend aux états les plus vulnérables ( à leurs citoyens) et quand il les aura bien essorés il s’en prendra aux états plus forts (à leurs citoyens), jusqu’à … jusqu’à quand ?
    Je n’ai rien compris là ?
    De la justice, c’est la mise en place de solutions politiques aux causes du mécontentement.
    Mais ou est le relai politique du mécontentement aujourd’hui ?
    Je cherche un homme (politique) ! (Ou une femme, parce que bon, Diogène était peut-être un peu misogyne, non ?).
    Et j’ai bien dit un homme ou une femme, pas un robot sur-diplômé et télégénique, je cherche un être humain (savent-ils encore ce que c’est ?) capable de ressentir que la solution n’est pas technique, mais humaine, politique, juste et équitable au lieu de m’expliquer que, non, on ne sait pas, c’est compliqué, il faudrait que tout le monde le fasse et c’est impossible, si on fait ça, ce seront les pauvres qui vont trinquer …
    Humain, vous avez montré que vous l’êtes, vous, monsieur Jorion, vous êtes l’un des rares à allier cette compétence technique avec de l’humanité vraie.
    Alors merci, et continuez, s’il vous plait.

  98. Bravo pour votre prestation Paul!
    Vous avez renoncé à votre timidité et votre modestie. Vous ne vous êtes pas humblement exprimé en espérant qu’on vous écoute. Cette fois ils ont du tous vous entendre et vous comprendre.
    Et la remise en cause des compétences économiques de Mme Lagarde (+ son insolence par rapport à Cantona et à tous les citoyens) a du faire mouche autant chez les banquiers, les « économistes » et les politiciens que parmi « le bon peuple ». Aucun doute: maintenant ils savent qu’il y aura du bois pour se chauffer.

  99. Y a-t-il une issue autre que :

    -un encadrement drastique des pratiques bancaires et financières avec de véritables « tabous » à ne transgresser en aucun cas, sous peine de confiscation de tous les biens, de déchéance de nationalité,des droits civiques nationaux, internationaux et abandon sur une île déserte (la peine de mort n’existant plus chez nous)

    -le tout gratuit

    ??

  100. PS : Attn Mr JORION .
    Vous auriez du insister, sur l’aspect propriété, possession et usage de l’argent dans la « relation » particulier-banque…. Les spectateurs et citoyens aurait eu une explication évaillant leur conscience…
    Alors que l’on assiste à 2 affirmations , insuffisamment argumentée , venant de votre part et de Mme C. LUBOSHINSKI.
    —-> Pas évident de se positionner , en l’absence d’informations complémentaires, pour une personne n’ayant lu votre livre ….

    C’e n’est aucunement un reproche. C’est un constat .
    Toutefois, peut être n’était- ce pas le bon moment, le lieu approprié???

    Bonne journée !

  101. MERCI PAUL !!!!!!
    Un grand très grand moment de TV. Vous avez été……….(je manque de mots pour exprimer l’immense plaisir que j’ai eu en vous écoutant) » SUBLIMISSIME ». Pour une fois, (excusez moi ,je vous trouve généralement trop gentil avec vos contradicteurs) vous vous êtes vraiment lâché face, à cette représentante de la finance arrogante que vous dénoncez. Elle n’a vraiment pas fait le poids , la pauvre !!

  102. Le discours de la Catherine Lubochinsky est empreint d’une quantité de flous peu digne d’une professeur. Discours apologétique par excellence de défense à tout prix et surtout basé sur de la mauvaise foi. Elle croit en ce système. Quand elle parle de levier etc elle ne pense pas a préciser ce que cela peut etre…Idem pour d’autres notions… Ce qui n’est pas evident pour le commun des mortel qui va se dire une fois de plus « oh mon dieu c’est trop compliqué je ne vais pas pouvoir comprendre. » et participer a la mystification globalement deja entretenue sur la finance. Là ou cela prend 2 minutes d’en expliquer le sens.

    Elle s’accroche, donne de mauvaises informations et surtout semble dépassée par le sujet.

    Merci pour les précisions de votre part.

    Matthieu

  103. En fait, c’est peut-être le fait d’avoir été invité « au pied levé » qui vous a servi !
    Pas de longues heures disponibles pour cogiter.
    Taddéï a insisté pour que vous veniez, il a eu raison !

    Votre mine réjouie fait plaisir à voir !

  104. Félicitation pour votre pertinente fraicheur intellectuelle et vos passionnantes analyses face à une économiste engluée dans son formatage professionnel. Un regret, c’est le temps trop court de ce débat. Une fois de plus, c’est étonnant de voir à quel point les « spécialistes » de l’économie peuvent être dépassés dans la compréhension des bouleversements sociaux-économiques qui s’opèrent et leur incapacité à prendre de la distance pour y réfléchir. Totalement autistes. « Quand le sage montre la lune du doigt, l’idiot regarde le doigt ».
    Je ne peux que vous inciter à vous faire entendre d’avantage pour forcer un débat inévitable si on veut avoir une chance de s’exonérer d’une révolution violente, comme vous l’avez si justement évoqué.

  105. Je viens de regarder et écouter l’émission à laquelle vous avez participé. j’apprécie la manière dont vous avez envoyé dans les cordes madame la « Pro ». Cette personne ne doit pas souvent faire ses courses ni discuter avec les citoyens ordinaires que nous sommes. En effet , même si je pense que Mr Cantona ne résoudra rien avec sa proposition, je pense que cela correspond à un « y ‘ en a marre » de tous banquiers qui s’en mettent plein les poches alors que les peuples doivent payer leurs dettes !

  106. Pas vu l’émission encore. Je suis sur que vous avez fait un boulot impeccable.
    Je suis 100% d’accord avec Tomate
    L’intervention de Cantona permet d’éclairer le débat sur l’irresponsabilité des acteurs. En l’occurence si un bankrun populaire est « irresponsable », les actions des institutionnels et des banques le sont autant. Elles ont allumé l’incendie et refuse aux pompiers d’intervenir.
    Ce que propose Cantona c’est de souffler le feu par une grosse explosion.

    Cantona exprime la colère populaire, vous formulez des solutions techniques justes et non violentes. Vous êtes donc parfaitement complémentaires contre le camp d’en face.

    Il serait bon que le discours de Cantona soit relayé également en Angleterre ou il est tres populaire. Ca déplacerait le débat hors francophonie de façon salutaire.

    Eric si tu m’entends: just do it!

  107. bravo Paul
    Je pense que l’idée de Cantonna fait du Buzz parce qu’elle est claire et comprise par tout un chacun .Je retire mon argent point barre !
    Ne pourrait-on pas trouver une une formulation plus claire pour votre proposition ?
    je conçoit que vulgariser veut dire simplifier jusqu’à erroné , mais peut-être y a t-il un compromis à trouvé 😉
    l’interdiction des paris sur les fluctuations de prix
    c’est pas très poétique 🙂
    cordialement

    1. @galapiat : c’est pas pour me vanter, mais j’ai remarqué depuis longtemps que cette formule, « interdiction des paris sur les fluctuations de prix », apparaît comme un grumeau dans le paysage médiatique. Elle se démarque des mots d’ordre habituels, (d’origine publique ou privée), que l’on retient d’abord pour leur forme, et qui ne sont même que forme quand ils ont été concoctés par une « officine » spécialisée. En renonçant à toute autre forme qui ne ferait que la déformer, cette formule marque une rupture avec les conventions tacites en matière de com’, et je pense qu’il faut ça pour se démarquer des très mauvaises habitudes qui sévissent partout au prétexte de se faire entendre.

  108. Bravo ! Paul .
    J’ai regardé l’émission hier soir , vous avez été top . Surtout devant cette grenouille stupide du genre la copine à la mère Lagarde . J’avais l’impression qu’elle était là juste pour vous faire briller …
    En fait cette histoire de Cantona ça les emmerde .
    Car rendez vous compte si ces gens là se mettent à leur donner des idées subversives ou allons nous ! ! ma chere .
    Quand a votre prestation Monsieur ….elle est mème sur  » FORTUNE  » c’est dire .
    245 Commentaires ! bigre ! Julien comment faites vous pour suivre ?

  109. Paul Jorion, 10 octobre 2010.

    la réflexion qui se déroule sur le blog est heureusement suffisamment subtile dans sa critique du système financier, que la pratique de la panique bancaire ne lui apparaisse pas comme une arme de choix !

    Qu’est-ce qui a changé depuis?

    1. L’Irlande. La certitude que l’Espagne, le Portugal et pourquoi pas la France seront les suivants. La machine est lancé et broie tout sur son passage. Nous essayons ici ou là de trouver les armes qui pourront faire cesser le carnage économique et social dont les peuples sont aujourd’hui victime. Cantona est un sage; il exclut la possibilité de voir couler le sang dans les rues et propose une idée à « la con »…
      Oui, il vaut mieux une panique bancaire qu’un bain de sang… et ça Cantona comme beaucoup d’autres le sentent. L’histoire est en marche et nous n’en connaissons pas l’issue .Pourtant, l’abîme qui s’ouvre au sein de nos démocraties agonisantes ne doit pas nous faire peur. Nous saurons imaginer la suite et Eric Cantona contribue, à sa manière à l’écrire.

    2. C’est vrai je pensais que M. Jorion taclerait, M. Cantona ,le problème c’est qu’ils jouent dans le même camps alors il s’est contenté de lui faire une passe suffisamment imprécise pour lui éviter une pleine lucarne.

    3. Non Ernesto. Sur ce blog, la certitude que les cas portugais, espagnol et irlandais allaient se dérouler selon le même schéma que le cas grec était très largement antérieure au 10 octobre. Dès les premiers spasmes grecs en fait.

      Par ailleurs, vous faites encore fausse route en vous imaginant que la solution de Canto soit non violente. Ce n’est pas « un coup à la Spaggiari » comme il a pu le prétendre, ce détail de son intervention qui m’a fait bondir dès le départ, et comme le souligne avec beaucoup de pertinence F. Lordon dans son dernier article.

      Il y a autre chose. Jorion ne semble plus aussi convaincu qu’une solution par le système – notamment par la démocratie représentative – soit possible. Elle est là, à mon sens, la nouveauté. Et j’aimerais comprendre d’où elle vient.

    4. @Moi

      Bien entendu. Mais encore?

      Si par exemple le personnel politique tous partis confondu a définitivement consommé tout le crédit que leur accordait Paul au départ, il me semble que c’est une information qui mérite d’être connue. Non?

    5. @Dissonance: je pense qu’il l’a déjà dit et répété. Voir les 3 ou 4 derniers « Le temps qu’il fait ».

  110. Quel souffle d’air frais hier au soir par rapport au catéchisme habituel de nos économistes référencés sur les plateaux de télévision. Dommage qu’il faille attendre minuit passé.
    Que leurs dogmes partagés par la majorité de la classe politique actuelle qui a abandonné son pouvoir au monde financier et à ses communicants économistes, aient conduit le monde où il en est ne leur enlève rien de leur morgue et continue de faire des ravages. Que faire pour que la population qui souffre prenne conscience des raisons réelles de sa souffrance. L’idée de Cantona y contribue bien sûr, un premier pas. Une idée en entraînant une autre plus réaliste a inquiété et embrasé de monde politique. C’est sans doute un bon signe. Merci pour votre intervention d’hier au soir.

  111. À l’aide, au secours !!! Nous voici nous voilà dans ce pays d’aigrefins : ennemis jurés de nos petites économies ; laborieusement amassées avec tant d’abnégation, de soumission ! De bas en haut et de haut en bas tous veulent me piquer, me chaparder, chatouiller mon argent – ma moelle – ma substance ! Dieu, un trou, pour planquer notre bourse avec nous. Pitié !
    Au secours, à l’aide, au voleur, un complot, on m’assassine ! Je meurs 🙂

  112. Ce qui me fait le plus peur dans ce genre d’émission est l’absence quasi-totale et quasi-systématique d’interlocuteurs compétents. A part M. Jorion ( que je ne cite pas simplement parce que je suis sur son blog – mais si j’y suis c’est parce que j’aime bien le lire même si je ne suis pas toujours du même avis ), on se demande qui sont les autres invités, quelles sont leurs connaissances, leurs compétences, et en fait… ce qu’ils font là !

    C’est de l’information de bas étage : comme M. Jorion le dit dans une autre vidéo, les invités sont appelés en urgence, à la dernière minute. Donc rien n’est préparé. Les invités semblent donc choisis sans réflexion. On en prend qui expose la thèse, l’autre l’antithèse, et un ou deux qui restent neutres, en spectateur. Tout est vague, sans détail ( or il en faudrait, non pas que je doute de l’intelligence des Français, mais connaissant bien ce sujet financier, je sais que très très rares sont les gens qui comprennent les tenants et les aboutissants de ce problème ). Il n’y a pas de conclusion. Peu importe la vérité, pourvu qu’il y ait la discorde…
    Aucun recul sur les évènements, les personnages. Par exemple Mme Lagarde n’en est pas à sa première erreur ni à sa première tentative de noyer le poisson.

    Pour finir, retirer son argent des banques ne fonctionnera pas car peu de gens suivront. Mais l’idée de Cantona ( en fait ce n’est pas son idée, il n’a fait que la prendre à d’autres ; j’en parlais d’ailleurs il y a plusieurs années ) n’est pas de fournir une solution. Son idée est surtout de SE FAIRE ENTENDRE, de MANIFESTER AUTREMENT son mécontentement. Retirer son argent des banques serait certes plus efficace que de marcher dans une rue…

  113. Juste un grand merci monsieur Jorion pour votre participation rafraichissante à ce débat plombé par la mauvaise foi de votre contradictrice, dépassée et faussement (je l’espère pour elle) étonnée. Voir un intellectuel ne pas dire « Cantona est bête, son idée est bête, vous les pauvres vous allez souffrir si vous le suivez ne soyez pas bêtes pour une fois » ça fait plaisir !

    Je vous suis depuis peu sur ce blog, et attendait du coup avec impatience votre intervention dans « Ce soir (ou jamais !) » et je n’ai pas été déçu.

    Merci, tout de même, à Catherine Lubochinsky pour quelques éclats de rire. Quand elle débute son intervention par un confondant « si vous allez tous vider vos dépôts, vous mettez le système banquaire en difficulté. Ce sont les banques qui font les crédits, s’il n’y a plus de dépôt il n’y aura plus de crédit » qui m’a laissé stupéfait. Quelqu’un aurait pu lui dire avant l’émission que mettre en difficulté le système banquaire est précisément l’idée. Qu’on la soutienne ou pas. Percy Kemp l’a lui bien compris.

    La ligne de conduite de cette idiote consiste à faire peur aux gens, leur rappelant que c’est soit la misère actuelle, soit rien. En gros, on a pas le choix le système financier nous tiens par les bourses (dans les deux sens du terme) et il conviens de nous le souligner. Que d’arguments étoffés, fins, intelligents ! Là encore, merci Paul d’avoir su la mettre en face de ses contradictions.

    Je terminerai sur Percy Kemp qui a su trouver les mots (en gros « tant qu’on fera passer sa condition de consommateur avant sa condition de citoyen, rien ne changera ») que la pauvre Catherine Lubochinsky n’aurait jamais pu énoncer, elle qui mélange les deux et qui croit que l’unique alternative au système tel qu’il est consiste à faire du troc et à vivre dans des cavernes.

  114. Cher Mr Jorion,

    Je viens de voir les vidéos et si vous passez par là, je me permets de vous faire une petite remarque (sur la forme ! car sur le fond…c’est la pleine forme).

    Par moment votre discours s’emballe. Vous en oubliez de finir vos phrases.
    Les lecteurs assidus de ce blog savent très bien où vous voulez en venir.
    Mais je vois bien dans mon entourage que ce n’est pas le cas pour tout le monde.
    SVP, réduisez le flux de votre pensée à celui de votre discours.
    Finissez d’énoncer votre idée avant de la lier à une autre. Je comprend bien qu’il y ait une forte pression sur votre temps de parole, mais ne jouez pas ce jeu et prenez votre temps.
    Vous êtes le chercheur, l’homme qui rapporte des faits et une réflexion. C’est au journaliste de suivre votre rythme et non l’inverse ! Sinon, vous finirez par brouiller les pistes et perdre votre auditoire (croyez s’en l’humble expérience d’un jeune prof !). Merci pour tout ce que vous faites, vous êtes notre Robin des bois !

    1. @ Monsieur Jorion,

      Ah oui, ca c’est juste : il vous arrive de ne pas finir vos phrases, aller jusqu’au bout de chaque idée… pour nous tous, ici, rien de grave mais pour vos nouveaux auditeurs… Ils risquent vraiment de ne pas comprende certains ‘concepts’.
      Bertrand a raison sur le plan pédagogique 😉

      Mais c’était très bien quand m^me car vif et percutant avec deux ou trois idées, pas plus, à faire passer..

    2. @bertrand : ne jamais chasser le naturel, ça le vexe et il vous revient à la figure comme un boomerang au galop. Paul ne parle pas d’une façon bien lisse comme ces professeurs chevronnés habitués à « charmer » leur amphi. Et c’est mieux comme ça ! Plus spontané, plus convivial, et plus convaincant.

  115. L’interdiction de paris sur les fluctuations de prix pourrait donc commencer à se faire une voie dans la compréhension et les esprits , au bénéfice de la perception de la vraie source mécanique de nos maux .

    Le sujet de la maîtrise de la banque et des banques « citoyennes  » commence à clairement faire son chemin . Je ne suis pas sur que la dernière version de l’appel mis en ligne par D . Dupré soit suffisamment accessible dans ses détails techniques pour être signé en toute clarté par des citoyens qui n’ont pas forcément envie de mettre leur paraphe sur un texte qu’ils ne comprennet pas entièrement . Ils ont rejeté le TCE pour souvent cette raison , au delà de la connotation sous jacente de libre mais surtout libéral échange qu’il transpirait . Une dernière (?) analyse de ce dernier texte par votre troïka habituelle est vraisemblablement attendue .

    Sur Hubert Védrines , le secret , la transparence et la démocratie , je regrette que personne n’ait réagi , car c’est selon moi un sujet lourd , au moins aussi lourd que la maîtrise des banques , de l’argent et de son mode d’emploi , sur ce qui pour lui est un fait , alors que ça n’est encore pour moi qu’une ébauche très imparfaite :

    – Le secret ( je m’étais fait un ardent défenseur du secret du vote en particulier , mais pas que ) est un concept ( un phénomène , une valeur…?) qui a connu et connait encore des appréciations positives et négatives . Il est d’ailleurs autant présent dans chacun de nous que dans les groupes ou organisations les plus divers .

    – Il n’y a pas de secret totalement inviolable très longtemps ( en particulier si le fabricant de la serrure a égaré la clef ).

    – C’est la démocratie qui doit définir la nature des secrets qui lui paraissent nécessaires à la survie et la vie du groupe , leurs durées , leurs modes de préservations et abandons .

    – C’est un processus démocratique qui doit assuré le contrôle et la sanction des modalités d’application et leur éventuelle actualisation .On relira avec bonheur Montesquieu sur l’équilibre des pouvoirs.

    – Hors la démocratie , il n’y a pas de secret ou de transparence totale qui ne soient pas un totalitarisme , une tyrannie ou une idéologie facile et mortelle . Une fois encore ,c’est elle qui donne la balance entre deux antagonismes qui ont chacun leurs vices et leurs vertus .Une fois encore il faut metttre sur …la place publique , les choix à faire . C’est là que la totale transparence est sine qua non .

    C’est donc un sujet qui mérite mieux qu’un happening sentimental , ou que de compter les points comme dans un match de boxe .

    1. C’est un piège la transparence en tant qu’objectif. Il faut des éclairages diffus plus des éclairages directionnels, plus de bons éclairagistes, point.
      Un peu comme le mythe de la vidéo-surveillance toute puissante de notre cher conseiller spécial es sécurité-criminologue en chef de de notre lapin suprême Panpan-Sarko, expert et intéressé en la matière (ça c’est à lui), Bauer (pas le divin Charles, le petit Alain ! )… Très très faisandé l’argumentaire sécuritariste du coco. Cela dit, on peut faire confiance à son flair; c’est lui qui avait repéré le premier le bouquin de Coupat, en avait acheté et distribué à qui de droit 40 exemplaires et avait donc mouchardé ceux de Tarnac, c’est dire !

      Le mythe de la transparence démocratique bienheureuse, du zéro-secret est un exact pendant irénique et totalitaire de ses frères, sécuritariste et totalitaire du tolérance-zéro, technologique et totalitaire du zéro-défaut, technocratique et totalitaire du risque-zéro, etc. Du mou pour les chats, d’la pure pensée magique; moi j’suis plus pote avec le zéro de conduite. 😉

    2. @Vigneron :

      C’est bien pour ça que je n’ai jamais parlé de transparence démocratique .

      Je ne sais d’ailleurs pas ce que sont et la transparence et le secret absolu .

      Et je ne peux ,comme Paul Jorion , qu’encourager les Robins des bois , encore que l’on commence , comme les nains , à voir des Robins des Bois fleurir partout y compris dans les pseudos .

      Je dis ( et maintiens ) que je ne me confie qu’à la démocratie pour définir les lignes supportables , et renvoyer les Robins des Bois à leur obscur sort , une fois apportées leur courageuses mais partielles contributions .

      La vie ensemble dépasse et de loin tous les Robins des Bois , les Paul Jorion et les Juan Nessy .

      C’est dire si elle dépasse d’encore plus loin ceux qui actuellement nous gouvernent.

      Mais la pratique démocratique n’a qu’à gagner en multipliant effectiivement les éclairages diffus ou violents et des éclairagistes de qualité ( mais pas trop installés à demeure ) .

      A suivre …. Par construction démocratique .

      PS : J’ai remarqué que , comme Jducac , vous aimez les points . Lui les met en condition préalable , vous en conclusion finale ( de temps en temps avec une barre ) .

  116. « C’est la démocratie qui doit définir la nature des secrets qui lui paraissent nécessaires à la survie et la vie du groupe , leurs durées , leurs modes de préservations et abandons . »
    Qu’elle est donc la nature de cette démocratie?

    « C’est un processus démocratique qui doit assuré le contrôle et la sanction des modalités d’application et leur éventuelle actualisation . »
    Qui contrôle ce processus?

    1. Deux bonnes questions qui appellent deux bonnes réponses qui n’existent encore pas de façon satisfaisante .

      Sur la nature de la démocratie , et pour faire court , je redis que je me retrouve principalement dans le droit de vote universel et son respect strict , accolée à la définition de Paul Ricoeur que quelqu’un avait opportunémént rappelée indirectement ici .

      Mais je préfère les imperfections corrigibles de la démocratie , aux certitudes de la vérité révélée , ou scientiste , ou élitiste, ou de la plus grosse massue , ou la soit disant « évidence » du moment .

      C’est vrai par contre que la démocratie a besoin d’un territoire . Ou d’une énergie  » surhumaine » pour l’étendre .

      « Surhumain » : l’énergie , pas les hommes .

  117. Bonjour,

    Cela fait déjà pas mal de temps que je suit un peu votre parcours, j’ai d’ailleurs eu le plaisir de lire 2 de vos livres que j’ai trouvé fort intéressant et je ne manque quasi jamais les petits rendez vous du vendredi pour suivre le temps qu’il fait…

    Dans le monde qui nous entoure, des voiles et des rideaux se lèvent, l’homme se rend compte que le monde dans lequel il vit n’est difficiles et impossibles car d’autres hommes ont instrumentalisé et imposé ces concepts afin de mieux en profiter.

    Nous nous éveillons peu à peu, entre le petit journal du soir que l’on regarde en famille à l’heure du souper pour constater que rien n’avance et que tout ce cirque honteusement et scandaleusement financé par les gens qui n’ont pas les moyens d’avoir un centième de ce qu’ils déballes de manière légitime.

    Ces mêmes gens scandaleux, ayant souvent plusieurs casquettes en débutant par celui de parlementaire se poursuivant ou combinant avec celui de directeur, réviseur, administrateur ou conseiller à l’administration des banques qui ne se formalise au final qu’en une seul, celle d’arnaqueur.

    Il y’a plusieurs loi simple que l’on pourrait faire voter pour éviter beaucoup de soucis.

    -L’interdiction des paris sur les fluctuations de prix
    -L’interdiction de cumul de mandat
    -L’interdiction des doubles triples quadruples rôles à responsabilité.

    (quand un Administrateur Général d’une banque qui est aussi vice premier ou premier ministre, et qu’il vous baratine comme quoi il faut sauver les banques dont il est grand actionnaire, ca vous choque pas vous? vous ne voyez pas de conflit d’intérêt?)

    C’est quand 4600 MILLIARDS d’euros qui ont été littéralement volé au citoyen les plus modestes.

    Que celui qui croit encore que donner au banque ce qu’ils créent eux même à permis de sauver quoi que se soit, il se met le doigt dans l’oeil.

    Si une deuxième révolution doit avoir lieu comme en 1789, alors réjouissons nous car la première fois était tragique, cette fois ci elle sera comique.

    Cantona à raison de crier a la révolution, et même si la méthode proposée n’est pas la meilleur, elle à le mérite de causer assez de remou pour faire trembler les banques…

    Pour en revenir sur votre prestation, vous êtes restez simple et compréhensif, respirant la modestie avec un haussement de ton suivant l’effet « y’en a marre » ou « ras le bol » que comprenait pas cette « économiste », ce qui est assez marrant d’ailleurs c’est que ces gens la, en plus de rien comprendre, se pavane avec des titres et des titres dans des cercles ou finalement on y rencontre que les mêmes personnes et ou donc la crédébilité de leur existence est à remettre en doute.

    Enfin, tous les milieux de ce genre sont pourris, et on peut y trouve sa source dans les « universités » ou ces systèmes désavantageux et élitistes ne font jouir que ceux pour ceux qu’ils ont été investis.

    En ce qui concerne les « banques coopératives », il faut observer leur fonctionnement et leur but en toute transparence, car c’est bien beau de parler de la brioche de marie antoinnette, mais si on relance un système qui semble encore merveilleux sur la forme mais pourri dans le fond comme dans toute révolution ou les réponses apportées, sont apportées par les jaloux qui n’ont pas pu profiter du premier système et qui remodèle le nouveau à leur manière.

    En finalité on ne fera que déplacer les victimes et les coupables, ce qu’il faut à tous prix éviter.

  118. encore bravo mrs jorion!!!! face à la pseudo economiste vous avait ete formidable,elle doit attendre de « lagarde » un poste de conseillere….bis et merçi

  119. bravo pour votre message…
    ça fait deux ou trois ans que je vous ai dans mes favoris…
    parfois, vous êtes long à lire , et je zappe, mais sur cette émission, c’était super,votre discours était en accord avec ce que je pense…
    fermer le casino, qui quand il perd et est renfloué par le public, c’est l’optimum…
    Cantona, j’y participerai, car je pense qu’il est temps d’envoyer un signal aux banksters
    mais ce n’est pas la vraie solution,
    votre proposition, de fermer les robinets me semble bien meilleure
    FAITES VOUS ENTENDRE

  120. Bravo Paul Jorion

    J’ai trouvé que vous étiez beaucoup plus pédagogue que la pédagogue, vous avez avancé des arguments, contrairement à cette dame qui on le comprend très bien bifteack oblige, était soit sur la défensive soit dans l’éviction, comme en fin de compte la plus grande partie des inconditionnel du système en déroute.
    Nous savons fort bien aujourd’hui qu’il n’y a pas 36 économies, mais économie libérale/économie politique.
    Ce qu’on pourrait tout simplement répondre à cette dame c’est que si l’on continue sur ce chemin ce n’est pas la peine d’aller vider les comptes pour voir apparaître les 20% de chômeurs, ça viendra tout bonnement du système c’est pour très bientôt.

  121. Juste pour vous remercier Paul!
    (c’est mon 1er commentaire ici, parce que comme c’est technique, je comprends pas mal de chose, mais je n’apporterais pas grand chose au débat).
    Je vous encourage à continuer, mais surtout, à vous faire rare à la télé. Vous pourriez y perdre votre âme.

    Effectivement, même si on peut ne pas être d’accord avec Canto, ça a une valeur symbolique,
    comme le dit votre voisin écrivain. Ras le bol de cette arnaque, et de la spéculation. Ce système me donne envie de vomir… Il faut une action pour que les dirigeants comprennent!

    J’ai aussi ressenti la peur de votre « adversaire » Catherine Lubochinsky. Peur de vois son monde s’écrouler probablement. Elle n’était pas crédible et n’a pas fait le poids.

    De façon connexe, sur les banques:
    Je suis déjà au CréditCoop, et vais emprunter incessament à la NEF à 2.8% (coopérative financière de l’économie solidaire) pour m’installer en arboriculture fruitière bio (vente directe) en Finistère…
    http://www.lanef.com/

    Avant je faisais de la compta…
    Je précise que 4 banques « conventionnelles » ont refusé de me prêter…
    Forcément, il préfèrent financer des activités porcines ou lait, qui s’endettent à 80% et sont déjà virtuellement en faillite.

    1. @Pierrot
      Peur de l’adversaire ! Elle fait surtout de l’économie en oubliant que le « jeu » des acteurs existe. C’est un handicap certain, quelque chose de psychotique.

  122. Bien vu , dans l’ensemble.

    S’attacher à cerner le pourquoi de la démarche de Cantona , relancer sur le problème de la concentration des richesses , prôner la fin des … des quoi au juste ?

    C’est que la dame économiste s’est fait engueuler pour moins que çà :  » faut écouter, ho ! ».

    Cà sentait le malentendu , la dame affirmait bien des choses , mais ses boucles d’oreilles disaient le contraire , effet probable de la conscience 😉

    Il serait , maintenant , intéressant de s’attacher au pourquoi de la démarche de la dame -économiste.

    Elle fait partie du cercle des économistes . Cet organisme est sollicité comme conseil , entre autre par madame Lagarde .
    Son rôle ( voir son but) était sûrement de rassurer le populo (voir de fayoter ?) , convaincre donc ,tout comme Madame Lagarde qui s’obstine ,années après années , à faire des prévisions systématiquement fausses .
    Comme si le peuple était con et sans mémoire .

    Con ? C’est possible .
    Sans mémoire ? Sur que non.
    La crise prouve que les grandes banques ont faillies , à l’image des promesses d’un capitalisme devenant chaque jour de plus en plus financier, et exclusivement financier .
    Il y a dans l’air du temps un sentiment de vengeance .

    Combien faudra t’ il encore pour prouver à tous qu’il existe bel et bien une autre possibilité pour l’argent que de circuler à travers la rente , le profit , ou le salaire : cette possibilité s’appelle le vol sans éffraction .Le crime parfait où le personne ne se rend compte (à part les voleurs) qu’il y a eu délit .
    Cà s’enseignera bien un jour ou l’autre.

    Trichet a dit aujourd’hui quelque chose comme : l’inflation était une source d’appauvrissement des plus pauvres .
    Ils sont drôles nos hommes dit « sérieux » , à ce niveau , on peut pas lutter.

  123. Je viens seulement de visionner l’émission et quand même : bravo. Vous avez su transmettre une parole relativement claire et audible pour tous, une parole qui dit en même temps l’inutilité du bankrun et la légitimité de la motivation des gens, et c’est le plus important. Mieux encore : il m’arrive régulièrement d’éteindre la télévision lorsque je regarde des débats parce que la moutarde me monte au nez en entendant des démagogues, des zélotes de la doxa néo libérale ou des paillassons politiques tenter de noyer lamentablement le poisson en jouant sur l’ignorance des gens (ou la mollesse du journaliste qui évite la bonne question) comme c’était le cas de votre contradicteur. Dans ces moments je ferme rageusement la télévision en pestant de n’être pas en face de ces gens sur le plateau pour leur clouer le bec, et vous, hier soir, vous l’avez fait ! Enfin dans un débat télévisés ce ne sont pas les méchants qui gagnent… Il a raison de vous inviter Taddei, même au dernier moment : vous êtes un bon client !

  124. Paul , à la ligne n° 126 Je vous ai généreusement félicité pour votre prestation d’hier soir .

    Pourquoi je réinterviens une seconde fois ? C’est que j’ai pensé qu’il y avait une solution pour emmerder les Banques Spéculatives sans qu’elles tombent comme des mouches ce qui rasssurerait tout le monde ( Elles le sont toutes spéculatives, mème celle de ma grand-mère , là ou ils font de l’élevage avec nos noisettes ).
    Et bien C’ EST DE LES PLAQUER . Elles font joujou avec nos sous et nous le font payer lorque le jeu tourne mal , alors nous décidons que c’est fini . Une fois pour toute ……
    C’est que je viens de faire et je ne suis pas le seul voyez vous .
    AH ! La belle affaire pour aller ou ? Eh bien dans une banque Coopérative ou éthyque .
    J’ai cherché et j’ai trouvé dans ma petite ville de DAX Le Crédit Coopératif . Par contre chez ils sont un peu débordés et cherchent du personnel .
    De ce fait de Client je me suis promu en  » SOCIETAIRE  » et je compte bien assister aux assemblées annuelles . Bref ! a y regarder de plus près .
    Dans la foulée je vais faire la mème chose avec mes assurances et allez à la Mac……stop pub .
    Je sais que pour beaucoup c’est un véritable traumatisme que de quitter sa bonne vieille banque , ça demande un éffort , réorganiser ses prélèvements ça prend du temps . Mais finalement par cette action on rajeunis on se révolte on se rapelle le beau mois de Mai ou on étaient consignés dans les casernes .
    De plus on se révolte sans risque ,.Evidement c’est moins spéctaculaire qu’avec Canto , il faudra lui suggérer pour une éventuelle 2eme Salve . ( Oh ! il va avoir droit à un super controle fiscal celui là )
    CONCLUSION : FAITES VOTRE REVOLUTION ! QUITTEZ LES ! ENLEVEZ LEUR VOTRE ARGENT ….. OOUFFF . C’est dur de se révolter à notre age . ( Tu verras mon p’tit julien . Bon ! ça tu le virer )

    1. @ « Le Novice »
      Eh bien… pas « novice » du tout ! Chapeau !
      (Je suis la même procédure concernant le transfert des miettes épargnées de mon salaire).
      Au plaisir de vous lire à nouveau.

    2. @le novice
      Vous avez passé le pas alors que j’hésite encore en consultant les sites de la nef et de triodis régulièrement mais y a un truc… tout se passe par internet et je n’aime pas trop ça. Je ne sais pas trop quoi penser du crédit coopératif car elle fait partie de l’ensemble des banques habituelles, ce qui fait que je me méfie. Il faudra bien que je me décide, …comme vous. Bravo. Mais je suis sure qu’une fois fait, ça fera sourire et plaisir.

  125. Heu … j’oubliai ….

    A noter la présence aussi de ce superbe invité qui nous invite à sortir du contexte , citant Platon autrement que Sarton du Jonchay :
    « « L’appauvrissement n’est pas une affaire de diminution de richesse mais d’augmentation de l’avidité » .

    Son diagnostic est intéressant , probablement un docteur en humanité :
    « Tant que l’on met sa qualité de consommateur avant celle de citoyen, il n’y a pas d’issue.  »

    Merci pour cette belle émission .

    1. Malheureusement les choses simples ne sont plus crédibles.
      Plus le piège est simple et grossier, mieux il fonctionne. Nous cherchons des lunettes que nous portons sur notre nez.
      Les vies d’amant sont des vies denses………

  126. Bravo Paul.
    Je tiens a vous féliciter chaleureusement pour votre intervention. Vous faites entendre la voie des défavorisés, des broyés par le système. C’est sur, la dame économiste semi-incompétente est suffisamment dodue pour ne pas se faire de soucis pour son avenir, comme tous ceux qui se gavent sur le dos des faibles gens. Mais ces gens en ont marre de ce système qui non seulement leur en demande trop de manière injuste, mais qui en plus bousille la planète. L’économiste s’en fiche peut-être, pour elle y a sûrement que la croissance qui compte ainsi que de rester bien confortable derrière son grand écran et dans son 4×4, mais les enjeux sont historiques et elle est dépassée par la situation la pauvre.

  127. c’est vrai le troc c’est pas pratique.
    La praticité serait-il un des objectifs de l’humanité ?
    pas mal aussi l’intervention de kemp : pas d’issue si le consommateur passe avant le citoyen.

    ce qui est jouissif c’est que les banques pissent dans leur froc avec Lagarde aussi.

  128. Merci M. Jorion.

    Comment faites-vous pour vous énerver en gardant l’esprit clair ?

    En ce qui me concerne, je m’énerve sans parvenir à garder le fil de mon argumentation ; cela assujettit mon discours à mon tempérament, d’où une certaine confusion !?

    Je vais revisionner votre intervention…

  129. Vraiment pas fufute la brave dame. Pourquoi s’appesantir sur la critique de l’appel de Cantona alors que son adversaire ne le prenait pas au sérieux ? Grosse erreur. Ensuite, finir en disant que c’est un « problème de société », (comme la délinquance juvénile), c’est reconnaître que sa science n’y peut rien. Capitulation en rase campagne qui montre à quel point les libéraux regardent le monde avec les yeux d’une taupe.

    1. les libéraux regardent le monde avec les yeux d’une taupe.

      Non là, je m’insurge, pour un crapaud, même rouge, ce n’est pas gentil d’insulter les taupes ! ….

    2. Madame Catherine Lubochinsky aveugle comme une taupe n’en a pas pour autant l’ouïe très fine que possède cet utile animal qui participe à l’aération du sol. au contraire des marchés qu’elle défend, qui n’entendent rien des gémissements de ceux que le capital étouffe.

    3. c’est pour elle un cycle inévitable, une norme indépassable, il faut faire avec ce système sans s’imaginer qu’il puisse être transformé. C’est ainsi, débattre sur des détails sans s’attaquer au problème.

  130. Merci beaucoup M. JORION, once upon a time vous remettez sur le tapis les abus d’une hyper-spéculation malfaisante, et votre interlocutrice parait bien falote avec son pseudo concept de société.

    1. @ juan,

      😉 !
      Lapsus possible de la part de xas, qui nous signifie par là qu’il préfère un compte de faits à un pseudo concept de société.
      (et puis, il était une fois où âne ne se gaine …une fois de plus)

  131. Tant que nous continuerons à faire passer notre condition de consommateurs avant notre condition de citoyens, il n’y a pas d’issue ! Je crois que c’était une des dernières phrases prononcées durant l’émission d’hier. Tant que nous continuerons à désirer tout et n’importe quoi, nous serons prisonniers…Changer le « j’en ai envie » par « je n’en ai pas besoin », ce serait déjà faire une démarche assez révolutionnaire.

    1. Exact!
      Le jour où les citoyens se préoccuperont plus de leur liberté et de leur érudition que de leur rang ou leur pouvoir d’achat, la révolution sera faite!

  132. Excellent Mr Jorion!

    Sagesse, sagacité, pertinence, vous avez assuré!

    Avec vous et notre Spartacus marseillais, la révolution met le turbo!

  133. Je trouve que votre propos gagnerait en force si vous utilisiez des formules plus abordables pour les novices en finance. Votre idée d’interdire les paris sur les fluctuations de prix, si je la partage avec vous, serait plus audible et compréhensible si vous utilisez les termes de spéculation.
    Interdire la spéculation et les spéculateurs, surtout les premiers d’entre eux à savoir les banques elles-mêmes, qui se sont arrogées un droit régalien, à savoir battre monnaie sans rendre de compte à quiconque, çà c’est plus parlant. La confiscation de nous avoirs, la rente des banques prélevé sur les profits des entreprises via les différentiels d’intérêts, ou sur les ménages via des crédits à la consommation à des taux d’usuriers, voilà des images fortes que tous le monde peut comprendre.
    Je vous sait technicien et aguerri, mais vous pouvez couper l’herbe sous le pied des zélotes de la finance, en leur assénant qu’ils sont des voleurs en cols blancs. Je vous assure que c’est du plus bel effet.
    Je vous témoigne, comme beaucoup de vos supporters, mon respect et mes remerciements pour relayer dans les médias les propos des citoyens de votre blog, de plus en plus nombreux à vous suivre.
    Merci.

  134. Je suis en-train de lire « L’art de la guerre » de Sun Tzu, et une des choses qu’il dit pour le succès d’une guerre (car c’en est une, ne nous voilons pas la face) est que pour s’assurer de la victoire, il est impératif de choisir le temps et l’endroit de la bataille. Il ne faut pas laisser à l’adversaire ce luxe, mais lui imposer où, quand et comment on s’affronte.

    Nous savons tous, ici, maintenant, que ce système est condamné. Mais il va résister, ceux qui en profitent vont essayer d’en tirer profit autant qu’ils peuvent, et essayer de choisir le temps et la manière pour son effondrement.

    Tandis qu’avec cette proposition, c’est le peuple qui décide du moment de la bataille. Et l’argent scriptural (les billets, koa, hein farid) est le point faible du système monétaire à réserve fractionnaire, donc c’est là qu’il faut frapper. Et il faut frapper fort, et longtemps. Ne pas se limiter au 7 décembre. Ne pas se contenter d’une demi-victoire qui permettrait aux banques de se relever, mais aller jusqu’à leur reddition (= nationalisation) complète.

    Comme le disait Jean-Paul II avant la chute du mur de Berlin : n’ayez pas peur.

  135. Ravie de pouvoir entendre après-coup l’émission car je n’ai pas résistée, Védrine m’a complètement endormie et je ne me suis réveillée qu’au générique de fin.

  136. les propos tenus par Paul Jorion m’ont fait l’effet d’un bol d’air frais. Tandis que ceux tenus par cette economiste, doxa economique mille fois repetée a l’identique, m’ont fait pisser de rire… les masques tombent, ce jeu de dupes arrive a sa fin.

  137. Bonjour M. Jorion

    Bravo pour vos interventions dans cette émission. Vous êtes allé au cœur du problème en soulignant que la proposition d’Éric Cantona n’était finalement que l’expression d’un ras-le-bol et une idée parmi d’autres d’initiatives ayant pour but d’inverser le rapport de force qui est depuis des années très défavorable au peuple.

    Le moyen pour y parvenir que propose Éric Cantona est certainement très imparfait, il est même possible qu’il soit dangereux comme le dit si bien Mme Lubonchinsky, mais là n’est en effet pas le fond du problème. Cette dame est probablement aussi de ceux qui insistent sur le côté « dérangeant » des grèves et autres manifestations qui bloquent momentanément une partie de l’économie ou qui gènent considérablement la population « prise en otage » par les grèvistes. Malheureusement pour faire pression sur un système, il faut bien le « déranger » un tant soit peu sinon l’action menée n’a aucun effet, c’est l’essence même du rapport de force.

    De toutes vos interventions, celle-ci est à mon avis celle qui est la plus « politique » car vous êtes allé à l’essentiel : vous avez su faire passer le message simple et qu’il est indispensable de diffuser largement, que nos sociétés doivent changer de voie sinon la colère du peuple, ô combien justifiée, partira dans tous les sens et de manière violente et totalement incontrôlée si ce n’est au final par une répression encore plus violente.

    Merci et j’espère que vous continuerez sur cette voie de la pédagogie politique efficace dans vos interventions médiatiques, vous avez de plus toutes les compétences et les arguments techniques qu’il faut pour étayer solidement vos propos, contrairement à beaucoup de ceux du camp des dominants qui souvent ne savent qu’ânonner les dogmes de l’idéologie néo-libérale.

  138. J’ai apprécié tout autant l’émission que les propos qu’elle a suscités ici.
    Merci, Monsieur Jorion, de nous proposer le fruit de vos recherches et analyses.
    Merci aux Intervenants du partage de leurs réflexions, exemples et/ou parcours personnels.
    Instructif, enrichissant, constructif, galvanisant, libérateur, jubilatoire…
    MERCI !

  139. bonjour,
    l’économie n’est pas ma spécialité (mais je me soigne), et il me semble que la dame économiste a affirmé quelque chose qui serait faux.
    elle dit de mémoire: « les dépôts des gens comme vous et moi permettent aux banques d’octroyer des crédits qui financent l’activité. »
    peut-on confirmer ou pas que c’est l’inverse qui se produit? (d’après ce que j’ai pu lire à plusieurs endroits sur internet, et dans un cahier publié par alternatives économiques: que ce sont les crédits qui créent la monnaie et par conséquent les futurs dépôts?
    ou alors elle aurait menti par omission: un crédit créant un futur dépôt, permettant à la banque d’octroyer d’autres crédits par augmentation de ses fonds propres?

    1. L’oeuf et la poule. Si vous regardez les billets dans la rubrique « monnaie » du blog, vous trouverez de nombreuses explications. Vous pouvez aussi lire « L’argent, mode d’emploi », où cette problématique est parfaitement expliquée.

    2. « Les banques ne gardent pas en caisse les sommes qu’on leur confie. C’est même leur raison d’être : elles transforment les dépôts en prêts qui financent les investissements. Exiger que ces sommes soient remboursées en billets, ce qui est le droit de tout déposant, c’est déclencher une panique générale » Laurent JOFFRIN son édito aujourd’hui.
      Je crois que Monsieur Jorion a encore beaucoup de boulot. Peut être lors de ce genre d’émission, il faudrait avancer deux trois idées pas plus, mais développer et expliciter. La télévision servirait enfin à quelque chose: éduquer.Je n’ai plus de TV et profite que Julien Alexandre mette les extraits sur le blog.Merci pour ce travail: je fais systématiquement circuler les vidéos.

  140. J’ai trouvé le débat interressant, mais un peu court et par conséquent à la limite caricatural. Je me demande en particulier si votre interlocutrice vous connaissait et et a bien compris les développement général de votre pensée (en dehors de cet échange un peu chaud).
    A un certain moment, je me suis demandé même à la fin, malgré le forme du débat, si sur certains points vous n’aviez pas certaines convergences, en particulier quand votre interlocutrice parlait d’un problème de fond de la société.
    Ce qui me fait penser que comme beaucoup de gens et de décideurs, elle n’était pas coincée entre une certaine compréhension de la situation actuelle et l’impossibilité de sortir du schéma actuel du fonctionnement de notre société. Cela me semble-t-il était particulièrement clair lorsque vous évoquiez l’interdictionnement « naturelle » et sans concertation de tuer et les paris. Malgré l’évidence de la comparaison, elle était incapable, comme beaucoup d’entre nous de réfléchir à la pertinence de cette idée et vous a dès lors pour mieux l’écarter cataloguer dans une catégorie d’irresponsable, ce qui explique sans doute une grande part de son animosité et sa fermeture par la suite.
    Pourtant, quand ce genre de personnes par ailleurs visiblement très intelligente et je crois intègre seront convaincus, un grand pas sera fait

    1. Je crois moi que l’animosité de cette « économiste » et sa fermeture à tout débat de fond était essentiellement due à son incompétence manifeste quant aux sujets abordés. On voit bien qu’elle s’en rend compte, et il ne lui reste dès lors que la posture de la dénonciation un peu outrée ou de la victime.

    2. ni ignorante, ni incompétente… mais bien plutot aux faits des intêrets qu’elle défend :

      du site « taddéi » :
      « ancienne consultante au Service des Études et des Marchés et de la Stabilité Financière à la Banque de France. Spécialiste incontestée de la volatilité des marchés financiers, Catherine Lubochinsky a dirigé pour le cercle des économistes (dont elle est membre) l’ouvrage intitulé « Les marchés financiers dans la tourmente : le défi du long terme ». Elle a également marqué les esprits voilà quelques mois, lorsqu’elle avait été citée, dans le cadre de l’affaire Kerviel, comme témoin par la défense. »

      les membres du « cercle » savent très bien où ils vont et pour qui
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Cercle_des_économistes

      au mieux, disons qu’elle représentait les mêmes intêrets que l’avocate lagarde (‘rie^^), ou que l’avocat sarkozy… car Euronext (bnp, société générale (citée pour défendre Kerviel?!^^ l’art du tragi comique) bouygues vinci total…etc), est à wall street, non?

      laissez votre argent sur « vos comptes » (arguments : c’est que pouic, puis c’est dangereux, puis démagogue (elle en fait une belle, elle, à jouer de son autorité sans expliquer, puis sur les peurs. Kemp est plus intelligent : c’est juste symbolique pour lui sauf qu’il oublie que cela dépend du nombre de participants (+ de 66% de français sympathisants avec les grèves, c’est du symbolique contondant tt de même^^) et pour finir, « faut faire comme tout le monde, pas s’isoler » sic! merci à mr Jorion de l’avoir mouchée (y compris dans les dernières secondes : taddéi avait choisi de cloturer sur la bonne bouille de la catherine faisant son speech d’appel à la raison (« les banques doivent cotiser à l’état »!!! cette blague s’appelle « impôts » normalement mais l’état-assurance bancaire n’est plus à un écart près…) résonnable)

      son animosité toute relative provient plutôt de sa mauvaise foi, manifeste elle aussi. pour rester poli.

    3. @Sylla

      Qu’elle ait fait un lobbyisme patenté, c’est évident, mais je maintiens que son intervention (et certains éléments qui se sont passés avant son intervention, mais c’est une autre histoire) trahissent son incompétence.

  141. Bien qu’à certains moment Paul Jorion ait donné l’impression de faire « concurrence » de solutions radicales pour sortir de la crise actuelle avec Cantona qui n’en a jamais demandé autant, Il a ensuite rattrapé ce petit défaut de vanité en se montrant bon joueur et surtout interessé par tout ce qui concours à punir les banques.
    Sur ce terrain Monsieur Cantona à l’avantage d’être un footballeur c’est à dire quelqu’un qui pratique une activité à juste titre prestigieuse ce qui n’est pas le cas on le comprend facilemnt pour un économiste. Cantona s’est souvent montré révolté par les institutions qui gangrènent son sport et il s’en est souvent sorti en prenant de gros risques, il est donc bien placé pour comprendre cette autre institution qu’est l’Argent non bien sur en tant que spécialiste – à qui les arbres cachent la forêt – mais en tant comme l’ont remarqué Aristote et Jorion qu’utilisateur général.

    1. @julien

      En tant qu’activité aux pouvoirs quasi magiques, productrice d’une représentation d’un monde d’illusion, rond comme un ballon de foot, universellement révéré (le foot est de fait et de droit – FIFA – universel, unificateur), le foot relève bien de l’ordre du sortilège transcendant, omni-surplombant et transversal (même le blog Jorion ne peut y échapper ! ), de la prestidigitation, et en l’occurence plutôt de prestipéditation

      Jusqu’au Dico de l’Académie :

      PRESTIGE. n. m.
      Illusion attribuée à la magie, à quelque sortilège. Tous les prétendus miracles que semblent opérer les fakirs des Indes ou les grands No 10 ne sont que des prestiges. Il se dit, par extension, des Illusions qu’on sait être produites par des moyens naturels. Les prestiges de l’optique.. Il se dit figurément de l’impression faite sur l’âme, sur l’esprit, sur l’imagination par les productions de la littérature et des arts, du foot. Les prestiges de l’éloquence. Les prestiges du théâtre, de la scène footballistique. Les prestiges de l’art, du foot. Il se dit, au singulier, de l’Autorité morale d’une personne ou d’un footballeur, de la séduction qu’elle ou il exerce sur l’imagination des hommes. Le prestige de ce conquérant survécut à ses revers footballistiques. Le prestige de la France et de Cantona à l’étranger. Une question de prestige. Le prestige perdu de l’équipe de France de foot. Il se dit également des Choses. Le prestige de la beauté (d’un dribble chaloupé). Le prestige de l’esprit. Le prestige inter-galactique du stade de Wembley.

      Vous voyez ! Incredible ! Le foot est partout… Plus que la phynance. 🙂

      Etymologie de prestige pour le Littré :

      Lat. praestigium, de prae, avant, et stinguere, piquer : ce qui pique, frappe d’avance .

    2. Tout ce que je sais de plus sûr à propos de la moralité et des obligations des hommes, c’est au football que je le dois.
      (Albert Camus)

    3. @pablo

      Camus était pathétiquement footbalistico-centré culturellement. La seule limite que rencontra son désir d’universalité fut sans aucun doute de ne pas avoir bien connu le rugby ! 🙂

      Démonstration :

      « Une partie de rugby ne doit pas être disputée en deux temps, mais en trois. Avant, la ferveur. Pendant la bravoure. Après, la fraternité »
      René Crabos

      « Un vrai coup de godasse sur un type à terre, c’est encore plus dur à donner qu’à recevoir » André Herrero

      « Mes rares et véritables amis, je les ai cueillis comme les champignons, grâce au rugby » Jacques Lepatey

      “Au surplus, depuis l »enfance, on lui avait appris à ne s’avouer vaincu que lorsque retentissait le dernier coup de sifflet de l’arbitre et à redoubler même d’ardeur et d’acharnement au fur et à mesure que se précisaient les perspectives d’échec, se faire piétiner par des souliers à crampons, se relever sans même avoir besoin d’entendre les aboiements de son coach courant le long de la touche tandis qu’il essuyait d’un revers de main le sang qui coulait de son nez ou de sa lèvre fendue, se faisant piétiner de nouveau, se relevait, était encore une fois piétiné, et ainsi de suite.”
      Claude SIMON Ecrivain Prix Nobel

      “Ici repose la dépouille mortelle de John Jones qui fut arbitre de rugby et honnête homme.”
      (Sur une vieille sépulture au Pays de Galles.)

      Et quelques-unes de mes demis-dieux d’enfance, et trois-quart centres, quand je me rêvais encore en nouveau Guy Boniface ou Jo Maso… snif snif…

      “Avant d’aller jouer, j’écoutais chez moi « Nabucco » de Verdi afin de m’imprégner de ce moment musical qui me laissait présager des attaques dont le mouvement s’accélérait et s’amplifiait au rythme des passes, jusqu’à ce que ce ballon en cuir si doux au toucher, soit délicatement déposé dans l’en-but. C’étaient des moments forts et intimes de préparation.”
      « Personne ne vous oblige à jouer. Mais, si vous le faites, ce ne doit pas être à moitié. Car le rugby est un supplément à la vie » André Boniface

      “La passe devient un trait d’union afin de n’être plus qu’un. Ce ballon qui passe de main en main, ce ballon porteur d’allégresse, de bonté, d’amour de l’autre, finit par réunir les êtres au point de les confondre. C’est l’extase, l’acte suprême dans l’amour physique, la jouissance pure. C’est encore pour un instant la défaite de la solitude, de l’individualisme, de la bêtise … C’est un acte que l’on a envie de prolonger indéfiniment.”
      Jean TRILLO

      Une religion vous dis-je…

    4. @Vigneron
      Votre dictionnaire de « l’académie », il se lit en Farenheit-Celsius ?
      Le guillemet ça vous pause un homme à feuilles de chêne, né entre parents aises, dans un cri d’exclamation qui interroge. 🙂

      Définition du prestige dans la huitième édition du dictionnaire de l’Académie Française :

      PRESTIGE. n. m. Illusion attribuée à la magie, à quelque sortilège. Tous les prétendus miracles que semblent opérer les fakirs des Indes ne sont que des prestiges.
      Il se dit, par extension, des Illusions qu’on sait être produites par des moyens naturels. Les prestiges de l’optique..
      Il se dit figurément de l’impression faite sur l’âme, sur l’esprit, sur l’imagination par les productions de la littérature et des arts. Les prestiges de l’éloquence. Les prestiges du théâtre. Les prestiges de l’art.
      Il se dit, au singulier, de l’Autorité morale d’une personne, de la séduction qu’elle exerce sur l’imagination des hommes. Le prestige de ce conquérant survécut à ses revers. Le prestige de la France à l’étranger. Une question de prestige.
      Il se dit également des Choses. Le prestige de la beauté. Le prestige de l’esprit.

    5. @ Vigneron

      Alors là… D’abord, tu parles à quelqu’un à qui le foot (sérieux, de compétition) a « sauvé la vie » pendant les quelques années de son adolescence où, pensionnaire chez les Jésuites, a subi la torture de la bêtise ecclésiastico-académique la plus crasse. En plus, en tant que joueur inscrit à la Fédération, j’avais le droit à assister gratuitement les dimanches aux matchs de 2e division de l’équipe locale. Ce sont des choses qui, vécues entre l’âge de 11 et 15 ans, marquent à vie. Donc, reconnaissance éternelle au ballon rond et au rite collectif des matchs dominicales.

      Ensuite, je te rappelle (oui, j’ai un côté sadique, j’avoue) que l’Espagne est championne d’Europe et du monde de foot, tandis que la France… (par respect pour 1998 je ne ferai, à ce propos, que te citer Cantona sur l’équipe de France cet été en Afrique du Sud: « C’est une bonne chose qu’ils rentrent à la maison, parce que s’ils restaient une semaine de plus, ils se mangeaient entre eux. On a évité le cannibalisme et c’est bien »).

      On pourra dire tout ce qu’on voudra du foot, du fric du foot, de son utilisation politique, de son odeur à opium des peuples, de la bêtise de beaucoup de supporteurs, de la violence qu’il génère, etc, etc, comme Miguel Hernández (très grand poète mort en prison à 31 ans en 1942), comme Camus, Pasolini, Neruda, Rafael Alberti, Cortázar, García Márquez, C.J.Cela,Vargas Llosa, Onetti, Sabato, Jorge Amado ou Roa Bastos (entre beaucoup d’autres), j’aime le foot et je le défendrai toujours.

      Quant au rugby, je t’avoue n’avoir jamais compris la plupart de ses règles (rien de plus difficile au monde que de savoir ce qui siffle un arbitre de rugby dans 98 % des cas), mais que je suis sensible à la ferveur de ses supporters dans les grands matchs internationaux et que j’en ai même vu certains très beaux (comme une certaine demi-finale épique entre la France et la Nouvelle Zélande).

      Par contre, j’ai du mal à comprendre pourquoi on ne parle pas plus des risques qui prennent ceux qui le pratiquent. Tu as lu ça?
      http://www.slate.fr/story/29973/le-rugby-au-bord-du-k-o

      Pour finir, quelques citations sur le foot pour « contrer » les tiennes:

      « Le ballon, c’est comme une femme, il aime les caresses ».
      (Eric Cantona)

      « Il n’y a pas d’endroit dans le monde où l’homme est plus heureux que dans un stade de football. »
      (Albert Camus)

      Le football est inscrit dans les gênes des hommes et chacun de ses spermatozoïdes est un footballeur en puissance qui rêve d’être un jour sélectionné pour aller en finale !
      (Vincent Roca)

      « En Angleterre, l’entraîneur entraîne, le dirigeant dirige et la secrétaire répond au téléphone. En France, si la secrétaire se tape le dirigeant, c’est elle qui fait l’équipe »
      (Eric Cantona)

      Chaque minute en Amazonie, on déboise l’équivalent de 60 terrains de football. C’est un peu idiot, il n’y aura jamais assez de joueurs.
      (Philippe Geluck)

    6. De fait, le foot est une activité prestigieuse. Et on aurait tort de la sous-estimer de manière élitiste.
      Et puis n’oublions pas Spartacus, espèce de footballer de l’antiquité, qui au début avait éveillé les mêmes réactions méprisantes de la part de l’aristocratie romaine.

    7. @ vigneron et Pablo,

      Vous me faites plaisir les amis ! Je les aime nos vieilles chicanes – viriles, mais correctes – entre le rugby et le football.

      Le rugby, opium du peuple ? On se drop comme on peut.
      Le foot, opium du peuple ? On se shoote comme on peut !

      Pablo, pour le ballon rond on peut ajouter le bouquin de l’écrivain uruguayen Eduardo Galeano, « Le football, ombre et lumière », paru en 1998 chez Climats, dont la préface de Jean-Claude Michéa à été publiée à part sous le titre « Les intellectuels, le peuple et le ballon rond » (Climats, 2003 ; Flammarion, 2010).
      Je n’ai lu que des extraits du livre de Galeano, un amoureux du beau geste qui avouait perdre espoir dans la condition humaine « toutes les deux heures environs » (ce type ne peut donc pas être tout à fait mauvais).
      J’ai lu la préface de Michéa, et vous avez tous les deux de la chance que j’ai prêté le bouquin, sinon vous auriez eu droit à quelques citations !
      (Pour résumer, en plus de rendre hommage à la geste du football de Galeano et de critiquer la dénaturation marchande de ce sport en tant que lieu parfait de l’expérience du capitalisme avancé, Michéa détaille les mécanismes du mépris des classes éduquées pour le football. De quoi réfléchir.)

      Moi qui apprécie profondément ces deux sports, je regrette seulement qu’il manque encore au football la fraternité de la troisième mi-temps, cette institution de l’Ovalie où les deux équipes et leurs supporters se retrouvent pour se lier à nouveau, dans l’ivresse, pour digérer les caramels et refermer la boîte à gifle.

    8. Le foot bien sûr est un JEU et comme tel depuis la nuit des temps et bien qu’il soit très malmené dans notre société libéral est en effet comme la religion a la portée de n’importe quel abruti mais aussi de n’importe quel homme.
      Le jeu si l’on en croit un de ses grands spécialistes est une activité à part, distincte des activités utiles….il est comme le sacré…expression de la liberté créatrice…du triomphe sur le déterminisme des choses….le jeu serait même partie intégrante de toute société et visible dans toute activité humaine et sa part certainement la plus chère.
      D’ailleurs Paul Jorion a bien mis cette aspect en valeur en montrant qu’il est au centre de l’activité spéculative de la phynance dont l’aspect ludique est complètement oblitérée par la sciences dite économique.
      C’est un grand malheur que cette aspect central de la vie soit ainsi confisqué par la classe dominante.
      Le football en tant que jeu populaire par excellence reflète bien les misères, les servitudes mais aussi les grandeurs de notre époque c’est d’ailleurs certainement cette visibilité trop populaire – invisible par contre en lisant les gros bouquins de la sciences économique – que lui reproche nos amis utilitaristes Vigneron et Alexandre.

    1. Tou le monde fé des fotes d’ine attention ou de gramère lors que il ne prand pas le tant de relyre son messe âge.
      Mes l’un portant n’es pas l’ortografe mais la rie chesse des y dés développées.

      Le core ecteur de Word le font ctionne pa
      Par fois moi osi j’ai onte lors que je relys mes messes ages trôt rapidement en voyyés.

      Si le mode est rateur a le tant de me corps y ger ?

    2. Pfffffff……. Fabrice ! La honte ne tue plus, la preuve je suis encore vivant !
      Fotes, avec un S, hors tographe sans S……….. 🙂

    1. Merci pour l’info, parfaite illustration de la sauvagerie de l’économie de marché.
      Mais, moi qui suis un anti-capitaliste de terrain, vacciné avec tous ses rappels,
      je pensais que le LME interdisait un tel niveau d’accaparement.
      N’ai pas encore pris toute la mesure du désastre….
      Quelle serait alors la règle du LME ?

    2. C’est comme pour l’argent, JP Morgan « possède » du cuivre papier…….
      Les mineurs sont au fond du trou et les chinois stock les lingots et les barres.

  142. Excellente intervention de Paul Jorion, qui defend Canto sur le fond et y intègre sa forme du point de vue d’un expert, je me suis couché avec une lueur d’espoir, en y ajoutant aussi la prestation musicale d’Asa que je découvre et qui termina l’emission sur une note hypnotique presk extra terrestre, comme pour nous préparer à la grande transition de l’économie modiale qui s’imposera d’elle même, merci monsieur Jorion, merci monsieur Taddeï, merci Melle Asa ^^

  143. Enfin quelque chose fait un peu arrêt quant à la lancée vertigineuse de Madame Lagarde ! Elle peut tout dire sans être remise en cause par quiconque et c’est franchement énervant.
    C’était bien envoyé le p’tit mot, dommage que Taddei ait fait en sorte qu’il n’y ait pas de développement. Mais… une première sur ce point, un scoop même pour qui ne vous lit pas.
    Ça fait vraiment plaisir, on se sent reconnu.

  144. Ce samedi matin à une heure de bonne écoute, deux économistes devisaient sur les banques sur le Première, radio publique belge. Au-delà la dénonciation soft mais ferme des pratiques des banques traditionnelles (ils ont fermement défendu la séparation banques dépôts-crédit et d’investissement et pour l’un la socialisation) . Ils ont été interrogés sur « l’initiative Cantona and Co » et comme Paul ils la jugent peu utile voire dangereuse mais proposent de transférer un max de fric des banques traditionnelles vers les banques publiques (Poste) ou alternatives (qui existent et prospèrent de plus en plus). Sur le champ, j’ai transféré 1.500 E de divers comptes que je gère de BNP-Paribas-Fortis vers Triodos. Je participe ainsi bien modestement non pas à un bank run mais à un bank change qui, je l’espère va durer et n’avoir que des effets bénéfiques.

    Par ailleurs, Paul vous avez de toute évidence remporté haut la main le duel oral avec la dame économiste car vous avez su canaliser votre passion (votre force pour agir mais parfois votre faiblesse lors de débats). Le langage des corps était d’une limpidité: votre maintient droit, votre sourire (parfois un peu trop condescendant) face à la mine grognone et l’affalement de votre interlocutrice. Pensez surtout à vous adresser aux (télé)-spectateurs invisibles et pas à votre contradict.eur/rice. Encore quelques entrainements et vous serez tout bon…

    1. J’ai déjà depuis 10 ans un compte Triodos et je me demande si je ne vais pas transférer le reste.

      Comme Alain A, je pense que vous devez vous adresser au public qui vous regarde, surtout que de plus en plus, gràce à internet cette vidéo est différée et augmente l’audiance.

    2. « ils ont fermement défendu la séparation banques dépôts-crédit et d’investissement et pour l’un la socialisation »
      Mais pas une fois prononcé le terme « Glass-Steagall »……… 🙁

  145. Merci pour cette intervention! face à une économiste qui comme beaucoup d’entre eux a essayé de défendre l’idée qu’il fallait continuer de préserver un système qui est déjà en « banque »route, avec comme seul argumentaire l’exploitation des « peurs », copie exacte de notre gouvernement actuel…
    Un grand merci et au plaisir de vous revoir dans les médias

  146. PAUL ! Je viens de consulter le bog de Patrick Raymond ( la chutte over blog), et bien figurez vous qu’il y a un sujet Cantona ‘avec en prime votre prestation sur FR 3 en vidéo.

  147. Bonsoir M.Jorion.

    Juste un mot – Merci. Je me sens représenté démocratiquement quand je vous lis et que vous intervenez en votre nom sur les ondes radios et les plateaux télés. Oui, vous êtes un représentant du peuple. Pas de honte à avoir.

    Le gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple = Démocratie.

    Il est temps effectivement de  » tout mélanger  » et de refuser que certains s’abritent dans leurs petites niches fiscales tandis que leurs chiens de guerre lancés à nos trousses nous dépouillent le jour et le soir venu.

  148. Le FOND et la FORME.

    Cher Paul Jorion,

    Juste un petit mot sur la FORME de vos interventions en situation de débat.
    Le fond de vos propos et de votre pensée me passionnent, mais c’est la FORME qui à chaque fois me fait tiquer dans vos interventions télévisées.
    A l’inverse de vos chroniques sur BFM où vous êtes clair éloquent et brillant (car vous n’avez pas de contradicteur), en situation de débat, vous avez toujours l’air fâché. Votre débit de parole s’accélère, vous ne pouvez camoufler l’irritation qui vous envahit face à votre contradicteur, vous avez toujours l’air (trop) pressé de faire passer des messages complexes dans l’étroite fenêtre de tir qu’on vous accorde à la télévision, et une certaine fébrilité se dégage alors, fébrilité qui nuit à la portée de vos propos.

    Bref j’ai toujours l’impression que vous vous précipitez à prouver quelque chose. Mais vous n’avez rien à prouver Paul. Vous avez raison, (certes, seul contre tous), mais vous avez raison. C’est tout.
    Paul, si je pouvais me permettre, quand vous arrivez sur un plateau débat, essayer de vous mettre dans le même état psychologique que les apparatchiks de la pensée économique française: Dites vous juste que vous avez raison, que vos propos sont l’évidence et que comme les apparatchiks, VOUS N’AVEZ RIEN A PROUVER….. PUISQUE VOUS AVEZ RAISON.
    Pas de complexe Paul, vous êtes dans le vrai, et vous n’avez pas besoin de combattre votre adversaire en plateau, oubliez le, Exposez simplement votre pensée. Et vous verrez, au lieu de vous situer, vous, par rapport à la pensée dominante que vous attaquez, c’est la pensée dominante qui sera contrainte de se positionner par rapport à vous.

    C’est juste mon avis, un avis parmi d’autres: Restez en débat, ce que vous êtes à l’écrit : un sage éclairé.

    PS :Il y a peut-être quelque chose à voir avec cette scène dans « Itinéraire d’un enfant gâté » où Belmondo montre à Anconina comment ne s’étonner de rien en lui filant des baffes (scène culte qui sort le film de sa gentille moyenne Lelouchienne , mais c’est un autre débat).
    Et puis j’en profite aussi pour dire bravo aux contributions de l’excellent François Leclerc.

    1. Les conseils à Paul Jorion de coachs ,avec des positions souvent opposées, semblent se multiplier .

      J’y rajoute mon commentaire .

      Sur le fond et la forme , je suis plutôt porté à penser que l’un et l’autre sont en accord quand  » la forme est le fond qui remonte à la surface  » .

      Au delà , on a tous nos tics et ,quand ils sont anciens, il y a du danger à vouloir les changer  » dans le but de . », surtout en improvisant sur un plateau télé .

      Pour illustrer ça , je me souviens d’un débat Chirac / Fabius , où Fabius qui est plutôt du genre logique – évidence coutoise de la démonstration ( même erronée ) , a cru bon de s’aventurer sur le terrain de la bagarre verbale avec un Chirac qui y excellait . La sanction a été immédiate et le « roquet » a reçu sa correction .

      Je crois que le public sent d’instinct la force d’un propos quand il perçoit que dans celui qui parle , le fond et la forme sont en accord .

      Parfois ,il se contente de la forme , mais c’est que ça l’arrange , souvent par lâcheté , et là , tous les discours et tous les  » fonds » sont souvent vains . Il n’y a plus alors que la nécessité pour faire loi .

      Les conseils ne manquent donc pas .

      Mais si tous les conseilleurs sont des payeurs , l’objectif mensuel de la donation va être pulvérisé .

    2. Paul

      soyez vous-même

      avec toutes vos qualités et vos apparents « défauts »

      un jour, si nous en avons le temps, je vous ferai articuler avec des galets dans la bouche le long de quelques dunes à l’abri du vent mauvais

      vous apparaissez comme vrai avec vos tics sans toc ni toque
      c’est l’essentiel et cela est communiqué à ceux qui vous écoutent

    3. agrrrrrrrrr ! foin des coachs de tout poil ! c’est ce qui nous tue !
      formatage et langue de bois sont les deux mamelles de la technocratie !

      nous sommes imparfait(e)s ! c’est ce qui fait notre charme ! enfer et damnation ! et, je tiens à quand-même rester polie !

    4. @SUPERDISCOUNT

      C’est ce que j’ai ressenti aussi. Contrairement à ce que certains pensent la forme est auusi importante que le fond pour faire passer un message. La critique est facile mais l’art difficile, il faut donc travailler l’art de faire passer les messages sur un plateau télé.

    5. Merci pour vos conseils mais comme vous avez pu le noter si vous les lisez attentivement, les (rares – vous l’avez vu) critiques de la « forme » sont en réalité des critiques déguisées du « fond ».

  149. Je viens d’apercevoir Crapaud faire le pied de grue devant la banque, et un autre venir faire un dépôt avec de l’argent emprunté la veille dans le but de venir le retirer mardi, on dirait la silhouette d’un Zébu … ?

  150. Trois ans qu’avec d’autres je réclame une « mise en faillite organisée » par les états.
    Lordon y vient clairement, mais lui non plus n’emploie pas dans son dernier billet le terme « GLASS-STEAGALL ».
    Il l’a pourtant déjà fait à maintes reprises, comme Paul Jorion ……. 🙁

    Entre faire tomber les banques par un run de déposants en colère et les voir tomber d’elles-mêmes sous l’effet de leurs propres turpitudes, la différence, à résultat concret équivalent, est celle qui laisse au capitalisme financier et à ses « élites » l’entière responsabilité historique de la ruine finale. Et si vraiment, plutôt que de simplement regarder tomber les banques, on voulait activement les faire tomber, la meilleure option à tout prendre consisterait bien plutôt à ce que, par inversion des rôles dans la comédie du bras d’honneur, ce soit l’Etat qui s’en charge en déclarant souverainement le défaut sur sa dette publique.
    (…)
    Saisir les banques faillies n’a donc aucun caractère d’attentat à la propriété puisque la propriété a été anéantie par la faillite même, la faillite étant de ce point de vue l’équivalent capitaliste de la bombe à neutrons qui tue les droits de propriété en laissant intacts les bâtiments, les équipements et même, quoique pendant un temps relativement court, les humains salariés capables de les faire marcher. C’est tout cela qu’il faut récupérer.
    il y a cependant quelques raisons de préférer le soulèvement politique à l’insurrection bancaire. Car la seconde nous abat nous-mêmes dans le même mouvement où elle abat ses ennemis, alors que le premier conserve la Banque comme principe mais nous rend les moyens de lui donner la forme que nous voulons – et dont nous avons besoin.
    (…) les tyrannies ont rarement le bon goût de quitter d’elles-mêmes la scène de l’histoire et seuls des rassemblements de force adéquats peuvent les en expulser. La finance a régné 25 ans, c’est plus qu’il n’en faut pour dresser un bilan, et le bilan dit : c’est assez.
    (…) Les Romains disaient que « ceux que Jupiter veut perdre, il commence par les rendre fous » – nous y voilà.

    http://blog.mondediplo.net/2010-12-02-Ne-pas-detruire-les-banques-les-saisir

    1. Qu’est-ce qui est le plus important Pierre :

      -dire qu’il faut séparer banque de dépôt et banque d’affaires, sans nécessairement évoquer le nom d’une loi américaine aux noms de sénateurs inconnus ?

      – parler de Glass-Steagall pour faire allusion au saupoudrage des fraises avec du sucre glass ?

      Le mot, on s’en fout, c’est l’idée qui compte…

    2. Entièrement d’accord Julien, nommons ça le « Lordon-Jorioin Act » vu que les deux sont d’accord sur le fond pour y voir une des causes principales de nos problèmes actuels.
      Sur ceux les idées s’expriment avec des mots, et c’est l’histoire qui les ancre dans la conscience collective.
      Vive Cambronne ! 🙂

    3. Vous ne devriez surtout pas oublier les assurances dans le sens entier du concept abordé…….
      Kesler joue un rôle important, même s’il évite soigneusement les feux de la rampe.
      Le risque, c’est l’assurance………. Tout ce calcul.

    1. N’empêche, reste un mystère après coup .
      Pourquoi cette dame a tant énervé Mr Paul ?
      Comme l’impression d’avoir loupé un épisode , ou un incident hors enregistrement .
      A moins que ce ne soit une allergie aux propositions du cercle des économistes?

  151. Détrompez vous, je trouve votre allergie fort naturelle .
    Donc, en d’autres mots, vous avez eut l’impression d’être rabaissé .

    Voilà un point sensible que vous pouvez traiter par acupuncture
    🙂
    PS : piquante que cette dame économiste , on l’aurait pas cru si on ne s’était fié qu’a ses yeux bleus…

    1. Beber
      J’ai aussi trouvé cette dame condescendante mais pas envers Paul, envers le peuple et envers Cantonna, son représentant habile des pieds. Elle les prenait de toute évidence pour des débiles et pis, pour des éternels plumés car victimes désignées par le système qu’elle défend (sans guère d’habileté).

    2. oh alain rien d’étonnant, c’est même la règle en bonne société en ce moment de s’assoir sur le peuple et les pauvres, une marque de reconnaissance. j’ai toujours été frappé de voir à quel point certains spécimens de la classe aisée pouvaient être antisociale de manière avoué et avec sinon l’approbation au moins l’accord tacite des autres. c’est du même ordre que lorsqu’un prolo s’affiche ouvertement raciste.

  152. Plusieurs choses. Faut-il rappeler ce que nous dit Paul ? : les techniciens, la maquilleuse, l’équipe de – Ce soir ou jamais – ont été touchés par la portée, la tenue et la signification très nette de sa parole. Lisez également les commentaires du blog : beaucoup sont enthousiastes, il y a des remerciements chaleureux, d’autres sont dithyrambiques. Cela montre bien le poids et la pression qui pèsent sur certaines épaules.

    Je crois donc que ses mots ont réellement porté une expression d’indignation et de ras-le-bol. Une voix pour mille autres (symbole) qui se taisent et souffrent sans pouvoir dire leurs souffrances parce qu’elles ne sont pas visibles bien sûr. Cacher son émotion, porter un masque, être froid – quasiment mécanique, malin et peut être roublard ; sans doute la société nous a appris ce jeu de massacre par cœur depuis la prime jeunesse. Et bien c’est une énorme erreur : Il faut montrer un autre visage, non professionnel, si je puis dire. Totalement inutile la pose nombriliste du mauvais acteur puisque la situation dramatique dans laquelle nous nous trouvons demande beaucoup d’imagination, pas du semblant. Comment s’extirper de la vase – tu parles d’un jeu !

    Ensuite la parole qui s’exerce cela s’appelle la démocratie au sens noble du terme. Elle doit rester libre autant que possible, pour délier / dénouer son énergie avec passion quand il s’agit de défendre les multiples possibilités de vivre. Elle doit rejeter avec force ceux qui cherchent à diviser. Et nous voyons bien comme l’humanité perd de sa richesse quand les pouvoirs en place empêchent, dictent et finalement exclus des individus de la communauté. De quel droit ! Quelle injustice !
    Oui, nous voyons leurs graves erreurs. Chaque jour qui passe ils sont de moins moins tolérés .

    P. Jorion a bien fait de mettre en garde C. Lubochinsky cherchant à s’engouffrer dans un discours technique, voulait-elle noyer le poisson ?, car manifestement nous n’en sommes plus du tout là. Mais cette personne a t-elle compris ? J’en doute.

  153. Bonjour

    Enfin il ne faut pas oublier que Cantona a beaucoup fait pour nous dire que « Le bonheur est dans le prêt » !
    (Ah depuis le temps que je voulais la faire celle-là)

  154. Bonjour,

    J’ai eu le même soupir que vous quand Mme Lubochinsky exposait le risque de se faire agresser en sortant de la banque après avoir vidé son compte.
    La peur est sans doute un des plus gros obstacles à une révolution!, c’est aussi l’arme de prédilection de ceux qui soutiennent le système en place.

  155. Bonsoir,

    J’ai vu ces extraits de l’émission à laquelle vous avez participé et j’ai été triste de constater qu’aucune solution facile d’emploi (au sens accessible au plus grand nombre sans besoin de concertation préalable) soit évoqué : arrêter toute forme de crédit et clôturer tout compte épargne au profit du compte courant.

    J’ai cru comprendre, M. Jorion, que vous avez travaillé dans le secteur bancaire. Il en va de même pour moi. Je pense que vous serez d’accord avec le fait que clôturer tout compte tel que M Cantona préconise, comporte un risque certain d’effondrement du système bancaire pour peu que l’opération soit suivie. Les banques dépendent, entre autres, de la gestion de deux grandes problématiques : la liquidité et la confiance. Je suis persuadé que dans ce contexte, comme dans bien des contextes, tout changement brutal crée un chaos.

    Je voudrais que ce système change, et pour ça, vous avez tout à fait raison, il faut cesser d’attendre les autres en parlant, et agir à la place! Mais cette action doit être un mouvement incessant, inébranlable, mais assez doux pour permettre un changement contrôlé. Autrement les forces qui maintiennent ce système, notamment les intérêts individuels des plus fortunés, ne feront qu’utiliser le chaos généré pour créer un nouveau système à leur avantage.

    Arrêtez toute forme de crédit, tout compte épargne, tout investissement boursier, compte à terme et j’en passe, tout en préservant son compte à vue (devenu quasi obligatoire par la loi pour percevoir un salaire, vivre, etc… sans oublier certaines lois qui interdisent le transport de fonds sans escorte policière au-delà de montants élevés ou déclaration aux douanes en cas de voyage). Il ne faut pas se faire d’illusions, il est trop tard pour faire ce qu’on veut de notre argent. Trop de lois et contraintes techniques sont la pour préserver le pouvoir des banques et leur pérennité. Par contre rien ne vous empêche de leur difficulté la tâche.

    Enfin et pour conclure: il ne sert a rien de faire pression sur les agences. Vous vous attaquez a des individus pris en sandwich entre l’administration bancaire et la population. N’essayez pas de faire l’impossible. Utilisez plutôt intelligemment les outils qu’ils mettent à votre disposition en les retournant contre eux : refus systématique de toute proposition commerciale dont vous pouvez vous en passer (deuxième carte bleue, etc..), refus catégorique de tout crédit (économisez à la place dans votre compte courant et payez quand c’est votre argent), refus catégorique de tout compte épargne ou activité boursière (actions/obligations). Lizez Sun Tzu 😉

    Cordialement

    Un de ceux qui a arrêté d’être banquier pour respecter ses principes moraux.

    1. Surtout qu’entre nous la banque, c’est bien un métier sans intérêt et c’est un métier de voyeur.
      J’en parle en connaissance de cause puisqu’il y 5 ans en arrière je n’y connaissais rien mais à avoir pratiqué je sais aujourd’hui que c’est vraiment un métier bidon, je pense qu’il y a une vingtaine d’année c’était différent maintenant il n’y a plus que des commerciaux sans culture et sans pouvoir soumis à leur hiérarchie et au scoring.

  156.  » methode « a dit 6 décembre 2010 à 11:23

    « oh alain rien d’étonnant, c’est même la règle en bonne société en ce moment de s’assoir sur le peuple et les pauvres, une marque de reconnaissance. j’ai toujours été frappé de voir à quel point certains spécimens de la classe aisée pouvaient être antisociale de manière avoué et avec sinon l’approbation au moins l’accord tacite des autres. c’est du même ordre que lorsqu’un prolo s’affiche ouvertement raciste »

    J’étais plutôt d’accord avec vous  » Méthode  » en ce qui concerne l’essentiel de votre message mais au fond vous n’êtes pas non plus exempt de préjugés bien accrochés tant ils sont matraqués par les médias intéressés.

    Pourquoi reprendre le cliché éculé du  » PROLO  » raciste ? Et le BOBO raciste ?
    Le DROITO- à – col -mao ouvertement raciste ? Et la stupide raciste en col claudine ça n’existe pas ? Un milliardaire super-raciste ou un cadre farouchement raciste ? Non plus ?

    Qu’est -ce qu’ils s’en prennent dans la tronche ces pauvres  » Prolos  » ! Est-ce parce qu’ils ne sont pas représentés politiquement ou symboliquement à la télé où l’on ne voit que des « profils de cadres proprés  » tandis que les cadres dans la réalité sont deux fois moins nombreux que les dits  » PROLOS  » ? Je ne sais. Mais quelle haine contre les PROLOS qui font pourtant tourner en bonne part la machine France !

    Eux qui se sont battus en majorité pendant la seconde guerre mondiale contre le racisme d’Etat pendant que bien d’autres planquaient dans leur deux pièces cuisine ou leur cave des Français Juifs pourchassés par la gendarmerie française, qu’est-ce qu’ils bouffent comme mépris dans la gueule aujoud’hui les PROLOS ! S’il n’y a pas qu’uniquement des PROLOS aujourd’hui à RESF ou à la Ligue des Droits de l’ Homme, il y en a tout de même pas mal, il ne faudrait pas l’oublier non plus. Ils travaillent dans l’anonymat et ne demandent qu’à poursuivre leur travail & missions.

    Merci pour eux.

    Tenez je vous laisse en compagnie du philosophe Jacques Rancière qui a écrit sur Médiapart un excellent article – Très pertinent et très instructif.

    « Racisme, une passion d’en haut  »
    http://www.mediapart.fr/node/92825

  157. Bonjour,

    Amusant de voir comment cette bonne femme se soucie des catégories les plus défavorisées… j’imagine que c’est de la charité !
    J’imagine qu’il est difficile de conserver son calme…

    Question idiote : ce qu’elle raconte sur les dépôts qui font les crédits est assez hallucinant pour moi… ne sont-ce les fonds propres de la banques et un taux (dont le nom m’échappe) qui permet d’émettre plus d’argent sous forme de crédit que la banque n’en a en réserve ? Quand elle dit cela, on a l’impression de revoir la convertibilité or…
    (Je ne suis QUE physicien… la finance où rien ne se conserve m’a toujours paru être proche de l’ésotérisme…)

Les commentaires sont fermés.