APPEL AUX DIRIGEANTS DE L’EUROPE, par Jean-Jacques Bonnaud et Jean-Pierre Pagé

Billet invité. On peut réagir au sauve-qui-peut généralisé de la zone euro de la manière que nous avons choisie François Leclerc et moi-même dans la journée d’hier – chacun dans son style. On peut le faire aussi à la manière de Jean-Jacques Bonnaud et Jean-Pierre Pagé, dont je relaie bien volontiers l’appel.

« L’Europe a-t-elle des pulsions suicidaires ? », s’alarmait Joschka Fischer dans le Figaro du 30 juin 2011. Il a raison, en particulier quand il écrit : « Qu’attendent les chefs d’Etat de la zone euro ? Hésitent-ils à dire la vérité à leurs électeurs par crainte de compromettre leur avenir politique ? » Et il a d’autant plus de mérite qu’il a le courage de mettre en question la rigidité et le dogmatisme de certains de ses compatriotes.

Qu’attendent, en effet, les dirigeants de la zone euro ? Quand, l’un d’entre eux va-t-il se lever, tel un Robert Schuman ou un Konrad Adenauer, pour dire « Cela suffit ! Assez de gâchis ! Il faut passer à un stade supérieur de la construction européenne, à une Europe véritablement unie avec tous les mécanismes d’une union, non seulement monétaire, mais aussi politique, budgétaire et sociale, nécessaires ». Beaucoup, pour ménager leurs intérêts nationaux, espéraient que cela puisse être remis à plus tard. La crise financière, manifestant le dévoiement et le délitement du capitalisme, ne nous en laisse pas le temps. Quand va-t-on reconnaître enfin que la crise mondiale – qui est, en réalité, une crise du capitalisme des nations avancées de l’Occident – n’est pas terminée ? Au contraire, qu’elle ne fait que commencer et a toutes les raisons de rebondir et s’aggraver ? Il suffit, pour cela, de considérer les dilemmes dans lesquels se débattent, non seulement nos pays de la zone euro, mais aussi les Etats Unis dont la maîtrise du système monétaire international leur a permis d’émettre des dollars à la mesure de leur dette et de masquer ainsi le gouffre sur lequel ils sont assis.

Alors, assez de demi-mesures, d’emplâtres, Messieurs les dirigeants de l’Europe. Osez aborder les vrais sujets, les vrais problèmes et leurs solutions : un ministère des finances (et de l’économie) européen comme le propose Jean-Claude Trichet, des transferts des pays les plus riches vers les pays les plus pauvres comme il se doit dans une union économique digne de ce nom, des ressources budgétaires propres européennes, prélevées sur tous les Européens sans distinction de pays, permettant de gérer un véritable budget européen, au lieu de l’avorton actuel que d’aucuns voudraient encore réduire, des eurobonds permettant de financer la dette publique et les investissements de l’avenir….. Osez mettre tout cela en place et soumettez-le aux peuples qui, retrouvant ainsi l’espoir et un sens dans la construction de l’Europe, vous accorderont largement leur soutien.

Cet appel émane de deux anciens hauts fonctionnaires de l’administration économique qui ont mis leur espoir dans la construction européenne. Alarmés par ce qui se passe aujourd’hui en Europe, ils exhortent à un resaissisement immédiat.

Partager :

78 réponses à “APPEL AUX DIRIGEANTS DE L’EUROPE, par Jean-Jacques Bonnaud et Jean-Pierre Pagé”

  1. Avatar de Joan
    Joan

    Le fédéralisme ne marchera pas, seule une confédération de type suisse est envisageable pour l’Europe.
    De toute façon les banquiers devraient être d’accord, puisque la Suisse est un paradis bancaire.

  2. Avatar de kercoz
    kercoz

    «  » »On avait de l’eau jusqu’au cou , et le vieux con nous dit d’avancer «  » » »
    LA TENTATION DE SAINT ANTOINE qu’on devrait l’appeler ! Cette fausse évidence qu’un plus de centralisation résoudrait des problèmes induits par un centralisme antérieur …
    IL doit etre mathématiquement démontrable qu’un système possède un seuil de taille au delà duquel le rendement énergétique est négatif … Que les informations se perdent dans des exponentielles et que la seule solution est de réduire l’individu , le divider , le standardiser ….

    Il est indéniable , sur ce forum comme ailleur que se dessine une ligne de partage entre deux concepts dominants :
    Naturalisme et Constructivisme .
    En dehors de leurs connotation historiquement idéologique , il serait temps et urgent de mettre les choses a plat .

  3. Avatar de kakashi
    kakashi

    Le fédéralisme pour sauver l’euro : un remède pire que le mal leplus.nouvelobs.com/contribution/171712;le-federalisme-pour-sauver-l-euro-un-remede-pire-que-le-mal.html

  4. Avatar de Marcel
    Marcel

    Jeune homme, j’étais un Européen convaincu, fédéraliste. C’était une évidence (fausse, je le sais aujourd’hui) que 500 millions d’Européens pèsent plus sur le monde que 65 millions de Français ou 10 millions de Belges. De plus, j’avais été soumis comme tout un chacun à la propagande permanente, médiatique, éducative, etc.. En 2005, lors du référendum, j’avais encore la naïveté de croire qu’il fallait s’en sortir par le haut, renforcer l’Europe et la développer, malgré ses défauts évidents.

    Maintenant, je déteste de plus en plus cette Europe. À force de colère, ça devient de la haine. Elle a tué l’Europe. ce sont des traîtres qui gouvernent l’Europe dans l’intérêt des détenteurs de capitaux, au mépris de la population et de la souveraineté partagée ou pas des nations. Par fanatisme ou conformisme, voire par crapulerie, je ne sais pas. Mais cette Europe sert à contourner les démocraties nationale pour imposer le système TINA.

    Bien sûr les peuples, in fine, sont responsables. Ils élisent leurs gouvernements et leurs représentants. Tant que la majorité des électeurs vit confortablement, ils restent inertes, amorphes, reconduisent les marionnettes au pouvoir élection après élection. Tant que tout ne s’effondrent pas pour eux, c’est que le système est bon, crachons plutôt sur ses victimes, ces salauds de pauvres, ces fainéants de chômeurs, ces salauds d’étrangers. Songeons à la manière dans les Flamands croient pouvoir s’en sortir en se débarrassant du poids mort des belges francophones…

    Surtout ne renforçons pas cette saloperie d’Union européenne. Ce serait serrer le noeud de la corde qui nous étrangle. Il faudra que tout s’effondre. C’est fatal. Rien ne sera réformé, tout sera balayé. Et ça ira, ça ira, ça ira… Ce sera dur mais, pour les jeunes Européens, c’est le seul espoir. Survivre au cataclysme, balayer tous les traités existants, et construire une Europe oeuvrant dans l’intérêt des peuples.

    Appel aux dirigeants de l’Europe ? Surtout continuez exactement comme vous le faites. Plus tôt viendra la chute, plus on aura de chances de s’en relever. Je l’espérais déjà en 2008, quand les banques s’effondraient. Pourvu que ce soit en 2011, avant les élections de 2012. On a besoin d’un Roosevelt, pas de choisir quel Hoover a le mieux travaillé son sourire caméra.

    1. Avatar de Martine Mounier
      Martine Mounier

      @Marcel

      Survivre au cataclysme, balayer tous les traités existants, et construire une Europe oeuvrant dans l’intérêt des peuples.

      Mais c’est maintenant que nous avons une chance historique de pouvoir bâtir l’Europe des peuples ! Maintenant que nous avons une chance de prouver qu’ensemble nous valons mieux qu’une somme d’intérêts plus ou moins mal/bien compris !

      Pour construire cette Europe ce qu’il faut c’est un peu de générosité, beaucoup d’empathie et encore davantage de courage politique. Et vous, qu’est-ce que vous nous proposez, vous et tous les acolytes de BA ? un retour au sauve-qui-peut nationaliste, à la chimère d’une souveraineté des nations qui au final ne changera que dalle puisque les mêmes agences de notations, les mêmes gouvernements tièdes et corrompus seront aux manettes dans le même monde concurrentiel et apeuré. Fabuleux.

      Cela changerait quoi que la France sorte de la zone euro ?! Sérieusement, vous croyez vraiment que nous allons retourner en arrière, dans le monde d’avant l’informatique, avant le virtuel, avant les multinationales, avant la Chine, avant Fukushima ? Franchement. Vous êtes vraiment une sacré bande de plaisantins à imaginer que la tabula rasa qui va sortir de la grande catastrophe va nous permettre d’un seul coup de baguette magique de reprendre le cours du monde là où nous l’avions laissé… Vous pensez vraiment qu’une fois sortie de l’Europe, la France toute seule comme un grande, fière et dressée sur ces petits ergots serait débarrassée des problèmes que nous pose la globalisation financière, la déliquescence des élites mondiales, l’abandon d’un certain nombre de valeurs, la concurrence acharnée entre les continents ? Vous croyez que les pays européens pris isolément n’auraient pas strictement les mêmes problèmes à résoudre !? Vous croyez que le manque d’idéal, de perspective pour l’ensemble des humains de cette planète serait moindre une fois le repli national opéré ? Vous croyez que la République retrouverait comme par enchantement, une fois débarrassée de votre épouvantail TINatesque, sa noblesse, sa volonté, sa magnanimité, sa justesse, sa grandeur ? Mais vous rêvez ! Vous rêvez grave.

      Et vous savez pourquoi ? Parce que cette construction de l’Europe que vous haïssez est le fruit d’une déliquescence du politique qui remonte à bien avant sa construction ! Parce que l’Europe telle que nous l’avons construite n’est que le fruit des erreurs engendrées par une dichotomie entre l’économie et la politique que trop peu d’intellectuels dénoncent. Vous croyez que la France rendue à elle-même entendrait mieux ce que Paul Jorion se casse la binette à expliquer ?!

      Vous voulez que je vous dise, la France que vous appelez de vos vœux n’est pas meilleure que celle des spéculateurs : c’est la France de la trouille, la France du repli identitaire, la France qui ferme ses frontières, la France sans ambition, la France d’Henri Guaino ! Votre France de demain c’est juste l’Europe d’aujourd’hui !

      Ce sera sans moi.

      1. Avatar de Marcel
        Marcel

        Que ce serait possible et souhaitable si tout le monde pensait comme vous, je suis d’accord. Une « confédération d’Etat-nations » additionnant leur capacités au service d’une politique commune dans l’intérêt des peuples. Je n’y crois plus, c’est tout.

        Au niveau des électeurs, des millions de gens s’en foutent et, soit ferment leur gueule, soit s’en tiennent au « tous pourris » puis vont jouer au lotto. Ne votent pas. Râlent après tel ou tel bouc émissaire (les Roms, les musulmans, les traders, les chômeurs, etc…) mais ne remettent pas en question le système. Cfr. la victoire de Sarkozy deux ans après le non au référendum, la victoire de la droite en Espagne tout récemment, etc. Les électeurs sont stupides.

        Au niveau des dirigeants, langue de bois conformiste à tous les étages. Les autres ignorés par les médias ou diabolisés comme « populistes ».

        Je ne suis ni contre l’euro, ni contre le nucléaire français. Je suis franco-belge etr ne parlais pas de laC’est amusant de vous voir condamner mon « repli nationaliste », etc… les imprécations habituelles… Je reste favorable à une forme d’unification européenne. Celle des peuples, pas des banquiers.

      2. Avatar de Nicks
        Nicks

        @Martine

        Vous avez l’air d’être très gentille, mais dites moi comment vous faites pour retrouver un peu de pouvoir politique et de souveraineté, c’est à dire rééquilibrer le rapport entre politique et économique, avec les traités existants, qui ont été rédigés précisément pour subordonner le politique à l’économique ?

      3. Avatar de michel lambotte

        Sérieusement, vous croyez vraiment que nous allons retourner en arrière, dans le monde d’avant l’informatique, avant le virtuel, avant les multinationales, avant la Chine, avant Fukushima ?

        Vous oubliez une chose fondamentale « le pic pétrolier », ce n’est pas encore la déplétion, mais cela ne saurait tarder.
        Nous ne pouvons plus parler de croissance quand la croissance pétrolière est nul, c’est le sang de notre civilisation.
        Il ne faut pas rêver, il ne fallait pas s’attendre à autre chose que ce qui se passe aujourd’hui, c’est clair que ce sont les petits peuples qui morflent d’abord.
        Mais effectivement, la civilisation n’a pas de marche arrière, il ne nous reste plus qu’à bifurquer, certainement pas le repli identitaire.
        Un peuple ,une nation, sans pétrole essayez une fois.

  5. Avatar de JeanNimes
    JeanNimes

    Si l’on n’a plus que ce genre d’appel à se mettre sous la dent… on n’est pas sorti de l’auberge.

    Le « fédéralisme » qui est souhaité, ce n’est qu’une façon d’avoir une politique d’austérité européenne que personne ne puisse contester. Car c’est bien ce qu’ils craignent tous : la révolte de chaque peuple contre le gouvernement en place (quel que soit son bord).

    Nous avons certainement mieux à faire : services publics européens dans tous les réseaux, harmonisation fiscale et SMIC européen. Politique commerciale équitable qui compense les tentatives de dumping au détriment des salariés européens et hors Europe… etc.

    Demandons la dissolution immédiate de l’assemblée nationale dans chaque pays et menons un grand débat sur les solutions à inventer…

  6. Avatar de Laurent K
    Laurent K

    Il manque un truc dans cet appel: la démocratie.

    Bizarre, mais je ne crois pas que ce soit un oubli. Surtout depuis le traité de Lisbonne.

  7. Avatar de AntoineY
    AntoineY

    Je propose à chacun de se rendre devant la Bourse de Paris, muni de sa Lyre, afin d’y composer une ode à la gloire de Rome en flamme. Je suis tout ému. C’est beau la bête qui meurt…

    Je ne comprend pas que l’on s’acharne à vouloir sauver ce qui reste. Je vais finir par craindre que Paul se fasse entendre! Il serait bien capable de trouver une solution de dernière minute, sortie d’on ne sait où, qui inciterait par la suite ces clowns à faire « comme si rien ne s’était passé ».
    Il faut que tout disparaisse. Que les braves gens perdent tout. Qu’ils soient « lessivés ». Que le feu les purifie. Qu’ils n’oublient rien. Fin des assurances vie = Fin du délire sur la retraite par capitalisation. Il faut que le chaos s’installe, pour que nous puissions en faire quelque chose de neuf.

    Certes, ce n’est pas très « social-démocrate » comme manière de penser. Mais précipiter la chute du Système, distiller le désordre, créer les conditions de son effondrement (ce dont il se charge bien tout seul d’ailleurs mais on ne sait jamais, ils pourraient avoir un sursaut), ronger ses fragiles piliers (dont cette Europe, parce-qu’on ne tirera jamais rien de bon d’une base aussi pourrie…), c’est l attitude la qui me semble la plus saine .

    Tenez… je joue au banquier en ce moment. Dans les cafés. C’est délicieux. Cette rage, cette colère. Même les UMPistes hésitent, me regardent en chien de faïence. Parfois même je sens une pointe d’écoeurement, de dégôut au moment de l’accolade « fraternelle » entre gens de la France « qui se lève tôt » (arf!). Du cynisme. De l’arrogance. Voilà ce qu’il faut pour réveiller cette joie mauvaise. Me répandre avec délice sur les paradis fiscaux, le risque qu’on fait payer, in fine, à l’emprunteur-citoyen, les dividendes, et la puissance du lobby. Expliquer le tour de magie, la presse aux ordres. Vilipender ce Paul Jorion, et ses pathétiques efforts, et dont il faudra bien un jour « s’occuper » s’il persiste. Critiquer les partis qui s’inspirent de ses idées. Décrire par le menu les différentes manières de placer un politique sous sa botte, sous son talon. Sourire plein de connivence. Plaindre sans sincérité aucune la pauvreté, la précarité, que génère le profit, et les menus plaisirs qu’il peut acheter (quoique rien ne vaut le plaisir brut de les b… tous, d’être « au sommet de la chaîne alimentaire »). Puis reprendre brièvement un air sérieux, très « professionnel » et enchaîner avec une parodie de discours officiel. Quand l’auditoire reprend confiance, glousser de nouveau, exploser de rire. Ascenseur émotionnel. Conclure en se vantant qu’on va retirer ses sous de la banque, suivant « le bon conseil de Canto » (hilare) « parce que c’est pas tout ça mais ce serait le comble de de tout perdre ».

    Effet garanti. Efficacité aussi.
    Il faudrait tenter ça une fois dans un colloque: une explication minutieuse de la stratégie de psychopathe mise en place, accompagnée de la manière dont tous les risques seront couverts par les autres. Deux ou Trois blagues bien cyniques sur les pauvres qui se lèvent tôt. Et l’assistance comprend que c’est exactement ce qu’elle a mis en place comme stratégie, quoiqu’elle soit moralement indignée! On ne change les attitudes des gens qu’en s’attaquant à leurs sentiments moraux, jamais en passant par une simple exposition rationnelle des faits.

  8. Avatar de DEATH/MAGNETIC
    DEATH/MAGNETIC

     » Osez mettre tout cela en place et soumettez-le aux peuples qui, retrouvant ainsi l’espoir et un sens dans la construction de l’Europe, vous accorderont largement leur soutien.  »

    Je suis sincèrement désolé mais la réalité est tout le contraire. Les Peuples d’Europe ne veulent point d’une Union européenne.
    Ce n’est pas la première fois que je l’écris… je persiste et je réaffirme l’idée.

  9. Avatar de Kakashi
    Kakashi

    Arf je me suis trompé dans mon lien, mes excuses, le voici ci dessous

    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/171712;le-federalisme-pour-sauver-l-euro-un-remede-pire-que-le-mal.html

    Le fédéralisme pour sauver l’euro : un remède pire que le mal

  10. Avatar de novice40
    novice40

    Il n’y aura qu’une solution pour sortir de ce merdier c’est sortie de la CE sinon nous coulerons avec . Envoyer l’euro à la poubelle , d’une manière ou d’une autre il y finira .

    Cette pseudo aventure doit finir rapidement il n’y a rien a attendre de bon d’un tel système .
    Et puis franchement il vaut mieux  » un petit chez soit qu’un grand chez les les autres  » .

    J’en reviens finalement là ou jamais j’aurais cru arriver à la fin de ma vie
     » Un peuple Une Nation  » Un peuple qui a une appartienance à une nation se battra pour elle ,on l’a vue tout au long de l’histoire .
    Aujourdhui nous appartenons à un  » Big Bazzzard  » et franchement je n’ai pas envie de me battre pour lui , par contre j’espère qu’une chose c’est qu’il disparaisse rapidement et je ne suis pas le seul a le penser , soyez en sur .

  11. Avatar de Germanicus
    Germanicus

    Un haut fonctionnaire allemand, spécialiste en affaires bancaires, m’a dit récemment: l’euro a été pensé, au début des années 90, comme une « conception expérimentale ». On dirait que cette expérience a montré que réalité économique de l’ensemble des pays adhérents et l’euro sont incompatibles. Donc il faut en tirer les conséquences – ce qui fait peur à la classe politique.

  12. Avatar de Armaggedon

    Pourquoi la Suisse , comme ses horloges , çà tourne sans faire de bruit , contrairement à l’Europe ?
    Pourquoi La Chine et les brics qui sont grands maintenant ne prennent pas le relai de la croissance , nous entrainant dans leur sillage ?
    Pourquoi , comme le suggérait le succés du film Avatar chez les Chinois la croissance ‘intérieure’ Chinoise n’est qu’une grosse bulle immobiliére ?
    Pourquoi nos déboires Européens comme ceux du Japon et des US ont-ils pour origine l’immobilier ?
    Pourquoi pour Wilhem Ropke théoricien du miracle Allemand , complétement inconnu en France , la possession d’un lopin (jardin + habitation) , sans endettement ,est elle une piéce indispensable dans le miracle ? Si vous trouvez la réponse à mon avis ,1) vous étes trés fort
    2) vous prenez la mesure de l’embrouille .

    1. Avatar de vigneron
      vigneron

      @Armaggedon

      Vous connaissez pas Jduc ? C’est notre Röpke de poche sur le blog Jorion. On connait très bien cette daube ordolibérale et ce genre de grands apôtres intégristes de l’impératif absolu de l’intangibililité de l’Argent…
      Vieille scie ultraréactionnaire et passablement emoussée.

  13. Avatar de zebulon
    zebulon

    çà ne marche pas
    donc il faut en rajouter une couche supplémentaire.

    C’est la recette habituelle depuis le traité de Maastricht.
    —————————
    Consulter le peuple ? Mais vous n’y pensez pas sérieusement j’espère.
    Vous avez vu ce qui est arrivé à Louis XVI, on commence à lâcher un petit peu et ils en veulent toujours plus. Non il faut tenir coûte que coûte.
    —————————
    Et bien voilà c’est fait, et maintenant, on fait quoi?
    On dépose le bilan ou on se tire sur l’ile d’Arros.

  14. Avatar de babypouf
    babypouf

    Bonsoir,

    super une Europe monétaire économique fiscale politique etc … ET à la fin sociale (pour le petit peuple quand même enfin !) mais le dernier item veux forcément dire une Europe à deux , trois voire quatre vitesses et à ce jeux là elle serait où la CEE .

    Mais bon positivons; merci COUE, ta methode a le merite d’exister !

    Cordialement

  15. Avatar de Jean-Pierre Pagé
    Jean-Pierre Pagé

    Quel foisonnement dans ces commentaires ! Tant mieux ! Impossible de répondre à tous !Essayons !
    Tout, d’abord, une mise au point; Il est bien entendu que l’Europe à laquelle nous pensons n’est pas « aristocratique » ! Notre rêve n’est pas de la faire gouverner par de « hauts fonctionnaires » !
    Il existe un Parlement européen qui, grâce au Traité de Lisbonne, joue un rôle de plus en plus efficace. Regardez le programme du Parti Socialiste Européen (PSE) : vous y verrez beaucoup de choses que vous demandez (sur les services publics notamment). S’il était mis en application, cela changerait beaucoup;.
    Notre « rêve » (s’agit-il d’un rêve ?) est de terminer la construction de l’Europe (cessons de nous battre à coups d’anathèmes et d’invoquer le fédéralisme comme un monstre ou une panacée. Vous remarquerez que nous n’avons pas employé ce terme).L’Europe n’est qu’à mi-chemin. Sur le plan politique, elle n’est pas réalisée; Sur le plan économique, elle est bancale.
    Il lui faut un vrai président; élu au suffrage universel dans toute l’Europe, désignant un gouvernement sous le contrôle du Parlement européen. L’éditorial du Monde de mercredi parlait de « ces gamins qui nous gouvernent » !
    Et puis, cessons d’évoquer ce rêve (qui est plutôt un cauchemar !) du retour à la France d’autrefois. ce n’est plus possible. Certes nous avons une population qui n’est pas négligeable, mais nous serions écrasés, confinés à un rôle secondaire face aux grands ensembles qui existent ou se constituent (ne parlons pas de la Corée, encore moins du Chili !).
    Il y aurait encore beaucoup à dire, mais ce serait trop long.

    1. Avatar de BA
      BA

      Si la France, cinquième puissance mondiale, était écrasée sans l’Union Européenne, alors que seraient les 190 autres nations ?

      Les 190 autres nations seraient elles-aussi écrasées ?

      Donc, il ne resterait plus que la Chine, l’Inde, la Russie, les Etats-Unis et le Japon ?

      C’est toujours le même argument ridicule :

      « Il n’y a pas d’alternative à l’Union Européenne ! C’est soit l’Union Européenne, soit l’écrasement ! Et patati, et patata ! »

      TINA !

      « There Is No Alternative ! »

      « Il n’y a pas d’alternative à l’Union Européenne ! »

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Vincent Teixeira sur

    Voix absolument extraordinaire (même si la diction n’était pas toujours ferme), surtout pour son timbre, immédiatement, profondément émouvant (et même…

  2. Tout me hérisse sur

    Cette artiste lyrique est morte bien jeune, tout comme on déplore la perte très récente de Jodie Devos, soprano, à…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta