24 réflexions sur « « CENTRALE ÉLECTRIQUE » »

  1. Ach, Stockhausen qui descend sur le dance-floor!

    40 ans plus tard, les héritiers de Kraftwerk font le même constat: les machines mais aussi les chiffres (ah la numérisation) a pris le pouvoir. Il n’y a que les Allemands pour mêler dance-floor et intellectualité comme ça.

    si l’intégration ne fonctionne pas: http://www.youtube.com/watch?v=5iABNDvZ8IA

  2. Coïncidence, c’est en Allemagne que fut inventé l’ordinateur, par Konrad ZUSE en 1941 avec le Z3, ce que beaucoup de gens savent. Puis il continua a créer, construire et vendre ses ordinateurs jusque dans les années 1960, ce que l’on sait moins.

    Malheureusement, il perdit définitivement la bataille des brevets dans les années 1960, lorqu’on lui objecta en justice que ses inventions se contentaient d’utiliser des composants connus, chose que l’on doit en bonne équité objecter à tous ses concurrents ultérieurs (ce que l’on n’a pas fait) et qui devrait fragiliser fondamentalement tout le système des brevets en informatique dans le monde.

    Les Britaniques et États-Uniens ont réinventé l’ordinateur plus tard, en 1946, simultanément avec NEWMAN (GB) et Johan von NEUMANN (allemand installé aux É-U avant-guerre). Leurs demandes de brevets furent acceptées et ils firent la fortune de nombre d’entreprises.

    Curieuse comparaison, n’est-ce pas ?

    1. Euh, l’ENIAC a certes été l’ordinateur public de référence de J Von Neumann,
      mais récemment, Colossus, conçu en 1943, a été reconstitué…
      Il me semble que côté anglo-américain, c’est Colossus qui a l’antériorité.

  3. en tout cas JM Mandosio (cf note 4 de L’Allemagne Contemporaine) a écrit un très bon texte de synthèse de l’histoire de la musique industrielle dans D’or et de sable aux éditions de l’encyclopédie des nuisances. Et un échange de courrier savoureux avec Anselm Jappe. N’y voyez là qu’information puisqu’y est paru cet été en coédition le tome 2 de l’obsolescence de l’homme de Gunther Anders qui devrait intéresser pas mal de monde ici.

    1. Vous nous en dites un peu plus sur Anders et le tome 1 ?
      et je pense qu’il faut rectifier

      … puisqu’est paru cet été …

      .
      Ou j’ai pas compris?

      merci !

      1. y est paru = aux éditions

        T1 « Sur l’âme à l’époque de la deuxième révolution industrielle » 1956 trad 2001 360p
        analyse de la modernité, de la production et de la standardisation, apparition de l’idée et de la possibilité d’autodestruction de l’humanité (bombe atomique), place centrale des machines dont la télévision dans le dispositif…

        T2  » Sur la destruction de la vie à l’époque de la troisième révolution industrielle » 1988
        traduit 2011

  4. Voyez donc aussi le remix de Radioaktivitat par Systaime, version Japan 2011… Je n’ai pas le loen sous la main, mais c’est assez terrible…

  5. Kraftwerk , c’était géant ! Un appel à la conscience humaine .
    Mais aujourd’hui nous vivons toujours entourés de centrale nucléaires en gériatries , qui peuvent à tout moment détruire notre environnement , déjà si malmené que les abeilles et les oiseaux en crèvent .
    On nous a conditionnés à ne plus avoir peur de l’anéantissement .
    Nos sociétés se déglinguent à vitesse grand V .

  6. Kraftwerk à cette particularité unique d’avoir considéré dès le départ l’art graphique la musique et l’architecture dans son ensemble, le gesamtkunstwerk. (http://en.wikipedia.org/wiki/Gesamtkunstwerk)

    Pendant que l’école musicale berlinoise (Tangerine dream, Schulze, Ash ra tempel… pour ne citer qu’eux) tirait des sons spaciaux de leurs machines dans de grandes envolées planantes, Kraftwerk en avant garde de leur temps inventait déjà les sons d’aujourd’hui, et des paroles descriptives a l’humour provocateur et pince sans rire. Comme il disent… la modernité est intemporelle…

Les commentaires sont fermés.