« CHRONIQUE D’UN HIVER EUROPÉEN » – Une tentative de financement solidaire, par Étienne Haug

Billet invité. Il y a bien des choses bien entendu dans les mails qui me parviennent. Ce qui m’était dit dans celui-ci me semblait mériter le petit coup de pouce demandé.

Projet de webdocumentaire radiophonique sur l’austérité en Europe : une tentative de financement solidaire grâce au site babeldoor.com

Le blog de Paul Jorion le démontre parfaitement : internet rend possible l’existence de nouveaux médias, court-circuitant les circuits de financement traditionnels.

Sur ce modèle, je souhaite tenter de trouver un complément de financement pour un projet de série documentaire radiophonique, publié sur un blog et auto-financé, avec si possible un complément récolté par financement solidaire.

« Chronique d’un hiver européen » est une série documentaire radiophonique d’une dizaine d’épisodes de 30 minutes, invitant l’auditeur à parcourir l’Europe de l’austérité de l’Irlande à la Grèce. Au fur et à mesure des témoignages et des situations, on tentera de démêler certains fils d’une situation de plus en plus instable, et malheureusement pour beaucoup insaisissable.

La description détaillée du projet se trouve ici.

Le financement

Un tel projet de long cours (5 mois), aussi modeste soit-il, nécessite des ressources financières non négligeables. Une grande partie sera un investissement personnel, mais je souhaite récolter un complément de 1 300 euros pour être sûr d’arriver au bout.

Pour y arriver, le site de financement solidaire babeldoor.com propose une structure idéale. Les internautes peuvent y découvrir le projet, et s’ils le souhaitent et font confiance à son initiateur, participer au financement par une promesse de don (à partir de 5 euros).

Le détail qui compte est que les promesses de financement ne seront débitées que si l’objectif est atteint dans le temps imparti (en l’occurrence, 1 300 euros de promesses avant le 27 Novembre). Si ce n’est pas le cas, je repartirai bredouille et personne ne sera débité.

Pour contribuer au projet, il suffit de cliquer sur « Soutenez ce projet », où l’on vous proposera la création (très rapide) d’un compte Babeldoor. Tout est ensuite expliqué en détail.

J’ai le mince espoir que le projet intéresse certains internautes, particulièrement sur ce blog sur lequel une communauté conséquente s’est formée autour des problématiques de la crise actuelle. Je tiens à préciser que je ne retire personnellement absolument aucun bénéfice personnel de ce projet (publié sous license libre Creative Commons), si ce n’est l’impression de tenter un petit quelque chose face à ce qui arrive.

Si vous ne souhaitez pas contribuer, un autre coup de pouce très utile serait de faire circuler l’info là où cela vous parait judicieux (proches potentiellement intéressés, réseaux sociaux, etc.).

Un grand merci d’avance à tous ceux dont l’intérêt aurait été éveillé par ce petit appel, et j’ai grand espoir d’aller aussi loin que possible dans la réalisation de ce projet pour poser quelques grains de sable du bon côté de la balance. Si le financement est un échec, je tenterai quand même quelque chose mais en faisant pas mal de compromis. Mais si c’est un succès, le soutien moral d’avoir des gens intéressés et ayant une attente comptera au moins autant que l’aspect purement financier.

Un très grand merci aussi à Paul Jorion qui offre à cet appel une place de choix sur son blog.

Je répondrai à toutes les questions dans les commentaires de ce billet, et vous trouverez mes coordonnées dans la description du projet.

Partager :

62 réflexions sur « « CHRONIQUE D’UN HIVER EUROPÉEN » – Une tentative de financement solidaire, par Étienne Haug »

  1. Bonsoir,

    Je ne parviens pas à afficher le .pdf qui propose le détail de votre projet (sur le site de Babeldoor)- souci technique dû à mon matériel, sûrement.
    J’ai un peu de mal à me faire une idée concrète du travail que vous souhaitez faire – malgré toutes vos précisions. Je suis probablement trop pragmatique mais je voudrais savoir par exemple, si vous avez déjà planifié des visites, chez des particuliers, ou des entreprises, ou autre ! afin de recueillir le matériau nécessaire à votre travail. Et en fonction de quels critères avez-vous fait vos choix ?

    En attendant ma contribution, vous avez déjà mon soutien formel.

    1. Bonjour,

      Avant tout, un grand merci pour votre aide.

      Je vais rapidement vérifier le Pdf, il marche sur mon ordinateur mais je vais vérifie ça sur d’autres machines.

      Concrètement, la première étape est déjà planifiée : je serai à Athènes du 4 au 24 Décembre. Sur place, il s’agira en premier lieu d’aller à la recherche de témoignages divers (citoyens, entreprises, services publiques, …. ) . J’ai déjà fait du documentaire et sait par expérience que pour ce genre de projet, on ne planifie pas tout à l’avance : l’approche d’une situation est souvent meilleure quand on se laisse guider par ce que l’on perçoit sur place. Les opportunités arrivent alors bien plus souvent que ce quand on essaie de trop anticiper. C’est tout le dilemme du documentaire : soit on sait à l’avance ce que l’on va dire, soit on se laisse surprendre par la réalité pour se laisser guider par celle ci (démarche restant néanmoins toujours subjective…).

      Dans le tel contexte, je n’ai aucune crainte que les gens rencontrés aient trop peu de choses intéressantes à dire. Un ami habitant actuellement Thessalonique m’a relaté la misère visibles qui enfle dans la rue, la fac où il est où les profs ne font plus cours car ne sont plus payés depuis plusieurs mois, etc etc. Ou un article tel que celui ci donne aussi le ton : http://www.guardian.co.uk/world/2011/sep/24/greek-despair-cuts-suicide-crime .

      La dernière de mes craintes est donc de manquer de choses à dire!

      J’ai maintenant un peu plus de trois semaines pour préparer mon arrivée, et je vais très rapidement prendre contact avec les indignés et avec les auteurs de « debtocracy » (http://www.debtocracy.gr/indexen.html) pour trouver un point de départ. Après, tout ira très vite!

      Je vais de toutes façons rapidement créer un blog de « making of » du projet où je tiendrai régulièrement les internautes au courant de l’avancée du travail.

      Vous en saurez bientôt plus!

      Merci encore.

      1. Bonjour Etienne,

        j’espère qu’en décembre il ne sera pas trop tard, tellement la situation politique peut basculer désormais à tout moment, si de nouvelles meures d’austérité sont encore mises en oeuvre : je suis pour mon travail de très près la Grèce : Paul Jorion pourra te donner mes coordonnées, afin que tu puisse être aidé, pas seulement avec de l’argent mais aussi médiatiquement.

  2. Je vais participer au projet, mais je trouve complètement dépassée et nocive cette histoire de contreparties. On marche vraiment sur la tête …

    Pour 5 € ou plus
    votre nom sur la page d’informations du site, des nouvelles régulières.

    Pour 20 € ou plus
    En plus des contreparties précédentes : Votre nom au générique de fin, la possibilité d’une discussion pour enrichir le projet.

    Pour 100 € ou plus
    En plus des contreparties précédentes : l’intégrale de la série en qualité CD, la possibilité d’écouter une version test du montage en avant première.

    1. Les contreparties font partie intégrante du système de financement babeldoor.com. Je suis donc contraint de jouer le jeu.

      J’ai en effet eu peur que mes contreparties paraissent ridicules : peut être ai-je manqué d’imagination, mais en étant si limité au niveau budget, difficile de trouver des cadeaux mirifiques!

      Si vous avez des suggestions intéressantes, je veux bien mettre ça à jour et rajouter des bonus!

      Il est sûr que les jeunes loups d’écoles de commerce qui se servent de babeldoor pour monter une jolie startup ont des contreparties plus intéressantes à proposer, sous forme de jolis retours sur investissement, mais je n’ai pas le même genre d’ambitions 😉

    1. Plus qu’excellent, c’est incroyable! Jamais je n’aurais osé espérer un tel succès. 75% du financement en une nuit, je ne suis pas sur qu’ils aient souvent vu ça chez babeldoor!

      Vous ne pouvez pas imaginer les ailes qui me poussent pour me lancer à toutes vapeurs dès aujourd’hui. Un très sincère merci à tous.

      J’en profite, ô grand intéressé que je suis, que la cible de 1300 euros est la cible minimale, et que l’on peut « surfinancer » le projet. C’est à dire qu’une fois la cible atteinte, on peut bien sur donner plus. Dans ma description de projet rédigée il y a deux mois, j’indiquais un objectif minimum de 1300 euros, et une cible optimale de 3000 euros. Qui sait… !

      M’enfin, je vais pas être si difficile, et je donnerai le maximum de ce que je peux faire dès les 1300 euros.

      Encore une fois, mille révérences aux lecteurs de ce blog, et mille autres révérences à Paul Jorion pour le coup de pouce.

  3. Je vais m’y joindre également en espérant de tout coeur que vous puissiez être un canal d’information supplémentaire et « citoyen » sur l’impact de cette catastrophe sous d’autres contrées de notre vieille Europe.

    Bien à vous

  4. Je suis prête à vous soutenir, mais je ne souhaite pas créer un compte et fournir un RIB.

    Est il possible de régler par paypal ?

  5. Je vous en prie faites simple donnez nous une adresse postale et je vous ferait parvenir un chèque. Jamais je ne donne mes coordonées bancaires . Combien de fois je m’abstient à cause de cela c’est fort dommage , pensez un peu plus à nous les vieux récalcitrants .

    1. Je comprend tout à fait.
      Les dons par chèques seront donc accepté, et ajouté au total du financement babeldoor lors des comptes finaux, avec détail des sommes versées mais en gardant l’anonymat des donateurs. Il en sera fait bon usage dans le budget. (Je rappelle que le budget sera publié en détail, probablement sur le blog du making of)

      Pour avoir mon adresse postale, il suffit de m’écrire un court mail (etienne.haug@gmail.com) et je l’enverrai en réponse.

      Merci bien, (je vais finir par écrire trop de fois « merci » dans ces commentaires, mais vous m’y obligez!)

    2. Précision par rapport aux chèques : ils pourront être intégrés à la cible de financements babeldoor, une fois que je leur aurai envoyé un justificatif. Ils seront donc comptabilisé sur la page du projet.

  6. Bonjour,

    Je vous ai fait un (petit) versement. Dommage à mon sens que vous vous concentriez uniquement sur les trois pays cités ; il y aurait bien des choses à dire (et surtout j’ aurais bien aimé vous le dire) de ce qui a lieu dans des pays comme la Belgique, pays où je vis, qui n’ a me semble t-il pas encore mis en place de mesures d’ austérité mais qui néanmoins rouvre la chasse aux chômeurs âgés de plus de cinquante ans, fait des tracasseries pour des aides qui il y a un an n’ avaient pas lieu, etc, et où la précarité n’ épargne pas non plus des gens dans la population.

    L’ Etat providence c’ est fini ; entendu il n’ y a pas plus de quinze jours de la bouche d’ une assistante sociale. Ce dans un pays où il existe des régions où l’ argent ne manque apparemment pas. Donc, oui, je regrette un peu que ce soit toujours ailleurs, conscient néanmoins de la pertinence de votre démarche.
    Je vous soutiens car en tant qu’ artiste, j’ eus autrefois des demandes de crédit refusées et je sais combien c’ est frustrant.

    Lisez John Steinbeck, les raisins de la colère, qui parle de la grande dépression de 1929 aux US, vous ne le regretterez pas.

    Bonne chance!

    1. Bonjour et, encore, merci.

      Désolé d’avoir oublié la Belgique. quelque part dans la description du projet figure :

      « En cas de succès, une deuxième phase du projet pourra être envisagée, en prolongeant la réflexion à travers d’autres pays : Italie, Portugal, Belgique, France, Angleterre, Allemagne, Islande, ou autres. Cette prolongation serait envisagée à partir de Mai 2012. »

      Je viens de rajouter Belgique, et « ou autres », c’est un oubli malheureux.

      L' »hiver européen » ne s’arrêtera (très probablement) pas en Avril, et ne se limitera pas aux pays actuellement sous le feu des projecteurs. Nous les savons tous. Cette première phase du projet a pour but de rendre compte des situations les plus extrêmes, mais la suite est prévue. Le travail se fera sur la longueur, et il s’agit tout d’abord d’avoir une première idée du résultat avant d’envisager la suite.

      J’ai déjà lu Les raisins de la colère, qui est d’une certaine manière aussi une référence pour ce projet. Il est d’ailleurs prévu dans le contenu du documentaire la lecture de certains passages de ce roman, ainsi que de l’Argent de Zola, et de Quoi de neuf, petit homme? de Hans Fallada (un formidable roman, penchant allemand de l’oeuvre de Steinbeck, se passant à Berlin au pire de la crise économique pré-hitler, à lire en allemand pour ceux qui ont un peu de niveau. C’est d’un niveau très accessible, et pourtant magnifiquement bien écrit, un peu comme le Steinbeck en anglais. C’est beau et humain, au plus profond de la misère éconoomique.)

      Si vous connaissez d’autres romans ayant un rapport plus ou moins proche avec le thème, je suis prenneur pour en intégrer des extraits au projet!

      Il faudra par contre voir ce que ça donne niveau droits d’auteur si l’on souhaite citer un ou deux paragraphes.

      1. Si vous venez un jour en Belgique, vous pouvez me contacter (mes coordonnées vous devriez les avoir normalement via mon paiement) ; mon parcours est atypique mais devrait vous intéresser.

        lire aussi / La stratégie du choc de Naomi Klein, Le grand bond en arrière de Serge Halimi.

        mais sans doute connaissez vous déjà. lire Fakir (bimensuel) et les articles de François Ruffin

        un film dont le lien m’ est parvenu par ce blog je crois (la stratégie du choc – le film – excellent)
        http://www.youtube.com/watch?v=MKeiChMRWTU

  7. Do it.
    Je signale à l’auteur une coopérative audiovisuelle, ‘Les mutins de pangée’, qui a produit un documentaire en DVD sur la base d’interviews de Daniel Mermet de ‘Là-bas si j’y suis’ de Chomsky, entre autres (avec le très bon Normand Baillargeon) :
    http://www.lesmutins.org/
    http://www.lesmutins.org/Chomsky-Cie.html
    Sur les mêmes bases : appel à participation (mais avec le soutien, of course, de Mermet).
    Pourquoi ne pas contacter aussi un des repaires, selon la résidence ou l’empathie, pour proposer la même chose ?
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=981
    Enfin, même si le but est de ne pas dépendre de mécénats et autres ‘partenariats’, pourquoi ne pas solliciter le réseau local de Radio France (France Bleue par exemple, pas mal écoutée par les autochtones) pour diffuser vos chroniques (avec une interview, en prime, de Paul Jorion ou François Leclerc, 😉 ) ou Le Mouv, qui a aussi des chroniques ?
    Et p’tet ben que le gars Mermet vous donnera un coup d’main …

    1. Ah tiens, ce serait un bien beau projet ça : une chronique radio régulière (hebdomadaire), diffusée sur une radio (publique, serait mieux), relatant la crise européenne dans différents pays, commentée après chaque diffusion par une interview de Paul ou de François, rediffusée sur des blogs dont les auteurs sont eux-mêmes financés par des financements solidaires … et commentées par ceux-là même qui les financent (ou pas), permettant d’avoir un retour immédiat des ‘auditeurs-solidaires’ pour l’auteur des chroniques, pour les chroniques suivantes !

      La gueule du projet.

    2. Merci pour toutes ces informations, je vais parcourir tout ça.

      Laisser un message sur la boite vocale de Daniel Mermet fait partie du plan original pour obtenir les financements sur babeldoor. Je pense que je vais le faire rapidement, même si le succès du à la publication sur ce blog pourrait presque suffire. (!)

      Pour la suite, beaucoup de choses sont envisageables. Pour avoir déjà été en stage à Radio France, je puis dire que la souplesse n’est pas le fort de leurs grilles de programmes, et qu’un dure bataille et de nombreux contacts seraient nécessaires pour arriver à quelque chose. En radio privée, on peut se brosser. Par contre, tout est envisageable sur des radios libres (FPP à Paris, Radio Grenouille à Marseille, Radio Canuts à Lyon, etc…) où ce genre d’initiatives seraient les bienvenues. À réfléchir! Je compte leur proposer la série documentaire quand elle sera prête. Pourquoi ne pas organiser une émission complète avec chronique/débat en live après la diffusion du docu?

      Ça pourrait faire partie du projet, et je garde ça dans un coin.

  8. « Se connecter
    Désolé, nom d’utilisateur ou mot de passe non reconnu. », malgré plusieurs essais, variés!

    Ne serait-ce pas plus simple de pouvoir vous envoyer un chèque? L’union fait la force.

    Merci d’avance d’offrir cette possibilité.

    1. Il vous faut malheureusement commencer par créer un compte sur babeldoor (à droite sur la même page : « créez votre compte »)

      Pour ce qui est chèques, cf. le commentaire numéro 11 ci dessus.

      1. Effectivement, Babeldoor prend un petit pourcentage. 5%, ça fait 150 euros sur un projet qui récolte 3000. Sachant qu’il n’y a pas tant de projets que ça qui arrivent à être entièrement financés, et que les sommes excèdent rarement quelques milliers d’euros, je ne pense pas qu’il y ait d’abus à ce point là, la somme annuelle ne doit pas être énorme.

        La réactivité et le soutient dont ils ont fait preuve est exemplaire, je n’ai personnellement rien à redire sur ce qu’ils proposent.

      2. Finalement, n’ayant pas de réponse à mon mail, c’est fait: je devais être trop impatient 😉

        C’est très simple: après inscription, cela se fait par carte bancaire (être sûr(e) d’avoir un bon antivirus, avant d’utiliser sa CB sur son ordi, pour éviter tout soucis).

  9. Bonjour et merci pour toutes les infos et analyses que je consulte tous les jours sur ce réseau.

    Vous aurez ma promesse de participation dès le 20/11, bonne chance!

  10. Lisez cet article du Monde : http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/11/11/les-mille-employes-du-courtier-de-produits-derives-mf-global-licencies_1602713_3234.html

    Je ne m’explique pas comment un journal dit de référence impute la faillite de MF Global uniquement à son exposition à la dette des pays de l’UE quand il est dit et répété à longueur de texte dans le NYT que c’est dû à la gestion catastrophique de son repreneur avec 700 millions de $ (!!!!) qui ont disparus on ne sait pas où. Mettre ça sur le dos de la crise est tout simplement un SCANDALE à la DÉMOCRATIE !!

    Qu’est-devenu l’information en France ?? On se le demande…À lire donc en Anglais ici pour une information de qualité et respectueuse des peuples : http://dealbook.nytimes.com/2011/10/31/regulators-investigating-mf-global/

    1. Qu’est-devenu l’information en France ?? On se le demande…Idem en Belgique ! Effrayant ! Cependant, j’ai espoir, ….même ma mère qui regarde RTL-TVI n’est pas dupe ….Le peuple a encore du « bon sens »;-)))

  11. C’est l’austérité en Europe mais c’est aussi l’hiver de la démocratie.
    Le système et ses représentants mettent à mal des institutions démocratiques
    qui pourtant jusqu’ici servaient leurs intérêts. La démocratie semble désormais pour eux un obstacle
    au fonctionnement du système. Peut-être faudrait-il évoquer cet aspect des choses dans votre reportage.

    1. Pierre-Yves D, je vous sens très désabusé ces derniers temps. Est ce le cas? toujours au plaisir de vous lire (je guete, à vrai dire).

      1. Il y a surtout que l’inertie du système est telle qu’il continue sur sa lancée destructrice sans que rien semble pouvoir l’arrêter.
        La distance entre les discours et les actes est abyssale. Dans l’opposition les dirigeants du PS portent aussi une grave responsabilité en n’usant pas du porte-voix qu’ils ont à leur disposition pour offrir une autre analyse de la crise.

        Cela dit, je demeure confiant et plus que jamais persuadé que le regain démocratique viendra de la base en dehors du cadre institutionnel, de la politique représentative et partisane officielle de laquelle il n’y a plus grand chose à attendre.
        Bref, il faut avoir préalablement dressé un constat lucide de la situation si l’on veut être à la hauteur des enjeux sans quoi on reste éternellement à la remorque des évènements.

        De plus en plus de personnes vont parvenir à la conclusion que face au rouleau compresseur de la machine infernale il n’y a pas d’autre choix que d’entrer en résistance.
        A commencer en exposant partout on l’on peut une autre explication de la crise, sans complexes.
        Les états d’âmes je me les réserve (un peu) pour le blog …. 😉 Après tout le blog est un devenu une sorte de Club un peu comme il y en eut avant la Révolution française.

      2. Avec une assemblée nationale où la moyenne d’âge est de 59 ans, où les femmes et les français de parents étrangers sont sous-représentés, il n’y a pas de raison de s’étonner que cela ne soit pas à l’image de la société et que les intérêts d’un petit nombre seulement soient défendus!
        http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2012/article/2011/11/12/l-assemblee-nationale-de-juin-2007-la-plus-vieille-de-la-ve-republique_1602750_1471069.html#ens_id=1597254

  12. Votre projet me fait penser à la « La misère du monde »: de Pierre Bourdieu
    Mais pourquoi une telle entreprise ?
    Selon P. Bourdieu, « Porter à la conscience des mécanismes qui rendent la vie douloureuse, voire invivable, ce n’est pas les neutraliser ; porter au jour les contradictions, ce n’est pas les résoudre. Mais, pour si sceptique que l’on puisse être sur l’efficacité du message sociologique, on ne peut tenir pour nul l’effet qu’il peut exercer en permettant à ceux qui souffrent de découvrir la possibilité d’imputer leur souffrance à des causes sociales et de se sentir ainsi disculpés ; en faisant connaître largement l’origine sociale, collectivement occultée, du malheur sous toutes ses formes, y compris les plus intimes et les plus secrètes. […] Constat qui, poursuit Bourdieu, malgré les apparences, n’a rien de désespérant : ce que le monde social a fait, le monde social peut, armé de ce savoir, le défaire.. »
    Bon vent pour votre voyage des une et mille vies.

  13. A cette heure, 42 participants et 1135 €. Hier soir, c’était, de mémoire 21 participants et environ 430 €. Encourageant, non ?

Les commentaires sont fermés.