« CHRONIQUE D’UN HIVER EUROPÉEN » – Une tentative de financement solidaire, par Étienne Haug

Billet invité. Il y a bien des choses bien entendu dans les mails qui me parviennent. Ce qui m’était dit dans celui-ci me semblait mériter le petit coup de pouce demandé.

Projet de webdocumentaire radiophonique sur l’austérité en Europe : une tentative de financement solidaire grâce au site babeldoor.com

Le blog de Paul Jorion le démontre parfaitement : internet rend possible l’existence de nouveaux médias, court-circuitant les circuits de financement traditionnels.

Sur ce modèle, je souhaite tenter de trouver un complément de financement pour un projet de série documentaire radiophonique, publié sur un blog et auto-financé, avec si possible un complément récolté par financement solidaire.

« Chronique d’un hiver européen » est une série documentaire radiophonique d’une dizaine d’épisodes de 30 minutes, invitant l’auditeur à parcourir l’Europe de l’austérité de l’Irlande à la Grèce. Au fur et à mesure des témoignages et des situations, on tentera de démêler certains fils d’une situation de plus en plus instable, et malheureusement pour beaucoup insaisissable.

La description détaillée du projet se trouve ici.

Le financement

Un tel projet de long cours (5 mois), aussi modeste soit-il, nécessite des ressources financières non négligeables. Une grande partie sera un investissement personnel, mais je souhaite récolter un complément de 1 300 euros pour être sûr d’arriver au bout.

Pour y arriver, le site de financement solidaire babeldoor.com propose une structure idéale. Les internautes peuvent y découvrir le projet, et s’ils le souhaitent et font confiance à son initiateur, participer au financement par une promesse de don (à partir de 5 euros).

Le détail qui compte est que les promesses de financement ne seront débitées que si l’objectif est atteint dans le temps imparti (en l’occurrence, 1 300 euros de promesses avant le 27 Novembre). Si ce n’est pas le cas, je repartirai bredouille et personne ne sera débité.

Pour contribuer au projet, il suffit de cliquer sur « Soutenez ce projet », où l’on vous proposera la création (très rapide) d’un compte Babeldoor. Tout est ensuite expliqué en détail.

J’ai le mince espoir que le projet intéresse certains internautes, particulièrement sur ce blog sur lequel une communauté conséquente s’est formée autour des problématiques de la crise actuelle. Je tiens à préciser que je ne retire personnellement absolument aucun bénéfice personnel de ce projet (publié sous license libre Creative Commons), si ce n’est l’impression de tenter un petit quelque chose face à ce qui arrive.

Si vous ne souhaitez pas contribuer, un autre coup de pouce très utile serait de faire circuler l’info là où cela vous parait judicieux (proches potentiellement intéressés, réseaux sociaux, etc.).

Un grand merci d’avance à tous ceux dont l’intérêt aurait été éveillé par ce petit appel, et j’ai grand espoir d’aller aussi loin que possible dans la réalisation de ce projet pour poser quelques grains de sable du bon côté de la balance. Si le financement est un échec, je tenterai quand même quelque chose mais en faisant pas mal de compromis. Mais si c’est un succès, le soutien moral d’avoir des gens intéressés et ayant une attente comptera au moins autant que l’aspect purement financier.

Un très grand merci aussi à Paul Jorion qui offre à cet appel une place de choix sur son blog.

Je répondrai à toutes les questions dans les commentaires de ce billet, et vous trouverez mes coordonnées dans la description du projet.

Partager :

62 réflexions sur « « CHRONIQUE D’UN HIVER EUROPÉEN » – Une tentative de financement solidaire, par Étienne Haug »

  1. Je soutiens ! depuis que France Inter est passé du « côté sombre de la force », je suis en manque de reportages radiophoniques « éclairés » …

  2. Point d’étape

    En l’espace de 4 jours, grâce à votre mobilisation, le projet d’Étienne Haug a atteint le palier minimal de réalisation, avec 51 participants pour un total de dons récoltés de 1.365 €.

    Si c’est d’ores et déjà un franc succès pour cette tentative de financement solidaire, il n’est pas inutile de rappeler à ceux qui n’ont pas pu se mobiliser jusqu’à présent que la cible optimale est de 3.000 €, afin de réaliser le projet sans compromis. Il reste 12 jours.

    Celles et ceux qui souhaitent exprimer leur soutien peuvent encore le faire ici : http://www.babeldoor.com/chronique-dun-hiver-europeen

  3. Comme le soulignent les messages suivants, l’opération a été un succès total.

    Le financement a atteint très rapidement la limite des 1300 euros, rendant effectif le processus de financement. C’est pour moi la première brique concrète de ce projet, et pas une petite : avec tous ces soutiens, je suis maintenant engagé à mener à bien ce qui n’était au départ qu’une idée.

    Je m’attèle d’ailleurs déjà activement à la tâche : prise de contacts pour la première partie du tournage en Grèce, organisation, documentation complémentaire…

    Première grosse étape : le blog de réalisation du projet est maintenant en ligne :
    http://coulissesdunhiver.wordpress.com/

    Je vous invite à en prendre note : j’y publierai des nouvelles et des commentaires sur l’avancement du projet, et le blog se veut avant tout un espace d’échange pour enrichir le projet.

    À noter aussi une nouvelle adresse email dédiée au projet : hivereuropeen@riseup.net

    Et pour finir, un point sur le financement : J-10 avant la fin de la collecte et 1540 euros collectés, auxquels s’ajoutent au minimum 200 euros qui m’ont été promis par chèques, soit un total de 1740 euros. On est déjà bien au delà de mes espérances!

    Merci à tous.

    1. Je sens qu’il va faire du bon travail. 🙂

      Ce qu’il dit dans son excellent compte rendu recoupe le témoignage du franco-grec, Dimitri MAKRYGIANNIS, qui s’était exprimé dans une assemblée à Grabels le 29 novembre. Il existe une vidéo qui circule sur le net.

    2. « Et l’on retombe sur le premier signe qui surprend en arrivant à Athènes : les affichettes jaune et rouge annonçant « à louer » ou « à vendre ». En quelques mois, elles ont tapissé toutes les rues et vitrines vides, de l’acropole aux petites rues calmes des banlieues éloignées où résident les classes moyennes, en passant par les quartiers populaires situés entre les deux. » nous dit Etienne.

      Comme quoi le capitalisme se porte très bien avec sa crise.

  4. Ca va me changer de la censure locale
    Surtout n’oublie pas you tube, Le reste est cencuré, ici bas!
    Si je peux recevoir librement j’offre 100 euros.
    Et merci.

Les commentaires sont fermés.