L’actualité de la crise : UNE CRISE AUTO-RÉALISATRICE, par François Leclerc

Billet invité

L’argumentation est rodée, mais pas convaincante : en mettant à disposition du système bancaire des liquidités à trois ans, en quantité illimitée et à un prix d’ami, la BCE inciterait celui-ci à acheter à nouveau de la dette souveraine et à détendre ce marché. Et le tour serait joué. Mais ce pari vaut ce qu’il vaut – c’est à dire pas grand chose – puisqu’on demande aux banques d’acheter des obligations d’État après qu’elles s’en soient délestées en catastrophe. Même en leur offrant une marge de rêve ainsi qu’une garantie – aujourd’hui – que de nouvelles décotes du type grec sont exclues pour demain. Spéculer sur le retour de l’appétit au risque des banques, alors qu’elles traversent une passe difficile et réduisent la voilure, ne manque pas d’audace.

La stratégie revendiquée n’est pas franchement nouvelle ; elle s’adapte uniquement aux circonstances, visant à obtenir des banques – une fois de nouvelles largesses accordées – qu’elles participent en retour au sauvetage des États, qui s’engagent pour leur part à devenir vertueux. C’est le mécanisme qui a été depuis le début choisi, avec le succès que l’on constate. Que doit-on chercher derrière ce plan : l’expression d’une grande ingénuité ou la certitude d’une forte mauvaise foi ?

Ainsi que le remarque dans sa dernière chronique financière James Saft, de Reuters Thomson, « Réformer le cadre budgétaire européen sans en faire autant du système financier qui a créé tout ce crédit, c’est comme si l’on demandait des engagements et faisait subir à des alcooliques des peines sévères, mais qu’on leur permettait de rester propriétaire de bars. »

Dénoncer le cadeau fait aux banques va de soi. Prédire que ce qu’il en est publiquement attendu est vain. Mais il y a pire. À supposer que l’opération fonctionne comme annoncé, elle renforcerait la dépendance réciproque des États et des banques, dont on sait qu’elle est le nœud qu’il faudrait au contraire trancher. Alors que comme conclut James Saft, « les États doivent briser la dépendance réciproque entre eux et les banques, ou bien les banques finiront par briser les États, peut-être même littéralement. »

C’est sur cette même constatation qu’est fondée la conviction que la combinaison des deux volets de la stratégie qui nous est imposée – sevrage pour les États et bar ouvert pour les banques – renforce les mécanismes à l’origine de la crise, au lieu de la régler. Avec quelle détermination et quel acharnement !

Partager :

228 réponses à “L’actualité de la crise : UNE CRISE AUTO-RÉALISATRICE, par François Leclerc”

  1. Avatar de Hatoup
    Hatoup

    Tiens dans ma croyance « libérale » je croyais que les banques centrales étaient des préteurs en dernier ressort et que les prêts octroyés l’étaient à des taux « punitifs » supérieurs au marché. Ben non en fait la finance mondiale c’est « open bar »… C’est certain tout cela ne peut que bien finir.

  2. Avatar de Hatoup
    Hatoup

    A je vois que pour une fois nous arrivons à la même conclusion, je n’avais pas lu tout votre article. Oui c’est vraiment du n’importe quoi…

  3. Avatar de Renaud Bouchard
    Renaud Bouchard

    Cher Monsieur,

    « Que doit-on chercher derrière ce plan : l’expression d’une grande ingénuité ou la certitude d’une forte mauvaise foi ? », demandez-vous.

    La réponse est des plus simples – que vous donnez, d’ailleurs – : l’expression d’un mélange détonnant d’imbécillité sournoise et d’incompétence avérée, de cynisme et…de criminalité.

    Ce qu’il y a d’extraordinaire, et que l’on oublie, est que par delà les dénominations « d’Etat », de « banques », il existe des individus, personnes physiques parfaitement identifiées et identifiables, qu’il conviendrait d’arrêter physiquement, de contraindre à rendre des comptes, fournir des explications, obliger à justifier de leurs choix et écarter de tout processus décisionnel.

    Il est quand même surprenant que l’on puisse accepter l’instauration et la mise en place, au nom de la perpétuation d’une système économique en morceaux, d’une véritable junte civile à l’échelle européenne.

    Comme le dit fort judicieusement votre contributeur Ardéchoix, citant Fernand léger dans sa correspondance de guerre, « …au lieu de ruiner les bonshommes, on les tue. »

    Il me semble que le temps est largement venu de mettre sur pied une Cour pénale internationale économique dont la mission serait précisément de se saisir, d’entendre en leurs explications et choix, juger et éventuellement condamner les auteurs de ce qu’il ne faut pas hésiter à appeler des infractions et agissements constitutifs de crimes économiques.

    Bien à vous,

    Renaud Bouchard

    1. Avatar de TARTAR
      TARTAR

      Erreur, tout ceci est « légal ».
      Tout au moins dans le cadre des lois inspirées par les lobbies financiers.
      Ce qui est illégal c’est éventuellement la fuite de capitaux afin de se soustraire à l’impôt.
      Et ce qui est encore plus illégal, mais porte plutôt le nom de coup d’état, c’est le fait de mettre arbitrairement au pouvoir dans des « ex-démocraties » européennes (deux seulement pour l’instant) des agents des lobbies cités plus haut.

      1. Avatar de Stéphane S.
        Stéphane S.

        OK pour l’évasion fiscale.
        Je me demande simplement selon quelles lois seraient illégales les actuelles positions de pouvoir dont vous parlez (Italie, Grèce, BCE).

      2. Avatar de TARTAR
        TARTAR

        Illégal n’est pas le mot dans la mesure où la notion de coup d’état échappe à la voie constitutionnelle.
        La constitution est le couloir de légalité de la  » bonne » gestion d’un état du point de vue de son rédacteur.
        Tout pouvoir ultérieurement mis en place, sans réforme du législateur, en cassant les murs de ce couloir recèle un fort risque de fascisme,spécialement en Italie,surtout s’il émane d’un organe mondialiste.

  4. Avatar de Contempteur
    Contempteur

    « James Saft, « les États doivent briser la dépendance réciproque entre eux et les banques, ou bien les banques finiront par briser les États, peut-être même littéralement. »

    Excellemment dit, mais c’est qui James Saft ?

    1. Avatar de Julien Alexandre

      Editorialiste de Reuters.

    2. Avatar de Richiou
      Richiou

      Jefferson, 3ième Président des Etats Unis, n’en avait il pas déjà parlé dans les années 1800-1850 ?

  5. Avatar de Richiou
    Richiou

    Que pouvons nous faire, nous, humbles citoyens de base ?

    1. Avatar de Contempteur
      Contempteur

      Peut-être arrêter d’être humbles..;)

      1. Avatar de Un Belge
        Un Belge

        Dans cet ordre d’idées, une modeste suggestion

      2. Avatar de dominique
        dominique

        ou faire sa révolution modestement en demandant la permission

      3. Avatar de Contempteur
        Contempteur

        @UnBelge

        Les AMG de Là-bas si j’y vais, naturellement, les autres c’est du faux, comme les champignon, Mermet dixit.

    2. Avatar de Jérémie
      Jérémie

      Apprendre à moins tourner la tête dans les villes ce serait déjà un grand pas,

  6. Avatar de dominique
    dominique

    Il y a eu la nuit de la saint Barthélémy, la nuit de crystal, mais il y a eu pire et à plus grande envergure : la nuit lugubre du Fouquet,s où dans la joie des oligarques tout un peuple a été sacrifié.

  7. Avatar de DB
    DB

    La révolution silencieuse passera par le retrait de son argent dans les banques… C’est le consommateur qui le pouvoir…

    1. Avatar de Efarista
      Efarista

      je le pense aussi…

    2. Avatar de nef des fous
      nef des fous

      Formidable cela fait rêver -((((
      Une citation de ce grand penseur Michel-Edouard Leclerc ?

    3. Avatar de francois (tout court)
      francois (tout court)

      J’espère ne jamais croiser votre chemin: la révolution (même silencieuse), le consommateur et le pouvoir: beurkkk

      1. Avatar de francois (tout court)
        francois (tout court)

        j’aurais du écrire: SURTOUT silencieuse

    4. Avatar de pArs Destruens
      pArs Destruens

      Révolution bruyante : bruit du papier monnaie que l’on brûle.
      Révolution unification, fini les citoyens-nes, les producteurs-trices, les consommateurs-trices, les hommes les femmes, fini les classes, fini les genres., le travail- les loisirs, le privé-le public, finie la gestion et l’économie, fini les médiations du mode de production. Cela fera du bruit et se fera dans la fureur, aussi et pour l’amour de nous, de la vie, et le goût de la liberté.Chérie.

  8. Avatar de lau
    lau

    « Avec quelle détermination et quel acharnement ! »

    Si l’ on garde bien présente à l’ esprit la théorie de la stratégie du choc, les objectifs de l’ oligarchie au pouvoir (suppression de la démocratie, appauvrissement des masses au profit de quelques uns…),
    tout cela devient si simple à comprendre…..

    Il suffit de ne pas nier l’ évidence.

  9. Avatar de maman bobo

    Il parait que la perte du tripleAAA est imminente et que SARKO et consorts préparent dèjà l’opinion publique à ce nouveau désastre national. Cala veut dire que toutes les mesures de régression sociale imposées par son gouvernement n’ont servi à rien à part accroitre la souffrance et la détresse des Français.

    1. Avatar de Efarista
      Efarista

      J’espère que cette annonce aura au moins le mérite de couper l’élan a des mal comprenants qui envisageaient de revoter pour Sarko !

  10. Avatar de lou
    lou

    C’est moi ou on conditionne les français à l‘idée d’un gouvernement d’union nationale?
    C’est un vieux fantasme français, déjà présent lors de la dernière élection: on prendrait les meilleurs de chacun des partis. J’ai déjà démontré à quelqu’un qui me vantait ce système que 1. un pays n’étant pas une entreprise, on ne « recrute » pas des ministres sur des quelques supposées compétences, et 2. quels sont les critères pour juger des dites compétences?…

    1. Avatar de nef des fous
      nef des fous

      D’après ce j’ai cru comprendre en 2007 de la part de Bayrou, il y avait Juppé ou Strauss-Kahn, donc le critère de compétences doit être un parcours judiciaire chargé…

      Si l’on transpose en 2012, je vois bien Donadieu de Vabre….;-))))

    2. Avatar de vanishing point
      vanishing point

      « les meilleurs de chaque partis ».. la bonne blague LOL

  11. Avatar de Genetais
    Genetais

    Allemagne :

    A lire les contributions et commentaires qui parlent de l’llemagne, j’ai plus que l’impression depuis quelques semaines que le Gouvernement Allemand dit Nein! aux EtatsUniens ?

    De fait semble se mettre en place une rupture sinon un désengagement de la solidarité Atlantique.

    Emmanuel TODD apportait des éléments d’analyse intéressants pour expliquer cette évolution.

    http://www.marianne2.fr/Todd-la-France-n-est-pas-l-Allemagne-ce-n-est-pas-germanophobe-de-le-dire_a213561.html?preaction=nl&id=5909493&idnl=26555&

    Toutefois, si l’Allemagne dit Nein aux USA et Ya à l’europe fédérale (Allemande) sa position démographique et le fait que l’essentiel de son commerce extérieur se fasse dans l’Union ne permet que de plaider pour une considération prise pour ici et maintenant. Chaque jour suffit sa peine dit Angela ! Le soir où le mur est tombé, elle est allée prendre une bière à l’Ouest puis se coucher, elle travaillait le lendemain…

    Elle vient de programmer un nouveau sommet avec Sarkosy : fin janvier, début février…. Ils ne se quittent plus !!

  12. Avatar de Charles A.
    Charles A.

    Deuxième partie de « Là-bas si j’y suis » sur la dette
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2327

  13. Avatar de Jérémie
    Jérémie

    Chaque jour est un jour particulier,

    Oh comme le vent souffle quelque peu aujourd’hui dans les plaines,

    Non pour moi mais pour mon prochain, je pense en effet que vous ne devrez pas laisser passer tous mes commentaires, hmm le monde se lamente déjà suffisamment comme ça.

    Sauf celui d’hier et au sujet de quelque chose que je n’ai pas trop l’habitude d’aborder, c’est peut-être bien là ou je me rend compte que je ne suis plus trop dans le mouvement.

    Il était pourtant pas bien long à lire, c’était même un commentaire qui me tenait beaucoup à coeur, mais bon c’est pas grave je vous pardonne gens du socialisme. Je me dis pourtant que chaque jour est spécial, bon c’est vrai le vent souffle un peu aujourd’hui sur les côtes, mais ça passera pour les ames sensibles et puis ça peut se comprendre à force.

    Témoignages poignants de la crise, pourquoi faudrait-il toujours lire les mêmes, ceux qui vous relatent les mêmes choses avec leurs propres mots à eux. Tu parles cause toujours tu m’intéresses Jérémie, tu parles d’un meilleur repos accordée pour les autres, faudrait partout suivre le rythme de plus en plus commercial du monde, aussi bien pour celui qui ne sait même plus à quel Saint ou bobonne se vouer, c’est la grande dynamique des corps du monde que voulez-vous que je fasse c’est peine perdue pour mes pieds, pour mes deux petites mimines.

  14. Avatar de Imbaud Pierre
    Imbaud Pierre

    « Prédire que ce qu’il en est publiquement attendu est vain. »

    Cette phrase est grammaticalement boiteuse, et de ce fait dépourvue de sens.
    Ou plutôt si, on devine le sens général, mais on ne peut pas en être certain.

    Je suppose que l’auteur voulait dire:

    Prédire ce qu’il en est publiquement attendu est vain.

    Le « que » introduit une proposition, on attend donc un autre groupe verbal; par exemple:

    Prédire que ce qu’il en est publiquement attendu sera utile est vain.

    Bon, ça ne veut pas dire grand chose, mais c’est grammaticalement correct.

    Pinailleur, moi? (:-)
    Mais, malheureux, on commence comme ça, et on finit commentateur de sport à TF1!
    ps: rien à redire sur le fond, c’est bien pour ça que je me rabats sur la forme!

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Après une longue conversation avec Copilot, à partir de l’étymologie du mot « chaos » sur le Cnrtl https://www.cnrtl.fr/etymologie/chaos, j’ai pu obtenir…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta