51 réflexions sur « CHRONIQUES DE LA GRANDE PERDITION, par François Leclerc »

  1. Je vénère mister Leclerc, je ne suis qu’un petit scarabée face à lui, mais franchement une telle couv’ motive a regarder autre part, la maison d’édition est-elle suicidaire?
    I mean really…

    1. Non car dans la postface de (XXX), on peut trouver une liste d’antidépresseurs sans effets secondaires pour les jeunes. Ainsi qu’un résumé du « régime grec », économique/
      J’oubliais…des adresses aussi pour les sauts dans le vide…sans élastique…
      Parmi » les questions qui restent à résoudre »… la gravitation.

  2. Enfin ! Bon j’achète. Mais faudra la série complète oh ! Collector pour après, pour la Grande Retrouvance quoi.

    1. Oui mais sans MélAnchon bien sûr! Trop tendance et pas assez consensuel. Le tri sélectif fait partie des bonnes pratiques paraît il.

      1. @Nicks : Que voulez vous, certains préfèrent les subventions généreusement distribuées sans discernement.

      2. Subventions ? Snif… snif… subventions ? snif… subventions ? sob… snif…snif…subventions ! Une PPE ! snif… snif… sob… subvention ! un RsA !!

      3. Comme je pressentais que certains se sentiraient visés à tort ou à raison, j’avais jugé utile d’évoquer une catégorie particulière de subventions. Celles qui sont « généreusement distribuées sans discernement » ou par pur clientélisme électoral pourrait on ajouter.

      4. Celles qui sont « généreusement distribuées sans discernement » ou par pur clientélisme électoral pourrait on ajouter.

        Clientélisme ? Un truc du sud ça, non ? C’est pas gentil pour les fonctionnaires grecs en tous cas… Vous votez UMP ou PdG ?

      5. Quand je vote c’est pour le bord politique symétriquement opposé à celui pour lequel votent les viticulteurs. Je ne perçois aucune subvention de quelque sorte que ce soit.

      1. S’agit-il de toutes les chroniques seulement, ou du texte, des analyses nouvelles ont-elle été ajoutées ?
        Merci.

  3. Soros a fait la même chose avec ses chroniques du Financial Times : le chaos financier mondial.

  4. Enfin 🙂

    J’ achète!
    Comme Vigneron j’ aimerais la série complète… Un espoir??
    Merci pour tout votre travail Monsieur Leclerc!

  5. il y a un problème de PAO : le corps du préfaceur est plus gros et gras que celui de l’auteur 😉 (karluss conseil en PAO)

    1. @karluss :

      le corps du préfaceur est plus gros et gras que celui de l’auteur

      > c’est pas gentil ça !! 😉

  6. Je ne comprends pas bien la couverture, on dirait des éclats de kalashnikov dans un mur en béton… une illustration de l’avenir ?

  7. Le moment pour souligner à nouveau, quelques soient les réserves marquées que j’ai à l’égard de son positionnement politique, le travail de synthèse assez ahurissant que François Leclerc réalise pour ces chroniques. Dans le constat et le décryptage des mécanismes économiques, à part chez Lordon, mais de façon bien plus espacée, je n’ai pas pu trouver plus efficace et pertinent. Les remerciements s’imposent.

      1. Chiche qu’une seule faille soit trouvée dans le raisonnement implacable de Lordon… Je vais encore me faire zapper pour cause d’ « incroyance sorciéresque » , je sais. 🙂

      1. Pardon de risquer une question idiote : par qui vous sentez-vous donc représenté dans le champ politique réel? Il y a d’étranges malentendus, on en sait plus s’il sont de fond ou de forme, dans les échange ici (cf. votre besoin de signifier à Nicks que vous n’êtes pas – Oh! Horreur- mélenchonniste…). J’ai beau trouver à Nicks tous les lourds travers de la militance enfonceuse de portes ouvertes, cela ne me dégoûte pas de voter plus à gauche qu’au PS sans me perdre chez les clowns d’EELV.

      2. @François Leclerc

        Un positionnement qui n’est pas revendiqué, pas mis en avant je veux dire. Ce n’était donc pas un reproche. Quant à le définir, je dirais que c’est cette méfiance vis à vis de l’état qui en est la caractéristique et c’est là que je m’en dissocie, voilà tout.

        @Jicé

        Je crois que les portes ne sont pas ouvertes et c’est bien le problème que je peux relever sur ce blog. Pour les ouvrir, il faut aller dans le champ politique. Sur la forme, je veux bien que mon style ne convienne pas mais il a aussi ses qualités et je ne vous cache pas que je l’entretiens à dessein. Sur le fond, je suis convaincu d’être dans le vrai. Il n’y aura pas de solutions à cette crise qui ne soit politique dans le sens d’une victoire idéologique. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que les néolibs ont toujours voulu effacer cette notion. Plus d’idéologie, plus d’alternative…

        1. J’ai lu Marx et modestement je partage son analyse du dépérissement de l’État (et de la famille aussi) et de la prise en main du destin des travailleurs par les travailleurs eux-mêmes. On a ensuite appelé cela l’autogestion.

    1. «Les remerciements s’imposent.» Salauds d’jacobinbins… Même les remerciements ils les imposent !

  8. M.r Leclerc, abrazo, sur mon coeur !

    « Osez la République Sociale » , quel beau programme,
    une déclaration de foi inespérée. Et tellement moderne.
    Je vais Oser la République Sociale, avec allégresse
    et relire avec plaisir vos chroniques.

    Pourvu que cette Maison fasse des émules.
    « Osez le C.N.R. », la prochaine.
    Ou
    « N’ayez pas peur de l’ Etat. »
    « Osez l’ Etat » , mieux.

      1. les dieux dont je parle en conclusion , seraient bien trop humain en fin de compte , et ce sont les seuls qui comptent .

  9. J espère que les ventes seront au niveau de votre investissement quotidien sur ce blog, et de la qualité de votre travail.
    Je m’en procure un exemplaire dans la foulée.

  10. La République Sociale est -elle dotée des attributs qui lui éviteront de tomber dans les mêmes ornières que la Sociale Démocratie ?

    PS : à cette heure les liens de fin de billet sont inopérants .

Les commentaires sont fermés.