Un soir de grève sauvage, par Un Belge

22 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Billet invité.

Ce vendredi en début de soirée, dans la bonne ville de Liège (Belgique), les conducteurs de bus ont subitement décrété un arrêt de travail, prenant au dépourvu de nombreuses personnes, dont moi-même, bien marri à l’idée de devoir rentrer chez moi à pied ou au prix d’un taxi. Personne ne semblait informé des raisons de cette (nouvelle) grève sauvage et beaucoup déploraient ce genre d’action, menée sans préavis ni explication.

De commentaires mesurés (“Ces grèves sauvages sont contreproductives et finissent par dresser les usagers contre les conducteurs”), en prises de positions plus tranchées  (“Font ch… tous ces c…. ! ‘Pourraient prévenir!”), la tendance était clairement à la condamnation de l’action en cours. Pendant ce temps, les conducteurs de bus, rentrés au dépôt, tenaient une réunion de crise. Que s’était-il passé ?

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Ce n’est pas Dieu qui nous sauvera !

22 novembre 2014 par Paul Jorion 79 commentaires

J’essaie de rassembler en un projet cohérent le message du film Interstellar, les réflexions de Keynes sur la religion, ainsi que l’athéisme de Sade tel qu’il est capturé dans l’exposition Attaquer le soleil, en ce moment au musée d’Orsay, et dont Annie Le Brun est commissaire.

Commentaires ouverts, bien entendu !

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Pourquoi l’Islande met les banquiers en prison et pas les autres pays

22 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Sur Challenges.fr, Étienne Goetz se demande Pourquoi l’Islande met les banquiers en prison et pas les autres pays ?

Il a interrogé Pascal Riché et moi-même. Riché a répondu du coup séparément ici.

Le texte de l’article d’Étienne Goetz se trouve ici.

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Nostalgie : nos auditeurs nous demandent…

22 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Julio Béa, de La Côte-sur-mer, nous demande de passer – un choix un peu inattendu peut-être pour un samedi matin – un long discours en anglais, suivi d’une chanson d’autrefois (avec de nouvelles paroles en anglais !).

Julio m’écrit encore :

« Vous avez pu avoir de riches discussions musicales avec Jean-François Kahn. »

Pas vraiment, Julio, par contre, nous avons chanté à l’unisson les deux chansons que voici. Enjoy !

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Arithmétique amusante !, par Hélène Nivoix

22 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Je me permets de réagir au dessin paru récemment sur votre blog « L’altruisme vu par les 1 %, par Christophe Pernoud ».

C’est juste une question de « poids et mesures », comme on disait dans le temps, et c’est aussi histoire de remettre les pendules à l’heure (car je viens de Besançon).

Imaginons que chaque personne humaine soit représentée par un exemplaire du livre de Thomas Piketty Le Capital au 21ème siècle*.

La pile de livres des 67 individus les plus riches mesure 3,417 m (soit, histoire de se rendre compte, la hauteur d’un escalier de 20 marches).

Tandis que la pile du même livre de Piketty qui représente nos 3,5 milliards de pauvres, elle, mesure 178 500 km, soit 20 fois la hauteur de l’Everest.

On devrait obliger chacun des 67 riches à monter l’équivalent en marches d’escalier, afin qu’ils comprennent bien de quoi il retourne, comme on dit chez moi.

=====================================
* Epaisseur dudit livre : 5,1 cm.

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Europe : TROP PEU ET TROP TARD (ET PAS COMME IL FAUT) ! par François Leclerc

21 novembre 2014 par François Leclerc Commentaires fermés

Billet invité.

Trop peu et trop tard, telle pourrait être la devise des dirigeants européens, car ils ne se démentent pas dans leur comportement ! Les marchés financiers bruissent de rumeurs suite à la déclaration d’aujourd’hui de Mario Draghi, devant les banquiers allemands s’il vous plait : « Nous sommes prêt à recalibrer l’ampleur, le rythme et la composition de nos achats si nécessaire » a-t-il lancé en ajoutant cette fois-ci « sans délais indus », pour ne pas se répéter. La responsabilité en incombe selon lui à l’inflation, dont le taux est désormais qualifié de « très éloigné » de l’objectif proche de 2%. Devant le Parlement européen, il avait déjà fait passer le message, confirmant que le temps n’est plus à la référence rassurante à des anticipations d’inflation, auxquelles plus personne ne croit.

Ce n’est plus un ballon d’essai, c’est un Zeppelin, mais on attend toujours le passage à l’acte ! Car, dans ce nouveau domaine, Mario Draghi n’a aucune certitude de rééditer avec succès le fameux « la BCE fera tout ce qu’il faudra », qui avait à lui seul calmé le jeu sur le marché obligataire. Sans même attendre, ces nouvelles petites phrases en disent long sur ce que son président espère des dernières mesures tout juste engagées par la banque centrale, afin de dynamiser le marché de la titrisation – pour relancer le crédit aux entreprises – et de refinancer les banques à prix d’ami, sous cette même condition affichée pour la circonstance.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 21 NOVEMBRE 2014 – (retranscription)

21 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Retranscription de Le temps qu’il fait le 21 novembre 2014. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes vendredi, le 21 novembre 2014. Et il y a à peu près quinze jours, j’ai reçu un mail qui venait de Jean-François Kahn. Il y était mis : « Donnez-moi votre numéro de téléphone, je voudrais vous appeler d’urgence. » Voilà. Et en fait, ce n’est pas lui qui m’a appelé, c’est Alexis Lacroix de Marianne, et le message était le suivant : « Voilà, nous sommes bien gênés parce que Jacques Julliard est malade, et il s’était engagé pour une série de trois conférences, est-ce que vous êtes libre aux dates suivantes ? »

Alors, j’ai regardé mon calendrier, ça tombait sur deux semaines que j’avais réservées entre mes cours à Bruxelles, et donc les dates étaient disponibles. Et on me dit : « Voilà, on s’occupe de tout, on vous payera vos déplacements, et vous parlerez de ce que vous voudrez, puisque vous avez la gentillesse de faire ça au pied levé. » Et au moment de raccrocher, il me dit : « L’agence de voyages va vous contacter pour les détails. » Alors, parfois, effectivement, eh bien, une agence de voyages vous contacte pour les billets de train, voilà, ça passe par une agence. Mais ce qui n’avait pas été dit, ou pas compris par moi, c’est que moi j’imaginais, bon, dans ce cas-là, que les conférences se donnaient à Paris, ou à Lyon, ou à Marseille… Et puis, il s’avère que ces conférences se donnaient, je vais le dire dans l’ordre : à Casablanca, à Cadix et à Lisbonne. Enfin non, pardon excusez-moi, il y avait deux interventions de ma part, d’abord une table-ronde avec Jean-François Kahn, et ensuite, en solo, une intervention de ma part.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Interstellar – Assumer plutôt d’être d’ici : Terrien, par Marc Peltier

21 novembre 2014 par Paul Jorion 130 commentaires

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Je suis en dissonance par rapport à beaucoup de ce que je lis ici à propos du film « Interstellar ». A force de lire les billets et les commentaires, j’en suis venu à penser que mes réticences méritaient d’être dites, nonobstant l’avis exprimé par Paul Jorion, pour qui les spectateurs se diviseront en deux catégories, ceux qui n’y comprendront que pouic, et ceux qui y verront une grande œuvre en résonance particulière avec ce qui s’écrit sur ce blog. Je proteste en tant que tiers exclu ! ;-)

La science-fiction permet de faire des « expériences de pensée », et d’explorer des hypothèses utopiques ou u-chroniques sur un mode plus léger que l’essai, en gardant la possibilité de mobiliser d’autres voies de la compréhension, comme la poésie, ou l’émotion. Le genre suppose que l’on s’affranchisse de certaines contraintes de la réalité, pour pouvoir mettre en scène une problématique intéressante. Mais il n’est pas question pour autant d’abandonner toute cohérence logique ou scientifique, car alors il ne s’agit plus de science-fiction, mais de fantasmagorie magique. « Harry Potter » ne relève pas de la science-fiction, c’est évident.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Le temps qu’il fait le 21 novembre 2014

21 novembre 2014 par Paul Jorion 35 commentaires

Sur Dailymotion, c’est ici.

En terre de mission

Blog de PJ : La nuit du 4 août 1789 ou l’invention de la liberté en temps réel, par Annie Le Brun, le 5 août 2013

Le duende

Pastora Pavon finit de chanter au milieu du silence. Seul, sarcastique, un tout petit homme, de ces petits hommes dansants qui jaillissent soudain des bouteilles d’eau de vie, dit d’une voix très basse : « Viva Paris ! ». Comme s’il disait : « Ici on n’a que faire de l’habileté, de la technique, de la maestria, ce qui nous importe c’est autre chose. »

Alors, la Niña de los Peines se leva comme une folle, brisée comme une pleureuse médiévale, elle but d’un trait un grand verre d’eau de vie, de feu anisé de Cazalla, puis s’étant rassise se remit à chanter, sans voix, sans souffle, sans modèles, la gorge embrasée, mais… avec duende.

Elle était parvenue à tuer l’échafaudage de la chanson, pour ouvrir le passage à un duende furieux et dominateur, ami des vents chargés de sable, qui poussa le public à déchirer ses vêtements, au même rythme presque que celui des nègres antillais du rite Lucumi massés devant une image de Sainte Barbe.

Federico Garcia Lorca, Jeu et théorie du duende, 1933-34

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Mike Nichols (1931 – 2014)

20 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Mikhail Igor Peschkowsky, dit « Mike Nichols », chansonnier, acteur et metteur en scène.

C’est lui qui, entre autres, a mis en scène Elizabeth Taylor et Richard Burton s’entre-déchirant dans Who’s afraid of Virginia Woolf (1966) d’Edward Albee, ou qui nous a révélé Dustin Hoffman dans The Graduate (1967).

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Zuckerkick, Das Überleben der Spezies, le 17 novembre 2014

20 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Merci à U. H. qui m’a fait parvenir une traduction correcte du compte rendu.

Zuckerkick : “Das Überleben der Spezies”.

L’expert en économie Paul Jorion, en collaboration avec Grégory Maklès, a su oser une entreprise véritablement audacieuse.

Dans le roman graphique « La Survie de l’Espèce », il entreprend en effet de passer au crible le capitalisme et ceci sans aucun ménagement. Il en résulte une vue d’ensemble authentiquement instructive qui interroge le rôle du lecteur lui-même au sein du système. Et ceci grâce à une mise en scène complice et pleine de sous-entendus qui fait que le rire reste encore et encore en travers de la gorge du lecteur.

L’œuvre de Jorion nous fait comprendre en tout cas que le capitalisme nous détruira tous à la fin si nous n’y mettons pas un frein. Quoique riche en dialogues, l’œuvre n’est jamais difficile à comprendre, bien au contraire, elle exprime très exactement ce qui semble ne pas fonctionner dans notre société.

Si tu es du genre à craquer pour une critique de la société sous une forme envoûtante, achète cette BD.

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

AVIS AUX BRUXELLOIS !, le samedi 29 novembre 2014 à 18h

20 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Devant le succès de la formule, nous nous réunirons une fois de plus le samedi 29 novembre à partir de 17h30 au café Le Vicomte, 1 rue du Bourgmestre, au coin de la chaussée de Boondael à Ixelles, à un bloc (« pâté de maisons ») du boulevard général Jacques. Le fameux « spaghetti Vicomte » sera disponible à 19h30 pour ceux qui souhaiteront bénéficier de ce plat délicieux qui a fait la gloire de Bologne (elle fut aussi le siège de la première université européenne, mais bof !)

Si vous voulez bénéficier du spaghetti, signalez-le moi (« Me contacter », ici en haut à droite) avant midi le jeudi 27 novembre.

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Le Soliton bientôt en livre de poche !

20 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

MisereDeLaPenseeEconomique

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Zuckerkick, Das Überleben der Spezies, le 17 novembre 2014

19 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés


 
 

Zuckerkick : strichcode vol. 74 – “das überleben der spezies”

Rien n’est plus dur à encaisser pour l’auteur d’un livre que les critiques négatives. L’honnêteté m’oblige cependant à vous signaler celle-ci.

Uberleben Google

Mes plus plates excuses à la traduction automatique de Google : je suis certain qu’ils font du mieux qu’ils peuvent !

 
 

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

« Interstellar », ou la scission de l’espèce, par Un Belge

19 novembre 2014 par Paul Jorion 108 commentaires

Billet invité.

Au delà de ses qualités et de ses faiblesses cinématographiques, Interstellar (2014) est un film qui vaut le détour pour l’élan qui l’anime, et qu’il communique au spectateur. Quel est cet élan ? La volonté farouche, voire forcenée, de transmettre le flambeau de la vie (et de l’amour, et de la connaissance) aux générations à venir, même quand tout semble perdu. Un leitmotiv poétique emprunté au grand Dylan Thomas scande ce grand combat : « Do not go gentle into that good night — N’entre pas consentant dans cette bonne nuit, Le vieil âge devrait brûler et s’emporter à la chute du jour ; Rager, s’enrager contre la mort de la lumière. »

Filiation et transmission sont placées au cœur du destin des personnages principaux : dans un sens (d’un astronaute vers sa fille) et dans l’autre (d’une autre astronaute vers son père). Les paradoxes temporels liés à la Relativité rendent réversible et d’autant plus indissoluble l’alliance scellée entre le géniteur et sa descendance. Au gré du montage, les décisions prises dans le passé et dans l’avenir finissent par se répondre et n’en constituer qu’une seule : le choix, toujours et en tout lieu, de ne pas se résigner à l’anéantissement.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

LA NSA A DE BEAUX JOURS DEVANT ELLE, par François Leclerc

19 novembre 2014 par François Leclerc Commentaires fermés

Billet invité.

Dix-huit mois se sont écoulés depuis les révélations d’Edward Snowden et le Sénat américain vient d’étouffer dans l’œuf, au moins provisoirement, les timides velléités de réforme des activités généralisées d’espionnage de la National Security Agency (NSA).

Sous l’impulsion des sénateurs républicains, l’inscription à l’ordre du jour d’un projet de loi démocrate a été hier repoussé, au prétexte revendiqué de ne restreindre en rien les activités d’espionnage généralisé des réseaux de communication de la NSA. « Alors que les États-Unis mènent une campagne militaire pour affaiblir, démanteler et vaincre l’EIIL, ce n’est pas le moment d’examiner une proposition de loi qui supprime les outils dont nous avons besoin pour combattre l’EIIL », a déclaré le sénateur Mitch McConnell, leader du groupe républicain. Il y avait un avant et un après Snowden en raison du retentissement de son action, entendait-on dire, mais cela ne va pas empêcher la NSA de poursuivre comme avant.

Barack Obama s’étant appliqué à limiter les dégâts, la loi adoptée cet été par la Chambre des représentants n’était pas exempte d’importantes failles et de finesses permettant de se faufiler – à l’image des nouvelles réglementations financières – mais c’était encore trop pour les défenseurs de la NSA au Sénat. Exemple parmi d’autres, que doit-on exactement entendre par « cible » devant être préalablement autorisée par un juge pour être surveillée : une personne, un préfixe téléphonique, un code postal ou une ville entière ?

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Pour une taxe véritablement sociale et écologique : la TVa !, par Zébu

19 novembre 2014 par Julien Alexandre 38 commentaires

Billet invité.

Le prix est l’expression du rapport de force des statuts sociaux dans l’échange économique et le statut social réciproque dans cet échange définit alors une prime de risque, prime qui est payée par celui à qui ‘on’ attribue le risque (de dédit, de défaut), le ‘on’ étant la résultante de ces rapports de force.

Le prix est donc l’expression de ces rapports et non l’expression d’une recherche de l’égalité dans l’échange, non pas une égalité stricte, mais une égalité proportionnelle, où la proportion permettrait de définir par-delà les différences de statuts sociaux une règle juste dans les rapports d’échange.

Le véritable défi dans le prix est donc bien de pouvoir instituer et réguler une proportion qui soit définie comme juste par les différentes classes sociales, que ce soit celles qui sont en prise entre elles dans le cadre d’un prix mais aussi toutes celles à qui ce prix est proposé/exposé.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

Le Monde, Et le Luxembourg apparut soudain sur la carte, mardi 18 novembre 2014

18 novembre 2014 par Paul Jorion Commentaires fermés

Et le Luxembourg apparut soudain sur la carte

Le Grand-Duché de Luxembourg est apparu sur la carte de l’indignation mondiale, ou en tout cas européenne, le 5 novembre, avec la parution des documents dits Luxleaks : 28.000 pages dérobées aux archives de la firme d’audit PricewaterhouseCoopers, révélant le rôle joué par elle dans l’obtention de « tax rulings » pour 548 sociétés, décisions administratives délivrées par le service Sociétés 6 et permettant à une firme domiciliée au Luxembourg de bénéficier d’une imposition privilégiée dont le taux est en général très inférieur aux 29% officiels et parfois proche de zéro, ainsi, le moins d’1% d’imposition dont bénéficie le service postal FedEx.

Comment expliquer cet émoi alors que tout ouvrage consacré aux havres fiscaux consacre un de ses premiers chapitres au Grand-Duché ? Comment l’expliquer alors que l’affaire ne date pas d’aujourd’hui puisque c’est en 1929 que le pays s’est engagé dans cette voie en exonérant d’impôt les compagnies holding qui s’y domicilient ? « Secret de polichinelle ! » titre un article de la presse financière, et en effet. C’est qu’il existe une différence essentielle entre un secret de polichinelle pour les gens du métier et pour Monsieur et Madame Tout-le-monde.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

LE TEMPS QU’IL FAIT LE 14 NOVEMBRE 2014 – (retranscription)

18 novembre 2014 par Julien Alexandre Commentaires fermés

Retranscription de Le temps qu’il fait le 14 novembre 2014. Merci à Olivier Brouwer !

Bonjour, nous sommes le vendredi 14 novembre 2014. Et comme vous avez pu le constater, nous vivons dans un drôle de monde.

L’Inde, la Chine, l’Indonésie, le Viêt-Nam sont en train de faire la révolution industrielle que nous avons faite à la fin du 18ème siècle et au début du 19ème siècle. Si eux ne l’ont pas faite avant, c’est essentiellement parce qu’on les a empêchés de le faire, nous, parce qu’on avait besoin de leurs ressources, ou bien qu’ils se tiennent tranquilles. Dans le cas de la Chine, on est allés créer des guerres chez eux pour les empêcher de décoller comme nous le faisions. Alors ils le font maintenant. C’est le même processus, c’est du capitalisme sauvage, ça détruit l’environnement, c’est du n’importe quoi, c’est des grandes précipitations en avant : la fuite en avant, suivies de la fuite en arrière… C’est pas beau à voir.

Le monde musulman, le monde musulman – c’est une très grande tristesse – est au point culminant de ses querelles internes entre les éléments du schisme qui a eu lieu il y a très longtemps… C’était un schisme de succession, ce n’était pas un schisme du type du protestantisme qui est apparu chez nous au 16ème siècle, mais c’est un combat tragique entre divers éléments de cet univers.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png

La crise : UNE CONJONCTION INCERTAINE, par François Leclerc

18 novembre 2014 par François Leclerc Commentaires fermés

Billet invité

En sept ans, la crise déclenchée au centre de la planète financière s’est progressivement étendue pour devenir mondiale, et nous en sommes là… Contenue avec succès dans la précipitation, d’aiguë elle est désormais chronique et sourde. Simultanément, elle s’est diversifiée, de financière devenant économique, puis sociale et enfin politique. Aujourd’hui, elle est incontrôlable, chacun de ses niveaux pris séparément ou pire considérés tous ensemble dans leurs interactions. Et le mot crise a presque disparu, usé, signe qu’elle s’est banalisée.

Le spectacle offert par les dirigeants politiques – par exemple à l’occasion d’un G20 représentant une gouvernance mondiale dont la référence a également disparue – illustre combien ils peinent à faire semblant de maîtriser une situation qui leur échappe. Leurs sursauts permettent de mieux mesurer leur impuissance. Ici, ils tentent de reprendre pied en adoptant – pour certains – des mesures contre l’évasion et l’optimisation fiscale afin de combattre l’érosion de la base fiscale des États et de conserver des marges de manœuvre. Là, ils multiplient les enquêtes et les amendes contre des mégabanques dont la liste des malversations ne cesse de s’allonger, en espérant les inciter à revenir dans le droit chemin et ne faisant que repousser les conduites délictueuses au sein du shadow banking impénétrable.

Lire la suite »

http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/google_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/facebook_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/yahoobuzz_24.png http://www.pauljorion.com/blog/wp-content/plugins/sociofluid/images/twitter_24.png
© 2014 Blog de Paul Jorion · Connexion
Desk Space par Dirty Blue & Wordpress Traduction WordPress tuto
Implementation / Webmaster Camuxi.