L’actualité de la crise : QUE VONT-ILS ENCORE NOUS INVENTER ? par François Leclerc

Billet invité.

La cause était entendue et le contrat est désormais rempli, l’Europe toute entière entre cet été en récession. Seuls ceux qui affectent encore de croire à un miracle peuvent s’en déclarer surpris pour s’accrocher aux dixièmes de pour-cent de croissance qu’ils croient pouvoir préserver. Pour combien de temps ?

Pour couper court aux fadaises de ceux qui ne veulent y voir que les imperfections de la construction européenne – pour mieux justifier leurs plans qui vont l’enfoncer davantage dans la récession – c’est toute l’économie occidentale qui est touchée, et par ricochet celle des pays émergents dont la croissance repose sur leurs marchés désormais en berne. Pire, le pronostic est qu’à la récession succèdera la déflation. La vérité n’est pas bonne à avouer : il n’y a pas une région du monde pour tirer les autres d’affaire. C’est ce qui fait toute la différence avec les crises précédentes qui n’étaient que régionales.

Que faut-il encore attendre de nos apprentis sorciers ? Qu’ils nous sortent une nouvelle théorie des cycles pour justifier qu’après ces trente dernières années de capitalisme financier triomphant plusieurs décennies de désendettement et de récession l’accompagnant vont malencontreusement leur succéder, et qu’il faut en prendre son parti ? Sans même qu’ils soient certains que la déflation ne va pas s’installer, l’exemple japonais étant là pour montrer que si l’on sait quand on y rentre, on ne sait jamais quand on va pouvoir en sortir… Car ce qu’il y a de bien avec les cycles, c’est qu’après la pluie survient le beau temps, et que tout recommence comme avant ! Ni vu, ni connu !

Il a été tenté dans un premier temps de mettre en avant l’énormité de l’endettement public, assorti de la nécessité de vite le résorber, pour mieux masquer par divers artifices celui du privé, qui le vaut bien, pour lequel la digestion se passe également mal. Certes, tout à son opacité, le système financier privé dissimule son endettement chronique mieux que les États, mais leur échafaudage commun ne retrouve toujours pas son équilibre.

Les subprimes américains n’ont pas été une dérive sur laquelle il serait possible de revenir, une exception qui ne sera pas renouvelée : ils ont éclairé la double nature d’un système fait d’extrême sophistication et de grande fragilité. Tout sera fait pour ne pas le reconnaître : l’économie, dans son ensemble, ne peut plus supporter le poids d’un système financier devenu hypertrophié au fil des décennies. La conséquence logique, inévitable, est pourtant qu’il va falloir en réduire la taille et lui réassigner ses missions.

Pour éviter de parvenir à cette conclusion, on tente de prendre son temps pour atterrir en plaquant l’avion au sol. Mais la trajectoire disponible rend l’exercice périlleux. L’économie entre irrésistiblement en récession, réduisant d’autant la portance du système financier, celui-ci n’ayant pas de réserve de puissance et contenant les modestes tentatives de régulation qui l’exposent à de nouvelles sautes de vent de travers… (la métaphore aura été filée jusqu’au bout).

La crise continue de recéler en elle-même la dynamique de sa poursuite. Quel paradoxe pour un système qui était présenté comme indépassable, stade ultime du développement de la société et, n’ayons pas peur des mots, de l’Humanité ! Ce n’est pas sans appréhension ni sans vertige que les pages blanches qui suivent vont être remplies…

Le droit d’inventaire va pouvoir alimenter celui d’inventer.

Partager :

90 réflexions sur « L’actualité de la crise : QUE VONT-ILS ENCORE NOUS INVENTER ? par François Leclerc »

      1. Fiable, Béber.
        Et beaucoup plus proche du factuel que beaucoup d’autres. Du quasi-F.Leclerc, en fait, avec l’analyse en moins.

      2. Qui fiable ? Delamarche ou le site ?
        Delamarche, moi, un mec qui bosse dans une boite au nom aussi clinquant que Platinium Gestion et qui y a pas longtemps accordait une inteviouve exclusive à Fortune-Fde souche, je m’en fous qu’il soit fiable ou pas, il est pas de mon bord. Point.

        Quant au site, avec des accroches du genre « Turquie et 3éme guerre mondiale », varié ad lib : Syrie et 3ème…, Iran et 3ème…, Russie, Chine, etc., il finira bien un jour par avoir raison; Pour l’instant il sait rien et il est juste parano compilateur d’un peu tout.

      3. Renard.
        Le site est fiable. Notes, Delamarche aussi. Mais je causais du site dans mon commentaire.

        Si tu viens de naître, je ne peux t’en vouloir de ne pas comprendre que les US soient OBLIGES de fou.. mettre le désordre de façon plus ou moins obscure dans le monde tout simplement pour affirmer leur puissance, et, surtout, récolter un max de fric dans le style des colonisateurs que nous fumes. (sauf que maintenant, nous sommes obligés de faire de l’un terne : http://www.lepoint.fr/monde/une-enorme-plantation-de-marijuana-decouverte-a-rome-15-08-2012-1496143_24.php et de rester brillant dans les apparences… )(surtout les yeux, d’ailleurs)(et comme disait un de mes ancêtres hollandais : droguer le peuple est le meilleur moyen de le contrôler).(fin du courant San-Antonionesque)(où vous remarquerez que cet enf… de Dard est parti en Suisse…)(et arrêtes de me contrarier avant que je ne m’énerve vraiment)

        La parano-ya, comme disent les Allemands, peut simplement être de constater ce que l’humain est capable de faire dans son auto-destruction naturelle.
        Ceci sans faire le babacool à la mord moi le fibrome, tu remarqueras que les crises tant économique, environoeud-mentale et individualiste-tous-religieux-extasiés-par-le-fric n’annonce pas forcément une réflexion qui n’arrive chez l’humain QUE s’il est obligé de reconnaître qu’une guerre mondiale est le résultat de sa propre conn.. bêtise.

        Merci néanmoins d’ête venu..

      4. @ yvan

        N’empêche. Stop. Site super parano. Stop. Mais. Stop. Minuit moins une une fois par jour. Finira par avoir raison. Stop. De plus. Stop. Delamarche vend vérité pour faire du fric. Stop. Pas mon trip. Stop. Stop.

    1. Les videos d Olivier Delamarche sont toujours jubilatoires à regarder.
      Sa denonciation de la connerie du « marché » et des têtes pensantes de la troika + FED fait toujours plaisirs

  1. Et pendant ce temps, le prix du blé repart au Laos 🙂
    Une crise peut en cacher une autre.
    Comme le dit Olivier:

    puits, potager, charrette et mule, un avenir radieux

    Selon la FAO (sur France Inter hier) il faudrait doubler la production agricole d’ici 2050
    Avec un prix du pétrole qui atteindra des sommets bien avant cette date (bonjour les tracteurs), des terres cultivables en constante érosion, des perturbations climatiques dont on ne voit que le commencement, une population mondiale qui va continuer d’augmenter…., ça va être rock ‘n roll.
    Au passage, merci à l’OMC qui a voulu faire des céréales une marchandise comme les autres.

    1. « le prix du blé repart au Laos »

      Beenn, tout dépend. Il venait d’où…??

      Ca me fait penser qu’il faut que je désherbe mon jardin. Des volontaires..??

    2. Les contrats de futurs sur produits agricoles ont été introduits sur le marché parisien (la Matif) à la fin des années 1980? Pour permettre cette innovation financière!ère en France le législateur a du annuler des lois des années 1930 qui visaient les « affameurs » et interdisaient la spéculation sur les produits alimentaires.

      C’est donc en toute connaissance de cause que nos députés ont réintroduit le risque de famine dans notre société; mais il fallait, comme vous le mentionnez, s’aligner sur l’OMC.

      Pour l’instant seul des pays étranger et pauvres semblent en souffrir..

  2. J’avais parlé de la taxe Tobin « à la Française » sur un autre article, mais comme j’ai la flemme de rechercher, je reprends à neuf ici.

    Donc, d’après les premiers renseignements (une seule source, donc non valable), cette taxe serait assise sur une fraction ridicule d’opérations.
    Soit, un erzazt de semblant d’apparence de mesure uniquement destinée à récolter un peu de fric.
    (nous retrouvons de ce fait le principe de la taxation des revenus des comptes suisses des étrangers qui s’empresseront de passer par une société écran d’un paradis fiscal.)

    Je reviens donc à ce que j’avais écrit comme hypothèse de base : ce n’est pas tant le montant de la taxe qui est important, mais le fait que cela oblige à CIRCONSTANCIER les parties.
    Soit, une exposition qui ne plait jamais aux puissants.

    Wikileaks soit avec vous…

    1. Content que mon commentaire ne provoque aucune réaction.
      Marrant que la poudre aux yeux politique marche de moins en moins.
      Un début de commencement de germe d’hypothétique réflexion…??
      Perso, j’y crois pas mais le nombre de gens qui haïssent les psychologues est un bon début.
      (j’ai écrit que je CROYAIS… Jean Revienpa. Les anciens ici pourront écrire de la part de Gérard Manvuça)

  3. et si nous ouvrions un fil spécial pour vanter les mérites de cette crise?
    pour l’aimer d’un amour fou?
    l’organiser comme un accomplissement

    une belle crise
    la plus magnifique
    la plus transcendantale des crises!

    enfin la crise…
    que j’aime cette crise
    comme une femme enceinte qui craignant l’accouchement au départ mais ne rêve que d’enfanter pour se libérer de tout ce poids même au risque d’en périr

    que cette crise va être bonne
    pourvu qu’elle soit bonne

  4. Un message de « anonymous » qui vient d’être diffusé aux informaitions de la Sexta aujourd’hui :

    http://www.youtube.com/watch?v=OD_jed17dyA&feature=relmfu

    Qui invite chaque citoyen à venir occuper le congrès Espagnol le 25 septembre, en demander la dissolution, la démission du gouvernement actuel et former une assemblée constituante…

    A l’heure actuelle, les moyens anti-émeutes qui avaient été déployés le mois dernier lors de la marche noire des mineurs N’ONT TOUJOURS PAS ÉTÉ LEVÉS… Outre les compagnies de police anti disturbios, les barrières mobiles sont restées en place tout autour du congrès, la circulation en voiture y est interdite et le passage à pied n’est possible qu’après vérification de l’identité… Le gouvernement prendrait il ce message des anonymous au sérieux ?

    Le 15 septembre est déjà prévue la marche des fonctionnaires sur Madrid… un bel été indien en perspective en Espagne

  5. PIB, PIB, c’est quoi ce truc?

    j’avais cru lire ici où là que cet indice ne voulait pas dire grand chose et reposais sur des critères en partie faux (ou quelque chose comme ça)

    comment peut-on faire une analyse pertinente à l’aide d’un indicateur non fiable?

    1. La pertinence de cette question vous place d’emblée très au dessus de nos dirigeants politiques qui ne la pose même pas. Bravo !

    2. Ce qui est dénoncé ici n’est pas le PIB en soit, mais le fait d’y comparer l’endettement par dette =x % de PIB. Faut suivre quand meme…

  6. Le gouvernement Anglais pressé par des ‘experts’ de revoir sa politique de plans d’austérité qui ne fonctionne pas et de réinvestir dans le secteur public.Tout un ‘U turn’ comme on dit la bas.

    Experts urge George Osborne to make U-turn on austerity.

    George Osborne has been urged to abandon his austerity plans and boost infrastructure spending to rescue the economy by a group of top economists who backed his deficit cutting plans just two years ago.

    http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/9478745/Experts-urge-George-Osborne-to-make-U-turn-on-austerity.html

  7. Quel paradoxe pour un système qui était présenté comme indépassable, stade ultime du développement de la société et, n’ayons pas peur des mots, de l’Humanité !

    Je pense que vous devez faire référence a ce monsieur et a sa théorie:

    Fukuyama publia un premier article sur le sujet (The end of History?) au cours de l’été 1989 dans la revue The National Interest (article repris dans la revue française Commentaire n° 47, automne 1989). Il en développe les thèses dans un livre controversé publié en 1992, La Fin de l’Histoire et le dernier homme, dans lequel il défend l’idée que la progression de l’histoire humaine, envisagée comme un combat entre des idéologies, touche à sa fin avec le consensus sur la démocratie libérale qui tendrait à se former après la fin de la Guerre froide.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Fukuyama#La_Fin_de_l.27histoire

    L’arrogance d’Homo Sapiens est comme ça bêtise, certainement infini. Je suis certain que cette arrogance de l’éternité n’est pas une spécialité de la civilisation industrielle capitaliste, beaucoup de civilisation avant la notre devait y croire mais je pense que la notre a atteint un degré en plus dans tous les domaines que ça soit dans l’arrogance, la destruction etc…

    Je continue à croire que ce qui est en train de se produire est un changement aussi grand que l’invention de l’agriculture, l’homme a atteint les limites physiques de la planète et il va en prendre réellement conscience que dans la douleur car ses dernières années tout est en train de nous montré qu’il est en train de faire un déni de la réalité.

  8. Il n’y a de mutation économique de réaliser, c’est à dire avec des énergies nouvelles permettant un fonctionnement ou un changement des infrastructures existantes. Il n’y a pas de volonté allant dans ce sens, créant un nouveau mouvement des marchandises qui se passerait des énergies du pétrole et du charbon.

    Les marges financières qui ont été bénéficié par l’énergie du pétrole surtout, on permit de délocaliser des entreprises et des secteurs d’activités, pouvant se déplacer d’un bout à l’autre de la planète. Ceci est aller très en loin, en créant un processus de fabrication, qui parcourait de nombreux pays avant d’arriver à la destination finale, de la consommation. Il n’y a pas eu de renouvellement d’un modèle de distribution des marchandises, et nous en subissont les conséquences économiquement.

    La déflation se sectorise, et elle est vue comme générale, puisque le pétrole est considéré comme la seule énergie, qui certes à développer des PIB plus élevés qu’auparavant, mais qui à aucun moment n’a été remise en cause par sa limitation énergétique (pétrole). C’est un autre secteur qui prends le relai, celui des liquidités (comme précédement cité), c’est ce qui se passe actuellement, avec une création massive de monnaie, qui est sur le marché, mais qui ne propose pas de modèle économique, créant à terme une hyperinflation.

    Une hyperinflation mondiale qui provient du fait que les économies sont inter-dépendantes entre elles, voulant des bénéfices à deux chiffres en pourcentages, grâce au pétrole, (ce qui est très élevé), que les taux d’endettement provenant de dettes cavalières (successives à chaque emprunts) et une absence de reconversation vers de nouveaux modèles économiques rentables par rapport aux possibilités des nouvelles énergies.

  9. nul doute que la récession sera résolue pas le renforcement des mécanismes européens qui ont fait leurs preuves ….

Les commentaires sont fermés.