LA SURVIE DE L’ESPÈCE – LE FEUILLETON (III)

Il en a été question ici pour la première fois en août 2010, et La survie de l’espèce paraît le 2 novembre sous la double enseigne Futuropolis et Arte. Deux ans de travail pour Grégory Maklès, et pour moi-même. On a l’habitude de dire pour l’un : « dessinateur », et pour l’autre : « scénariste ». On s’aperçoit bien vite qu’il s’agit d’une simplification abusive et que les deux doivent impérativement maîtriser à la fois la mise en scène et l’adaptation. Prendre des bouts de mes billets ou de mes livres, et les « illustrer » n’aurait rien donné, il fallait faire une vraie BD ou un « récit graphique » comme on dit aujourd’hui quand on veut souligner qu’il ne s’agit « pas seulement d’une histoire pour les gosses ». Pour cela, il fallait l’adaptation. J’ai souvent été scié par le grand talent de Grégory de ce point de vue, je suis certain que ce sera également votre cas.

Cliquez sur les pages pour les voir au format de la BD.

Partager :

29 réflexions sur « LA SURVIE DE L’ESPÈCE – LE FEUILLETON (III) »

  1. génial!
    j’adore le changement d’oeil du chien , l’étincelle d’intêret quand la perspective de la baballe.
    très très bon

    déjà l’antartique avait laissé glisser un gros bout l’année dernière dans la mer…
    l’été austral commence à peine.

  2. Petit séisme intérieur : j’ai vu des poulets cuits criblés de trous en un temps record, cet été, sur une table au cours d’un repas. Le repas était offert par un oncle bienveillant, l’oncle bienveillant s’était fait attendre ; la faim (fin ?) s’était installée.

    Moralité, je crois qu’il faut prendre soin de nos « petites filles aux parquets troués », car la question, c’est sûr, est dans leurs têtes.

    Véronique

    1. @véronique
      Je ne comprends rien à ce message C’est quoi « une petite fille aux parquets troués ». j’en ai marre des messages pas clairs.

  3. Amsterdam, le 8 octobre 2012

    Chèr Paul, chèr(e)s tous,

    1. Le jeudi, à la journée internationale des animaux (Wooff !!), Paul Jorion a prononcé son oration d’inauguration. C’est inoubliable pour tout le monde qui y était présent. J’étais très heureux d’y pouvoir participer.

    Paul parlait un Anglais superbe. Paul dominait la scène pendant plus qu’une heure. Mais tout cela à une aise impressionnante. Dans un rythme rapide, sans hésitations, c’est à dire, aussi sans les hésitations que nous pourrions observer tandisque Paul parlait Français les vendredi matins. Contrairement à ce qu’il disait au début de son discours, sa préparation par écrite fonctionnait très très bien. Très agréable pour écouter, aucune difficulté pour se concentrer comme auditeur/-trice, et tout cela dans un style convaincant, robuste, mais paradoxalement aussi avec une transparence et avec un bon sens d’humour… wow Paul… your sense of irony…… il me paraîssait d’écouter un grand orateur venant de l’Indonésie, d’où venaient les vrais grands de la pensée en langue Néerlandaise.. comme Multatuli (Eduard Douwes Dekker), Rudy Kousbroek et Hella Haasse.

    Et tout cela supporté par une langue de corps émouvante… de très légers mouvements élégants des mains… des yeux attentifs.

    2. Je suis plus que jamais convaincu de la nécessité d’élaborer notre communauté du BLOG, j’étais heureux d’en pouvoir discuter avec le seul et vrai et vivant Julien Alexandre.

    3. La BD est formidable aussi, nous donnant des images et des mots. Avant le discours de Paul j’ai visité le boulevard Anspach en centre ville de Bruxelles et je n’ai pas cru mes yeux.. tous ces boutiques des BD’s.

    4. Paul terminait son discours avec un renvoi à son père.

    Ce qui me fait penser du suivant:

    quote
    « Another proof of Ruch’s Theorem: Behind every great writer there lies a disgruntled father, a bemused law professor, and a grandmother cheerfully steeped in the unreal. »
    unquote

    source: http://www.themodernword.com/eco/eco_biography.html

    5. « Enough is enough », la conclusion du prof. Jorion me paraît un très bon début pour un mouvement vers la réactivation de l’International Clearing Union, vers le Bancor, et vers le début de la déclararion de San Francisco: « the freedom of need », la liberté du besoin

    (voir: http://fr.wikipedia.org/wiki/Quatre_libert%C3%A9s )

    Et à tous ici et ailleurs qui nous crient que ce n’est pas faisable, la liberté du besoin pour tous, je vous rappelle une autre fois que Malthus avait TORT, que Malthus basait ses analyses sur une Suède du Sud appauvrie par la machine pour concentrer la richesse de cette époque, et que seulement après le reveil des humilié(e)s là bas et leurs organisations en SOLIDARITé, la pauvreté s’en allait, prouvant le TORT de Malthus.

    6. Parceque dès le moment où nous sommes solidaires avec tous et tout le monde, seulement à ce moment le monstre du « Greed » va s’endormir.

    Le monstre ‘Greed’ sera un phénomène du bon humour, comme le monstre de Loch Ness.

    Bien à vous tous,

    JL

    1. Ici la fRance.
      Nous avons fait la Révolution.
      Pour qu’une petite bande de roitelets,
      puisse s’émanciper.
      Le drapeau bleu blanc rouge,
      n’est plus que l’étendard,
      de l’indifférence,
      et de la mort.
      Bonne chance aux Citoyens du monde,
      avec imagination et bien plus encore.

    2. avec le seul et vrai et vivant Julien Alexandre.

      Rectifications,si vous me permettez d’oser, très cher Johan Leestemaker . ( la politesse vieille Europe est délicieuse…) ;

      Julien Alexandre comme être humain est unique mais aucun humain n’est « seul », nous sommes tous reliés les uns aux autres par de multiples liens,
      par exemple l’intérêt porté à ce blog.
      Julien Alexandre est-il « vrai » ? sans doute. Quel serait un être humain qui ne serait pas « vrai » ? Il faudrait vérifier son passeport ou sa carte d’identité… Vous constaterez que l’emploi du mot « vrai » nous entraine sur des pistes policières beaucoup trop glissantes On vire au fascisme pour moins que ça.  » Poête, vos papiers! » Léo Ferré écrivait poête avec un tréma sur le e…
      Mais là où je m’élève avec force et que je dis « NON » , c’est pour votre Julien Alexandre « vivant ». C’est simple: vous êtes vivant et moi aussi, tout comme Julien Alexandre. Il n’y a rien là qui doive exciter des foules revendicatrices. Avez-vous songé aux inextricables questions de définition du vivant en biologie ou en droit ?
      Bref zéro pointé sur toute la ligne. Et n’avancez pas comme excuse que le français n’est pas votre langue première, très cher Johan Leestemaker.
      Vous avez assez montré votre maîtrise de cette langue pour que cette excuse paraisse surfaite.
      A vrai dire c’est juste là où je voulais en venir.
      NB : Je crois que la victoire toute démocratique de Chavez va renforcer les présidentes argentine et brésilienne, et toute l’Amérique Latine.
      La propagande anti-Chavez devrait baisser, ici, d’un ton, espérons-le.

      1. Amsterdam, le 8 octobre 2012

        @ Daniel

        Chèr et très estimé Daniel!

        Votre intervention a renforcé mon bon humour!

        Paul Jorion lui-même m’a quand même rassuré ce même jeudi 4-ième Octobre spectaculaire que je n’étais pas du tout ‘seul’ de penser que Julien Alexandre n’était personne d’autre que Paul Jorion même… et alors, j’étais honnêtement très surpris lorsque Paul me disait « attend un moment s’il te plaît, je vais te présenter à Julien Alexandre », et encore je pensais qu’il rigolais!

        Ensuite, Paul me raconcait qu’il n’y a pas peu de personnes qui pensent qu’aussi François Leclerc est un alter ego de Paul Jorion..

        Là-dessus aussi je peux vous rassurer.. il vit, il rigole, et il est sympa!

        Permettez moi de vous aider un peu… the true and only and living Julien, François et Paul sont parmi nous, ils ne sont pas des alter egos entre eux.

        En ce qui concerne Hugito… moi de ma part j’espère que l’invers sera le cas… que les révolutions silentieuses du Brésil, du Pérou et de la Colombie, vont renforcer les mouvements civiques participatifs au Vénézuela et en Argentine.

        Parceque les pauvres ne s’attendent pas du tout des nouveaux et des nouvelles Caudillos et Caudillas… on en sait mieux.

        Bien à vous Daniel!

        JL

        1. Johan a raison, et il y a d’ailleurs une photo pour le prouver qui a été prise ce jour-là, car c’était la première fois en 4 ans que Paul, François et moi-même étions tous trois réunis 😉

      2. Aller les intervenants du blog, avec moi tous en chœur :

        La photo, la photo, la photo !!!…

        C’est un peu notre « LABABAL » à nous… 😉

  4. ça fait deux fois que je vais chez 2 libraires différents en leur donnant les références de « la survie » et rien dans leur agenda en terme de sortie chez futuropolis!!
    Inquiet, je ne suis pas loin de croire en un complot ultralibéral planétaire….
    POurra t’on ici apaiser ma crainte.?

    1. Bonjour

      Si cela peut vous rassurer, il n’y a pas encore à ce stade de complot interplanétaire mais de juste un retard entre le moment où le livre a été programmé et le moment où le livre a réellement été envoyé en impression.
      Il sera disponible en librairie le 2 novembre.

  5. @thomasp

    Les petites filles et le parquet troué font le chapitre « Oasis » de « Terre des hommes  » (A. de Saint-Exupéry), mais Klint et sa baballe m’ont renvoyé l’image des poulets troués. Cependant, j’ai bon espoir pour la survie de l’espèce car les auteurs sont des hommes (le lien c’est les êtres humains !).

    1. Vivre comme une petite fille : Pour toi je ferai tout mon possible ma fille. Je renonce être un connard de bon père de famille, de jouer un rôle.
      Je traverse la Vie, toi, tu tranches.

    2. Le peintre peut dormir tranquille, c’est une référence à « l’autre » Clint qui dans Sudden Impact avait un « chien » (oui parce que bon…) comme ça. C’était l’année des C, c’était ça ou « Conan » pour lui !

  6. Merveilleux, les yeux du chien qui s’illuminent à l’évocation de LABABAL, palindrome drolatique. Merci, je me suis bien marré. Mais après cette bonne tranche de rigolade, je me demande à quel point je dois m’inquiéter.

  7. Suite à Johan Leestemaker

    Le concept de solidarité en société n’est pas intégrer dans la définition de surpopulation et des ressources naturelles chez Malthus.

    De nombreuses études mettent en avant que l’agriculture biologique peut nourrir le nombre d’humains qui vit actuellement sur Terre, soit plus de 7 milliards d’êtres humains, ceci provient de l’ ONU.

    Il s’agit de la redistribution des ressources agricoles, de la répartition alimentaire pour les humains. Et vos arguments, sur la concentration des richesses comme base technique de capacité des ressources vers l’humain, est situé sur une société qui n’intègre pas la notion de solidarité.

    Alors que des études, peut-être pas uniquement concernant l’alimentaire, montre que la redistribution est possible, et la solidarité est un bon de vecteur de cohésion sociale.

  8. Féliciations.
    Il y a bien longtemps que je n’avais lu de BD et m’étais autant marré !
    Vivement le 2 novembre

  9. Félicitations.
    Il y a bien longtemps que je n’avais lu de BD et m’étais autant marré !
    Vivement le 2 novembre

Les commentaires sont fermés.