L’actualité de la crise : LA MONDIALISATION EN BERNE, par François Leclerc

Billet invité

L’assemblée générale du FMI qui vient de se terminer à Tokyo ne laissera pas un souvenir impérissable, car l’organisation internationale semble condamnée à lancer des alertes sans effet et à formuler des préconisations sans résultat. En définitive, cette impuissance exprime bien l’élan brisé de G20 présentés il y a encore peu comme prenant les choses en main au nom d’une nouvelle gouvernance qui ne fait pas ses preuves.

Divergeant sur le rythme du désendettement en Europe, Christine Lagarde et Wolfgang Schäuble se sont à l’issue de l’assemblée appliqués à minorer du mieux qu’ils pouvaient leurs désaccords, après n’avoir pu éviter de les exposer publiquement. « En réalité, ce qui a été parfois présenté comme un désaccord tient surtout à la perception [qu’on a de ce sujet]», a tenté la directrice du FMI. Animée par la volonté de convaincre – contre toute évidence – elle a prononcé des paroles définitives : « Nous ne sommes peut-être pas d’accord sur tout, mais je crois qu’il existe un consensus général sur le fait que l’action collective est en train de produire des résultats », en référence à la précieuse consigne qu’elle a donnée et qui tient en un seul mot : agir ! Face à l’adversité, Wolfgang Schäuble a semblé mettre un peu d’eau dans son vin en expliquant : « on peut parler du rythme de réduction de la dette, mais pas de son principe », sans aborder la question essentielle des moyens…

Les représentants de la Chine et du Brésil ont lancé de véritables mises en garde. Yi Gang, le gouverneur adjoint de la Banque centrale chinoise, a estimé que l’économie mondiale était perturbée par l’absence « d’un plan crédible de réduction du déficit budgétaire à moyen terme dans des économies développées importantes, comme les États-Unis et le Japon ». Car la lente reprise dans les pays développés entraîne « des retombées coûteuses sur le reste du monde » et l’effet bénéfique des mesures massives d’assouplissement monétaire des banques centrales de ces pays « restait à prouver ». Il a prôné « la nécessité d’une action résolue, rapide et décisive pour stopper le ralentissement économique mondial et préserver la stabilité financière ».

Guido Mantega, le ministre brésilien des finances, a été encore plus direct : « Les pays avancés ne peuvent pas espérer se débarrasser de la crise aux dépens des pays émergents », a-t-il déclaré, justifiant que le Brésil puisse prendre « toutes les mesures nécessaires » pour se protéger des flux de capitaux qui résultent des injections de liquidités de la Fed. « Il est évident que si vous pratiquez une politique monétaire accommodante pendant dix ans, à un certain moment vous allez obtenir des résultats, mais les effets collatéraux seront peut-être pires que les résultats directs », a-t-il prédit.

Ne contribuant pas à détendre la situation, les décisions du G20 de 2010 sont toujours bloquées et le renforcement de la présence des émergents au sein du FMI n’avance pas en raison du veto américain, au grand soulagement des Européens qui devraient se serrer pour leur faire de la place. Guido Mantega a évoqué un « échec » et un « signe négatif » envoyé au reste du monde. Répercutant les critiques qui se sont vigoureusement exprimées, Christine Lagarde a estimé que l’impact de la politique des banques centrales, qu’elle saluait jusqu’alors, était désormais « incertain » et qu’elles risquaient de créer une « surchauffe » dans les pays émergents.

Il est loin le temps où, avec assurance, il était prédit que l’Asie allait relancer la machine et la croissance. La dynamique s’est au contraire inversée, conduisant le ministre du Trésor australien, Wayne Swan, à déclarer « il est temps que les autres fassent leur part du travail », car « l’Asie ne peut porter l’économie mondiale ». La question ne peut manquer d’être à ce stade posée : qui peut donc la porter ? Telle qu’elle a été conçue, la mondialisation est en berne et ses effets se retournent contre ses artisans. Après celle de la machine à fabriquer du crédit, cela fait beaucoup de pannes décidément ! Mais que fait l’OMC ?

Partager :

48 réflexions sur « L’actualité de la crise : LA MONDIALISATION EN BERNE, par François Leclerc »

  1. Dans les transports en commun bruxellois les fonctionnaires européens se gaussaient il y a quelques années………….nous vendons plus à l’export que nous n’achetons……..disaient ils…d’abord ce n’est pas vrai……ensuite si c’était le cas le déficit du commerce extérieur français ne serait pas de 70 Md mensuel …enfin ils confondent ventes-export de grands groupes qui exportent des produits subventionnés quand ce n’est pas du savoir faire et des ventes normales à bon prix.
    Pour ma part en 35 ans de commerce je n’ai jamais trouvé d’exportation qui soit réellement bénéficiaire et c’est totalement impossible vu la parité des revenus. Mais moi je suis certainement un imbécile.

  2. Troïka, Grèce – « Nous disons 7,8 milliards, ils disent 9,2 milliards. Il nous faut converger », a indiqué une source du ministère grec des Finances à l’issue d’une réunion samedi avec la délégation d’experts de la troïka »
    On a commencé déjà par « « transférer la population des îles comptant moins de 150 habitants, car maintenir sur place ces petites communautés et populations coûte alors cher » (topontiki.gr – 11/10 et Real-FM 12/10). Alors ? le paradis approche, de quelques concessions à l’annexion, beauté jeunesse force, et raison garder, la crise est finie- il y a du cash, de l’or du temps
     » Il existe au milieu du temps / La possibilité d’une île  » ( La Possibilité d’une île, M. Houellebecq)
    Peter Erskine Trio – New_old_age

    1. Infect.

      Si on remplaçait « libéralisme » par « égoïsme » ça irait plus vite. Dans votre article par ex : « Dès le départ, l’égoïsme a imprégné la « construction européenne » »

  3. Votre dernière interrogation était celle qui me germait dans l’esprit quand j’ai compris , à mi-lecture, que G20 et FMI étaient out .

    J’ai trouvé ça :

    http://www.lesechos.fr/omc.htm

    Restent encore la banque mondiale , le BIT ( souvent plus pertinent ) , et l’ONU .

    Et tout ce qui grenouille sur le terrain , qui est sans doute plus sur , mais pas encore très lisible .

  4. RECAPITULATIF SUR L’HYPOCRISIE DU PS SUR L’EURO ET LE PACTE BUDGETAIRE.

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=esiU4xFs9Ys

    Hommage..à l’Union européenne Prix Nobel de la paix 2012..enfin façon de parler.

    http://www.youtube.com/watch?v=nlVZbh3BUw0&feature=player_embedded

    Cameron and Salmond to sign deal on Scottish independence referendum.
    Scotland’s first minister has had to concede ground on ‘devolution plus’ option, but wins battle to hold vote in late 2014.

    http://www.guardian.co.uk/politics/2012/oct/14/scotland-independence-referendum-deal

    Large avance des séparatistes flamands à Anvers, selon de premiers résultats.

    http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/10/14/large-avance-des-separatistes-flamands-a-anvers-selon-de-premiers-resultats_1775262_3214.html

    Sans oublier la victoire des deux partis nationalistes Basques hier…l’Europe se désintègre devant nous, alors que l’UE cherchait le but opposé.

    http://diktacratie.com/desobeissons-a-lunion-europeenne/

    George Osborne’s austerity is costing UK an extra £76bn, says IMF.

    New analysis of figures throws doubt on chancellor’s forecast.

    http://www.guardian.co.uk/business/2012/oct/13/imf-george-osborne-austerity-76bn

    1. « l’Europe se désintègre devant nous, alors que l’UE cherchait le but opposé. »
      En êtes vous sur ? De petites régions sont plus faciles à contrôler/influencer que de grands états.
      Ils y a ceux qui rêvent de l’Europe, et ceux qui construisent l’europe. Ce ne sont visiblement pas les mêmes.

      1. De petits Etats peuvent être réellement démocratiques, contrôlés par la population, tandis que les grands machins sont la proie des rentiers.
        L’Europe ne sera jamais démocratique… En sortir le plus vite possible sera le seul moyen de rétablir la démocratie!

      2. @wildleech
        @amsterdamois

        « De petites régions sont plus faciles à contrôler »
        « De petits Etats peuvent être réellement démocratiques, contrôlés par la population »
        (Islande ? Cas de figure qui restera unique ?)…

        Oui… Mais mon mauvais esprit me susurre à l’oreille :
        « et de petites régions font de petits fiefs bien clientélistes » (cas multiples)…

        Mais j’avoue ne pas avoir de réponse à ce dilemme. Problème. CDT.

      3. « Mais j’avoue ne pas avoir de réponse à ce dilemme. Problème. CDT. »

        Vous raisonnez toujours sans tenir compte d’internet. Le développement de cet outil n’est pas dépendant des structures qu’on lui impose. Il en crée. Mais on en parle jamais, on ne réfléchit jamais à ce qu’il offre de possibles politiques et c’est pour ça que ça commence à chauffer pour lui http://www.pcinpact.com/news/74501-la-future-regulation-mondiale-net-entre-mains-uit.htm

        Depuis 2005, ce n’est pas seulement les résultats du référendum qui leur fait peur. Ils ont bien compris qu’ils allaient perdre.

  5. en gros sont allé voir le nucléaire de près
    les pauvres ont dit qu’ils allaient pas tarder à s’énerver si on leur payait le peu qu’on leur achète encore en monnaie de singe
    US et japon sont prié d’arrêter de glisser ( facile à dire)
    et tout le monde devrait trouver une solution autre que celles qui ralentissent l’économie mondiale tout en se serrant la ceinture et payant ses dettes
    ( pas très étonnant que les chinois qui possèdent parait -il beaucoup de la dette US aient un peu peur qu’on la transforme en fusée de papier)
    bref sont tous d’accord le torchon brûle par tous les bouts….
    le spectacle n’amuse personne.

  6. Puisque ces « élites » de la macro-économie, qui ne sont en fait que des tableurs Excel sur pattes, ne proposent rien d’autre comme vision de l’humanité que leur confort personnel, pourquoi ne pas les remplacer par des ordinateurs ? Y’a plus de travail qu’on vous dit !!

  7. La Grèce obtient un délai de deux ans.

    Les experts des grands créanciers internationaux de la Grèce auraient conclu, après examen des comptes, que le pays a besoin de deux années supplémentaires pour mener à bien ses difficiles réformes de structure, rapporte dimanche l’hebdomadaire allemand Der Spiegel.

    http://www.mediapart.fr/journal/international/141012/la-grece-obtient-un-delai-de-deux-ans

    How the Nobel Peace Prize Missed Its Mark.

    http://www.spiegel.de/international/europe/euroskeptics-deride-nobel-honor-for-european-union-a-861051.html

    http://www.spiegel.de/international/europe/commentary-jacques-delors-should-have-won-nobel-peace-prize-a-861015.html

    1. serait-ce le moment de leur dire: « allez vous faire voir chez les … »

      et si on mettait les les experts au pain sec et à l’eau en grèce à demi salaire pendant deux ans sans retraite ni sécu, ça aiderait?

    2. Donc c’est une victoire ? Mais qu’en pense l’Allemagne ?

      Si le délai est effectivement obtenu, quelles sont les conséquences pour le Portugal, l’Irlande… ?

      1. L’Allemagne Le Belge ? Elle pense pas elle compte ? Ah ouais ? Et ta Belgique ? Elle sait compter au moins ?
        Feriez mieux de vous occuper de votre petit royaume en train de passer du statut d’excroissance bénigne à celui de tumeur maligne, me semble-t-il…

      2. Salut Vigneron,
        On joue à l’Eurovision du Pire ? Ce n’est pas l’Allemagne seule que je visais.
        Navré d’avoir touché un point sensible. Pour les aigreurs, l’aubier de tilleul en infusion.
        Bonne journée.

      3. Ah oui Le Belge ? « C’est pas l’Allemagne que tu visais » ?
        Et là en-dessous ? c’est les tribus wayanas, les bergers peuls ou les vénusiens dont esque tu causais ?
        « Qu’en pense l’Allemagne ? Chez ces gens-là, Monsieur, On n’pense pas… On n’pense pas… On compte »
        Va falloir sèrieusement revoir l’expression écrite en langue wallonne alors, si par malencontrance j’avoie bin mal comprenu…

    3. La banque grecque Piraeus a versé 3,4 millions d’euros d’ indemnité de départ au gouverneur de la Banque de Grèce.

      George Provopoulos, actuel gouverneur de la Banque de Grèce, a reçu une indemnité de départ de 3,4 millions d’euros ( 2,8 millions après impôts) de la part de Piraeus Bank lors de sa démission de son poste de vice-président en 2008. George Provopoulos avait alors quitté Piraeus Bank pour devenir gouverneur de la Banque de Grèce.

      En tant que gouverneur de la Banque de Grèce, George Provopoulos est également membre du conseil de gouvernance de la BCE.

      George Provopoulos a récemment joué un rôle clé dans le soutien aux banques grecques en difficulté, qui avaient ainsi bénéficié des plans d’aides de la BCE. Un nouveau plan de sauvetage des banques grecques de la BCE prévoit encore de débloquer 50 milliards supplémentaires.

      Piraeus bank a expliqué dans un communiqué «s’être toujours totalement pliée aux règles et à la régulation qui s’appliquait au secteur bancaire grec».

  8. Et pendant ce temps, Minc prodigue des conseils dans le journal Les Échos ; selon ses dires, la France sera bientôt « le problème de l’Europe ». Dans cet article, outre un manque assez navrant de culture générale (voir la référence à Shakespeare), quelques jolis morceaux de bravoure néo-libérale :

    La récession globale de 2009 fait figure d’exception.

    L’Occident ne paye pas la crise de 2007, mais le fait d’avoir vécu à crédit avant.

    L’Italie et l’Espagne ré-émergeront demain comme des acteurs économiques rétablis.

    La liste n’est malheureusement pas exhaustive. Ces outrecuidants libéraux ont déciment un vilain défaut : ils refusent obstinément de voir les signes les plus évidents. Si l’on s’arrête également sur le fait qu’ils essaient de tuer l’état comme on tue le père, il devient presque tentant d’avancer que l’ultra-libéralisme doit être interprété en termes œdipiens.

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/interview/0202325432670-alain-minc-la-france-est-en-train-de-devenir-le-probleme-de-l-europe-500127.php

    1. @JT

      Néo ? Ultra ? Giga, JT, « GIGA-LIBÉRALISME » !
      Il fonctionne désormais à la milliseconde : on a changé d’univers !
      Et l’on a rien vu : bientôt, ils utiliseront le quantique !
      Nos analyses (et les foules) courent derrière.
      CDT.

  9. Et la Parisot qui nous prend pour des pigeons:

    Pour le Medef, « nous sommes passés d’un avis de tempête à un avis d’ouragan ».

    Elle préconise un choc « court (…) sur deux ans, trois ans maximum » et non sur l’ensemble du quinquennat car « le décrochage de la France est trop sérieux ». Elle demande que « choc » passe par une baisse des dépenses publiques et une baisse des charges des entreprises, salariales et patronales, de 30 milliards d’euros, ce qui serait « le minimum pour réduire l’écart avec l’Allemagne ». Cette baisse serait financée en augmentant « légèrement la CSG et la TVA hors produits de première nécessité ».

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/10/14/pour-le-medef-nous-sommes-passes-d-un-avis-de-tempete-a-un-avis-d-ouragan_1775292_3234.html

    1. Comme un ouragan,
      La tempête en moi
      A balayé le passé,
      Allumé nos vies.
      C’est un incendie
      Qu’on ne peut plus arrêter.

      Stéphanie de Monaco

    2. 30 milliards de prélévements impôts sur bénéfice des entreprises et des particuliers = 30/2,5*100 = 1200 milliards , quand le pib est de 1700 , il faudrait donc réaliser 2/3 en plus de production.
      N’oublions jamais que les salaires et impôts sur salaires viennent des entreprises.
      Selon moi c’est la mort assurée de l’économie.
      Mais moi je suis un imbécile , vous êtes des intelligents.

  10. Grand entretien avec Pascal Lamy
    http://www.franceculture.fr/emission-la-rumeur-du-monde-grand-entretien-avec-pascal-lamy-2012-10-13

    Sans bonjour, ses 2 premiers mots :

    Dieu merci

    …ça commence fort !
    L’OMC qui est au avant poste de la CRRRIIIISE ( tu m’étonne ! ) envisage l’avenir radiaux à la condition de libre échange généralisé sous penne de guerre. Le grand TINA est de retour..
    Pour cela il faut de la CCCompétitivitéééé

    Conditionner les échanges à l’existence de certaines règles, exemple: assurances maladie, chômage et vieillesse dans les entreprises, n’est pas imaginable sans être du PRRotectionnisme, Tentation de … replis.
    Satan, n’est plus très loin. Effectivement, il est déjà bien dans les discours.
    — — —

    P Lamy – 40% des exportations sont réalise grâce a des importations.
    P Lamy – Ils sont 2 fois plus d’américains à croire au extraterrestres, qu’a croire que l’ouverture du commerce est bon pour l’économie américaine. c’est qu’en même un peu, un peu frappant ,
    J-C Casanova – Hahaa haa

    P Lamy – Pour la première fois, les statistiques du commerce extérieur vont être publier en tenant compte de la valeur ajouter.

    J-M Colombani – Aujourd’hui, les pays dis « émergents » produisent plus que les pays développés !

    P Lamy – Avant la crise, les gouvernement avait 2 chance sur 3 d’être réélus, aujourd’hui hui, s’est l’inverse.

    P Lamy 34.05- Ce n’est pas ce qui a de plus difficile d’inonder les marchés avec de la monnaie ou d’augmenter le déficit budgétaire.
    Moi – Et si on tentait le contraire : Inonder les budget avec des la liquidité et augmenter le déficit des marchés avant de les reconnaitre insolvable pour les fermer.

    — — —
    Jean-Claude Casanova :

    ..enfin, d’ici à ceux que nos opinions comprennent, déjà, la notion de valeur ajouté hahaa, n’est pas parfaitement vue à l’intérieur…

    Garçon, merci d’offrir une assette carton de chantilly, à la face de ce monsieur pour son insolence.

    Jean-Claude Casanova : Vous toucher du doit un des problème des plus délicate de la situation européenne, occidentale, il y a en gros, on le sent, un décrochage entre les élite gouvernante et les opinions publiques. Innncontestablement ( TINA, toujours là ) , les opinions Publiques ont le sentiment que l’on pourrait facilement prendre une série de décision (1) et les élites gouvernantes sont plus conscientes, d’une certaine façon de la difficulté et du coup elle perdent en légitimité ce qui réduit leur, leur marge, leur mage de manœuvre, Innncontestablement…
    ca fait penser à la pyramide du billet vers, c’est donc bien le but recherché, et oui, il y a un décrochage, et on s’occupe à vous laisse sur des orbites centrifuge, Bon voyage à toi l’ami et à tes médias complices

    Ce Monsieur Jean-Claude Casanova est une d’une insolence envers son auditoire qui mériterais que son manda soit discuter. après tout, c’est bien nous son employeur.
    Comment, par la voie administrative le lui faire remarqué ?

    S’il venais à me lire, je lui conseille l’écoute de l’émission suivante ça pourrais lui ouvrir les œillères :
    (1) La mondialisation: quel rôle pour les Etats?
    http://www.franceinter.fr/emission-le-telephone-sonne-la-mondialisation-quel-role-pour-les-etats

  11. le royaume uni s’apprete à devenir le plus grand camp de transit de criminels économiques du monde !

    ça et le refus de la fusion BritishAerospace et EADS :

    si effectivement une europe doit se faire , elle se fera dorénavant exclusivement sur le continent .

    http://www.liberation.fr/monde/2012/10/14/le-gouvernement-britannique-veut-se-desengager-du-mandat-d-arret-europeen_853135

    autre ligne de fracture , la division de la belgique est quasiment acquise !

    http://www.liberation.fr/monde/2012/10/14/les-belges-aux-urnes-pour-des-municipales-sur-fond-de-separatisme_853083

    tout tend vers une europe des régions supra-nationales : ce qui ets un juste retour historique , bien des regions séparées par des frontieres avaient des raisons purement geographiques d’exister telles quelles il y a des siecles , la crise (energitique ) aidant c’estquasiment logique et normal que les synergies anciennes réapparaissent les ardennes se regroupent , les vosges aussi , etc .

    1. « Europe des régions SUPRA-NATIONALES » ?

      hélas non:TRANS-NATIONALES, c.à.d qu’au lieu d’unir les nations elles vont les diviser…
      Diviser la Tchécoslovaquie c’est pas très grave, la Yougoslavie c’était déjà plus embêtant,
      la Belgique à la fois anecdotique pas grave- mais symbolique (Bruxelles capitale de l’Europe).
      Si Bruxelles est incapable d’être le siège d’une Belgique unie, comment pourrait-elle prétendre
      unir l’Europe entière. Je sais bien que le gouvernement de la Belgique et celui de l’Europe,
      c’est pas la même chose, c’est simplement au même endroit. C’est juste symbolique ou
      symptomatique.
      Le jour où les tiraillements régionaux atteindront la France, l’Etat nation par excellence (par
      excellence,pour moi, ou pour le pire, selon d’autres) ? ?
      C’est bien pourquoi la situation financière de la France est inquiétante, et l’opinion moyenne
      sur ce blog ( en gros, la dette c’est pas grave ) l’est égalemment

  12. L’ouverture des frontières au commerce international a augmenté le volume des richesses mondiale, mais la répartition a été encore plus inégale, profitant de l’exploitation de la pauvreté et en même temps développant les mécanismes de crédits pour faire exploser les dettes dans tous les pays accédant au commerce international.

    Les richesses sont bien plus élevés, ce qui devrait normalement dans les théories économiques classiques augmenter le niveau du PIB (produit intérieur brut) et du PNB (produit national brut), mais ce sont les multinationales et les banques qui ont vu augmenter de manière très élevée leurs profits, dépassant largement celui des Etats pauvres. Même la FIFA, entité footballistique, dépasse le budget de la France.

    La répartition des revenus a été écrasé, elle n’a pas bénécifié aux populations, comme auparavant on parlait d’une société de loisir et de meilleure distribution des revenus pour vivre sans se soucier du lendemain.

    Les populations ont vus leurs niveaux de vie se réduire, avec des délocalisations d’industries et de services, et des grandes multinationales détruisant peu à peu le tissu local, et aucune distribution des revenus pour compenser ses pertes. Au contraire pour amplifier ses rendements financiers, ce sont des contrats précaires et même à titre gratuit, c’est à dire que travailler devient déficitaire avec les paiements de la vie de tous les jours. Cet accroissement des richesses a finalement engendré une précarisation de la société par les contrats de travail, avec les délocalisations d’entreprises et la baisse des recettes publics qui s’en suivra de facto.

    L’ouverture des industries et des services en Asie principalement n’a même pas bénéficé aux populations locales, avec des salaires de misères pour vivre, alors qu’ils sont dans de grandes sociétés côtées en bourse ou rentable à l’export. De nouveau, les profits de l’ouverture des marchés vont dans le même sens. C’est un problème qui concerne tous les secteurs d’activités.

    Les dettes ont explosés même en Chine, qui est considéré comme une bombe financière à retardement, par ses investissements colossaux et la spéculation qui en a suivi. Les richesses mondiale ont augmentés, avec des taux de croissance de pays (sans importance auparavant) que même des spécialistes en économie évoquait pour montrer l’évolution de la rentabilité, et la redistribution n’a pas suivi et a même baissé, avec son lot de dettes non remboursables.

    Les citoyens ne peuvent pas dans ce type de mécanisme financier, se projeter dans l’avenir, puisque le niveau de vie ne tient pas compte d’une redistribution des revenus pour la communauté.

  13. bjr, merci pour l’article

    à vigneron, qui écrit :
    « L’Allemagne Le Belge ? Elle pense pas elle compte ? Ah ouais ? Et ta Belgique ? Elle sait compter au moins ?
    Feriez mieux de vous occuper de votre petit royaume en train de passer du statut d’excroissance bénigne à celui de tumeur maligne, me semble-t-il… »

    toujours désagréable cette façon de prendre autrui pour une merde, c’est soit de la provoc mal placée, soit un c.. ce vigneron, j’aime pas le lire, c’est tout ce que j’avais à écrire …

    1. Ça tombe bien, des lecteurs pareils j’paierais pour pas en avoir. Merci pour le geste gratuit. c’est beau, ça se perd… quoique. . pas en Belgique p’têt ? C’est vrai qu’chez ces belges là on compte pas, hein ? Même qu’y don’raient leur ch’mises à des pauv gens heureux, ces teignes, pas vrai ?

  14. Le FMI à Tokyo… Des acteurs de la finance mondiale dans une ville frappée par un fléau mortel qui n’est que l’illustration de son aveuglement face au profit à tout prix… Pour moi, un comble… une impolitesse, une offense à tous ceux et celles qui vont souffrir et mourir des radiations dans cette région dans les années à venir… j’ai la nausée.
    Pourquoi ne pas inviter les fabricants mondiaux des armes explosives à Verdun ? Ou un consortium des plus grandes firmes de produits chimique à Seveso ? Ou… oui allez j’ose… Un colloque des firmes de chemins de fers européens à Dachau ? Toutes proportions des malheurs gardées évidement.
    Serai-je assez paranoïaque pour y voir un acte délibéré, un pied de nez aux anti-nucléaires ? Histoire de montrer qui sont les patrons…

  15. je parlais de l’accaparement comme problématique globale de la disparition du travail dans le fil précédent
    il serait temps que les français réalisent ce qui fait la richesse de notre pays même en temps de crise et à quoi sert l’argent accumulé par les grands groupes financiers
    cette politique de l’accaparement ne mènera nulle part , ou plutot si … mais pas nécessairement ni où onvoudrait aller ni où l’on croit pouvoir aller.
    et en tout cas cela fait de chacun de nous ( consommateur pseudo citoyen détenteur d’une assurance vie misérablement rémunéré en dessous de l’inflation) des complices de cela:
    http://www.bastamag.net/article2688.html

Les commentaires sont fermés.