LE TRAVAIL DISPARAÎT

C’était à Ce soir (ou jamais !), le 2 octobre, je ne voulais pas que la question du chômage soit évoquée seulement comme un chiffre (3 millions de chômeurs), ou à partir de la supposée “psychologie” du chômeur (qui n’aime pas travailler – c’est bien connu !).

Partager :

304 réflexions sur « LE TRAVAIL DISPARAÎT »

  1. Je vois et entends souvent la confusion entre travail et emploi rémunéré. Du travail il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Le problème, ce sont les emplois (correctement) rémunérés, qui disparaissent… Il n’y a qu’à regarder dans la rue pour voir que le travail ne manque pas, ou dans toute entreprise, ou à la campagne…C’est bien d’avoir un emploi rémunéré pour faire un travail particulier qui fait de plus en plus défaut dans nos sociétés. Le rapport au travail d’un individu est d’ordre social, le rapport à l’emploi rémunéré d’un individu est d’ordre économique.

  2. Et puis bon, il est bon aussi de rappeler que les hommes cherchent avant tout un revenu et pas un travail.
    Certains ont la chance d’exercer leur passion, pour ceux là, on ne devrait pas utiliser le mot “travail” (j’ai la chance de faire partie de ces gens) d’ailleurs et c’est les mêmes qui vous expliquent que comme eux parviennent à “travailler” 20 heures par jour, tout le monde peut le faire…Sauf que celui qui travail (Le mot travail vient de tripalium , qui était un instrument de torture.) vraiment, ne le fait pas par passion, il le fait parce qu’il le doit, parce qu’il le faut, ou parce que c’est la vie (biffer la mention inutile) pour avoir un revenu, il vend du temps de son existence pour pouvoir manger, c’est terrible quand on y réfléchit non ? On a qu’une vie, courte et on doit encore vendre une partie de son temps ?

    Sinon, l’histoire des robots…vous avez aussi oubliez d’expliquer que c’est le proprietaire des robots qui prend le salaire des humains qu’ils remplacent.
    Le robot n’est un progrès que pour celui qui le possède et devient un handicap pour celui qui n’en possède pas.

    Autrement dis, si nous devions être logique. A chaque robot fabriqué une certaines proportions d’humains, suivant la qualité du robot, devraient être détruit, au risque de créer un déséquilibre.
    Le robot ne remplace pas le travailleur, il le détruit, nuance.
    Plus la technologie évolue, plus l’homme disparait…
    Un jour l’homme sera totalement engloutit dans la technologie…Nous serons descendu totalement dans la matière au lieu de nous élever vers le spirituelle.
    En tout cas, nous avons l’air d’avoir choisit cette direction.

  3. Cette vidéo explique très bien que le problème du chômage a été inventé, initié par des gens qui n’aiment pas le travail, et lui préfèrent l’oisiveté. La génération de Paul Jorion… Les soixante-huitards !

Les commentaires sont fermés.