CHER PAUL, BONSOIR, par Panagiotis Grigoriou

Billet invité.

Je vous ai laissé sans nouvelles depuis mon voyage à Paris et je m’en excuse. Je vous remercie d’abord pour vos billets, et ainsi évidement pour votre argumentaire, car je viens de lire également votre dernier livre, il m’a été offert par mon éditrice chez Fayard. Votre livre est clair, argumenté et émouvant par sa force, appartenant à la tradition des humanités (ce que de nombreux économistes ne font pas, à l’exception de Jacques Sapir je dirais), d’ailleurs, un lecteur de mon blog (depuis l’île de Ré !), m’a envoyé un mail pour signaler vos propos. Il venait aussi de vous lire, et il a été surtout impressionné par cette affaire des algorithmes de la finance.

Chez nous, les affaires (trop) courantes de la domination banco-allemande sur nos destinées dites européennes, en réalité sur nos vies se précisent en s’aggravant (pour nous). Récemment, le Consul allemand en poste à Thessalonique a reçu… un gobelet de café, alors jeté par des manifestants, la presse américaine a aussitôt évoqué les faits (voir aussi le dernier billet sur mon blog), la presse allemande aussi (Angela Merkel s’en est émue. Son diplomate n’a pas souhaité déposer plainte, néanmoins, trois syndicalistes ont été arrêtés et inculpés pour « faits graves »). Ces dernières semaines, le mélange de désespoir, de ras-le-bol, mais aussi de volonté d’agir et de conserver notre dignité est étonnant et potentiellement détonant. Et on sait que le pouvoir a aussi peur de nous. Hier samedi, lors de la manifestation en mémoire de la révolte des étudiants contre la dictature (en 1973), et pour la première fois, toutes les stations de métro du centre ville d’Athènes ont été fermées par la police, Mes amis et moi, nous avons été obligés à faire usage de la voiture pour nous rendre au centre-ville, mais nous avons vite découvert que les artères étaient également bloquées par la police, nous nous sommes alors garés loin, pour finalement participer à la manifestation, où d’ailleurs toute la gauche était présente. L’ambiance était enfin… humaniste (oui nous avons besoin… d’humanisation). Comme aussi au moment de notre grande manifestation d’il y a dix jours, place de la Constitution, lors de l’adoption au « Parlement » du mémorandum III . Là par contre les CRS avaient chargé, nous dispersant comme d’habitude. La répression se radicalise, la pseudo-démocratie perd ses masques, pas plus tard que la semaine dernière, le ministre de l’Intérieur, Dendias, a déclaré lors d’un débat télévisée : « nous ne devons plus constitutionnaliser notre action politique à tout prix« , il répondait à une question relative à certaines décisions du conseil d’État (ainsi que d’autres juridictions), jugeant une partie des mesures du mémorandum III inconstitutionnelles. Donc la dictature devient visible. Et le stade suivant (armée, police ou eurocorps ?) ne tardera pas je crois. (Sauf autre issue enfin heureuse !)

Les citoyens français ou belges par exemple, ne l’ont pas compris me semble-t-il. Le passage à l’acte historique (et hystérique) est déjà en cours. Je reste pourtant optimiste sur le plus long terme. Une prise de conscience (certes tardive) est également en cours. Est-ce nos générations celles qui connaîtront le renversement (ou le chaos final), ou celle par exemple de nos enfants, je l’ignore. Je suis par contre certain que le chaos (premier) c’est pour assez bientôt.

Restons optimistes (et en forme).

Mes amitiés et mes salutations chaleureuses à tous les amis de votre blog

 

Partager :

65 réflexions sur « CHER PAUL, BONSOIR, par Panagiotis Grigoriou »

  1. Cher Panagiotis Grigoriou qui y a quelques belges qui vous lisent et lisent Paul Jorion et qui seront sans doute en fin de semaine au festival de film d’Attac avec Paul Jorion pour voir GOLDMAN SACHS, LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE et le lendemain avec vous (en chair et en os ou en pensée) pour voir KHAOS

    1. Je vous remercie, je sais que nous sommes déjà bien nombreux à suivre nos impressions et idées sur ce monde banco dirigeable… En fin de semaine je me trouverai à Marseille, invité dans le cadre des Rencontres d’Averroès.

  2. Merci Panagiotis, c’est une très bonne chose que vos nouvelles soient diffusées ici.

    J’espère que de nombreux Jorionistes viendront vous lire sur votre blog :

    http://greekcrisisnow.blogspot.fr/

    A sa lecture, on se raidit de prime abord sur certains de vos propos qui pourraient sembler excessifs, mais non, vous décrivez une triste réalité et des faits objectifs maillés de belles illustrations.

    J’avoue que je ne vous lis qu’uniquement en pleine possession d’un moral d’acier, tant vos récits sont poignants sur la situation Grecque. Mais vous savez si bien distiller tout au long cette belle note d’espoir, celle-là même qui manque ici un méridien plus à l’ouest.

    Longue vie / Banzaï

    1. Je vous remercie, je ne suis que le témoin de mon temps, certes disons un peu plus accéléré du côté de la Grèce en ce moment. Le moment historique serait passionnant, sauf qu’il est également tragique pour nous tous ici (presque) sans exception.

  3. Je suis heureux de constater que des gens sensés se retrouvent ici et Là…
    Merci à Paul Jorion, merci à Panagiotis Grigoriou pour leurs connivences sur les chemins de nos lendemains .

      1. Cher Monsieur Panagiotis,
        Vos déclarations sur le constat accablant que vous faites sur votre pays est désolant et triste. Je crois que si les choses continuent, nous serons tous mangés à la même sauce en France, en Belgique et dans les autres pays Euro avoisinants. Comme on dit chez nous en Belgique, « L’Union fait la Force »…. Je crois sincèrement que tous les peuples doivent crier au ras le bol et « travaillez » ensemble comme vous dites.
        De tout coeur avec vous et le peuple grec. Ne baissez pas les bras, je suis sûre que nous réussirons à construire un monde plus juste et humain…..
        Une éternelle optimiste belge et mère de famille.

  4. Le très fameux « déficit démocratique » de l’UE atteint de nouveaux sommets.

    La légitimité de tout ça vient d’en prendre un très sale coup. Je m’en remettrai.

    Plus dur à encaisser est les formation de la dictature. Comme vous le dites, restons en forme et optimistes sur le long terme.

  5. Peu de media font état de la réelle situation en Grèce sauf à dérouler les demandes de Troïka.
    Ne soyez pas étonné, de ce fait, du peu de sensibilisation des Français sauf une minorité à la recherche d’informations coûte que coûte. Une presse indépendante, soucieuse de porter à la connaissance des citoyens les éléments indispensables au développement de leur esprit critique d’une connaissance du monde qui les entoure a pratiquement disparu. C’est pourtant un des piliers de la démocratie mais sommes nous même ici encore en démocratie. Pour ceux qui veulent savoir, il reste Internet mais ils ne sont pas encore assez nombreux ceux qui s’y accrochent. Continuez à nous informer nous diffuserons le plus et le mieux possible

    1. Maud, Panagiotis était chez Giesbert sur LCP tout à l’heure, une heure d’un débat enregistré je ne sais quand. Moins véhément bien sûr.

      1. Vigneron, bien sûr Panagiotis peut apparaître de temps en temps mais globalement cela ne change en rien au contenu général de la presse. Certains économistes (toujours les mêmes, ceux qui ont leur rond de serviette dans les média)passent ou sont édités 150 fois par an quand d’autres ne réunissent qu’à passer 2 ou 3 interviews ce qui permet de justifier la pluralité. Paul Jorion est parfois invité Chez Taddéï à 23 heures mais ne risque pas d’être invité à C dans l’air ou Mots Croisés (émissions caricaturales) qui bénéficient d’une bien plus grande audience ou à un 20 heures. Qui décrit dans le détail la situation en Grèce, le troc qui remplace l’euro à grande échelle : Jacques Sapir sur son blog mais sûrement pas les médias de masse. Quand certains sont invités pour la forme, on leur coupe la parole, pas moyen de développer un point de vue différent. Pour la Grèce comme pour le reste, la presse est uniforme et ne transmet qu’un même point de vue avec quelques nuances qui n’entament en rien la ligne uniforme. Le rôle de la presse entre les mains de quelques uns (financiers, BTP) joue un rôle essentiel dans la perte de démocratie qui s’installe, j’en suis convaincue quelques soient les exceptions que l’on peut signaler. Le statue de la presse n’est pas prêt d’être révisé quelques soient les partis au pouvoir
        Bien à vous

      2. Maud, Sapir ? Tapez « interview Sapir » sur Gogol pour voir… Pas compliqué, j’sais pas quand est-ce qu’il trouve le temps de bosser maître Jacques…

    2. Merci pour votre témoignage. D’abord à travers le blog de Paul, mais également dans une moindre mesure aussi à travers mon blog, je sais et je constate qu’un certain nombre de citoyens issus du monde francophone, sont sensibilisés à nos manières d’ouvrir l’emballage du temps présent. Le problème, pour ne pas dire la véritable aporie, consisterait à s’y intéresser de près de certaines questions qu’au moment où la « catastrophe » est déjà entrée par la grande porte. Voilà entre autres, ce qui est arrivé aux Grecs par exemple !

  6. je lis régulièrement votre blog, grand merci de votre acuité, c’est de Grèce qu’on doit apprendre, pour chaque jour (en repensant aux chiens, aux chats que vous nourrissez, qui mesurent notre dignité, connaissez-vous Toru Takemitsu ? qui insistait sur la relation particulière des Japonais aux chats, en rêvant qu’ils puissent aider à plier comprimer l’espace temps des logiques folles.
    je pensais encore à l’importance de décider, pour cet hiver qui s’annonce rude ;
    la fin des ailes du désir

  7. « Les grecs ont déjà fait beaucoup d’efforts… ils sont sur la bonne voie et doivent persévérer pour se désendetter… le déficit de la Grèce va se détériorer encore pour 2013 mais ça ira mieux à partir de 2014… et patati et patata… »
    Voilà en substance ce que l’on entend dans les médias dominants hexagonaux.
    Et je soupçonne qu’une confortable majorité de gens (micro-sondage autour de moi) gobe ça sans se poser de questions. Faut dire qu’on les a « préparés » en leur expliquant au préalable à quel point les grecs (tous les grecs) sont fraudeurs, paresseux et profiteurs.

    Les peuples d’Amérique du sud ont montré que l’on peut se dégager des griffes des Friedmaniens; je ne vois donc pas de raison pour qu’on y arrive pas nous aussi en Europe !

    1. Vous avez raison, je pense que partiellement en tout cas, nous devons nous inspirer de certains exemples issus des peuples d’Amérique du Sud. En tout cas, on entend parfois ici en Grèce dire ce propos : « La Grèce a eu le malheur (et il n’est pas le seul) d’appartenir à l’U.E., ce qui n’était pas le cas de l’Argentine qui affronta (et qui affronte toujours je crois) le FMI et non pas en plus de celui-ci l’U.E. et la BCI. »

    1. Rajoy le castillan à Mas le catalan:

      El presidente dice que el dirigente catalán convocó elecciones para no desgastarse y que el soberanismo daña el crecimiento

      Le président dit que le dirigeant catalan a convoqué des élections pour éviter l’usure du pouvoir et que le souverainisme porte atteinte à la croissance.

      Ironie de l’histoire, les excès dus à l’ouverture inconsidérée des marchés nationaux sous l’influence des dogmes ultra-libéraux, réactivent l’irrédentisme de proto-nations comme la Catalogne.
      En effet puisque l’Allemagne ne veut pas payer pour la Grèce ou l’Espagne, pourquoi la Catalogne devrait payer pour l’ Estrémadure.
      D’une autre façon, pourquoi le Texas devrait payer des impôts pour financer Medicare.
      La mondialisation néolibérale, loin d’être un facteur de paix universelle, pourrait très bien à l’inverse aboutir à une balkanisation du monde.
      Tout cela parce que la concurrence de tous contre tous, sans garde-fous, aboutit à l’éclatement de toutes les solidarités encore existantes, et in fine à la guerre de tous contre tous.
      Encore une idéologie, le libéralisme économique dogmatique, qui après le communisme tout aussi dogmatique, aura causé bien des calamités parmi les peuples.
      Elle en a causé dans les années 30, et ça recommence…
      Mais notre malheur veut que nous soyons guidés par des aveugles.

      1. et cette éclatement des pays renforcent la puissance et le pouvoir des multinationales ……..

        tant que les peuples courbent l’échine !

    2. tu n’as qu’à voir l’actu fRançaise où l’UMP fait la Une; la décomposition s’accélère, c’est toute la classe politique qui va ramasser, une vieille histoire colorisée, l’ombre du FN grandit, le PS se hâte d’en emprunter les masques, l’opportunisme de Mélanchon en avant-première.

      1. Nous approchons de l’épreuve de force, du climax, entre souverainistes et fédéralistes.
        Avec la crise de la mondialisation capitaliste, la radicalisation s’accélère, ce matin en entendant sur France-Culture Sylvie Goulard députée européenne Modem, qui a co-écrit si j’ai bien compris un livre avec Mario Monti (DE LA DEMOCRATIE EN EUROPE), la tentation d’utiliser la manière forte au niveau européen se fait de plus en plus prégnante.
        Certes un coup de force mené par une « élite » éclairée, issue le plus souvent sans doute des milieux financiers et bancaires. On sentait poindre la tentation d’une mise entre parenthèse de la démocratie, au nom du bien commun des 500 millions d’européens bien entendu.
        Autant les souverainistes, que les fédéralistes, prétendent vouloir sauver la démocratie, mais en attendant une clarification, la démocratie se délite, plus qu’elle ne se renforce.

    1. Monti c’est Necker – en plus efficace…

      Sais pas…
      Mais ce qui est sûr c’est que Christine Lagarde c’est pas Madame de Staël !

  8. « Songez que du haut de ces monuments quarante siècles vous contemplent… », 40 siècles de communisme ajouterais-je sournoisement.

    La dictature ne sera vaincu que par l’enthousiasme et non par des « convictions ». Donc il faut déjà puiser ses forces dans la certitude qu’on va créer quelque chose d’immense à la place de l’ancienne décrépitude. Et quelque chose de vraiment magnifique, sinon ça ne va que s’envenimer. Il faut du fanatisme pour l’action… au bon sens du terme.

    1. @ Lizst
       » La dictature ne sera vaincue que par l’enthousiasme et non par des « convictions »  »
      La dictature de Vinci , l’Ayraultport de notre-Dame d’Hollande prend des claques , dans un juvénile (pas seulement ) enthousiasme .
      Veni , vidi , pas Vinci !

  9. Les citoyens français ou belges par exemple, ne l’ont pas compris me semble-t-il.

    Il n’ont pas encore été, sans doute suffisamment touchés au porte-feuille, mais cela ne saurait tarder, notre « Flanby » national est bien parti pour être un épigone des Papandréou, Socrates et Zapatero.

    Ce n’est plus qu’une question de temps, d’ailleurs si l’on se réfère aux résultats des votes sur les motions présentées au dernier Congrès PS de Toulouse, la seule motion vraiment à gauche n’a recueillie que 13% des voix.

    Autant dire que le PS, n’est plus vraiment un parti de gauche, le gouvernement PS va boire le vin des marchés et de la commission jusqu’à la lie. Ensuite il sera éjecté par les urnes, ou en cas de chaos politique déposé par les banquiers comme en Italie.

    Même causes, mêmes effets…

    Le masque démocratique sera alors vraiment à terre.

      1. La prise de conscience chez une majorité de nos concitoyens est un préalable incontournable. Est-ce qu’il en découlera un « fighting spirit », c’est la bonne question. 🙁
        En ce qui me concerne,c’est sans doute peu et loin d’être un acte de bravoure, mais au second tour des législatives j’ai glissé un bulletin dans l’enveloppe disant: « Nous sommes tous grecs! », en écho du « Nous sommes tous américains! » qui a été proclamé d’en haut après le 11 septembre 2001.
        J’ai préféré cela, à donner ma voix au PS, car j’étais sans illusion sur la politique qu’il allait mener.

  10. La Grèce, c’est le laboratoire, le Los Alamos de la solution finale, pour assujettir à jamais l’homme aux dogmes mortifères de l’ultra-libéralisme économique. On y teste, on y mesure les résistances de tout un peuple.Les résultats obtenus conduiront à des applications à l’échelle de la planète.La machine infernale est en marche depuis longtemps déjà.

      1. @ Stéphane S.
         » Je compte sur le peuple grec pour fissurer puis faire exploser la bête immonde.  »
        Toujours compter sur les autres………..
        Viens donc à Notre Dame des Landes
        Les projets de la bête immonde sont là aussi !
        Mais c’est vrai qu’en France , il faudra attendre l’inéluctable dégradation grecque pour ………..
        et ce sera trop tard

    1. Les résultats obtenus conduiront à des applications à l’échelle de la planète
      En tout cas, déjà à celle de la zone euro au nom du principe qu’il faut « tout faire » pour la sauver. La noblesse de la fin (une monnaie commune) est censée justfier tous les sacrifices…

    2. N’oublions pas, qu’il y avait déjà eu dans les années 70, le « garage laboratoire » de Pinochet au Chili. Garage financé par Nixon et Kissinger.

      1. La guerre en Yougoslavie un laboratoire pour l’ Europe. C’est en ces termes que Roland Dumas ancien ministre des affaires étrangères de Miterrand parlait de la Yougoslavie.

  11. Les policiers, les CRS qui oeuvrent dans le sens de la dictature ne sont-ils pas des grecs…… pourquoi, mais pourquoi ne sont -ils pas AVEC leurs frères, solidaires et humains ? pourquoi ne tombent-ils pas leurs costumes d’opérette pour s’unir à la foule et brandir le poing ? Honte sur eux.

      1. C’est déjà par la qu’il faut commencer, mais cela n’explique pas tout, ils évoluent aussi (et parfois vers les méta-nazis de l’Aube dorée), heureusement pas autant que certains médias voudraient nous faire croire.

    1. @ brigitte 19 novembre 2012 à 08:05 & huguette 19 novembre 2012 à 08:59

      pourquoi ne tombent-ils pas leurs costumes d’opérette pour s’unir à la foule et brandir le poing ? Honte sur eux.

      Croyez-vous que c’est au niveau des costumes et des poings que se trouve la solution ?

      Le problème qui se pose à l’humanité entière est un problème de physique. Cela ne veut pas du tout dire que c’est par la voie des affrontements physiques que nous le surmonterons, bien au contraire. Pour des êtres intelligents, comme sont sensés l’être, les peuples développés de l’Occident, c’est par la voie de la raison et du raisonnement, donc par la compréhension objective qu’il convient d’attaquer le problème.

      L’Occident et les autres pays qui vivent à manière occidentale, consomment plus d’énergie qu’ils n’en captent sur leur territoire. Il faut que tout le monde comprenne que cette façon de vivre ne peut pas être étendue à l’ensemble des peuples de la planète.

      Il faut comprendre aussi que l’argent, la vie et l’énergie, s’équivalent, même si l’argent n’est qu’une vue de l’esprit, une unité de mesure nous permettant d’échanger les fruits ne notre travail, entre nous à l’intérieur ou à l’extérieur du pays.

      Un pays comme la Grèce, en dépensant plus d’argent qu’il n’en avait, a de fait, dépensé plus d’énergie qu’il n’a été capable d’en capter sur son territoire. Il faut comprendre que cela ne peut pas durer. Pour corriger le tir, sans même parler de remboursement de ses dettes, le pays doit travailler davantage à produire des biens exportables de sorte à accroître ses entrées d’argent. Parallèlement, il doit dépenser moins en interne, notamment en dépenses non productives de richesses exportables telles que les dépenses non régaliennes de l’Etat. Par contre, il semble primordial que l’ordre doive être maintenu afin de préserver les ressources touristiques du pays. Elles sont essentielles à son économie.

      N’est-ce pas évident ?

      1. Mais oui c’la Jducac !
        c’est d’ailleurs pour les mêmes raisons qu’il faudrait envoyer l’armée en Corse et dans le 93.

      2. Mais oui c’est c’la Jducac !
        c’est d’ailleurs pour les mêmes raisons qu’il faudrait envoyer l’armée en Corse et dans le 93.

      3. @ Agnès 19 novembre 2012 à 13:44
        Elie Cohen est un économiste de gauche, plaisant à entendre mais qui peut se tromper, comme d’autres. J’observe que compte tenu de son parcours, il a lui-même vécu à l’abri du risque en émargeant sur le budget de l’Etat, comme ceux qu’il conseille, laissant à d’autres le soin de se battre pour être compétitifs à l’international. C’est un homme du parler plus que du faire.
        http://www.jdlf.com/lesfables/livreii/conseiltenuparlesrats

        Ce qu’il dit de l’avantage qu’a retiré la Grèce par son entrée dans la zone l’Euro, me semble juste. Le malheur, c’est qu’elle s’est endettée pour vivre mieux alors qu’elle aurait dû le faire pour produire mieux et moins cher en dépensant moins, y compris au niveau de l’Etat. Les Grecs ne sont pas les seuls à devoir reconnaître leurs erreurs en Europe du Sud.

  12. Je suis une fidèle de votre blog. Vos articles sur la vie des Grecs me font penser à Dostoïevski. « Les pauvres gens ». Moi aussi je sens que la prise de conscience arrive. Les immigrés les Roms tout cela ne suffit plus à servir d’alibis à la finance ainsi qu’à nos politiques véreux.

  13. Ces gens sont cinglés:

    Zone euro/Grèce: effacement de la dette seulement en situation extrême (Regling)

    Klaus Regling juge que les fondamentaux économiques de la Grèce ne sont pas « si mauvais » mais pointe du doigt l’instabilité politique du pays et le manque de coopération de l’opposition politique au programme de redressement.

    « Même sans effacement, le niveau de la dette grecque va se réduire d’un tiers sur la prochaine décennie », met en avant le patron du FESF.

    « Pour les crédits que nous avons accordés, nous demandons à Athènes seulement un taux d’intérêt entre 1,5% et 2% », ajoute-t-il.

    L’internement en HP de ce M Regling s’impose d’urgence..

    http://www.romandie.com/news/n/Zone_euroGr_effacement_de_la_dette_seulement_en_situation_extr_Regling_RP_191120121017-13-280166.asp

    Dans la série ‘tout va bien madame la Marquise’:

    Espagne/Banque: plus d’un crédit sur 10 douteux, nouveau record.
    http://www.romandie.com/news/n/_EspagneBanque_plus_d_un_credit_sur_10_douteux_nouveau_record14191120121056.asp

    Et une dernière pour la route..

    Italie: baisse de 12,8% des commandes à l’industrie en septembre sur 1 an

    Milan (awp/afp) – Les commandes à l’industrie ont reculé de 12,8% sur un an et de 4% sur un mois en septembre en Italie, a annoncé lundi l’institut des statistiques Istat dans un communiqué.

    Il s’agit de la 13è baisse consécutive de l’indice sur un an, selon les données d’Istat. Sur un mois, il était en revanche en hausse en août et en juillet.

    http://www.romandie.com/news/n/Italie_baisse_de_128_des_commandes_a_l_industrie_en_septembre_sur_1_an94191120121042.asp

    Der de der:

    More than one in 10 shops standing empty
    New data has revealed that 11.3pc of the UK’s retail space is now standing empty.

    http://www.telegraph.co.uk/finance/newsbysector/retailandconsumer/9686342/More-than-one-in-10-shops-standing-empty.html

  14. Vous connaissez le poème:
    quand ils sont venus chercher les communistes, je n’ai rien dit je n’étais pas communistes
    quand ils sont venus chercher les juifs, je n’ai rien dit, je n’était pas juif
    quand ils sont venus chercher……………………………………
    ……………………………………………………………………………..
    …………………………………………………………………………….
    quand ils sont venus me chercher, personne n’a rien dit car il n’y avait plus personne

    les situations dictatoriales se multiplient, vat-on laisser faire sans réagir?

    1. @ tchoo
       » Va-t-on laisser faire sans réagir ?  »
      Nous étions 30 000 à Notre Dame des Landes samedi dernier .
      Nous pourrions être 300 000 ou 3 millions la prochaine fois ( vers le 15 décembre ) .
      CROYEZ-VOUS QU’IL N’Y AIT AUCUN LIEN AVEC LA GRECE ?
      C’est le même empire… qui nous mangera la laine sur le dos jusqu’à ce que nous soyons à poil !
      Une pelote de laine se débobine en tirant d’abord sur un tout petit fil de rien du tout .
      Pendant ce temps-là on nous cause , plein les merdias , d’homosexe et lesbianneries diverses !
      Hou hou ! Faut redescendre sur terre !

  15. Les citoyens français ou belges par exemple, ne l’ont pas compris me semble-t-il.

    Il y a beau y avoir Internet et les gens possédant jusqu’ à trois ordinateurs par famille, ceux-la qui s’ intéressent ou sont sensibles à ce qui se passe « ailleurs » restent minoritaires. Encore faut-il choisir ses sources, les médias mainstreams aimant le langage soft, très soft.
    Moi, belge, suis touché par la crise depuis un an maintenant (politiques d’ austérité de mon pays), pas aussi durement que chez vous, néanmoins, oui, ils sont venus très vite chez moi, le lendemain de la formation du dernier gouvernement (celui qu’ on attendait plus) il y a un an. Ils s’ en sont surtout pris aux plus faibles histoire que la population ne réagisse pas trop vivement.
    Néanmoins la tension monte.
    L’ extrême gauche a fait un bon score aux dernières élections.
    Hier soir, un ami français m’ a appelé ; il vit à Paris, travaille dans une de ses plus belles communes, a une profession libérale, il n’ est au courant de rien, ne se rend compte de rien.
    En raccrochant j’ avais l’ impression d’ être quelqu’ un sur le front pendant que là on continue à s’ amuser comme si de rien n’ était.
    Des gens vous lisent et ont besoin de vos témoignages, ceux-la ne sont pas indifférents. Soyez en certain.

  16. Monsieur Grigoriou,
    que dites-vous à propos des actions et tentatives russes et chinois qui consistent à acheter ou à louer des ports, des îles, des hôtels, bref tout ce que l’état grec veut bien vendre pour boucher quelques trous?

Les commentaires sont fermés.